DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Ssisska

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Érèbe, Lumina - [Terminée] EFZvhIHe_o
    Gazette des cendres
    Hiver 2022-2023
    Lire le journal
    #1
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Titre du rp
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Érèbe
    Érèbe
    Messages : 8
    crédits : 106

    Info personnage
    Race: Lumina
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1143-erebe-lumina-terminee
  • Mer 4 Jan - 16:22
    Érèbe
    Race : Lumina
    Sexe : Femme
    Âge : 849 ans
    Métier : Janissaire émancipée
    Taille & Poids : 170 cm / 61 kg
    Alignement : Chaotique Neutre
    Faction : Citoyenne du monde
    Rang : D
    Religion : Agnostique
    Avatar : OC

    Pouvoirs et objets

    Vocation : Guerrière
    Spécialisation : Combattante

    Pouvoirs dans la vocation :

    Renforcement constitution physique - Palier 2 : 1500 crédits
    Prouesse d'arme (ambidextrie) - Palier 1 : 500 crédits
    Vue augmentée: - Palier 1 : 150 crédits
    Super Vitesse - Palier 1 : 500 Crédits
    Régénération - Palier 2 : 750 crédits
    Méditation - Palier 1 : 250 crédits

    Pouvoirs hors vocation :

    Magie Elémentaire Lumière - Palier 1 : 300 crédits

    Immunités : Lumière
    Faiblesses : Ombre

    Inventaire :

    Érèbe ne possède grossièrement qu'un simple sac de voyage dans lequel elle conserve vêtements, nourriture et essentiel de survie. A sa hanche se trouve une épée courte de bonne facture - soutirée à un cadavre - pour laquelle elle n'a pas particulièrement d'affection. N'ayant pas développé d'attachement à certains objets en particulier, elle est capable d'abandonner une possession pour une autre sans grande difficulté ; aussi change-t-elle régulièrement d'armes au gré de ses aventures. Bien qu'offrant une défense plus faible, elle préfère à la maille et au métal une simple armure de cuir lui permettant une plus grande aisance dans ses mouvements. Exception faite : elle affiche à ses poignets deux brassards de métal dorés qui portent sur eux les traces d'affrontements du passé. En certaines occasions, elle peut consentir à se munir d'un bouclier en dépit de son ambidextrie.

    Crédits :

    3950 utilisés, reste 50

    Description physique et mentale

    La naissance d'Érèbe, comme celle de tout ses semblables, résulte d'un événement magique très rare et, la concernant, lorsque la topographie de l'île de Lumina'Ombra était celle d'un désert. C'est une femme assez belle : une peau métissée, des cheveux bruns - souvent tressés - descendant jusqu'à ses omoplates, des yeux noisettes et des courbes agréables accentuées par sa musculature... Le tout dégage une sensualité qui ne laisse pas grand monde indifférent ! Il n'est pas impossible, cependant, que sa particularité de Lumina en soit en grande partie responsable. En effet, son visage et son corps tout entiers semblent souvent irradier d'une fiche couche de lumière et il est difficile pour un observateur de savoir s'il s'agit du réel, ou d'une simple illusion. Mesurant un mètre soixante-dix, elle est plus grande que le commun des Luminas mais cela n'est pas pour lui déplaire. Elle est robuste d'apparence, suffisamment musclée pour des "tâches d'hommes" et quelques cicatrices sur son corps, vestiges de ses nombreux combats, viennent sublimer son physique de guerrière. Elle en a d'ailleurs tout les attributs : sa posture est militaire, sa démarche est sure, elle économise chacun de ses pas et ne cherche pas à sublimer sa féminité. Un œil attentif pourra alors certainement déceler une anomalie chez elle,  un contraste flagrant entre le vécu qu'elle semble avoir et la jeunesse de son apparence ; car c'est là l'une de ses "bénédictions" : elle arbore éternellement l'apparence d'une jeune femme, la conduisant souvent à être prise de haut par des individus persuadés d'être plus âgés qu'elle... Enfin, il est à noter qu'elle possède un tatouage de citoyenneté du Reike - qui n'est plus valide - sur le bras gauche, ainsi qu'une marque au fer rouge légèrement plus haut, représentant son ancien statut de Janissaire.

    D'une combattante, Érèbe n'en a pas que le physique. Ayant vécu des centaines d'années dans ce monde, dont une partie en temps qu'esclave du Reike, elle a su se forger un caractère bien trempé. Les premiers siècles de sa vie l'ont conduit à étudier auprès des Elfes de Melorn, la rendant vulnérable au désir de savoir et d'apprentissage. Elle y a étudié, entre autres, les langues et la magie élémentaire de lumière mais sa soif de connaissance l'a poussé a quitter la cité-état pour découvrir le monde. C'est d'ailleurs cet attribut qui la caractérise le plus et qui continue à donner du sens à sa vie. Elle est aussi une personne presque indémontable : diplômée de l'université de Drakstrang en Stratégie de Guerre, elle devînt une paria et fut emprisonnée avant de consentir à être reconditionnée, devenant une Janissaire et combattant pour le Reike sans l'honneur attribué aux soldats - et ce pendant des siècles. Malgré la mort régulière de camarades, elle n'a que rarement baissé les bras et son désir de liberté finira même par la lui rendre lorsque, victorieux des titans, le Reike consentit à libérer les esclaves ayant combattu pour eux. Libre, elle n'a développé aucune rancœur contre son ancienne nation et cherche simplement à trouver, à nouveau, un sens à sa vie. Elle n'est pas dénudée d'empathie, mais elle préfère tracer son propre chemin sans chercher à se mêler des affaires d'autrui. C'est l'une des raisons qui la pousse à éviter les liens d'amitié ou l'amour, préférant éviter de s'impliquer dans des histoires qui ne la regarde pas.

    Histoire ou test-rp

    - En rangs ! »

    Un sous-officier avançait vers eux, Janissaires et autres esclaves enrôlés pour la guerre, la voix nuancée par un mélange de peur et de supériorité. Peur de sa propre hiérarchie et des batailles à venir, peur également de ces hommes et femmes esclaves du Reike pour qui celui-ci ne représenterai jamais rien de plus qu'un bourreau - et dont la loyauté pouvait basculer à tout moment ; supériorité de par son statut, son rang, et le sentiment de sécurité que lui procurait l'escouade qui constituait sa garde rapprochée... Il s'arrêta à quelques mètres du premier esclave, ses soldats l'imitant, et observa la trentaine d'individus face à lui s'organiser avec une efficacité douteuse : certains se bousculaient, d'autres semblaient chercher leur place dans le rang et une poignée avait maladroitement laissé au sol leur équipement. Le tout offrait un spectacle navrant pour quiconque issu d'une formation militaire et probablement une scène drôle pour le reste... Le sous-officier inspira son mécontentement, fit un geste de la tête à un soldat proche puis son escorte vint se mêler aux Janissaires. Les retardataires furent accompagnés à coup de pieds et de poings jusqu'à leurs places, les maladroits reçurent un sort similaire et les plus réfractaires furent quand à eux emmenés, probablement pour les rendre plus dociles.

    - Garok, avancez. » Ordonna le sous-officier d'un air méprisable.

    Un homme robuste fit un pas en avant, serein. Il se tenait droit, probablement plus qu'aucun soldat du Reike, statique et - étonnamment - fier. Sa grande taille l'obligeait à baisser les yeux pour observer le Dunark qui s'approchait de lui.

    - En temps qu'Agha* de cette compagnie vous êtes en charge de ces animaux. Or je ne vois aucune discipline parmi eux. Des poules chassées par un renard seraient plus organisées.

    - Dunark, commença le géant, il s'agit pour la plupart de nouvelles recrues. Tous n'ont pas connu la guerre, moins encore ont la connaissance du fonctionnement  d'une armée...

    - Cela m'importe peu. L'ancienne équipe a subit de fortes pertes, nous avons rempli les places vides avec ce que nous avions sous la main... Il faudra faire avec. La guerre n'attends pas.

    - Dunark, rempila-t-il, les Netsach Ebed constituent des forces entrainées, solides et efficaces, mais je ne peux rien promettre concernant les autres esclaves. Il faudrait probablement des années pour en faire des soldats...

    - Comme je vous l'ai dis, la guerre n'attends pas. Tâchez de les rendre capable de tuer... Ou au moins de prendre des coups. »

    Le sous-officier lui fit signer de rejoindre le rang ; il dévisagea alors un à un chaque Janissaire, comme s'ils fussent des bêtes, puis se détourna pour repartir sur ses pas. Sa garde fit de même, avec une élégance et un professionnalisme qui juraient avec la démonstration des esclaves quelques secondes auparavant.  Lorsqu'il fut suffisamment éloigné, les Janissaires se relâchèrent et vinrent reprendre leurs anciennes occupations. Seul Garok demeurait au même endroit, les yeux dans le vague, pensif. Une voix le sortit de ses songes.

    - Tu ne seras pas responsable du bain de sang. »

    Il tourna la tête vers Érèbe : elle aussi fixait la même direction, probablement dans l'espoir que son regard foudroie leur supérieur... Garok admirait cette femme. Pas pour ses capacités au combat ou bien pour l'amitié qu'ils avaient forgés, mais pour ce qu'elle représentait. Elle était détachée, cynique, peu investie dans les tâches et plutôt mystérieuse ; pourtant, quelque chose d'incompréhensible se dégageait d'elle. Comme un espoir, une lueur, la lumière dans ses ténèbres.

    - Souviens toi l'escarmouche de Kyouki, contre les rebelles... On était pas plus d'une vingtaine en vie, et c'est sans compter les inaptes au combat.

    - Merci. C'est vrai que j'avais besoin que quelqu'un me le rappelle. » lui répondit-il, ironique.

    - On est de la chair à canon. Du sacrifiable. Ils font de nous ce qu'ils veulent et tu n'y changeras rien. Cesse de te morfondre pour une cause perdue. Tâche plutôt d'assurer ta propre survie...

    - Des titans, hein ? »

    Cette fois, Érèbe et lui se regardèrent. L'échange dura quelques secondes avant qu'un fou rire commun s'empare d'eux. Ils mirent un instant à s'arrêter, reprendre leur souffle et évacuer les petites larmes naissantes au coin de leurs yeux.

    - Ils ont rien trouvé de mieux pour se débarrasser de nous. » reprit Érèbe, encore hilare.

    - Impossible de se débarrasser de toi. Tu es une vraie teigne. »

    D'autant qu'il s'en souvienne, la femme avait été présente à chaque bataille, escarmouche, entraînement - et bagarres - qu'il avait connu depuis son reconditionnement. Blessée, elle l'avait été ; aux portes de la mort également. Mais toujours elle l'avait rejoint, et tout deux avaient tracés un bout de chemin ensemble dans les rang des Janissaires. S'ils avaient été de simples soldats, on aurait fait d'eux des sous-officiers en un rien de temps ! Peut-être auraient-ils été meneurs d'hommes, auraient possédé une maison, un ou une épouse... Et reçu des honneurs, ceux donnés aux guerriers, aux héros du Reike. Mais ce n'était pas la leur destin et aussi se contentaient-ils d'être en vie.

    - On y sera dans quelques heures. » annonça un Garok bien plus sérieux en apercevant un autre sous-officier s'approcher d'eux. Fais moi une faveur, Érèbe...

    Elle tourna à nouveau la tête vers lui.

    - Essaie de ne pas mourir. »

    *Agha = Je me suis permise d'inventer un terme (qui existe réellement dans l'histoire des Janissaires de notre monde) pour qualifier, parmi les Janissaires, un individu qui aurait de l'influence sur ses camarades et aurait à charge de les organiser.

    (...)

    - J'en compte douze, Luteni.

    - Ils sont aptes ?

    - Le plus endommagé a été amputé d'une main, le reste est viable.

    - Vous me les remettez en ordre, on a besoin d'eux sur le front pour une intervention rapide. »

    Le sous-officier salua son supérieur et n'attendit pas qu'il soit partit pour se mettre à la tâche. Se dirigeant vers l'attroupement de Janissaires, il leur intima l'ordre de se lever afin d'observer leurs blessures. Il n'était pas réellement concerné ou même inquiet, mais simplement intéressé par leur capacité à reprendre le combat. La guerre venait seulement de débuter et les premières batailles pouvaient déjà en déterminer l'issue ; aussi fallait-il être efficace, et il n'y avait nul besoin pour cela d'avoir de l'attention envers un corps d'armée composé uniquement d'esclaves. Après examination, il se replaça à bonne distance d'eux.

    - Qui est le nouvel Agha ?* » demanda-t-il, les scrutant un à un.

    Une personne se détacha du rang pour venir se placer devant lui. Couverte de boue et de sang, la guerrière n'en demeurait pas moins jolie. Une tristesse profonde se lisait sur son visage mais on comprenait aisément qu'elle cherchait à la dissimuler, à ne surtout pas perdre la face devant "ses" hommes.

    - Votre nom.

    - Érèbe. » Répondit-elle, militaire.

    C'était tout du moins le nom qu'on avait finit par lui donner, ici, parmi les Janissaires. A être considérée comme une moins que rien pendant tant d'années, elle en avait oublié le premier nom que lui avaient attribués les elfes de Melorn. Depuis le temps et devant l'absence de signe de vie de sa part, même eux devaient avoir oublié jusqu'à son existence...

    - Remettez ces combattants d'aplomb et préparez les à un assaut. Vous avez dix-minutes.

    - Nous n'attendons pas le renforcement ?

    - Pas cette fois. » Répondit-il, sans chercher à en dire davantage. Puis il partit.

    Elle comprit sans grand mal. Il n'y avait, pour les officiers, aucune intention de faire survivre ce petit groupe d'individus... Peut être n'était-ce pas leur façon d'agir quand la situation concernait des soldats, citoyens du Reike. Mais la valeur de leur vie à eux, Janissaires, se résumait aux prix que coûtait l'arme et l'armure dont on les affublait. Ils mèneraient un assaut suicidaire, probablement pour une cause noble, possiblement efficace, et certainement sans retour. Dans son malheur, Garok était chanceux d'avoir été fauché plus tôt : au moins lui avait-on accordé de l'espoir, qu'il n'avait pas abandonné jusqu'à ce que la mort le trouve. Eux étaient parfaitement éveillés : celle-ci les attendait quoi qu'il arrive au bout du chemin...

    Sans un mot, elle partit s'installer auprès de ses compagnons ; parmi eux ne subsistaient plus que deux ou trois visages familiers, ceux de survivants parmi les survivants. Au fil des années et des combats, les seuls liens qu'elle avait jamais tissé avaient finit par disparaître et c'était là une souffrance bien pire que sa condition d'esclave... En temps que Lumina, elle avait vécu sa naissance et la découverte du monde comme une bénédiction mais les siècles passant, elle avait comprit qu'il ne s'agissait en rien d'un cadeau des dieux. Elle n'était pas le fruit d'un amour, d'une quelconque envie ou désir. Elle n'était qu'un événement aléatoire, imprévu et imprévible, aussi contingent que le passage d'un nuage dans le ciel. Elle l'avait accepté, mais sa condition et son incapacité à elle-même fonder une famille l'avait conduite à s'isoler, à s'empêcher de nouer des liens. Pas un ami, pas un amant, pas un camarade. Subsistait uniquement son désir d'en apprendre toujours plus sur ce monde, et peut être un jour découvrir la véritable raison de son existence... Toutefois, les êtres doués de raison ont cette faculté à se réunir lorsqu'ils partagent des souffrances communes et les esclaves, bien que privés d'espoir et du sens du mot "liberté", n'échappent pas à la règle. Devenant Janissaire, elle avait ainsi finit par se rapprocher, partager, s'ouvrir et lutter aux cotés de ceux qu'elle considérait comme ses amis. Le temps l'avait privé de certains d'entre eux, les combats, d'autres. C'était insupportable... Et cette fois n'était pas différente des autres - a ceci près qu'elle aussi, bientôt, quitterait ce monde.

    - Érèbe ? » Demanda un homme accroupit non loin d'elle.

    Elle releva la tête, à moitié plongée dans ses pensées. Son interlocuteur demeurait silencieux, hésitant à la sortir de ses songes. Après quelques secondes, elle prit la parole à sa place.

    - J'ai vécu dans l'éternel printemps de la cité de Melorn et me suis baigné dans le savoir des érudits elfes. J'ai rencontré les peuples nomades du Mont Kazan, rugissant, et des fées de la Jungle de sang. J'ai vu l'île de Lumina'Ombra comme personne n'a jamais pu l'observer et étudié la guerre à Drakstrang. J'ai parcouru le monde, je l'ai vécu... Je n'ai plus rien à en attendre, et pourtant la mort m'attriste.

    - Depuis combien d'années es-tu esclave ?

    - J'ai cessé de compter. » Répondit-elle sans même y réfléchir.

    - Peux-tu dire que tu es la même que celle que tu étais autrefois ?

    Elle haussa les épaules, ce que son compagnon traduit pour un oui.

    - Le monde change, les créatures qui l'habite aussi. J'ai la certitude que tu parcourras une fois encore ce monde et que tu en découvriras de nouveau la beauté. Pour ma part, j'avais une échoppe dans le grand oasis que je tenais avec ma femme et mon ainé. Je t'y emmènerai un de ces jours, boire un grog. » La rassura-t-il, sourire aux lèvres. Nous serons bientôt à nouveau libres, toi et moi. Vivants ou morts. »

    Érèbe ne put s'empêcher de répondre à son sourire. Quoi qu'un peu naïves, les paroles qu'il avait prononcé avait eu l'effet escompté sur elle. Elle mit quelques minutes pour reprendre peu à peu contenance, se releva et vint examiner un à un chacun des membres de sa compagnie. Sa simple présence semblait suffire à rassurer ses camarades et les mines attristées présentes sur leurs visages devinrent légèrement plus radieuses. La mort resterait, pour la plupart, inévitable ; mais elle serait sans doute plus acceptable, peut être même couverte de gloire.

    Le sous-officier réapparut : il était temps.  

    Groupes d'intérêts


    MELORN - Étant le lieu où Érèbe s'est établie durablement pour la première fois, Melorn reste un très bon souvenir pour la Lumina et un endroit qu'elle apprécie particulièrement. Elle y a de nombreuses connaissances et personne n'y tient compte de son passé. Elle considère la cité des elfes comme le berceau du savoir, et un lieu indispensable pour qui souhaite engranger des connaissances...

    ESCLAVAGISME - Érèbe a passé une grande partie de sa vie en condition d'esclave et de Janissaire. Elle a tissé des liens d'amitiés avec la plupart de ses congénères et beaucoup plus rarement avec des soldats du Reike. Elle n'apprécie pas particulièrement l'esclavagisme, mais ne cherche pas spécialement à l'éradiquer.

    UNIVERSITÉ DE DRAKSTRANG - Érèbe a suivit sept années de formations auprès de cette université réputée, dans le cursus "Stratégie de guerre" spécialisation "Stratégie de terre". Elle a intégré l'armée en temps que sous-officier mais s'est vue destituée et emprisonnée pour trahison suite à une très mauvaise prise de décision. Il est fort improbable qu'elle y ait une réputation positive...

    LUTTE CONTRE LES TITANS - Érèbe a participé à la guerre contre les Titans en temps que Janissaire. Ayant vu nombre de ses camarades périr dans des affrontements de cette campagne, elle s'est particulièrement impliquée dans la lutte jusqu'à la victoire. Actuellement, elle ne cherche pas à s'impliquer activement dans la lutte.

    derrière l'écran

    Pseudo : MelanMarian
    Comment avez-vous connu le forum ? Par un ami
    Avis sur le forum : Beaucoup de lore, mais c'est très cool ! Chapeau !
    Fréquence de connexion : 1/2 fois par semaine
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Érèbe
    Érèbe
    Messages : 8
    crédits : 106

    Info personnage
    Race: Lumina
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1143-erebe-lumina-terminee
  • Mer 4 Jan - 16:28
    J'ai terminé ma présentation !

    Pour l'histoire, je n'étais pas sure d'avoir le droit de la faire sous forme de RP mais je me suis posé la question après avoir posté la présentation...
    De même, je ne suis pas hyper précise sur tout ce qu'il s'est passé dans la vie d’Ébène, dans le but de pouvoir clarifier les choses en RP si c'est possible ? Ça me laisse une meilleure marge de manœuvre pour intégrer d'autres personnages, par exemple !

    (Si c'est pas trop demandé, serait-il possible pour modifier mon nom en "Érèbe" ? J'ai oublié l'accent au début...  Rolling Eyes )

    Merci d'avance, en éspérant que ce soit bon pour le reste !
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Érèbe
    Érèbe
    Messages : 8
    crédits : 106

    Info personnage
    Race: Lumina
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1143-erebe-lumina-terminee
  • Mar 10 Jan - 14:56
    Bonjour !

    Je me permets de faire un petit UP de ma fiche pour signaler que j'ai effectué des petites modifications du coté des "Groupes d'Intérêts" depuis mon dernier post...

    Merciii ! Very Happy
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Louise Aubépine
    Louise Aubépine
    Messages : 257
    crédits : 1538

    Info personnage
    Race: Démon
    Vocation: Mage - Elémentaliste
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: S
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t183-louise-aubepine-protectrice-du-sekaihttps://www.rp-cendres.com/t257-amities-sinceres-louise-aubepine#859https://www.rp-cendres.com/t256-les-enseignements-du-passe-louise-aubepine#857
  • Ven 13 Jan - 1:27
    Bonsoir Erèbe,
    Avant toute chose, je dois te présenter nos excuses au nom du staff. Ta fiche nous a posé quelques questionnements et après avoir commencé à y répondre entre nous, nous l'avions quelque peu égaré.

    Quoi qu'il en soit, sache que tu es validée ! Après toutes ces années de bons et loyaux services (un peu forcés, il est vrai), il ne tient qu'à toi d'embrasser cette nouvelle liberté qui te tend les bras.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum