DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Shan'ael

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Eloise Natsk [Terminé] EFZvhIHe_o
    Gazette des cendres
    Hiver 2022-2023
    Lire le journal
    #1
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Erit sanguinem
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Eloise Natsk
    Eloise Natsk
    Messages : 12
    crédits : 189

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1205-eloise-natsk-termine
  • Mer 18 Jan - 0:49
    Eloise Natsk
    Race : Humaine
    Sexe : Femme ♀
     ge : 29 ans
    Métier : Professeure à l’université Magic
    Taille & poids : 1m67 55kg
    Alignement : Neutre Bon
    Faction : La République
    Rang : C
    Religion : Athée
    Avatar : OC

    Pouvoirs et objets

    Vocation : Mage
    Sous spécialisation : Mage noir

    Pouvoirs :
    Projection astrale I (500)
    Pétrification I (1000)
    Malédiction I (500)
    Contrôle des émotions I (250)
    Attaque mentale III (1750)
    Nyctalopie (150)
    Pestilence (250)

    Maîtrises élémentaires :



    Objets :

    Immunités :
    Lumière
    Faiblesse :
    Ombre

    Description physique et mentale


    Ils sont là. Deux cents yeux qui me regardent. Qui attendent. Deux cents yeux qui me scrutent, qui m’étudient, certains peut-être à la recherche d’une erreur ou d’un faux pas. Soit. J’y suis préparée. J’étais comme eux le premier jour. Inspiration. Ma poitrine se compresse. Finalement ça n’aurait pas été du luxe de prendre une taille de plus sur ce costume. Et quelle idée d’avoir voulu m’en offrir un neuf ‘pour célébrer l'événement.' Les anciens sont encore en très bon état et ce n’est pas comme si j’avais l’habitude de changer radicalement de style vestimentaire d’un jour à l’autre après tout. Soupir. La pression retombe, le tissu se détend. Moi aussi.

    À mon tour je scrute ces deux cents yeux, ces cents visages assis face à moi. Involontairement je m’attarde un peu plus sur les premiers rangs. Les motivés et les retardataires. Si on peut ici parler de retard. Ils n’étaient juste pas dans les premiers à entrer dans la salle finalement. L’un d’entre eux baisse la tête à l’instant où nos regards se croisent. Si j’étais susceptible j’aurais pu le prendre personnellement. Peut-être que mes cernes ajoutent un petit côté sévère à mes traits, et mes yeux noirs vont surement dans ce sens eux aussi.. Mon apparence est stricte certes mais j’estime quand même avoir un visage assez harmonieux et des traits assez doux pour contrebalancer tout ça.

    Certains commencent à remuer légèrement. Le pouvoir du silence. Il faudra que je pense à prendre un temps pour parler avec les plus agités. Que ce soit à cause de la pression ou pour une autre raison, savoir se concentrer et garder sa concentration est nécessaire pour un pratiquant de la magie. Ce sera une bonne première leçon. Quoi qu’il en soit, ils ont de toute manière assez attendu. Pour la première fois depuis qu’ils sont entrés ils m’entendent prendre la parole.


    Tout est réalisable avec du travail et de la persévérance. C’est ainsi que j’aimerais penser mais force est de constater que peu importe le travail abattu, peu importe les efforts fournis certaines choses nous resterons à jamais inaccessibles. C’est un fait. Et c’est pour cette raison que je continue de me tuer à la tâche, jour après jour, année après année. On voudrait me faire croire que certaines choses me seront à jamais inaccessibles ? Que certains savoir, que certaines maîtrises, que certains talents sont destinés à ne jamais être à ma portée ? Peut-être. Peut-être effectivement est-ce vrai, peut-être que jamais je ne parviendrai à saisir la subtilité des accords de certaines musiques, de l’harmonie et du sens caché derrière le choix des couleurs d’un tableau. Peut-être jamais ne parviendrais-je à courir assez vite pour sembler disparaître aux yeux des gens. En réalité, il est effectivement très probable que je ne sois jamais capable de réussir ce dernier point soyons honnête. Et ce n’est de toute façon pas réellement dans ma liste de priorités.

    Je me fiche bien de savoir si c’est un fait, si nous sommes destinés à regarder impuissant des gens réussir en quelques jours ce sur quoi nous buttons parfois depuis plusieurs années. Presque tout n’est qu’une question de mental. Si vous décidez de réaliser quelque chose alors allez-y. Oui, ce sera dur. Surement aurez-vous envie d’arrêter devant la réussite des autres, devant la montagne d’efforts à accomplir. Peut-être même qu’à un moment tout ce que vous aurez construit jusque là s’effondrera. Je vais vous révéler un secret. Oui c’est dur à vivre, encore plus à accepter. Mais si vous l’avez déjà fait, alors vous pouvez le refaire. Et je serais là pour vous y aider.

    Silence. Plus personne ne parle, plus personne ne remue sur sa chaise. Les deux cents yeux me regardent comme un seul. Si lors de mon entrée certains me jaugeaient, curieux, incertains (qu’est-ce qu’une humaine d’une trentaine d’années pourrait bien apprendre à ceux qui ont vécu plusieurs siècles après tout ?) ne reste que sur les visages de l’intérêt. Oui, questionnez-vous. Qu’est-ce que cette humaine au profil androgyne pourrait bien vous apprendre ? Intérieurement vous le savez, je ne suis pas ici par hasard, on ne devient pas professeure à Magic sans raison. Non, ce que vous voulez savoir ce n’est pas pourquoi mais comment. Vous aurez assez des prochaines années qui vous attendent ici pour comprendre mais laissez moi vous donner un avant goût.

    Vous venez tous d’horizons différents, vous êtes tous ici pour diverses raisons. Dans cette salle, devant moi, vous êtes tous égaux. Le passé ne sert qu’à tirer des leçons permettant de construire l’avenir. Vous êtes ici pour apprendre et c’est la seule chose qui compte à mes yeux. Que vous soyez capable d’apprendre, de comprendre, de vous questionner sur les choses pour aller plus loin. Et que face à l’effort vous ne baissiez pas les bras.  

    Mon travail est de vous former aux pratiques interdites. Mon rôle est de vous accompagner durant cette formation. Mon objectif est de vous faire réussir. Je suis Eloise Natsk votre nouvelle professeure et dans mon cursus l’abandon ne sera pas toléré.

    Histoire


    An - 10 :

    Des fois je me demande lequel de nous deux était censé le plus apprendre de cette situation ? L’enfant ou l’adulte ? Dans mon cas, il était assez évident que tu arriverais à faire de moi une érudite à partir du moment où je fournissais un minimum d’efforts. Ce qui, je l’avoue, n’a pas toujours été le cas. Mais je me suis rattrapée après non ? Dans ton cas ils te connaissent, tu ne refuses jamais d’apprendre de nouvelles choses peu importe le défi que cela représente.

    À tes yeux ce défi a probablement eu la forme d’une tornade durant mes premières années. Combien de livres abîmés, combien de fioles brisées, combien d’expériences réduites en poussière ?  Honnêtement j’ai parfois du mal à comprendre comment tu as fait pour supporter tout ça. Malgré tout ce que je pouvais faire, tu te contentais de hausser les épaules, réparer les pots cassés et passer à la suite. Aujourd’hui je prends conscience de la force qu’il faut pour réussir à agir de la sorte mais je dois avouer qu'à l’époque cela ne faisait que frustrer au plus haut point l’enfant que j’étais. Peu importe mes efforts je n’arrivais jamais à avoir l’attention réclamée. Et je recommençais, en mettant la barre plus haute encore. Jusqu’au moment où j'en ai fait un peu trop. Tu m’a tellement souvent rappelé cette histoire, autant pour te moquer que pour t’assurer que j’apprenne la leçon. Pour une fois je vais te couper l’herbe sous le pied et te raconter cette mésaventure, née de l’esprit d’une fillette un peu trop sûre d’elle. L’idée était simple, le résultat a été désastreux. Un enfer.

    Première utilisation de pestilence, je n’avais qu’une idée vaguement théorique du fonctionnement du sort, aucune envie de me renseigner plus en profondeur ou m’entraîner avant et encore moins de te demander de l’aide. C’est moi qui suis tombée malade. Une semaine clouée au lit, des quintes de toux horrible et une fièvre sans nom. Et pour couronner le tout alors que tu aurais très bien pu te contenter d’un sort de guérison des maladies tu m’a laissé dans cet état, t’assurant juste que les choses n’empirent pas et me donnant une potion (au goût affreux je m’en souviens encore) quand la fièvre grimpait trop.

    Peut-être qu’aux yeux des gens, heureusement que nous n’en côtoyions pas beaucoup, ce traitement était un peu trop dur pour une enfant de neuf à peine cependant, il a eu l’effet escompté. J’ai bien appris la leçon. Très bien même. Après ça plus de taquinerie, avant de lancer un sort ou de faire quoi que ce soit en rapport avec la magie on se renseigne et surtout on s’assure qu’on possède les capacités nécessaire pour atteindre notre objectif. Bon, peut-être que j’ai pris quelques libertés avec certaines de ces règles mais au moins concernant pestilence le sort n’a jamais été relancé sans raison. En fait, hormis quelques cours ou examens, je n’ai jamais relancé cette incantation. Et peut-être que je ferais bien de travailler un petit peu plus dessus à l’avenir, je ne fais qu’effleurer l’éventail de ses possibilités et cela pourrait me porter préjudice à l’avenir. Au moins je suis au bon endroit maintenant.


    Je relis une dernière fois la lettre avant de la plier soigneusement, la glisser dans l’enveloppe et la poser sur le bureau. Je m’en occuperai demain. Peut-être. Cela dépendra de mon humeur, du temps et de ma motivation. Il n’est pas à un jour prêt pour avoir des nouvelles, ce n’est pas comme s’il en demandait. Avec un dernier regard par la fenêtre je me laisse tomber sur le lit. Comme les jours loin de l’académie me manquent. Je ne regrette en aucun cas cette aventure dans laquelle je me suis lancée, mais cette pression quotidienne est éreintante. La rançon du succès. Et je compte bien sortir victorieuse de tout cela. Oui… Victorieuse… C’est avec cette pensée que je me laisse emporter par le sommeil.

    An - 5 :

    Nous y sommes. La dernière année. Ça aura été dur. Très dur par moment, mais me voilà devant le dernier obstacle à franchir. La dernière période d’examens. Jusqu’ici les précédentes se sont relativement bien passées. Dans l’ensemble. Il est fort possible fort possible que les examens portants sur les maladies ne soient pas ceux ou j’ai le plus brillé (pitié, que demain les questions à ce sujet soient peu nombreuses) et en même temps la faute à qui ?

    En parlant de faute je crois ne jamais te l’avoir dit mais si j’ai choisis les pratiques interdites c’est en partie grâce à toi. Enfin, tout ce que je suis je te le dois c’est une évidence que je ne devrais même pas avoir à écrire. Je ne saurais probablement jamais pourquoi ils ont décidé de me laisser à ta charge plutôt que de m'élever eux-même. D’ailleurs je me suis souvent fait la remarque de ne pas savoir grand chose sur eux de manière générale. Tu ne m’en a jamais parlé et je n’ai jamais été curieuse. Ils t’ont choisi, surement parce que vous vous connaissiez d’une manière et d’une autre, et j’ai rapidement terminé chez toi. En tout cas s’il y a une chose que je sais c’est que je leur suis réellement reconnaissante d’avoir fait ce choix. Je ne sais pas ce qu’ils auraient pu m’apporter, ce qu’ils auraient pu m’apprendre mais je sais tout ce que toi tu a fait. Et cela me convient parfaitement.

    Enfin, pour reprendre ce que je disais les sept dernières années ont été dures, combien de gens ais-je vu abandonner, baisser les bras, s’effondrer à l’annonce de certains résultats. Et comme je les comprends. J’en ai pleuré, j’ai crié, j’ai jeté tout ce qui me passait sous la main. Puis quand j’allais tout lâcher, reprendre mes affaires et rentrer je t’entendais avec cette voix grave mais calme qui ne monte jamais dans les tons et que je ne connais que trop bien. "Ce n’est pas grave de se reposer, nous en avons tous besoin tôt ou tard. L’abandon est grave. Alors repose toi, prends le temps qu’il te faut et revient pour réussir." Et c’est ce que j’ai fait, je me suis posée, j’ai soufflé et j’y suis retourné pour réussir.

    Sept ans à tenir ce rythme et de temps à autre frôler la crise de nerf (pour être honnête, assez régulièrement en fait). Dieu merci je n’ai jamais été élue représentante des élèves, je n’imagine même pas la charge de travail que cela doit représenter en plus des études. D’ailleurs l’année où j'ai été nommée déléguée est aussi la seule où mes résultats ont accusé une baisse significative. En réalité, un petit prix à payer, c’est de loin la période ou j’ai le plus appris, je le reconnais volontiers.

    J’y pense, j’ai dis plus tôt être ici grâce à toi avant de diverger. En soit, si tu avais pu choisir à ma place ce sont les théories fondamentales de la magie que j’aurais étudiées. Mais c’est cette curiosité que tu as créée et développée qui m’a amenée ici. Ma décision n’était rien d’autre que l’envie de savoir ce qu’on peut apprendre dans ce cursus. Et je ne regrette pas un instant. Certaines choses me seront utiles, d’autres un peu moins mais au final rien ne sera perdu. C’est peut-être un point de départ un peu étrange que j’ai choisi mais je sais qu’il n’a rien à envier à d’autres.

    J’en profite d’ailleurs pour te faire une promesse. Tout cela n’est que le premier pas sur un chemin bien plus grand. Regarde-moi.


    Tout en clôturant le texte, j'ouvre le premier tiroir du bureau, m’arrêtant un instant devant la pile de documents présente à l’intérieur. Il serait temps de faire le tri là-dedans. Combien de document ‘urgents’ ou de lettres à répondre traînent ici ? Distraitement je soulève quelques papiers, m’arrêtant sur certains, en sortant d’autres. J’ai un peu de temps devant moi,c’est peut-être le moment pour ranger un peu tout ça. Un sceaux de cire attire mon attention. Certaines choses attendent depuis bien longtemps. Trop longtemps. C’est avec cette pensée en tête que je dépose la lettre nouvellement écrite sur la pile avant de refermer le tiroir, passant à la suite de mon programme.

    Année 2 :

    Au terme de sept années d’études et de sept années de formation, je peux affirmer une chose. Je déteste profondément tout ce qui touche au droit et à la bureaucratie dans son ensemble. Je comprends que ce soit nécessaire pour vivre et maintenir une société stable, aucun souci avec ça. Mais disons les choses comme elles sont. Apprendre tout ça, toutes ces règles, toutes ces exceptions… Ça m’emmerde. J’ai appris beaucoup de choses, des choses plus ou moins intéressantes mais vraiment le droit…  Et imaginer que je vais devoir enseigner tout ça… Je n’ai vraiment pas envie d’y penser.

    Ah, j’aurais sûrement dû commencer cette lettre autrement, c’est dommage que tu l'apprennes de cette manière mais oui, j’ai décidé de devenir professeure. Les sept dernières années ont  été passées en la charmante compagnie (compagnie pas toujours charmante) de la pléiade qui m’a aidé à me préparer pour mon futur travail.

    Forcément comme pour tout le reste tu a joué un rôle là dedans, c’est toi qui m’a fait découvrir la joie d’apprendre et le plaisir de partager son savoir. Et s’il est une chose dont j’ai bien pris conscience au cours de mes études c’est que nous n’apprenons jamais autant qu'en transmettant son savoir. Tu m’avais déjà donné ce conseil d’ailleurs. Comme à chacun de tes enseignements importants tu avais tourné la situation à la dérision, en parlant d’une voix grave volontairement exagérée et en cherchant une phrase de mauvais conteur (j’ai eu l’occasion d’en voir en quatorze ans et vous n’avez rien à vous envier ). Ce jour-là tu avais dû dire quelque chose comme “j’ai appris bien des choses aux cours des siècles de mon existence, mais c’est quand j’ai commencé à transmettre que j’ai réellement pris conscience de ce qu’apprendre.

    Si je suis capable de redonner au mot près la plupart de tes citations pardonne-moi, ce n’est pas le cas pour ce jour-là. La situation était différente dirons nous, et cette voix grave avait commencé à perdre de sa force, ne faisant plus trembler les murs dans un éclat de rire mais juste faire onduler les feuilles des diverses plantes de ton bureau.

    En tout cas, cette leçon aussi a été assimilée. Ce qu’on m’a transmis, ce que j’ai appris par toi, durant les sept années de mon cursus ou celles de mon apprentissage, je compte le transmettre à mon tour. Avec quelques exceptions évidemment. Certaines choses doivent être apprises par soi-même, c’est une évidence et j’en ai fait plusieurs fois les frais. À côté de ça, certains des préceptes transmis par la pléiade durant mon apprentissage resteront aussi sous silence. Soit parce que cela ne regarde pas les étudiants, des règles administratives par exemple, soit parce que même pour des étudiants en pratiques interdites il en est qui doivent rester ignorées.

    C’est aussi pour ça que je m’excuse de ne pas pouvoir réellement te parler de tout ce que j’ai pu apprendre, d’une part les pratiques interdites portent plutôt bien leur nom et l’académie est fière de son enseignement et aime cultiver le secret autour de celui-ci. Ce que je comprends. Il y a un charme à connaître des choses ignorées par le peuple. Aujourd’hui ce n’est pas, ce n’est plus possible mais un jour nous pourrons parler de tout ça ouvertement. Je l’espère de tout mon cœur.


    Silencieuse je déambules entre les allées perdue dans mes pensées ressassant les mots couchés hier sur le papier. Je regarde sans voir ce qui m’entoure. Nul besoin de faire attention à la direction que je prends, cela va faire quinze ans que je ne suis pas venue ici et pourtant mes souvenirs sont clairs, je sais que mes pas vont naturellement me guider vers ma destination. C’est peut-être aussi pour cette raison que je ne suis pas revenu depuis d’ailleurs. De peur de ne pas être prête. Je sursaute presque quand j’arrive à ma destination. Le chemin ne me semblait pas si court. Et pourtant.

    Bonsoir… Ça fait longtemps…

    Je n’ai pas fini ma phrase que les larmes commencent déjà à couler. Évidemment. Peu importe à quel point j’ai pu me préparer, cela n'aurait jamais été suffisant n’est-ce pas ? Est-ce aussi dur pour tout le monde ? Tous ceux qui passent par ici ? J’essuie distraitement mes yeux avant de m’abaisser et déposer le bouquet de fleur devant la stèle. Pendant quelques instants je reste accroupie, yeux clos, lui parlant, me parlant, parlant à un quelconque dieu, une quelconque entité qui tendrait l’oreille. Je lui raconte tout, tout ce que je n’ai pas pu partager avec lui durant les dernières années, tous les conseils que j’aurais aimé qu’il me donne, toutes les erreurs que j’ai faites, celles que j’ai évité, celles que je referais. Tout ce que j’ai pu apprendre. Mais surtout je lui dis à quel point il me manque, combien les dernières années ont été dures sans lui, combien j’aimerais qu’il soit encore là et à quel point je regrette qu’il n’ait pu me voir faire mes premiers pas et évoluer dans cette académie et dans le monde de la magie.

    Les yeux embués je me relève, lui accorde un dernier salut et tourne les talons. Derrière moi, les trois lettres frémissent au gré du vent frais d’un soir d’automne.

    Groupes d'intérêts

    L’académie Magic

    derrière l'écran

    Pseudo : Myllin
    Comment avez-vous connu le forum ? : Bouche à oreille
    Avis sur le forum : Un bel univers bien construit, hâte de le voir évoluer (et participer à son évolution)
    Fréquence de connexion : journalière
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Eloise Natsk
    Eloise Natsk
    Messages : 12
    crédits : 189

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1205-eloise-natsk-termine
  • Mer 18 Jan - 0:52
    Je me permet un double post pour indiquer que la fiche est terminé o/

    En espérant ne pas avoir fait d'incohérence ou de trop grosses fautes, merci d'avance pour la lecture ♥
    Mairesse de Courage
    Mairesse de Courage
    Koraki Exousia
    Koraki Exousia
    Messages : 239
    crédits : 453

    Info personnage
    Race: Hybride (Femme/Corbeau)
    Vocation: Mage Noire
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t109-koraki-exousia-mairesse-de-courage-terminehttps://www.rp-cendres.com/t143-clients-et-detracteurs-de-l-ambrosiaque-koraki-exousiahttps://www.rp-cendres.com/t142-koraki-exousia-mairesse-de-courage
  • Dim 22 Jan - 18:06
    Bienvenue, chère Eloise,

    Ni incohérences, ni fautes, tu peux souffler ^^

    D'ailleurs, concernant ton avatar, si je ne dis pas de bêtise, il s'agit de Kuroro Lucifuru du manga Hunter x Hunter (les spécialistes le confirmeront ou non).

    Je ne vois rien de plus à ajouter à ta fiche. Elle était très plaisante à lire Smile

    Avec toi, je crois que nous arrivons au nombre max de professeurs accepté dans l'Université MAGIC.

    Tu es dès à présent Validé !


    Eloise Natsk [Terminé] 98e0

    Pouvoir de la Reine des Catins:
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum