DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    Cendres ᚠ ᛊ ᚢ ᛟ ᚪ ᛊ ᛥ ᛉ
    Relevez-vous, peuple des cendres ! Les Titans existent, la guerre d'il y a 5000 ans résonne davantage dans vos cœurs depuis que ces immortels sont revenus revendiquer leurs droits. La victoire vous est une nouvelle fois acquise, mais à quel prix ? Suite à cette nouvelle guerre plus violente et mortelle que toutes les précédentes, il en va de votre responsabilité de vous accrocher à la vie et de rebâtir sur les ruines. Vers un nouveau futur encore incertain.

    Shoumei, autrefois membre des trois grandes nations régnant sur les terres des cendres et capitale de la religion diviniste, a payé le tribut ultime pour offrir la victoire aux vivants. Désormais, son peuple se retrouve égaré, dispersé. Privés de leur nation, de leurs foyers, les shoumeiens tentent tant bien que mal de retrouver un semblant de paix, mais la tâche est ardue. Le Reike, nation guerrière en proie à une lutte intestine contre le dirigeant s’étant imposé dans un sillage de sang, ainsi que la République, nation de l’ordre et des lois, ont tous les deux beaucoup à gagner avec ces nouveaux territoires à revendiquer. Choisiront-ils la voie de l’alliance et tendront-ils la main aux shoumeiens ? Où feront-ils passer leur peuple avant le reste des cendres ? Seul le futur écrira l'histoire de ces deux nations que tout oppose depuis des temps immémoriaux. Enterrer ou reluire la hache de guerre pour les combats à venir.

    Quoi qu’il en sera, peuple des cendres. C’est à vous de faire pencher la balance. Battez-vous pour le futur que vous chérissez. Entamez votre ultime chant du cygne, et brisez une bonne fois pour toutes ce cycle incessant de guerres contre les titans, ou tentez de poursuivre ce dernier selon vos convictions. Il ne tient qu’à vous d’offrir au monde des cendres la paix qui lui est due ou de le plonger à jamais dans les flammes…
    votez pour nous ♥1234
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu

    derniers messages

    membre
    du mois
    Bravo à Gerda !

    prédéfinis

    +
    Forum RPG Dark Fantasy. Avatars illustrés 300 x 500 px. Cendres est un monde magique où plusieurs puissances économiques et politiques règnent. Ici, les enjeux sont importants et une situation peut changer du jour au lendemain. Incarnez un simple paysan, un talentueux magicien ou même un riche seigneur ! De nombreuses possibilités et combinaisons différentes vous attendent avec impatience !

    from the ashes

    24.07.22
    Ouverture du forum et début du jeu. Bienvenue sur Cendres !
    28.06.22
    Le forum est accessible au public.
    17.06.22
    Début des travaux de construction.
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Gunnhildr
    Gunnhildr
    Messages : 3
    crédits : 1180

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Guerrier Combattant
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
  • Ven 5 Aoû - 17:48
    Gunnhildr
    Race : Liche (valkyrie d'origine)
    Sexe : Femme
    Âge : 15004 ans
    Métier : Aucun
    Taille & poids : 2m / 80Kg
    Alignement : Loyal mauvais
    Faction : Citoyen du monde
    Rang : B
    Religion : Aucune
    Avatar : Pas connu

    Pouvoirs et objets

    Vocation : Guerrier
    Sous-spécialisation : Combattant

    Force surhumaine : Palier 4
    Super vitesse : Palier 4
    Agilité et précision augmentées : Palier 2
    Renforcement de la constitution physique : Palier 4
    Prouesses d'arme : Palier 1
    Gunnhildr est capable d'insuffler sa magie de feu à son épée.
    Magie élémentaire de feu : Palier 4
    Vol : Palier 2 (ailes noires)
    Régénération : Palier 1

    Immunité : Ombre
    Faiblesse : Lumière

    Aura sombre.


    Objet :
    Elle possède une épée en bronze céleste. Elle se reconnait facilement à sa garde en forme de pair d'ailes et quiconque s'est intéressé aux chroniques des valkyries pourrait la reconnaitre car elle y est parfaitement décrite, comme étant l'arme perdue de la première valkyrie.
    L'épée n'a rien de très magique, si ce n'est le bruit cristallin qu'elle peut émettre et qui lui est propre, ainsi que quelques fleurs blanches qui poussent sur la garde. Celles-ci n'ont aucune propriété spéciale, si ce n'est qu'elles repoussent magiquement lorsqu'elles se détachent de l'épée, elles ont cela dit une odeur très agréable. Elle semble également ne jamais s'émousser.

    Description physique

    Gunnhildr est une personne de grande taille, bien que dans la moyenne pour une valkyrie. Elle a regard bleu acier qui semble percer l'âme de celui sur lequel il se pose. Son nez est plutôt fin et de ne présente pas de signe distinctif particulier. Elle a un visage plutôt anguleux que des lèvres pulpeuses viennent finir de remplir. Elle possède de longs cheveux blonds qui semblent former une crinière de lion et qui viennent arrondir son visage. Laissés libre la plupart du temps, ils sont parfois montés en chignon sur le dessus de sa tête, avec quelques mèches encerclant son visage, parfois ils sont simplement tressés.

    Son corps, bien que  relativement fin, témoigne d'une certaine musculature. Chaque muscle semblant être parfaitement taillé pour la fonction qui lui est assignée. Rien n'est superflu, mais rien est excessif non plus. La valkyrie est faite pour attirer le regard des hommes, qu'elle repousse d'un revers de main, contrairement à celui des femmes.

    Le dos toujours bien droit et la tête haute, elle a ce qu'on appelle le port noble. Aussi bien à l'aise dans une tenue de combattante que dans des tenues plus mondaines, elle illumine les pièces aussi bien de sa présence que d'un sourire radieux, pour pour qu'on lui trouve les bonnes clés.

    Description psycologique


    Froide - Distante - Patiente - Calculatrice - Machiavélique - Réaliste - Secrète

    Rare sont ceux qui l'ont côtoyés et qui sont encore en vie pour en témoigner. Gunnhildr est une personne qui sait garder ses distances avec tous ceux qui l'entourent. Pour elle, les meilleurs amis ne font que les pires ennemis. Dès lors, si elle n'arrive pas toujours à garder ses distances par les actes, elle le fait par les mots.

    Egalement, elle justifie la majorité de ses actes par le but à atteindre. Tout simplement à ses yeux, la fin justifie les moyens. Peu importe si les moyens en questions signifient qu'il faille sacrifier la population d'un village pour vaincre un ennemi ou à mentir et tromper pour obtenir ce qu'elle souhaite.

    Devenue totalement libre de tout serment depuis son réveil, elle ne s'intéresse désormais plus qu'à son propre intérêt. Bien qu'elle se défende en disant par l'allocution "Ni dieu ni maître". Si elle ne peut rien faire pour la deuxième partie de cette phrase, elle compte bien faire de la première partie un état de fait pour toutes les créatures du Sekai.

    Histoire


    Partie I : Au-delà



    Le retour à la conscience. Soudain. Brutal.
    Elle ouvrit les yeux et une lumière infernale emplit son champ de vision. Elle avala une goulée d’air qui descendit le long de sa gorge à vif, déclenchant une violente quinte de toux qui la fit se plier en deux et se recroqueviller en position foetale. Ses paupières tremblotèrent et les ténèbres faillirent l’engloutir à nouveau. Son esprit se rebella, lutta et reprit le dessus. Elle fut secouée par une autre douloureuse quinte de toux, puis elle s'apaisa. Elle prit une lente inspiration saccadée, ses yeux clignant rapidement pour s’accoutumer à la lumière éblouissante.

    Son environnement se précisa alors que ses sens - la vue, l’ouïe, l’odorat et le toucher - lui revenaient lentement. Elle s'aperçut qu’elle était allongée sur une surface dure et irrégulière qui oscillait à chacun de ses mouvements. A travers son regard trouble, cela ressemblait à un monticule de débris et de pierres blanchâtres. Elle avait beau cligner et plisser les yeux, elle n’arrivait pas à voir distinctement.
    Elle entendait un gémissement plaintif. Le vent, comprit-elle. Il était chaud, mais pas de façon plaisante. Sa caresse était comme les premières fièvres qui précèdent une maladie. Il charriait une odeur âcre. Il lui fallut un long moment pour identifier cette puanteur. Du soufre et quelque chose de pire, une odeur putride sous-jacente qui déclencha en elle un dégoût primitif. Elle se redressa en position assise et redouble d’efforts afin de clarifier sa vision.

    L’éclat embrasé devint un ciel, mais celui-ci était plus inquiétant et menaçant que tout ce qu’elle aurait pu imaginer. Des nuages obscurs bouillonnent sur un vide orangé, parsemé de tâches ensanglantées. Les cumulus étaient alimentés par des tourbillons de fumées noires qui émanaient du sol et elle comprit très vite que tout cela n’était que le reflet d’un vaste incendie sur le sol. Baissant les yeux, sa vision se confirma lorsqu’elle vit les flammes s’étendre jusqu’à l’horizon où l’on pouvait voir les lignes irrégulières de montagnes.
    Elle bougea à nouveau, luttant contre un sentiment de dislocation. Son cœur se mit à cogner quand elle se rendit compte qu’elle n’avait aucune idée de où elle se trouvait et pire encore de qui elle était. Quelque chose de dur se brisa alors sous sa paume. Elle baissa les yeux, saisie par une horreur grandissante.

    Elle n’était pas allongée sur des pierres.


    Mais sur des os.

    Elle ressortit sa main des restes d’un ancien crâne. Des os grincèrent sous elle quand elle bougea. Elle recula à l’aide de ses mains et de ses talons pour s’évader du monticule d’ossements. Les carcasses se brisèrent sous son poids. Des esquilles transpercèrent sa tunique grise dont elle était vêtue, éraflant ses jambes et ses bras nus. Le fracas macabre s’amplifia : crânes, côtes et tibias s’entrechoquant à chacun de ses mouvements.
    Elle sentit quelque chose de froids et de dur sous ses mains. Elle se traîna en arrière jusqu’à se retrouver assise sur une plaque de métal pas plus grande qu’un mètre. C’était un bouclier remarqua-t-elle, mais elle était assise sur l’intérieur de celui-ci. Elle observa alors les alentours.
    Elle était assise au sommet d’une montagne d’ossements et il y en avait à perte de vue. Par endroit, elle voyait des épées dépasser, par d’autres des lances. Des combattants conclut-elle, alors qu’elle se demanda si elle était responsable de leur mort. Un peu plus, loin quelque chose attira son regard, un bout de tissu qui dansait avec le vent. Celui-ci le faisait claquer par moment et d’un élégant mouvement elle pu apercevoir un symbole dessus.

    - Shoumei.

    Le mot était sorti naturellement comme elle respirait. C’était la première fois depuis son réveil qu’elle entendait sa voix et celle-ci avait quelque chose de rassurant. Elle était profonde et puissante : une voix faite pour les déclarations assurées, les ordres stricts et les serments inviolables.
    Soudain, elle fut prise de violents maux de tête. A tel point qu’elle dut se saisir le crâne entre les mains, elle se força également à fermer les yeux car d’aveuglants flashs lumineux lui brûlèrent la rétine. Elle serra les dents pour ne pas crier de douleurs.

    Puis le calme à nouveau. Elle rouvrit doucement les yeux, se retira délicatement les mains de la tête et se redressa, se releva. Elle toisa les environs. Les questions qu’elle se posait plus tôt trouvèrent réponses.
    Gunnhildr observa les millions de morts qu’elle avait provoquées. Cette vision aurait pu l’accabler, l’écraser et la mettre à nouveau à terre, mais intérieurement, elle ne ressentait rien si ce n’est le sentiment du devoir accompli. C’était un sacrifice qu’elle avait accepté de faire, qu’elle seule aurait pu faire et s’il fallait le refaire, elle le referait.
    La valkyrie s'époumona alors :

    -Montrez-vous ! Je sais que vous m’observez !

    Sa voix résonna au loin et seul son écho lui répondit. La guerrière était prise d’une rage fulgurante. Elle savait très bien où elle se trouvait et elle savait très bien qu’elle n’y resterait pas. Elle voulait laisser un message pour ceux qui vivaient ici :


    - Gardiens et Titans, prenez acte, je vous ferai rejoindre bientôt ces montagnes.


    Puis tout devint doucement flou avant de s’assombrir, alors qu’une lumière rougeoyante apparaissait devant elle. Une voix grave entra dans sa tête, pendant qu’elle se tenait toujours debout :


    Transcription écrite:


    Partie II : Bénédictus, Aout de l'an 3.



    La première valkyrie ouvrit les yeux dans les ténèbres. Elle se sentait oppressée, comme écrasée sous un poids titanesque. Elle sentait ses bras en croix contre son torse, ses jambes droites, mais elle ne pouvait bouger aucun de ses membres, tout juste pouvait-elle plier les doigts. L’avait-on enterré ? Non, elle l’avait fait d’elle-même, quatre ans plus tôt.
    Gunnhildr se concentra sur elle-même. Elle sentit sa magie en elle. Chaque flux qui la parcourut. Elle se souvint alors que cette même magie l’avait presque totalement quittée. Mais aujourd’hui, elle est totalement revenue.
    Il fallait qu’elle s’y habitue à nouveau, tout comme elle s’y était habituée il y a 5000 ans dans cette montagne avec Melwas. Car elle était différente d’il y a quelques années, encore une fois. Melwas l’avait entraînée, il lui avait appris comment s’habituer à ces nouveaux flux.


    Soudain, une explosion retentit au sein de la haute cathédrale de Bénédictus. Celle-ci était partiellement en ruine, à l’image de la ville. Capitale de l’ancienne Fédération de Shoumei. Il n’y avait plus une âme qui vivait au sein de cette cité, tout avait été laissé à l’abandon.
    A l’intérieur de l’ancien bâtiment religieux, au sein de son cloître principal. Celui où se trouvait Yggdrasil, l'arbre mythique du pays, une déflagration venait d’avoir lieu.
    Ce qui restait du tronc du végétal venait d’éclater. Des morceaux de bois avaient été projetés dans tous les sens et s'étaient profondément enfoncés dans la pierre tout autour. Dans l’ouverture ainsi créée, l’ancienne régente apparu et elle sortit de ce cocon dans lequel elle s’était enfermée.

    L’air frais vint lui caresser le visage et le calme reprit son règne après le trouble qu’elle venait de semer. Pendant plusieurs heures elle parcourut les ruines de l’endroit où elle se trouvait pour prendre connaissance de tout ce qu’il s’était passé.
    En état de demi-conscience - son esprit ayant presque fusionné avec l’arbre Yggdrasil - ses souvenirs étaient très flous sur les quelques années qui venaient de s’écouler. Elle se souvint de l’attaque des Titans, de la défense et du sacrifice de la fédération qu’elle eut décidé.
    Elle prit le temps de lire les courriers qui lui avaient été adressés. Elle sourit à la situation politique de la Fédération d’alors. Elle s’imagina comment elle aurait pu réagir à ce moment-là, mais très vite tout cela la dépassait. Shoumei avait disparu et elle n’était plus régente de quoique ce soit. Un sentiment de liberté s'installa en elle. Et maintenant ? se demanda-t-elle intérieurement. Et maintenant. conclut-elle alors que son esprit venait de débattre avec lui-même.

    Gunnhildr quitta la Haute Cathédrale pour se rendre dans les quartiers riches de la ville, du moins ce qu’il en restait. Les rues si blanches étaient devenues grisonnantes, parfois on y trouvait des cadavres que les nécrophages venaient encore picorer. La nature commençait doucement à reprendre ses droits par endroit, on y voyait des fleurs pousser à travers le pavé, des plantes qui grimpaient doucement le long de certains murs.
    Dans les boulevards autrefois vivants, ne résonnaient désormais plus que les pas de l’ancienne régente. Elle s’arrêta d’abord dans une commanderie de l’ordre, l’endroit semblait avoir tenu un siège tant il était en ruine. Les combats avaient sûrement été féroces ici. Elle y trouva quelques vêtements qu’elle enfila, la robe qu’elle portait n’ayant pas réellement supportée les affres du temps, qui plus est enterrée sous terre. Avant de quitter l’endroit, elle prit le temps de monter sur les remparts pour observer la ville. Il n’y avait que des ruines et le silence était de mise, pas seulement dans le quartier où elle était, mais dans toute la cité.
    Après plusieurs heures de marche, guidée aussi par sa curiosité, elle finit par arriver dans sa demeure. L’endroit avait été évidemment saccagé, comment aurait-il pu être autrement ? La situation la fit presque rire tant elle s’en moquait.
    Depuis l'entrée, elle observa l’armoire de verre vide. dans laquelle aurait dû se trouver son épée. Elle chercha du regard, quelques mètres plus loin, elle vit la lame briller ainsi que quelques cadavres calcinés autour.

    - Ils n’étaient pas dignes de toi…mais le suis-je toujours ?

    Toutefois hésitante, elle continua de regarder l’épée, espérant qu’une voix lui réponde. Mais seul le sifflement du vent qui pénétrait dans le bâtiment se faisait entendre, lui et le bruissement des arbres de son jardin. Elle soupira et se dirigea vers l’arme. Voyons voir.
    Elle empoigna la fusée et alors qu’elle s’apprêtait à la soulever, elle sentit comme une petite résistance. Qu’à cela ne tienne, elle força d’un coup sec.
    La lame se détacha du sol dans un craquement, quelques pétales s’envolèrent depuis la garde et d’un moulinet rapide elle fit siffler le métal dans l’air ambiant. Les murs adjacents se scindèrent en deux et Gunnhildr jeta un coup d'œil vers l’extérieur depuis l’ouverture ainsi créée.

    - C’est bien plus agréable ainsi.

    Pour la première fois depuis des millénaires la valkyrie se sentait bien. L’épée à la main, elle se sentait complète, comme si on lui avait rattaché un membre amputé. Alors que l’épée se mettait à briller de plus en plus, elle l’enferma dans son fourreau, qu’elle attacha ensuite à sa hanche. Ajustant sa tenue à ce nouvel objet, elle sortit de la bâtisse, laissant le soleil réchauffer doucement sa peau. L’été à Bénédictus avait toujours été très agréable, mais elle n’en avait jamais profité. D’ailleurs, c’était la première fois qu’elle ressentait quelque chose, qu’elle sentait, la caresse du vent, le chaud du soleil, les odeurs des fleurs.
    Elle observa alors son propre corps. Ses mains étaient à nouveau charnues. Sa peau était une fois de plus colorée. Ses cheveux ? Ils avaient retrouvé leur éclat d'antan, ce blond digne d’une crinière de lion. Là où il n’y avait que des os, désormais il y avait des muscles et de la peau. Elle écarta les pans de vêtements au niveau de son buste : les blessures d’Exia étaient toujours présentes, mais elles étaient pansées par des fleurs. Yggdrasil. pensa-t-elle alors qu’elle faisait glisser la pulpe de ses doigts sur les pétales.


    Partie III : Vers Mael, Aout de l'an 3.



    Elle avait fini par quitter la capitale de la Fédération de Shoumei. Plus rien ne l’attendait là-bas et elle avait cessé de parcourir les ruines de la ville à la recherche…A la recherche de quoi d’ailleurs ? Seagan ne semblait pas être revenu de son escapade au Reike, du moins, rien dans les courriers qu’elle avait lus mentionné son retour. Quant à Lui…lui n’était pas là. N’était plus là. Et quand elle se mettait à y penser, elle ressentait une profonde tristesse, qui avant même de rencontrer le fer de sa volonté, venait s’envelopper dans une couche d’espoir. Peut-être avait-il fuit…peut-être se cachait-il à nouveau…Peut-être… Elle secoua la tête pour chasser ses pensées. Il fallait se rendre à l’évidence, mais elle n’osait pas encore le faire.

    Gunnhildr était sur la route vers Mael, elle voulait savoir ce qu’était devenu le reste de la Fédération et surtout, Mael était réputé pour ses bibliothèques et ses archives. Elle avait bon espoir, maintenant qu’elle n’avait plus aucune obligation qu’elle pourrait se plonger dans les livres pour obtenir toutes les réponses qu’elle avait toujours cherchées ou du moins ,des pistes de réponses.
    Le chemin était long sans monture entre les deux cités. Elle aurait pu voler jusque là-bas -elle avait prit soin de vérifier si ses ailes étaient toujours présentes à Bénédictus- mais elle n’était pas pressée et surtout elle souhaitait pouvoir profiter de chacun des sons qu’elle pouvait entendre, de chacune des odeurs qu’elle pouvait sentir et de chaque caresse du vent sur son visage.

    Il commença à faire noir sur les chemins. Bien que le ciel était encore illuminé, malgré tout rougeoyant, les arbres alentour plongeaient les chemins de la Fédération très tôt dans l’obscurité.
    Elle ne ressentait ni la fatigue, ni la soif pour l’instant. Si la faim devait se faire ressentir, elle avait encore le temps avant que cela ne devienne trop impactant. Pour autant, elle fit un léger détour sur sa route vers un hameau. L’illusion du calme se brisa lorsqu’elle y pénétra. Au milieu de celui-ci se déroulait une scène.

    - …Abandonnez-vous aux soins de ces hommes et je vous promets que vous ne souffrirez pas plus que nécessaire. Vous devez savoir que vous êtes dans la fugue de l’Ennemi et que vous ne regretterez cette voie que maintenant et pour l’éternité. Je vous ai aimé et je vous aime encore, et les Titans aiment toutes les créatures, même lorsqu’elles se sont égarées. Revenez vers nous, aidez-nous à trouver le salut. Les Titans vous aiment. Nous vous pardonnons.

    Une silhouette en robes s’exprimait au milieu de tous. Les cheveux sombres, les yeux déterminés, il prêchait la “bonne” parole. Il portait une main à son sternum, où une bosse indiquait la présence d’un objet suspendu à son cou sous sa tenue.  Son autre main était tendue en direction de personnes à genoux dans la terre.
    Tout semblait indiquer que celles-ci avaient été battues par les hommes qui s’étaient agglutinés autour du prêcheur. Elles étaient tremblantes, leurs respirations erratiques et elles cherchaient du regard un soutien parmi la foule. L’une des personnes croisa le regard encapuchonné de l’ancienne régente et s’exclama alors :

    - Aidez-nous ! Je vous en supplie ! Venez nous en aide ! Ne croyez pas ces hommes, leurs paroles ne sont que venins !

    La colère du prêcheur s’abattit sur l’impétrante d’un revers de la main, aux doigts sertis d'anneaux, qui eut pour réponse un cri de douleur.

    - Silence, mon enfant ! Tu as déjà révélé que ta langue ne convenait à rien d’autre que le mensonge. La vérité des titans est ici maintenant, repens-toi !

    Toutefois, il posa un regard sur la voyageuse. Il la toisa pendant quelques instants. La bouche de Gunnhildr ne faisait qu’un trait, elle n’avait rien dit et son regard croisé celui du prêcheur. Un de ses hommes s’approcha d’elle, posa une main sur son épaule et murmura :

    - Si vous n’avez aucune affaire ici, partez. A moins que vous ne soyez pas une croyante des titans, voyageuse ?

    Le vent souffla la cape de la valkyrie et révéla au passage son visage. Elle n’avait aucun intérêt à rester ici et cette histoire ne la concernait pas. Le prêcheur continuait de la fixer sans même prendre le temps de cligner des yeux. Son regard était injecté de sang et elle prit la décision de faire demi-tour.
    Alors qu’elle allait quitter l’endroit, que le bruit de la petite foule reprenait le dessus, elle entendit à nouveau :

    - Je vous connais….Madame la Régente….Oui c’est bien vous. Différente, mais c’est vous ! Gunnhildr !


    Elle soupira en réponse. Elle était à un pas de sortir du hameau, mais désormais on n'allait pas la laisser tranquille aussi facilement. Elle se retourna et croisa le regard des hommes. Ils étaient haineux, leurs visages se déformaient sous la colère.

    - C’est de votre faute ! Tout cela est de votre faute !

    Votre faute...Elle sourit sans aucune émotion. Évidemment, c’était plus simple de rejeter la faute sur eux, sur elle.

    - Bande d’ingrats… pesta-t-elle à voix basse.

    Le prêcheur reprit de plus belle :

    - Ce soir, après toutes ces années, après toutes nos souffrances, notre dévotion a été récompensée ! Capturez-la mes enfants ! Tuez-la ! Imprégnez la terre de son sang !

    Alors qu’il vociférait ses ordres, ceux qui l’accompagnaient se positionnèrent autour de l’ancienne régente. Elle les observa faire et lorsqu’ils se mirent à avancer, elle se mit elle-même en position : les jambes légèrement écartées lui offraient stabilité; une main sur le fourreau et l’autre sur la fusée lui permettrait de dégainer dans un ample mouvement circulaire afin d’en abattre plusieurs. Devant cela, ils eurent tous un moment d’hésitation, ils reculèrent tous d’un pas.

    - Vous n’en êtes pas dignes.

    Mais Gunnhildr quitta cette position pour redevenir stoïque. A la place, elle forma un cercle avec son majeur et son pouce, qu’elle pointa en direction du prédicateur. D’un mouvement sec, elle brisa le rond et une onde de choc se dirigea vers l’homme. Il éclata en une gerbe de sang.
    Et c’était pour cela que les rois n’étaient jamais en première ligne. A cette macabre vision, les autres illuminés religieux décampèrent dans l’instant, comme des insectes que l’on dérange après avoir soulevé une trop grosse pierre. La valkyrie observa ceux qui se faisaient juger et elle prononça ce qu’ils attendaient tous :

    - Vous êtes libres désormais.

    - Merci votre excellence.

    - Je ne suis plus votre régente. Vous ne m’avez jamais vu ici et vous devriez en profiter aussi pour quitter cet endroit.

    Dit-elle tout en apprêtant la monture du prêcheur pour elle-même. Il n’aurait plus besoin de celle-ci désormais de toute évidence.

    - Shoumei n’est plus endroit sûr…même pour les shouméiens.

    Et elle reprit la route vers Mael.

    Groupes d'intérêts

    Elle semble être assez proche du groupe d'intérêt "Lutte contre les titans", bien que sa lutte dépasse celle des titans, puisqu'elle s'oppose à toutes les divinités quel qu'elle soit. De plus, il est peu probable qu'elle obéisse à une hiérarchie quelconque, il s'agit plutôt d'un électron libre qui a quelques adhérences à ce groupe.

    derrière l'écran

    Pseudo : Réponse ici
    Comment avez-vous connu le forum ? Réponse ici
    Avis sur le forum : Réponse ici
    Fréquence de connexion : Réponse ici
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Gunnhildr
    Gunnhildr
    Messages : 3
    crédits : 1180

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Guerrier Combattant
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
  • Sam 6 Aoû - 1:09
    Normalement j'ai fini.


    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Seagan
    Seagan
    Messages : 225
    crédits : 605

    Info personnage
    Race: Lumina
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: S
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t119-seagan-le-monarque-dechu-terminehttps://www.rp-cendres.com/t247-seagan-le-monarque-dechu
  • Sam 6 Aoû - 6:48
    Wouah.
    J'ai toujours été et je le suis encore admiratif de ton style d'écriture. Le personnage de Gunnhildr te sied très bien même si elle a légèrement changé physiquement et en termes de pouvoir. Je n'ai relevé aucune incohérence et si les points ont été validés par notre comptable, il n'y a aucune raison d'en douter. Gunnhildr est à présent libre. Libre en tant que joueur et personnage. J'ai hâte de découvrir les rps résultant de cette liberté.

    Bon jeu à toi,

    Validé


    L'amour est éternel.
    La mort
    est une porte séparant le Royaume des Gardiens,
    à celui de nos Titans, le Sekai.
    Puisse l'amour en notre foi guider notre peuple
    dans le chemin de l'absolution de nos péchés.

    Ainsi soit-il.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum