DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    Cendres ᚠ ᛊ ᚢ ᛟ ᚪ ᛊ ᛥ ᛉ
    Relevez-vous, peuple des cendres ! Les Titans existent, la guerre d'il y a 5000 ans résonne davantage dans vos cœurs depuis que ces immortels sont revenus revendiquer leurs droits. La victoire vous est une nouvelle fois acquise, mais à quel prix ? Suite à cette nouvelle guerre plus violente et mortelle que toutes les précédentes, il en va de votre responsabilité de vous accrocher à la vie et de rebâtir sur les ruines. Vers un nouveau futur encore incertain.

    Shoumei, autrefois membre des trois grandes nations régnant sur les terres des cendres et capitale de la religion diviniste, a payé le tribut ultime pour offrir la victoire aux vivants. Désormais, son peuple se retrouve égaré, dispersé. Privés de leur nation, de leurs foyers, les shoumeiens tentent tant bien que mal de retrouver un semblant de paix, mais la tâche est ardue. Le Reike, nation guerrière en proie à une lutte intestine contre le dirigeant s’étant imposé dans un sillage de sang, ainsi que la République, nation de l’ordre et des lois, ont tous les deux beaucoup à gagner avec ces nouveaux territoires à revendiquer. Choisiront-ils la voie de l’alliance et tendront-ils la main aux shoumeiens ? Où feront-ils passer leur peuple avant le reste des cendres ? Seul le futur écrira l'histoire de ces deux nations que tout oppose depuis des temps immémoriaux. Enterrer ou reluire la hache de guerre pour les combats à venir.

    Quoi qu’il en sera, peuple des cendres. C’est à vous de faire pencher la balance. Battez-vous pour le futur que vous chérissez. Entamez votre ultime chant du cygne, et brisez une bonne fois pour toutes ce cycle incessant de guerres contre les titans, ou tentez de poursuivre ce dernier selon vos convictions. Il ne tient qu’à vous d’offrir au monde des cendres la paix qui lui est due ou de le plonger à jamais dans les flammes…
    votez pour nous ♥1234
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu

    derniers messages

    membre
    du mois
    Bravo à Gerda !

    prédéfinis

    +
    Forum RPG Dark Fantasy. Avatars illustrés 300 x 500 px. Cendres est un monde magique où plusieurs puissances économiques et politiques règnent. Ici, les enjeux sont importants et une situation peut changer du jour au lendemain. Incarnez un simple paysan, un talentueux magicien ou même un riche seigneur ! De nombreuses possibilités et combinaisons différentes vous attendent avec impatience !

    from the ashes

    24.07.22
    Ouverture du forum et début du jeu. Bienvenue sur Cendres !
    28.06.22
    Le forum est accessible au public.
    17.06.22
    Début des travaux de construction.
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Claire Higgins
    Claire Higgins
    Messages : 28
    crédits : 819

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t317-le-pansement-des-heros-claire-complete
  • Dim 7 Aoû - 12:18
    Claire Higgins
    Race : Humaine
    Sexe : Féminin
    Âge : 27 ans
    Métier : Apprentie Médecin (Rhikos, si possible)
    Taille & poids : 1m68, 53kg
    Alignement : Loyal Neutre
    Faction : Reike
    Rang : C
    Religion : Athée
    Avatar : Mercredes von Martritz — Fire Emblem: Three Houses

    Pouvoirs et objets

    Mage — Soutien.
    Élémentaire : Air - Palier 2 (300 + 600) = 900 crédits
    Soins élémentaires : Palier 2 (250 + 500) = 750 crédits (= 1650 crédits)
    Guérison des Maladies, poisons, envoûtements : Palier 2 (250 + 500) = 750 crédits (= 2400)
    Télépathie : Palier 1 : 250 crédits = 2650
    Lecture de l'esprit : Palier 1 : 250 crédits = 2900
    Téléportation : Palier 2 (250 + 500) = 750 crédits (= 3650)

    Description physique et mentale

    « Moh, mais ne t’en fais pas, choupinette. Ça va aller. »

    Sa main se pose délicatement sur celle de l’enfant, qu’elle serre du bout des doigts. Les yeux larmoyants de l’enfant se mêlent aux aigues-marines de la médecin.
    Pour elle, c’est une petite plaie de routine, rien de bien méchant. Pour la patiente, c’est un gigantesque trait sanguinolent qui part du genou et s’arrête au mollet.
    La mère, surprise et paniquée, l’a emmenée chez le médecin après avoir vu tout ce sang sur la peau de sa fille. La question demeure encore un mystère : comment s’est-elle blessée à ce point ?
    Pour Claire, c’est probablement dû à une chute après avoir escaladé un grillage, ou quelque chose de ce style. La plaie est trop propre, trop nette, pour qu’il s’agisse d’autre chose. Ou alors, c’est une arme blanche, ce qui signifierait que cette petite s’est battue.
    Elle n’y croit pas trop, mais on ne sait jamais.
    La petite, en tout cas, n’a pas donné d’explication satisfaisante.

    De toute façon, Claire s’en fiche un peu, de savoir comment c’est arrivé. Si l’enfant ne raconte pas son histoire, c’est soit qu’elle ne s’en souvient pas, soit qu’elle ne veut pas en parler.
    Dans tous les cas, sa mission reste la même : elle doit refermer cette plaie et rassurer sa patiente.

    La pression des doigts du médecin se réduit peu à peu, jusqu’à ce que Claire lâche la mimine.
    Un sourire illumine les lèvres de l’enfant, lui rendant un visage radieux que la médecin n’avait pas encore aperçu.

    « Tu vois ? Comme neuve ! Fais attention maintenant, d’accord ? Maman était très inquiète pour toi. »

    Elle ébouriffe la crinière châtain de la main, puis invite la petite à se relever.
    La mère, alors que l’enfant est déjà dehors, en profite pour s’approcher de Claire.

    « Merci, Docteur. »

    La blonde hausse les épaules.

    « Ce n’est que mon travail, madame. »

    La reconnaissance fait briller les yeux de la mère, qui en ferait presque un câlin à la médecin.
    Sur ses gardes, le docteur est prêt à s’écarter vite fait bien fait pour ne pas atterrir dans une étreinte.
    Heureusement, la mère n’en fait rien et se contente de repartir.
    Claire en profite pour remettre ses vêtements en place : une robe assez longue, qui a le don de tout couvrir. Elle ne se dévoile pas beaucoup, surtout parce qu’elle considère que ce n’est pas très utile.
    Son apparence n’est pas son souci principal : elle se contente d’attacher ses longs cheveux pour ne pas qu’ils l’embêtent et de mettre des vêtements confortables. Aux couleurs claires, de préférence, parce que c’est plus discret.
    Le reste, bon.
    Elle fait juste attention, tous les trois ans, à refaire le fameux tatouage reikois, qu’elle porte en bas du dos, un peu à droite de la colonne vertébrale.
    Une fois ceci fait, Claire relève les yeux, prête pour la suite.

    Aujourd’hui est une journée comme les autres : elle verra des personnes blessées, malades, qui auront besoin de son aide.
    Elle verra peut-être une plaie béante, ou un membre prêt à se faire la malle, mais ce n’est pas une certitude. C’est dommage, c’est ce qu’elle préfère.
    Certains patients la trouvent un peu bizarre, à vrai dire. Ses yeux semblent briller de mille étoiles quand il y a de drôles de maladies, ou des blessures impressionnantes. Comme si … elle adorait ça ?
    Ils n’ont pas tort, ceci dit. Claire aime la science, elle aime se dire que ses capacités permettent de réparer des personnes, de les rendre « comme neuves ». Elle ne peut rien face à certains maux, ni face à la mort, mais elle aime à penser qu’elle est utile.

    Son but, dans la vie, se résume plutôt simplement : être un atout pour sa patrie. Si elle peut l’être en vivant de sa passion, alors tant mieux.
    D’ailleurs, cette passion lui demande un travail colossal : pour se hisser dans la société reikoise, elle doit fournir d’autant plus d’efforts. Quelle chance, d’être née avec une paire de seins, n’est-ce pas ?
    Cela ne la dérange pas tellement, au fond. Claire est une acharnée. Certains pourraient la décrire comme une « hystérique », voire une « folle », tant elle s’investit.
    Sa mère étant une ancienne médecin, son père un ancien combattant, elle a tout de même de la chance : ni l’un ni l’autre ne souhaite qu’elle se marie tôt et ait des enfants. Carriéristes dans l’âme, ils sont plutôt sur la même longueur d’ondes qu’elle.
    Ceci dit, comme Alice est partie et qu’elle ne lui donnera pas de petit fils combattant, Felix fonde quelques espoirs sur Claire.
    Dommage pour lui, à part quelques aventures ici et là, la blonde est trop occupée pour y penser.
    Trop passionnée, peut-être.
    Ou trop détachée ?

    Et puis. Les amourettes, c’est compliqué.
    Il faut être compris, faire des efforts. Des compromis.
    Claire n’a pas particulièrement de morale : elle fait ce qui lui plaît, quand ça lui plaît. Ses valeurs ne concernent qu’elle et elle peut parfois paraître franchement insensible.
    Et ça, c’est quand elle n’est pas à envoyer les gens sur les roses parce qu’ils lui prennent la tête !
    Comment concilier ces petites choses à sa vie professionnelle ?
    Non, non, c’est bien trop de galères.
    Autant continuer son bonhomme de chemin, hein ! Quand les choses seront moins compliquées et qu’elle pourra vivre de sa passion sans problème, alors, peut-être.
    Mais c’est un peut-être, tout au plus.

    Pour le reste, Claire est une personne extrêmement curieuse, un peu comme une enfant. Elle aime tout comprendre, tout découvrir. Chaque nouvelle chose est une opportunité d’en apprendre davantage, de grandir.
    Elle connaît beaucoup de trucs parfaitement inutiles, d’autres moins, mais elle est très contente de les savoir.
    Oui, savoir recoudre un membre, c’est chouette, mais savoir que les cheveux poussent toujours, même après la mort, c’est bien aussi !
    Elle ne néglige aucun savoir, aucune information. Elle en oubliera peut-être, mais elle en retiendra beaucoup.
    C’est un peu ça, aussi, sa perception du bonheur.

    Enfin, pour parler cette fois des humains, parce qu’elle en voit beaucoup … Claire est une personne de confiance : elle ne répète pas les secrets, ni les histoires.
    Néanmoins, comme elle a vu et entendu beaucoup trop de choses, elle a un très grand mal à faire confiance. Sa position de femme dans la société reikoise l’incite encore moins à le faire, d’ailleurs.
    De fait, elle ne se dévoile pas beaucoup, ne parle pas énormément d’elle.
    Ses conversations sont surtout cordiales, même lorsqu’elles se font autour d’un verre ou d’un bon plat : se mêler, ce n’est pas son but.

    Son but, on l’a déjà dit, est très simple : soigner un maximum de plaies.
    En espérant qu’elles soient bien sales, bien impressionnantes.

    Parce que c’est ça, qu’elle veut : le challenge. Les membres détachés qui sont rattachés, comme si de rien n’était.
    Elle veut être meilleure que sa mère, meilleure que les autres.
    Et monter sur le piédestal de la société reikoise malgré ses attributs féminins.
    Juste pour le plaisir de les dominer tous.

    Histoire

    Ce n’est pas une histoire merveilleuse, où les fées se penchent au-dessus du berceau pour couvrir le bébé de bénédictions.
    Ce n’est pas une tragédie, où tout le monde meurt pendant l’enfance et le protagoniste principal veut se venger d’un monde infâme, injuste.
    Ce n’est pas non plus une histoire extraordinaire, où l’héroïne développe des capacités au-delà de l’imagination, qui lui permettent de devenir formidable aux yeux de tous.
    Au fond, cette histoire pourrait presque être qualifiée de « barbante », parce qu’elle n’a rien d’exceptionnel.

    C’est l’histoire d’une petite fille comme les autres, venue au monde dans une famille plus ou moins comme les autres, pour mener une vie … eh bien, comme celle des autres.
    Oui, on pourrait presque laisser tomber et la mettre de côté.
    Pour autant, les éléments de sa vie passée ont contribué à faire d’elle ce qu’elle est aujourd’hui. Et puis, il faut le dire, quand même, Claire est assez contente de son parcours.
    Ce n’est pas tous les jours qu’une femme épate par ses compétences. Dans certaines contrées, ce n’est pas si surprenant, mais à Reike, ça lui a valu de nombreuses … insultes. Vous vous attendiez à de jolies choses ? Des compliments ? Des tendresses ? Des congratulations ?
    Dommage, hein ?

    Felix Higgins est un fier combattant reikois. Élevé dans la tradition reikoise, avec tout l’amour de sa patrie et du beau combat, il a été entraîné à se battre toute sa vie. Certains disent qu’il a manié une épée avant même de manier une fourchette. Mais, vous savez, ce que disent les gens …
    Grand homme au regard vif, il a toujours rêvé de fonder une famille de futurs combattants. Des hommes surpuissants, qui pourraient représenter son héritage. Ceux qu’il entraînerait comme il a été lui-même entraîné, qui feraient les mêmes choses que lui.
    Tout pareil.
    À une exception près : sa femme, Ellina, ne lui a donné d’abord que deux filles puis, bien plus tard, un garçon que personne n’espérait plus voir. Mais nous reparlerons de tout ça plus tard.

    Ellina, quant à elle, vient d’ailleurs. Enfant de la République, elle a fait de grandes études à l’Université Magic pour être une grande guérisseuse.
    Connue pour ses innombrables connaissances et sa douceur, cette femme aurait donné sa vie pour la médecine … mais pas pour la République.
    Issue d’une famille de haute naissance, Ellina a très vite entendu parler de toutes les histoires de corruption et a très vite déchanté. Le monde doux auquel elle aspirait plus jeune n’a jamais vraiment existé. Ses propres parents prenaient part à de drôles d’histoires.
    Alors, forcément, quand elle est partie hors des terres pour approfondir ses connaissances, qu’elle a découvert le monde, Ellina a très vite compris que sa vie était ailleurs.
    Loin, si loin de la République.

    Sa rencontre avec Felix est le fruit du hasard, à vrai dire.
    Une taverne, quelques verres, des soldats qui braillent et font de drôles de blagues.
    Et un homme, seul, assis à une table, une assiette pleine près de lui, qu’il ne vidait pas.
    Ellina ne lui aurait jamais adressé la parole s’il n’avait pas eu le visage abominablement blessé. Mais il y avait ces plaies. Ces ecchymoses. Ces yeux enflés, qui ne lui laissaient plus la possibilité de rien voir.
    Ni une, ni deux, la médecin s’est approchée de l’homme et lui a proposé ses services.
    Fier, Felix a levé le nez, grogné, et l’a envoyée sur les roses. Qu’est-ce qu’une femme pourrait lui apporter, de toute façon ?

    « Oh, vous savez. Quelques ecchymoses de plus ne pourraient pas vous faire de mal. »

    Un sourire.
    Un homme énervé, mais intrigué.
    Elle a eu le culot de le menacer, là ?

    Il la fixe un instant et hausse une épaule. Après tout, pourquoi pas, hein.
    En médecin très sérieux, Ellina soigne l’homme, s’amuse de voir les plaies disparaître. Il voit plus clair, ses yeux ont dégonflé, les coupures se sont refermées.
    C’est bien, la magie.

    « Et alors, qu’est-ce qui vous est arrivé ? »

    L’histoire est drôle. Enfin, pas vraiment, mais pour un public extérieur, elle l’est.
    Felix venait d’essuyer sa première défaite depuis de longues années. Une défaite qui fait plus mal à l’ego qu’au corps, à vrai dire. À tel point que l’homme se morfond, broie du noir, remet tout son monde en question.
    Ah, pauvre petit. Il a perdu une bagarre donc il perd la guerre …
    Ellina lui sourit, se moque. Elle le chahute un peu, pour qu’il se remotive. Ça n’a pas beaucoup d’effet, évidemment, mais ça le fait au moins sourire, au bout d’un moment.
    C’est long, c’est fastidieux, mais il sent qu’il y a quelque chose, Felix. Il sent qu’elle est gentille. Qu’elle a quelque chose.
    Mais les femmes ne sont-elles pas inutiles ? Idiotes ?
    Si elle est si forte c’est quand même qu’elle est spéciale, non ? ‘fin, elle l’a pas mal soigné quand même. Mais c’est une femme …
    Peut-être devrait-elle retourner dans la cuisine plutôt que-
    Tiens c’est vrai, ça. Qu’est-ce qu’elle fait sur les routes ?

    Une longue conversation s’ensuit, où ils échangent énormément sur leurs pays respectifs, leurs valeurs, leurs histoires.
    Ça dure, ça s’éternise presque, mais ça leur plaît.
    Alors ils repartent ensemble …

    Et quelques années plus tard, à Reike, ils mettront au monde une première petite fille, Alice.
    Princesse aux cheveux blonds comme les blés, aux yeux bleus comme sa maman.
    Élevée par sa maman dans une maison plutôt confortable à Reike, alors que son père sillonne toujours les routes pour combattre les ennemis de la nation.
    Ellina n’est pas certaine d’adhérer autant que lui aux idéaux de Reike, mais elle les préfère malgré tout à ceux de la République.

    Leur petite fille grandit tranquillement, jusqu’à la naissance de la deuxième. Prunelle des yeux de sa mère, ressemblant comme deux gouttes d’eau à sa grande sœur, celle-ci s’appellera Claire.
    Une petite fille espiègle, extrêmement éveillée, qui est curieuse de tout. Elle regarde maman travailler et soigner d’innombrables blessés. Parfois ce ne sont que des petits bobos, parfois ce sont des choses bien plus impressionnantes.
    Les choses impressionnantes lui plaisent beaucoup, d’ailleurs. Elle aime les voir disparaître au fur et à mesure. Vraiment trop forte, maman.
    C’est trop bien de travailler avec elle !

    Claire grandit comme à peu près tous les enfants, à l’exception près qu’elle apprend bien vite que les femmes ne sont pas aussi valorisées que les hommes, quand bien même elles travaillent aussi dur, voire plus.
    Son but est de devenir comme maman, ou mieux encore ! Et de servir la patrie, évidemment.
    Claire est un peu de ses deux parents : la loyauté pour Reike et l’amour de la médecine.
    Ses études sont partie prenante de sa vie, elle s’y consacre plus qu’à tout le reste. Rien ne doit l’entraver, rien ne doit l’embêter.

    Son travail en médecine lui fait voir de sombres choses, entendre des histoires qu’elle ne souhaite à personne. En vieillissant, Claire se rend compte que l’Homme est parfois une créature immonde, qui serait mieux sous terre.
    Pourtant, son amour pour les blessures prend le pas : elle soignerait n’importe qui, même la pire crapule, sans rechigner.
    Son métier passe avant ses états d’âme, quoi qu’il arrive.

    L’évolution se fait assez naturellement, Claire gravit les échelons au fur et à mesure.
    Comme tout guérisseur, elle est enrôlée dans les forces médicales reikoises. Une super opportunité pour elle de croître encore plus, de grandir et d’accomplir ses rêves.

    Après avoir atteint l’âge de dix-huit ans, Claire devient grande sœur. Emil, son petit frère, est une surprise. Un enfant complètement inattendu, qui remplit son père de bonheur : il a enfin un héritier ! Un mâle !
    Il délaisse totalement ses deux aînées : de toute façon elles sont déjà bien trop âgées.

    Pour Alice, c’est la rupture.
    Les valeurs de Reike ne lui conviennent pas. Elle considère que sa mère, qui a quitté la République pour s’installer en Reike, a renié tout ce qu’elle connaissait. Tout ce qu’elle avait vécu.
    Elle a mis fin à tout.
    Alice ne s’épanouit pas, alors, comme sa mère avant elle, elle s’en va.
    Pour retourner là où tout a commencé.

    À ce jour, Claire n’a toujours aucune nouvelle d’elle.
    Mais … C’est comme le reste : ça ne l’ébranle pas plus que ça. Elle a d’autres chats à fouetter.
    Ou à soigner, c’est selon.

    Alors, chaque matin, Claire se lève et va travailler.
    Encaisser les remarques misogynes.
    Serrer les dents face aux diverses valeurs tordues prônées à Reike.
    Encore, toujours.

    Pourvu qu’elle soigne quelques plaies supplémentaire à la fin de la journée.

    Groupes d'intérêts

    Forces Médicales Reikoises (FMR) — Rejoindre les forces médicales était son premier rêve « concret ». Le premier qu’elle a une chance de réaliser un jour. Elle a rejoint les forces médicales assez tôt, au tout début de ses études de médecine. C’est la pratique alliée à la théorie … Et l’occasion de voir de drôles de maladies, parfois. En plus de lui offrir une formidable possibilité de travailler avec des experts.

    derrière l'écran

    Pseudo : Moerwyn / Moe / Momo, mais il y en a quelques autres ! x)
    Comment avez-vous connu le forum ? Top-sites.
    Avis sur le forum : C’est beau et c’est super complet, j’suis très fan !
    Fréquence de connexion : Moyenne / élevée.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Louise Aubépine
    Louise Aubépine
    Messages : 209
    crédits : 1318

    Info personnage
    Race: Démon
    Vocation: Mage - Elémentaliste
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: S
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t183-louise-aubepine-protectrice-du-sekaihttps://www.rp-cendres.com/t257-amities-sinceres-louise-aubepine#859https://www.rp-cendres.com/t256-les-enseignements-du-passe-louise-aubepine#857
  • Dim 7 Aoû - 23:29
    Tous les héros ne portent pas de cape. L'histoire des parents de Claire, en plus d'être joliment narrée, était amusante. Tu gères la simplicité d'une main de maître. (Attention, simple ne veut pas dire simpliste, c'était donc un compliment.)

    Je ne vois aucune raison de ne pas te valider !

    Il est parfois dur de vivre au Reike, même si toutes les avancées sociales de ces dernières années ont considérablement réduit le machisme que tu décris, il n'en reste pas inexistant. Nul doute qu'en travaillant sans relâche et en prouvant tes capacité, tu n'auras aucun mal à te hisser au sommet. Après tout, le Reike n'est-il pas le royaume qui fait passer les compétences avant les origines ?

    Quoi qu'il en soit, tu as le feu vert ! Fonce réparer les petits bobos et grandes blessures. Le Reike a besoin de gens comme toi !
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum