DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • Dernières imagesDernières images  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    Cendres ᚠ ᛊ ᚢ ᛟ ᚪ ᛊ ᛥ ᛉ
    Relevez-vous, peuple des cendres ! Les Titans existent, la guerre d'il y a 5000 ans résonne davantage dans vos cœurs depuis que ces immortels sont revenus revendiquer leurs droits. La victoire vous est une nouvelle fois acquise, mais à quel prix ? Suite à cette nouvelle guerre plus violente et mortelle que toutes les précédentes, il en va de votre responsabilité de vous accrocher à la vie et de rebâtir sur les ruines. Vers un nouveau futur encore incertain.

    Shoumei, autrefois membre des trois grandes nations régnant sur les terres des cendres et capitale de la religion diviniste, a payé le tribut ultime pour offrir la victoire aux vivants. Désormais, son peuple se retrouve égaré, dispersé. Privés de leur nation, de leurs foyers, les shoumeiens tentent tant bien que mal de retrouver un semblant de paix, mais la tâche est ardue. Le Reike, nation guerrière en proie à une lutte intestine contre le dirigeant s’étant imposé dans un sillage de sang, ainsi que la République, nation de l’ordre et des lois, ont tous les deux beaucoup à gagner avec ces nouveaux territoires à revendiquer. Choisiront-ils la voie de l’alliance et tendront-ils la main aux shoumeiens ? Où feront-ils passer leur peuple avant le reste des cendres ? Seul le futur écrira l'histoire de ces deux nations que tout oppose depuis des temps immémoriaux. Enterrer ou reluire la hache de guerre pour les combats à venir.

    Quoi qu’il en sera, peuple des cendres. C’est à vous de faire pencher la balance. Battez-vous pour le futur que vous chérissez. Entamez votre ultime chant du cygne, et brisez une bonne fois pour toutes ce cycle incessant de guerres contre les titans, ou tentez de poursuivre ce dernier selon vos convictions. Il ne tient qu’à vous d’offrir au monde des cendres la paix qui lui est due ou de le plonger à jamais dans les flammes…
    votez pour nous ♥1234
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu

    derniers messages

    membre
    du mois
    Bravo à Rowena !

    prédéfinis

    +
    Forum RPG Dark Fantasy. Avatars illustrés 300 x 500 px. Cendres est un monde magique où plusieurs puissances économiques et politiques règnent. Ici, les enjeux sont importants et une situation peut changer du jour au lendemain. Incarnez un simple paysan, un talentueux magicien ou même un riche seigneur ! De nombreuses possibilités et combinaisons différentes vous attendent avec impatience !

    from the ashes

    24.07.22
    Ouverture du forum et début du jeu. Bienvenue sur Cendres !
    28.06.22
    Le forum est accessible au public.
    17.06.22
    Début des travaux de construction.
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Penny Valnera
    Penny Valnera
    Messages : 21
    crédits : 372

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t387-penny-quatre-cinquieme-fini
  • Sam 13 Aoû - 18:59
    nom du personnage
    Race : Humain
    Sexe : Féminin
    Âge : 26 ans
    Métier : Mercenaire
    Taille & poids : 175 cm / 55 cm
    Alignement : Loyal neutre (Juge)
    Faction : La République
    Rang : C
    Religion : Athée
    Avatar : Ethel - Xenoblade Series

    Pouvoirs et objets


    Vocation : Guerrier
    Sous-spécialisation : Assassin

    Air : Palier 2 (900 Crédits)
    Vue augmentée : Palier 2 (450 Crédits)
    Ouïe augmentée : Palier 2 (450 Crédits)
    Super vitesse : Palier 2 (1500 Crédits)
    Nyctalopie : Palier 1 (150 Crédits)
    Prouesses d'arme : Palier 1 (500 Crédits) : Penny est capable de créer des lames de vents ainsi que des bourrasques tranchantes en agitant sa faux.

    Total : 3950 Crédits

    Inventaire :
    - Une faux en acier.
    - Une paire de dagues en acier.
    - Des épaulettes et de légères protections ferraillées au niveau des bras

    Description physique et mentale

    La Cité des Pirates était une icône connue et reconnue dans le monde pour son insécurité. Pourtant, au détour de chemins inavoués, se dissimulait des panoramas poétiques, vous faisant presque oublier qu’une âme incrédule était peut-être train d’être égorgée plus loin. Depuis plusieurs années déjà, Penny Valnera prisait ces quelques lieux de quiétudes, insoupçonnées des âmes vivantes. Parmi ces adresses, il en demeurait une, située en hauteur, qu’elle appréciait particulièrement contempler une fois la nuit tombée. Dominant le port et ses étendues australes, la jeune femme, du haut de son mètre soixante-quinze, se dressait avec une élégance militaire. Aborder verbalement cette fresque étoilée se reflétant sur la lagune, était une richesse que Penny se gardait bien de dilapider. De manière générale, ses lèvres aussi roses et fragiles qu’un pétale étaient de rudes portes, se gardant bien de sourire.

    Seule, face à ce paysage de carte postale, elle esquivait volontairement les interactions sociales. À travers ses pupilles bicolores, héritages de naissance qui cristallisaient les inquiétudes des plus complotistes, de vieux contes déjà clôturés tentaient de la hanter. Durement, elle les balayait d’un revers de main, mais cette accalmie n’était que temporaire. Le regret étant un poison dangereux, Penny souffrait et s’efforçait d’aller de l’avant. Néanmoins, elle ne s’y prenait peut-être pas de la bonne façon. Trop encline à l’isolement, elle se développait une image entêtée et marginale. Cette nature capricieuse, bien que forgée dans un mutisme ecclésiastique, pouvait mettre en exergue un égoïsme prononcé et une ambition profonde. Munie d’une paire d’yeux trop sérieux, d’un petit nez pointu et d’une crinière vaporeuse s'ondulant dans le vent, son visage était de toute manière, aux antipodes d’un quelconque réconfort.

    Pour autant, considérer la jeune femme comme une personne peu fréquentable pouvait être hâtif. En effet, elle ne détestait pas les gens pour autant, même si l’inverse restait encore à débattre. Preuve en est, son ton certes désintéressé, diluant un phrasé poli. Son regard manquait souvent de brillance, presque attristé, mais gardait l’honorable droiture d’un soldat intègre. Mais à l’image de ce regard divisé, Penny prônait l’observation avant de trancher. Vêtue cela dit, d’une armure de tissus, de dagues et d’une faux, qui sous-entendaient des aptitudes à guerroyer, elle n’était pas réfractaire à cet art belliqueux. Sa corpulence entretenue régulièrement, s’était d’ailleurs développée pour endurer des efforts physiques conséquents. Malgré tout, s’engager plus que nécessaire n’était pas dans sa philosophie attentiste. Cette belle nuit étoilée était d’ailleurs témoin de cette vérité, elle qui ne ressentait ni le besoin, ni le désir de partager cette virée avec quelqu’un. Peut-être en était-il mieux ainsi…

    Histoire ou test-rp

    Il régnait dans la Cité des Pirates, une ambiance pour le moins étrange. L’air y était étouffant, alors que le soleil brillait, luisant. Le passage de l’île sous statut républicain était LE sujet clivant, noyau d’une tension palpable dans les rues de la ville. Même si, économiquement parlant, la vie semblait y suivre son cours, le Sergent Denron percevait cette atmosphère suffocante. Il n’était en place que depuis peu sur l’île, mais avait déjà dû intervenir plusieurs fois avec son escouade pour empêcher des débordements aux quatre coins de la ville. Bien qu’officiellement en congé pour la journée, il restait attentif à son environnement qu’il considérait comme hautement dangereux. À sa taille, était accrochée sa fière épée, qu’il était prêt à dégainer au moindre souci. Seulement, aujourd’hui, il ne croisa aucune racaille pourrissant la vie d’autrui. Bien au contraire, à plusieurs enjambées de sa position, il croisa une chevelure argentée, puis une silhouette qui le frappa de nostalgie.

    PEEEEEEENNNNNNNNNYYYYYY !!! Aboya-t-il frénétiquement pour interpeller son interlocutrice. Ah c’est vrai… se ravisa-t-il désolé.

    La rue où il se promenait n’était pas très bondée, en plus d’être relativement silencieuse. Aussi, il était normal d’espérer une réaction de ladite Penny. Néanmoins, il s’était vite rappelé qu’il était peu probable que la demoiselle réponde à ses hurlements. Pour ainsi interpeller la jeune femme, le soldat en congé accourut grossièrement jusqu’à elle. Et lorsqu’enfin leurs personnes se croisèrent en face à face, la demoiselle arrêta sa marche, posa ses yeux vairons sur celui lui barrant la route et esquissa une faible surprise. Aucun commentaire ou même sourire ne s’en suivit, ce qui eut le don de déchirer le trentenaire.

    C’est tout ? Déclara-t-il, le cœur arraché par cette interaction.
    À quoi t’attendais-tu ? Rétorqua la jeune femme, peu emballée par sa rencontre du jour.

    Cette réponse provoqua un violent choc chez le Sergent. Elle était pourtant des plus anodines, mais force est de constater que le jeune homme n’avait pas l’air de s’en remettre. Devant cette injustifiable anomalie, il poussa pour discuter davantage et obtenir des éclaircissements. Réticente, Penny concéda finalement face à l’insistance de son interlocuteur, ce dernier l’ayant finalement convaincu grâce un déjeuner offert. Elle l’accompagna donc dans un petit bistro qu’il fréquentait depuis sa récente affectation sur l’île. Au menu, avant d’entamer le plat de résistance, il y eut d’abord les ressassements du passé.

    —  Ça doit faire cinq ans que je ne t’ai plus vu. Alors ça va ? Qu’est-ce que tu deviens ?  Démarra-t-il le repas avec une amorce édulcorée, enivré par la vinasse contenue dans sa coupe.

    Il est vrai qu’avant de zoner dans Kaizoku, Penny était une garde enthousiaste au sein de la Grande Armée de la République. Elle était une ‘’Madame Tout Le Monde’’, joviale, s'entendant cordialement avec les bacheliers de sa promotion ainsi que les militaires qu'elle avait fréquenté lorsqu'elle était encore en place à Liberty. Comme tant d'autres, elle avait des ambitions de grandeur, de puissance et lorgnait des positions plus élevées. Cependant, loin d’être considérée comme un talent indéniable au cours de son cursus militaire, l’armée ne lui avait guère promis un avenir radieux, seulement d’éventuelles opportunités qu’elle ne pourrait débloquer qu’avec sérieux et abnégation. N’étant de toute façon plus un membre de l’armée depuis cinq ans déjà, elle avait coupé contact avec tout ce qui ressemblait de près ou de loin à l'armée et ne pouvait probablement plus songer à un avenir au sein de la GAR.

    Rien de fantastique. Je vis de mes contrats de mercenaire et Kaizoku en propose beaucoup... Lui révéla-t-elle très simplement, sans mentionner le bon fond derrière son gagne-pain.
    —  Je vois… Et l’armée ne te manque pas trop ? Enchaîna-t-il, sans se poser de questions.
    —  … Pas vraiment, non. Ferma-t-elle abruptement le débat.

    Le laps de temps qui s’était écoulé jusqu’à cette dernière réponse, laissait paraître quelques regrets vis-à-vis de sa courte carrière à l’armée. Malheureusement, l’esprit benêt du Sergent, piégé par la froideur de Penny, ne parvint à discerner cette réalité. De toute manière, cette question n’était qu’une introduction polie vers le sujet qui le taraudait terriblement. Il ne savait cependant pas comment amorcer ce débat si délicat. Ainsi, un silence malaisant s’installa pendant de longues minutes et il ne s’effrita qu’à la réception des plats chauds. Quelques balbutiements hésitants se noyèrent alors dans le fumet de leur repas, mais aucune phrase claire m’apparut. L’exaspération gagna la jeune femme, qui finit par briser la glace, en empoignant sèchement les interrogations du Sergent.

    —  J’imagine que tu souhaites savoir comment j’arrive à t’entendre… soupira-t-elle en découpant la viande qui ornait son assiette.

    Le Sergent trentenaire baissa la tête, embarrassé, ce qui ne l’empêcha pas d’acquiescer machinalement et de se mettre dans l’attente de cette excitante vérité. S’étant tous deux côtoyés lorsqu’ils étaient en poste à Liberty, il savait que l’apparition soudaine et sans raison de cette surdité, avait coupé court à sa carrière au sein de la GAR. En tant qu’ex-collègue de travail, il voulait simplement savoir comment elle était parvenue à surmonter cette épreuve difficile qui, à l’époque, l’avait anéantie. Face aux mirettes désireuses du soldat, Penny ne se pressa pas pour autant et enchaîna quelques bouchées de son plat. S’autorisant ensuite une gorgée d’eau, la demoiselle à la crinière argentée exprima un petit râle satisfait, puis dévoila enfin son secret.

    —  Je lis sur les lèvres. Révéla-t-elle très succinctement. Sans surprise, cette prouesse abasourdit son interlocuteur incrédule et il s’étonna davantage lorsqu’un complément d’information, beaucoup plus énigmatique arriva jusqu’à ses oreilles. Et je me sers également de la magie du vent pour ‘’t’entendre’’, mais je ne m’étalerai pas sur le pourquoi du comment. Ajouta-t-elle, blasée.

    S’étaler sur ce sujet revenait à lui expliquer la longue instabilité qui avait suivi son éviction de l’armée. Très clairement, elle ne voulait pas parler de cette sordide époque où la dépression l’avait étranglé au point même d’approcher au suicide. Ses parents, de modestes fleuristes à Liberty l’ayant encouragée à chaque instant de sa vie (notamment pour apprécier son hétérochromie et ignorer des moqueries enfantines), s’étaient mis en quatre, inquiets, pour la remettre d’aplomb. Mais il fallut une errance morbide dans les forêts qui s’étendaient au sud de Liberty et la rencontre improbable avec un ermite asocial du nom d’Eran pour surmonter cette fatalité. Parler de cet homme et de ses nombreux traits folkloriques pouvait s’avérer long. De ce fait, elle ne donna pas plus d’informations. De toute manière, ce n’était pas ce qui intéressait le soldat.

    —  Donc en fait, tu m’entends ? Lui demanda-t-il, perplexe, faisant fi des réticences de la demoiselle.
    —  Disons plutôt que je perçois les sons grâce aux déformations du vent et ce, en contrôlant les courants d’air. Puis, j’ai appris à discerner les origines possibles derrière ces déformations . Se justifia-t-elle, légèrement râleuse en voyant qu'il n'avait pas l'air de capter de grand chose. Par exemple, lorsque tu jacasses, le vent se déforme de telle façon, et quand tu bouges ton bras, le vent se déforme d’une autre façon. Imagea-t-elle ses propos pour aider à la compréhension de cet insistant abruti. Dans le survol des détails, Penny précisa qu'elle devait constamment garder sa magie du vent, active pour cela. Une telle prouesse s'avérant vite éreintant, elle ne l'utilisait qu'en cas de réel nécessité.


    À ce moment, elle aurait pu aborder la personne d'Eran, cet ermite capricieux qu’elle tenait en haute estime et qui pendant trois ans, l’avait formé dans les forêts. Sur l’aspect militaire, cet homme énigmatique, lui avait enseigné la magie du vent et la maîtrise de la faux. Sur l’aspect psychologique, il l’avait aidé à vivre de son handicap récent, à stabiliser ses émotions et lui avait même donné goût à l’érudition. Il s'agissait d'une personne attachante, bien qu'elle voyait surtout Penny comme un sujet de recherche dont il quémandait régulièrement des nouvelles. Denron aurait certainement adoré entendre toutes les bizarreries de cet homme. Malheureusement, par manque d’envie, et parce que son assiette était encore copieuse, elle ne lui dévoila rien de tout ça, repartant ripailler. L’homme en fit de même, visiblement satisfait par les réponses qu’il avait déjà pu glaner. A l’heure où les desserts arrivèrent, le guerrier bavard tenta cela dit un dernier assaut des plus braves.

    —  Tu as abandonné le maniement de l’épée ! Remarqua-t-il, alors qu’il éprouvait toutes les difficultés du monde à découper à sa tartelette.
    —  Ah… Oui. Confirma-t-elle en dévisageant la faux accrochée à son dos. Cette arme, bien que peu commune, était la preuve que la jeune femme se développait toujours militairement parlant et cette réalité rassura le jeune homme.
    —  Tu n’as pas lésiné sur l’entraînement, c’est bien. Beugla-t-il, ravi. Je suis certaine que tu pourrais revenir dans l’armée. Évoqua-t-il, la certitude relative, n'étant pas habilité à proposer une réintégration.

    Un instant de battement flotta entre leurs deux personnes. Réintégrer les rangs de l’armée faisait partie de ses objectifs. Ambitieuse, elle espérait toutefois revenir par la grande porte, après s’être adjugée de grands faits d’armes. Déterminée à soigner sa surdité, elle avait la sensation que les obligations professionnelles incombant un membre de la GAR, ralentirait le bon déroulement de ses recherches. Bien que citoyenne de La République, elle avait conscience que la pègre comme Reike ou encore certains cultes religieux, pouvaient détenir de cruciales informations vis-à-vis du mal dont elle était victime. Sans grande surprise donc, la jeune femme répondit défavorablement à son ancien compatriote et la conversation s’arrêta là, tout comme ce repas.

    Groupes d'intérêts


    La Pègre : Autrefois un milieu qu'elle ne tenait pas en haute estime, elle a aujourd'hui conscience que des informations précieuses peuvent s'y glaner. Son respect pour les instances militaires de sa patrie l'empêchent toutefois d'envisager une collaboration avec ce milieu.

    Service Caché des Agents de la République (SCAR) : Ayant été remerciée de l'armée pour raisons médicales, Penny nourrit l'ambition d'y revenir par la grande porte. Néanmoins, elle s'inquiète de ne pouvoir accorder beaucoup de temps à la guérison de sa surdité lorsqu'on lui donnera une réelle opportunité de réintégration. Le SCAR semble être le compromis idéal, malheureusement, elle n'a même pas eu vent de ce service invisible, pour l'instant.

    Université Magic : En tant que citoyenne de la République, elle sait ô combien l'Université Magic est un refuge abritant un savoir historique ainsi que des têtes pensantes brillantes. Il est donc l'un des lieux les plus à même d'avoir des pistes concernant sa surdité. Pour pleins de raisons toutefois (Asocialité, appartenance à la class moyenne, Suivi d'un cursus modeste) approcher le lieu huppé est une tâche plus ardue qu'il n'y parait

    Citoyens de Kaizoku : Elle a conscience qu'il s'agit d'un carrefour maritime stratégique, dans lequel des informations des quatre coins du monde peuvent circuler. Les opportunités de petits contrats y sont également florissantes. Elle ne voit pas l'annexion par la République, comme une mauvaise chose, puisque l'île devrait y gagner en sécurité.

    Le Divinisme : Elle n'accorde aucun intérêt aux fondements même de cette religion. Xo'Rath, connue pour ses tendances sadiques et sa propension à expérimenter des atrocités sur l'homme est le seul Titan sur lequel elle accorde une attention appuyée.

    derrière l'écran

    Pseudo : Daichai (Ou le Y.)
    Comment avez-vous connu le forum ? Top sites
    Avis sur le forum : Dense en information, mais extrêmement intéressant
    Fréquence de connexion : Cela varie entre le ghost et la présence régulière
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Penny Valnera
    Penny Valnera
    Messages : 21
    crédits : 372

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t387-penny-quatre-cinquieme-fini
  • Sam 13 Aoû - 20:23
    Bonsoir, j'ai terminé ma présentation.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Louise Aubépine
    Louise Aubépine
    Messages : 201
    crédits : 1278

    Info personnage
    Race: Démon
    Vocation: Mage - Elémentaliste
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: S
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t183-louise-aubepine-protectrice-du-sekaihttps://www.rp-cendres.com/t257-amities-sinceres-louise-aubepine#859https://www.rp-cendres.com/t256-les-enseignements-du-passe-louise-aubepine#857
  • Lun 15 Aoû - 3:55
    Bonsoir Penny.
    C'est une belle fiche que tu propose. Et à titre personnel, je trouve que tu écris bien.
    N'ayant trouvé aucune remarque à te faire, je ne vois aucune raison de te faire patienter plus longtemps.
    Tu es désormais validée !

    Puisse Penny trouver l'opportunité d'intégrer l'armée de nouveau et peut être même de soigner sa surdité. Même si elle démontre d'ingéniosité pour entendre via le vent, les sons doivent lui manquer. Je prierai pour ta réussite. Courage Penny !
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum