DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • Dernières imagesDernières images  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    Cendres ᚠ ᛊ ᚢ ᛟ ᚪ ᛊ ᛥ ᛉ
    Relevez-vous, peuple des cendres ! Les Titans existent, la guerre d'il y a 5000 ans résonne davantage dans vos cœurs depuis que ces immortels sont revenus revendiquer leurs droits. La victoire vous est une nouvelle fois acquise, mais à quel prix ? Suite à cette nouvelle guerre plus violente et mortelle que toutes les précédentes, il en va de votre responsabilité de vous accrocher à la vie et de rebâtir sur les ruines. Vers un nouveau futur encore incertain.

    Shoumei, autrefois membre des trois grandes nations régnant sur les terres des cendres et capitale de la religion diviniste, a payé le tribut ultime pour offrir la victoire aux vivants. Désormais, son peuple se retrouve égaré, dispersé. Privés de leur nation, de leurs foyers, les shoumeiens tentent tant bien que mal de retrouver un semblant de paix, mais la tâche est ardue. Le Reike, nation guerrière en proie à une lutte intestine contre le dirigeant s’étant imposé dans un sillage de sang, ainsi que la République, nation de l’ordre et des lois, ont tous les deux beaucoup à gagner avec ces nouveaux territoires à revendiquer. Choisiront-ils la voie de l’alliance et tendront-ils la main aux shoumeiens ? Où feront-ils passer leur peuple avant le reste des cendres ? Seul le futur écrira l'histoire de ces deux nations que tout oppose depuis des temps immémoriaux. Enterrer ou reluire la hache de guerre pour les combats à venir.

    Quoi qu’il en sera, peuple des cendres. C’est à vous de faire pencher la balance. Battez-vous pour le futur que vous chérissez. Entamez votre ultime chant du cygne, et brisez une bonne fois pour toutes ce cycle incessant de guerres contre les titans, ou tentez de poursuivre ce dernier selon vos convictions. Il ne tient qu’à vous d’offrir au monde des cendres la paix qui lui est due ou de le plonger à jamais dans les flammes…
    votez pour nous ♥1234
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu

    derniers messages

    membre
    du mois
    Bravo à Rowena !

    prédéfinis

    +
    Forum RPG Dark Fantasy. Avatars illustrés 300 x 500 px. Cendres est un monde magique où plusieurs puissances économiques et politiques règnent. Ici, les enjeux sont importants et une situation peut changer du jour au lendemain. Incarnez un simple paysan, un talentueux magicien ou même un riche seigneur ! De nombreuses possibilités et combinaisons différentes vous attendent avec impatience !

    from the ashes

    24.07.22
    Ouverture du forum et début du jeu. Bienvenue sur Cendres !
    28.06.22
    Le forum est accessible au public.
    17.06.22
    Début des travaux de construction.
    2 participants
    Aller en bas
    Noble de La République
    Noble de La République
    Neera Storm
    Neera Storm
    Messages : 58
    crédits : 242

    Info personnage
    Race: Demi-titan
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Neutre neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t832-neera-storm-termineehttps://www.rp-cendres.com/t837-neera-liens#5839https://www.rp-cendres.com/t836-neera-storm-chronologie#5836
  • Mer 2 Nov - 17:00
    28 octobre 3
    Dans la nuit


    Ce n’était pas la première fois que Neera s’absentait de chez elle pour quelques temps. Après avoir obtenu ses deux cursus, la diviniste avait fait un assez long voyage dans les différentes universités du Sekai. Ses parents étaient alors encore en vie, la jeune femme n’avait donc pas eu tant que ça a s’inquiéter de la protection de sa maison à l’époque. Ce ne fut que plus tard, quand elle dut répondre à des invitations d’autres universités, que l’enseignante dut un temps soit peu s’inquiéter de la protection de son manoir en son absence. A défaut, elle avait commandé une série d’enchantements pour sa demeure, afin que les plus intrépides renoncent rapidement à pénétrer dans son domaine et rebroussent chemin.

    Mais soyons honnêtes, la maison des Storm n’était pas non plus une forteresse.

    Il devait bien exister quelques failles dans la sécurité qu’elle avait mis en place. Soit que ça avait échappé à l’ingénieur qu’elle avait embauché, soit la sang-mêlée n’y avait pas pensé non plus, et du reste, elle savait se défendre toute seule.

    Jusqu’ici cependant, la demi-titan n’avait encore dû affronter aucun larron et elle faillit bien ne pas se rendre compte qu’un voleur avait pénétré dans son manoir. Sa chance, peut-être, fut de rentrer très tard chez elle, suite à son voyage jusqu’à Ikusa. Sa maison était plongée dans le noir, et ses domestiques avaient bien eu vent qu’il ne fallait pas l’attendre : il n’y avait donc pas âme qui vive, dans les parages. Un peu fourbue par son périple depuis l’Empire, Neera n’avait qu’une hâte : prendre un bain et un repos bien mérités. Après avoir déposé sa jument dans son boxe, et s’être assurée qu’elle avait du foin et de l’eau en suffisance, elle s’en était allée à l’intérieur de sa maison pour vérifier rapidement le travail de ses employés. Sans guère de surprise, tout était en ordre, et c’est quand la professeure de Magic monta à l’étage qu’elle crut entendre un bruit étrange au rez-de-chaussée, du côté du salon, apparemment. Était-ce un objet qui était tombé ou le bruit d’une infraction, elle ne pouvait pas l’établir avec certitude. En revanche, l'élémentaliste était certaine d’être seule dans son domaine. Soit il y avait donc un fantôme qui se promenait dans son manoir, soit… Il y avait un invité indésirable dans sa maison. Perspective qui n’était pas pour la réjouir.

    Renonçant momentanément à la douceur de son lit, Neera se dirigea d’un pas leste vers le rez-de-chaussée.

    On ne pouvait pas dire qu’elle avait peur, probablement parce que la mage avait bien conscience de ses capacités. Pour ainsi dire, cette « visite surprise » la mettait même d’assez mauvaise humeur, et quoiqu’elle fut prudente, elle comptait bien passer un savon au responsable si elle le trouvait.

    Du moins, c’était son projet initial. Ses yeux s’étant habitués à la pénombre, elle renonça à utiliser ses pouvoirs pour s’éclairer, et silencieuse comme une ombre, elle arriva aussi discrètement que possible sur les lieux d’où provenait le bruit étrange.

    La mage eut aussitôt la certitude qu’on furetait dans le coin. Si elle ne pouvait pas bien voir qui s’intéressaient autant à ses biens,  la silhouette qui se promenait dans la pièce n’était pas une illusion : l’enseignante n’était donc pas seule. Il semblait s’intéresser à un meuble qui contenait tout de vaisselle en argent. Un éclair électrique faillit aussitôt sortir de sa main, mais la demoiselle se ravisa en dernière seconde et préféra créer une grande boule de lumière dans sa main gauche. Celle-ci était très simple, mais d’une grande intensité, et elle permit de révéler la présence d’un homme svelte, pâle, qui semblait finalement assez vif. L’utilisation de sa magie n’était pas innocente : étant un homme de l’ombre, ses pupilles avaient dû s’habituer à l’obscurité, et avoir une source de lumière tout simplement inopportune pouvait très bien l’aveugler s’il se retournait vers elle.

    La professeure de Magic n’en avait cependant pas terminé, et un éclair sortit de sa main droite. Ils se dirigèrent vers l’intrus et deux cercles de foudre vinrent bientôt encercler ses chevilles, ses poignets et son cou, l’empêchant par là même de fuir, ou même d’attaquer.

    Elle se permit alors seulement de prendre la parole.
    D’une voix un peu pincée, c’est vrai, mais qui aurait fait un généreux accueil à un voleur ?

    - Eh bien, eh bien. Il ne me semble pas encore avoir des trous de mémoire dans mon emploi du temps et je ne crois pas vous avoir invité, je me trompe ?

    Neera croisa les bras et plongea son regard dans celui de son interlocuteur.

    - A moins que ne soyez décidé à nettoyer toute mon argenterie, mais je crois que mon personnel serait très heureux que vous ne leur voliez pas leur travail.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Valdis Vïrimer
    Valdis Vïrimer
    Messages : 46
    crédits : 521

    Info personnage
    Race: Humain - ange
    Vocation: Guerrier Assassin
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t715-valdis-virimer-rat-de-ruelle
  • Dim 6 Nov - 16:38
    Invité surprise


    -Vous ne pouvez pas être sérieuse…Une adresse, c’est tout?

    -C’est le mieux que je peux faire, mon brave!

    Valdis observa la vieille dame à l’apparence bien plus ressemblante à un troll qu’une femme lui sourire d’un long sourire écaillé.

    -La somme que tu m’as apporté était bien, bien médiocre, jeune vilain. La connaissance est ma récompense.

    ***

    Perché sur un toit, il observait le soleil valser sur le seuil de la capitale et disparaître pour permettre à sa compagne de danser de nouveau le temps d’une nuit. Ses mains voyagèrent le long d’un parchemin, le fruit de son travail des dernières journées. N’ayant obtenue qu’une adresse à la suite d’un partenariat avec une individu qu’il ne pouvait qualifier que de sorcière, il était dans l’obligation de préparer une nouvelle infiltration.

    D’après des ragots qu’il avait obtenus à la suite de plusieurs conversations désagréables, le jeune homme avait concocté un plan qui semblait sans faille. La propriétaire étant absente et ses serviteurs n’arpentant point la demeure la nuit, il était donc impossible qu’il tombe nez-à-nez avec quelconques. Nombreux pièges avaient été installé, sûrement pour empêcher les vermines comme lui de s’introduire sans invitation dans le domaine, mais il ne s’en souciait aucunement.

    Après repérage et discussion fortuite avec des contacts scrupuleux, le jeune voleur avait réussi à tracer un chemin qui lui permettrait d’atteindre son objectif sans alerter la moindre rune ou alarme.  Il n’avait plus qu’à attendre, admirer les derniers pas du soleil sur la voute céleste avant de s’opérer.
    Usant de ses atouts, il traversa sans laisser de traces les nombreux toits qui le séparaient du manoir et, d’un saut à la fois gracieux et athlétique, atterrit sans souci de l’autre côté du large portail de fer qui bloquait l’accès à la richesse de la maîtresse des lieux.

    Suivant les indications qu’il avait récoltées, Valdis avait déniché une information fortement utile : l’emplacement des alarmes magiques externes et de leurs efficacités. Il trouva rapidement la fenêtre qui correspondait à ses écrits et se glissa à l’intérieur de la demeure plongé dans le noir. Quelqu’un avait bâclé son travail dans la protection de ses lieux, à son grand plaisir personnel.

    Maintenant, il suffisait de parcourir la demeure en esquivant toutes formes de distractions ou de pièges : une tâche délicate. Avant toute chose, il se permit de fermer la fenêtre qu’il avait forcée. Celle-ci, dans un « clok » (l’un des sons les plus satisfaisants pour le jeune voleur) se referma. Il ne pouvait, normalement, se permettre de provoquer un tel son, mais, cette nuit, il était la seule âme qui arpentait l’intérieur de ces murs.

    Il prit un moment, avant de se glisser dans les ombres des corridors, pour observer la salle qui l’entourait : un joli salon, à l’apparence prestigieuse où chaque recoin était garni de décorations, de tableaux et d’armoires contenants vastes collections d’argenteries. Il n’était pas ici pour se remplir les poches, mais il dut prendre un moment pour empêcher son vice de prendre le dessus.

    Déposant la paume de ses deux mains devant son regard, il imprégna ceux-ci de la maigre puissance arcaniques qu’il possédait et, satisfait de la réussite de son invocation, scruta aisément le parchemin malgré l’absence totale de lumière. S’il en croyait ses trouvailles des derniers jours, son objectif se trouvait dans l’une des pièces environnantes. Ses contacts n’avaient su communiquer des informations plus précises. Il n’avait d’autre choix que d’explorer à l’aveuglette s’il désirait trouver réponse.

    S’approchant de la sortie, l’ombre fit un dernier arrêt devant une armoire. Celle-ci, brillant même dans la nuit, contenait une magnifique panoplie de vaisselles en argents. Il déposa sa main dessus la vitrine, y laissant une tâche grossière de son gant.

    -Je reviendrais pour vous, promit le jeune voleur aux assiettes qui gisaient dans le meuble.

    Soudain, une lueur agressante apparue derrière Valdis, si rapidement qu’il se vit sursauter sur place. La source de cette lumière était si massive que nul recoin d’ombres n’existait désormais, seulement la pure couleur blanchâtre. Avait-il enclenché un piège avec le seul contact de son gant sur le verre?

    Plissant ses petits yeux fatigués, il observa, par le reflet de la vitrine, la source de son malheur: une énorme sphère blanchâtre lévitait derrière lui, une silhouette à ses côtés. Avant même de pouvoir réagir, il sentit une vive douleur s’emparer de ses chevilles, ce qui le fit tomber au sol. Puis, la vive douleur apparue dans ses poignets qui, eux, se virent forcer par une force invisible de se joindre ensemble. Avant même de comprendre ce qu’il lui arrivait, la douleur se transféra à sa gorge.  

    En écoutant la voix imposante au trait féminin s’interroger sur sa présence, le larron déposa ses yeux aveuglés sur son corps, à la recherche de la provenance de la souffrance qui s’était emparée de lui. Des cercles liaient ces poignets et ses chevilles. Une magie animait ceux-ci : des arcs électriques s’échappaient de ces derniers avant de s’y retourner.

    Il ne pouvait agir, ni même observer de face celle qui l’interrogeait. N’était-il pas supposé être seul cette nuit? Qui donc lui avait fournit une mauvaise information et avait garantie son échec?

    -J’ai déjà connue mieux comme bienvenue. Vous ne direz pas de m’offrir le thé? Nargua le jeune voleur, se rabattant sur ses instincts primaires.

    La douleur, qui s’était dissipée dans ses membres, se raviva soudainement. Crispé par la douleur, il comprit que son assaillante n’était nullement d’humeur à la rigolade.

    -C’est bon! Ma petite caboche à bien compris, geigna-t-il, vous êtes puissante, je ne devrais pas rigoler de votre prestance. Je ne suis pas ici pour votre argenterie, bien qu’il ne me dérangerait aucunement d’allégir la tâche à votre personnel.

    Il ne pouvait cesser cette attitude autodestructrice, elle revenait sans cesse à la charge, bien que sa vie fût en jeu. Il se mordit la langue, se punissant lui-même, en attendant la réponse de l’imposante inconnue.


    CENDRES
    Noble de La République
    Noble de La République
    Neera Storm
    Neera Storm
    Messages : 58
    crédits : 242

    Info personnage
    Race: Demi-titan
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Neutre neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t832-neera-storm-termineehttps://www.rp-cendres.com/t837-neera-liens#5839https://www.rp-cendres.com/t836-neera-storm-chronologie#5836
  • Lun 7 Nov - 15:19
    D’un air scrutateur, mais quelque peu méfiant et mécontent, Neera dévisageait le voleur qu’elle avait coincé avec sa magie de la foudre. Il fallait bien avouer qu’elle ne lui avait pas laissé beaucoup de chances, mais la diviniste préférait assurer sa sécurité, plutôt qu’être trop bonne et de se mettre en danger. Enfin. Même si elle l’avait laissé libre de ses mouvements, elle aurait certainement pu utiliser ses autres pouvoirs, mais… autant utiliser l’élément avec lequel elle avait le plus d’affinité.

    L’homme était donc coincé, la mage l’avait même fait tomber en liant ses chevilles. Pas que Neera s’en voulût beaucoup, c’était lui qui s’était aventuré dans son domaine, et donc lui qui était responsable de cette situation. Prudente, elle avait également lié ses mains – il devait bien avoir des outils ou des armes dans ses poches et elle ne voulait pas qu'il les utilise. Le dernier cercle électrique, situé au niveau de son cou, aurait pu être obsolète, elle envisagea même de le retirer maintenant qu’il était hors d’état de nuire, mais la professeure préféra le laisser comme ça le temps qu’elle allume les quelques lanternes de son salon. Supprimant la boule de lumière qui lui était désormais inutile, elle revint contempler le larron étendu sur le sol. Au moins avait-il du bagou. Mais lui servir une tassé de thé ? Et puis quoi encore ?

    - Je viens de rentrer de mon voyage il y a à peine une heure et tout ce que j’avais envie, c’était d’aller dormir, pas de me faire du thé, observa-t-elle d’une voix étrangement égale. Et comme je ne traite pas mes domestiques comme des esclaves, ils ne sont malheureusement pas là pour nous préparer quelque chose. Vous m’en excuserez.

    Sa dernière phrase était particulièrement ironique, et Neera jeta un œil à l’armoire devant laquelle le voleur était tombé. Apparemment, il n’avait eu le temps de ne rien prendre… Mais la jeune femme était méfiante et elle préféra faire un tour de la salle, pour voir s’il manquait une de ses possessions. A priori, nota la mage, tout était à la bonne place et c’est alors qu’elle revint vers le larron toujours au sol, qui lui disait d’ailleurs qu’il avait bien compris la leçon. D’un air sceptique, l’enseignante haussa un sourcil, mais d’un geste, elle effaça le « collier électrique » autour du cou du voleur.

    - Vous semblez n’avoir rien pris de particulier, fit l’enseignante de Magic, ignorant les plaintes de son… invité. C’est une bonne chose, ça m’aurait mise de mauvaise humeur.  

    Elle ne mentait pas. L’intrusion de cet homme l’irritait déjà pas mal – cela voulait dire que les défenses de son manoir étaient quelque peu obsolètes ou inutiles – alors si en plus, il avait pris certaines de ses possessions, elle aurait eu du mal à se calmer.

    - Donnez-moi une bonne raison de ne pas vous livrer à la garde, fit franchement Neera. Je n’aime pas quand on pénètre dans ma propriété durant la  nuit avec l’intention manifeste de me dérober quelque chose. D’ailleurs, qu’est-ce que vous cherchiez ? Pourquoi venir dans mon manoir ? Vous ne savez pas que c’était une mauvaise idée de me chercher des noises ?


    Elle espérait qu’il ne lui sorte pas des excuses bidons à deux francs, qui ne seraient pas sincères pour un sou. Après, vu sa position… Est-ce que cela lui serait si utile de mentir ? Sans doute pas. D’autre part, de ce qu’elle avait entendu jusque-là, l’homme semblait avoir un peu de répartie… Il ne se laisserait sans doute pas faire, et dans d’autres circonstances, la demi-titan aurait peut-être apprécié ce trait de caractère.

    Plus important, si son interlocuteur avait infiltré son domaine, c’est qu’il avait été assez adroit pour éviter tous les pièges mis en place. C’était un problème. Evidemment, l’élémentaliste pouvait tout remplacer, mais ça avait un coût. Elle avait bien envie de savoir comment le larron s’y était pris pour ne pas déclencher ses alarmes et déclencher son système de sécurité, mais dans cette position, il allait certainement vouloir essayer de marchander.

    Se rapprochant du voleur, Neera l’observa une seconde et croisa les bras d’un air buté.

    - Votre position n’est pas très agréable, j’en conviens, mais convenez que vous l’avez cherché. J’ai vu une silhouette sombre alors qu’il n’y avait personne dans ma maison. Vous étiez donc une persona non grata, qui aurait très bien pu m’attaquer si vous vous étiez aperçu de ma présence en premier. J’ai donc frappé en premier et j’étais clairement dans mon droit.

    La femme jeta un regard circulaire à la pièce, puis elle lui posa une question :

    - Par où êtes-vous entré ?

    Elle voulait comprendre ce qu’avait fait le voleur jusqu’ici, et peut-être pourrait-il tirer son épingle du jeu grâce à cela.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Valdis Vïrimer
    Valdis Vïrimer
    Messages : 46
    crédits : 521

    Info personnage
    Race: Humain - ange
    Vocation: Guerrier Assassin
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t715-valdis-virimer-rat-de-ruelle
  • Sam 12 Nov - 14:29
    Invité Surprise

    Son nez collé au sol, Valdis écoutait son assaillante divaguer sur diverse sujet, ce moquant de lui et le menaçant de le rendre à la garde s’il n’avait pas une bonne raison d’être ici.

    Avait-il une bonne raison d’être en ce lieu, tard la nuit?

    -Vos excuses sont acceptés, je me servirais le thé moi-même lorsque je serais chez-moi, grogna le jeune voleur tout en se butant à la dure tâche de s’assoir. Comme je vous ai stipulé : je ne suis point ici pour vous dérober quoi que ce soit. Seulement de connaissances.

    Fesses au sol, il prit une grande inspiration, la tête reposant contre la section inférieure de la vitrine, avant d’ouvrir à moitié les yeux, tentants de percer la lumière imposante qui se dégageait de la salle. La femme, qui n’était qu’une silhouette bercée de lumière, avait bel et bien les traits du professeur qu’on lui avait décrit : chevelure imposante, une droiture dans la posture, des yeux illuminant de puissances.

    -Professeure…Neera, c’est bien ça? Où devrais-je vous nommez Storm, à vous de voir, bref. Désolé de vous avoir réveillée, je ne comptais pas déranger quiconque en cette nuit.

    Il sortit, tout en faisant la discussion à sa captive, la dague qui somnolait dans son gantelet. N’étant point un imbécile, il n’écouta pas son impulsion primaire de rompre les liens électriques. Non, le simple fait de disposer d’une arme dans cette situation précaire lui offrait un léger soulagement, lui permettant d’ignorer quelques instants qu’il ne pouvait bouger d’un poil. Il était à la merci de la professeure.

    -Je ne cherchais pas les ennuies, seulement…Vous pouvez fermer cette foutue lumière?

    Il tentait de se concentrer, d’admettre une demi-vérité, mais la magie lumineuse lui brûlait les rétines, encore affectées par la vision nocturne qu’il avait invoquée plus tôt. Ses sens étaient ahuris par l’amont phénoménale d’informations qui le percutaient, toutes à la fois. La douleur qui le strangulait la gorge, causé par le cerceau désormais disparu, la vue éblouie par la sphère, ses mains infectés de fourmis, effet secondaire provoqué par ses liens et la tension qu’ils dégageaient. Une étrange odeur de parfum qui valsait autour de lui, peut-être était-ce l’œuvre des serviteurs qui avait mené un ménage en ces lieux?

    Malgré ce flot sauvage de stimuli, la scène était particulièrement silencieuse. Hormis les voix des deux individus : pas un seul bruit. Cette absence sonore lui permit de méditer à une solution à son problème. Storm s’était rapproché, ne laissant qu’une maigre distance entre lui et elle. S’il réussissait à se défaire de sa magie, il pouvait peut-être diminuer cette distance et changer la balance.

    Bien sûr, sur papier, tout cela sonnait simple, mais en réalité, il ne put trouver une solution pour se débarrasser des liens à ses chevilles. Il commencerait par ses mains, il improviserait pour la suite. Prenant une grande inspiration, recherchant en elle le courage de se commettre à la douloureuse tâche qu’il allât faire, il entoura son pouce gauche de la main droite.

    -Je suis venue lire, pour être des plus honnêtes. M’instruire, moi qui n’ai jamais connue la prestigieuse éducation que livre l’université Magic. Je suis envieux, voyez-vous, de vos savoirs arcaniques, mentit-il en se tordant le pouce, brisant le ligament de ce dernier.

    Il se mordit la langue pour ne pas trahir la douleur ahurissante qu’il subissait, mais son visage, malgré tout, se plissa. Il s’en voulait désormais d’avoir écouté les conseils d’une de ses connaissances, conseil qui s’appliquait lorsqu’un garde passait les menottes. S’il avait de la chance, ce conseil s’appliquerait aussi à des liens magiques. Tout en faisant danser ses poignets et ses mains pour déjouer le sort qui les restreignait, il continua son discours.

    -Orphelin, j’ai toujours voulu apprendre à maîtriser les flammes-non par envie pyromane, non! Seulement puisque j’aimerais pouvoir aider ces braves âmes qui combattent les incendies lorsque ceux-ci apparaissent…Peut-être que je devrais invoquer l’eau si c’était le cas. Sujet à discussion, conclu-t-il en penchant son crâne, pensif.

    C’était le meilleur mensonge qu’il avait imaginé en un bref instant. Il sentait désormais sa main glisser le long de l’arc électrique. Il était désormais libéré des mains, mais pouvait-il encore dévoiler son plan? Non, la patience était de mise. Il ne fit aucun mouvement juste, plutôt occupée à imager son corps se propulser grâce à ses mains, une roulade, un contact. Impossible. Elle pouvait le châtier en un instant. Il était peut-être plus rapide, mais elle était bien plus apte au conflit.

    Une idée.

    De sa main intacte, la chaleur qui l’habitait s’anima et se mit à danser le bout de ses doigts. Il ne possédait plus la puissance qui l’avait habité autrefois, mais une bribe qui, en ce moment, était nécessaire d’user. Il devait seulement se concentrer quelques instants.

    -Votre fenêtre, désigna-t-il grâce à son nez.

    CENDRES
    Noble de La République
    Noble de La République
    Neera Storm
    Neera Storm
    Messages : 58
    crédits : 242

    Info personnage
    Race: Demi-titan
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Neutre neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t832-neera-storm-termineehttps://www.rp-cendres.com/t837-neera-liens#5839https://www.rp-cendres.com/t836-neera-storm-chronologie#5836
  • Mar 15 Nov - 12:28
    L’homme acceptait visiblement « ses excuses » puisque Neera ne s’était absolument pas préparée pour le recevoir et, si les circonstances avait été différentes, peut-être que leur joute verbale l’aurait fait sourire. Il avait visiblement réussi à s’asseoir et appuyait sa tête contre la vitre d’une de ses armoires. Cela ne dérangeait pas particulièrement la Républicaine, tant qu’il était neutralisé et qu’il ne pouvait pas lui faire de mal, donc elle le laissa faire et rebondit plutôt sur l’une de ses dernières déclarations.

    - Me dérober des connaissances ? Et quoi donc ?

    Quand on avait cinq siècles, on avait le temps d’accumuler des parchemins, des manuscrits et des livres conséquents. La bibliothèque de son manoir était impressionnante, mais il n’y avait pas à s’en étonner, puisque la demoiselle avait depuis toujours une âme curieuse et savante. Son père, à l’époque, avait déjà collecté une belle collection, et sa fille avait habilement pris le relais, mettant en place des sortilèges quand l’usure du temps abimait les ouvrages les plus anciens. Cela permettait de les consulter sans qu’ils ne tombent en pièce.

    - Mon manoir est grand, vous savez. Vous allez prendre du temps pour trouver le parchemin ou le livre qu’il vous faut, remarqua-t-elle.

    Si seulement il parvenait à se libérer de ses liens, bien entendu.

    Il connaissait son identité, dans tous les cas, puisqu’il révéla à la fois son prénom et son nom. La femme se contenta d’acquiescer pour confirmer ses dires, et elle écouta distraitement ses excuses pour l’avoir réveillée. Elle reprit la parole alors qu’elle allumait les lampes de son salon, qui donnerait une lumière plus naturelle à la pièce.

    - Les gens m’appellent professeure Storm, d’habitude. Mais je doute que vous respectiez réellement les conventions sociales. Vous connaissez mon prénom, mais je ne connais pas le vôtre. A moins que vous préfériez que ne vous appelle « voleur » ou « larron ». Mais ça ne me semble pas très poli.

    Donner un prénom, c’était toujours quitte ou double, puisqu’on pouvait donner sa propre identité en faisant cela. Mais rien n’empêchait le cambrioleur de lui donner un pseudonyme s’il en avait envie.

    En tout cas, il ne cherchait pas les ennuis, mais la boule de lumière l’ennuyait bien, et Neera finit par la faire disparaître. Le salon était désormais bien allumé par les lanternes sur les murs et près des fauteuils, aussi ils n’étaient plus plongés dans la pénombre comme auparavant.

    - Ca va mieux ?

    Son ton était un brin ironique, c’était vrai, mais elle n’allait quand même pas le remercier d’être rentrée chez elle. Pour ainsi dire, hormis l’avoir neutralisé avec sa magie, Neera restait encore assez polie à l’encontre du larron. Plus qu’il ne le méritait sans doute.

    Un rictus apparut toutefois sur son visage quand il lui balança qu’il était venu lire. Sans blague. Il comptait gentiment s’installer dans sa bibliothèque et un coin du manoir pour découvrir les parchemins qu’il lui fallait ? Pour mieux élever son esprit ? Non, qu’il le ne lui raconte pas de salades. Ce genre d’individus ne voulaient pas devenir plus cultivés, ils voulaient s’emparer de certaines choses pour les revendre au plus offrant, généralement.

    - Vous parlez bien, mais vous cherchez juste à gagner du temps, intervint-elle. Dites-moi ce que vous vouliez récupérer. Avec un peu de chances, je pourrai le considérer comme une babiole qui ne m’est plus utile.

    Ca lui permettrait aussi, somme toute, de vérifier s’il ne mentait pas.

    Ce qui intéressait également la diviniste, c’était de savoir par où il était entré, et quand il désigna une des fenêtres du salon, elle tourna la tête pour regarder l’endroit que le voleur désignait. Hum. C’était embêtant. Elle était justement sûre d’avoir demandé à ce qu’on mette des protections à cette fenêtre, justement parce que cette partie du salon avait de grandes portes vitrées et étaient justement un des coins les plus lumineux de son manoir. Cela voulait dire qu’il faudrait faire revenir un spécialiste et dépenser encore de l’argent. Est-ce qu’on pouvait un jour accorder sa confiance aux autres si ceux-ci ne faisaient pas correctement leur travail ? C’était pénible... Ca avait été tellement mal fait qu’un homme de l’ombre avait réussi à pénétrer jusqu’ici…

    Inconsciente que ce dernier préparait son coup, Neera finit par ramener son attention sur le voleur.

    - Que diriez-vous qu’on fasse un deal ?

    Oui oui, c’était étonnant venant d’une professeure de Magic, mais celle-ci savait saisir les occasions quand ces dernières se présentaient. Et de toute façon, ça ne concernait qu’elle et le voleur ici présent.

    Consciente que ça avait pu prendre de court le larron, la femme s’expliqua brièvement.

    - Il semble que vous êtes assez doué pour pénétrer dans mon domaine  sans déclencher les pièges alentours, et en repérant ceux qui ont été mal créé par leur enchanteur. Quitte à être sur place, vous pourriez repérer pour moi les pièges qui sont devenus obsolètes, ceux qui sont toujours utiles, ou encore ceux qui ont été bâclés, comme la fenêtre par laquelle vous êtes entrés. Rien ne vaut un professionnel du terrain pour avoir ce genre de coup d’œil.

    Son ton avait été très légèrement sarcastique sur la fin, mais elle avait été sérieuse sur l’ensemble de sa tirade.

    - En échange, reprit-elle d’une voix calme, je vous libère et personne ne sera prévenu de votre… escapade de ce soir. Ce sera comme s’il ne s’est rien passé. Je serai gagnante puisque je saurai quoi remplacer. Et vous serez gagnant aussi puisque, hormis peut-être une ou légère brûlure, vous serez libre et vous aurez gagné une magnifique ballade sur l’ensemble de ma propriété.

    Elle avait bien sûr songé à le rémunérer pour cela – qu’est-ce qui appâtait le plus un voleur qu’une belle bourse d’argent ? – mais son côté radin avait pris le dessus en dernière minute. On ne pouvait pas se défaire si facilement de ses défauts, n’est-ce pas ? Et Neera était d’une certaine manière un grippe-sou. Il lui fallait une bonne raison pour dépenser sa fortune et là, elle n’était pas convaincue que ce soit nécessaire.

    Bien sûr, son interlocuteur pouvait très bien négocier. Le marchandage devait bien être être dans ses cordes après tout…
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum