DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • Dernières imagesDernières images  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    Cendres ᚠ ᛊ ᚢ ᛟ ᚪ ᛊ ᛥ ᛉ
    Relevez-vous, peuple des cendres ! Les Titans existent, la guerre d'il y a 5000 ans résonne davantage dans vos cœurs depuis que ces immortels sont revenus revendiquer leurs droits. La victoire vous est une nouvelle fois acquise, mais à quel prix ? Suite à cette nouvelle guerre plus violente et mortelle que toutes les précédentes, il en va de votre responsabilité de vous accrocher à la vie et de rebâtir sur les ruines. Vers un nouveau futur encore incertain.

    Shoumei, autrefois membre des trois grandes nations régnant sur les terres des cendres et capitale de la religion diviniste, a payé le tribut ultime pour offrir la victoire aux vivants. Désormais, son peuple se retrouve égaré, dispersé. Privés de leur nation, de leurs foyers, les shoumeiens tentent tant bien que mal de retrouver un semblant de paix, mais la tâche est ardue. Le Reike, nation guerrière en proie à une lutte intestine contre le dirigeant s’étant imposé dans un sillage de sang, ainsi que la République, nation de l’ordre et des lois, ont tous les deux beaucoup à gagner avec ces nouveaux territoires à revendiquer. Choisiront-ils la voie de l’alliance et tendront-ils la main aux shoumeiens ? Où feront-ils passer leur peuple avant le reste des cendres ? Seul le futur écrira l'histoire de ces deux nations que tout oppose depuis des temps immémoriaux. Enterrer ou reluire la hache de guerre pour les combats à venir.

    Quoi qu’il en sera, peuple des cendres. C’est à vous de faire pencher la balance. Battez-vous pour le futur que vous chérissez. Entamez votre ultime chant du cygne, et brisez une bonne fois pour toutes ce cycle incessant de guerres contre les titans, ou tentez de poursuivre ce dernier selon vos convictions. Il ne tient qu’à vous d’offrir au monde des cendres la paix qui lui est due ou de le plonger à jamais dans les flammes…
    votez pour nous ♥1234
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu

    derniers messages

    membre
    du mois
    Bravo à Rowena !

    prédéfinis

    +
    Forum RPG Dark Fantasy. Avatars illustrés 300 x 500 px. Cendres est un monde magique où plusieurs puissances économiques et politiques règnent. Ici, les enjeux sont importants et une situation peut changer du jour au lendemain. Incarnez un simple paysan, un talentueux magicien ou même un riche seigneur ! De nombreuses possibilités et combinaisons différentes vous attendent avec impatience !

    from the ashes

    24.07.22
    Ouverture du forum et début du jeu. Bienvenue sur Cendres !
    28.06.22
    Le forum est accessible au public.
    17.06.22
    Début des travaux de construction.
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kiora Shadewing
    Kiora Shadewing
    Messages : 7
    crédits : 102

    Info personnage
    Race: Hybride corbeau
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t867-kiora-shadewing-termine-when-you-mess-with-a-crow-watch-out-for-the-murder
  • Ven 4 Nov - 8:56
    Kiora Shadewing
    Race : Hybride corbeau
    Sexe : Femme
    Âge : 21 ans
    Métier :  Exécutrice dans la pègre
    Taille & poids : 1m63, 41 kgs
    Alignement : Chaotique mauvais
    Faction : République
    Rang : C
    Religion : Athée
    Avatar : "Raven Hold: Kira", Helen Rusovich

    Pouvoirs et objets


    Vocation : Assassin

    Immunité de race : Douleur physique
    Faiblesse de race : Psychique

    Elément ombre - Palier 2 : 300 pour Palier 1 + 600 pour Palier 2 = 900
    Fusion élémentaire (ombre) : 1000
    Agilité et précision augmentée - Palier 1 : 500
    Vue augmentée - Palier 1 : 150
    Nyctalopie : 150
    Méditation : 250
    Métamorphose (corbeau) : 500
    Vol : 500

    Reste : 50 points

    Description physique et mentale

    Description Physique
    Dans un petit bureau miteux au-dessus d'un vieil entrepôt, un homme comptait ses gains à la lumière de la bougie. Ponctionner une partie des revenus sur les transactions qu'il réalisait pour le compte de la Gorgone avait été facile - très facile, songea-t-il en riant. Le miroir en face de lui lui renvoyait son reflet familier... Ainsi que celui d'un corbeau aux yeux d'un blanc bleuté menaçant Leurs regards se croisèrent, et le corbeau inclina la tête pour le dévisager, avant de déployer ses longues ailes noires pour s'élancer dans la pièce. Sous les yeux horrifiés du bedonnant rosâtre, ces ailes se changèrent en des membres de la même couleur, terminées par des formes à mi-chemin entre des mains, des pattes griffues et des rémiges. Là où s'étaient trouvées ses serres quelques instants plus tôt, des pieds menus chaussés de fines pantoufles de cuir se posèrent sur le sol sans un bruit.

    Dans ces pantoufles disparaissait un pantalon de toile noire enserrant des jambes fines, si fines qu'elles en paraissaient longues malgré la petite taille de la silhouette qui lui faisait face. Une enfant ? Non, elle s'était tout de même pas si petite que ça, et les courbes qui se dessinaient sous sa tunique sombre confirmaient qu'il s'agissait bien d'une femme. Au-dessus de son cou élancé et de son menton fin, son visage disparaissait sous une capuche, dans une ombre trop noire pour être naturelle. Mais la flamme de la bougie faisait scintiller ce même regard d'un blanc bleuté, dans l'ombre de sa capuche.

    Elle abaissa cette capuche, et ce fut comme si le masque d'ombre s'était dissipé, révélant la courbe d'un bec crochu surplombant des narines résolument humaines. A partir de ce bec, le reste de son visage était résolument inhumain,  Autour de ses yeux d'oiseau de proie, une masse noire lustrée, sorte de duvet à mi-chemin entre plumage et chevelure, s'étirait autour de son visage comme une crinière - ou plutôt, comme la huppe d'une alouette - puis s'étirait en longueur là où des cheveux auraient dû se trouver.

    Si Kiora avait croisé le regard de son reflet... Autrefois, elle aurait grimacé, car il lui aurait renvoyé l'image du "vilain petit canard" que tourmentaient ses cousines. Mais maintenant, un mince sourire aurait étiré ses lèvres charnues lorsqu'elle aurait repensé au regard que @Ssisska posait sur elle, à la manière dont ses doigts jouaient dans son duvet, et au fait que son amour la trouvait belle.

    Description morale (suite de la scène, TW : Meurtre, violence)

    Mais à vrai dire, je ne m'étais jamais beaucoup intéressée à mon reflet... Et ce jour-là, j'avais une cible. Les corbeaux sont des oiseaux vengeurs, qui protègent leur meurtre envers et contre tout... Et actuellement, c'était ma belle Ssisska et moi contre le reste du monde. Je laissais la pièce s'assombrir, disposant habilement de petites ombres sans chercher d'autre effet que d'effrayer ma proie. J'abattis une main sur l'épaule de l'homme qui fixait toujours mon reflet d'un air hébété, mes serres s'enfonçant légèrement dans son épaisse épaule de rondouillard.

    D'un bond léger, je me perchai en position sur son bureau, une jambe repliée contre moi, l'autre pendant dans le vide - sans le lâcher, histoire qu'il ne lui vienne pas à l'idée de s'enfuir.
    - Tu sais qui je suis ? lui demandai-je d'un air détaché.
    - Le... Le Corbeau.
    Je hochai sombrement la tête... Bien. Voilà qui allait nous faire gagner du temps.

    - J'ai remarqué qu'il y avait de petites... incohérences entre la marchandise que tu écoules et l'argent que tu rapporte à la Gorgone... Alors, je suis venue voir si tu avais besoin qu'on t'apprenne à compter.
    Je jetais un coup d'oeil aux pièces qu'il était en train de compter à mon arrivée.
    - On dirait que tu t'en sors très bien tout seul...
    Mon sourire carnassier suffisait à lui révéler que ce n'était pas une bonne nouvelle.

    J'avisais un livre clos sur son bureau.
    - Ce sont tes comptes ? lui demandai-je avec une légèreté dans ma voix qui tranchait avec la fermeté de mes serres enfoncées dans son épaule.
    J'attrappais l'ouvrage de ma main libre. Il tenta de protester, mais un coup d'oeil de mon regard perçant suffit à l'en dissuader, et je commençais à tourner les pages, faisant défiler des lignes et des lignes de transactions, certaines réglo et d'autres frauduleuse, sans montrer la moindre réaction. Finalement, je refermais le livre de comptes en un claquement retentissant et portais un regard insondable sur celui qui avait osé tenté d'arnaquer Ssisska.
    - Je... Je peux tout expliquer. balbutia-t-il.
    - J'ai déjà tout compris. rétorquai-je, glaciale.

    - C'était jamais beaucoup...
    Je resserrai l'étau de ma prise sur son épaule et me penchais vers lui, mon regard lançant des éclairs à quelques centimètres du sien.
    - Même si ce n'étaient que quelques pièces de cuivres, ça ne changerait rien. Le problème, ce n'est pas l'argent. Le problème... C'est que tu as volé ce qui revenait à Ssisska.
    - Je... je ne recommencerais plus !
    Je relâchai alors mon étreinte et lui tapotais l'épaule. Il avait enfin dit quelque chose de sensé.
    - Je n'en doute pas une seconde. répondis-je d'un air satisfait.

    Puis je fis glisser une petite lame hors de ma manche et je lui tranchais la gorge. Pendant qu'il me dévisageait de ses yeux écarquillés par le choc en s'étranglant, je me penchais pour lui murmurer à l'oreille :
    - Le problème, c'est que si je me contente de te donner un avertissement, je ne dissuade que toi... Alors que si je fais un exemple, je dissuade tout le monde.

    Et je le pousse de ma jambe qui se balançait toujours au bas du bureau, faisant basculer sa chaise en arrière. Autant qu'il ne dégueulasse pas tout le bureau, sinon, j'aurais plus de mal à faire ce que je dois faire. Je saute sur mes pieds alors qu'il pousse son dernier soupir, et munie de la même petite lame, je réalise avec précision le geste qui est devenu la signature du Corbeau. Au matin, on le trouvera mort, les yeux crevés.

    Puis je rassemble dans un sac l'argent qu'il devait à la Gorgone, ainsi que son livre de comptes. Je m'apprête à quitter les lieux, lorsqu'un éclat métallique attire mon regard : un sceau argenté, dans un tiroir entrouvert... un Brillant. Il fera plaisir à Ssisska, j'en suis certaine. Je l'empoche.

    Avec ma nouvelle cargaison, je ne peux pas repartir comme je suis venue... Alors, je pousse la porte, et m'en vais à travers l'entrepôt. Ma démarche est guilerette, satisfaite à l'idée de la surprise que je vais faire à Ssisska. En chemin, je suis de si bonne humeur que je ne peux résister à l'envie de chaparder un chausson aux pommes encore chaud, que je grignote avec appétit.

    Et enfin, je suis de retour dans la chambre où, quelques heures plus tôt, j'ai laissé ma belle endormie. Bien sûr, elle ne dort plus : elle m'attendait.
    - Ssisska ! je m'exclame joyeusement.
    C'est bien connu, les corbeaux sont bruyants quand ils retrouvent leurs proches.
    - Je t'ai ramené un Brillant. je lui annonce, toute fière, en lui lançant le sceau de ma victime.
    Puis je descend mon sac de mes épaules.
    - Ah, et ça, aussi. j'ajoute en posant le sac sur une table.
    - Mais ça peut attendre. je conclus en m'avançant pour l'embrasser, une main sur les douces écailles de sa joue. Elle m'a manqué, et ça, c'est beaucoup plus important que l'argent que j'ai récupéré.

    Histoire ou test-rp


    You shouldn't make friends with crows

    Il était une fois un bourgmestre, fervent admirateur de la lignée Fallensword, qui dirigeait un  petit village de pêcheurs républicains entre Justice et Liberty. Il vivait dans une demeure surplombant les maisons des pêcheurs avec son épouse et ses trois enfants. L'aînée avait un talent d'oratrice, et lui succèderait à coup sûr à la tête du village - il était même convaincu qu'une brillante carrière politique l'attendait. Le cadet présentait le potentiel de devenir un puissant élémentaliste, et le bourgmestre était certain de pouvoir l'envoyer étudier à l'Université Magic.

    La benjamine ne suscitait pas en lui autant d'espoirs, c'était le moins qu'on puisse dire. Aoife était jolie, avec son teint clair, ses boucles blondes et ses grands yeux de poupée... Mais bien trop étrange et fantasque pour que le bourgmestre puisse compter ne serait-ce que sur un mariage avantageux. Elle pouvait se montrer très intelligente, mais aussi terriblement naïve et déconnectée des réalités de la vie. Elle échappait constamment à ses gouvernantes pour lire des ouvrages aussi abscons qu'aléatoires, et surtout, pour passer du temps dehors, en pleine nature, en compagnie des animaux. Cette fillette au regard perpétuellement émerveillé ne rêvait que d'une chose : devenir zoologiste à la Réserve Faunique.

    Son don magique était bien moins flamboyant que celui de sa soeur. Elle était notamment capable de communiquer avec les animaux, et se servait de ses dons pour en apprendre le plus possible à leur sujet. Elle semblait particulièrement fascinée par les oiseaux. Elle avait fait de la Tour Ouest son bureau, où elle consignait toutes ses recherches.

    En secret, dans la tour ou la forêt, elle retrouvait régulièrement son amant, un corbeau que son esprit fantasque aimait imaginer être un noble de Reike contraint à cette apparence par une malédiction.


    The ugly little duckling

    Assez soudainement, Aoife tomba enceinte, et sa famille fut sous le choc. Comment cette jeune fille de tout juste dix-huit ans qui ne parlait qu'aux animaux, et jamais à ses semblables, avait-elle pu faire un enfant ? Quoi qu'il en soit, la femme du bourgmestre réagit promptement pour préserver les apparences : elle confina sa fille dans sa chambre et raconta à qui voulait l'entendre qu'elle était partie visiter la Réserve Faunique.

    Le ventre d'Aoife s'arrondit rapidement - trop rapidement - mais cela ne suffit pas à éveiller les soupçons de sa famille. Lorsqu'elle perdit les eaux au bout de trois mois à peine, saisie par une fièvre terrible, ils furent convaincus qu'elle allait faire une fausse couche... Mais au lieu de cela, elle mit au monde une petite fille monstrueuse. La peau du haut de son visage, de son crâne, de son dos et de ses bras était grisâtre, le reste d'une pâleur maladive. Ses yeux étaient clos, son nez surplombé d'une sorte de corne crochue semblable à la moitié d'un bec, et ses mains étaient déformées - elle ressemblait au plus hideux des oisillons. Aoife posa les yeux sur elle, sourit et la nomma : Kiora. L'enfant prit sa première inspiration avec vigueur, tandis que sa mère rendait sa dernière.

    Lorsque le bourgmestre vit sa petite-fille, il se souvint alors que, dans son enfance, il avait un jour aperçu un hybride, fruit de l'union d'un être humain et d'une créature marine... Et là, il comprit ce qui leur avait échappé depuis le début : le père n'était autre que l'un des "oiseaux de malheur" de sa fille. Il voulait noyer aussitôt cette abomination dans le lac Rebirth, mais son épouse s'y opposa - aussi monstrueuse soit-elle, cette enfant était tout ce qui leur restait de leur fille, et elle ne pouvait accepter sa mort - ma mort.

    Alors, on m'éleva dans le manoir, avec la stricte interdiction d'en sortir. On ajouta un lit dans le grenier de la tour Ouest, qui devint ma chambre. Seule la famille et quelques domestiques étaient placés dans la confidence, et la lourde porte menant à l'escalier de pierre permettant de quitter la tour pour rejoindre le logis central du manoir n'était déverrouillée que lorsque personne d'autre ne me verrait. Je n'aimais pas descendre... Mes cousines me surnommaient "le vilain petit canard", et ma tante ne faisait rien pour les en empêcher.

    La solitude me pesait parfois. Il n'y avait pas grand chose pour passer le temps dans la tour. Un vieux journal de recherches sur les oiseaux ayant appartenu à ma mère, Aoife, m'apprit que les corbeaux étaient des animaux méfiants, mais sociaux, et qu'ils évoluaient en groupes appelés "des meurtres". On ne m'avait offert aucun jouet, mais la cible d'un vieux jeu de fléchettes était toujours accrochée au mur. Elle n'avait aucun projectile, mais je m'amusais à prendre les ombres de la tour, à les façonner de mes mains en petites pointes compactes et à les lancer en essayant de viser juste. Peu à peu, ma précision s'affina.

    Je n'étais pas véritablement seule. Des corbeaux volaient régulièrement à l'extérieur de la lucarne. Elle était scellée, mais mes serres finirent par en avoir raison. Contrairement à ma mère, je ne savais pas comprendre leurs crôassements - même si j'étais déterminée à apprendre un jour. Cependant, les corbeaux étaient très intelligents, et d'après ses recherches, ils savaient se souvenir des visages humains, se raconter qui les avait aidés et leur exprimer leur reconnaissance - ou à l'inverse, se venger de ceux qui avaient fait du mal à leurs semblables. Je partageais mes repas avec eux, et ils m'offraient de jolis objets métalliques, que j'appelais "mes Brillants". Puis ils repartaient, et je les regardais s'envoler, mon regard perçant me permettant de les suivre des yeux au loin, de jour comme de nuit - en rêvant du jour où je pourrais moi aussi échapper à ces quatre murs et déployer mes ailes - enfin, encore aurait-il fallu en avoir, des ailes.

    Je grandis, bien plus vite qu'à l'ordinaire, finissant par dépasser mes cousines en taille. A cinq ans, on pouvait déjà me qualifier de jeune fille plus que d'enfant. Ma peau n'était plus grisâtre, mais un duvet noir, à mi-chemin entre le cheveu et la plume, s'étendait sur le haut de son visage, sa tête, son dos et ses bras. Désormais, on m'autorisait parfois - rarement - à sortir un peu dans le jardin... Mais toujours vêtue d'une capuche noire afin de dissimuler mon visage. Et ce n'était pas plus mal, à mes yeux : je détestais mon reflet - et heureusement, il n'y avait aucun miroir dans la tour Ouest. J'avais l'impression de ne ressembler à rien, et d'une certaine manière, c'était vrai - rien de connu, en tout cas. Les humains étaient roses et mesquins, mais ils étaient "normaux". Les corbeaux étaient beaux et gracieux... mais moi, je n'étais pas vraiment un corbeau. Je n'étais qu'une étrange hybride... un vilain petit canard.


    A very little key will open a very heavy door

    Le jour de mes six ans, je ne reçus qu'un seul cadeau, et celui-ci venait de ceux que j'aimais considérer comme mon meurtre. Les Corbeaux m'avaient amené un Brillant : une jolie petite clef dorée attachée à un ruban. Et après vérification... cette clef ouvrait la lourde porte menant à l'extérieur de la tour. Je refermais précipitemment, et décidais d'attendre la nuit. Alors, vêtue de ma capeline à capuche noire, je me suis faufilée dans les couloirs, jusqu'à pousser le loquet me permettant de quitter le manoir... Une autre porte plus lourde encore, et je me suis retrouvée dehors. J'ai d'abord marché à pas de loup, puis je me suis mise à courir et à rire, ivre de liberté.

    Mes pas m'ont portée vers le Sud, jusqu'à une ville fort bien nommée : Liberty. J'ai vécu là quelques années, savourant une existence sans autre attache que les corbeaux que je rencontrais, volant pour me nourrir et pour compléter ma collection de Brillants. Je courais sur les toits, je dormais à la belle étoile, je volais de la nourriture que je partageais avec les corbeaux locaux ou je chapardais des Brillants pour ma collection... Et finalement, j'ai appris à me changer en corbeau et à m'envoler. J'étais heureuse comme je ne l'avais jamais été...

    Mais ce bonheur n'était pas fait pour durer. Un jour, je devais avoir neuf ans - pas tout à fait une adulte, mais plus très loin non plus - j'ai commis une erreur qui m'a coûté cher. Dans ma fuite pour échapper à la personne à qui je venais de faire les poches, ma capuche est tomber. Je l'ai remise rapidement - pas assez rapidement. Quelques instants plus tard, on m'abordait dans une ruelle. "Hé, c'est toi, la fille à la face de piaf ?" Je me suis métamorphosée pour prendre mon envol... Et là, un filet s'est abattu sur moi par derrière. J'ai heurté violemment le sol et j'ai perdu connaissance.


    A bird in a gilded cage

    Je me suis réveillée dans une cage aux barreaux dorés, de lourdes chaines lumineuses aux poignets. A l'extérieur, un type au rire gras et à la moustache recourbée s'est présenté comme le chef de la troupe. Il m'a expliqué que j'étais la toute nouvelle attraction : Kiora Ravensong, la femme-oiseau... et que j'étais là pour chanter du matin au soir pour le public. J'ai attrappé les barreaux de la cage, ressenti une sorte de décharge, et je l'ai lâchée aussitôt. Mes menottes étaient enchantées, m'empêchant d'utiliser mes pouvoirs pour m'enfuir ou pour faire du mal à ceux qui se trouvaient à l'extérieur. Et si je ne chantais pas, il y aurait des conséquences...

    Conséquences mon cul, ouais. Je me suis plongée dans le mutisme, et pendant quelques jours, ça a marché. Ils ne me nourrissaient pas, espérant me voir craquer et décider de donner de la voix, mais je préférais endurer la faim que de leur céder. Ils finiraient par devoir me relâcher ou me tuer, pas vrai ?

    Finalement, le chef de la troupe est venu ouvrir ma cage, et j'ai cru avoir gagné. Mais il m'a embarqué dans une roulotte, et j'ai compris qu'il pouvait faire bien pire que me tuer ou me laisser mourir de faim... Au matin, il m'a balancée dans ma cage en affirmant que si je n'avais pas chanté aujourd'hui, il reviendrait me chercher ce soir-là... Et c'est là que mes dernières résistances ont cédé, et j'ai chanté.

    J'étais peut-être un corbeau, mais je chantais avec le désespoir d'un cygne, ma voix trahissant la douleur et la rage qui s'étaient gravées dans mon âme à tout jamais.

    Ce soir-là, il m'a laissé tranquille, mais j'ai vite compris que me tenir à carreaux ne me protègerait pas. Si attiser sa colère était le meilleur moyen d'avoir des ennuis, il pouvait décider de me sortir de ma cage  parce qu'il était de bonne humeur ou de mauvaise humeur, parce que le public avait été enthousiaste ou peu réceptif, parce qu'il pleuvait ou parce qu'il faisait beau... Les humains étaient décidément bien imprévisibles. Un jour, en me ramenant à ma cage, il m'a glissé que j'avais franchement une sale gueule, mais qu'il aimait me voir pleurer. Ce jour-là, j'ai voulu lui sauter dessus et lui arracher les yeux... Mais les menottes m'en ont empêché, et j'ai fini bazardée contre les barreaux de la cage comme les autres jours.


    Crows remember the faces of the people who wronged them... and of those who were kind.

    J'ai perdu le fil du temps, mais je suis restée dans cette cage dorée pendant plus d'une décennie. Un jour, une hybride, Ssisska, m'en a libéré. Je promets de vous raconter cette histoire un autre jour, mais pour l'instant, sachez simplement que j'ai offert au maitre de la foire la mort qu'il méritait... Puis abandonné son cadavre, les yeux crevés.

    Je n'avais jamais rencontré d'autre hybride que Ssisska auparavant. Elle m'avait sauvé la vie, rendu ma liberté, et moi, je lui ai dévoué ma loyauté la plus absolue. Je l'ai suivi là où elle vivait, où elle dirigeait son réseau d'une main de maitre... Et je suis devenue son exécutrice, affinant mes pouvoirs et mes aptitudes physiques afin de pouvoir éliminer tous ceux qui lui causaient du tort ou entravaient ses affaires et obtenir toutes les informations dont elle pouvait avoir besoin. Désormais, on m'appelle Kiora Shadewing.

    Cela fait quelques mois maintenant. Notre relation, ma loyauté à son égard, s'est peut-être construite sur la ferveur d'une dette à l'origine, mais désormais, quelque chose de bien plus précieux nous lie. Un amour unique en son genre entre deux femmes considérées comme des monstres, mais qui voient la beauté l'une de l'autre.

    Source des citations:

    Groupes d'intérêts

    La Pègre : Kiora fait partie de la bande de la Gorgone. Celle-ci a rendu sa liberté à l'hybride corbeau qui, en retour, lui a offert sa loyauté. Kiora agit dans l'ombre, bien plus encore que Ssisska, se chargeant d'éliminer les importuns et d'obtenir les informations dont la Gorgone a besoin... D'une manière ou d'une autre. Kiora a beau être un esprit libre, elle est entièrement dévouée à Ssisska.

    derrière l'écran

    Pseudo : Blue / Hummingbird
    Comment avez-vous connu le forum ? Par Ssisska  Kiora Shadewing [Terminé] - When you mess with a crow, watch out for the murder  1f60d
    Avis sur le forum : Ca a l'air chouette !
    Fréquence de connexion : Variable mais au minimum une fois par semaine et je vais prévenir si je dois disparaitre quelques temps
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kiora Shadewing
    Kiora Shadewing
    Messages : 7
    crédits : 102

    Info personnage
    Race: Hybride corbeau
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t867-kiora-shadewing-termine-when-you-mess-with-a-crow-watch-out-for-the-murder
  • Dim 6 Nov - 12:05
    Hello !

    Ça y est, j'ai terminé <3
    Merci d'avance !
    Mairesse de Courage
    Mairesse de Courage
    Koraki Exousia
    Koraki Exousia
    Messages : 184
    crédits : 306

    Info personnage
    Race: Hybride (Femme/Corbeau)
    Vocation: Mage Noire
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t109-koraki-exousia-mairesse-de-courage-terminehttps://www.rp-cendres.com/t143-clients-et-detracteurs-de-l-ambrosiaque-koraki-exousiahttps://www.rp-cendres.com/t142-koraki-exousia-mairesse-de-courage
  • Mar 8 Nov - 1:35
    Ma foi ... Que puis-je trouver à redire alors que se présente à mes yeux une consœur hybride ?

    Et bien, j'ai cherché, j'ai cherché, j'ai cherché, car elle n'est pas encore arrivée cette fiche que je n'aurai qu'à simplement valider. ... Et j'ai fini par trouver !

    Tu dis dans ton histoire : "En secret, dans la tour ou la forêt, elle retrouvait régulièrement son amant, un corbeau qui, pour qu'elle ne rejette pas son amour, lui avait fait croire qu'il était un noble de Reike contraint à l'apparence d'un corbeau par une malédiction."

    Alors je suis d'accord sur un point : les corbeaux sont des animaux très intelligents. Je reste toutefois assez circonspect quant à leur capacité à mentir.

    Enfin, ton pseudo est est "Kiora", mais sur ton avatar est marqué "Koria". Du coup je voulais savoir lequel était l'officiel.

    Et oui, ta fiche est à ce point parfaite que les seuls endroits où j'ai put pinailler sont un détail infinitésimal de l'histoire et une probable faute de frappe sur ton avatar (Avatar que j'adore, d'ailleurs !)

    Vraiment, félicitation pour cette fiche qui était très plaisante à lire Smile


    Kiora Shadewing [Terminé] - When you mess with a crow, watch out for the murder  98e0

    Pouvoir de la Reine des Catins:
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kiora Shadewing
    Kiora Shadewing
    Messages : 7
    crédits : 102

    Info personnage
    Race: Hybride corbeau
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t867-kiora-shadewing-termine-when-you-mess-with-a-crow-watch-out-for-the-murder
  • Mar 8 Nov - 4:08
    Hello ! ^^

    Je comprends ! Effectivememt, si on se fie littéralement à la recherche, ils peuvent reconnaître les humains, fabriquer des outils, résoudre des énigmes visuelles simples, imiter des bruits et se réunir pour faire le deuil de la mort de l'un des leurs, mais rien ne dit qu'ils puissent mentir.

    J'ai modifié comme ceci, ça te convient ?
    En secret, dans la tour ou la forêt, elle retrouvait régulièrement son amant, un corbeau que son esprit fantasque aimait imaginer être un noble de Reike contraint à cette apparence par une malédiction.
    (Et sinon, j'enlèverais toute mention de ce point tout simplement. Mais le but était moins que le père raconte de la merde et plus que la mère y croit en vrai. Donc au final c'est presque mieux qu'elle se fasse des films toute seule. XD)

    Concernant le pseudo, c'est bien Kiora. Il y a effectivement eu une faute de frappe quand on m'a fait l'avatar, et comme je n'ai pas le niveau pour y faire quoi que ce soit, j'attends la version éditée. (Kiora vient du celte "little dark one", la même racine que des noms comme Ciaran).

    Merci et contente que ça t'ai plu !  Kiora Shadewing [Terminé] - When you mess with a crow, watch out for the murder  2764
    Mairesse de Courage
    Mairesse de Courage
    Koraki Exousia
    Koraki Exousia
    Messages : 184
    crédits : 306

    Info personnage
    Race: Hybride (Femme/Corbeau)
    Vocation: Mage Noire
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t109-koraki-exousia-mairesse-de-courage-terminehttps://www.rp-cendres.com/t143-clients-et-detracteurs-de-l-ambrosiaque-koraki-exousiahttps://www.rp-cendres.com/t142-koraki-exousia-mairesse-de-courage
  • Mar 8 Nov - 5:23
    Dis-toi que tu es bien la première à donner une réelle justification à la zoophilie d'un de tes géniteurs xD

    Ce petit détail étant reglé, te voici dès à présent : Validé !

    Et n'hésites pas à faire un tour un Courage. Il se pourrait qu'une femme-corbeau ait du travail pour toi, la-bas ...


    Kiora Shadewing [Terminé] - When you mess with a crow, watch out for the murder  98e0

    Pouvoir de la Reine des Catins:
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum