DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Ssisska

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    [terminée] Ekha, un esthète en République (TC Morndrizel) EFZvhIHe_o
    Gazette des cendres
    Hiver 2022-2023
    Lire le journal
    #1
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Titre du rp
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Ekha
    Ekha
    Messages : 12
    crédits : 630

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t976-terminee-ekha-un-esthete-en-republique-tc-morndrizel
  • Dim 27 Nov - 11:15
    Ekha - Emiliano Kharardt
    Race : Humain
    Sexe : Masculin
    Âge : 51 ans
    Métier : Artiste
    Taille & poids : 1m86 / 88kg
    Alignement : Chaotique bon
    Faction : République
    Rang : C
    Religion : Athée
    Avatar : Khada Jhin - League of Legends

    Pouvoirs et objets


    Mage - Soutien

    Pouvoirs des arcanes :
    - Illusion (palier 1) : 250 crédits
    - Illusion (palier 2) : 500 crédits
    - Invocation d'objets (palier 1) : 1000 crédits

    Pouvoirs psychiques :
    - Télékinésie (palier 1) : 250 crédits
    - Contrôle mental (palier 1) : 500 crédits
    - Contrôle des émotions (palier 1) : 250 crédits
    - Contrôle des émotions (palier 2) : 500 crédits
    - Bouclier psychique (palier 1) : 250 crédits

    Total : 3500 crédits

    Potion écoute des pensées

    Description physique et mentale

    Que vois-je lorsque je regarde dans le miroir ? Ce qui me frappe de prime abord, c'est bien sûr mon visage, frappé par la vilénie des vilains. J'avais deux yeux dorés magnifiques, il ne m'en reste plus qu'un, et me voici forcé de porter en constance un demi-masque d'argent pour ne point effrayer mon public avec les profonds sillons qui labourent le côté droit de mon visage, dont l'âge à rendu les traits sévères. L'œil qu'il me reste, délicieuse dissymétrie, est alerte et expressif, il compense pour la perte de son jumeau. Remontons pour voir ma chevelure toujours impeccablement taillée et coiffée, à l'inverse de ma barbe que je rase de près chaque jour au réveil. je ne tiens pas à ne pas être présentable. Je porte toujours des atours élégants, et un parfum d'essence de lotus, car malgré le passage du temps et ma carrure imposante et plutôt musclée pour un homme comme moi, je ne tiens pas à mettre mes invités et spectateurs mal à l'aise. Oui, je suis un esthète, j'aime les belles choses, et j'aime en faire profiter à mon entourage. L'art, la philosophie, l'Histoire, il n'est pas de domaine de réflexion que je ne souhaite pas explorer pour en extraire le sublime et le beau. Pour beaucoup, notamment les nobles et les artistes, ou les personnes en quête de connaissances ou simplement de débats d'opinions et de discussions d'érudits, je reste une personne courtoise et sympathique, il semblerait. Certains diraient que ma quête vire à l'obsession chez moi, que je suis "dérangé", mais moi au moins, je ne me sers pas de mon visage comme d'un masque.

    Il frappe le miroir devant lequel il se tient, le brisant en morceaux qui reflètent tous une partie de lui

    Car nous le savons tous, bien que certains en fassent fi, cette République est déclinante. Si j'aime à profiter de la vie, jamais je n'ai confiné à l'immobilisme, le beau est en mouvement constant, lent parfois, mais jamais statique. La beauté est un instant, que l'on ne saurait capturer pour le revivre encore et encore. Eux préfèrent se complaire et se vautrer dans les vicissitudes de la vie, ignorant que s'ils restent trop longtemps immobiles, ils pourraient être engloutis. Pourquoi ne comprennent-ils pas ? Peut-être suis-je fou, certes, mais c'est le lot des artistes après tout. Je dois leur montrer, et pour cela je n'ai qu'une solution : leur apporter cette beauté. Sous les traits de mon masque intégral, fait de fer blanc, vêtu d'une combinaison de cuir noir et d'un pardessus de velours crème, et d'une cagoule ne laissant transparaitre que mon œil unique derrière mon masque, je mène une vendetta contre ceux qui prospèrent là où la complaisance de mes pairs les laissent vivre.

    Ce que je vois ? Emiliano, adoré par la haute bourgeoisie Républicaine en quête de beau ; et Ekha, l'artiste tueur qui expose aux yeux de tous la beauté des pires pourritures... Lequel est un mensonge ?

    Histoire ou test-rp

    L'histoire de ce dramatis persona commence il y a un demi-siècle. Mes parents, un luthier de Justice et sa compagne, cantatrice d'opéra, me conçurent. Avec une telle ascendance, comment aurais-je pu ne pas apprécier l'art, la musique et le chant avant toute chose ? Comme tous les enfants, je rêvais beaucoup, j'inventais des histoires ou rêvais de choses que l'on m'a raconté. La différence étant que moi, je pouvais rêver éveillé. Oh, bien sûr, j'étais fort loin de réaliser qu'à l'avenir cette capacité me permettrait de modifier jusqu'à la perception du réel de mes spectateurs... Mais revenons au moi enfant, voulez-vous ? Une enfance heureuse dans une ville sûre et droite de la fière République donc. Autant dire que dans cette période, j'ai dévoré tous les livres qui me passaient sous la main, m'instruire a toujours été une vocation pour moi, et je rêvais d'intégrer l'université Magic. Seulement voilà qu'un problème de taille vint couper court à ce projet, mes parents n'étaient simplement pas assez fortunés.

    Qu'à cela ne tienne, notre personnage principal décida donc de suivre la voie de l'apprentissage. Après tout, j'étais très doué au violon, pas mauvais en chant, j'avais ce qu'ils appelaient une fibre artistique. Alors je me suis essayé à la sculpture, sans grand succès, à la peinture et au dessin pour lequel j'étais convenable, à la musique où j'excellais mais pour laquelle je savais ne pas vouloir en faire une vocation... Non, ce que je voulais, moi, c'était mettre en scène, faire vivre cette inventivité que j'avais en moi. Le théâtre, voilà ce dont j'avais besoin, et je dois avouer que pouvoir diriger une troupe comme des petites marionnettes était fort plaisant. J'ai écrit quelques pièces, dont une, alors que j'avais tout juste la vingtaine, fut grandement acclamée par la critique. Elle s'appelait Verita, je crois... Oui, un véritable succès qui me propulsa dans les plus hautes sphères de la noblesse pour m'y produire avec ma troupe. Je fus même obligé de prendre un sobriquet, me nommant Ekha pour nom de scène. Mais je compris vite que tout avait une fin, et aussi vite que j'étais entré dans la lumière, je fus oublié, m'obligeant à écrire pièce après pièce pour tenter de garder un peu de considération. J'avait touché des doigts la célébrité, et je ne voulais plus la lâcher, d'autant que j'avais une liaison avec une belle noble à l'époque. Mais finalement, cette course effrénée à la perfection, que j'avais cru naïvement atteindre à cette époque, ne fit que dégrader la qualité de mes œuvres. Des tensions naquirent au sein de la troupe, et finalement... Je fus rejeté par tout le monde.

    Ce fut une décennie difficile pour moi, pendant laquelle, me renfermant sur moi-même, je tâchais de retrouver ce qui avait fait de ma première pièce un franc succès. Comment reproduire cela ? C'était bien là mon erreur, de me poser cette question. On ne reproduit pas ce qui a été parfait, car une fois consommé, sa perfection se fane. Le beau est dans l'instant, une leçon que je garde encore aujourd'hui avec moi. Mais alors, comment, me demanderez-vous, ai-je pu rebondir avec cette découverte ? Hé bien, après des années à gagner difficilement ma vie, je me suis rappelé de ces rêves éveillé que je faisais. Chers spectateurs, ce jour-là, j'ai inventé le théâtre illusoire. Le jour de ma première représentation, il n'y avait que quelques habitués qui étaient venus me voir. Le lendemain, ils étaient dix fois plus nombreux. En un mois, les nobles de Justice et même de toute la République se pressaient pour voir mes œuvres. Chaque jour un nouveau voyage, un nouvel instant, et avec ma plume pour vous guider, chers spectateurs, vous ressentirez des émotions encore inconnues. Telle était ma promesse. Et puis, certains nobles m'ont approché pour me demander des séances plus... privées, intimes. Pour que je donne naissance à leurs fantaisies, pour vivre un instant parfait tout en étant éveillés. Un business très lucratif, et terriblement intéressant, si vous voulez mon avis. Soyons honnêtes un instant, faire ressortir toute la beauté qu'il y a en chacun est une chose grisante, de permettre à tous de toucher le beau.

    Je me croyais en sécurité à Justice, la ville ne portait pas son nom pour rien. Pourtant, un soir que je rentrais chez moi après une nouvelle visite chez un habitué, voici que trois voyous me prirent à parti. Je pensais qu'ils en avaient après mon argent, tout simplement, mais j'en avais trop peu à leur goût. Non, il y avait autre chose assurément, une histoire concernant la femme de l'un d'eux que j'aurais tant marqué qu'elle n'était plus la même. Quelle calomnie, quel mensonge, j'essayai bien de me défendre, mais rien n'y fit. L'un d'eux m'a poignardé avant de prendre la fuite, me laissant éborgné dans la neige. Oh mais tout aurait pu s'arrêter ici, moi défiguré à jamais, eux sous les verrous... Seulement, jamais la fameuse justice de Justice ne donna suite à mon histoire. Douce ironie du sort. Dans les semaines qui suivirent, les corps des truands furent retrouvés, morts. Plus étrange encore, les corps, les éclaboussures de sang, et même les pétales de rose et les fleurs déposés là, formaient une magnifique composition, un tableau splendide et sordide. Encore cinq ans plus tard, chaque fois qu'un cadavre similaire est retrouvé, on fait référence au même tueur. L'esthète.

    Rappelez-vous toujours, que même dans la boue et la saleté, l'on peut révéler la beauté...

    Groupes d'intérêts

    - Pègre

    derrière l'écran

    Pseudo : Réponse ici
    Comment avez-vous connu le forum ? Réponse ici
    Avis sur le forum : Réponse ici
    Fréquence de connexion : Réponse ici
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Ekha
    Ekha
    Messages : 12
    crédits : 630

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t976-terminee-ekha-un-esthete-en-republique-tc-morndrizel
  • Dim 27 Nov - 14:46
    Et voilà c'est terminé Smile
    Mairesse de Courage
    Mairesse de Courage
    Koraki Exousia
    Koraki Exousia
    Messages : 235
    crédits : 435

    Info personnage
    Race: Hybride (Femme/Corbeau)
    Vocation: Mage Noire
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t109-koraki-exousia-mairesse-de-courage-terminehttps://www.rp-cendres.com/t143-clients-et-detracteurs-de-l-ambrosiaque-koraki-exousiahttps://www.rp-cendres.com/t142-koraki-exousia-mairesse-de-courage
  • Mer 30 Nov - 1:04
    Tiens, tiens, tiens ... Qui viens donc rejoindre la République après avoir ENFIN découvert la véritable lumière : celle de la moula ? Et du sang.

    Plus sérieusement, j'apprécie déjà beaucoup ce personnage ! Ta patte est toujours aussi agréables à lire et ce cher esthète promet de bien beaux RPs. J'ai presque envie de l'inviter à boire un thé à Courage.
    Presque.

    Pour le reste, tout me parait parfait Smile

    Te voici donc Validé !

    Bienvenue en République. (Et n'essaie pas de le nier, je sais que c'est pour être plus proche de moi que tu es venu <3 )


    [terminée] Ekha, un esthète en République (TC Morndrizel) 98e0

    Pouvoir de la Reine des Catins:
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum