DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Siame

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    [Challenge] Le fromage lunaire JvNj4PH
    Gazette des cendres
    Été 2024
    Lire le journal
    #7
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Coeur de Melorn
    Derniers sujets
    Il n'y a que la vérité qui blesse [PV Stad]Aujourd'hui à 2:35Carl Sorince
    Deux ans de Cendres !!!Hier à 23:19Xera
    [PA] Les Gorges d'Ildrekyhr.Hier à 22:17Falconi Genova
    Validations RP spéciaux - PancraceHier à 22:01Pancrace Dosian
    Retour par les vents arides | [Enkara] Hier à 21:05Enkara O'Shela
    Le passé au présent | Altarus Hier à 20:56Sixte V. Amala
    2 participants
    Aller en bas
    PNJ
    PNJ
    Messages : 469
    crédits : 1517

    Info personnage
    Race:
    Vocation:
    Alignement:
    Rang:
    qui suis-je ?:
  • Mer 24 Mai - 6:34
    Le fromage lunaire
    Mise en contexte

    CHALLENGE : INSOLITE
    PARTICIPANTS :
    @Crocus @Takhys Suladran


    Tell me a story... An ancient legend.

    Au cœur des montagnes de la République, un soir de pleine lune, alors que les rayons argentés baignaient les pics enneigés, une météorite brillante s'écrasa dans les hauteurs les plus reculées des sommets. Cet objet céleste était en réalité un fragment de lune, une pierre merveilleuse et lumineuse contenant une énergie magique à la fois unique et puissante.
    Témoins de ce fabuleux spectacle, un troupeau de chèvres des monts fut le premier à s'approcher de cette anomalie venue des cieux.

    Dès lors, au simple contact de cette énergie sélène, les biques commencèrent à subir des transformations physiques étonnantes. Leurs pattes s'allongèrent tandis que leurs cornes devinrent pointues et légèrement courbées. Et POUF ! Une paire d'ailes plumées apparut sur leur dos ! Ce fut donc ainsi que les légendaires chèvres de la lune naquirent, des entités bénies, capables de voler et de danser sous le regard des nobles astres nocturnes.

    Au fil du temps, ces créatures fort singulières développèrent également une aptitude remarquable : la production d'un lait extraordinaire. Pendant les nuits de pleine lune, ces petits miracles de la nature sécréteraient un lait unique, un somptueux breuvage imprégné des saintes énergies lunaires. Une fois transformé, ce dernier donnerait un fromage absolument merveilleux. À un tel point que de nombreuses fortunes de ce monde seraient prêtes à payer très cher pour avoir la chance d'y goûter !

    Le Fromage Lunaire serait non seulement délicieux, mais il posséderait aussi des propriétés recherchées par les hautes sphères de la société républicaine, guérissant certains maux courants, ravivant les forces vitales et apportant supposément la joie à ceux et celles qui le consommeraient. Sa saveur se voudrait à la fois crémeuse, salée et légèrement sucrée, dotée d'une texture onctueuse rappelant la douceur d'un clair de lune.

    Rapidement, la légende des chèvres de la lune et de leur lait  mystique se répandit massivement au sein de la République, attirant des aventuriers de tous horizons (dont vous !). Ils partirent en quête de ces produits fantastiques, espérant goûter à ses bienfaits et vivre une expérience hors du commun.

    Et vous, aurez-vous la chance de croiser l'une de ces chèvres graciées par les cieux eux-mêmes ?

    Note:

    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 429
    crédits : 408

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Jeu 25 Mai - 11:15
    Une timide lueur matinale commençait à ensoleiller les flancs des petites montagnes emplis de forêts de pins. Des plus massives, se trouvant en arrière-plan, paraissaient proches tellement elles imposaient par leur grandeur rocheuse que par leurs hauts sommets enneigés. D'un simple regard, on pourrait croire qu'en une bonne journée de marche, on pourrait les atteindre, alors qu'en réalité, entre les vallons et les cols à franchir, il faudrait bien des jours de marche. 

    Takhys contemplait la beauté de cet environnement montueux. Ce n'était pas la première fois qu'elle passait dans ce genre de région, mais à chaque fois, elle était toujours impressionnée de regarder ce que la nature offrait à ses yeux. Sous la surface, il y avait bien des canyons, des monts, des vallées. Mais la densité de l'eau limitait le champ de vision sur la longue distance, laissant les contours du relief sous-marin disparaître petit à petit dans une brume bleutée. 

    Un petit vent frais la fit frémir. Elle resserra contre son cou un doux et épais col de fourrure grisée. Un instant, elle se demandait si de venir ici, pour cette folle rumeur, était une bonne idée. Bien qu'elle était habillée comme une voyageuse de ces lieux, privilégiant une tenue virant sur une couleur un peu ocre brunie, de solides bottes de marche en cuir noir, avec une cape chaude et ce col de fourrure qu'elle tenait dans ses mains gantées, elle était seule... elle n'avait pas une petite expédition prête à aller trouver les légendaires chèvres lunaires pour le lait extraordinaire qu'elles produisaient. Il est vrai, qu'elle aurait pu préparer un minimum de personnes pour cette aventure. Mais les terrestres pouvaient être saisi de folie quand venait l'instant de mettre les doigts sur le butin désiré. En mer, elle aurait pu se permettre d'engager du monde. Mais sur terre... et puis, on était mieux servi que par soi-même, non ? 

    Elle sourit. Elle était peut-être seule, mais elle n'était pas non plus totalement sans défense. Une fois son col bien en place, elle repoussa sa longue natte pour la faire tomber dans son dos. Bien, elle aurait encore quelques heures de marche à faire avant d'atteindre un vieux petit campement de mineurs. La route était caillassée et irrégulière, mais elle montait en pente douce. À son aise, elle avancera alors. Et si ses informations étaient exactes, le campement auquel elle songeait était devenu un abri de voyage pour les voyageurs de passage. Et ce sera le véritable point de départ de sa quête : chercher, trouver et traire les chèvres volantes… enfin, si elles existaient. 

    Pourquoi une Sirène telle que Takhys venait à courir après ces bestioles légendaires ? Il était vrai que des gens de la haute société étaient déjà prêts à débourser une fortune pour en avoir ; du moins le fromage issu de ce lait fantastique. Donc l'aspect de s'enrichir était intéressant... Mais il y avait aussi l'aventure que cela apportait, comme de vérifier la véracité de cette légende. Si c'était juste, elle pourrait, à défaut de mettre la main sur la production de ces biquettes pseudo aériennes, faire payer l'information. Et au pire des cas, elle croisera peut-être la route d'autres avides de gloire et de richesse, avec qui tailler bavette ; dans les deux sens du terme. 

    ''Et bien, en route ! ''marmonna-t-elle avec sourire. 

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 27 Mai - 17:04
    « Mrrou.
    - Oui ben moi aussi j’ai faim et je râle pas.
    - Mrrrrou, mrrou !
    - Oh tu m’exaspères, ça va à la fin ! T’es jamais contente ! »



    La tête dans sa gamelle, la ratonne jubilait d’enfin pouvoir se sustenter. Se jetant sur sa nourriture comme si elle n’en avait pas vu depuis des mois, elle roucoulait de plaisir devant son fils, les bras croisés, un air désabusé sur la gueule. Un sourcil relevé, Crocus ne prit même pas la peine de la réprimander ou de lui faire une remarque sur son comportement. A la longue, il savait que la communication était bancale et que Ciboulette n’était tout simplement pas capable de tenir une conversation, aussi simple soit-elle. Peut-être qu’il devrait se pencher sur l’apprentissage d’une magie pour communiquer avec sa mère, un de ces jours. Pour l’instant ce n’était pas une priorité, et s’imaginer quémander de l’aide à un professeur ou pire, à un mage pompeux, ça le gonflait d’avance. Il n’avait eu besoin de personne pour développer ses talents magiques, alors c’était pas un abruti en toge qui allait lui apprendre à parler avec sa génitrice, manquerait plus que ça. Si l’envie de la remettre à sa place ne manquait pas, il ne voulait pas lui laisser un souvenir amer avant de repartir en voyage. Une fois la gamelle vidée il vint s’accroupir à sa droite, posant une patte entre ses oreilles touffues. « Tu bouges pas de là. Je ferme la porte derrière moi pour éviter qu’on vienne t’embêter, y’a de quoi t’amuser et de quoi manger aussi. Si je rentre et que t’as rien touché, ça va mal se passer. ». Des vieux jouets en bois, des parcours d’obstacles fixés au mur dans leur maison branlante, des enrichissements pour qu’elle se prenne un peu la tête à récupérer sa nourriture… Crocus ne faisait pas les choses à moitié. Il lui devait bien ça.


    Le voyage, parlons-en. Si le raton-laveur avait l’habitude de vagabonder, sautant de contrats en contrats pour accumuler le plus d’argent possible, ce n’était pas le cas aujourd’hui. Il devait aller mettre les pattes en montagne et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça ne l’enchantait pas. Passant son sac à dos sur ses épaules en râlant, Crocus franchit l’embrasure de la porte en saluant vaguement sa mère. Il n’y était pas encore que ça le foutait déjà en pétard. Pour cette petite excursion, il n’était pas seul. Une fine équipe d’aventuriers l’attendait dans une taverne non loin. Pas les plus talentueux, mais sans doute les seuls qui acceptaient de faire confiance à un voleur de renom. Une belle bande d’abrutis en somme. Il était arrivé en retard comme à son habitude et leur avait emboîté le pas sans dire un mot, pas même un bonjour. Et pour ceux qui le fixaient un peu trop longtemps… « Ben quoi, t’as jamais vu un raton-laveur faire de l’escalade ? Ca t’en bouche un coin, tu veux une démonstration, j’pourrais grimper sur ta tronche p’tête ? Non ça t’intéresse pas ? Bah trace ta route. ». Pourquoi s’embêter de formalités quand l’agressivité réglait tous les problèmes ?


    Et pourquoi il se gelait les miches dans les montagnes d’ailleurs ? Pour le fromage magique. Astral. Magique, ah c’était ça le mot qu’il cherchait. Cela faisait quelques semaines que toute la République était en ébullition face à ce met délicieux qui octroyait de nombreux bénéfices sur la santé, rendait heureux ceux qui le consommaient, donnait l’illumination divine aux malheureux, agrandissait la taille de votre… Bref, un beau tas de connerie dont Crocus se fichait bien. Lui ce qui l’intéressait, c’était d’attraper une chèvre, d’en faire tout un élevage et de revendre le lait et le fromage qui en découlait au prix fort. Des tarés prêts à payer pour l’espoir d’une meilleure vie il en connaissait à la pelle. Comme si un bout de fromton allait miraculeusement effacer tes dettes ou apaiser ta peine de coeur. Des désespérés, il y en avait partout, et ça l’arrangeait bien. A commencer par ses camarades de voyage qu’il avait bien entendu dépouillé avant de se faire la malle, direction le premier campement de voyageurs. Pas qu’il voulait spécialement sociabiliser, mais s’il arrivait se faire quelques connaissances sur le chemin, ça lui permettrait toujours de manger gratuitement. Il ne perdait pas le nord.


    L’hybride s’installa dans son bivouac de fortune, l’air passablement blasé par la route qui l’attendait encore. Jusqu’ici, pas de « meeh » à l’horizon. S’il avait bougé son cul jusque dans les montagnes pour revenir bredouille, ça allait bien l’énerver. Comme s’il avait besoin d’une raison pour faire la tronche. En entendant des pas se rapprocher, ses oreilles se tournèrent en direction du bruit. Un pas léger, probablement une femme. Il releva la tête, discernant vaguement la silhouette qui se déplaçait lentement dans sa direction, il s’attarda sur son visage qui lui disait définitivement quelque chose. « Attends mais.. ». Aucun doute. C’était la tenancière de la taverne dans laquelle il foutait les pattes de temps en temps, quand il avait la flemme de rentrer pour manger. Elle avait pas vraiment la tête à partir à la recherche d’un fromage magique, mais pourquoi pas après tout. Il ne pouvait pas vraiment la juger, il était là aussi. Levant enfin ses fesses de son tabouret il se dirigea vers la demoiselle, la toisant avec ses petits yeux noirs plissés. Puis il lui tendit la patte. « Le Marsouin Blanc, c’est ça ? Tu m’en voudras pas, j’ai plus ton nom, si je l’ai eu un jour. ». Bon, si elle était pas trop susceptible, ça allait pas la froisser. « Toi aussi t’as la dalle ? J’ai pas d’fromage lunaire à te proposer mais un sandwich c’est mieux que rien. ». Simple, efficace. Peut-être qu’elle voudrait s’installer avec lui, pas que ça l’intéresse de converser, mais se mettre dans la poche une propriétaire de taverne c’était aussi une possibilité de voler impunément dans son établissement. Enfin, ça, il lui en parlerait plus tard. D’abord, les chèvres. La gueule de cette aventure, bordel...
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 429
    crédits : 408

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Mar 30 Mai - 17:52
    Même si elle sentait les muscles de ses cuisses se tendre un peu à l'effort fourni pour marcher plus que d'ordinaire sur ce chemin caillouteux et en pente douce, qui des fois, demandait à faire un écart de jambes plus conséquent, ou encore de prendre plus puissamment appui sur la pointe des pieds pour gravir un plus roc que les autres. La marche en montagne, c'était certain, n'avait rien à voir avec la simplicité de marcher dans les rues de Courage ou encore sur le sable de la mer toute proche. Pour l'instant, son moral était au beau fixe, s'étant plus ou moins préparée à subir, peu importait l'avancée de cette ''expédition''. Elle était une Sirène et elle était plus adaptée à la mer qu'à l'altitude.

    D'ailleurs, elle était encore surprise de sentir sa propre respiration être plus rapide. Hum... Ah oui, elle se rappelait pourquoi. Plus on montait dans les montagnes, moins l'air était accessible. Elle gloussa de cet oubli. Quelle tête en l'air qu'elle était. D'ailleurs, outre ça, elle avait négligé des éléments importants pour ce voyage : de quoi remplir un sac de voyage. Vous avez, avec des rations, des habits de rechanges, de quoi faire du feu… Elle se retint de glousser à son propre manque de sérieux. Après tout, où serait le plaisir de l'aventure face à l'imprévu ? Après tout, sous l'eau, point de feu. Pour manger ? Elle croisera sans doute une rivière poissonneuse. Au pire, l'eau ne manquera pas dans les parages pour chasser. Même un écureuil fera l'affaire. Une Sirène comme elle n'en sera pas à son premier repas crû. Bien, et si elle avançait ? Elle devait encore rejoindre le premier ''refuge''

    Elle mit une petite heure pour apercevoir enfin ce fameux campement. Et qui était déjà occupé visiblement, à ce qu'elle pouvait déjà voir. Peut-être qu'elle croisera d'autres aventuriers en quête des fameuses biquettes aériennes. Ou alors, ce sera sûrement un autochtone, un bête éleveur du coin qui saura lui apporter la part du vrai sur la légende qui était parvenue jusqu'à ses oreilles. Ah ! Quelqu'un vient à sa rencontre. Non, ce n'était pas un berger local. Un nain ou un gobelin ? Non, trop velu. Elle sourit, en reconnaissant assez rapidement l'individu. Bien des clients passaient au Marsouin Blanc, des habitués comme des occasionnels. Elle ne retenait pas les visages et les noms de tout ce petit monde ; encore moins quand il s'agissait d'un client juste de passage et qui ne repassait plus du tout. Mais, il y en avait certain qu'on ne pouvait pas oublier  

    Elle fit encore quelques pas, pour réduire la distance à sa venue vers elle. C'était la moindre des choses non ? Quand il lui tendit une petite main griffue, elle la prit dans sa main, sans aucune hésitation. Ses lèvres s'étirèrent tellement la situation l'amusa. Dire que juste avant, elle songeait à ses propres oublis. La situation était vraiment cocasse. 

    ''Sir Crocus, comment allez-vous ? Vous retenez au moins le nom de ma taverne, détail important pour savoir où boire ou manger.  Mais je ne vais pas vous en vouloir pour l'oubli. Mon nom est Takhys''dit-elle tout en lui accordant un clin d'œil.

    Comment pourrait-elle oublier cet hybride raton laveur, avec son caractère buté ? Il passait de temps en temps, pour manger. Il était un de ces clients qu'elle considérait comme habituel. Depuis combien de temps venait-il d'ailleurs ? Sans doute depuis qu'elle avait repris le Marsouin Blanc. Mais peu importait ce détail pour l'instant.  Elle ne s'était pas attendu à le croiser si loin dans les montagnes. Mais n'avait-il pas parler de fromage lunaire pendant qu'il proposait un sandwich à partager ? Ou comment confirmer une information en l'évoquant subtilement ? 

    ''Va pour le sandwich. Au moins, il est présent et donc vrai. ''

    Elle se tâta à jouer un peu. Crocus avait confirmé la raison de sa présence poilue dans les environs. Autant être à deux pour chercher les légendaires biques non ? 

    ''Alors comme cela, vous cherchez du fromage lunaire ? Le hasard se plait à nous faire se croiser pour cette étrange histoire, n'est-ce pas ? Je ne savais pas que les fromages extraordinaires vous passionnait autant. Que diriez-vous de chercher les fameuses productrices de ce lait légendaire ? ''

    Au pire, si cette expédition n'aboutissait à rien, elle ne serait pas seule. Et qui sait, peut-être qu'elle apprendra d'autres éléments de la bouche de l'hybride, qui pourrait lui servait plus tard
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 31 Mai - 21:17
    Bon… La donzelle n’était pas désagréable à regarder et elle ne semblait pas hostile à sa présence, c’était déjà ça de pris. M’enfin il le savait depuis un moment pour avoir fréquenté son établissement, d’ailleurs c’était bien une des seules qui n’avait jamais fait la moindre remarque sur son apparence. Une attitude professionnelle à n’en point douter, pourtant beaucoup de tenanciers manquaient de tact et l’un d’entre eux avait été jusqu’à inviter sa fille à caresser le raton-laveur. Aujourd’hui il lui manquait trois doigts, c’était la dure loi de la jungle, la chaîne aliment… Crocus secoua la tête. Pourquoi il pensait à ça ? C’était pas le moment. Serrant amicalement la main de la jeune femme dans sa patte, il l’observa quelques instants, tentant de se remémorer le peu de souvenirs qu’il possédait à son sujet. Si l’hybride savait observer quand il était payé pour, c’était un tout autre homme quand une bourse ne l’attendait pas au bout du chemin. Foncièrement saoulé par le monde qui l’entoure, il se contentait d’aller où on lui demandait d’aller, de se rassasier, de boire peut-être un peu trop et de s’endormir sur les comptoirs ou les tabourets. Mais au vu des paroles de Takhys, elle ne lui en voulait pas pour son comportement déplacé. Elle devait en voir des vertes et des pas mures, et il n’était probablement que le cadet de ses soucis.


    « S.. Sire ? ». Il leva un sourcil, restant interdit durant une dizaine de secondes avant d’exploser d’un rire franc, une patte sur son ventre qui le faisait mal, complètement hilare. « Hahaha ! Oh la vache ! Non s’teplait m’appelle pas comme ça, ça m’file de l’urticaire, haha ! La dernière fois y’a un type qui m’a appelé Monsieur et c’était déjà quelque chose, alors sire ! ». Si la journée jusqu’ici avait été plutôt médiocre, la sirène venait de l’illuminer en une seule interaction. Prenant appui sur ses genoux, il se mit à respirer de plus en plus fort pour calmer cette euphorie passagère qui s’était emparée de lui à la volée. « Pardon, j’devrais pas me marrer comme ça. Tu m’as pris par surprise. Takhys du coup, j’essayerais de m’en souvenir. J’te promets rien, c’est pas personnel, c’est juste que je croise pas mal de monde. Pas qu’tu vailles pas la peine que je m’en souvienne… Enfin merde t’as compris l’idée. ». Il l’invita ensuite à s’asseoir sur le tabouret alors qu’il sautait à nouveau dans son hamac, y posant ses fesses dans un petit « boing » tandis que sa queue rayée dansait dans son dos. Il pointa le sac à dos de la patte arrière. « Sers-toi. J’vais pas te mentir, je les ai pas préparés, j’sais pas ce qu’il y a dedans. Donc si t’es allergique à un truc ben… Fais gaffe. ».


    La demoiselle avait le mérite d’attirer son attention, et pas uniquement par son petit air raffiné qui laissait supposer une richesse dont il pouvait s’emparer. Elle était… Intéressante. A défaut d’avoir un mot plus adapté. Disons qu’elle ne l’ennuyait pas et mine de rien, c’était déjà un petit miracle. Ouvrant sa gueule pour arracher un bout de sandwich au jambon d’un coup vif, il mâcha lentement avant de reprendre la conversation. « Faut croire. Enfin c’est pas le fromage que je cherche moi, à vrai dire j’aimerais surtout attraper une ou deux chèvres pour les ramener au bercail. Si ça fonctionne ou pas, leur lait magique, ça m’importe pas réellement. Je sais juste que les nobles se battront pour en récupérer un p’tit peu. C’est vaniteux ces bestioles, ça m’arrange. ». Il jaugea rapidement la réaction de la sirène avant de poursuivre, continuant d’engloutir son repas sans vraiment faire attention au fait qu’il en foutait absolument partout.


    « On peut essayer de les trouver ouais. Pourquoi ça t’intéresse ? Tu voudrais en vendre à la taverne ? En consommer toi-même ? T’as pas l’air malheureuse si j’puis me permettre, après bon j’assume beaucoup de choses qui finissent par être fausses. Pour c’qui est de collaborer, j’irais pas dire non si c’est proposé si gentiment. Avant de te croiser, j’étais avec un groupe d’aventuriers mais ils étaient… bruyants. Et un peu cons. ». Assez pour ne pas remarquer qu’on leur avait volé leurs provisions en tout cas. Ca l’arrangeait, mais pas assez pour résoudre un mystère avec eux. « En tout cas… schniff schnoff schniff schnoff… Elles sont pas dans le coin les chèvres. Sinon j’les aurais senti depuis un moment. On va devoir marcher encore un peu pour que je les sente, quelques kilomètres tout au plus et j’devrais pouvoir les pister assez facilement. Un des rares avantages d'être moi hein, faut bien qu'il y en ait. ».
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 429
    crédits : 408

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Dim 4 Juin - 12:35
    En observant l'attitude de l'hybride passer d'un certain sérieux à une bonne grosse crise de fou rire, elle ne put s'empêcher de libérer un petit rire cristallin, en voyant le revirement de son interlocuteur. Aussi loin qu'elle pouvait se le rappeler, elle ne l'avait jamais vu rire avec une telle intense bidonnerie. D'ailleurs, tellement intense qu'il s'en tenait presque le ventre. Au moins, marquait-elle un bon point pour les débuts de cette rencontre. Cette expédition partait avec une franche rigolade. La suite n'en sera alors, et elle n'en doutait pas, plus aisée. Mener une tâche avec des coéquipiers taciturnes n'était pas ce qui était le plus passionnant. Oh, elle en avait l'habitude. Mais bon, quitte à faire quelque chose d'atypique, autant le faire avec plaisir et amusement non ? 

    Son regard émeraude toujours fixé sur Crocus, le sourire marquant l'amusement à ses commissures de ses lèvres, elle attendit qu'il ait repris son souffle. Le malheureux, il ne faudrait pas qu'il manque d'air par une petite nomination nobliau te ; surtout que l'air était moins présent dans les hauteurs fraîches des montagnes. 

    ''Je veillerai à ne plus vous affubler de la sorte alors. Il vous allait bien pourtant. ''

    Et c'était sincère.  Sire Crocus. À ses oreilles, ça en jetait quand même… Était-ce à force d'entendre les noms des humains qui, à force, devenaient classiques à entendre ? Ou alors, parce qu'il s'appelait Crocus, comme une fleur sauvage... Hum, toxique de base ? Ah non, elle oubliait le crocus à safran, qui donnait cette épice très rare dans le monde des terrestres ; rare et difficile à avoir en quantité conséquente, d'où ses prix exorbitants et pour une prétendue saveur appréciée des gens de la haute société. 

    En voyant la comparaison qu'elle faisait mentalement entre une fleur et le raton laveur, elle retint un léger gloussement. Qui sait, il y avait peut-être un lien entre les deux, mais qu'elle garda pour l'instant pour elle. 

    ''J'avoue que c'était spontané de ma part, mais ravie que cela contribuera à marquer votre esprit, après une joie très joyeusement exprimée  ''fit-elle avec toujours son sourire facétieux marquant son visage. Puis, d'un léger hochement de tête, elle accepta l'invitation de prendre place sur le tabouret. Elle passa sa main dans sa tenue pour la tenir déplissée avant de s'asseoir totalement sur le rond de bois. Après quoi, elle remit en place une mèche blonde derrière son oreille et lorgna le sac à dos pointé par la patte de Crocus. 

    ''L'essentiel est de manger non ? ''Dit-elle avant de rire et de prendre un sandwich dans le sac à dos. Peu importait d'où venait la nourriture, après tout. Si le raton-laveur avait pu s'emparer de ce sac, c'est que le propriétaire originel n'avait pas été assez précautionneux. Elle huma discrètement le sandwich. Le pain étain un peu sec, mais le jambon avait un délicieux arôme. Elle mordit dedans à pleines dents. Après avoir mastiqué et avalé son premier morceau, elle se retint d'en engloutir un autre bout. 

    ''Si vous arrivez à mettre la main sur ces bestioles, vous profiteriez donc de l'effet de leur légende ? Intéressant. Mais vous avez raison sur un fait : pourquoi ne pas profiter d'une part de marché pour gagner de l'argent. S'il y a de la demande et qu'on sait y répondre, alors il faut l'exploiter.  Mais... '', car il y avait toujours un mais. ''Élever des chèvres volantes magiques en les retirant de l'environnement originel ne risque-t-il pas de faire perdre les prétendues propriétés de leur lait ? Outre de leur faire perdre le goût qu'on loue à son fromage extraordinaire ? Sauf si c'est juste pour profiter de cette denrée le temps qu'elle passe de... ''mode'' ? ''

    Cette fois, elle reprit une autre bouchée. Elle tressaillit en même temps, voyant de manière comique le raton laveur en tenue de berger, dans les pentes verdoyantes des montagnes, faisait paître des biquettes volantes, leur courant même après quand une se barrait trop loin. C'était cocasse ! Elle respira un bon goût et avala son énième morceau. 

    ''Un petit instant d'égarement, pardonnez-moi. Ah et pourquoi cela m'intéresse ? D'abord, je cherche à vérifier si cette légende est réelle ou pure invention. Il serait intéressant de savoir où elle a pris naissance. Les informations ont leur importance, plus encore quand elles sont véridiques.'' Et qui permettait ainsi d'avoir une certaine crédibilité quand elle se vendait ou s'achetait. ''  Après, je ne refuserai pas un ou deux fromages, afin de vendre une marchandise des plus rares, si ces petites cornues existent belles et biens. Même si, comme vous venez de le souligner, je n'ai pas à me plaindre de ma situation personnelle. L'appel de l'aventure, d'un peu de piment dans le train-train habituel correspondrait-il mieux à la raison de ma présence en ces lieux ? ''

    Et cette fois, elle ne se retint pas de glousser. 

    ''Je comprends mieux l'origine de ces sandwichs. ''⁣ Elle termina le sien en mangeant le dernier bout qui lui restait encore dans la main. Puis, elle reprit. ''Ne vous dévalorisez pas voyons. Outre votre odorat d'excellence, je ne doute pas qu'il y a d'autres qualités, donc certaines que vous ne soupçonnez pas encore. Alors, pour cette collaboration, je vous propose ceci : vous pistez les chèvres, je vous aide à les capturer si elles existent réellement et à les ramener là où vous pourrez entamer votre élevage et en échange, je désire juste deux blocs de fromage, de taille standard.  Je ne suis pas difficile''termina-t-elle avec un clin d'oeil. 



    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 14 Juin - 18:03
    Si Takhys n’avait rien de vilain, encore moins son visage presque parfait qui agaçait un poil le raton, elle n’en restait pas moins une… Comment le dire élégamment… Oh et puis après tout, Crocus ne s’emmerdait pas vraiment avec les formulations, et c’était exactement ce qui lui tapait sur les nerfs. La sirène était une bourge, mais pas de celles qu’il haïssait. Pour le coup, celle-là avait au moins le mérite de vivre de sa passion, de son dur labeur, d’une vie entière consacrée à faire fleurir son commerce. Une patience que Crocus ne possédait pas, encore moins lorsqu’il s’agissait d’interagir avec des clients, des voyageurs, pire des hybrides. Ça lui foutait des sales frissons de s’imaginer servir ses tronches d’humains à oreilles de chats et il eut quelques difficultés à ne pas recracher la bouchée de son sandwich. Elle avait du courage, cette petite dame et il ne pouvait pas lui retirer ça. Encore plus pour s’aventurer dans les montagnes pour retrouver des chèvres magiques. Ça ou l’appât du gain, dans tous les cas ça lui rapporterait gros, et l’aubergiste n’était pas assez bête pour laisser passer cette opportunité sans la saisir. Une rapidité d’esprit qui plaisait d’autant plus au raton qui constatait que si elle se comportait élégamment, elle ne perdait pas le nord.


    « Ouais enfin, si tu tombes malade, pour le reste de l’excursion ça va pas être très pratique. Et je vais pas te mentir, mes capacités de soin se résument à zéro… Enfin quoique, je pourrais peut-être cautériser une plaie. Mais compte pas sur moi pour une réaction allergique, j’serais même capable de l’empirer. ». Il posa son menton dans sa patte libre, laissant un soupir d’exaspération s’échapper de sa gueule ouverte. Elle se posait les bonnes questions, à croire qu’elle n’était pas née de la dernière pluie. C’était lui accorder plus de crédits qu’il en donnait à la plupart des êtres peuplant le Sekai, encore un autre bon point pour la demoiselle. Il allait devoir lui trouver des défauts avant de devenir complètement barge. « J’te dirais bien que je vais déménager dans les montagnes si y’a que ça. J’pense pas manquer à Liberty, loin de là. Enfin ça te fera un client régulier en moins mais même si tu roules pas sur l’or, t’as pas l’air d’en manquer non plus donc... ». Il poussait la réflexion, s’imaginant à son tour dans une petite cabane de berger, un bâton entre ses griffes, hurler sur les chèvres qui ne donneraient pas assez de lait à son goût. L’éducation par la contrainte, la seule qu’il n’ait jamais connue, si on pouvait dire qu’il avait été éduqué tout court. « Faudrait essayer. Si c’est la montagne qui est magique, faudrait que j’achète les terres et de un j’ai pas le fric, de deux j’ai pas envie, de trois… Un raton en montagne, j’te laisse imaginer les roulés boulés que ma mère ferait. Une catastrophe ambulante celle-là, et impossible que j’la laisse derrière. ».


    Elle risquerait de finir en écharpe bien avant qu’il n’ait eu le temps de mettre la patte sur les chèvres magiques. « Ah les informations. C’est bien un truc de gonz… ». Il s’arrêta pour se racler la gorge. « Ahem... Enfin c’est pas mon truc quoi. Je suis obligé d’en récupérer de temps à autre, parce qu’on me paie pour. D’ailleurs si t’en as besoin, j’en sais rien, sur un concurrent, sur un amant, sur une amante, parce qu’après tout j’suis personne pour juger, n’hésite pas. Je te ferais moitié prix, ça épongera un peu mon ardoise chez toi. ». Il termina la dernière bouchée de son repas, mâchant bruyamment entre ses dents acérées, l’avalant tout rond l’air satisfait. « C’est si chiant que ça ton boulot ? Le mien c’est pas le rêve non plus remarque, j’ai au moins le mérite de pas m’ennuyer. Faudra que tu m’expliques un de ces quatre comment t’as monté ton truc. T’en fais pas, tes secrets seront bien gardés. J’ai personne à qui je pourrais en parler de toute façon. ». Crocus ne s’étendit pas plus que nécessaire sur la question, refusant d’admettre qu’il tentait d’entrevoir une autre issue que la pègre dans sa vie misérable. Après tout il s’y était dirigé pour deux raisons : la facilité mais surtout le fait qu’il ne pensait mériter rien d’autre. Soyons honnêtes deux minutes qui se rendrait dans une taverne tenue par un raton-laveur, une des espèces les plus vicieuses du Sekai ? Même lui n’y foutrait pas les pattes.


    Il acquiesça, dodelinant de la tête en rangeant les emballages dans le sac à dos volé. « Ça m’va. Par contre t’as l’air d’être perdante au change. Seulement deux blocs de fromage ? ». Il fronça les sourcils, perplexe devant cette proposition qui était bien plus à son avantage. Si la plupart se seraient contentés d’accepter avec un large sourire, lui se doutait d’une manigance bien plus élaborée. La faute à sa paranoïa constante, cette peur incontrôlable d’être épié, tourmenté, harcelé. Il se redressa, sa patte venant frotter son museau qui le démangeait avant qu’il ne se retourne pour aplatir le tissu de son hamac et donner un coup de patte arrière dans une branche qui traînait dans le coin pour l’envoyer dans le feu qui crépitait. « Tutoie-moi par contre, ça commence à m’gêner toutes ces politesses. Si on doit passer quelques heures ensemble, autant que ce soit agréable. T’as sommeil ? ». Sans vraiment attendre sa réponse, il alla enfouir sa tête dans la tente pour en ressortir avec un coussin qu’il lui lança dans les bras. « Réflexe ! ». Puis il croisa ses pattes devant son torse, la tête légèrement penchée sur le côté, dans l’interrogative. « Si tu m’permets la question, t’as pas réellement l’air d’être une solitaire. Je t’aurais bien imaginée te lancer dans l’aventure avec un groupe, avec des amis mais… Y’a personne avec toi. Tu les as largués sur la route comme moi ou t’es juste une très bonne comédienne ? ». Et d’un saut agile il vint s’allonger dans son hamac qui se mit à rebondir doucement sous son poids, son regard s’orientant naturellement vers les étoiles. « Tout ça pour des chèvres… On est vraiment des cas désespérés, tous autant qu’on est. ».
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 429
    crédits : 408

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Ven 16 Juin - 13:36
    Takhys constata qu'elle avait encore quelques miettes de jambon collées sur le bout de son index. Puis, d'un sourire, elle regarda l'hybride prendre une posture quelque peu... dépité ? Elle ne saurait le dire. Chez certains sang-mêlés de son genre, il n'était pas évident de certains le langage corporel. Même si elle ne comprenait pas complètement ce qu'il exprimait via sa posture, cela ne la gênerait pas plus que cela. Il en faudra bien plus pour la vexer. 

    ''C'est très sympathique de votre part quant à me soucier de ma santé. Mais je saurai parer à un certain niveau de blessures. Pour de possibles allergies, je ne crois pas en avoir aux dernières nouvelles. ''

    Elle porta l'index à ses lèvres, pour ne pas gâcher les derniers minifragments de la viande porcine fumée collés sur la pulpe de son index. Elle n'était pas affamée en soi, même le moindre gramme de nourriture ne pouvait pas être gâché à ses yeux. 

    ''Même avec la nourriture terrestre, alors que je suis plus accoutumée à la chair marine. ''

    Après avoir passé sa langue sur le haut de ses lèvres pour terminer de percevoir les dernières saveurs salées de son frugal repas, elle ne rechigna pas à poursuivre la conversation. Autant profiter d'être avec Crocus pour converser joyeusement, avant de prendre la voie de l'aventure. Et quelle aventure d'ailleurs. Elle n'aurait jamais imaginé croiser la route d'un de ses clients. Et pas n'importe lequel en plus. 

    '' J'avoue que si notre tâche aboutit, que vous trouviez le moyen de vous installer dans ces terres d'altitude pour vous poser comme éleveur de chèvres magiques batifolantes, vous me manqueriez un peu. J'apprécie les diverses venues hétéroclites à mon établissement. Et puis, même si je ne suis pas dans l'opulence, je sais me contenter de ce que j'ai. Je sais toujours trouver ce qu'il me faut, quand j'en ai envie. ''

    Elle ne tiqua pas quand Crocus évoqua sa mère. Un hybride comme lui venait forcément d'une mère, peu importait sa nature et sa forme. Elle comprenait un peu l'inquiétude qu'il ressentait pour elle. Les montagnes n'étaient pas habitées que par des éleveurs. Par contre, elle haussa un sourcil à moitié amusé quand le raton-laveur manqua de faire une petite glissade verbale. 

    ''C'est bien un truc de concierge, c'est cela que vous vouliez dire  ? "

    Elle lâcha aussitôt un petit rire, au timbre cristallin. Au moins, le voleur poilu pourra voir qu'elle ne prendra pas mal ce qu'il avait manqué de sortir. 

    ''Toute information peut servir, même si elles ne rapportent pas tout de suite. Tout a une valeur, même la plus dérisoire. Bon, je concède, que certaines n'apportent rien d'autres que d'alimenter d'autres ragots, afin d'entretenir les discussions de concierges''. Elle lâcha un léger gloussement, accompagné d'un clin d'œil. Qu'elle était taquine ! ''Je prends note pour me fournir auprès d'une source telle que vous. Il y a des coins et recoins où je pourrai difficilement me rendre. Et merci d'avance de la petite réduction. ''

    Que de mieux que cet échange verbal pour préparer de futures affaires. 

    ''Ma profession de tenancière me plait beaucoup. Une journée n'est pas l'autre. Et comme je suis la patronne, je peux me permettre de chercher affaires à côté, de temps en temps. Et de comment j'ai pu avoir cette petite entreprise ? Comme tout commerçant honnête. Mais promis, un jour, je vous narrerai cette petite aventure financière. Cela vous imposera de quitter les montagnes pour passer me rendre visite, si vous vous installez vraiment en montagne. ''

    Le petit voleur à patte avait une profession ingrate par moment, mais comme il l'affirmait, il ne s'ennuyait pas. Pourra-t-il vraiment devenir un sédentaire ?  Elle avait des doutes. Il était un raton-laveur, voleur en plus. Comme elle, il avait besoin de bouger. Quand on aimait l'espace et la liberté, on ne se résignait pas à une vie définitivement rangée. 

    L'observant s'affairer dans ses affaires contenues dans son sac, signe possible du départ prochain pour prendre la recherche des biquettes volantes, elle demeurait toujours attentive à la conversation. Un rictus naquit une nouvelle fois à ses lèvres, apercevant l'étonnement chez Crocus. 

    ''Un fromage de qualité n'est pas une denrée courante. Ensuite, je ne suis mas gourmande et qui sait, si ces bestioles existent réellement, que leur lait est aussi fantastique qu'on en raconte, il ne faudrait pas saturer le marché, afin de garder une certaine forme d'exclusivité qui garde des prix de ventes élevés. Quand quelque chose est recherché, on est prêt à y mettre le prix, n'est-ce pas ? ''termina-t-il avec un sourire certain, en direction du raton-voleur. ''Donc deux blocs. Mais déjà, il faut les avoir. 

    Puis, elle fit mine de rougir d'embarras, juste un peu. 

    [b]''Très bien, va pour le tutoiement. et me reposer ne sera pas un mal oui. ''
    Et elle attrapa d'une main et habilement le coussin lancé par Crocus. Des réflexes, ça, elle en avait. Elle rit quelques secondes à cet acte, avant de poursuivre. ''J'apprécie la compagnie des terrestres, mais l'avidité peut pousser certains à se montrer un peu trop… imbus d'eux-mêmes. Et certains mâles ne savent pas se tenir en présence d'une femme. Alors oui, je ne suis pas une solitaire, mais je n'ai pas peur de me balader toute seule. Et puis, il arrive qu'on fasse de belles rencontres, comme toi. Je ne crois pas que tu aurais ravi de voir un groupe s'amener. Sauf pour lui faire les poches''

    Retenant à peine un gloussement, elle s'installa sommairement dans son coin, se plaçant de telle sorte que sa position soit la plus confortable. Un matelas de foin aurait été mieux, mais elle savait de temps en temps se contenter de peu. C

    ''Tout cela pour des chèvres ? Peut être... ou parce que cela rend l'existence un peu plus palpitante que d'habitude non ? Bon repos à toi Crocus, demain, la route va bien monter. Ah et ne cherche pas à me fouiller durant la nuit, je n'ai rien de précieux sur moi. Je dors que d'un oeil et j'ai la peau très sensible...''




    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 21 Juin - 16:00
    Si Crocus devait reconnaître une qualité à la sirène qui lui faisait face, en dehors de son métier qui l'arrangeait grandement les soirs où il était fatigué ou dans un bien trop mauvais état pour se montrer à sa mère, c'était sans doute qu'elle le mettait profondément mal à l'aise. Le raton-laveur appréciait l'inconfort, aussi étrange que cela puisse paraître, probablement car c'était le seul sentiment en dehors de la colère profonde qu'il ressentait à une telle intensité. Mal à l'aise, l'hybride se mit à rire de concert avec la belle compagnie qu'il venait de se dénicher. « Les concierges ouais. C'est ça que j'voulais dire, t'as compris. ». Un plus que la tenancière du Marsouin Blanc ne soit pas susceptible car une alliance pareille risquait de faire de belles étincelles. Quant à sa tentative de lui faire croire qu'elle avait réussi à obtenir son commerce honnêtement… S'il avait voulu la croire il n'aurait pas réussi. Son museau était bien trop enfoui dans les magouilles, autant de riches que de pauvres, alors penser que la classe moyenne y échappait, c'était beaucoup lui demander. Il se garda de faire le moindre commentaire, considérant pour une fois les sentiments de la demoiselle qui le regardait, se disant en son fort intérieur que la blesser ne lui apporterait rien si ce n'est de la solitude. Pas que ça le change de l'ordinaire cela dit.


    « T'as une bonne tête. J'vais reconnaître que j'avais pas pensé à l'aspect commercialisation de la chose. C'est pas trop mon truc. Je vole, j'encaisse, je réfléchis après… Non je réfléchis pas vraiment dans les faits. ». Il haussa les épaules. « Les histoires d'investissement ça me passe au-dessus. J'ai plus que quelques années à vivre avant de clamser, j'ai pas envie de perdre mon temps dans des bouquins de comptabilité. Ca c'est quelque chose que t'as, et que j'ai pas, de la patience. ». Il se balança de gauche à droite dans le hamac qui soutenait à peine son dos, sa queue rayée tombant dans le vide en suivant son mouvement. Puis une de ses phrases le fit tiquer et il s'arrêta pour réfléchir durant quelques secondes. Les terrestres? Drôle de formulation. Mais dans les faits, il ne connaissait pas Takhys si bien que ça, elle n'était qu'une commerçante, lui un client. Sans compter que Crocus ne s'arrêtait pas souvent pour sympathiser, il se contentait de boire, de faire les poches aux clients déjà endormis et de s'éclipser discrètement. Des manigances dont la jeune femme se rendait probablement compte et dont il n'abusait guère. S'il aimait s'enrichir, il ne voulait pas non plus nuire à la réputation d'un établissement qui l'acceptait comme il était. D'une femme qui l'acceptait comme il était.


    Un long baillement s'échappa de sa gueule entreouverte. La route avait été longue, et il leur restait encore un bon bout à parcourir. Pendant un bref instant il hésita à poser la question et finit par flancher, réalisant assez facilement qu'il chercherait la réponse toute la nuit s'il n'était pas direct avec elle. « Terrestre ? J'te voyais pas avec des ailes. A moins que ce soit plutôt l'eau ton truc ? Dis-moi si c'est indiscret, j'ai pas pu ignorer la formulation, c'est particulier quand même. ». Au moins elle ne l'avait pas appelé le sac à puces, ça le changeait un petit peu. Il se stoppa net alors que Takhys le gratifiait d'un.. compliment ? Un sourcil redressé, il s'appuya sur son coude pour la regarder alors qu'elle allait s'endormir à la belle étoile. « Une belle rencontre hein… Tes standards doivent pas être très hauts. Si ça peut te rassurer je suis un homme et j'te toucherais pas et j'te volerais pas non plus. J'suis dégueulasse mais j'ai des principes même si ça en a pas l'air. ». En plus de la haine qu'il ressentait à son propre égard, l'empêchant de ressentir quoi que ce soit qui se rapprochait du… désir. Le coeur tout à coup serré, les souvenirs de Sans-Nom affluant dans son esprit fatigué, il se retourna, déterminé à mettre un terme à cette conversation qui le blessait plus que de raison. Il s'enroula dans sa couverture, prenant la plume rose qui ne le quittait jamais entre ses pattes. Elle lui manquait, mais Takhys ne serait pas à même de combler ce vide. « Bonne nuit. ».


    Le lendemain arriva bien trop vite à son goût et les premiers rayons du soleil vinrent flatter son pelage marron et noir, une douce sensation de chaleur l'enveloppant. Il se réveilla le premier, s'assurant d'un coup d'oeil que la sirène se trouvait toujours dans son champ de vision avant de fouiller dans les sacs de provision qu'il avait dérobé la veille pour leur sortir de quoi déjeuner. Du pain un poil rassis, des oeufs durs, des tomates et un poil de viande pour relever le tout. Bon, c'était toujours mieux que de ne rien manger. Il s'affaira à ouvrir la baguette en deux pour y fourrer rapidement les ingrédients avant de déposer le sandwich devant Takhys. Il s'absenta quelques instants pour fouiller la zone, s'emparant de quelques baies fruitées qu'il apporta également à leur campement de fortune. Le silence s'empara de la zone alors qu'il dégustait lui-même son repas sans attendre la demoiselle et lorsqu'elle eut l'air de se réveiller, il la salua d'une voix molle, d'un raton pas réveillé à une sirène encore endormie. « Salut. T'as bien dormi ? ». Et son museau commença à s'agiter à toute vitesse. Ca sentait… les autres. Ils n'étaient pas seuls. Des groupes venaient de démarrer leur ascension et Crocus n'avait vraiment pas envie d'être le dernier arrivé. « Mange tranquillement, et après ça on partira à la recherche des fameuses chèvres magiques. Putain que cette phrase ne fait aucun sens... Certains ont pris de l'avance, mais ils n'ont ni mon pif ni ton… ». Il s'arrêta, incapable de trouver un mot convenable. « Intelligence. ». Ca ferait l'affaire pour le moment.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 429
    crédits : 408

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Lun 26 Juin - 18:59
    Elle remit une mèche rebelle derrière l'oreille, totalement satisfaite d'avoir employé le terme ''concierge'' à la place de ''gonzesse'', quand Crocus l'avait à moitié balancé. Au moins, elle montrait qu'elle était bien au-dessus de ce genre de dialogue. Avant de réussir à la blesser, il fallait y aller ! Et encore, elle saura montrer rapidement les limites à ne pas dépasser. Chose certaine était que cela n'arriverait sans doute pas avec l'hybride. 

    ''Merci de ton compliment''dit-elle en étirant un peu ses lèvres pour dévoiler ses dents d'une blancheur éclatante. ''J'ai aussi de belles dents''. Elle n'était pas certaine qu'il comprenne l'allusion. Elle avait sorti cela en se rappelant une bête scène un jour où elle se baladait dans le marché. Elle avait observé la vente d'un cheval de trait, voyant le potentiel acheteur ouvrir la bouche de l'équin pour vérifier l'état de ses dents.  . 

    ''Nous avons chacun nos spécialités, sais-tu. Tu voles, moi, je vends. Et, puis tu te sous-estimes. Tu fais un peu de commerce, quand tu regardes bien. Tu ne vas pas me faire croire que les objets que tu vas prendre ici et là, tu ne les revends pas, un peu à droite à gauche. Même si c'est officieux, ça reste du commerce, même si c'est du court terme. ''. Elle n'oubliait pas la condition hybride du raton laveur. Comme tous les êtres de son espèce, le prix à payer de leur situation était une vie écourtée. Ce qui était navrant, car pour Takhys, la nature cruelle privait le monde des capacités que certains mélanges d'espèces pourraient apporter. C'était très regrettable, mais les choses étant ce qu'elles étaient, elle évitait de ce fait de trop remuer le couteau dans la plaie. Leurs recherches des biquettes avaient à peine démarré. 

    Crocus se mit à bâiller. Takhys ravala l'envie de l'imiter. C'était une manie, pour les gens de la surface, de suivre le bâillement des autres, quitte à en faire une drôle de chaîne. Elle n'avait toujours pas compris le mécanisme. Oh et plus flûte. Elle était en mode deux jambes, elle pouvait bien faire comme eux non ? Sa bouche s'ouvrit, forcément de manière moins amplifiée que celle de Crocus, vu que ses mâchoires n'étaient pas celle d'un raton laveur. Elle porta une main devant, autant par politesse que pour retenir les effluves de sa digestion. Le jambon, c'était bon, mais ce n'était pas du poisson. 

    Elle afficha un petit air mystérieux, quand Crocus fut piqué de curiosité pour la désignation qu'elle faisait des gens qui foulaient la terre ferme. '' Peut-être parce que ce n'est pas très employé. Cela reste une désignation comme une autre pour les individus possédant deux jambes justement, à défaut d'avoir des ailes, non ? ''. Elle se plut à garder son petit aura de mystère, tout en fixant le raton laveur. Elle demeura quelques secondes silencieuses, juste afin de pimenter un peu le dialogue ; juste une pincée. ''Oui, c'est l'eau. ''Elle fit mine de regarder derrière elle. ''Et je confirme, je n'ai pas d'ailes dans le dos. " ⁣. Elle lâcha un petit gloussement. ''Mes standards sont assez... particuliers, effectivement. Et, je suis ravie de ta franchise. Je sais que je vais très bien dormir cette nuit. ". Elle se roula presque en boule, dans la limite de ce que sa colonne vertébrale d'humaine pouvait lui offrir. Elle plaça ses deux mains sous sa tête, côté oreille droite, pour se donner un semblant d'oreiller. ''Bonne nuit à toi aussi. "

    Elle s'endormit profondément. Même si elle n'était pas dans son confortable lit à Courage, elle se fichait un peu du confort du moment. Bon, en même temps, ce n'était pas comme si elle traînait en montagne depuis plusieurs mois non plus. Vivre de manière spartiate ne la tuera pas... Elle commençait doucement à émerger, s'éveillant un peu plus vivement en percevant l'odeur de la nourriture froide et celle plus musquée de Crocus. Elle se redressa et s'étira langoureusement. 

    ''Hum... oui, relativement bien. Je m'attendais à pire. L'effet magique des chèvres volantes y est peut-être pour quelque chose. ''Elle rit avec légèreté, tout en remettant un peu d'ordre dans sa longue chevelure. Elle lorgnait déjà la viande et les œufs durs. Son sourcil droit se leva un peu à son beau front, en apprenant la présence d'autres aventuriers. Elle le comprenait comme tel. Elle attrapa un oeuf dur, retirant consciencieusement la coquille, avant de le mettre entièrement dans la bouche, pour bien le mastiquer. D'autres terrestres se rapprochaient de leur position. Voilà qui était fâcheux. Elle avala ce qu'elle mâchait. ''Certains sont plus en avant que, nous dis-tu. Hum... la concurrence devient moins drôle pour le coup. ''Elle attrapa une fine tranche de viande. Elle mordit directement dedans, le temps de réfléchir. ''U Un parfait duo pour les inviter à ne pas poursuivre l'aventure. Ceux qui sont en avance, on pourra les rattraper. Ils seront bien obligés de faire une pause à un moment où un autre... pour les autres qui ont commencé à gravir le sentier... j'ai bien une petite idée.''Et d'un coup, elle goba le restant de sa part de viande. ''Dès que l'on trouva un cours d'eau, je vais leur apporter un petit bain matinal.....tu verras, ce sera drôle. ''Elle passa une langue carnassière sur ses lèvres. "Pas besoin de manger plus pour le moment, y aura de quoi grignoter sur la route....On peut y aller quand tu veux. ''[/b]
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 4 Juil - 11:24
    L'eau hein… Pour dire vrai, Crocus n'avait aucune idée de comment réagir à cette déclaration. Ce n'était pas tant qu'il était surpris, dans les faits les sirènes ne se faisaient pas si rares que ça encore moins en République, ce qui était plus étonnant par contre c'était sa facilité à l'admettre, encore plus à un inconnu. Les deux individus se connaissaient de visu, de là à dire qu'ils se parlaient régulièrement c'était encore autre chose. La plupart de ses connaissances ne se targuaient pas d'appartenir à une ethnie particulière et lui encore moins, c'était même plutôt le contraire. S'il croisait le moindre hybride qui s'assumait, il lui ferait passer un sale quart d'heure et il ne faisait pas bon d'être dans son cercle proche quand sa rage se déchaînait sur son sillage. Juste avant de s'endormir, il se prit à s'imaginer la forme que pouvait prendre la demoiselle qui l'accompagnait, la couleur de ses écailles, la longueur de sa queue, son aisance dans les eaux du Sekai, cette liberté qu'elle possédait et qu'il n'aurait jamais l'occasion de toucher ne serait-ce que du bout des griffes. Un petit sourire sur la gueule, le raton se retourna dans sa couche, le coeur plus léger d'être ainsi accompagné. S'il ne disait rien, Crocus se réjouissait d'une compagnie aussi agréable que celle-ci, d'autant plus que Takhys ne l'avait jamais jugé pour ce qu'il était. Cela ne voulait pas dire qu'elle en pensait moins mais elle avait au moins la décence de ne pas le clamer haut et fort.


    Assis sur son tabouret de fortune qui se constituait d'un rondin de bois mal coupé qui traînait dans le coin, l'hybride mangeait avec toute la délicatesse qu'il possédait, c'est à dire aucune. Arrachant la viande avec ses dents, lançant les baies les unes après les autres de plus en plus haut pour les attraper, il restait un grand enfant qui s'assumait. Mieux valait prendre des forces pour la course contre la montre qui les attendait dans cette chasse aux chèvres. « Bah, peut-être. T'en sais rien. Personne n'a jamais mis la main sur ces bestiaux, donc si ça se trouve elles régulent aussi le sommeil. Au stade où on en est, on pourrait me dire qu'elles peuvent faire pleuvoir des pièces d'or que j'y croirais tout autant. ». Aussi incrédule que blasé, Crocus n'était définitivement pas du matin. Il se frotta les pattes et se craqua la nuque avant de se redresser en étirant sa queue, ses oreilles s'inclinant instinctivement en arrière alors que les bruits de pas se faisaient de plus en plus pressés. « Un bain matinal hein. Fais gaffe à pas me tremper, parce que sinon ton nez va s'en souvenir. Les poils mouillés c'est une putain de plaie et ça pue la mort. C'est pas faute d'essayer d'endiguer la chose, même si j'imagine que ça t'fait rire de m'imaginer avec du shampoing sur la tête, j'suis une bestiole particulière mais au moins j'me lave. ». Pas autant qu'il aurait du, avec le temps qu'il passait sur les routes, mais c'était sans doute mieux que rien.


    Pouvoir partager un repas avec quelqu'un qui se salissait autant que lui changeait définitivement la donne. Avec ses dents presque aussi pointues que les siennes, la sirène engloutissait son repas sans se préoccuper de l'avis d'autrui, une véritable bouffée d'air frais pour l'hybride qui remuait sagement de gauche à droite pour réveiller ses muscles endoloris. En roulant une épaule après l'avoir fait claquer, il agita son museau et se tourna pour observer le groupe qui arrivait dans leur dos. Des clampins au vu de leur équipement et de leur démarche, un elfe, au moins un nain dans le tas. S'il ne ressemblait pas à un nuisible, Crocus aurait presque osé dire que leur groupe était aussi surprenant qu'hétérogène, mais il n'avait pas réellement son mot à dire. Une fois l'accord de Takhys obtenu, il remit son bivouac dans son sac à dos volé et se mit à marcher lentement pour gravir la montagne en se retournant régulièrement pour quérir discrètement l'état de son amie du jour. Lui ne s'inquiétait pas réellement de son endurance ou de sa rapidité, dans les faits il aurait largement pu se lancer à la poursuite des chèvres à toute vitesse, mais l'envie de distancer Takhys lui manquait cruellement. Passant un groupe après l'autre, crachant devant le sol de certains qui comportaient des hybrides qui le regardaient l'air outré, il se mit à rire grassement. « Regarde moi ces délicates petites choses, choquées par un peu de salive. J'te jure, à croire qu'ils ont oublié qu'on était des animaux sauvages à la base. Sont là à se pomponner sur un sentier de montagne, y'en a qui ont pas la lumière à tous les étages, d'ailleurs… ». Ses oreilles s'agitèrent. Il reconnaissait non pas une voix mais plusieurs. « Merde. Y'a le groupe que j'ai volé qu'est pas trop loin. J'ai pas envie de me taper leurs simagrées, de les écouter se plaindre, encore moins de leur rendre leurs affaires. Puis même si c'est des clampins, ça reste des concurrents et… ».



    Il se mit à renifler de plus en plus vite. « Ca… Ca sent la chèvre. ». Ils n'étaient pas loin, son museau ne le trompait jamais. Avec la chance qu'il avait, il allait tomber sur une putain d'hybride chèvre et pas sur les créatures magiques mais dans tous les cas ça valait le coup de jeter un coup d'oeil. Il tourna la tête, montrant du museau un cours d'eau qui se situait non loin. « Tu prends la flotte, je prends les flammes ? On s'retrouve tout à l'heure. ». Claquant des griffes devant la sirène, il fit apparaître une flamme au bout de ses doigts et se mit à courir dans la direction du groupe d'aventuriers en passant invisible par la même occasion. Une fois à leur niveau, d'une discrétion sans pareille, il approcha son feu arcanique du sac troué d'un des voyageurs qu'il avait bien choisi. Un herboriste, dont toutes les réserves allaient cramer plus vite que la lumière. « Vous trouvez pas que ça sent le brûlé les gars ?... AH MAIS PUTAIN QU'EST-CE QUE C'EST QUE CETTE MERDE ? »
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 429
    crédits : 408

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Dim 9 Juil - 13:40
    Crocus ne parut pas réagit sur le fait qu'elle privilégiait l'eau. En même temps, il n'avait pas peut-être pas besoin d'avoir la confirmation de sa bouche pour apprendre qu'elle était une Sirène. Doté d'un odorat performant, il aurait perçu les très infimes senteurs marines qui marquaient la profondeur des pores de sa peau. Elle lui demanderait plus tard tiens. En tout cas, elle est toujours ravie d'être en la compagnie du raton-laveur. Elle s'était préparée à se retrouver toute seule pour la quête des biquettes volantes. Là, cette recherche étrange devenait très intéressante... voir carrément passionnante ! Elle avait hâte de percer le mystère de ces bestioles ! 

    "Il faut bien que cette histoire prenne base quelque part. Certainement que nous ne trouverons pas des chèvres volantes, mais de simples chamois ou des bouquetins qui auraient accompli d'extraordinaires bonds sur des falaises tellement abruptes que l'on pourrait difficilement croire qu'ils arrivent à poser leurs sabots sur les rares rebords des flancs de montagnes presque verticaux."

     Takhys avait eu l'occasion de voir ces incroyables animaux montagnards en action. Elle avait été stupéfaite de leurs acrobaties qu'elles les avaient crus dotés de pouvoirs magiques. Si un moindre d'esprit avait été à sa place, il aurait les croire réellement volantes ? Ou alors pourrait-ce venir d'une scène d'attaque d'un aigle royal contre un jeune chamois ? Qui sait. Les légendes venaient d'une part de vérité qui se déformait avec le temps et les échanges verbaux. . 

    Elle n'avait pas manqué de rire, effectivement, quant à l'image de Crocus en train de se shampooiner le sommet de sa tête velue avec une mousse légèrement rosée. 

    ''Voila, tu m'as fait rire. J'ai maintenant une magnifique image de ta personne en train de prendre un bain bien mousseux. C'est très...''Elle ne put retenir un nouveau rire cristallin, avant de se reprendre avec un peu plus de sérieux. "Si tu savais ce que j'avais déjà senti…"Nouveau et léger gloussement. ''Si tu n'as jamais senti de l'huile de foie de morue. Tu sentiras la rose en comparaison. "

    Estimant s'être assez sustentée, elle s'était relevée le temps que Crocus termine de ranger ses effets personnels. Elle s'étira à sa manière, avec grâce et des gestes amples, pour réveiller un peu ses articulations. La montée s'annonçait déjà rude pour elle. L'effort ne l'effrayait pas. Elle mordra sur sa chique. 


    L'ascension reprit donc, à pas déterminés pour le duo hétéroclite. Crocus était devant, ouvrant la marche. Takhys se claquait sur son rythme. Elle tenait à ne pas trop le ralentir, pour ne pas le lasser de la perte de temps qu'elle pourrait provoquer, car guère habituée à vivre dans ces hauteurs. Vu leur vitesse, quand ils rejoignirent et dépassèrent quelques groupes, elle se montra des plus heureuses. Même des terrestres subissaient plus qu'elles. L'envie de se moquer d'eux la titilla plusieurs fois. Mais, ce ne serait que perte de temps et de souffle que de leur accorder un minimum d'attention à leurs égards. En les dépassant, elle se contenta de leur jeter un léger sourire provocateur, voir des fois moqueur. Quand des Deux Jambes venaient à cracher ou à lâcher une injure dans sa barbe,  sur le passage du raton laveur, elle veilla à mettre une bonne distance envers un qu'elle ciblait déjà, pour faire venir de l'eau sous ses pieds, afin de le voir glisser et hurler de douleur quand le fessier percutait douloureusement le roc du sentier. Un os des fesses de cassé ? Quel dommage ! Il ne pourra plus marcher pour trouver les chèvres magiques !

    Par contre, elle n'omettait pas la réaction de son compagnon vis-à-vis de ses propres congénères. Il était hybride lui aussi. Certes, il n'était pas de la même espèce animale en termes d’ascendant...Et pendant qu'il s'expliquait, elle réfléchissait. Dans, un sens, Crocus avait un peu raison sur les faits. Pourquoi oublier ce qu'on était après tout ? Elle-même ne reniait pas sa nature sirénienne, pour vivre en la compagnie des humains.

    ''C'est cela de chercher à ressembler aux Hommes....."

    Elle n'insista pas et se concentra sur les oreilles du raton laveur se mouvoir en avant. Ainsi, le groupe qu'il avait suivi en premier lieu, avant de leur rencontre la veille était devant ? Ca promettait d'être intéressant ! Par contre, il renifla. Il percevait des odeurs de chèvres ? Elles ne devaient pas être loin alors !

    ''Je prends la flotte"dit-elle avait un large sourire avide de se défouler un petit peu. Crocus prit les devants, se dissimula avant de rejoindre le groupe. Takhys n'était pas loin, veillant à ne pas se faire remarquer.

    « Vous trouvez pas que ça sent le brûlé les gars ?... AH MAIS PUTAIN QU'EST-CE QUE C'EST QUE CETTE MERDE ? »

    La Sirène crut que l'hybride s'était fait repéré. Ce ne fut nullement cela. Le braillard avait pointé son doigt dans la direction du sentier rocailleux montant. 

    [Challenge] Le fromage lunaire Homme_10

    Quatre créatures venaient de bondir en plein milieu du chemin qui menait vers les sommets. De grosses cornes trônaient sur du sommet de leur tête, couverte d'une toison hirsute et blanche. Leur visage, clairement humain, avait connu une bien meilleure époque pour ce qui était de la propreté. Des croûtes de boue constellaient les jours et le front. Ils avaient tous les quatre une longue barbe blanche ou jaune, cela dépendait de quelle barbe on regardait en fait, tout emmêlé. Ils portaient tous une sorte de cape composée de peau de chèvres et de plumes. Qu'est-ce que c'étaient ces énergumènes ? 

    "Bêêêêêêêê ! Des intrus ! Bééééé, partons, courons, fuyons ! Ils en veulent à notre saint-vergeron ! "

    Les quatre chevrétisés partir en courant, avant de bondir et de donner l'impression de voler, fuyant vers les sommets.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 15 Juil - 16:34
    Ressembler aux Hommes… Le coeur du raton se serra doucement, le souvenir de la démone ayant réalisé son rêve le plus fou lui revenant en pleine face. Sans-Nom n'avait pu mentir, elle avait lu directement dans son esprit. Au fond de lui, sans réussir à l'admettre, sans vouloir le reconnaître, Crocus enviait le physique des humains. Il enviait leur capacité à se fondre dans la masse, à faire partie d'une société qui les acceptait tels qu'ils étaient. Il enviait Takhys et son sourire charmeur, sa longue chevelure qui dansait dans son dos, sa facilité à se lier aux autres. L'hybride n'était qu'une coquille vide, incapable d'instaurer le moindre lien avec qui que ce soit, encore moins à le conserver. Il savait déjà qu'au bout du chemin, la tenancière de la taverne retrouverait son quotidien et lui le sien, que leurs chemins ne risqueraient pas de se recroiser d'aussitôt. Cette perspective lui barrait la route et lui embrumait l'esprit, pour autant il ne se laissait pas abattre. Le raton ne connaissait pas la tristesse. Il n'entendait que les tambours puissants d'une colère insatiable, d'une rage d'une puissance gargantuesque. La guerre était aux portes de son esprit fatigué, cachée par du sarcasme et une gueule animale qu'il détestait autant qu'il l'aimait.


    Toujours invisible, Crocus attendait que le voyageur se rende compte que l'odeur de brûlé ne sortait pas de nulle part, pourtant ses provisions se mirent à cramer à la vitesse de la lumière sans qu'il ne se retourne. Le raton pencha la tête sur le côté, se plaçant entre deux épaules pour prendre conscience de la situation qui se déroulait devant ses yeux écarquillés. Des… créatures… mi-hommes mi-chèvres ? Au delà de leur côté hybridé qui provoqua une envie de vomir très prononcée chez le raton, leur accoutrement était tout bonnement ridicule, sans parler de leur comportement hystérique. Les flammes devant Crocus commençaient à prendre une ampleur dangereuse et il se recula de quelques pas pour ne pas subir les conséquences de son propre sort, avalant sa salive devant tant d'incompréhension. L'herboriste finit par s'en apercevoir lorsque la chaleur dans son dos se fit de plus en plus forte, commençant à brûler sa peau à travers ses vêtements et se mit à hurler de plus belle. « LES GARS JE CRAME MERDE LA BOUFFE LES POTIONS, TOUT, AIDEZ-MOI ! ». Le groupe se retourna tout entier sur l'énorme sac en jute au milieu duquel les flammes dansaient ardemment, dans la panique la plus totale.


    Profitant de cette diversion, Crocus se mit à toiser les fous qui s'enfuyaient en sautillant, perplexe face à cette apparition. S'agissait-il des chèvres volantes dont on leur avait parlé, ou simplement d'ermites ayant perdu la raison face à l'appât du gain ? Une chose était sûre, il ne pouvait pas les laisser s'échapper ainsi sans avoir le fin mot de l'histoire. Un long soupir s'échappa de sa gueule tandis qu'il cherchait des yeux la silhouette de Takhys, qu'il ne trouva guère dans le paysage. Il ne s'inquiétait pas pour elle, cependant il aurait apprécié de la mettre au courant de la suite des événements. A cet instant précis, l'hybride pesta contre sa nature profondément combattante, se disant qu'à défaut d'être autre chose qu'un putain de lâche, un mage aurait sans doute un moyen discret de communication. Il devrait faire sans, avec les moyens du bord, comme d'habitude. Une fois en dehors du champ de vision des aventuriers qui tentaient tant bien que mal d'empêcher les flammes de s'étendre dans la forêt qui entourait les montagnes, le raton se concentra, fermant ses yeux noirs pour entendre les sautillements des individus qu'il s'apprêtait à courser. Le silence se fit dans son esprit et quand il rouvrit enfin les yeux sur le monde, l'odeur de fumée lui chatouillant le museau, il se mit à avancer à une vitesse phénoménale. Une fois à leur niveau, à peine en quelques secondes, il se jeta sur le dos d'un des malheureux et s'y accrocha, faisant disparaître son invisibilité par la même occasion. « Ben alors la chèvre, on se fait la malle ? ». « BEEEEHHH LAISSEZ MOI BEEEH AU SECOURS UN RAT S'EST ACCROCHEEEHH A MOII BEEEHH ». Le groupe se mit en cercle autour du raton et de leur acolyte, commençant à psalmodier dans une langue qui lui était inconnue. Toujours fermement accroché à son cou, les pattes arrière entourées autour de sa taille, Crocus vit des ronces se soulever du sol. Agitant à nouveau une flamme au creux de sa patte, il la plaça juste devant le nez de celui qu'il tenait en joue et se mit à hurler. « J'suis pas un rat, déjà, espèce de dégénéré ! Vous allez arrêter vos conneries ou je cramerais pas que vos barbes, à commencer par votre petit pote qui risque de finir en cendres ! Et j'suis pas tout seul ! ». En effet il ne l'était pas. Quant à savoir ce que Takhys pouvait bien faire de son côté, il l'ignorait, mais il se doutait qu'elle ne se tournait pas les pouces…
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 429
    crédits : 408

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Mar 18 Juil - 13:10
    Takhys n'était jamais bien loin, ayant pris le temps de se dissimuler dans l'environnement, au mieux de ses capacités. Sous l'eau, tout était bien plus aisé. Outre d'y vivre depuis sa naissance, elle avait des couleurs naturelles idéales pour se camoufler dans les ombres des récifs coralliens. Mais, là, en montagne, elle devait se cacher d'une manière différente. Ce fut donc une jeune femme à la longue chevelure blonde qui trouva refuge derrière un buisson un peu épineux. Elle serra des dents en sentant les petites pointes acérées lui lacérer la peau délicate de ses chevilles et de ses bras. Ce n'était qu'un maigre sacrifice pour soutenir le raton-laveur. 

    De son poste d'observation végétale, elle put avoir tout le loisir de voir Crocus passer à l'action. Le feu qu'il alluma à l'une des sacoches s'enflamma à une vitesse presque hallucinante. À se demander si le raton n'avait pas rajouté un produit inflammable pour que son effet soit aussi radical. Elle porta une main à ses lèvres pour se retenir de rire devant la panique croissante parmi les humains.

    "LES GARS JE CRAME MERDE LA BOUFFE LES POTIONS, TOUT, AIDEZ-MOI ! 

    Elle eut un rictus plus cruel quand l'individu qui portait le sac se retrouva à se faire cramer la peau à cause de l'incendie qui s'étendait, se gavant des herbes séchées qui était dans son intérieur. Elle le perdit quand l'incongru se produisit sous ses yeux. Les chèvres volantes étaient là et..... quoi ? Mais, c'étaient des vieux schnoques, affublés de peaux de chèvres et de cornes !  C'était cela les biquettes légendaires ? Les yeux écarquillés, elle le suivit déguerpir à une vitesse ahurissante. Rapides pour des vieilles peaux d'humain ! En tout cas, Crocus se lançait à leur poursuite. Bonne idée qu'il avait sur l'instant ! Après tout, elle et lui étaient venus chercher le fameux formage lunaire. Ces ahuris qui se prenaient pour ces biques devaient en savoir plus qu'il n'y paraissait. Bon, allez, à elle d'entrer en scène ! 

    Une fois le raton-laveur lancé à la poursuite des déguisés, elle se concentra. Il y avait de l'eau pas loin, une chance pour les autres crétins, qui braillaient et luttaient comme des dindes contre le feu qui manquait de se répandre dans les environs végétaux. Plusieurs bulles d'eau jaillirent des buissons pour étouffer et éteindre les flammes. Le feu mourut, noyé par cette soudaine arrivée aqueuse. Même la cible de Crocus reçut une bonne grosse bulle d'eau, tombant à terre. Il soupira de soulagement en sentant la fraîcheur éteindre l'intensité douloureuse de ses brûlures, même si ce n'était que temporaire.

    La Sirène sortit de sa cachette, sous le regard ahuri des membres du groupe. 

    ''Alors Messieurs ? On attise une flamme passionnée ? Vous avez manqué de brûler les bois de cette magnifique forêt"

    Un des gugusses ouvrit la bouche. La main levée de Takhys lui coupa le sifflet. 

    ''Chtttt, mon mignon… Je n'ai qu'une chose à vous dire… rebroussez chemin. Partez !  Je suis la Gardienne de cette forêt et vous avez vu une fraction de mes pouvoirs pour la protéger. Vous avez manqué de provoquer une destruction sans pareille… Alors, partez et que je ne vous revois plus"

    Les terrestres parurent hésiter. Takhys employa cette fois de petits pics de glace pour les encourager à prendre la poudre d'escampette. Eux aussi couraient vite, sans demander leurs restes. Elle sourit. Et hop, de la concurrence pour le fromage en moins. ! Bon, et si elle rejoignait Crocus ? 

    Elle remonta la piste aussi vite que lui permettaient ses jambes. Il était presque regrettable de pas avoir eu une rivière à côté du chemin grimpant. Heureusement, elle rejoignit son ami, en prise avec les cinglés en cornes et poils blancs. Ses sourcils se froncèrent en voyant dans quoi le raton laveur s'était fourré. 

    " J'suis pas un rat, déjà, espèce de dégénéré ! Vous allez arrêter vos conneries ou je cramerais pas que vos barbes, à commencer par votre petit pote qui risque de finir en cendres ! Et j'suis pas tout seul ! "

    ''Et je le confirme, messieurs ! Il n'est pas seul et je vous conseille de suivre ses directives... n'oubliez pas de le libérer aussi..."

    Les loustics attroupés autour de leur comparse pris à partie par l'hybride s'étaient figés en voyant la féminine apparition. Un avait rougi, les autres écarquillaient les yeux. Un autre beugla, bêla plutôt, ce qui secoua les autres, et tous reprirent leur charabia étrange. Les ronces remontaient encore le long de la fourrure de Crocus.

    Takhys réagit instantanément. Une boule d'eau envahit la bouche et le nez  de l'homme-chèvre aux prises avec le raton-laveur, noyant déjà la flamme qu'il lui avait mise sous le nez. 

    "Bllllleéééé.... bluuublblblluuuuuuuuuu ! gargouilla le vieux barbu

    ''Cessez votre petit lancement de sort ou je ne sais quoi, libérez mon ami... ou alors je laisse votre pote se noyer."

    Les vieux chevrotisés se regardèrent et hésitèrent. Takhys avait tout son temps. Pas leur compagnon, qui commençait à se tortiller sous l'étouffement. 

    ''Le temps presse, messieurs les biqueaux...."

    Un gargouillement liquide se rajouta à sa réplique énoncée sur un ton doucereux. Les ronces se retirèrent d'un coup, libérant Crocus. Takhys sourit et maintint la torture suffocante quelques instants, pour être certaine qu'ils ne cherchaient pas à la duper. Cela confimé, elle libéra sa victime, qui toussa une fois capable de pouvoir respirer de l'air à nouveau. 

    "Bien, très chers.... nous sommes là pour un fameux fromage lunaire... c'est le Saint Vergeron c'est cela ? Et si vous nous meniez à l'endroit où vous le fabriquez ?"
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 27 Aoû - 12:45
    Pris au piège par les hommes chèvres, Crocus pestait contre le monde, contre la vie elle-même. Qu'est-ce qu'il avait bien pu foutre dans une vie antérieure pour à chaque fois se mettre dans un pétrin pareil ? L'appât du gain, encore et encore. Et pour quoi d'ailleurs ? L'hybride ne menait pas un rythme de vie reluisant, ne dépensait guère sa fortune dans des investissements bien réfléchis et il se faisait encore moins plaisir dans des futilités. Non, tout ceci lui servait à entretenir sa vieille bicoque, sa mère, et les quelques frères et soeurs qui passaient de temps en temps les voir. S'il avait du être tout à fait honnête, le raton-laveur était simplement terrifié de vivre dans le manque. Après tant d'années de galère et de pauvreté, il s'était décidé à garder un petit pécule afin de pouvoir retomber sur ses pattes en cas de catastrophe. Alors si le fromage lunaire pouvait l'aider à stabiliser sa situation bancale, c'était toujours ça de pris, mais bordel que c'était chiant. L'air blasé, roulant des yeux, le raton remua le museau avant de sentir le doux parfum de la sirène lui arriver tout droit dans les narines. Ce qui n'était qu'un bluff s'avérerait être un énorme problème pour les biquettes, si elles ne se décidaient pas à le lâcher.


    Quand l'eau commença à stagner au niveau de la bouche du druide de pacotille, Crocus ne put s'empêcher de rire. La situation était grotesque, les méthodes de Takhys discutables, mais à vrai dire il n'en était plus à une connerie ou une autre pour la journée. Sans dire un mot, il constata l'efficacité des menaces de sa compagne du jour, un sourire narquois sur la gueule, se permettant de narguer les hommes chèvres une fois redescendu au sol en leur tirant la langue. « Bah alors, on fait moins les malins maintenant. Vous faites c'que la dame vous dit ou je vous promets que je vous arrache la langue pour m'en faire un collier. ». Plutôt énervé, c'est le moins que l'on puisse dire, l'hybride s'approcha de Takhys, montant son poing à son niveau pour taper le sien dans une amicalité ma foi surprenante. Il ne s'attarda pas sur un quelconque remerciement, son regard plus tendre qu'ordinaire et son attitude avenante témoignant à sa place de sa gratitude. Après tout, parfois, les mots sont de trop.


    Sans faire plus de cérémonies, les hommes-chèvres se dirigèrent tout droit vers leur refuge, tandis que Crocus surveillait leurs arrières, surprenant quelques malotrus prêts à tenter de dérober leurs butins. Le peu de groupe qui poursuivaient les recherches s'approchant un peu trop près de leur destination risquaient de se brûler les moustaches. « Vous pouvez pas faire ça, beeeh, le Saint Vergeron est un endroit sacreeeehh ». L'hybride leva les yeux au ciel. « On a pas dit qu'on allait te le cramer ton vergeron, juste aboule la marchandise et dépêche toi parce que j'ai pas l'impression que ceux qui nous suivent soient aussi patients que nous. ». Ah, la patience. Une vertu que Crocus ne possédait absolument pas, bien même le contraire. Aussi, dans cette menace, il n'affirmait pas tant que les autres voyageurs risqueraient de leur poser problème mais que si lui-même attendait un peu trop longtemps, il ne manquerait pas de faire emporter le secret des hommes-chèvres dans leurs tombes respectives. Il arriva avec la sirène devant un immense bâtiment ressemblant en tout point à une église, à la différence près qu'elle était recouverte d'une mousse épaisse rappelant le pelage des moutons et chèvres du coin. Sans compter le nombre juste affolant de statues représentant des bergers auprès de leurs animaux, l'encens qui brûlait à l'entrée dégageant une odeur d'herbe coupée ainsi que l'autel sur lequel siégeait un individu plus fier que les autres.


    Le Prêtre:


    « Ainsi vous osez pénétrer dans mon domaine, le Saint Vergeron, pour vous approprier mes biens. Sachez aventuriers que vous n'êtes pas les premiers, vous ne serez pas les derniers. Je vous invite à rebrousser chemin tant que vous le pouvez. ». Sa voix rauque, tonitruante, résonna dans la pièce. Peu impressionné, Crocus croisa les bras. « Ecoute mon vieux, file nous un peu de fromage et on se taille. J'ai pas l'intention de cramer l'endroit, et pourtant ça m'coute de le dire, encore plus de le faire. ». Tous ces tarés ça lui donnait la gerbe. Tout à coup il voyait le berger d'un tout autre oeil. Le prêtre se contenta d'acquiescer, l'air perplexe. « Vous n'êtes pas les bienvenus en ces lieux, vous ne respectez pas nos pratiques. Je ne vous donnerais rien. ». Le raton-laveur commença à perdre patience et haussa la voix. « Oh tu vas te dépêcher parce que vraiment j'ai pas que ça à faire, et retente pas un coup de magie pour m'immobiliser parce que si ça a pas fonctionné une première fois, ça fonctionnera pas la deuxième. ». Pris de panique, le religieux recula de quelques pas. « Comment ça vous… vous avez réussi à vous défaire de notre magie divine ? Je… Il n'y a plus qu'une seule solution… ». Et sous le coup d'une télékinésie puissante, le mage fit s'élever dans les airs des dizaines de fromages, les envoyant droit dans leur direction. L'illumination se fit dans l'esprit du raton. « J'ai une idée, occupe les, j'arrive ! ». Et à une vitesse phénoménale il se dirigea vers l'extérieur, attrapant une charrette pour la diriger à l'entrée de l'église. Il n'y avait plus qu'à attendre que les fromages arrivent tout rond dans leur carriole et à se barrer avec le butin…
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum