DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Kaelinn

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Le pas loup-garou de presque Thiercellieux QVJHJTF
    Gazette des cendres
    Été 2023
    Lire le journal
    #3
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La Peste Obscure
    Derniers sujets
    Manus Imperialis [Ayshara, Tensai & Zéphyr]Aujourd'hui à 20:32Deydreus Fictilem
    Entre Émeraude et Azurite [PV Isolde]Aujourd'hui à 20:19Isolde Malkyn
    Rencontre de haut-volAujourd'hui à 18:58Altarus Aearon
    Killing in the name | Feat LeonoraAujourd'hui à 18:52Leif Brynjolf
    Cale sèche, Capitaine ? [Pv Myriem de Boktor]Aujourd'hui à 18:48Myriem de Boktor
    [PA] La Célébration du Voile RougeAujourd'hui à 18:18Sylvain
    Faire ses moussesAujourd'hui à 16:58Gunnar Bremer
    Dissonance sauvage [PV Tess]Aujourd'hui à 16:17Tess Paath
    Hétérodoxie [PV Isolde]Aujourd'hui à 15:22Isolde Malkyn
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Dactyle Venari
    Dactyle Venari
    Messages : 145
    crédits : 2610

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t127-dactyle-venari-la-bete-du-razkaal-termineehttps://www.rp-cendres.com/t194-dactyle-aka-le-desert-socialhttps://www.rp-cendres.com/t219-errance-du-pterodactyle
  • Mar 2 Mai 2023 - 22:19
     
    Qui c'est qu''c'est qui a dit Loup Garou ?
    Feat. Inspecteur Ramy


    Le soleil se  levait entre les montagnes, baignait le petit village du Pastiercellieux dans la douce clarté matinale. Le chant du coq retentit trois fois, avant que tout le village ne commence à grouiller d’agitation. Enfin, tout le village, plutôt la petite dizaine de paysans qui l'habitent. Tout ce beau monde se retrouva bientôt assemblé en bordure d’une étable dans un brouhaha assourdissant. Dactyle ne fit pas exception à la règle. Elle toisait la carcasse, ou plutôt le peu qu’il restait de cette pauvre brebis, avec une perplexité à peine surjouée. La scène lui disait vaguement quelque chose oui. Absolument rien à voir avec le fait qu’elle s’était réveillée deux heures plutôt, juste à coté de la carcasse, couverte de sang et de paille, amnésique et avec une patte dans la main. Pure coïncidence. Heureusement, la bergère improvisée devenait de plus en plus douée à ce jeu là. Se faufiler jusqu’à chez elle, se changer, cacher les preuves, et retourner travailler comme si de rien n’était :

    - C’est le troisième ce mois-ci ! pesta un des bergers.

    - Et José à disparu le mois dernier !

    - Cette fois s’est trop ! on d’vrait recruter quelqu’un pour nous débarrasser d’cette bête ! hurla une femme dans le fond.

    Tous acquiescèrent, et Dactyle les observait en silence, les bras croisés et l’air concerné. C’est bien tout ce qu’elle pouvait faire pour eux. Elle l’aurait bien accepté, ce contrat. Traquer des monstres, c’était un peu son travail. Mais si cette fois, le monstre s’était elle…. elle n’allait pas se rendre tout de même. Pas pour quelques moutons et… peut être José ( de toutes façons personne l’aimait. ) Elle avait beau s’empêcher de dormir la nuit et passer ses journées à somnoler, rien n’y avait fait. Elle semblait être un cas désespéré. Le petit groupe se dispersa peu à peu, chacun retourna à ses occupations, et Dactyle en fit de même. Bientôt, la nuit tomba à nouveau sur le village, baignant les champs de blé dans une lumière rougeâtre. Dactyle regarda une dernière fois les champs avant de fermer la porte, alors que les près dorés semblaient peu à peu baignés dans le sang.
    Le village s'endormit, les villageois fermèrent les yeux à nouveau.

    De nouveau, trois chants de coq avant que le village ne s’éveille, tout le monde se réveilla et ouvrit les yeux, tout le monde sauf... Gérard.

    Cette fois-ci , une hurlement horrifié donna l’alerte. Et tout le village se rassembla aussitôt autour du malheureux, en bordure de forêt. C’est le fils du bûcheron qui avait découvert le corps en allant travailler .Dont il ne restait finalement pas grand chose si n’était une tête d’un coté, deux trois côtes par ci par là et une main qui dans un dernier effort de survie, était restée désespérément accrochée à une bouteille de rouge.
    Une fois la consternation et l’horreur de la découverte passée, tout le monde y alla de sa petite théorie, et la vieille illuminée du village proposa même d’interroger les cartes pour connaître l’identité et la nature de la Bête. Quelques-uns lui rirent aux nez, les autres étaient bien plus sérieux. La parano leur montait au cerveau. Ils seraient de ceux qui jetteraient Dactyle dans le feu! Il faut dire que l’ex limier, avec ses deux balafres, et sa dégaine de tueur en série insomniaque, attiraient déjà bien des regards. Aussi discrète qu’elle fut, ici, les potins allaient bon train. Pourtant, on aurait pu croire qu’avec l’apparence de son bras gauche, sa nature lycanthropique n’était un secret pour personne. Et pourtant, Pastiercellieux était si reculé, si isolé du monde, que plus de la moitié des habitants ignorait l’existence de telle créature. Enfin, la paranoïa ne faisait que croître. Bientôt, ils finiraient tous par s’entretuer, ou par balancer Dactyle au bûcher. Certains la regardaient déjà en grattant des allumettes. Le seul qui ne doutait de rien, c’était bien son patron. Pour le vieux Rupert, Dactyle était une vraie bénédiction. Il avait moins de travail, son troupeau ne s’était jamais aussi bien porté et c’est bien tout ce qui le préoccupait. Les affaires autres ça, il avait bien passé l’âge de s’en soucier.

    Les villageois restèrent un bon moment à débattre et à rédiger leur requête. Il en fût décidé ainsi, une récompense serait offerte à qui leur ramènerait la tête de la bête et sa peau pour en faire un paillasson. Lesdites affiches furent placardées dans tout le village et aux alentours. Une fois le petit groupe dispersé, Dactyle fût de ceux qui restèrent, pour ramasser les morceaux. Enfin, offrir une sépulture décente à ce pauvre Gérard. La vue de son regard vitreux était presque aussi insupportable que l’odeur qui s’en dégageait. A gerber, ou peut être que c’était les restes de son repas nocturne qui avait du mal à passer ? Dactyle n’était pas sûre. Mais elle devait s’en assurer. Elle n’avait aucun souvenir de la veille alors.. pourquoi pas ? mais quelque chose ne collait pas. Ni les blessures infligées au malheureux, ni la localisation de ce dernier. Elle ne pouvait pas exclure l’éventualité d’avoir encore dérapé. Et il n’était pas question de nier sa responsabilité, mais quelque chose ne collait vraiment pas. Et cette odeur, Ew quelle horreur, elle ne ressemblait à rien de connu. La Lycanthrope n’était sûre de rien, mais il lui fallait à présent envisager la possibilité de ne pas être la seule bestiole à roder dans le coin. Et si c’était le cas, elle devait la trouver avant que quelqu’un d’autre ne rapplique pour s’en occuper. Auquel cas, ses ennuis ne faisaient que commencer.



    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Ramy
    Ramy
    Messages : 56
    crédits : 1895

    Info personnage
    Race: Elémentaire de Foudre
    Vocation: Guerrière - Combattante
    Alignement: Loyal Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
  • Mer 3 Mai 2023 - 0:25
    Celui qui n'a jamais été seul ♫
    Feat Dactyle


    Chasseuse de Monstre...

    Tu devrais sans doute te reconvertir à nouveau... Toi qui avait passé deux siècles à explorer le continent, avait fini par devenir écuyère puis croisée. Par la force des choses, tu avais guidé une partie de la résistance Shoumeienne face à l'envahisseur, face à la folie, face à la guerre. Désormais que les tensions étaient retombées, que Shoumei était parvenu à un moment de calme, clairement éphémère, tu n'avais su te contenter de ce repos que tu méritais pourtant. Ta mission était d'aider ton prochain, et si ta présence n'était plus aussi cruciale quelque part, alors tu vagabondais ailleurs. Tu te faisais des contacts, tu tendais la main aux plus miséreux...

    Qu'importe comme tu tournais les choses, tu ne faisais que continuer ce pourquoi tu t'étais engagée en premier lieu.

    Cependant, forcée de constater que ces derniers temps, tu traquais davantage les monstruosités de la nature, humaine comme cryptique, plus qu'autre chose. Il était vrai, tout ton être avait été façonné pour la guerre, tu étais une source d'énergie presque infinie qui savait se déverser avec fatalité sur ses ennemis. Pour autant, tu préférais la paix à la guerre, tendre la main plutôt que couper celle de tes adversaires... Mais qu'importe tes envies... Tu apportais ton aide à qui la réclamait, et de la manière qui paraissait être la plus propice à une évolution dans le bon sens et permanente.

    Cette fois-ci, la requête d'un petit village était parvenu jusqu'à tes oreilles. Apparemment, il était frappée par la fatalité depuis plusieurs jours maintenant. Chaque nuit, ils assumaient des pertes conséquentes, ne touchant jusqu'ici que le bétail... Cependant, depuis un certains temps, il comptait une vie humaine parmi les victimes, évidemment, cela avait prit des proportions inquiétantes si bien qu'intervenir devenait pressant.

    Une demie journée de marche, c'était tout ce qui t'avait fallut avant de débarquer à l'entrée de cet endroit perdu au milieu de nul part. Le soleil était encore à son zénith, et tu avais plusieurs heures devant toi pour analyser la situation. Naturellement, c'était à la seule taverne du village que tu te dirigeais. Tu savais, par essence, que toutes les informations transitées d'une manière ou d'une autre dans ce genre d'endroit, entre beuverie et jeu de débauche. Heureusement, tu ne portais pas ton armure, te permettant de te fondre davantage parmi les locaux bien que tu ne tromperais personne.


    - Bonjour, je suis venue ici pour votre problème de... nuisible.


    Difficile de décrire le soucis d'une autre manière. La requête avait clairement était rédigée dans la panique et celle-ci manquait cruellement d'information. Tout ce que tu savais s'arrêter à celle-ci et les victimes que le coupable avait provoqué sur son sillage. Pas de quoi te faire peur ne serait-ce qu'une seconde, cependant tu pouvais comprendre l'angoisse que cela avait provoqué parmi les habitants. Combien de fois avais-tu vu ce spectacle se répéter ? La folie et la paranoïa envahir les esprits de tout ces habitants avant de laisser place au chaos et à la discorde. On pouvait prendre ta présence sur ces terres comme de l'opportunisme mal placée, qu'importe, de ton côté, tu avais à cœur le bien être de ces gens.

    - Déjà... ? Je veux dire c'est une bonne chose ! Une très bonne chose ! Nous avons réuni la plupart de nos économies, mais nous ne pensions pas que cela serait suffisant à attirer aussi vite quelqu'un ! Vous pouvez vous adresser au fils du bûcheron, c'est lui qui a découvert le corps.


    La récompense... Pour dire vrai, tu n'avais pas daigné ne serait-ce que l'inspecter une seule seconde. Tu n'étais pas intéressée par celle-ci, pas plus que la gloire ou une quelconque renommée. Hochant alors la tête, tu tournais les talons avant de t'apprêter à sortir de l'auberge. A peine l'extérieur conquis par ta présence, tu vins à arrêter ton regard sur une femme que tu manquais d'heurter. Fixant celle-ci l'espace de quelques secondes, tu vins à légèrement froncer les sourcils dans une interrogation palpable, avant de t'exprimer.

    - Excusez moi, je ne vous avais pas remarqué. Pardonnez mon manque de délicatesse.


    Finalement, tu vins à reprendre ton chemin sans en dire plus. Tu avais un témoin à interroger. Étrangement, cette traque paraissait bien plus subtile que celle qui t'avait amené à tuer un ver géant des sables. Cependant, cela ne la rendait clairement pas plus simple. Parmi ces villageois, le fautif pouvait aussi s'y trouver, voilé derrière une apparence de chair trompeuse.

    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Dactyle Venari
    Dactyle Venari
    Messages : 145
    crédits : 2610

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t127-dactyle-venari-la-bete-du-razkaal-termineehttps://www.rp-cendres.com/t194-dactyle-aka-le-desert-socialhttps://www.rp-cendres.com/t219-errance-du-pterodactyle
  • Mer 3 Mai 2023 - 17:47
     
    ça sent le sapin
    Feat. Inspecteur Ramy


    Sa besogne accomplie, Dactyle essuya la sueur sur son front d’un revers de la main, et reposa le râteau contre la barrière du champ. Elle y était depuis l’aube et n’avait pas fermé l’œil de la nuit. Mais à présent que le soleil était à son zénith, la luminosité de la chaude journée printanière devrait être suffisante pour la garder éveillée. Elle avait encore du travaille. Depuis les récents incidents, elle gardait ses distances, mais pas trop. S’isoler un peu trop ne ferrait qu’aggraver les soupçons à son égard. Elle enjamba la barrière pour se diriger vers le centre du village. Et son regard fût irrémédiablement attiré vers l’orée de la forêt, la où se trouvait la tombe du défunt Gérard. Non loin de là où avait eut lieu l’attaque. Elle avait bien inspecté la zone le jour même, mais n’avait rein découvert de vraiment probant. Bien sûr, elle aurait pu investiguer au-delà de ce qui lui était apparent, mais elle n’était pas sûre d’en avoir envie. L’ex limier n’avait pas usé de cette technique depuis qu’elle avait quitté le Razkaal. Et sa dernière tentative lui avait laissé un souvenir, contrairement à ses nuits passées, qui aujourd’hui encore demeurait impérissable. Si elle passait ses journées à essayer d’oublier certains souvenirs, ce n’était pas pour se voir en train d’éparpiller des petits bouts de Gérard aux quatre coins du village. La transe, c’était trop risqué, et depuis son retour elle fuyait les talents psychiques comme la peste. Perdue dans ses pensées, elle manqua de percuter quelqu’un sur le trajet.

    - Hum, c’est rien. marmonna Dactyle qui ne l’avait pas remarqué non plus.

    Et pourtant, il était difficile de la louper. Dactyle s’arrêta une seconde plus tard, lorsque ces paroles, d’une infinie politesse, attinrent son cerveau. Pas de doutes, elle n’était pas du coin. Elle la dévisagea un court instant. Cheveux mi-longs, cicatrices au visage et vêtements de voyage. Probablement une voyageuse de passage. Mais lorsqu'elle reprit son chemin, sa démarche trahissait une rigueur toute militaire. Quant à l’odeur d’orage qui flottait dans son sillage, étrange, le ciel était pourtant particulièrement dégagé. Enfin, les intempéries du printemps étaient souvent imprévisibles et il était difficile de savoir où la foudre frapperait en premier.
    Mieux valait être prudent, Dactyle entra donc dans la taverne. Et n’eut pas à poser la moindre question, tous se réjouissaient de l’arrivée d’une “chasseuse de monstre” sur laquelle les théories fusaient déjà. Les problèmes ne s’étaient donc pas fait attendre..
    Qu’importe, la Bête était venue quérir quelques témoignages sur les funestes événements d’il y’a quelques jours. Quelqu’un avait peut-être aperçu ou entendu quelque chose. Et les ivrognes parlaient toujours, beaucoup. A tel point qu’il n’était pas forcément nécessaire de poser des questions.
    Pas comme avec Colin, le fils du bûcheron, qui était intarissable en détail tous aussi futiles les uns que les autres. Si c’est là que la sauveuse du village se dirigeait, bon courage.
    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Ramy
    Ramy
    Messages : 56
    crédits : 1895

    Info personnage
    Race: Elémentaire de Foudre
    Vocation: Guerrière - Combattante
    Alignement: Loyal Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
  • Jeu 4 Mai 2023 - 18:37
    Celui qui n'a jamais été seul ♫
    Feat Dactyle


    Perplexe...

    Tu fixais le petit garçon au sourire enfantin... Il lui manquait quelques dents, ses cheveux étaient marqués par la crasse au même titre que ses vêtements déchirés par endroit. Pas de toute, le fils du bûcheron était bien un péquenaud, comme pouvait l'appeler les gens de la haute. Pour toi, ce n'était qu'un enfant, encore trop innocent pour véritablement comprendre ce qu'il avait pu voir ou entendre... Un enfant dont tu aurais certainement du mal à tirer quoi que ce soit de concret tant celui-ci paraissait ne pas être le couteau le plus aiguisé du tiroir.

    - Madame veut me parler ! Chouette ! Je m'appelle Colin ! Mon papa il m'a appelé comme ça car il adore pêcher des colins ! Mais moi je préfère les fourmis et les papillons !

    Souriante, tu le laissais parler sans trop l'interrompre. Le bougre semblait tellement joyeux de voir quelqu'un s'intéressant à lui qu'il battait des bras comme s'il cherchait à s'envoler. Te penchant alors avec gentillesse pour te mettre à son niveau, tu venais à lui frotter les cheveux, contente qu'il y avait encore de l'innocence dans les yeux de cet enfant.

    - Bonjour Colin. Moi c'est Ramy. J'aimerais que tu me parles de ce que tu as vu l’autre-jour.


    Pas besoin de préciser davantage, même lui avait très vite saisi ce dont tu parlais... Enfin... Saisi... Il fallait encore le dire vite. Son regard encore pétillant vint cependant à se perdre dans une honte presque touchante. Les mains dans les poches, le regard baissé, malgré ce qu'on pouvait bien en dire, il avait quand même été affecté d'une manière ou d'une autre.

    - ... Mon papa m'a punit car j'étais parti jouer un peu trop loin dans les bois. Et j'ai vu Gérard dormir avec une expression rigolote sur le visage  ! Il avait les yeux grand ouvert en plus ! J'ai essayé de dormir comme lui, j'ai pas réussi... Et il y avait du jus de tomate tout par tout sur lui ! Mon papa veut pas m’acheter du jeu de tomate au village, il me dit que c'est pas bon pour la santé ! Mais moi je veux du jus de tomate !


    Silencieuse, la mort avait dû être soudaine et effroyable... Ce genre de scène, tu l'avais déjà vécu. L'on disait d'un mort qu'il gardait sa dernière expression avant de mourir. Superstition ou pas, tu avais déjà vu ce genre de cas se produire sur des soldats tombés au combat. Des soldats n'ayant pas l'âme de guerrier mais se battant pour des causes plus juste face à des hordes de monstruosité...

    - Heureusement, j'ai pu retrouver quelques bouts de Gérard ! Y en avait tout partout, c'était rigolo !


    Un peu décontenancée par une pareille candeur de la part du jeune garçon, tu vins finalement à afficher un sourire rassurant avant de lui frotter une dernière fois la tête. Puis, cherchant dans ta poche, tu venais à lui donner une petite pièce en or pour le remercier.

    - Avec ça, tu auras tout le jus de tomate que tu veux au marché. Tu penses que tu peux m'indiquer vers où tu as trouvé Gérard ?


    Tout content, le garçon vint à pointer une direction du doigt que tu ne tardas pas à suivre. Si tu avais déjà des suspicions, tu avais encore du temps avant que la nuit ne tombe et que les choses sérieuses puissent commencer véritablement. Qu'importe la monstruosité du coupable, tu saurais l'arrêter une bonne fois pour toute !

    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Dactyle Venari
    Dactyle Venari
    Messages : 145
    crédits : 2610

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t127-dactyle-venari-la-bete-du-razkaal-termineehttps://www.rp-cendres.com/t194-dactyle-aka-le-desert-socialhttps://www.rp-cendres.com/t219-errance-du-pterodactyle
  • Jeu 4 Mai 2023 - 23:43
     
    ça sent le sapin
    Feat. Inspecteur Ramy


    Des cris qui résonnaient dans la nuit, des bruissements de végétation, des hurlements déchirants, puis le silence. Classique. A les entendre on aurait pu croire que la moitié du village avait assisté à la scène. Une bande d’imbéciles pétries d’égo, qui narraient plus qu’ils ne se souvenaient. Finalement, son détour par ici ne lui aurait pas appris grand chose de plus. Si ce n’est qu’au vu des bruits et des blessures apparentes la bête qui avait attaqué faisait dans les deux mètres, était pourvu de crocs et de griffes parfaitement conforme à leur fonction de base. A savoir, déchiqueter du Gérard. Et qu’elle avait disparu aussi vite qu’elle était apparue. La description correspondait parfaitement à celle d’une certaine lycanthrope.. tout comme elle illustrait également la moitié des bestioles qui pouvaient habiter cette forêt.

    - Moi si j’avais croisé ce démon, jl’aurais empalé avec ma fourche ! illustra un villageois, fourchette à la main, alors que d’autres le charriaient.

    Assise dans un coin, une cape dissimulant son bras gauche. Dactyle termina son verre d’une traite, avant de le reposer sur le comptoir sous l’œil méfiant des locaux. Qui la suivit jusqu’à ce qu’elle ait quitté les lieux, un peu dépitée. Alors que l’éclatante lumière extérieure lui fit froncer les sourcils et plisser les yeux, que la fatigue accumulée rendait encore plus sensibles à une telle luminosité. Encore une perte de temps, ces idiots ne l’avaient guère aidé.

    Enfin, aussi laborieuse que fût cette investigation, elle ne pourrait jamais égaler l’interrogatoire du petit Collin, qui lui avait demandé une patience infinie. Elle qui avait supporté sa voix nasillarde insupportable, et ses anecdotes incongrues pour apprendre…rien du tout. Ainsi en dépit de son agacement, et en personne responsable, Dactyle avait pris soin de mettre en garde le jeune garçon ” ne sors pas la nuit si tu ne veux pas être la prochaine victime de la bête”. Et sur cette aimable mise en garde, le gamin s’était mit à sangloter avant de se réfugier derrière son père, visiblement très irrité.

    Enfin, côté discussions, l’ex limier était dans une impasse. Elle devait continuer à enquêter sans éveiller plus de soupçons à son égard. Pour l’heure elle s’en tirait plutôt bien (non). De plus, elle ne pouvait négliger son travail. L'après-midi venait à peine de commencer, elle devait déplacer les moutons d’un pré à l’autre. De celui de derrière chez feu José, à la prairie en bordure de forêt. Là où avait été retrouvé Gérard. Peut être qu’en trainant dans le coin certains éléments lui sauteraient aux yeux. Quant à la dangerosité du coin… la Bête avait rarement frappé aux mêmes endroits, et s’il s’agissait d’elle même, temps que le soleil serait haut, les brebis ne risqueraient rien. Et puis, sa simple présence suffisait à dissuader les loups et autres prédateurs communs.

    La bergère s’arma donc d’un vieux bâton, et guida machinalement le troupeau jusqu’au champ, dont le vent faisait ployer les hautes tiges. Les moutons se répartirent joyeusement en bêlant aux quatre coins de la parcelle. Tandis que la gardienne du troupeau se posa à l’ombre d’un arbre, ses yeux jaunes dorés rivés sur la lisière du bois, à la recherche du moindre mouvement. Ses doigts triturant machinalement l’herbe à ses pieds, jusqu'à ce que la brise printanière ne lui porte à nouveau l’odeur de la tempête. Dans les bois en face, quelqu’un venait d’arriver.

    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Ramy
    Ramy
    Messages : 56
    crédits : 1895

    Info personnage
    Race: Elémentaire de Foudre
    Vocation: Guerrière - Combattante
    Alignement: Loyal Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
  • Ven 5 Mai 2023 - 16:20
    Celui qui n'a jamais été seul ♫
    Feat Dactyle


    Suspicieuse...

    Voilà plusieurs minutes que tu marchais, découvrant au fil de tes pas l'architecture et l'envergure du village. En somme, celui-ci ressemblait à tout les villages que tu avais pu croiser dans ta vie. Une fois suffisamment loin de la capitale ou d'une grande ville, tout les habitants de ce monde se ressemblaient, Shoumeien, Reikois ou Républicains. C'était en grande partie pour laquelle tu déplorais cette capacité à se diviser pour des broutilles d'ordre géographique. Face aux Titans et aux horreurs du monde, vous n'étiez que des mortels tentant de vivre une vie heureuse. Rien de plus, rien de moins.

    Et en parlant de mortel...

    Ton regard s'attardait sur cette personne, adossée à un arbre, se protégeant des lueurs encore éclatantes du soleil. Tu l'avais déjà croisé tantôt, et voilà que tu retombais sur elle dans une étrange coïncidence. Tant mieux... Cela te donnerait l'occasion d'essayer d'en tirer davantage, bien que tu marchais avec une légère retenue jusqu'à elle.  

    - Le monde est petit.


    Tu affichais un sourire sincère, laissant ton visage reflétait ta bonté. Pour autant, tu ne manquais pas de garder un peu de réserver alors que tu venais à regard autour de toi. Aucune attaque n'était à envisager en cette heure, mais cela changerait rapidement. Tu savais par expérience que dans cette partie du monde, le soleil avait tendance à disparaître bien rapidement. Si l'auteur de tout ces crimes étaient une créature nocturne, alors le danger ne serait que plus grand une fois la lune rayonnante.

    - Je ne me suis pas présentée tantôt, je m'appelle Ramy. Je suis venue répondre à la requête quant à ce qui ravage ces terres.


    Évidemment, tu ne trompais personne. Tes habits étaient propres, ta démarche protocolaire, ton phrasé soigné bien qu'encore assez simple. Clairement, même si tu le voulais, tu aurais du mal à te faire passer pour une locale. De plus, dans ce genre d'endroit, tout ce savait si vite. Le petit Colin avait déjà dû raconter à l'ensemble du village ton petit interrogatoire, et tu serais étonnée que personne ne sache où tu te trouvais dans l'instant présent.

    - Vous auriez des choses à me raconter ? Qu'est-il arrivé à votre bras gauche ?


    Indiscrète ? Certainement. Mais tu n'avais clairement pas enlevé l'option que l'auteur des crimes provenaient du village lui même. Si tu voulais faire avancer l'histoire au plus vite, tu étais contrainte de poser tes questions les plus dérangeantes. Qu'importe sa réaction, cela t'en apprendrait certainement beaucoup sur cette personne. Qu'elle le veuille ou non, elle faisait parti des soupçonnés au même titre que tout les habitants du village. Néanmoins, tu ne pouvais que t’interroger sur son calme relatif en comparaison de tout les autres habitants.

    Au même titre que toi, elle paraissait avoir un manque d'appartenance à cette scène champêtre, comme une tâche sur un tableau pourtant bien détaillé.

    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Dactyle Venari
    Dactyle Venari
    Messages : 145
    crédits : 2610

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t127-dactyle-venari-la-bete-du-razkaal-termineehttps://www.rp-cendres.com/t194-dactyle-aka-le-desert-socialhttps://www.rp-cendres.com/t219-errance-du-pterodactyle
  • Ven 5 Mai 2023 - 23:58
     
    ça sent le sapin
    Feat. Inspecteur Ramy


    Bien qu’adossée au pied d’un arbre dans un décor plutôt charmant, d’apparence inoffensif, Dactyle se tenait particulièrement droite. Quasi immobile, son dos droit et son port de tête résultant en une pose plutôt rigide qui trahissait une certaine rigueur militaire. La louve était aux aguets, et le centre de son attention ne tarda pas à apparaître entre les fourrées. Super, la sauveuse du village, et elle avançait tout droit dans sa direction. Il lui fallait agir avec tact. Elle venait à peine d’arriver, il était inutile de lui donner plus de raisons de se méfier. Elle resta assise et se força à se détendre, histoire de montrer à l’inconnue qu’elle était à l’aise, et ne l'attendait pas particulièrement.

    - Le monde j’sais pas. Mais s’village oui, pour sûr.

    Dactyle avait machinalement répondu avec l’accent traînant des gens du coin, et cette façon particulière qu’ils avaient de manger des mots. Il lui avait fallu des mois pour comprendre les subtilités de ce phrasé. Elle en usait juste assez pour essayer de passer inaperçu. Inutile d’en faire trop, si l’enquêtrice avait un doute, il lui suffirait d’aller demander quelques informations sur son compte aux commères du village et elle découvrirait bien assez tôt qu’elle était arrivée seulement l’an passé. Si son interlocutrice s’apercevait de ses mensonges, ça ne ferait que la rendre plus coupable à ses yeux. Même si elle l’était peut être réellement. D’autant que la dénommée Ramy l'abordait avec une sympathie apparente et un large sourire. Pour une première impression, pas toujours la bonne. Elle paraissait honnête, sympathique, plutôt procédurière, et naïve ? ça il fallait l’espérer.

    - Et bien, Ramy, vous avez fait vite.

    Réponse sobre et honnête, là encore, inutile d’en faire trop, elle n’avait jamais été bonne comédienne. Elle soutint le regard de la chasseuse de monstre jusqu’à ce qu’elle lui pose ses questions. L’une était attendue, pas l’autre. La bergère s’immobilisa un instant, et jeta d’un mouvement sec les deux brins d’herbe qu’elle faisait danser entre ses griffes un peu plus tôt. Et se releva dans un soupire pour être sa hauteur, et épousseta la poussière sur son pantalon.

    - Je  pense pas vous être très utile. Je n’ai rien vu, et rien entendu ce soir-là, ni les autres d’ailleurs. Je me suis juste chargé d’lui creuser une tombe. Si vous voulez en savoir plus vous d’vriez vous adresser au pt’tit Collin, le fils du bûcheron. Son témoignage devrait vous être utile.

    Si elle n’y était pas déjà allée, elle avait encore un peu de temps à lui faire perdre en l’envoyant là bas. Voir beaucoup. En soit, elle lui avait dit la vérité. Elle n’avait aucun souvenir et n’était témoin d’aucune des attaques. Quant à la deuxième partie de la question, elle doutait que lui raconter comment elle s’était fait mâchouiller le bras par des goules dans les tréfonds de Sancta lui soit bénéfique. Et sans se départir de sa flegme habituelle elle se contenta de croiser les bras et de toiser son interlocutrice avec le plus grand sérieux.

    - Morsure de moutons. D'ailleurs, vous devriez faire attention je crois qu’il y’en a un qui va essayer de vous manger un bout de votre pantalon.

    En effet, un des moutons c’était approché pour tenter de manger un morceau du pantalon de la chevalière au niveau du genou.


    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Ramy
    Ramy
    Messages : 56
    crédits : 1895

    Info personnage
    Race: Elémentaire de Foudre
    Vocation: Guerrière - Combattante
    Alignement: Loyal Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
  • Sam 6 Mai 2023 - 2:59
    Celui qui n'a jamais été seul ♫
    Feat Dactyle


    Morsure de mouton... ?

    Si c'était vraiment le cas, alors ceux-ci n'avaient sans doute besoin de personne pour se défendre. Arquant un sourcil, tu venais finalement à remuer un peu la jambe avant de faire fuir la faible créature d'une petite tape sur le museau. Tu n'aimais pas cette ambiance de non dit qui s'était installé dans ce village depuis ton arrivé. Qu'importe que cela ai un lien avec toute cette histoire ou non, cette personne ne s'était ni présentée, et semblait ne pas vouloir répondre avec précision à tes questions.

    De plus, elle te renvoyait voir Colin, comme si de rien n'était... Sachant que tu n'avais fait aucun détour entre chez le bûcheron et ici, et que tu t'étais contentée d'aller en ligne droite avant de la rencontrer, soit elle voulait te faire perdre ton temps en feignant l'ignorance et en te revoyant vers un plan inutile, soit elle ne connaissait pas bien le village. Dans les deux cas, tu n'aimais pas ce son de cloche qui résonnait dans ton esprit.

    Combien de fois des démons, des bandits ou autres malheurs avaient essayé de te duper à travers des mensonges ? Beaucoup trop de fois... Combien de fois étais-tu tombée dans le panneau ? Certainement tout autant de fois. Cependant, depuis la guerre contre les titans et l'effondrement de Shoumei, plus jamais tu n'avais été aveugle à la malice.

    Poussant alors un profond soupire, tu venais à te gratter la tête. Tu n'aimais pas faire ça mais bon...

    - Je crois que vous me mentez. Et ça m'embête un peu... Car je ne sais pas si cela à avoir avec le problème du village ou non.


    Tu souriais, ne manquant pas de garder une certaine assurance et confiance sur ton visage tandis que tu te craquais une épaule. Un passage à tabac pour la faire parler ? Certainement pas. Tu n'étais pas de ce genre de personne qui prenait les choses par la force, quand bien même la possédais-tu. De plus, tu te refusais à l'intimidation verbale, du moins seulement en dernier recours. Après tout, tu n'oubliais pas qu'il y avait des vies en jeu.

    - La nuit va bientôt tomber, et je ne crois pas récupérer plus d'information des villageois. Dans tout les cas, je comptais attendre, alors attendons ensemble.


    Est-ce que tu t'imposais de force à elle ? Un peu. Si elle était l'origine de tout ces massacres, alors elle finirait bien par montrer son vrai visage une fois que la nuit l'en forcerait. Si ce n'était pas le cas alors... Autant faire passer le temps plus vite à discuter avec une inconnue. Dans les deux cas, tu ne craignais rien.

    - J'espère ne pas trop vous déranger dans vos activités. Il m'est arrivé aussi de m'occuper de bétail dans ma vie, pour passer le temps, pour trouver de quoi me loger le temps de quelques semaines.  


    Malaisante ? Totalement. Tu jouais de ça volontairement. Qu'elle le veuille ou non, tu en apprendrais d'elle. Tu savais te faire lourde lorsque tu le voulais. A peu de chose près, c'était le seul talent que tu possédais depuis ta naissance. Autant utiliser les armes que tu avais à ta disposition tandis que tu t'adossais au même arbre qu'elle et que tu tournais ton visage vers le sien, grand sourire déployé.


    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Dactyle Venari
    Dactyle Venari
    Messages : 145
    crédits : 2610

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t127-dactyle-venari-la-bete-du-razkaal-termineehttps://www.rp-cendres.com/t194-dactyle-aka-le-desert-socialhttps://www.rp-cendres.com/t219-errance-du-pterodactyle
  • Sam 6 Mai 2023 - 10:25
     
    ça sent le sapin
    Feat. Inspecteur Ramy


    Désappointée, c’était en tous cas ce qu’affichait la chevalière. Et comment lui en vouloir ? Dactyle avait conscience de ne lui avoir absolument rien appris, pas même son nom. Toujours est-il qu'elle avait l’air bien embêtée, plantée là debout au milieu de ce champ à se dandiner sur place, visiblement sceptique. Elle n’était pas si naïve que ça finalement, dommage. Honnête en revanche, elle semblait l’être entièrement. Suffisamment pour lui avouer d’office qu’elle doutait de ses paroles. Ce qui ne surprend pas Dactyle, qui n’avait jamais excellé dans l’art de la manipulation. Ce n’était pas dans sa nature, et ça demandait trop d’efforts. Oh elle aurait pu feindre la plus pure indignation face à ces accusations calomnieuses. Le problème étant qu’elles étaient fondées. Et qu’elle n’avait absolument aucune envie de tenir ce rôle toute la soirée. Oui toute la soirée, visiblement puisque la dénommée Ramy, telle une huître à son rocher, avait décidé de ne plus la lâcher. Dactyle serra les dents, mais elle savait mieux que personne qu’une fois qu’un limier avait mordu à une piste il était difficile de lui faire lâcher. Elle répondit donc à son grand sourire par un haussement d’épaules et un soupir résigné.

    - J’vous ait pas mentis. C’est une vieille blessure qui a mal tournée rien d’plus.

    Et ce maudit accent qu’elle devrait garder toute la soirée. Le temps lui paraîtrait d’autant plus long qu’elle devait à présent œuvrer à écarter au maximum les soupçons, et surtout à s’en débarrasser au plus vite. Avant que la nuit tombe. Avant que les choses ne tournent mal.

    - Libre à vous, si z’avez du temps à perdre.

    Là, absolument aucun mensonge. Bête ou pas, elle avait encore du travail. Et elle pourrait exploiter ce temps pour en apprendre un peu plus sur son acolyte du jour. Et trouver un moyen de s’en débarrasser avant la nuit. Parce qu’elle n’avait vraiment pas l’air décidée à la lâcher. Et le grand sourire qu’elle déploya dans sa direction finit de la convaincre. Ce serait dommage qu’il lui arrive quelque chose. Vraiment dommage. Dactyle décolla son dos de l’arbre avant de retirer sa cape et de la déposer sur une branche, elle fit quelques pas avant de s’étirer les bras et les épaules. Inutile d’essayer de dissimuler quoi que soit, la chevalière avait déjà remarqué tout ce qu’il y avait à remarquer alors.. Elle inspira un grand coup avant de se retourner vers Ramy.

    - Si j’suis coincée avec vous, j’suppose que je vais d’voir me présenter aussi. Moi c’est Dactyle.

    Elle ramassa la bâton à ses pieds avant de le tendre à l’apprentie bergère. En la toisant de ses yeux jaunes perçant, avec toujours autant de sérieux.

    - En r’vanche, j’ai encore du travail. Alors vous allez d’voir m’aider. Il va falloir rassembler les moutons et les faire rentrer avant la nuit. Remplir les auges de foin, et les abreuvoir d’eau. Vous pensez pouvoir faire ça ? Si z’avez de l’expérience ça d’vrait pas être un problème ?

    La chasseuse de monstres semblait avoir voyagé. Elle avait probablement vu du pays, il serait compliqué de s’en débarrasser. Et de ne pas se trahir. Enfin bon, elle avait encore quelques heures avant la nuit .


    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Ramy
    Ramy
    Messages : 56
    crédits : 1895

    Info personnage
    Race: Elémentaire de Foudre
    Vocation: Guerrière - Combattante
    Alignement: Loyal Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
  • Dim 7 Mai 2023 - 4:20
    Celui qui n'a jamais été seul ♫
    Feat Dactyle


    Amusée...

    Dactyle... Cette bergère, ta présence ne l'avait pas laissé indifférente. En bien comme en mal, tu étais persuadée que tu étais entrain de la contraindre à changer ses plans. Qu'importe ce qu'elle avait en tête, tes soupçons ne faisaient que s'épaissir à mesure que le temps s'écoulait. Toujours un sourire grandissant sur le visage, tu fixais l'individu avant de te tourner vers tout le travail qu'il lui restait à faire. Elle voulait te tenir occupée, et comment lui en vouloir ? Si tu te trompais sur toute la ligne, autant déjà commencer à te racheter. Après tout, même si tu ne l'avais pas accusé ouvertement, tu l'avais déjà fait à demi-mot et elle s'en doutait vu son comportement.

    -  Ca ne devrait pas poser de problème. N'en profitais pas pour vous échapper cependant. Croyez le ou non, mais je vous rattraperai.  


    Radieuse, tu disais cela avec une confiance en toi et une joie capable de désarmer le pire des malfrats. Tu te savais capable de gérer la situation, qu'importe à quelle point celle-ci pouvait être grotesque ou désastreuse. Ce n'était pas le première fois que tu traquais et affrontais des monstres de tout genre. Ce ne serait sans doute pas la dernière fois non plus. Tu étais un trop gros morceau à croquer.

    Finalement, tu n'échangeas pas beaucoup avec elle pour le reste de la journée. Tu te contentais de l'aider dans sa tâche, après tout le travail entretenait l'esprit et le corps, et d'une certaine manière, tu participas au bon fonctionnement du village. C'était aussi là une manière d'apporter ta pierre à l'édifice plutôt que de profiter de ce qu'ils avaient à offrir impunément. Tu n'aimais guère les gens qui abusaient de leur statut pour se voir attribuer des privilèges qu'ils ne méritaient pas...

    Vint le moment fatidique du crépuscule, tandis que le soleil se retirait de la scène pour laisser peu à peu les ténèbres envahir les champs.

    Naturellement, tu avais rejoins ta comparse du moment, cette bergère du nom de Dactyle qui t'avait fait travailler en sa compagnie. Tu ne voulais pas risquer qu'elle tente quoi que ce soit pour se débarrasser de toi, et si elle n'était qu'une victime dans tout ce spectacle, alors tu saurais sans doute la protéger d'une quelconque créature. Il serait dommage que le petit Colin s'amuse le lendemain à retrouver les morceaux de Dactyle.

    Quel gamin étrange...

    - La nuit va tomber, faites attention à vous...  


    Malheureusement pour elle, tu ne la quitterais pas des yeux un instant. Si avec toi, elle ne craignait aucun danger, tu ne craignais pas non plus le danger potentiel qu'elle pouvait représenter. Dans les deux cas, tu saurais trouver une réponse à tout ce mystère pendant cette nuit qui promettait d'être longue et trépidante...

    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Dactyle Venari
    Dactyle Venari
    Messages : 145
    crédits : 2610

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t127-dactyle-venari-la-bete-du-razkaal-termineehttps://www.rp-cendres.com/t194-dactyle-aka-le-desert-socialhttps://www.rp-cendres.com/t219-errance-du-pterodactyle
  • Mar 9 Mai 2023 - 9:38
     
    ça sent le sapin
    Feat. Inspecteur Ramy


    S’échapper ? mais ou donc. Elle venait de le dire. Elle avait du travail, et elle ne comptait aller nulle part tant qu’il ne serait pas terminée. Elle s’ était engagée. De plus, il s’avère qu’aussi futile que paraisse la mission comparé à son passé de limier, l’activité physique l’aidait à se concentrer, et à oublier le reste. Et au fil du temps, il s’était avéré que de n’entendre rien d’autre que le bourdonnement des criquets et le souffle du vent avait quelque chose d‘apaisant.

    - Si vous l ‘dites..


    Finit elle par grommeler Dactyle plus pour elle-même. Non sans avoir jeté un long regard sceptique dans la direction de l’accusatrice. Non pas qu’elle doutait de sa capacité à la rattraper ou pas. Mais plutôt que l’immense sourire qui illuminait son visage lorsqu’elle avait proféré cette mise en garde, l’air de rien ça la mettait relativement mal à l’aise. Pourquoi semblait-elle si …heureuse ?

    Au moins, elle semblait avoir décidé de se taire pour le reste de l’après -midi. Probablement trop occupée à l’observer ou à surveiller qu’elle ne s’échappe pas. Même si, en réalité, elle avait juste l’air de s’atteler aux tâches que la bergère lui avait confiées. Et le tout sans rechigner à l’effort. Si bien que le travail fût terminé plus tôt que prévu. Problèmes étant que la Bête n’avait toujours aucun plan. Pas le moindre. Même lorsque le crépuscule vint baigner les champs d’une lumière dorée. Les derniers rayons de lumières de la journée, les derniers avant l’obscurité. Adossée à l’entrée de la bergerie, Dactyle regardait ainsi la lumière disparaître alors que son ombre du jour venait de la rejoindre. Sans quitter les champs du regard, et abandonnant son accent paysan :

    - Je vous retourne le conseil..

    Elle ne l’avait pas lâché, pas une seule seconde. Et elle n’avait toujours pas l’air décidé à le faire alors même que la nuit allait tomber. Il lui fallait pourtant trouver quelque chose. Qui ou quoi que soit la bête, la Bête du Razkaal, elle ne voulait pas l’avoir dans les pattes. Toujours est il qu’il lui restait quelques heures avant le noir total. Une ou deux tout au plus. Elle tourna son regard jaune, aux iris luisant légèrement dans l’obscurité vers Ramy

    - Quel que soit votre plan, vous d’vriez passer à l’auberge, manger quelque chose. On vous donnera probablement une chambre. Que vous l’utilisiez ou pas… A moins que vous n comptiez me suivre jusque chez moi ?

    Acheva la lycanthrope avec une pointe de sarcasme, en se dirigeant vers le centre du village, bien décidée à rentrer chez elle. La chasseuse de monstre n’irait probablement pas aussi loin, et elle pourrait lui fausser compagnie à ce moment-là. Quoique.



    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Ramy
    Ramy
    Messages : 56
    crédits : 1895

    Info personnage
    Race: Elémentaire de Foudre
    Vocation: Guerrière - Combattante
    Alignement: Loyal Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
  • Sam 13 Mai 2023 - 21:25
    Celui qui n'a jamais été seul ♫
    Feat Dactyle


    Sérieuse...

    A mesure que le soleil était entrain de faiblir, tu avais perdu ton sourire pour retrouver une apparence plus sévère... Tu connaissais les enjeux de cette traque... La sous estimer, c'était prendre le risque que la Bête s'en prenne encore à un villageois innocent. Qu'importe si tu ne craignais pas pour ta vie, ce n'était pas pour toi que tu avais accepté cette requête. Le monde méritait de pouvoir dormir en toute tranquillité, et c'était quelque chose que tu avais à cœur.

    - L'auberge ? Vous vous méprenez, mon devoir commence ici et maintenant. Je n'ai fais que prendre du bon moment avec vous toute la journée, il est temps d'aider le village. 


    Petite sourire en coin, tu fixais la bergère, sachant pertinemment qu'elle te cachait quelque chose... D'une manière ou d'une autre, elle n'avait pas cessé de vouloir se débarrasser de toi, et si tu savais ta présence plus que gênante pour certains, cela ne faisait que trahir ses préoccupations. Cependant, elle n'était pas la première sur ta liste de suspect contre toute attente. Tu avais passé la journée avec elle, suffisamment éloignée du village pour qu'elle puisse t'attaquer à tout instant. Parfois, tu lui avais même laissé volontairement des fenêtres pour s'échapper ou s'en prendre à toi, des possibilités qu'elle avait décidé d'ignorer.

    Mais si ce n'était pas elle la principale actrice de tout ces massacres, cela ne voulait pas dire qu'elle était totalement innocente non plus... Ton flair te disait, sans doute à tord, qu'elle te détenait la clé qui te permettrait de recoller les morceaux de l'énigme.

    - Je vais être franche à nouveau. D'une manière ou d'une autre vous avez des informations sur ce qu'il se passe dans ce village. Soit vous collaborez avec moi et vous me dites la vérité,  toute la vérité. Soit je serais contrainte de vous faire parler. La nuit va tomber et je ne laisserais pas ma négligence mettre en danger la vie d'autres personnes.


    Cette fois-ci tu la confrontais par la force. Tu n'aimais pas faire cela, mais tu n'étais plus aussi candide et naïve qu'avant. Certains personnes ne réagissaient qu'en face d'un danger imminent... Et parfois, il était de ton devoir de devenir ce danger. Si tu te trompais totalement, alors tu te perdrais sans doute en excuse le lendemain, mais d'ici là, tu ne pouvais pas laisser des préoccupations du futur impacter le présent.

    - Qui êtes vous. Et qu'est-ce qui arrive à ce village ?


    Tu fronçais les sourcils, tes mains laissant s'échapper quelques crépitements. Toi aussi, tu avais caché jusqu'ici ta véritable nature... Quant à savoir qui était le chasseur et qui était la proie entre vous deux... Seuls les Titans seraient en mesure d'y répondre...

    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Dactyle Venari
    Dactyle Venari
    Messages : 145
    crédits : 2610

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t127-dactyle-venari-la-bete-du-razkaal-termineehttps://www.rp-cendres.com/t194-dactyle-aka-le-desert-socialhttps://www.rp-cendres.com/t219-errance-du-pterodactyle
  • Dim 14 Mai 2023 - 12:02
     
    ça sent le sapin
    Feat. Inspecteur Ramy


    La Bête du Razkaal, qui avait prévu de bien gentiment prendre le chemin de la maison, prit pourtant une direction contraire. Nouveau plan, s’éloigner du village, et vite. Le sourire sympathique et au combien crispant de son acolyte du jour avait disparu en même temps que le soleil. Mais elle n’était pas sûre d’apprécier l’expression au combien sérieuse qu’arboraient ses traits à présent.

    - Evidemment, et bien bon courage dans votre enquête.

    Nouvelle tentative d’écourter la conversation. Et au vu de son sourire et du regard que Dactyle sentait braqué sur elle, aussi bien maintenant que tout au long de la journée passée, nouvel échec. Malgré un calme et un détachement apparent qu’elle avait mis des années à perfectionner, elle ne pouvait empêcher son rythme cardiaque d’augmenter un peu plus à chaque minute. A chaque regard appuyé que la chasseuse de monstre lui lançait. Si Ramy avait été un lycanthrope, où tout autre bestiole à l’ouïe fine, elle aurait pu entendre les pulsations de son cœur battre contre ses côtes depuis l’autre bout du village. Ce n’était pas tant la peur, mais plutôt la désagréable, très désagréable, impression d’être coincée. La louve était complètement acculée. Et la foudre n’allait pas tarder à tomber.

    - C’est une menace ?

    La bergère s’immobilisa au milieu du chemin. Son regard jaune luisant d’un inquiétant éclat alors que la nuit englobait petit à petit le village dans les ténèbres. Les rues, si on pouvait appeler ainsi les chemins de terres qui serpentaient entre les chaumières, s’étaient vidées. Personne
    ne voulait prendre le risque de se trouver dehors à la nuit tombée. Personne, sauf une bergère qui n’en était pas vraiment une, et une chasseuse de monstres qui se faisaient face, sous les regards de quelques visages indiscrets derrière leur fenêtres. Sa question était bien entendu purement rhétorique, au vu des crépitements qui lui parvenaient aux oreilles ne faisaient que le confirmer. La patience de la chevalière avait atteint ses limites. Tout comme celle de la lycanthrope qui se savait pressée par le temps. Elle pivota mécaniquement en direction de la dénommée Ramy, abandonnant définitivement son accent paysan :

    - Très bien, je vais être honnête également. Je n’en sais rien. Si ce n’est que quelque chose rôde la nuit autour du village et s’attaque à tout ce qui se trouve sur son passage. Alors, là tout de suite, il vaut mieux éviter de traîner dehors.

    Son ton était ferme, tout comme celui de la chevalière qui semblait animée des meilleures intentions, et disposait d’une honnêteté bien trop rare. Dactyle déplorait de ne pas pouvoir faire de même. Mais elle n’en avait ni le temps, ni la possibilité. Elle avait été plutôt honnête en réalité. Que pouvait-elle bien lui dire ? “ C’est pas moi qui ait découpé Gérard ? Enfin je crois…” . La défense était pour le moins bancale. Et le seul moyen de s’innocenter, était de trouver le vrai responsable.

    - Je vous conseille donc, de me laisser partir de mon côté et vous du votre. Et je vous expliquerai demain tout ce que vous voulez savoir.

    La bergère recula d’un pas, sans la quitter du regard, les mains en évidence, alors que ses yeux faisaient des aller retour de ses mains dont s’échappaient des étincelles, à son visage dont le sérieux contrastait avec le sourire qu’elle avait affiché toute la journée. Dactyle avait tout fait pour éviter la confrontation, mais c’est pourtant là que la chevalière semblait bien décidée à la mener. Aussi placide qu’elle fût, la panique menaçait de la submerger, alors qu’elle réalisait lentement qu’elle était à court d’options. La nuit était tombée, elle refusait de la lâcher.

    - C’est ma dernière offre. laissa-t-elle échapper en réalisant que les choses allaient lui échapper.

    Son cœur résonnait à présent violemment contre ses tempes, à mesure que des frissons glacés remontaient le long de ses membres. L’emprise de la peur, oui. Mais pas seulement.


    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Ramy
    Ramy
    Messages : 56
    crédits : 1895

    Info personnage
    Race: Elémentaire de Foudre
    Vocation: Guerrière - Combattante
    Alignement: Loyal Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
  • Dim 21 Mai 2023 - 3:23
    Celui qui n'a jamais été seul ♫
    Feat Dactyle


    Concentrée...

    Tu n'appréciais guère le déroulé des évènements... Évidemment, tu aurais préféré que tout cela se règle dans la joie et la bonne humeur, malheureusement pour toi, cela ne semblait pas être le cas de la demoiselle... Ayant abattu le masque, son ton autoritaire et sa position agacée trahissait lourdement les mensonges qu'elle t'avait raconté durant la journée entière. Évidemment, tu ne savais pas si elle cherchait à cacher quelque chose qui n'avait rien à voir avec tout ça, mais tu ne pouvais pas simplement laisser le hasard en décider.

    - Je ne tiens pas à en arriver là. Mais je ne peux pas non plus laisser cette nuit coûter la vie à un autre innocent. Comprenez. 


    Tes mains crépitaient à nouveau, clairement, ce n'était plus une menace mais une simple anticipation de ce qui allait se dérouler. Tu ne connaissais pas les capacités en combat de la demoiselle, mais tu restais prudente. Tout aussi élémentaire que tu étais, une trop grande confiance en toi pouvait te coûter cher... Tu en avais déjà fait les frais plus d'une fois.

    - On peut encore résoudre ça sans violence...


    Tu espérais cela, mais tu ne le pensais plus... L'hostilité clairement affichée de la bergère ne présageait rien de bon. Son secret était plus important à ses yeux que tout le reste. Et tandis que tu t'apprêtais à porter le premier coup, ne voulant pas laisser l'initiative à une potentielle criminelle, tu fus coupée dans ton élan par un cri d'une femme au loin, plus enfoncée dans la forêt... Arquant un sourcil, tu tournais ton regard vers la bergère qui était toujours présente...

    Manifestement, tu avais eu tord. Ou du moins, tu n'avais résolu qu'une partie du mystère global.

    - ... Finalement, nous n'aurons pas de temps à perdre dans nos explications. Si vous avez à cœur le bien être de ce village, alors aidez moi.


    Tu ne t'attardais pas davantage... Après tout, tu ne lui faisais toujours pas confiance. Son secret avait faillit déclencher un combat acharné entre elle et toi, et tu étais toujours résolue à penser qu'elle avait un lien avec toute cette affaire. Il ne restait plus qu'à elle de te prouver le contraire, si évidemment, elle le pouvait. Te précipitant vers la source du bruit d'une vitesse effrénée, tu venais à rencontrer une femme tétanisée, en sanglot qui bredouillait quelques mots incompréhensibles comme si elle venait d'échapper du royaume des morts lui même.


    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Dactyle Venari
    Dactyle Venari
    Messages : 145
    crédits : 2610

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t127-dactyle-venari-la-bete-du-razkaal-termineehttps://www.rp-cendres.com/t194-dactyle-aka-le-desert-socialhttps://www.rp-cendres.com/t219-errance-du-pterodactyle
  • Dim 28 Mai 2023 - 0:00
     
    ça sent le sapin
    Feat. Inspecteur Ramy




    Les étincelles qui s’échappaient de ses mains en crépitant dangereusement étaient étonnamment lumineuses. Presque éblouissantes pour les yeux de la louve qui commençaient à s’habituer à l’obscurité qui engloutissait petit à petit le décor, qui il y’a encore quelques heures était encore un paradis champêtre idyllique. Mais les ombres s'allongeaient, entre deux scènes, le décor changeait. Et le petit village champêtre allait devenir le théâtre d’une scène autrement plus cruelle. Quant au chant des criquets et autre bruits de la natures si agréables de jours, devenaient autrement plus inquiétants dans le noir.

    - Parfait, je suis du même avis. Alors restons en là ?


    Dernière tentative, dernière proposition.
    Elles avaient les mêmes intérêts, le même objectif. Enfin, divergence de méthode mise à part. Mais ces quelques divergences semblaient les mener inexorablement à l’affrontement. Entre l’honnête et la Bête, les dés étaient lancés. Et L’honnête chevalière semblait bien décidée à lancer les hostilités. Tout entraînée qu’elle était, Dactyle recula d’un pas. Toujours incertaine quant à la marche à suivre. Si elle rechignait rarement à se salir les mains, ou à mettre son poing dans la figure de quelqu’un. Mais là, son acolyte puis adversaire du jour était dans son bon droit, et avait les plus nobles intentions. Alors, l’ex officier du Razkaal n’était clairement pas du bon côté de la ligne. Quelle légitimité avait-elle , et pourquoi résister ? Elle n’avait qu'à rester plantée là, face à ce qui semblait une élémentaire de foudre bien décidé à en découdre.
    Oui, elle avait déjà songé à se rendre. A retourner au Razkaal en l’état et à se laisser dévorer par les spectres de la forteresse. Tant de façons d’abandonner, d’arrêter de lutter pour quelque chose en quoi elle ne croyait déjà plus. Elle avait déjà tellement oublié, tellement transgressé, tant la loi que ces propres principes… Oui mais voilà, c' est une chose qu’elle avait encore en elle. Une part infime qui refusait de se laisser museler.
    Ainsi, par pure instinct de survie, la lycanthrope s’était naturellement mise en position défensive, pieds bien ancrés au sol, genoux légèrement arqués, appuie bas. Comme quelqu’un dont elle ne se souvenait pas le lui avait appris. Elle aurait peut être réussi à dévier le coup, où peut être pas.
    Mais en une seconde elle se redressa, et ses yeux jaunes pivotèrent instinctivement vers la forêt. Tous les sens en éveil, aux aguets, elle avait complètement occulté la jeune femme face à elle, qui fit exactement de même. Le silence s’était brièvement installé après le cri strident qui avait mit fin à leur affrontement avant même qu’il ne commence.

    L’élémentaire lui jeta un regard suspicieux, avant de tourner les talons et de disparaître en direction de la forêt. Elle n’avait pas hésité une seconde à lui tourner le dos pour s’élancer vers les bois. Laissant dactyle seule, plantée au milieu de ce village entourés de ténèbres, dont ses yeux perçants parvenaient à percer le voile. Alors que les sueurs froides qui l’avaient fait frissonner il y’a quelques instants s’estompaient, remplacées par l’adrénaline qui couraient à présent dans chacun de ses membres lorsqu’elle s’élança à son tour.

    Mauvaise décision ? Probablement. Elle avait enfin l’occasion de le savoir. Elle n’était peut être pas le plus grand danger qui rôdait dans ces bois. Et ce n’était pas elle, elle devait absolument savoir vers quoi la chevalière de foudre s’était lancée. Dactyle n’avait pas pris le temps de saisir une arme, peu importe elle n’en aurait bientôt plus besoin. Pas plus qu’elle ne saurait comment l’utiliser. A ça non plus, elle n’y avait pas particulièrement réfléchi. Son instinct l’avait poussé à s’élancer à la suite de Ramy, en dépit de l’heure tardive. Alors que ses pas fendaient à travers la forêt aussi vite qu’elle le pouvait, sa vision se troubla brusquement, la forçant à ralentir le pas. La senteur de l’orage était encore bien présente, l’élémentaire ne devait plus être très loin. Alors la lycanthrope continua à avancer plus lentement, alors que son cœur résonnait bruyamment dans ses tempes. Sa vision rétrécissait de plus en plus, et l’air se faisait de plus en plus rare. Elle dût s’appuyer contre un arbre pour empêcher ses jambes de se dérober. Ses pensées se bousculaient, de plus en plus confuses.
    Elle n’aurait pas dû venir.
    Il le fallait.
    Elle allait mourir ici.
    Non, elle allait tuer quelqu’un ici.
    Elle sentait l’orage, la peur, la terreur, une odeur inconnue, un lapin, de la terre, le tonnerre.
    Elle allait tout oublier demain, elle ne souviendrait de rien. Tout s’arrêta net, aussi sec que le son de l’os qui venait de se briser au cœur de la forêt.


    CENDRES
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum