DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Siame

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Et maintenant ? [Pv Kaelinn - Zéphyr] JvNj4PH
    Gazette des cendres
    Été 2024
    Lire le journal
    #7
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Coeur de Melorn
    Derniers sujets
    Il n'y a que la vérité qui blesse [PV Stad]Aujourd'hui à 2:35Carl Sorince
    Deux ans de Cendres !!!Hier à 23:19Xera
    [PA] Les Gorges d'Ildrekyhr.Hier à 22:17Falconi Genova
    Validations RP spéciaux - PancraceHier à 22:01Pancrace Dosian
    Retour par les vents arides | [Enkara] Hier à 21:05Enkara O'Shela
    Le passé au présent | Altarus Hier à 20:56Sixte V. Amala
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 1 Juil - 23:21
    Le soleil se couche sur Ikusa, teintant le joyaux du désert d’une lumière rouge orangée qui se reflète sur les vitres et les divers cristaux de la cité. Dans les ruelles les gens marchent tranquillement, sur toutes les lèvres les événements de sable-d’or. Pour certains la peur de la promesse d’une nouvelle attaque des titans, plus violentes encore que la précédente, pour d’autres la crainte d’un avenir incertain ou l’enfant, le père, le mari pourrait-être appelé à prendre les armes et ne jamais revenir. Les armes qui avaient progressivement désertées les rues ont retrouvé leurs places à la ceinture des gens qui pour la plupart ne veillent pas le soir et se hâte de rentrer à la nuit tomber. Au milieu des discours de doutes, quelques noms reviennent, porteurs d’espoirs quant au futur. Les noms de ceux qui ont pris les armes pour défendre le royaume. Et qui se lèveront de nouveau si le besoin s’en fait ressentir. Ceux qui ont vaincu un ennemi inconnu, se dressants au risque de tout perdre.

    Tu sais où on va ?
    - Il nous a dit à l’Est de la ville.
    - C’est vague.
    - On va bien trouver.
    - Sinon on a juste à tendre l’oreille.
    - C’est vrai qu’il crie fort.


    Tout en se souriant les deux élémentaires avancent en ville. Quelques personnes se retournent à leur passage, pas plus qu’avant, elles ont toujours attiré les regards, cependant, contrairement à avant les gens parlent, murmure, les saluts. La peur laisse doucement la place au respect. Ce qui n’est pas pour leur plaire. Shaïna baisse la tête plus bas encore que d’habitude alors que Miya se concentre sur tous ces nouveaux visages. De potentiels alliés, de potentiels ennemis… Il est plus simple d’exister quand nous ne sommes personnes. D’un commun accord elles pressent le pas, l’aînée rendant distraitement les saluts alors que sa cadette se colle dans son dos, la laissant les guider vers leur rendez-vous nocturne;

    La place principale est méthodique évitée, de même que les grandes artères. Elles glissent d’une ruelle à l’autre, rallongeant d’autant le trajet mais limitant leurs rencontres à quelques sans-abris cherchant à se cacher de la chaleur ou des malfrats et petites frappes préparant leur soirée, la plupart dans des caves ou les services seront à la limite de la légalité. Ce n’est pas ça qui les intéressent. Elles n’ont pas l’autorité pour intervenir et la rencontre de ce soir est bien plus importante que le bas de l’échelle de la pègre locale. Ce soir c’est l’oreille qu’elles rencontrent. De manière officielle cette fois.

    On sait qui elle est d’ailleurs ?
    - Pas du tout.
    - Mais pour l’avoir dressée elle doit pas être n’importe qui.
    - Lui non plus ce n’est pas n’importe qui.
    - Pourtant il fait n’importe quoi.


    La prise de contact s’était faite via un message concis. Une simple invitation à venir dans les quartiers à l’est de la ville pour parler à une amie commune et retrouver Boreas. Rien de plus, pas d’adresse, si l’habitation est bien en dehors de la ville ce point n’est pas réellement surprenant, ou d’indication sur l’amie en question. Ce qui occupa une bonne partie de la journée des jumelles, les faisant se questionner sur son identité. S’agit-il vraiment de quelqu’un qu’elles connaissent ? Si oui de ou ? Et est-ce qu’elles la connaissent vraiment ? Il pourrait très bien s'agir uniquement de quelqu’un rencontré à l’académie avec qui elles n’ont jamais échangé le moindre mot. Auquel cas une grande partie de l’académie rentrerait dans cette catégorie. Ou il pourrait aussi s’agir de quelqu’un qu’elles ont vraiment rencontré mais qu’elles ont oubliée. Une solution elle aussi tout à fait plausible. Seule la présence de Boréas vient perturber le raisonnement ? Pourquoi le phénix serait-il présent ? En particulier en connaissant son caractère et son attitude vis-à-vis des gens. La question fut remise à plus tard avec un haussement d’épaule entendu.

    Le soleil termine de se cacher derrière les hauts bâtiments de la ville alors qu’elles arrivent dans les quartiers riches. Si le style des habitations ne change pas foncièrement l’impression qui se dégage du lieu si. Les habitations sont plus espacées, plus grandes, la plupart avec un jardin ou au moins une cour privative. Mais c’est le cadre qui change radicalement. Les rues étriquées sont remplacées par de grandes places boisées et les rues pavées laissent par endroit la place à une herbe verte, vision rare à Ikusa ou même dans le désert. Véritable oasis en bordure de la ville, l’air lui-même semble se rafraîchir alors qu’elles avancent entre les arbres, s’attardant au pied d’un Mûrier à feuille de platane planté à proximité d’un cours d’eau artificiel.

    C’est celle-la ?
    - Normalement.
    - Je m’attendais à plus.
    - C’est déjà bien.
    - On y va ?
    - Tu as ce qu’il faut ?
    - Il est là. En bon état encore. Pour l’instant.
    - On y va alors.


    D’un pas commun elle se rapproche d’une des maisons, s’arrêtant un instant devant la porte, cherchant un quelconque signe qu’il s’agit bien de la bonne adresse avant de finalement frapper trois coups secs sur le battant de bois. Le meilleur moyen de savoir si on s’est trompé est encore d’essayer.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Zéphyr Zoldyck
    Zéphyr Zoldyck
    Messages : 263
    crédits : 465

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation:
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B - Oreille
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1330-zephyr-zoldyck-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2145-chronologie-de-zephyr#18202
  • Dim 9 Juil - 20:11

    Il est rare que Zéphyr envoie une invitation pour rencontrer la Directrice du RSAF et l’Oreille en personne. Pourtant, le maître-espion ne regrette pas un instant son geste. Essentiellement parce que ces deux inconnues qu’il ne connaissait pas il y a peu de temps encore lui ont montré leur valeur et leur bravoure lors de l’affrontement de Sable d’Or. Shaina et Miya Solare sont deux élémentaires de lave à l’avenir prometteur, qui se sont distinguées à l’Université Drakstrang durant leur cursus axé sur le combat militaire. Mais ce n’est pas tout de sortir de l’Académie reikoise. Il faut aussi savoir se distinguer, trouver sa place, montrer son efficacité : or, tout cela, les deux guerrières l’ont fait dans un contexte apocalyptique et difficile. Tout le monde n’aurait pas pu affronter un nid de goule. Tout le monde n’aurait pas eu le courage de prendre sur soi pour chercher une anomalie mystérieuse. Et tout le monde, enfin, ne serait pas resté affronter un archonte, quand bien même la tâche s’annonce périlleuse et potentiellement mortelle.

    Boréas aussi, bien sûr, a pris part à tout cela. Sans le phénix de glace, les jumelles n’auraient pas pu agir aussi efficacement à la ville portuaire. Il leur a permis d’avoir une vision d’ensemble, a utilisé sa glace à bon escient pour contribuer à la lutte contre les nécrophages, a permis à l’assassin de se jeter sur l’orbe, et plus d’une fois, le seigneur des cieux a également servi de monture gigantesque à leur compatriote.

    Le trio s’en est bien sorti à Sable d’Or. Et qui fait des efforts considérés mérite une récompense tout aussi proportionnée. C’est pourquoi Zéphyr a proposé à Kaelinn de recevoir les deux élémentaires de lave dans sa résidence, à la capitale. Non seulement Boréas y sera à l’aise, puisqu’il s’agira un peu de son chez lui, mais en plus, cela leur permettra de rencontrer les deux Reikoises de manière un peu plus informelle que si elles étaient conviées au palais. L’Oreille n’est également pas sûr que le cuisinier royal aurait apprécié voir une tonne de saumon passer sous son nez, aussi, il vaut mieux qu’il s’arrange personnellement avec la dompteuse la plus talenteuse du pays.

    Le maître-espion n’est pas friand des grands discours, encore moins dans des correspondances qui laissent toujours des traces écrites. Il leur a donné l’adresse, mais à présent, c’est aux deux filles de trouver le refuge de Kaelinn. L’endroit, du reste, sera agréable puisqu’il se trouve dans un quartier assez riche où même des petits jardins peuvent être correctement irrigués et approvisionnés. Puisque le soleil se couche, les températures commenceront aussi à être moins chaudes, ce qui leur permettra d’être un peu plus au frais pour cette réunion bien particulière.

    Ni Shaina, ni Miya ne savent qui est la propriétaire des lieux et l’assassin n’a pas cru bon de le préciser dans sa lettre. Autant leur laisser la surprise. De toute façon, rien n’indique que ça va mal se passer, et pour être totalement honnête, l’offre du bretteur et de la Directrice du RSAF n’est pas totalement désintéressée. Les deux demoiselles ont du potentiel. Et elles ne semblent pas affectées dans l’armée à plein temps. Alors si elles ont du temps disponible, pourquoi ne pas leur proposer d’entrer à leur service ou, au moins, de leur affecter quelques missions en particulier ? Il s’agit bien sûr de mesurer leurs ambitions personnelles et leurs objectifs, mais si cela s’aligne avec leurs visions des choses, ce serait du gâchis que de les laisser partir après ce qu’elles ont fait lors de la lutte contre les émissaires de X’Orath.

    Non. Autant leur proposer une voie possible parmi bien d’autres. Elles seront libres d’accepter comme de refuser, de toute manière.

    Mais avant qu’ils n’en viennent à des choses si sérieuses, il faut déjà les accueillir. Zéphyr est déjà sur place quand le duo se présente : il faut dire que, quitte à offrir un banquet de poisson à Boréas, Kaelinn a tenu qu’il participe à sa mise en place. L’assassin a certes triché en envoyant un clone pour qu’il puisse continuer ses affaires au palais tranquillement, mais l’homme est de nature ponctuelle, et il a déjà été salué la maîtresse des lieux. Maintenant, il ne reste plus qu’à faire entrer le reste de leurs invités, et l’Oreille finit par apparaître sur le perron en souriant aux demoiselles.

    - Miya, Shaïna. Content de vous revoir. Comment s’est passé votre retour à la capitale ? Le guerrier marque un léger silence, le temps qu’elles s’approchent, puis il déclare : Entrez, Kaelinn et Boreas nous attendent déjà.

    Il est bien possible qu’une tornade de plume ne les accueille avec tout un lot de pépiements (lui aussi y aura sans doute eu droit), mais ça fait partie du jeu, après tout. Pour l’heure, Zéphyr envisage principalement de les mener jusqu’au salon, où l’hybride les accueillera comme il se doit. D’ailleurs, dès lors qu’il pose un pied dans la salle après que les jeunes femmes se soient potentiellement délaissées de leur cape, il ne tarde pas à reprendre la parole :

    - Les voici, Kaelinn. Je te présente Shaïna et Miya. Je t’en ai déjà parlé à huit clos, mais c’est toujours mieux de les rencontrer de vive voix, n’est-ce pas ?

    Et tout en ponctuant sa phrase, un sourire naît sur les lèvres de Zéphyr, curieux de voir ce que va faire la dompteuse comme le phénix de glace.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 15 Juil - 23:40
    Et Maintenant ?
    Feat Les Jumelles et Zéphyr


    Calme...

    Il était rare de te voir ainsi, généralement, tes employés ne voyaient en toi que la patronne autoritaire mais efficace, qui avait surtout à cœur d'accomplir un travail de qualité dans les temps escomptés. Pourtant, tu étais bien plus qu'une administrée, qu'un bourreau de travail. Lorsque tu n'étais pas à gérer tout  un domaine des ressources Reikoise, tu aimais te prélasser dans ce chez toi, somme toute assez modeste. Ta maison, écartée du chaos du plein centre, était bien opposée à ce qu'on pouvait s'attendre d'une personne de ton influence et de ton rang. L'avantage d'être aveugle, c'était que tu n'avais nullement besoin de compenser quoi que ce soit dans l'apparence.

    Il y avait cependant beaucoup davantage à vivre dans une demeure plus petite, surtout avec ton handicap. Naturellement, tu étais bien plus à même de conserver un certain ordre précis en chaque chose. Tout avait sa place, et tu n'acceptais que rarement qu'un peu de poussière ne s'attarde dans ta demeure. A peu de chose près, on pouvait te considérer comme une maniaque du ménage et de l'ordre, mais, tu en avais surtout besoin pour rendre ton repos des plus salvateurs.

    Une maison était à l'image de l'esprit de son propriétaire. Si celle-ci ressemblait à un foutoir, alors comment faire confiance à celui qui la possédait ?

    Il t'était cependant encore plus rare de recevoir de la visite. Généralement, tu n'avais presque aucune vie sociale hors du domaine souterrain. La faute à un travail qui te prenait presque l’entièreté de ton temps. Naturellement, tu ne pouvais pas en parler à n'importe qui, couplé avec ta vie d'hybride aux tendances assez solitaires, et cela faisait de toi presque une ermite lorsque tu n'étais pas en fonction. Non pas que tu cherchais volontairement à ce qu'on te considère ainsi...

    Tu avais reçu une visite une fois. Un voleur un peu téméraire qui pensait trouver quelques richesses chez toi. Malheureusement pour lui, ce fut Boréas qu'il avait rencontré en premier lieu. La suite... Et bien, disons qu'il ne volera sans doute plus jamais.

    Cette fois-ci, pas de voleur, mais un espion. Le plus beau et le plus efficace d'entre tous, à l'image de Zéphyr. L'homme avait gagné depuis bien longtemps maintenant ton respect, pour la personne qu'il était mais aussi pour l'ardeur qu'il mettait dans son devoir. Il était à l'image de la Griffe, un spécimen parmi des millions que le Reike avait la chance de posséder. Mais il ne semblait pas être le seul. Tu avais pu constaté par toi-même les prouesses de ces "jumelles" dont tu ne connaissais absolument rien. Zéphyr lui même était venu t'en vanter les mérites.

    Mais c'était Boréas qui t'avait le plus surpris. Depuis l'attaque de Sable d'Or, il n'y avait pas un jour où il ne s'ennuyait pas de leurs absences. Naturellement, elles lui avaient offert quelque chose que tu ne pouvais pas lui donner toi même. Handicapée, tu étais incapable de combler les désirs d'aventures du bel oiseau... Évidemment, c'était avec une curiosité non dissimulée que tu avais accepté la proposition du Maitre-Espion consistant à organiser une petite réunion improvisée dans ta demeure.

    - Zéphyr... J'espère que je ne m'adresse pas à un clone cette fois-ci.


    Tu affichais un sourire qui en disait long. Plus d'une fois, tes énormes livres avaient fini sur l'arrière crâne du bel homme. En même temps, il avait le don pour s'endetter énormément envers toi. Finalement, tu venais à t'arrêter l'espace d'un instant, portant ton attention sur les deux nouvelles. Tu les percevais par l’ouïe, par l'odorat, et même si elles semblaient être extrêmement semblables à ce niveau, normal pour des jumelles, tu notais néanmoins quelques différences.

    - Vous devez être Miya et Shaïna ? Je suis Kaelinn, la directrice du RSAF. Je suis heureuse de vous rencontrer enfin. Venez, installez-vous, j'ai préparé du thé et quelques gâteaux.


    Cette fois-ci tu affichais toujours un sourire mais avec un sens bien différent, bien plus chaleureux. Tu avais beaucoup à apprendre d'elle, et tu étais heureuse d'enfin rencontrer celles qui avaient prit soin de Boréas. Quand bien même il prétendait l'inverse et avoir fait tout tout seul.

    - Boréas ne va pas tarder, cela laisse le temps à notre connaissance commune Zéphyr, de vous parler un peu du projet qu'il m'a proposé vous concernant.


    Tu servais donc thé et gâteaux avant de t’asseoir autour d'une table avec tes invités. Naturellement, tu étais ravie de cette entrevue en terrain conquis. Cela changeait énormément de tes longues réunions dans ton bureau insipide, qui n'était que rarement l'antre des bonnes nouvelles.

    - Mais avant toute chose, je tiens à vous remercier de vous être occupé de Boréas. Je sais qu'il a fait beaucoup pour vous, mais je sais aussi que vous en avez fait tout autant. Il est d'une nature un peu... orgueilleuse. Je suis étonnée qu'il ai collaboré avec vous. Il semble même vous apprécier. Je suppose qu'il saura vous pardonner les quelques plumes qu'il manque à son plumage. Il est assez possessif.


    Tu te permettais en petit rire avant de porter le thé à ta bouche, n'en prenant qu'une petite gorgée. Zéphyr avait sans doute beaucoup à dire lui aussi. Naturellement, tu étais ouverte à toutes les questions qui pouvaient émaner de la bouche des deux élémentaires. De ton côté, tu ne tenais pas à être trop pressante, tu avais tout ton temps pour apprendre à les connaître. Elles et leur histoire.

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 19 Juil - 11:47
    La porte de bois s’ouvre sur le maître espion qui, comme à son habitude, il semblerait que cet homme soit incapable d’arborer une autre expression, sourit. Un sourire rassurant accueilli par un petit soupir de la part des élémentaires. Elles ne se sont pas trompées… Quelle gêne cela aurait été de toquer à la porte d’un parfait inconnu et de devoir lui expliquer la situation. Qu’elles étaient à la recherche de la maison d’une personne dont elles ne connaissent presque rien si ce n’est qu’elle est parvenue à dresser un phénix. Une définition qui ne doit pas coller à beaucoup de personnes dans le monde ceci dit. L’écoutant d’une oreille distraite Shaïna jette un coup d'œil rapide par-dessus l’épaule du maître espion, curieuse quant au propriétaire de l’habitation. De sa place seul le vestibule est visible, décoré d’une étonnante simplicité. Presque aucun meuble, autant de bibelots et une propreté visible depuis le perron. Pendant que la première rouquine analyse la maison, Miya répond, souriante, à leur hôte.

    Comme un retour à la capitale.
    - C’était calme.
    - Mais agréable. Nous avons fait un petit détour pour profiter du désert.
    - C’était reposant.
    - Ça nous a fait beaucoup de bien.


    Les deux gardent un politesse convenue, bien qu’elles aient un avis bien tranché sur le maître espion, tout ce qu’on leur a inculqué pendant leurs années d’études ne saurait être balayé aussi facilement et le respect militaire dépasse leurs aprioris. Et pour l’heure plus que ce qu’elles pensent de lui, c'est un nom qui les fait se regarder. Kaelinn. Enfin une identité à accrocher à l’image, elle toujours inconnue cependant, du véritable hôte de cette maison. Une identité qui ne dit rien, qui ne parle pas, ne renvoie pas au moindre souvenir dans l’esprit des jumelles. Une poignée de secondes passent pendant lesquelles les deux échangent silencieusement avant de hausser, de manière imperceptible, les épaules. La question aura sa réponse. Plus ou moins rapidement mais l’heure viendra où tout sera expliqué. Il n’est question que de patience. Déposant capes et affaires dans l'entrée, les deux élémentaires emboîtent le pas à Zéphyr, ne gardant avec elles qu’un sac en cuir. Et une multitude de questions.

    Le salon est rapidement atteint, au centre de ce dernier une jeune femme à la peau hâlée et aux cheveux blancs. Consciente des faiblesses de sa sœur, Miya tire doucement sur l’arrière de sa tunique, arrêtant Shaïna avant qu’elle n’ait entrepris quoi que ce soit, s’attirant un regard chargé de tristesse et de surprise. Oui, ces deux oreilles blanches ont l’air particulièrement douces mais non, on ne touche pas les oreilles d’un hybride dont on ne connaît rien à la première rencontre et sans lui demander son autorisation. Assise dans le divan la femme termine de se présentant, répondant bien plus rapidement qu’elles n’auraient pu le prévoir à la question des jumelles concernant son identité. Acte de confiance ou une nouvelle inconsciente, les deux jeunes femmes se regardent incertaines. Il n’est pas impossible que leurs faits d’armes à Sable d’or soient remontés aussi haut, en particulier en ayant travaillé avec le maître espion en personne mais le RSAF est un domaine à part même dans le Reike, les personnes y travaillant étant presque un mythe, les travaux réalisés l’étant tout autant… Alors que penser de quelqu’un qui se présenterait comme la directrice de ce lieu en marge du monde ?

    Enchantée euh… Avant de nous asseoir, on peut déposer ça quelque part ?” Miya lève le sac à hauteur d’épaule
    Un endroit frais de préférence.
    - En… En espérant que…
    - Oui, ce n’est pas grand chose, mais ça devrait lui faire plaisir.
    - Même si c’est ce qu’on va manger ce soir.
    - Mais il en a tellement parlé que c’était la moindre des choses de lui apporter un cadeau.
    - Et… Euh…
    - Oui… On a voulu vous prendre quelque chose mais…
    - On savait pas…


    Un petit silence gêné suit la déclaration des jumelles alors qu’elles déposent le sac chargé de poissons en tout genre prêt de la cuisine, laissant à Zéphyr, ou qui voudra, la charge de le ranger avec le reste. Finalement elles rejoignent de nouveau le salon, prenant place autour de la table, écoutant avec attention les paroles de l’hybride. Un projet pensé par le maître espion… Cette idée sonne à la fois comme une excellente nouvelle et l’annonce d’événements effrayants. Veut-il les forcer à des prises de risques aussi inconsidérées que celles qu’il peut parfois se permettre de prendre ? Pour l’heure la proposition n’est pas encore faite, même si les pensées des jumelles s’égarent elles sont bien vites recentrées quand Kaelinn prend de nouveau la parole, Miya lançant un regard en coin à sa soeur à l’annonce des plumes dérobées, cette dernière se refermant légèrement sur elle-même.

    J’ai pas fait exprès ?
    - Réellement ?
    - C’est quand j’étais sur lui à la fin…
    - Et ?
    - … C’est tout doux…
    - Tu t’excuseras auprès de lui.
    - Mais…
    - Et je ne t’aiderais pas.
    .”

    L’attention de Miya se reporte sur Kaelinn alors qu’elle s’incline légèrement en signe de pardon. Bien que semblables, complémentaires, les jumelles restent deux individus à part entière et si souvent les bêtises et erreurs de l’une implique l’autre il arrive, comme ici, qu’une initiative soit prise seule. Et bien souvent il faut alors faire avec les conséquences derrière.

    Pardonnez-la, je ne savais pas pour les plumes.
    - Je voulais nous faire des barettes…
    - Cela étant nous serions curieuses d’entendre le fameux projet pensé par le maître espion en personne.

    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Zéphyr Zoldyck
    Zéphyr Zoldyck
    Messages : 263
    crédits : 465

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation:
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B - Oreille
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1330-zephyr-zoldyck-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2145-chronologie-de-zephyr#18202
  • Sam 22 Juil - 12:56
    La maison de Kaelinn est petite, mais elle respire l’ordre et la propreté. Ce n’est pas si surprenant quand on pense, puisque l’hybride aveugle doit avoir ses marques et ses repères. Le moindre changement peut la plonger dans l’inconnu, aussi il est tout naturel qu’elle soit stricte sur la tenue de sa demeure. Evidemment, le décor intérieur est assez sobre, mais ce n’est pas ce détail qui va déranger le maître-espion. Avoir tous un amas de fioritures inutiles, c’est bon pour les nobles et les bourgeois, ceux qui se complaisent dans l’oisiveté et la paresse. La Directrice du RSAF n’est pas comme cela. Elle passe le plus clair de son temps dans son domaine souterrain et n’a que faire d’avoir le manoir le plus splendide d’Ikusa. Sur ce point, peut-être que Zéphyr et Kaelinn se ressemblent : tous deux sont passionnés par leurs fonctions, et n’en ont strictement rien à cirer de vivre dans un luxe outrancier.

    C’est lui qui arrive en premier chez Kaelinn et un mince sourire flotte sur ses lèvres quand son amie parle de ses clones.

    - Je n’ai pas envie que tu m’envoies encore un livre sur la tête parce que j’ai envoyé un de mes doubles, fait-il sur un ton un peu joueur. D’ailleurs, ça ne changeait pas grand-chose que l’original ou l’une de ses copies soient présentes, puisque ces dernières se synchronisaient toujours avec leur créateur. Mais, de manière générale, c’était souvent le vrai guerrier qui se présentait à ses camarades, comme Deydreus, Alasker, l’hybride-chat, ou d’autres compagnons tel que Tagar. Ne serait-ce que par respect et par amitié à leur égard. Il n’en restait pas moins que souvent, il laissait des clones derrière lui pour que ces derniers puissent avancer sur l’une ou l’autre affaire pressante.

    En tous les cas, celles qui les intéressent, dans l’immédiat, c’est bien les jumelles. Celles-ci lui ont répondu avec un sourire, un peu plus tôt, mais elles conservent, sans guère de surprise, une politesse convenue. Zéphyr ne peut pas tellement leur en vouloir, puisqu’ils sont désormais loin du feu de l’action. Dans une bataille comme celle de Sable d’Or, les rangs et les statuts ne comptent parfois guère : seul l’efficacité, la coopération entre chaque soldat, et la réussite est importante dans de telles embuscades. En l’occurrence, le groupe Spina ne s’est pas embarrassé des titres lorsqu’ils ont dû faire front ensemble. Mais, à présent que le calme est revenu, il est tout naturel que Miya et Shaina soient un peu plus « prudentes », et que des étincelles de curiosité les animent également. Après tout, elles ne savent décemment pas qui est Kaelinn, puisqu’il n’a pas cru bon de décliner son identité jusqu’ici.

    Zéphyr laisse naturellement l’hybride-chat se présenter, chose qu’elle fait de manière très chaleureuse, ce qui permettra peut-être à leurs deux protégées de se mettre à l’aise. Mais – ô surprise – les filles ont pensé à Boréas et ont apporté… un sac de poissons. Qu’elles ne savent pas où mettre, forcément. Un large sourire apparaît sur le regard de Zéphyr alors qu’il lance un regard entendu avec Kaelinn. Leur attention est adorable, et le maître-espion est quasi-certain que, quand le phénix de glace arrivera sur les lieux, il repérera peut-être ce mets dont il raffole énormément.

    - Je vais apporter ça en cuisine, suggère-t-il à la maîtresse de maison. Je demanderai au cuisinier de le préparer en attendant l’arrivée de Boréas… Je suis sûr qu’il va être le plus heureux des oiseaux, glisse-t-il avec une expression espiègle, approuvant par là leur initiative. D’ailleurs, il met sa main à couper que la Directrice du RSAF sera ravie, elle aussi.

    Quand il revient, le duo est installé au salon, et le maître-espion vient les rejoindre lui aussi. Un ricanement narquois s’échappe de ses lèvres à la mention des plumes dérobées à Boréas. Il ne considère pas que c’est un crime de lèse-majesté, mais connaissant leur compagnon à Sable d’Or, ce dernier n’a pas dû s’attendre à perdre une toute petite partie de son beau plumage. Shaina voulait donc faire des barrettes… L’assassin ne sait pas s’il doit s’en amuser ou plutôt rejoindre le camp de Miya qui s’excuse pour elles deux.  A dire vrai, il ne rebondit pas particulièrement dessus : le sujet reviendra au-devant de la scène quand Boréas arrivera sur place. Par contre, l’Oreille a effectivement des plans à proposer aux jumelles, et lorsqu’elles lui laissent l’opportunité de prendre la parole, le maître-espion n’hésite pas un instant.

    - Il va de soi que ni Kaelinn ni moi ne comptons vous imposer un fardeau ou une mission contre votre volonté. A cet égard, il serait peut-être bon que vous nous disiez quels sont vos projets après la bataille de Sable d’Or. Mais… Bien que je n’aie pas été présent avec vous tout le long de l’affrontement, vous avez utilisé la ruse et vos pouvoirs à bon escient. Vous avez collaboré ensemble, trouver des stratégies, utiliser au mieux votre environnement. Ce qui me fait penser que je pourrais vous donner une mission importante dans la lutte de l’Empire contre les Titans.

    L’homme marque une pause un instant, le temps de boire une gorgée de son thé, puis il continue.

    - Les anomalies. Les orbes auxquels je me suis connecté durant la bataille. A chaque synchronisation s’est produit une sorte d’échange. La sphère m’a causé une blessure la première fois, puis l’un des archontes m’a pris des souvenirs lors de la seconde connexion avec l’orbe. Ce point le fait encore grincer des dents. Mais c’était donnant-donnant. Et à chaque fois, j’ai vu des visions sur différents endroits du Sekai. Des lieux dans le Reike… Mais aussi dans les Terres du Nord, et potentiellement, dans la République-même. Une légère pause. Ces images mentales m’ayant montré le lieu où étaient dissimulées les anomalies dans Sable d’Or, il y a fort à parier qu’il s’agit d’autres orbes disséminés sur le continent. Qui n’attendent peut-être qu’à éclore selon le bon vouloir de X’Orath. On ne peut laisser de telles catastrophes se produire… C’est pourquoi j’aimerais que vous partiriez à leurs recherches pour les localiser.

    Zéphyr repose sa tasse de thé et plonge son regard dans celui des jumelles. Son regard est cette fois sérieux et grave : elles n’ont pas affaire à leur camarade de guerre, mais véritablement au maître-espion du Reike.

    - Je ne vous demande pas de les détruire toute seule. Je ne veux pas vous infliger une mission suicide. Il est en plus possible que blesser l’orbe soit une condition d’activation… Aussi, j’aimerais qu’après avoir repéré l’une des anomalies, vous me contactiez toute affaire cessante pour que nous prenions des mesures avec la Griffe. Nous établirons alors un plan le plus vite possible pour les détruire, si possible sans causer l’apparition d’un archonte. L’attaquer avec nos armes en bronze céleste pourrait être suffisant… Mais tant que nous n’aurons pas détruit une première fois un de ces orbes, nous ne pourrons avoir aucune certitude. C’est pourquoi j’aimerais que vous ne vous mettiez pas en danger inutilement, mais que nous nous coordonnions efficacement le temps qu’on comprenne ces « phénomènes » causés par le Titan X’Orath.

    Le maître-espion n’a pas fini, évidemment, mais l’idée globale est là.

    - Kaelinn a également quelque chose à vous proposer. Vous pouvez toujours l’écouter, et puis nous dire ce que vous pensez de nos projets respectifs.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 19 Aoû - 16:28
    Et Maintenant ?
    Feat Les Jumelles et Zéphyr


    Les Archontes...

    Tu n'avais pas été présente, heureusement, mais tu avais suffisamment potassé chaque rapport des soldats sur place pour savoir ce qu'il y avait à savoir. Même si cela dépassait ton expertise, ces anomalies référents surtout de l'esprit et de ses mages d'états, tu n'avais pas pu t'empêcher de t'informer et de laisser traîner ta curiosité sur ce sujet. Certaines choses, même en apparence bien différente, arborait un même pattern. Le comportement de ces monstres n'étaient pas si diamétralement opposé à celles des créatures que tu gérais au quotidien. Humaines comme animal. Tu étais intelligence et pleine de sagesse, et en conséquence tu savais t'arrêter avant de marcher sur un domaine dont tu n'avais aucun droit de jugement. De ce fait, tu laissais Zéphyr s'exprimer sans le couper un seul instant.

    Au loin, tu entendais les battements d'ailes de Boréas, ayant sans doute vu une forme d'activité se faire dans ta demeure depuis le ciel. Les jumelles auraient l'occasion de leur présenter leur offrande en saumon et de s'excuser de lui avoir arraché quelques plumes. Il était d'ailleurs étonnant de les voir à l’œuvre. Si évidemment, tu ne pouvais pas constater leur ressemblance visuel flagrante, tu pouvais attester de leur différence. L'une était plus sûr d'elle, ayant sans doute dû compenser toute sa vie la timidité accablante de la seconde.

    Pourtant ce n'était pas forcément un mal. Un duo ayant à capacité de se synchroniser parfaitement tout en restant complémentaire dans leurs pouvoirs et réflexions. Il était rare de croiser deux pareilles perles. Bien que ce genre de talent servait davantage une fois sur le terrain que derrière un bureau. Zéphyr avait vraiment eu le flair en les dénichant un peu par la force des choses cependant.

    Qu'importe. Portant le nectar à ta bouche, tu venais à reposer celui-ci avant de te perdre dans un léger silence, t'assurant que le Maitre-Espion n'ai plus rien à leur dire.

    - Le Régiment Spéciale des Animaux Fantastiques. Pendant votre formation vous en avez certainement entendu parlé. Ce régiment très particulier est là pour fournir des ressources qu'il serait presque impossible de se procurer autrement à l'Empire. Nous servons majoritairement de support aux opérations économiques ou militaires du Reike, mais nous n'en sommes pas moins indispensable.


    Tu n'avais pas besoin de jouer de fausse modestie. Le Régiment avait été bâti bien avant ta naissance, et son fonctionnement avait été une pierre angulaire dans la suprématie Reikoise. Celui-ci ne cherchait pas ses réponses dans la nature ésotérique de la réalité, à l'instar des mages d'état, mais bel et bien dans le concret. Le RSAF exploitait les ressources de ce monde afin d'en tirer le plus de profit. Tout ce travail effectué permettait d'élever grandement le niveau de vie des Reikois. Les domaines d'applications du RSAF étaient multiples et ton réseau était naturellement tentaculaire. Contrainte de travailler avec presque l'intégralité de la Main ainsi que le couple royal, il n'y avait pas une oreille qui pouvait rester sourde à tes demandes.

    Cette réunion en était la preuve concrète. Même si tu partageais une relation d'amitié et de respect avec Zéphyr, le fait était que peu de personne était capable de traîner le Maitre-Espion jusqu'à chez lui pour lui demander un service.

    - De ce fait, j'aurais besoin de vos talents de terrains. J'ai toute confiance en Zéphyr et si celui-ci atteste de vos qualités alors je le prend aux mots. Même Boréas à sa manière s'est porté garant pour vous.


    Tu venais à avoir un petit sourire en coin. Jamais tu n'avais vu le phénix se comporter ainsi depuis que tu l'avais rencontré et qu'il partageait ta vie. Même s'il avait sa façon bien à lui de s'exprimer, il t'était facile pour toi de lire en lui comme un livre ouvert.

    - Sans aller en conflit avec les projets de Zéphyr, j'aimerais vous proposer une expédition toute particulière. Nous avons reçu des témoignages, des rapports  de la présence d'une créature mythique dans les terres du nord. J'aimerais vous envoyer afin que vous me confirmiez sa présence et que vous puissiez la capturer pour le Régiment. Évidemment, vous aurez toutes les ressources nécessaire pour cela. Voyez cela comme une opportunité de partir pour une aventure unique.


    Et aussi une manière de les mettre à l'épreuve. Tu ne confirais pas cette tâche même à tes chasseurs les plus vétérans du RSAF, du moins pas sans un lourd appuie logistique. En soit, tu leur proposer la chance de tout une vie, à elles de savoir reconnaître celle-ci. Et c'était aussi sans doute plus palpitant que d'uniquement se contenter de partie à la chasse d’œuf d'Archonte. Bien que ton esprit scientifique prétendrait certainement le contraire. Cependant, tu n'eus pas le loisir d'en dire davantage. Un battement d'aile tonitruant et une ouverture de porte laissait place à la présence humanoïde de Boréas n'ayant finalement pas tant tardé que ça.

    Plein d'orgueil comme d'habitude, celui-ci s'avançait, toisant du regard Zéphyr et les jumelles, feignant presque la surprise de les voir là alors que tu savais pertinemment qu'ils les avaient repéré depuis bien longtemps maintenant. Boréas était beaucoup de chose, mais il ne savait pas te mentir.

    - Vous... L'homme idiot... et les jumelles...

    Tu repérais chez lui tout les signes de l'excitation qu'il tentait de camoufler autant qu'il le pouvait. Reniflant l'odeur qui se perdait dans la maison, il ne lui fallut pas longtemps pour qu'il ailles se diriger dans la cuisine avant que vous puissiez entendre au loin des bruits de mastication. Il te faisait passer pour une bien piètre maîtresse... A croire que tu l'affamais. Il avait beau être un phénix millénaires, il n'en restait pas moins une bête assujettie à ses envies. Un peu comme vous tous autour de cette table après tout.

    Vos envies étaient justes plus complexe qu'un bon repas à base de saumon. Quoi que...

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 27 Oct - 21:14
    L’ambiance dans la pièce change du tout au tout quand le maître espion prend la parole. Si jusqu’ici une entente cordiale et entendue était de mise le timbre de voix de l’oreille et le sujet de ses paroles ne laisse plus de place à la légèreté. Sable d’or, les archontes. Des événements passés et à venir qui n'indiquent rien de bon. Les trois combattants présents dans la pièce ne peuvent oublier la puissance et le massacre créé par seulement deux créatures nouvellement nées. Et d’autres orbes attendent tranquillement dehors. Patientant jusqu’au moment où ils devront accomplir leur funeste objectif. Quel qu’il soit. Les deux élémentaires échangent un rapide regard. L’enjeux est grand, les opportunités plus encore et si elles avaient de ceux qui veulent se faire connaître, de ceux qui veulent marquer l’histoire de leur pays alors il n’y aura pas eu d’hésitation, l’accord aurait été donné dans la foulée, elles auraient même été prête à prendre la route dans la foulée. Quand bien même travailler avec le service d’espionnage condamne à ne plus jamais être connu du public.

    Néanmoins, la célébrité n’a jamais été une motivation suffisante pour elles. Si c’était le cas elles seraient restées dans l’armée après avoir fait leur service. L’aide au pays est déjà une raison plus concrète, plus à même de leur tenir à coeur cependant, même de cette manière elles connaissent les risques de cette mission, le maître espion lui-même sans à quoi s’en tenir, peut-être même plus que n’importe qui parmi tous les survivants de Sable-d’Or après tout, comme il le dit lui-même, il est celui à avoir interagit directement avec les anomalies. Et pourtant, en dépit des risques, en dépit des motivations qui ne sont pas les bonnes, une étincelle s’allume dans le regard de Shaïna, rapidement rappelée à l’ordre par un coup de coude de sa sœur.

    Oui la situation est dangereuse, mortelle même, et à bien des égards. Oui, accepter de travailler pour le maître espion veut dire être oublié de tous, n’être reconnu que par des collègues qu’on ne connaît même pas. Les jumelles sont conscientes de tout ça. Et cela n’aura aucune répercussion sur leur décision. Car en dépit de tout ce que cela implique les deux élémentaires voient là une opportunité de parcourir le monde, découvrir de nouvelles choses et expérimenter sur de nouvelles limites. Un échange silencieux se fait entre les deux sœurs, quelques secondes s’écoulent, le regard s’éternise et finalement Miya prend la parole.

    Parfait. Nous sommes toutes ouïe Madame. Nous répondrons à toutes les questions ensuite.
    - Même si on...
    - Nous répondrons à la fin. Peut-être aurons-nous, nous aussi, des questions à poser.


    Interrompue par sa soeur Shaïna s’adosse dans le canapé, bras croisés, une moue boudeuse sur le visage, réaction rapidement reçue par un soupir de sa soeur, celle-ci se penchant doucement en avant, écoutant les propos de l’hôte de maison, une inconnue pourtant connue du maître espion et capable de faire déplacer ce dernier en personne. Un tour de force qu’aucun inconnu ne devrait être en mesure de réaliser. Un tour de force que seul quelqu’un qui n’est pas un inconnu peut réaliser.

    Et la réponse tombe. Surprenante, inattendue et pourtant logique. Le Rsaf. Un organisme loin d’être secret mais dont l’identité de ses principaux membres est aussi secrète que peut l’être celle des espions sous les ordres de l’oreille. La révélation suffit pour faire se redresser doucement la boudeuse, soudainement bien plus intéressée par cette femme dont elle ne connait rien. Une nouvelle porte s’ouvre, une porte qui annonce elle aussi de grandes choses, des opportunités qu’il n’aurait pas été possible d’atteindre autrement.

    Les pensées des sœurs divergent. Shaïna pense au terrain. Elle ne parle que des terres du nord. Leur prochaine destination. Elles se l’étaient déjà promis, elle l’avait déjà décidé, et maintenant les choses vont dans leur sens. À la perfection. Une raison d’y aller, un soutien pour y aller. L’aspect pratique de la situation ne frôle même pas Shaïna, effleure à peine Miya, une autre question lui brûlant les lèvres, un aspect beaucoup plus terre à terre sur la situation.

    Ouvrant la bouche pour parler, l'élémentaire se fait interrompre par un battement d’aile et une porte qui claque, se retournant vers la source du bruit avec un regard chargé de surprise et d’un brin de rancune pour l’avoir interrompue ainsi dans son élan. Une rancune qui disparaît bien vite devant la présence du phoenix. Une nouvelle présence connue à laquelle se rattacher. Et qui ne change pas entre le champ de bataille et une situation de paix. Un nouveau coup de coude de sa sœur vient lui rappeler qu’il faudra y passer, que le sujet des plumes n’est pas encore terminé, un argument rapidement balayé par la disparition du nouveau protagoniste dans la cuisine, disparition qui entraînera aussitôt la disparition du présent prévu à son égard.

    Pendant un instant personne ne parle, l’atmosphère jusqu’alors tendue de la pièce ayant volée en éclat avec l’apparition du phoenix. Puis, Shaïna rompt le silence.

    On accepte. Les deux. Bien sûr qu’on accepte. Hein ?
    Un petit soupir retentit en écho à sa réponse. “Oui… Ce que vous proposez va en partie dans notre sens de toute manière.
    - On avait déjà prévu d’aller dans le nord. J’ai envie de voir un yéti. Enfin… On ne sait pas s’il existe… Mais…
    - Mais les choses n’existent pas temps que personne ne les a vu.
    - Voilà. Alors on va aller voir un yéti. Et ensuite ils existeront.


    Parlant avec la même assurance qu’un enfant qui déclare que les oranges sont bleues, Shaïna fait passer son regard d’un protagoniste à l’autre avant de réaliser sa situation et se replier doucement sur elle-même, rattrapée soudainement par sa timidité et la situation. Posant une main rassurante sur sa jambe Miya prend la suite de la discussion.

    Il n’y a bien entendu aucun souci à ce que nous cherchions sur la route la présence d’anomalie.
    - Et puis… Les terres sont grandes...
    - Les terres sont grandes et majoritairement non habitées. Il ne serait pas surprenant qu’au moins une anomalie ait été cachée dedans.
    - On va avoir du temps…
    - Faire exister ce yéti risque de prendre du temps. Nous aurons l’occasion de bien explorer l’endroit.
    - Ah ! Mais… Euh… D’ailleurs… Désolée… On ne vous a pas demandé… Vous… C’est quoi que vous voulez qu’on trouve la-bas ?

    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Zéphyr Zoldyck
    Zéphyr Zoldyck
    Messages : 263
    crédits : 465

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation:
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B - Oreille
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1330-zephyr-zoldyck-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2145-chronologie-de-zephyr#18202
  • Ven 3 Nov - 19:08
    Maintenant que Zéphyr a parlé, le guerrier laisse la main à Kaelinn et comme prévu, la Directrice parle du RSAF aux deux jumelles. Le Régiment est son domaine, son métier, presque sa vie entière, et le bretteur prend le soin de ne pas l’interrompre. L’hybride-chat a beau sembler fragile, à cause de sa cécité, elle est cependant un roc sur laquelle peuvent compter chaque membre de la Main, si jamais ces derniers ont besoin de ressources particulières. Mal avisés seraient ceux qui prendraient la Paume pour le mouton noir du troupeau : comme chaque membre du Conseil, elle y a sa place, et son travail acharné est d’ailleurs le témoignage de sa passion pour son travail ainsi que sa loyauté sans faille pour leur royaume. Qu’elle ait d’ailleurs repéré la présence potentielle d’une créature mythique dans les terres du nord est bien le signe qu’elle a un réseau tentaculaire, même si rien ne prouve qu’ils ont bien affaire à une bête unique. Zéphyr est d’un naturel sceptique, et préfère toujours envisager toutes les possibilités. Soit il s’agit de fausses rumeurs véhiculées par les voyageurs effrayés par la dureté du Nord, soit il s’agit de témoignages véridiques. Peu importe le résultat, des investigations méritent d’être réalisées, et qui de mieux que les jumelles, elles qui ont déjà montré leur ténacité à Sable d’Or ? Elles pourront en plus être enthousiastes à l’idée de croiser des spécimens très rares, surtout que le duo semble déjà satisfait de voyager dans le Sekai.

    Quoi qu’il en soit, le ton est donné, le maître-espion comme la dirigeante du Régiment ont fait leurs offres et c’est aux deux filles de donner leurs réponses. Mais elles n’ont pas le temps de le faire : des battements d’ailes se font entendre, et bientôt, un majestueux phénix de glace se présente à leurs yeux. Boréas, leur fidèle allié pendant l’attaque des zombies. Evidemment, Zéphyr pourrait prendre ombrage de la manière dont l’oiseau élémentaire l’a abordé – l’homme idiot, rien que ça. Mais l’Oreille a heureusement de la répartie, et il n’hésite lui-même pas à se remettre en question de temps en temps. Alors un sourire effleure ses lèvres, sourire qui s’accentue lorsque leur ami ne tarde pas à aller en cuisine pour déguster son merveilleux poisson. D’ailleurs, quand le roi des cieux revient, le guerrier ne tarde pas à l’apostropher.

    - Alors ce saumon ? Tu lui donnerais une note de combien ? Nous en avons tous apporté, comme promis, et nous avons tous essayé de t’apporter la meilleure part.

    Si le ton de Zéphyr est léger, permettant ainsi à l’atmosphère de ne pas redevenir pesante, son regard attentif se pose à nouveau sur les jumelles lorsqu’elles leur donnent sa réponse. C’est un oui. Pour leur deux offres. Elles n’hésitent pas ni n’ont froid aux yeux. Leur candeur, en un certain sens, est même belle à voir. On dirait réellement que, puisqu’elles veulent voir un yéti, elles vont définitivement en trouver un. C’est un vœu pieux mais… ça tombe bien puisque les témoignages que Kaelinn et lui-même ont compilé parlaient de cette créature. Le conseiller observe un instant avec sa collègue pour être certain qu’il peut prendre la parole à la place de la directrice, et quand il lui semble qu’il a la voie libre, il répond à la dernière interrogation des deux sœurs.

    - La créature dont nous soupçonnons l’existence dans les Terres du Nord est justement un yéti. En tous cas, selon les indices que nous avons récoltés. Je suppose que ça va encore doubler votre enthousiasme, sourit le maître-espion. D’ailleurs, compte tenu des terres hostiles de cette partie du royaume, je me disais que Boréas pourrait vous accompagner. Il est plus résistant au froid que la plupart d’entre nous – y a-t-il besoin d’expliquer pourquoi ? – et son aide pourrait de nouveau être précieuse, pour partir en reconnaissance et vous épauler dans cette mission difficile. Bien sûr, il faut que notre cher phénix de glace soit partant, et à ces mots, le noble interroge leur complice ailé du regard. Cela t’intéresserait aussi ?  

    Zéphyr ne prend pas la peine de le flatter, cette fois, il pose simplement la question, comme il la poserait à un ami ou à un frère d’arme, en lui laissant la possibilité de refuser ou d’accepter.

    - Evidemment, il est possible que vos recherches nécessitent plusieurs expéditions. Souvent avec des ratés. Cela dit, ça vous permettra de vous lancer dans une aventure unique, comme l’a déjà dit Kaelinn, et avec un peu de chances, vous pourriez même tomber sur une anomalie. Encore que, en fonction d’où elle était cachée, cela pourrait compliquer les choses pour l’anéantir. Mais ils n’en étaient pas là. Je vous propose qu’on analyse ensemble différents cas de figure avant votre départ, pour bien appréhender la créature si vous mettez la main dessus, et pour agir avec le plus d’efficacités si vous tombez sur un orbe.

    Attendant éventuellement leurs réactions, le guerrier laisse également l’opportunité à Kaelinn de réagir. Puis, quand le sujet retombe, un sourire un peu malicieux apparaît sur son visage.

    - Au fait, Boréas Il me semble – je dis bien il me semble – que Shaina et Miya voulaient te dire quelque chose...

    Autant leur tendre une perche pour cette histoire de plumes, n’est-ce pas ?

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum