DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    Cendres ᚠ ᛊ ᚢ ᛟ ᚪ ᛊ ᛥ ᛉ
    Relevez-vous, peuple des cendres ! Les Titans existent, la guerre d'il y a 5000 ans résonne davantage dans vos cœurs depuis que ces immortels sont revenus revendiquer leurs droits. La victoire vous est une nouvelle fois acquise, mais à quel prix ? Suite à cette nouvelle guerre plus violente et mortelle que toutes les précédentes, il en va de votre responsabilité de vous accrocher à la vie et de rebâtir sur les ruines. Vers un nouveau futur encore incertain.

    Shoumei, autrefois membre des trois grandes nations régnant sur les terres des cendres et capitale de la religion diviniste, a payé le tribut ultime pour offrir la victoire aux vivants. Désormais, son peuple se retrouve égaré, dispersé. Privés de leur nation, de leurs foyers, les shoumeiens tentent tant bien que mal de retrouver un semblant de paix, mais la tâche est ardue. Le Reike, nation guerrière en proie à une lutte intestine contre le dirigeant s’étant imposé dans un sillage de sang, ainsi que la République, nation de l’ordre et des lois, ont tous les deux beaucoup à gagner avec ces nouveaux territoires à revendiquer. Choisiront-ils la voie de l’alliance et tendront-ils la main aux shoumeiens ? Où feront-ils passer leur peuple avant le reste des cendres ? Seul le futur écrira l'histoire de ces deux nations que tout oppose depuis des temps immémoriaux. Enterrer ou reluire la hache de guerre pour les combats à venir.

    Quoi qu’il en sera, peuple des cendres. C’est à vous de faire pencher la balance. Battez-vous pour le futur que vous chérissez. Entamez votre ultime chant du cygne, et brisez une bonne fois pour toutes ce cycle incessant de guerres contre les titans, ou tentez de poursuivre ce dernier selon vos convictions. Il ne tient qu’à vous d’offrir au monde des cendres la paix qui lui est due ou de le plonger à jamais dans les flammes…
    votez pour nous ♥1234
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu

    derniers messages

    membre
    du mois
    Bravo à Luviel !

    prédéfinis

    +
    Forum RPG Dark Fantasy. Avatars illustrés 300 x 500 px. Cendres est un monde magique où plusieurs puissances économiques et politiques règnent. Ici, les enjeux sont importants et une situation peut changer du jour au lendemain. Incarnez un simple paysan, un talentueux magicien ou même un riche seigneur ! De nombreuses possibilités et combinaisons différentes vous attendent avec impatience !

    from the ashes

    24.07.22
    Ouverture du forum et début du jeu. Bienvenue sur Cendres !
    28.06.22
    Le forum est accessible au public.
    17.06.22
    Début des travaux de construction.
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Konrad Tyran
    Konrad Tyran
    Messages : 15
    crédits : 260

    Info personnage
    Race: Hybride (Guépard)
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t285-konrad-tyran-le-vilain-menteur-termine
  • Dim 7 Aoû - 17:03
    -Il s'appelle Rak Targ. Trouve le, et peut être auras-tu une chance d'approcher la résistance.

    Il devait être six heures du matin. Le soleil commençait à peine à afficher ses bordures au dessus des montagnes cachant l'horizon, et on pouvait entendre, hors des murs, des coqs commencer à hurler l'arrivé d'une nouvelle journée. A l'intérieur, en réponse, les chiens errants gueulaient, comme défiés par les volailles. Entre les deux, à quelques mètres à peine de la grande porte de la cité, deux hommes dialoguaient. L'un d'eux laissait flotter sa queue dans son dos, et avait les oreilles droites. Il écoutait calmement, non sans observer au loin les donzelles s'occupant du bain public commencer leur œuvre, faire chauffer l'eau, laver les bassines, transporter des sceaux... le tout relativement peu vêtues en raison de la chaleur écrasante qui, même sous la lueur de la lune, vous font étouffer. Cet observateur calme se nomme Konrad, et si vous lui demandez, il vous répondra qu'il y a quatre laiderons, treize passables, et deux apogées de l'humanité dans le lot. Si sa vue était distraite, son ouïe marchait relativement bien. Aussi demanda-t-il...

    -C'est tout ? Un nom ? Je vais en chier à le retrouver dans une cité de dizaines de milliers de clampins.

    L'autre, un vieillard en fin de carrière vêtu comme un paysan, mais n'en étant absolument pas un, agita sa tête de droite à gauche en signe de désaccord. Il avait les sourcils froncés, et était plus que fâché par la désinvolture de son jeune collègue. Mais bon... ils sont égaux, ce n'est pas à lui de lui faire la leçon. Que c'est triste d'ailleurs de pouvoir se dire l'égal d'un bâtard.

    -J'ai pas fini. C'était un esclave employé dans l'arène il y a encore peu. Il a obtenu sa liberté lorsque l'impératrice a allégé les lois sur leur statut il y a peu, mais continue occasionnellement de mener des combats. Il se débrouille bien. Ses affrontements ont tendance à rameuter du monde, et il fait forte impression. En plus de ça, il prend presque la solde minimale. Les organisateurs n'hésitent pas trop à le conserver même si il coûte plus cher qu'un enchaîné. Et avec le blé qu'il se fait, il essaie d'acheter d'autres esclaves. Il prend les plus forts du lot, et les envoie on ne sait où. On pense qu'il recrute des guerriers plus talentueux que les pécores abrutis par l'ancienne couronne pour le compte de quelques groupuscules hostiles à nos majestés. Il estimerait que notre impératrice n'est pas assez loin dans ses réformes sur l'esclavagisme. Enfin, il loge toujours pas loin de son ancienne demeure, même si j'ai pas l'adresse précise.

    -D'acc, je vous confirmerais tout ça.

    Le bâtard entre le fauve et l'Homme se relève de toute sa hauteur. Sa tunique violette à laquelle est attachée brillante ceinture métallique est un peu froissée. A son bassin sont attachées des lanières de cuir, tenant deux étuis contenant un couteau de lancer chacun. Le bougre attrape son capuchon, le rabat sur sa tête, masquant ses oreilles. Sa jambe droite s'envoie en avant, et il entame une bonne marche vers "l'ancienne demeure" de sa proie: l'arène. Il arrive bien vite face à celle-ci. A cette heure, les combattants s'entraînent. Il n'y a ni public, ni droit d'accès. Juste un binôme de gardes devant la porte qui sont chargés d'ouvrir aux connards ayant un droit de passage, et refuser aimablement l'entrée aux inconnus. Chose qu'ils font très professionnellement à l'arrivé du blondinet... Attendez... blondinet ? Konrad est blond ? Non ? Blond, aux yeux d'ambre ? Non toujours pas ? Et il a une mâchoire carrée et est un peu petit et épais ? Non ? Bon... c'est fou ce qu'on peut faire avec la métamorphose, hein ? Bien entendu, on ne se pointe jamais avec son vrai visage quand on veut des informations. Mais revenons en à nos respectueux gardiens...

    -L'arène est fermée jusqu'à midi. Bougez.

    -Nan mais moi je veux juste une information.

    -Les informateurs ne seront pas là avant midi, bougez.

    -C'est juste à propos d'un gladiateur.

    -Les gladiateurs ne seront pas là avant midi, bougez.

    -Mais merde écoutez moi ! C'est à propos de Rak Targ, un gladiateur d'ici !


    Le second garde... pouffa de rire ? Ouai. Ce con s'est mis à se marrer.

    -Quoi ? J'ai dit un truc ?

    -C'est pas comme ça que ça se prononce.

    -Ah bon ?

    -Tout le monde le connait ici.

    -Sans déconner ? On parle bien du même, hein ? Le gars qui a été affranchi.

    -Ouai ouai. Il habite toujours dans le coin d'ailleurs.


    -Ah ! On parle bien du même ! Où que je le trouve ?


    L'un des deux bougres pointa doucement du doigt une demeure qu'on apercevait à peine de l'entrée, mais tout de même visible.

    -Je sais pas si il est chez lui, là... Si ça se trouve il était encore occupé cette nuit.

    -Parfait, merci messieurs !

    Sans hésiter, l'hybride approcha la demeure. La façade de cette dernière était fort originale. On n'aurait pas dit une maison. La porte lourde et bien protégée, la forme générale, l'absence de fenêtres sans barreaux... on dirait un peu un entrepôt. La queue et les oreilles de l'hybride sont alors rendues invisibles par la métamorphose. Il approche, frappe par trois fois sur la porte, et attend... Mais rien ne se fait entendre. Ce charmant "Brak" devait travailler de nuit et n'était pas encore rentré.

    -Parfait ! On gagne du temps~

    Calmement, l'espion fit le tour de l'édifice. Initialement, il espérait trouver une porte arrière dont il pourrait faire sauter la serrure à grands coups de caillasse ou de pommeau. Mais au lieu de ça, il vit une tuile mal fixée sur le toit. C'eut été trop haut pour monter d'un bond, même avec les jambes musculeuse de notre joyeux connard... mais la toiture du bâtiment voisin est proche, et il serait aisé de bondir de l'un à l'autre. Or, la maison voisine a plusieurs fenêtres, est faite de pierres irrégulières... En escalader la façade sera parfaitement faisable. L'espion grimpe donc, arrive sur le toit, bondit sur celui de la demeure de sa cible, et approche la tuile. Elle est lourde, d'où le fait qu'aucun coup de vent violent ne l'ait fait choir. Mais en y allant à deux mains, l'espion parvient à la soulever. Il y a juste une poutre en dessous, et il doit soulever les deux au dessus aussi pour finalement trouver un passage par lequel il peut s'engouffrer, entre deux larges planches. Il s'y engouffre, sans replacer lesdites tuiles. De toute façon, ça ne se voit presque pas depuis la rue, et ça fera un échappatoire relativement rapide.

    En descendant, le gaillard constate que c'est une pièce unique. Une grosse pièce qui sert de piaule, mais une seule pièce. Le bougre craque ses doigts, approche le premier meuble venu... et là il regarde partout ! Dessus, dessous, dedans, derrière ! N'importe quelle lettre attestant la moindre suspicion lui donnerait l'assurance qu'il ne perd pas son temps. Le bougre remodèle un peu son visage, raccourcit ses cheveux, tout en cherchant. Et disons le, il ne lésine pas. Si il faut vider le pot de chambre du gars, certes ! Si il faut mettre les deux mains dans ses slibards, alors mettons y les deux mains ! La fouille pourra aisément prendre des dizaines de minutes selon le point auquel est meublée la piaule.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Brak'Trarg
    Brak'Trarg
    Messages : 63
    crédits : 521

    Info personnage
    Race: Oni/Drakyn
    Vocation: Guerrier - Combattant
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B - Garde royal
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t104-brak-trarg-la-creature-du-reike-termine
  • Mar 9 Aoû - 23:34
    rien en vaux un bon entrainement sur le sable de l'arène avec ses poto gladiateur, de bon amtin ça vous remet en forme un Brak'Trarg en moins de deux, surtout si cela est suivit d'un bonne colation tonique et energisante de blanc de poulet, blancs d'oeufs et boison energisante. devant entamer son service au palis seulement dans trois heures, Brak'Trarg avait el temps de reppasser par sa piaule a coté de l'arène vériffier ses armes et netoyer un petit coups son armure avant d'entamer son service auprès de Tensai.

    arrivé en vue de sa porte Brak'Trarg reppensait a ses pérégrination et l'arrachage de cheveux de l'agent imobilier pour lui trouve run logement et que c'est finalemet le maitre d'arèe qui l'avazit dépané en lui louant le viel entrepot d'amres et armures des gladiateurs en face de cette dernière et qui était inutilisé depuis quelques temps. l'entrepots en pierre massives était une vraie fpetite forteresse à la grande porte massive et fenêtre munie de bareaux. Sortant sa clé, Brak ouvrit en gran dla porte d'une main avant de la refermer derière lui et de la refermer à clef et enfin se retourne rpour profiter de son nid un petit moment tout en netoyant ses armes.  Sauf que ...

    que queolque chose n'allait pas son armoire était ouverte sa p,ache de glisseur de vague avait bougé et d'autre objets dan sla piaule qui semblait avoir légerment bougé et que la vue surhumaine de Brak'Trag ne trompait pas. et justement ça bougeait derière sa pnche de glisseur .

    Ni une ni deux empoignant Crackpum de sa paluche droite Brak activa tout ses ens surhumain pour debusquer l'intru qui farfou_illait ses affaire surment un fan acharné pensait à cette heure Brak mais quoi qu'il en soit il apprendrait ce que ca coute de fouiller chez les gens. tranversant l'entrepot de trois pas c'est sans ménagement que Brak attrperait par le col l'intru et le fit monter a auteur de son visage a bout de bras le marteau dans l'autre main près de son visage affin qu'il lui explique son audace.

    "Grumpf montre toi et rend intru, ou je te jure que tu finira en bouillie écrasé au marteau "

    Dit Brak'Trag avec colère et brutalité, pour initmidé l'intru et l'obligé a se rendre plutôt que lui faire du vilain. Bien sur Brak'Trarg ne lui ferait pas vrament mal c'est juste du bluf il se contenterait de le livrer à la garde après que l'intru se soit expliqué et rendu jusque au dernier objets qu'i lui avait prit.          


    bonus description détaillé de la piaule de Brak'Trarg:


    voix de Brak'Trarg:


    thème de Brak'Trarg:


    Bric à Brak (inventaire de Brak'Trarg:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Konrad Tyran
    Konrad Tyran
    Messages : 15
    crédits : 260

    Info personnage
    Race: Hybride (Guépard)
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t285-konrad-tyran-le-vilain-menteur-termine
  • Jeu 22 Sep - 18:48
    La recherche commençait à se faire longue. L'espion passait tout au peigne fin, mais malheureusement, il n'y avait rien. Pas une lettre, pas un signe de la résistance, même pas une petite poupée vaudou à l'effigie de l'Empereur transpercée, brûlée, tordue par de musculeux poings, et dépecée à petit feu... non, il n'y avait rien ! Il y avait alors deux solutions. Soit la cible de notre professionnel était un expert, un sage parmi les sages, un paranoïaque qui sait cacher les preuves ! Oh, comme Konrad déteste les paranoïaques ! C'est toujours une galère monstrueuse de les prendre par surprise ! Et Tyran a beau mentir comme le dieu du foutage de gueule, ils sont toujours suspicieux !... Enfin soit ça, soit les pauvres cons qui ont refilé la mission à l'agent se sont plantés, et il est en train de farfouiller la barraque d'un gentil petit citoyen ayant récemment été affranchi. Le gaillard se relève alors. Dans la salle sombre, il commence à faire les cent pas, et murmure ses réflexions à haute voix...

    -Bon... Rien dans ses affaires. Je vais devoir essayer de le faire parler de vive voix... Le torturer ?... Nan, si c'est un ancien gladiateur autant la jouer tantouze. Ce serait con qu'il me fasse bouffer ma jugula...

    "cling". C'est à peu près le son métallique qu'a entendu l'espion avant de finir de dire des conneries. Sa nuque se raidit, son regard se redresse, et sa tête se tourne vers la grande porte principale. Il n'en est pas certain, mais il suppose que ce "cling", c'était le son d'un trousseau de clé que quelqu'un vient de secouer.

    -C'est mon imaginat...

    "Clock", c'est en onomatopée à peu près le son que fait une clé qu'on rentre dans sa serrure, les deux étant massives. Comprenant que finalement, son imagination n'était guère débordante, le jeunot fonça vers son point d'entrée. Ce n'est pas une affaire très compliquée. Il saute sur une poutre de fixation, et de là il pourra vivement escalader les planches décrépies jusqu'au toit où il a retiré une tuile. Il bondit, lève les bras vers la poutre... puis retombe. Il reste comme un con, recommence... Il semblerait que Konrad ait oublié un défaut dans son plan. La poutre est très légèrement trop haute pour ses talents de sauteur. Entendant que la serrure se rétracte, et devinant que la porte va s'ouvrir dans approximativement une seconde et demi, le bestial bondit dans l'espèce de "lit" de l'autochtone, non sans murmurer de tout son cœur contrarié...

    -Mais quel con !

    Le bougre parvient à s'engouffrer sous quelques coussins à la seconde où la lumière de l'extérieur pénètre dans la grande salle, par la porte s'ouvrant. De son œil caché sous sa moelleuse planque, l'espion observe l'ombre du gladiateur qui entre. L'esprit du fourbe tourne à plein régime. Pour peu que le guerrier ne décide pas de s'allonger dans son nid, ça se passera bien. Il n'est pas trop tard pour s'éclipser. Ce plan... tombe à l'eau lorsque la voix roque du casseur d'ambiance résonne, annonçant qu'il sait que l'espion est là. Le pauvre Konrad réfléchit alors. Que dire ?! Que faire ?! Que penser ?! Comment ne pas s'en prendre une ? Doucement, le bougre glisse ses doigts jusqu'aux couteaux de lancer attachés à son bassin. C'est alors qu'un coussin au-dessus de lui se fait soulever, révélant le gladiateur. Là, une pensée sort à voix haute du petit Reikois...

    -Qu... Mais vous êtes énorme !

    La paluche non armée du colosse saisit au col le petiot, et comme promis, le métamorphe est soulevé comme un pauvre verre d'eau. Au moins, les traits du visage de Konrad ont changé, et ses cheveux sont raccourcis. Même si cette affaire tourne vraiment mal, l'espion n'aura qu'à revenir avec un visage différent. Tout ce qu'il faut faire maintenant, c'est ne pas mourir ! Il lâche instantanément ses armes qu'il n'avait même pas fini de dégainer, et montre ses paumes pour se faire aussi peu dangereux que possible. Aussi vite que possible, le menteur va donc tenter d'apaiser son interlocuteur...

    -ATTENDEZ, ATTENDEZ, ATTENDEZ ! Me butez pas ! Y'a un malentendu ! Je suis venu vous parler !

    Ce qui est particulièrement gros quand on y pense, mais de toute façon, le géant vert n'aura pas le temps de répondre à ça vu que le petiot enchaîne à la vitesse de l'éclair sur LE mensonge. Le mensonge auquel il a réfléchis ! Le mensonge qui va adoucir cet interlocuteur à coup sûr ! Y'a aucun moyen que ça marche pas !

    -C'est... C'est à propos de l'Empereur !

    Après tout... Konrad parle à un rebelle. Ce n'est pas très compliqué d'adoucir des résistants stupides ! Surtout un pauvre gladiateur sans cervelle !

    -Je suis Serv Melliem, messager d'un réseau de résistance à l'est de l'Empire. On m'a missionné de te rallier... pour faire la peau à la couronne ! On a un plan mec ! On a une chance !

    Comment ça pourrait mal tourner ? Le petit Konrad a même une pensée qui lui vient à l'esprit...

    [Putain je suis un génie !]
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum