DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Pancrace

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Le chant du renouveau [Rachelle] I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La marche du vent d'acier
    Derniers sujets
    Validation des RP de Ben [Reike]Aujourd'hui à 2:32PNJ
    [PA] Le Chant des RoncesAujourd'hui à 0:02Ersa Vatt'Ghern
    L'Équilibre de la ConcordeHier à 23:31Lyra Leezen
    Mon Voisin Du DessusHier à 23:17Cyradil Ariesvyra
    [Flashback] Le Pilon et le MortierHier à 22:57Lyra Leezen
    Sous pression — StadzankHier à 20:55Hizuk
    2 participants
    Aller en bas
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Zéphyr Zoldyck
    Zéphyr Zoldyck
    Messages : 184
    crédits : 548

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation:
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B - Oreille
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1330-zephyr-zoldyck-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2145-chronologie-de-zephyr#18202
  • Sam 20 Jan - 23:46
    - Tu es sûr, Owen ?
    - Ouais. Je veux dire, oui, m’sire. C’est une bonne petite. Ca fait plus d’un mois que je l’observe, et elle m’a tout l’air de valoir le déplacement.
    - Et qu’est-ce que tu peux me dire d’elle ?
    L’espion haussa les épaules alors qu'il lui avait été demandé de parler d'une jeune hybride, du nom de Rachelle Virsce.
    - Elle a eu une sale vie. Ces républicains… Ce Stromboli… Le gobelin eut une moue méprisante et sembla à deux doigts de cracher par terre. Il l’a achetée pour qu’elle soit une bête de foire. Une bête de son cirque. Une attraction. Celle qui survivrait au lion. Pour son maître, il importait peu qu’elle fût blessée et qu’elle souffrît – bien qu’il fallait naturellement la guérir avant le prochain spectacle. Elle n’était qu’un pion dans les mains de cette ordure. Alors elle a fui. Selon notre enquête – et selon l’espion qui est allé la voir à l’hospice – elle s’est échappée et elle est devenue une citoyenne reikoise. La petite souris s’est totalement dévouée à la nation. Par exemple, lors d’une attaque au Colisée il y a quelques années, elle a sauvé quelques vies et d’autres civils en situation périlleuse. Plus encore, elle s’est illustrée durant la guerre des Titans. Elle a sauvé son escouade. Mais cela a eu un prix…
    Le maître-espion plongea ses pupilles dans celle du grand guerrier vert et une expression un peu condescendante apparut sur ses traits.
    - Tu n’es pas sans savoir que les handicaps des uns et des autres m’importent peu.
    - Ca, je sais, m’ssire. Je sais par exemple que vous avez pris sous votre aile une jeune femme sourde et que c’est vous qui l’avez poussée à maîtriser la télépathie et à lire sur les lèvres. Vous êtes passés par chez elle avant d’aller en voyage dans le désert, non ?
    - C’est juste. Mais on parlait de Rachelle, Owen.
    - Ah, oui, pardon ! Donc, euh, qu’est-ce que je disais. Oui, cela a eu un prix. Et c’était une sale contrepartie, c’est moi qui vous le dis.
    - Elle a su sauver son escadron.
    - Ouais, mais elle a perdu la vue. Vous imaginez, si moi, je perdais la vue ? Je ne saurais même plus manier une arme et encore moins manier de l’arg… Le maître-espion ramène son regard son interlocuteur, et celui-ci comprend qu’il a encore dévié de son sujet. Alors il toussote et fait comme si de rien n’était. Donc elle est devenue aveugle. Et là, ben. Ca a été la déchéance, vous voyez ? Elle a reçu des rentes de la Couronne évidemment. Mais la petite s’est laissée aller. Jusqu’à ce qu’elle se fasse reprendre par Stromboli.
    - L’espion qui l’a interrogée m’a parlé d’un holmgang.
    - C’est juste. Techniquement, les plus puristes diraient que… Non, ouais, vous avez raison, on s’en moque.
    - Qu’est-ce qu’elle a fait après ça ?
    - Il semble qu’elle ait eu un électrochoc. Je ne sais pas trop bien pourquoi. Mais elle a changé. Elle s’est remise à l’entrainement, déjà. Et ensuite, elle a commencé à venir trouver nos informateurs, en donnant des informations totalement avérées évidemment. Qui sait, peut-être que l’espion qu’elle a vu lui a fait de l’effet.
    - Elle te paraît donc fiable.
    - Ouais. C’est moi qui me suis occupé de son cas – sous une autre apparence évidemment. Et puisqu’en enquêtant quand même sur elle, on a découvert qu’elle était au fond du trou, et bah. Je vous avoue qu’elle m’a fait pitié, boss. On a plus au moins la même taille. Si vous lui proposez de rejoindre nos rangs, je lui proposerais bien quelques entrainements.

    Zéphyr ne répondit pas à sa dernière déclaration et ce fut donc le gobelin qui reprit lui-même la parole.

    - Depuis qu’on lui a parlée à l’hospice, elle fait vraiment patte blanche et n’a commis aucun impair. Son seul défaut, c’est sa vue et elle n’en est pas responsable. J’pense que ça peut être une brave fille, qui aurait beaucoup de bonnes choses à donner à l’Empire.
    - Dis-moi où elle habite exactement.
    Le visage du petit être vert s’illumina, et il n’hésita pas une seconde à donner les informations demandées. Le maître-espion resta un instant pensif, puis il se leva de sa chaise en agrippant une cape qui le protégerait du vent à l’extérieur.
    - Puisqu’elle semble être une informatrice régulière, tu guetteras son arrivée. Tu lui diras de se présenter à la pièce Le Chant de Sable d’Or. Evidemment, tu lui offriras une place dans les gradins réservés aux nobles et tu privatiseras la loge. Histoire d’être tranquille. Dis-lui qu’elle sera fixée sur son sort à ce moment-là. Et que, au vu de sa bonne volonté, l’Oreille la rencontrera.
    Si le gobelin avait d’abord été enthousiaste, son expression s’était un peu troublée en attendant les propos de son chef.
    - C’est que, messire… Le théâtre… Ce n’est pas là où elle a eu les souvenirs les plus heureux...
    - C’est au théâtre que sa vie a commencé, le coupa gentiment Zéphyr. C’est également dans un théâtre qu’elle verra sa vie renouvelée. Un silence. En tout cas si elle a le courage de saisir cette opportunité.

    ***

    Le Chant de Sable d’Or avait trouvé un certain succès auprès de la populace. D’une part parce que cela faisait écho à un événement qui avait chamboulé la nation entière. D’autre part parce que cela mettait en avant de vaillants reikois qui luttaient contre l’infamie des Titans et de leurs sombres Enfants. La pièce, tournée en tragédie épique, avait pour vocation d’éveiller chez les plus jeunes une fierté nationale. Les nobles, qui regrettaient « amèrement de ne pas avoir été là ce jour maudit », avaient également apprécié les valeurs traditionnelles qui se reflétaient dans la pièce. Enfin, pour le bas-peuple, c’était un moyen comme un autre de divertissement, un moyen de leur montrer aussi qu’en cas d’invasion, l’Empire n’hésiterait pas à réagir pour soutenir les siens. Comme la propagande faisait bien son effet, la curiosité des gens de toute classe avait été éveillée, de sorte que le spectacle avait eu un succès retentissant dans les grandes villes du Reike. Pour cette rencontre, Zéphyr avait réservé une petite loge de quelques sièges réservée aux riches et – connaissant la condition de Rachelle – il avait pris des dispositions pour qu’elle soit guidée jusqu’à sa place. En territoire connu, elle aurait pu se déplacer seule. En territoire inconnu, il n’en allait pas de même et l’idée n’était pas de l’humilier, ni de la mettre mal à l’aise. Une fois qu’elle se présenterait à l’accueil, la souris retrouverait donc une vieille connaissance : l’espion qui l’avait interrogée à l’hospice et avec qui le courant s’était bien passé la guiderait jusqu’à la loge. Une délicatesse qui ne devrait pas la gêner.

    Le théâtre, aussi, avait l’avantage de dépendre essentiellement de l’ouïe. Bien qu’elle ne verrait ni les acteurs, ni les décors, l’hybride n’aurait pas à se tracasser pour suivre l’histoire – en espérant naturellement qu’elle n’était déjà pas allée la voir.

    Quoi qu’il en soit, une fois installée et une fois qu’elle aura échangé avec l’espion, ce dernier s’effacera en voyant l’Oreille arriver. Arrivant sous sa vraie apparence, le maître-espion s’installera aux côtés de Rachelle, et bien au courant qu’elle percevra son arrivée, l’homme prendra aussitôt les devants avec un ton courtois et poli.

    - Bien le bonjour Rachelle. J’espère que tout s’est bien passé pour arriver jusqu’ici ?

    Une entrée en douceur. Mais ils avaient le temps de discuter. Et la pièce de Sable d’Or pourrait leur offrir bien des sujets de conversation pour traiter de sa potentielle reconversion.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Rachelle Virsce
    Rachelle Virsce
    Messages : 43
    crédits : 1624

    Info personnage
    Race: Hybride - Souris
    Vocation: Guerrier Assassin
    Alignement: Loyal bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t502-rachelle-virsce-devouee-au-reike-terminee
  • Sam 27 Jan - 4:02
    Le chant du renouveau


    —Tu sors encore aujourd’hui ? Pour le travail ? Ou pour revoir-

    —Pour le travail, coupa Rachelle en enfilant sa longue cape usée.Je ne serais pas de retour avant tard alors achète toi quelque chose à manger en ville.

    La souris se tourna un moment vers June, l’enfant qu’elle avait récupéré lors de la crise Elkaeïenne.
    —Si tu savais à quel point il est facile de récupérer des informations, tant que l’on sait tendre l’oreille. Les tavernes regorgent d’ivrognes d’insouciant qui pensent pouvoir pervertir notre nation avec leurs manigances. (Son poing se referma d’une certaine colère. Depuis les derniers événements, un feu ardent de revanche brûlait en elle.)

    —Certes…, répondit l’enfant en grimaçant. Essaye quand même de ne pas te faire attraper comme la dernière fois. Tu as déjoué la mort de peu et j’ai du m’occuper de tout dans la maisonnée à cause de tes blessures.

    —Quelle sollicitude, rétorqua la souris d’un ton las. Heureusement qu’il y a des gens comme toi pour veiller sur moi. Mais je te ferai remarquer que si tu as quelque chose dans ton assiette et un toit, c’est grâce à moi.

    —Ouais ouais… bah fais quand même attention.
    La petite s’approcha un moment et voulut lui tapoter le bras en signe d’affection avant de s’arrêter à mi-chemin, encore trop fière et revancharde vis-à-vis de ce que le Reike avait fait à sa famille.

    Aveugle, mais pas sourde, l’hybride posa sa main velue sur les cheveux de l’ancienne noble pour lui ébouriffer les cheveux ce qui fit râler de nouveau la petite qui s’écarta d’un pas arrière.
    La cohabitation était encore difficile, mais il était évident que June s’ouvrait peu à peu à la souris. Un jour peut-être serait-elle capable de lui pardonner de n’avoir ni pu ni même voulu secourir sa famille. Sans doute les choses auraient été plus simples si la reikoise de cœur n’était pas si inapte avec les enfants.

    Après un court moment durant lequel un silence gênant s’installa, Rachelle attrapa sa lance qu’elle attacha dans son dos et ouvrit la porte.

    —A ce soir.

    Et sur ces mots, la souris quitta le domicile.
    Aujourd’hui, elle avait rendez-vous au théâtre pour y confier de nouvelles informations recueillies durant sa prospection de la semaine. Bien sûr, Rachelle avait tout de même un certain arrière goût amer dans le fond de la gorge. Elle avait le sentiment que ce n’était pas assez. Elle voulait faire plus. Elle devait faire plus. Pour le Reike car c’était bien là, la seule et unique chose qui comptait plus que tout à ses yeux.
    Ainsi, tel un sentiment de manque maladif, elle avait commencé à écumer les tavernes de la partie basse de la ville, à la recherche du moindre criminel ou traître à la nation. Et pour en avoir débusqué quelques-uns, elle avait dû se faire une violence rare afin de ne pas les châtier elle-même. N’étant plus dans l’armée, il n’était pas de son devoir de punir ces pourritures. Elle donnait les informations, car tel était son rôle, sans s’avancer davantage.
    Toutefois, ce n’était pas l’envie qui lui manquait.

    [...]

    Passant les portes du théâtre, la souris vint s’appuyer contre une colonne dans le hall, croisant les bras patiemment.
    Lorsqu’une employée du théâtre vint lui demander la raison de sa présence et si elle pouvait lui venir en aide, Rachelle lui indiqua qu’elle attendait quelqu’un en réponse à quoi, l’employée lui proposa d’attendre dans la salle d’attente.

    —Ce ne sera pas nécessaire mademoiselle, se fit entendre une voix reconnaissable. —Mademoiselle Virsce, je vous attendais justement. Marchons un peu.

    Rachelle emboîta le pas de l’espion avec qui elle avait pu interagir quelquefois. Bien sûr, elle était loin de se douter qu’il ne s’agissait pas là de sa véritable apparence.

    —Votre matinée a été bonne ? demanda Rachelle d’un ton faussement léger. Ayant appris au fil de leurs interactions l’importance de ne pas attirer l’attention. Après tout, si elle était capable d’entendre quelques juteuses informations venant des traîtres à la nation, ces chiens pouvaient très bien en faire de même. Les murs avaient des oreilles et il n’était jamais de bon ton de relâcher sa vigilance.

    —Parfaitement, le marché d’Ikusa regorge de merveilles de bon matin, je vous montrerai la dernière trouvaille dont j’ai fait l’acquisition. Vous verrez, c’était une véritable affaire, le genre d’opportunité que l’on a qu’une fois dans une vie.

    La souris marqua une pause dans sa marche. Bien qu’encore apprentie dans l’art du double langage, elle comprenait le véritable discours de l’espion. (Ce dernier allait justement doucement sur les sous-entendu pour ne pas totalement perdre la souris.)
    Quoi qu’il en fût, Rachelle comprit que cette rencontre serait bien particulière et tentant de cacher une excitation naissante, elle fît mine de se gratter le front. Ils ne discuteraient pas simplement de quelques informations, quelque chose de plus grand se profilait à l’horizon.

    —Le chant de Sable d’or, ça vous parle ?

    —Vous faites allusion aux événements de la ville éponyme ? Comment ne pourrais-je pas en être au courant ? Le Reike entier a entendu les louanges des héros qui ont repoussé la menace de ces faux dieux. (La souris serra silencieusement le poing. Elle aurait dû être présente parmis ces héros. Mais à la place, elle était devenue cette loque aveugle incapable de se battre.) Le nom de ces héros est connu de tous et le Reike leur est redevable.
    Pourtant, elle ne put s’empêcher de faire transpirer une certaine jalousie de ses propos. Ses rêves de gloire n'étaient, de toute évidence, pas encore totalement éteints.

    —Excellent, excellent. Nous allons en voir la pièce justement. Enfin, voir, écouter, vous saisissez l’idée héhé.

    Devant l’absence de réponse de la souris, il continua :
    —Honnêtement, c’est l’une des plus belles pièces de la décennie. Les républicains font même le déplacement pour la voir. Et pourtant, ils s’y connaissent en art.

    —Le jour où les républicains s’y connaîtront en autre chose qu’en arnaque ou déshonneur, les ombragons voleront, laissa échapper Rachelle qui de toute évidence ne les portait toujours pas dans son cœur. Qu’ils continuent de nous dénigrer ouvertement tout en nous jalousant en secret. Notre nation n’a que faire de lâches égoïstes.

    —Vous n’y allez pas de main morte, répondit l’espion non sans un sourire. Quoi qu’il en soit, mon amie, je nous ai dégoté des places pour cette fameuse pièce. En première loge je vous prie.

    Il attrapa le bras de l’hybride avant de montrer ses tickets au personnel et quelques minutes de marche plus tard, les voilà installés au sein d’une loge que peu de gens pouvaient se payer. Décidément, ce n’était pas un jour comme les autres.
    Une fois la porte refermée derrière eux, l’espion prit un air nettement plus sérieux.

    —Bien. Enfin un peu de calme.

    —Qu’est ce que signifie tout ceci ? questionna l’hybride en tendant l’oreille, n’aimant pas se retrouver dans un lieu inconnu. Vous ne m’avez pas fait venir ici pour une pièce de théâtre ?

    —Mais c’est qu’elle est maligne avec ça, ironisa l’espion non sans un sourire. Il y a quelqu’un qui veut te voir. Disons que c’est pour te remercier de tes bons et loyaux services, entre autres. Il t’expliquera certainement mieux que moi et puis, je ne veux pas lui ôter les mots de la bouche.

    —De qui s’agit-il ? De votre supérieur ? C’est bien aimable de sa part.

    —Oui comme tu dis. (Il se pencha pour continuer dans un murmure inaudible.) Mais je ne t’ai jamais dit qui était mon supérieur. Aujourd’hui, c’est l’Oreille de notre nation qui se tiendra à tes côtés.

    Il se redressa avec un sourire malicieux et commença à s’en aller devant une Rachelle complètement abasourdie.

    —A-attendez ! l’appela t-elle alors. C-comment ça ? Quand vous dites… vous parlez de…

    La situation beaucoup trop amusante à ses yeux, l’espion se contenta d’un simple :
    —Je vous souhaite une excellente pièce à tous les deux. Oh bien sûr, inutile de vous le préciser, mais si notre ami commun fait un tel déplacement pour vous, vous feriez mieux de ne pas décevoir ses attentes futures. A la prochaine !

    Il sortit alors en refermant la porte derrière lui, laissant Rachelle seule, se sentant s’enfoncer peu à peu dans son siège sous le poids de la rencontre qui ne tarderait pas à arriver.
    Tout d’abord, elle commença à douter. Transpirant à grosses gouttes. Allait-elle être punie pour son méfait de jadis ? Lorsqu’elle avait bravé les ordres d’Afosios en secret pour sauver cette enfant condamnée à mort ? Était-il seulement possible que l’Oreille vienne en personne pour une personne aussi insignifiante qu’elle ? Était-ce une blague de son ami espion ?

    Elle n’eut guère le temps de se pencher trop longtemps sur ses questions car bien vite, la porte grinça et une démarche aérienne entra dans la pièce. Rachelle comprit tout de suite que même s’il ne s’agissait pas de l’Oreille, elle avait face à elle une pointe du Reike. La démarche de ce dernier était pratiquement silencieuse, même pour l’hybride qui pourtant avait des sens auditifs plus élevés que la moyenne. Il semblait glisser sur le sol sans mal et Rachelle comprit alors, en l’entendant s’asseoir, que si cet homme l’avait voulu morte, elle le serait déjà. Devant elle se tenait un homme terrifiant. Un véritable espion.

    Encore bouleversée par son impossibilité à déterminer exactement ce que faisait de ses mains l’homme, et l’idée qu’il s’agisse de la fameuse tête des services d’espionnage, Rachelle balbutia un peu, ne sortant aucun dialogue compréhensible.

    Elle se pinça finalement la main pour se forcer à se concentrer.
    —Bonjour monsieur, commença l’hybride, remarquant qu’elle ne connaissait pas son nom. C’était perturbant d’avoir devant soi quelqu’un dont on ne connaissait rien et qui de son côté pouvait potentiellement tout connaître de sa vie.
    Notre ami commun a été très agréable comme toujours. Bien que… (Elle se tût un instant avant de trouver le courage de continuer.) Êtes vous réellement  la personne qu’il prétendait que vous étiez ? L’honneur est immense. Je ne sais pas comment réagir, c’est très soudain.

    En contrebas, la pièce s’ouvrait sur les serviteurs du mal qui préparaient leur assaut sur Sable d’Or. L’emphase était placée sur leur ignominie sans nom et la folie de ceux qui osaient suivre les cultes divinistes.

    —Dois-je m’agenouiller ? questionna alors Rachelle qui était encore totalement perdue.

    De toute évidence, cette journée seraient encore plus importante qu’elle ne l’avait imaginé.

    CENDRES
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Zéphyr Zoldyck
    Zéphyr Zoldyck
    Messages : 184
    crédits : 548

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation:
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B - Oreille
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1330-zephyr-zoldyck-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2145-chronologie-de-zephyr#18202
  • Lun 19 Fév - 15:47
    Bien loin d’imaginer, ou même de se préoccuper de l’inquiétude de la souris suite à son entrevue avec son ami-espion, Zéphyr entre la loge qu’il a réservée pour dialoguer avec la dénommée Rachelle. C’est une hybride qui a certes eu quelques déboires de son vivant – et pas des moindres avec ça – mais jamais la demoiselle n’a véritablement cherché à agir contre le Reike ou ses citoyens. S’il en est, la femme au pelage gris a toujours essayé d’en conserver les valeurs malgré ses différentes épreuves, et c’est bien sa résilience qui est une qualité qui intéresse le maître-espion. Oh, il n’y a pas que ça bien sûr : le fait qu’elle ne soit pas connue aux yeux et au su de tous, ainsi que son obéissance aux ordres reçus sont autant d’éléments qui ont joué en sa faveur. Sans cela, peut-être que les faveurs de l’Oreille ne lui auraient peut-être pas été accordées, et peut-être qu’une seconde chance ne lui aurait pas été proposées non plus. Mais le guerrier se plaît en partie à se tourner vers quelques « rebus » de la société guerrière pour en faire des subalternes fidèles, qui retrouvent un sens à leur vie. Ces êtres que personne ne voit, ou ne souhaite voir, il en fait des individus fiers qui cherchent à protéger les leurs. Si d’aucuns trouveraient ça inutiles, le bretteur se moque bien des ont-dits, tout comme Alasker se moque bien de ce que l’on murmure sur les Dévoreurs. Et c’est la raison pour laquelle il vient s’asseoir près de la souris dans une démarche agile et silencieuse, ses pas étant notamment étouffés par le tapis pourpre qui recouvre leur loge privée.

    Le théâtre est encore calme, bien que la séance va bientôt débuter. Pour autant, Zéphyr perçoit la respiration un peu agitée de Rachelle et le voltigeur devine assez facilement quel doit être son trac. Son subordonné a bien dû lui dire qui il était, et se retrouver sans prévenir devant l’Oreille doit avoir quelque chose d’intimidant. Au moins est-elle polie, puisqu’elle lui répond en lui attribuant même le titre de « monsieur », et la demoiselle ne tarde pas à commenter son entrevue avec son vieil ami espion. Mais, sans surprise, la souris veut en savoir plus, et notamment confirmer qui il est. Une expression indulgente passe dans les yeux de Zéphyr, mais quand son interlocutrice enchaine et lui demande même si elle doit s’agenouiller, un léger rire s’échappe de ses lèvres. Suffisamment discret pour n’être entendu que par elle, et en même temps suffisant clair pour montrer qu’en ce moment, il n’est pas à cheval à l’étiquette.

    — Seules leurs Majestés méritent votre génuflexion, Rachelle, fait-il avec un ton un peu taquin, et en même temps un peu sérieux pour bien montrer qu’il ne se moque pas d’elle. Je ne vous demanderai pas de vous agenouiller devant moi, reprend-il plus posément, car même si cela traduirait votre respect à mon égard – ou sa peur, c’était possible aussi – je ne suis pas là pour recevoir des honneurs. Plutôt, je préfère parler de vous et de votre avenir. Mais vous avez posé une question et elle mérite d’obtenir une réponse.

    Zépyr ramène son regard vers la pièce en contrebas. Désormais, la scène a changé, et un messager accourt fébrilement à Ikusa. Bientôt, la Griffe ainsi que les renforts courageux des citoyens reikois sera présenté au public venu savourer le spectacle.

    — Je suis bien celui que vous pensez. Mais je ne vous en veux pas d’être prise de court. Habituellement, je reste dans l’ombre et j’agis via des intermédiaires. Qui s’attendrait à ce que je fasse le déplacement moi-même, d’ailleurs ? Personne ne se l’imagine et je laisse la populace croire de telles choses. Cependant, si j’agis beaucoup grâce à des personnes de confiance, d’autre part, je suis loin d’être un bureaucrate qui reste sagement en arrière-ligne.

    La preuve, il avait même participé à Sable d’Or, quand on y pensait.

    — Ainsi, quand je vois le parcours de certains individus, elles suscitent parfois mon intérêt et je peux de temps à autres faire le déplacement si j’ai des retours positifs. En êtes-vous surprise ? Vous imaginiez peut-être le maître-espion agir autrement.

    Peut-être s’imaginait-elle autrement ce rôle, finalement. D’ailleurs, son successeur agirait peut-être différemment un jour. Chaque Oreille pouvait agir plus ou moins comme elle le désirait. Tant qu’elle remplissait son devoir, peu importait la façon dont elle approchait le peuple ou comment elle se cachait aux yeux et au su de tous.

    — Mais revenons à vous. J’ai beaucoup entendu de choses sur votre compte, Rachelle, et je ne vais vous mentir, on m’a fait un résumé de votre parcours. Cela étant dit, je serais curieux de savoir comment vous vous considérez vous-mêmes avant d’aller plus loin. Moi, je peux dire que vous êtes une hybride, que vous avez vaillamment combattu contre les fanatiques des Titans, en perdant même votre escouade, et je pourrais encore parler de votre ravisseur et bourreau. Mais plus que retracer votre histoire, que nous connaissons tous les deux, je serais intéressé de savoir comment vous vous percevez vous.

    Tout en parlant, Zéphyr a tourné la tête vers son interlocutrice. Pour elle qui utilise ses sens afin de percevoir le monde, cela doit être un supplice de rester sagement assise à l'écouter, dans cette loge qu'elle ne connaît pas et où elle n'a d'ailleurs aucun repère. Supplice accentué par la pression d'avoir un membre de la Main à ses côtés. Alors le maître-espion se permet de faire une petite précision.

    — Répondez sans aucune peur. Quel que soit le résultat de notre entrevue, vous sortirez de ce théâtre en vie. Je ne suis pas là pour vous piéger, mais possiblement pour vous donner l’occasion de servir le Reike, d’une autre manière que vous l’avez fait jusqu’à présent.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum