DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Siame

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Un regard de capitaine sur l'avenir...  JvNj4PH
    Gazette des cendres
    Été 2024
    Lire le journal
    #7
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Coeur de Melorn
    Derniers sujets
    Démoniaques philosophies [Savoir]Aujourd'hui à 2:44Savoir
    RPS REPUBLICAINS DE RUBY DRAGLAMEAujourd'hui à 2:24PNJ
    RPs spéciaux - Vaenys DraknysAujourd'hui à 2:18PNJ
    RPs Spéciaux d'Altarus AearonAujourd'hui à 2:15PNJ
    Shahana Daaki [Terminée]Aujourd'hui à 0:26Shahana Daaki
    Rp Reike de la montagne (Kilaea)Hier à 20:30Kilaea Sliabh
    Une Mort Silencieuse - PAHier à 19:43Pancrace Dosian
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesHier à 19:36Afosios Smaragdi
    Validation RP Qwellaana (Reike)Hier à 19:06Qwellaana Airdeoza
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 365
    crédits : 2683

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Ven 21 Juin - 17:09
    Il faisait frais ce matin. Le soleil était timide, même après avoir commencé son ascension matinale. Ses rayons peinaient à l'air en suffisance pour pleinement gonfler les voiles des derniers retardataires qui prenaient la mer. Que ce soient des pêcheurs ou des commerçants, quelques petites embarcations et des navires un plus lourd progressaient très lentement vers la sortie du port. Même si la mer était calme, la faible brise n'aidait pas les affaires des lève-tôt.

    Un vieux demi-elfe les fixait, depuis la proue de son brick. De son œil valide, il observait le mouvement des équipages qui s'affairaient sur les ponts. Lui aussi s'était levé avant l'aurore, pour espérer partir dès les premières lueurs du soleil. Mais vu que le vent se montrait capricieux, L'Aurore Boréale était restée amarrée au quai. Altarus n'aimait pas reporter ses voyages. Il aurait pu lever l'ancre malgré la météo et s'aider de la magie, s'il l'avait réellement désiré. Il n'y avait guère d'urgence de toute façon, du moins aujourd'hui et après ce qui s'était passé à Liberty, qu'il avait privilégié à offrir un jour de quartier libre à ses hommes. Certains de ses marins s'inquiétaient pour leurs proches, s'attendant presque à ce que les ennemis de la République viennent à frapper sans prévenir la ville portuaire de Courage. D'aucun ne s'était retrouvé pris dans le conflit, la capitale se trouvant à l'intérieur des terres républicaines. La violence de l'offensive de l'Assemblée avait été si percutante que les nouvelles avaient été traumatisantes rien qu'à les écouter. Donc, aujourd'hui, point de départ. Le Capitaine avisera demain. La cargaison était déjà chargée et fixée dans les cales du brick. Tout était en ordre de taxes ou de démarches administratives.

    Las d'observer les navires qui bataillaient avec le peu d'air présent pour sortir du port, Altarus décida de quitter le bord de son navire pour se rendre en ville. À peine ses bottes furent sur le bois usé par le passage d'autres marins et par le vent et le sel de la mer, il porta son attention vers le chantier naval. Il y avait là-bas une certaine frénésie, et ce, depuis la première heure du jour. Sans avoir besoin de dicter de consignes précises à quelques marins demeurés à bord de l'Aurore Boréale, le Capitaine rejoignit les quais principaux pour trouver un recoin où il pourrait mieux observer ce qu'il avait aperçu aux arsenaux. Il trouva un quai vide, lui laissant une vue parfaite sur le fourmillement des ouvriers s'affairant autour d'une coque monumentale. Altarus se figeait d'ordinaire ce que la marine républicaine sortait de ses cales sèches. Mais là, ce n'était pas un navire de guerre classique. Celui-ci était d'une fabrication nouvelle. Plus grand, plus long... Il n'avait pas encore pris la mer que le demi-elfe y sentait déjà la puissance.

    Plissant son seul œil, il chercha à discerner ce qui avait pu se rajouter comme détail depuis sa dernière observation. Les allers et venus des ouvriers sur le chantier et les échafaudages complexes n'offraient que peu de vue sur l'avancement de la construction. Les détails à travers la multitude d'ouvriers et les échafaudages complexes qui entouraient la coque encore inachevée. Au martèlement des marteaux dans des forges non visibles, des ordres balancés par les charpentiers pour ajuster des pièces précises et vitales au navire... il était évident que tout ce petit monde y mettait du cœur à l'ouvrage. Un navire, peu importait sa taille, méritait le plus grand des soins de sa conception à sa finalisation. La moindre erreur de calcul pouvait être fatale. La mer était impitoyable avec le moindre défaut négligé. La moindre faille oubliée était la garantie mortelle que le navire cédera sous les forces d'une tempête ou de la rage de la mer.

    Ses mains jointes dans le dos, Altarus demeurait là, à contempler ce qui apparaissait déjà comme un seigneur des mers. Éprouvait-il une certaine admiration à l'égard de ce vaisseau ? Un bref instant, il ferma sa paupière et inspira l'air frais à la saveur saline. D'ordinaire, il y avait toujours une odeur de pourriture qui flottait dans les environs du port. Mais étrangement, pas aujourd'hui, les effluves nauséabonds n'étaient point au rendez-vous, comme pour offrir à ce début de journée une certaine forme de sérénité. Quand Altarus rouvrit la paupière, ce fut pour demeurer fixé sur ce futur géant des mers. La curiosité à son égard était telle que son esprit réfléchissait déjà à ce qu'il vaudrait une fois en mer, fendant les flots de sa robuste étrave... et surtout ce qu'il devrait faire si un jour, qui sait, il ne pourrait réchapper à une bataille contre ce mastodonte. Lui aussi pourrait opter pour une coque plus grande, plus puissante... Mais rien ne vaudrait le Cetus pour lui. En même temps, quel capitaine tenant à la valeur de ses possessions maritimes n'exprimerait pas de la fierté, voir de l'arrogance pour certains de ses navires ?
    Noble de La République
    Noble de La République
    Vandaos Fallenswords
    Vandaos Fallenswords
    Messages : 49
    crédits : 1512

    Info personnage
    Race: Triton / humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3530-vandaos-fallenswords-officier-de-la-marine-republicaine-fiche-terminee
  • Jeu 27 Juin - 12:07
    Le 12 février de l'an 5,

    Une fois de plus, la nuit avait été courte. Relevant la tête de son bureau, l’officier général découvrit avec stupeur qu’il s’était une fois de plus endormi sur l’étude d’un vieux manuscrit traitant toujours du même sujet, la Nécromancie. Sur sa droite, une pile de documents attendait sagement qu'il daigne s'en occuper. Il jeta un œil à la paperasse avec un regard mauvais... C’était elle qui rythmait ses journées à Courage depuis son retour de mission et le quadragénaire en avait ras le bol, c’est pourquoi le soir il prenait toujours le temps de continuer l’étude des manuscrits trouvés lors de ses expéditions passées... Vivement son départ en mer, ce qui lui laisserait le temps de se consacrer pleinement de longues semaines à son étude personnelle, au moins le temps d’arriver aux îles paradisiaques.

    Malheureusement, il lui fallait attendre la fin de la construction de son Navire Amiral et rien que de penser aux longues semaines qui le séparaient de son futur départ, il avait déjà les nerfs à vif. C’était plus fort que lui, il fallait qu’il fasse sa ronde matinale pour voir l’avancement des travaux... Dieu merci, depuis qu'il avait confié les rennes de la construction à Arès, Vandaos avait repris espoir.

    Après avoir pris un petit déjeuner seul dans le petit salon sous le regard attentif du Majordome qui essayait tant bien que mal d’anticiper les moindres besoins de son patron, ce dernier lui fit une requête juste après s’être tamponné la bouche avec sa serviette de table.

    Prévenez l’escorte et mon secrétaire... J’ai à lui parlé sur le trajet. Je m’en vais prendre ma veste et je souhaite me rendre au chantier naval à pied. Nous serons de retour dans la matinée et à priori, je déjeunerais ici.

    Bien, Maître. Je vais prévenir vos hommes pour qu’ils soient prêts lorsque vous passerez le pas de la porte.

    Les hommes en question étaient des troupes de la Marine affectés à la protection du Commandant de la Paradize Fleet lors de ses passages sur terre. Les cinq hommes étaient logés dans la partie réservée aux domestiques et comme à chaque fois, seulement deux l’accompagneraient : les deux sûrement qui avaient perdus à la courte paille hier soir. Les trois autres continueraient à roupiller et prendraient leur poste plus tard dans la journée. Dans le cas de son secrétaire, Vandaos avait logé l’Enseigne Carter dans une chambre destinée aux invités. Le jeune homme était issu d’une famille modeste mais le Contre-Amiral l’avait en haute estime et pensait qu’il pouvait possiblement en faire un futur officier général... Dénicher des talents était très important pour élever le niveau des officiers actuellement en poste et le Contre-Amiral savait qu’il devait prendre le temps de partager son savoir avec les hommes les plus brillants : un investissement sur l’avenir en somme !

    L’hôtel particulier où logeait les Fallenswords se trouvait à flanc de colline, sur les hauteurs de Courage : un quartier très prisé que seul les plus fortunés de la ville pouvait prétendre à y avoir un pied-à-terre. Toutes les terrasses avaient vue sur la mer et sur le port sans en avoir les désagréments. Mais le prix à payer était l’éloignement du centre-ville et des quais. Les nobles de la République s’en accommodait le plus souvent grâce à leur carrosse. Cependant l’Officier général avait décidé de se rendre à pied au chantier naval, pour le plus grand malheur de ses suivants même si l’aller était bien moins fatiguant grâce à la dénivelée. Mais la perspective du retour n’enchantait guerre les gardes du corps.

    ***

    Une fois arrivé non loin des quais de port Blaiddyd, le Nécromancien, toujours en grande conversation avec son secrétaire et suivi par deux âmes en peine en habit de “playmobil” de la Marine, remarqua un homme en train d’observer la coque de son futur Navire Amiral. C’est vrai que le chantier était impressionnant et attirait tous les badauds qui passaient dans le coin mais ce qui poussa Vandaos à abandonner ses hommes c’était que celui au cache-œil avait tout du vieux marin. Et avoir l’avis d’un vrai homme de la mer qui n’avait de compte à rendre à personne sur un tel projet pouvait être constructif. Ou au moins divertissant.

    Arrivant discrètement derrière l’homme mûr qui semblait dans ses pensées tout en regardant les hommes d’Arès se tuer à la tâche sur l’énorme coque, l’homme en uniforme blanc de la Marine le tira de sa rêverie.

    Voilà un nouveau géant des mers qui devrait en imposer, vous ne trouvez pas ?
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 365
    crédits : 2683

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Sam 29 Juin - 18:16
    Le demi-elfe fixait toujours ce futur seigneur des mers. En se remémorant ses précédents passages, il ne se rappelait pas d'avoir vu cette coque aussi avancée que maintenant. En même temps, il n'avait guère accordé d'attention aux arsenaux républicains, sauf quand il devait y mener ses bricks de commerce pour quelques menues réparations.

    Malgré la taille hors norme de ce bateau, tout cela avait bien progressé. Trop peut être... La République était capable de déployer de grands moyens logistiques quand il était question de terminer de grands chantiers. Depuis Kaizoku, la flotte république avait pris un sacré coup dans l'aile. Contempler ce vaisseau croître à une vitesse ahurissante, par le travail de ses petites fourmis humaines, ne laissait présager qu'une chose : il sera capable de prendre la mer avant la fin de cette année. Le pirate ne sera pas surpris que la cale sèche, à peine libérée, verra naître la quille d'un autre navire de guerre, mais qui sera plus petit... Faire prendre la mer à un mastodonte était une belle prouesse technique comme propagandiste, pour que les citoyens retrouvent la confiance et apportent leur soutien à leur nouveau président. Ainsi, chaque frégate, chaque brick de guerre, chaque corvette qui sera inauguré pour redorer le blason de la Marine n'en sera que plus accueille.

    Altarus devint un peu plus songeur. De possibles et nouveaux navires de guerres apporterait une plus forte détermination à reprendre la domination sur les mers, à endiguer l'hémorragie toujours présente qu'étaient les pirates en restant une épine purulente dans le flanc républicain. Même plus d'ailleurs, qui grattait, démangeait... pendant qu'elle s'enfonçait encore plus. Qui disaient renouveau de la flotte disait aussi équipage en formation, qui n'aurait pas encore l'expérience des manoeuvres à bord, même s'il y avaient des officiers compétentes à leur commandement. Peut-être que de frapper ces cibles qui seraient encore en faiblesse de réactivité et d'offensivité pourraient accroître une pression supplémentaire sur les culs-bleus, pour les freiner dans leur élan de recomposer leurs forces maritimes. Peut-être devrait-il en parler avec Bigorneau. Avec le Cetus et le Charbon Ardent il pourrait acculer et couler quelques unes de ces jouvencelles à voile... ou en capturer si cela s'avérait possible pour grossir les forces pirates...

    Ses songes cessèrent quand une voix se fit entendre à proximité de lui. Une autorité teintait discrètement dans le ton de cette voix qui invitait à lancer la conversation sur la cible de ses contemplations. Le Capitaine, toujours les mains gantés de cuir noir jointes dans son dos, tourna suffisamment la tête pour l'inconnu qui avait stoppé net ses réflexions entre dans son champs de vision. Aussitôt, ses sourcils se froncèrent légèrement en distinguant l'uniforme blanc et parfaitement repassé d'un humain à l'élégance naturelle a faire tomber en pamoison bien de jeunes femmes. Un individu tel que lui devait en avoir plus d'une aux trousses... Quoique, pas avec ses deux chiens en tenue qui l'accompagnait pas loin. Mais là n'était pas le sujet. Altarus avait là, en face de lui, un homme de l'amirauté républicaine en personne. S'ennuyait il au point d'aborder un capitaine vieillissant, ou parce qu'il le voyait fixer le béhémoth avec un certain intérêt ? Il devra mesurer la portée de chacun de ses mots...

    "Il en impose déjà, rien que par sa taille. Quand il viendra à danser sur les flots, là, il devrait être bien plus impressionnant encore."

    Le demi-elfe reporta son unique oeil bleu acier sur le vaisseau entouré de tous ces ouvriers en plein ouvrage

    "Celle ou celui qui tiendra la barre aura une chance inouie... "

    Il se rappelait ce frisson et cette passion l'envahir, quand en tenant la barre du Cetus, le brick voguait dans toute sa majesté, dépassant ce qu'il avait pu ressentir avec le Téméraire, avant qu'il ne sombre...

    "...et de sentir toute sa force fendant les flots quand le vent s'engouffrera dans toutes ses voiles déployées. "

    Il reporta son oeil valide vers l'officier.

    "Mais à voir si sa massivité sera à la hauteur lors d'une tempête..."

    Un navire, peu important sa taille ou sa résistance, pouvait affronter n'importe quelle tempête quand il avait un homme capable de tenir la barre et ses hommes, de comprendre la mer et ses humeurs. Si ce navire avait un médiocre capitaine, il pourrait ne pas tenir longtemps.
    Noble de La République
    Noble de La République
    Vandaos Fallenswords
    Vandaos Fallenswords
    Messages : 49
    crédits : 1512

    Info personnage
    Race: Triton / humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3530-vandaos-fallenswords-officier-de-la-marine-republicaine-fiche-terminee
  • Mar 2 Juil - 13:02
    Le Contre-Amiral acquiesçait légèrement aux flatteries du vieil homme concernant son futur Navire Amiral, le regard rivé sur la coque où s’affairaient déjà les hommes de Wessex Maritime. Ils n’avaient pas de temps à perdre, les délais prévus étaient courts et s’ils voulaient avoir une chance de le livrer dans les temps, les ouvriers avaient plutôt intérêt à ne pas compter leurs heures.

    A l’évocation de cette ivresse qu’on pouvait ressentir à la barre d’un tel Navire, Vandaos se remémora la première fois qu’il avait tenu la barre d’un bateau... Il n’était encore qu’un adolescent et sa sœur, Elia Fallenswords l’avait invité à partager une petite expédition le temps des vacances. Ce n’était pas la première fois qu’il montait à bord de la “Dame Blanche”, le Navire familiale. Mais avec son aînée qui commandait l’expédition et qui était de facto la Capitaine du Vaisseau, il s’était permis de lui demander de prendre la barre. A l’époque, il n’avait que peu de notions en navigation... Encore aujourd’hui, il était un piètre pilote et peut-être que la discussion qu’il avait eu avec Elia ce jour-là en était pour quelque chose.

    ***


    Après avoir jeté un regard amusé à son petit blondinet de frère, la Capitaine de la Dame Blanche l’invita à venir tout près d’elle.

    Mets tes mains sur la barre.

    Une fois que les mains mal assurées du jeune homme se saisirent de l’outil de navigation, Elia fit quelques pas en arrière.

    Alors, qu’est-ce que tu ressens ?

    Le contrôle... d’une force impressionnante, celle du navire tout entier. Woaaaa ! C’est époustouflant, jamais Père ne m’aurait laissé approcher de la barre. Merci !!! Je me sens vraiment tout puissant !

    La belle sirène regardait son frère avec un regard plein de tendresse puis lorsqu’il se calma un peu, elle reprit avec un air plus dur cette fois-ci.

    Pourtant, qui détient la puissance sur ce Navire ? Qui détient le pouvoir ?

    Vandaos jeta un interrogateur à sa sœur comme si elle lui demandait l’évidence.

    Bah toi.

    Tout à fait. Ce que tu ressens-là, c’est l’illusion d’être “tout puissant”. Car tu es à la barre car “je” l’ai décidé. D’ailleurs, tu as du remarqué que “Père” n’était jamais à la barre et que je ne le suis que juste parce qu’un de mes timoniers ne se sent pas bien.

    Elle continuait à le regarder droit dans les yeux alors que plus aucun mot ne sortait de sa bouche. Elia voulait s’assurer que son petit frère comprenne à quel point ce qu’elle essayait de lui dire était important.

    Vandy, tu es un Fallenswords. Et tu as hérité de dons que “Père” ou moi-même n’auront jamais. S’il accepte que tu fasses tes études dans les “Pratiques Interdites” c’est que je l’ai convaincu que tu arriverais enfin à accepter qu’”elle” ne reviendrait pas... Et que tu gagnerais enfin confiance en toi.  

    Sa grande sœur se retourna et son regard se porta au large où l’on pouvait apercevoir une dizaine de navires de la Marine qui devait faire route pour les arsenaux de Courage.

    Je suis convaincue que “ta” destinée est de posséder la vraie puissance, le pouvoir. De commander des Navires, de diriger les hommes, Vandaos. Laisse aux autres l’illusion du pouvoir si ça peut te servir.

    Les mains qui maintenaient toujours la barre, le jeune triton se sentait vraiment bête. Encore une fois Elia avait su faire passer un message à son jeune frère là où son père Duncan aurait échoué. Lorsque la Capitaine de la Dame Blanche s’approcha de lui, il lui laissa volontiers la place, avant de lui faire une promesse.

    J’obtiendrais le fragment de l’Etoile des Pratiques Interdites, j'en éprouve le... besoin. Mais je te promets de suivre quelques années le cursus des Stratégies Militaires Magiques, pour toi et Père... On verra bien, peut-être que ça me plaira ?  

    Elia, désormais à la barre, regardait l’horizon et esquissa un petit sourire satisfait.

    Ensuite je te rejoindrais sur ce bateau pour partir explorer ce monde et percer quelques-uns de ces mystères...

    Et je serais ravie de t’avoir sous la main pour te faire de nouveau la morale, petit frère.

    ***

    A mon avis, plus de chance de s’en sortir sur ce type de navire que sur une petite barque. Il faudra une sacrée tempête pour secouer ce Titan des mers !

    L’officier générale de la Marine Républicaine reporta son regard sur l’œil du borgne.

    Et je fais confiance aux timoniers, après tout ils ont étudié dans la meilleure école navale, il n’y a pas de raison qu’ils ne s’en sortent pas avec celui-ci. Aucun navire ne lui résistera en bataille rangée et les repaires de forbans se feront pulvériser par sa puissance de feu. Avec lui, l’avenir de la Marine Républicaine s’annonce radieux.

    Un petit sourire satisfait apparu au coin de sa bouche : il avait hâte de tenir en respect tous les pirates qui polluaient son secteur avec son nouveau joujou.

    Vous officiez dans la Marine Marchande ?
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 365
    crédits : 2683

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Dim 7 Juil - 14:40
    Le visage de l'officier, dirigé vers la coque en construction, eut l'air de marquer un instant de nostalgie. Se replongeait-il dans un moment précis de sa vie, quand lui aussi découvrit, ses propres mains serrées sur les poignées de la barre, la force de son propre navire fendant les écumes ? Altarus n'en doutait point. Quand on découvrait cette sensation, on ne l'oubliait jamais. Ainsi, de cette expérience extraordinaire, on pouvait immédiatement sentir le caractère du navire, s'il serait assez robuste de base pour affronter les humeurs de la mer. On arrivait aussi à percevoir ce ressenti rien qu'en fixant un autre marin. Qui arrivait à comprendre la mer pouvait arriver à décrypter le cœur de quelques-uns. Enfin la comprendre... Telle une femme, la mer restait farouche, avec ses moments de sérénité et de colère... et sa part de mystère. La mer ne se laissera jamais dompter ; sauf si Kaiyo en décidait autrement. Foutus Titans...

    Quand le jeune noble revint à la réalité, ce fut pour apporter un point de vue que partageait en partie le vieux capitaine.

    "Il est vrai. Mais même un géant des mers, s'il n'y prend pas garde, peut terminer échoué sur des écueils camouflés par les écumes d'une lourde tempête ou sur des hauts fonds. En pleine mer, ce serait un maelstrom d'une incroyable puissance qui pourrait arriver à l'ébranler."

    Un gros vaisseau bien conçu n'était pas invincible. Un plus grand tirant d'eau imposait des manœuvres plus délicates le long de certaines côtes. Avec ses bricks, le borgne arrivait à passer là où des frégates y laisseraient le fond de leur coque. Plus petites, ils étaient aussi bien plus agiles que certains navires de guerre républicains. Néanmoins, il pouvait y avoir une différence de vitesse. Rajoutez des aéromanciens dans l'équipage et même ce futur titan à voile pourrait être apte à rattraper n'importe quel autre navire ennemi.

    Bien entendu, il n'eut nul besoin d'aborder ces points pour alourdir la conversation. L'officier était de la Marine Républicaine, il connaissait les avantages et les inconvénients des navires qui composaient la flotte des culs-bleus. Par contre, il nota le ton empli de cette certitude arrogante propre aux servants de cette nation, formatés à croire que tout leur réussissait. Pourtant, Liberty avait chèrement payé un lourd tribut quand l'Assemblée était passée à l'offensive. Située à l'intérieur des terres, la Capitale n'aurait pu guère bénéficier du soutien de sa flotte. Par contre Kaizoku... il sentit un désagréable picotement aux cicatrices qui marquaient le côté gauche de son visage.

    "S'ils ont des instructeurs qui partagent leur expérience, ils sauront vite apprendre à manœuvrer ce vaisseau. La théorie ne fait pas tout..."

    Il le fixa de son œil valide, le bleu acier de ce dernier virant sur un bleu glacial.

    "Une trop grande certitude pousse à l'arrogance... et à la catastrophe."

    Il en savait quelque chose.

    "À entendre votre détermination contre ces foutus brigands des mers, vous les avez déjà affrontés, n'est-ce pas ?"

    Petit silence. Le souvenir de l'invasion de Kaizoku l'envahit quelques secondes, avant de se rappeler de l'assaut pirate sous les ordres de Beros... et des conséquences qui en découlèrent par la suite. Néanmoins, tant qu'il substituera des pirates comme Bigorneau et ses propres sbires, la piraterie était loin d'être morte. Quand le tentacule apprendra la naissance de ce titan des mers, qui était en cale sèche, il aurait de quoi en ricaner.

    "Je suis dans le commerce maritime oui, mais je tiens à garder une certaine indépendance. Cela a un coût, mais cela me permet de garder une certaine liberté..."

    Très bref silence voulu.

    "... tout en payant mes taxes et les frais de douane, bien entendu."

    Était-ce une note d'humour ? Altarus reporta son regard sur le prétendu avenir de la République.

    "Ce vaisseau n'a pas encore pris la mer qu'il invite déjà à le défier... Si on venait à me proposer de confronter mes compétences avec l'homme qui le commandera, je ne refuserai point."
    Noble de La République
    Noble de La République
    Vandaos Fallenswords
    Vandaos Fallenswords
    Messages : 49
    crédits : 1512

    Info personnage
    Race: Triton / humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3530-vandaos-fallenswords-officier-de-la-marine-republicaine-fiche-terminee
  • Mer 10 Juil - 13:13
    Ses yeux s'en retournèrent à l’observation des ouvriers qui travaillaient sur le chantier titanesque. La méthode de “management” n’était pas du tout la même que celle employée par les Arsenaux militaires : le personnel semblait travailleur et motivé. Ce bon vieil Arès savait gérer une affaire, c’était certain. Et pendant ce temps-là le borgne lui crachait à la figure les défauts qu’impliquait une telle taille de navire.  

    Mais Altarus avait raison, ce Vaisseau devra faire encore plus attention que les Frégates, les manœuvres seraient plus compliquées. Un défaut largement acceptable au vu des capacités hors normes de cette future forteresse des mers.

    Être conscient de ses forces et faiblesses, c’est un des prérequis de la stratégie militaire. Nous sommes conscients que même les Navires de ce type ont des défauts. Mais rassurez-vous, la portée de ses canons compensera largement ces petits désagréments. Et nos timoniers auront tout le temps nécessaire pour se former à ce nouveau type de Vaisseau.  

    Un petit sourire apparu à nouveau aux coins des lèvres du Contre-Amiral comme pour appuyer un peu plus son assurance, balayant d’un revers de manche toutes les prédictions de mauvais augures du vieil homme... Mais ce dernier ne s’arrêta pas en si bon chemin et lui demanda s’il avait déjà botté les fesses des flibustiers.

    Effectivement... C’est d’ailleurs lors de la dernière bataille de Kaizoku qu’on m’a proposé de rentrer dans la Marine. C’était un sacré affrontement où j'ai eu l'honneur de m'illustrer ! Je ne pensais pas les Pirates capables de se regrouper... De trop grandes certitudes poussent à l’arrogance et à la catastrophe : en voilà un bel exemple.  

    Puis la discussion s’enchaîna sur le métier du mystérieux marin. Le commerce indépendant, voilà qui flairait bon le transport de marchandise de contrebande. L’Officier Général n’étant pas en patrouille sur son secteur, c’était l’affaire de l’Office Républicaine de Courage.

    Bien entendu...  

    Cette petite précision amusa Vandaos. Si l’homme en face de lui était un contrebandier, il avait un sacré culot. Et lorsqu’il proposa de défier le Commandant du Parangon de Justice –c'est à dire lui-même- le Contre-Amiral s’apprêta à rabrouer le vieux loup de mer avec un “Comme si j’avais que ça à faire de défier tous les pécores dans ton genre” . Cependant un détail attisa la curiosité du Fallenswords : le magnifique pommeau de la rapière qui trônait fièrement à la ceinture du demi-elfe.

    Sans doute a-t-il mieux à faire que d’accepter les défis de tous les badauds qui viennent admirer son nouveau Vaisseau ? Néanmoins il est encore tôt et je ne suis pas pressé de retourner à la paperasse...  

    L’homme à l’uniforme blanc impeccable –et qui parlait de lui en partie à la troisième personne ???- désigna alors la poignée de l’arme du pirate.

    C’est de l’ivoire ? Vous permettez ?  

    Après un bref regard échangé, le borgne accepta. Il tira l’épée de son fourreau et la présenta au Contre-Amiral qui s’en saisit délicatement, comme une pièce de collection : ce qui devait être déjà le cas. Après avoir examiné méticuleusement le pommeau puis la lame, Vandaos s’écarta de trois pas et prit en main la rapière. Il la leva au-dessus de lui et fit un lent arc de cercle jusqu’à pointer son Navire en construction.

    C’est vraiment une belle arme, parfaitement équilibrée. 

    Il remit l’épée entre ses deux mains, se rapprocha d’Altarus et la rendit délicatement à son propriétaire.

    J’avoue être très curieux de voir ce qu’elle vaut en combat singulier. Je suis un piètre adversaire et au grand désarroi de Père et de ma sœur, pas un très bon escrimeur. Mais j’ai tout de même quelques notions. Donc si vous voulez affronter l’Amiral Vandaos Fallenswords, futur Commandant du Navire ici présent, je vous demanderai de vous présenter d’abord.  

    Et oui, Vandaos, quoiqu’on en dise, c’est un gentleman. Mais qu’en est-il d’Altarus ?
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum