DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    Cendres ᚠ ᛊ ᚢ ᛟ ᚪ ᛊ ᛥ ᛉ
    Relevez-vous, peuple des cendres ! Les Titans existent, la guerre d'il y a 5000 ans résonne davantage dans vos cœurs depuis que ces immortels sont revenus revendiquer leurs droits. La victoire vous est une nouvelle fois acquise, mais à quel prix ? Suite à cette nouvelle guerre plus violente et mortelle que toutes les précédentes, il en va de votre responsabilité de vous accrocher à la vie et de rebâtir sur les ruines. Vers un nouveau futur encore incertain.

    Shoumei, autrefois membre des trois grandes nations régnant sur les terres des cendres et capitale de la religion diviniste, a payé le tribut ultime pour offrir la victoire aux vivants. Désormais, son peuple se retrouve égaré, dispersé. Privés de leur nation, de leurs foyers, les shoumeiens tentent tant bien que mal de retrouver un semblant de paix, mais la tâche est ardue. Le Reike, nation guerrière en proie à une lutte intestine contre le dirigeant s’étant imposé dans un sillage de sang, ainsi que la République, nation de l’ordre et des lois, ont tous les deux beaucoup à gagner avec ces nouveaux territoires à revendiquer. Choisiront-ils la voie de l’alliance et tendront-ils la main aux shoumeiens ? Où feront-ils passer leur peuple avant le reste des cendres ? Seul le futur écrira l'histoire de ces deux nations que tout oppose depuis des temps immémoriaux. Enterrer ou reluire la hache de guerre pour les combats à venir.

    Quoi qu’il en sera, peuple des cendres. C’est à vous de faire pencher la balance. Battez-vous pour le futur que vous chérissez. Entamez votre ultime chant du cygne, et brisez une bonne fois pour toutes ce cycle incessant de guerres contre les titans, ou tentez de poursuivre ce dernier selon vos convictions. Il ne tient qu’à vous d’offrir au monde des cendres la paix qui lui est due ou de le plonger à jamais dans les flammes…
    votez pour nous ♥1234
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu

    derniers messages

    membre
    du mois
    Bravo à Luviel !

    prédéfinis

    +
    Forum RPG Dark Fantasy. Avatars illustrés 300 x 500 px. Cendres est un monde magique où plusieurs puissances économiques et politiques règnent. Ici, les enjeux sont importants et une situation peut changer du jour au lendemain. Incarnez un simple paysan, un talentueux magicien ou même un riche seigneur ! De nombreuses possibilités et combinaisons différentes vous attendent avec impatience !

    from the ashes

    24.07.22
    Ouverture du forum et début du jeu. Bienvenue sur Cendres !
    28.06.22
    Le forum est accessible au public.
    17.06.22
    Début des travaux de construction.
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Morndrizel
    Morndrizel
    Messages : 61
    crédits : 815

    Info personnage
    Race: Mort-vivant
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
  • Dim 21 Aoû - 14:29
    Les épreuves du Conclave passées, Morndrizel pouvait désormais se concentrer sur l'expansion de son influence, que ce soit au sein du Nouvel Ordre ou ailleurs, et en l'occurence, c'était bien ailleurs qu'elle comptait se rendre. Entrer en République n'était pas aussi difficile que de rentrer au sein du Reike, il suffisait de trouver un navire marchant ou de contrebande qui se rende dans la ville portuaire de Courage, et ce sans se faire arrêter. Pour certains, cette perspective pouvait être assez effrayante et dissuasive, mais pour la morte-vivante, qui maniait aisément les arts obscurs, les choses étaient bien plus simples. Charmer et séduire un capitaine afin qu'il accepte de prendre cette pauvre femme désireuse de quitter les terres sur lesquelles elle avait vécu, devenues inhospitalières, n'avait rien de compliqué. En peu de temps, elle fut donc à Courage, en terre Républicaine, couverte par le capitaine à qui elle avait promis de revenir - ce qu'elle ne ferait évidemment pas - en l'échange de son silence sur sa présence. Elle était ici pour une seule raison : voir la femme qu'elle avait laissée quelques années plus tôt, au plus fort de la guerre, afin d'honorer sa part de leur marché et s'assurer de raffermir leurs liens pour les futurs projets de leurs maîtres communs.

    Elle savait que la demoiselle possédait une maison de passe dans la ville, un lieu qu'elle aurait bien volontiers visité dans d'autres circonstances, mais cette fois-ci elle comptait bien jouer l'effet de surprise pour débusquer Koraki. Après tout, passer par l'Ambrosiaque ne lui apporterait rien puisque la mairesse de la ville ne devait probablement pas y passer souvent, et encore moins côtoyer ses clients. Ce serait la grande oratrice qui viendrait à elle, que l'hybride sache bien qu'elle en savait beaucoup sur son environnement même sans y avoir été, grâce à ses agents, et pour bien lui faire comprendre que ses obligations devant le Titan de la Mort passaient avant son rôle politique. Et puis, plus pragmatiquement, la liche préférait converser dans un lieu comme la mairie, plus cloisonné et secret, qu'une maison de passe où les bruits couraient vite. De plus, savoir où se trouvaient les quartiers de la demoiselle serait pratique pour qu'elle n'ait pas à revenir, grâce à sa projection astrale.

    Aussi elle se présenta le lendemain de son arrivée à la mairie. En une journée, il y avait bien peu de chances que Koraki ait eu vent de sa présence, et cela lui avait laissé le temps de trouver une identité qu'elle puisse usurper : un marchand reikois était supposé rencontrer la mairesse de la ville ce jour pour discuter d'opportunités commerciales sans importance à ses yeux. Elle n'avait donc eu qu'à s'arranger pour que l'homme soit indisposé, par l'intermédiaire de ses agents du culte mortuaire installé en ville. Elle entra dans le hall, sure d'elle, avant de se diriger vers le bureau d'accueil. Ces républicains et leur bureaucratie... Elle se demandait comment une nation pouvait fonctionner avec tant de formalités.

    " Je souhaite voir la mairesse Exousia, j'ai rendez-vous au nom de la compagnie commerciale des biens fruitiers d'Ikousa. "

    La secretaire regarda ses papiers, sortit une fiche en particulier avant de froncer les sourcils.

    " Je croyais que le directeur de cette compagnie était un homme... Vous êtes ? "
    " Allons, vous savez comment est l'Empire... Aussi dur que nous travaillons, il est difficile pour nous autres les femmes de nous faire une place, et puis, il se trouve que mon père voulait un garçon, malheureusement pour moi, alors autant en jouer pour être plus facilement acceptée et que mes courriers aient plus de poids. Vous devez sans doute comprendre ? "

    Après tout, ce n'était pas comme si une telle information était facilement accessible, la femme avait dû se référer au nom inscrit sur les correspondances et la demande de rendez-vous pour assumer du genre de son interlocuteur alors elle n'avait aucune manière de prouver qu'elle n'était pas celle qu'elle prétendait être. Elle acquiesca avant de lui demander de la suivre dans le dédale de couloirs de la mairie. Morndrizel se demandait vraiment ce qu'un bâtiment aussi inutilement compliqué pouvait bien apporter. La femme s'arrêta devant une grande porte et toqua avant d'entrer.

    " Madame, le représentant de la compagnie commerciale des biens fruitiers d'Ikousa est arrivé. "

    Après quoi, elle s'effaça. Mais au lieu d'un reikois riche et un peu ventripotent, c'est une femme à la démarche sensuelle drapée de soie violette que la mairesse verrait entrer dans son bureau. L'air de rien, Morndrizel s'assit sans attendre que la femme assise derrière son bureau l'y invite, croisa ses jambes avant de sourire à son interlocutrice.

    " Dame Exousia, c'est un plaisir de vous voir. Je viens de loin pour cette rencontre, mais malheureusement, j'ai bien peur que vos fruits exotiques pour votre fin palais doivent attendre... "
    Mairesse de Courage
    Mairesse de Courage
    Koraki Exousia
    Koraki Exousia
    Messages : 118
    crédits : 779

    Info personnage
    Race: Hybride (Femme/Corbeau)
    Vocation: Mage Noire
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t109-koraki-exousia-mairesse-de-courage-terminehttps://www.rp-cendres.com/t143-clients-et-detracteurs-de-l-ambrosiaque-koraki-exousiahttps://www.rp-cendres.com/t142-koraki-exousia-mairesse-de-courage
  • Dim 21 Aoû - 19:23
    Si l'envoyée de Xo'Rath semblait bien s'amuser de cette situation, ce n'était absolument pas le cas de politicienne. Elle pouvait supporter bien des choses, que ce soit son insolence, sa condescendance ou ses mensonges. Seulement, s'il était une chose que Koraki ne pouvait tolérer en ce palais, c'était l'insousciance. Morn avait prit beaucoup trop de risque pour venir jusqu'ici, sans étudier toutes les possibilités qui auraient put être envisagées au préalable. Pire que tout, elle venait sans se faire annoncer au préalable, maximisant les chances de se faire démasquer.

    - Il est peu de chose qui m'échappe dans ma propre ville, Madame. Venir ici à visage découvert en voulant faire croire que l'homme que j'étais censé rencontré, et dont on retrouvera la trace, était en réalité vous, était aussi stupide que dangereux, répliqua t-elle froidement, sans agressivité et sans lever les yeux de son parchemins.

    Un simple espion reikois infiltré dans la domesticité de la Mairie suffirait amplement pour que l'Empire ait moyen de faire chanter la Mairesse. Il aurait suffit qu'il travaille au service des archives ou au secrétariat, qu'il sache qu'un homme était censé venir, qu'il constate que c'était une femme, qu'il confronte l'histoire que Morndrizel à raconté à l'entrée avec l'existence prouvé et prouvable que cette homme, et voici qu'il obtient l'interrogation nécessaire à pousser ses investigations sur cette femme qui se prétend homme reikois.

    Un tel visage et une telle prestance ne serait pas compliqué à retrouver pour une personne intelligente et déterminée. Ainsi en viendrait-il à se poser l'abjecte question : pourquoi Morndrizel, Grande Oratrice de la Mort, héraut de X'o-Rath, émissaire des Gardiens et alliée de Seagan le Haut-Prêtre Fou, viendrait sous une fausse identité converser avec la Mairesse de Courage ?

    Il aurait été beaucoup plus logique qu'elle rencontre Koraki à l'Ambrosiaque, où il était de notoriété publique que les plus belles femmes s'y rendent tôt ou tard. Cela aurait réveillé moins de soupçon.

    Ni l'une, ni l'autre, n'avait droit à l'erreur. Que se soit l'Empire, la République ou le Nouvel Ordre, aucune des grandes instances de ce monde ne devait savoir qu'elles se fréquentaient et s'aidaient. Si cela devait arriver, Koraki risquait de tout perdre. Si elle perdait la Mairie, elle perdrait immanquablement le soutien de X'o-Rath et avec ses chances de devenir immortelle. Cela, elle ne pouvait se le permettre.

    Toutefois, il était bien inutile de le reprocher à Morndrizel. Le mal était fait et, en tout franchise, elle préférait cent fois la compagnie de la Dame des Morts plutôt que de celle d'un vulgaire colporteur de fruit qui ne sentait plus depuis qu'il détenait un monopole. Au final, c'était presque une fleur qui venait de lui être offerte avec cette intervention soudaine. Aussi finit-elle par dévier son regard en direction de la nouvelle arrivante, lui adressant un franc sourire, puis de désigner de sa main la corbeille de fruit qui se tenait sur le petit guéridon à sa droite.


    - Un fruit exotique avant de discuter des raisons de votre venue ?
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Morndrizel
    Morndrizel
    Messages : 61
    crédits : 815

    Info personnage
    Race: Mort-vivant
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
  • Mar 23 Aoû - 19:09
    Devant la réaction froide et pragmatique de Koraki, Morndrizel ne put qu'opposer un sourire amusé, car elle savait qu'elle avait raison. Mais les risques n'étaient pas pour la Grande Oratrice, ils étaient surtout pour la mairesse qui devrait composer avec ce que la liche lui laissait comme situation. Morndrizel n'avait pas de place à perdre si elle était découverte, et rares étaient les situations politiques desquelles un peu de magie noire ne puisse la sortir, à l'inverse, la mairesse pouvait perdre sa place si elle était découverte, si on apprenait qu'elle conversait avec l'ennemi pour son propre profit, mais ce n'était en rien le problème de la morte-vivante. Le service envers son maître passait avant toute chose, et il viendrait un temps où elle n'aurait d'autre choix que d'assumer pleinement son allégeance, au détriment de sa position au sein de la République si nécessaire. Bien entendu, il ne tenait qu'à elle de faire en sorte de garder sa mairie, mais tôt ou tard, tous sauraient qu'elle servait la Mort elle aussi. Elle balaya donc l'argument d'un revers de la main en soupirant.

    " Allons, vous auriez peut-être préféré que je vous envoie une lettre pour prendre un rendez-vous, lettre qui aurait pu être lue par n'importe qui ? De plus, j'ai besoin de savoir où vous siégez la plupart du temps, afin de pouvoir vous contacter à distance par la suite sans risquer de me manifester dans un miroir de votre bordel devant d'illustres inconnus. Ce serait encore plus difficile à expliquer à vos amis, vous ne pensez pas ? Et si c'est cette secrétaire qui vous inquiète, je peux encore me charger d'assurer vos arrières. "

    Elle sentait bien l'agacement de la femme qui savait qu'elle avait tout à perdre si leur arrangement était découvert, c'était d'autant plus amusant, qu'elle sente à quel point sa position était précaire, et ô combien elle avait besoin de son soutien et de celui de son seigneur titanesque. Elle lui offrit à manger, et la liche se saisit d'une datte pour la manger posément, répondant au sourire plus chaleureux de la charmante apprentie. Bien qu'elle n'ait pas besoin de manger d'un point de vue physiologique, elle appréciait les nourritures sortant de l'ordinaire.

    " Vous avez, j'ai cru comprendre, bien rempli votre part depuis notre dernière visite. L'on m'a soufflé que mes plans progressaient grâce à l'aide d'un bienfaiteur inconnu. Alors, je suis venue remplir ma part, moi aussi, et vous offrir un début de compréhension de celui que vous servez, ma jeune initiée... "

    Morndrizel choisissait ses mots avec soin, rabaissant l'hybride au rang de simple initiée des serviteurs de la Mort qui avait encore tout à apprendre - ce qui n'était pas faux au demeurant, mais ne manquerait pas d'agacer la mairesse - et en stipulant bien qu'elle lui offrait un "début" de compréhension, en d'autres termes, un petit quelque chose de rien, seulement des savoirs sur son maîtres, des connaissances utiles, mais pas ce qu'elle devait escompter. Pourquoi ? Parcequ'elle savait que le temps jouait contre son interlocutrice, elle la savait dévorée par l'ambition, et elle voulait savoir jusqu'où elle était prête à aller pour accélérer les choses, jusqu'où elle était prête à damner son âme pour servir le Titan de la Mort.
    Mairesse de Courage
    Mairesse de Courage
    Koraki Exousia
    Koraki Exousia
    Messages : 118
    crédits : 779

    Info personnage
    Race: Hybride (Femme/Corbeau)
    Vocation: Mage Noire
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t109-koraki-exousia-mairesse-de-courage-terminehttps://www.rp-cendres.com/t143-clients-et-detracteurs-de-l-ambrosiaque-koraki-exousiahttps://www.rp-cendres.com/t142-koraki-exousia-mairesse-de-courage
  • Mer 31 Aoû - 2:42
    - Vous connaissez les messages codés ? C'est très pratique quand on veut, par exemple, communiquer avec une personne précise sans craindre que la missive soit interceptés par la mauvaise personne. Vous devriez essayer, cela pourrait être utile.

    Une fois cette remarque faites, la Mairesse retourna quelques instants à sa paperasse, terminant de lire l'un des rapports qui lui avait été transmis, avant d'entamer la réponse écrite. Une méthode qu'elle copiait sur celle de la Présidente, qui agissait toujours de cette manière, afin de signifier à son interlocuteur que son temps était infiniment plus précieux. D'autant plus pour Koraki, qui souhaitait également rappeler à l'intruse qu'elle, Koraki Exousia, n'était pas n'importe qui dans ce monde. Elle était certes en collaboration avec la Grande Oratrice de la Mort, mais elle était également, et avant tout, la responsable d'une ville comptant plusieurs centaines de milliers d'habitants. Et rien, pas même le Nouvel Ordre et l'une de ses représentantes les plus éminentes, ne pouvait se targuer d'atteindre cet aura aux yeux de la politicienne.

    Qu'écrivait- elle exactement ? Rien. Elle ne faisait qu'écrire des mots au hasard, car elle n'avait en réalité pas lut le rapport. Cela importait peu, car le résultat était la seule chose qui comptait : rappeler à Morndrizel sa place. Cela soulevait d'ailleurs une réflexion intéressante dans l'esprit de la maquerelle : une immortelle pouvait-elle perdre patience ?


    - Pour ce qui est de ma secrétaire, je vous serais grée de ne rien tenter contre elle. Ce serait en effet un mouvement extrêmement stupide de votre part et je sais que vous êtes très loin de l'être, Madame. De un, vous me feriez perdre un élément très efficace dans mon administration, et les Titans seuls savent à quel point il est difficile de trouver du bon personnel de nos jours, et de deux vous ne feriez que semer encore plus de preuve de votre venue. Ce que nous voulons éviter, vous comme moi.

    La raison en était fort simple et Koraki n'avait nul besoin de l'expliciter à haute voix. Si d'aventure la Maison Bleue devait apprendre que le Nouvel Ordre avait envoyé une émissaire dans la Palais Municipal de Courage pour y rencontrer la plus éminente représentant de l'Etat, s'en serait finie de la collaboration qui liait les deux femmes, tout simplement car la Mairesse n'hésiterait pas à livrer Morndrizel aux autorités républicaines dans le bût de sauver sa tête. Un désir d'immortalité ne pouvais s'accomplir que si l'on restait en vie et, dans une situation pareille, les connaissances précieuses de la Mort-Vivante ne pesaient que trop peu dans la balance, comparé à la vie inestimable de la Reine des Catins. Elle n'aurait aucun scrupule, ni aucune peine à trahir son associée, tout simplement car son existence prévalait sur tout le reste.

    Finissant par se lever, elle s'approcha doucement de son invité, ses iris dorés pétillants de malice.


    - Vous devez garder une chose à l'esprit, Madame : ici vous êtes à Courage. Vous n'êtes pas à Celestia, où votre Voix peut faire Loi. Vous n'êtes pas dans une clairière où vous pouvez disposer vos troupes à votre guise. Vous n'êtes pas dans un lieu qui vous est familier, ni même qui vous est favorable. Vous êtes dans MA ville. Un simple claquement de doigt et vous finissez votre vie dans une geôle du Razkaal, là où personne ne vous entendra hurler.

    Une menace à peine voilée, mais qui, elle l'espérait, rappellerait à Morndrizel que malgré son propre statut, elle n'était rien, pour ainsi dire, en terre Républicaine. Elle ne jouissait de sa liberté que parce que Koraki le lui autorisait. Et ce que Koraki donnait d'une main, elle était largement capable de le reprendre de l'autre, à l'image du pouvoir de ce Titan qui semblait occuper une place si particulière dans le coeur de la Mort-Vivante.

    Et en parlant de X'o-Rath ...


    - Je ne sert pas le Sombre Maitre, Madame. Nous sommes en affaire, lui et moi. Je ne fais que rembourser une dette que j'ai contracté auprès de lui, lorsqu'il m'a béni d'un pouvoir qui, à jamais vous ferra défaut. Vos connaissances sont vastes, je vous l'accorde, mais moi je suis plus proche de lui que vous ne le serez jamais.

    L'espace d'un instant, les pupilles de la Catin se voilèrent de ténèbres, tandis qu'une vague de magie noire balaya l'ensemble de la pièce. L'air lui-même sembla trembler devant cette effroyable magie, alors qu'elle s'immisçait dans chaque objet qui occupait l'espace. Rapidement, la plupart prirent vie, ou plutôt la parodièrent, s'ornant de pattes chitineuses et de gueules acérées. X'O-Rath avait peut-être transcendé la Mort, mais Koraki, elle, avait transcendé l'immatériel.

    Le fauteuil sur lequel se tenait la Grande Oratrice s'anima tout autant, lui emprisonnant les bras de ses accoudoirs, tandis que la Mairesse acheva sa marche en arrivant devant elle, se penchant légèrement en avant, en direction de ce visage qu'elle avait embrassé, quelques mois auparavant.


    - Nous sommes bénies entre toutes les femmes, ma chère. Il serait stupide de se quereller pour l'affection d'un être qui ne nous accorde qu'une pâle attention, n'est-ce pas ?


    Première leçon : apprendre quelle est sa place [PV Koraki] 98e0

    Pouvoir de la Reine des Catins:
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Morndrizel
    Morndrizel
    Messages : 61
    crédits : 815

    Info personnage
    Race: Mort-vivant
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
  • Ven 2 Sep - 19:09
    " Oh oui, bien sûr, laisser des traces sur papier de nos correspondances serait sans aucun doute un meilleur moyen de communiquer... Mais ne vous fâchez pas, je suis certaine que vous arriverez à masquer cela, et par la suite je pourrais m'adresser plus aisément à vous. "

    Voir la colère de la mairesse qui comprenait qu'elle risquait d'être découverte était pour le moins divertissant, mais Morndrizel n'était pas une imbécile et avait fait en sorte qu'il n'y ait pas de répercussions possibles, du moins dans une moindre mesure. Oui, bien entendu on se demanderait qui était cette femme qui avait usurpé un nom, mais Koraki n'aurait qu'à prétendre avoir été dupée et jouer les innocentes, de toute manière, on ne reverrait pas Morndrizel à Courage avant longtemps, car elle s'adresserait à la jeune femme par sa projection astrale désormais. Il y avait tant de choses que Koraki ne pouvait comprendre, limitée qu'elle était par sa mortalité, c'était justement le rôle de la Grande Oratrice de guider ceux et celles qu'elle jugeait dignes dans leur service à ceux de l'autre-monde. Son petit jeu de patience restait sans le moindre effet, car c'était elle qui perdait du temps, pas la liche qui était habitée à conspirer sur des siècles et des siècles. Lorsque l'on incarnait la Mort, le temps devenait un allié car chaque chose devait ultimement mourir, sauf elle bien entendu. En cas de difficulté, elle pouvait aisément attendre des décennies qu'on l'oublie sans que cela ne ralentisse ses plans.

    Mais finalement, la régente de la ville à l'ambition démesurée finit par s'agacer de son petit jeu, une réaction si mortelle, si humaine... Avant tout, une réaction d'hostilité attendue par la seigneuresse des Morts qui testait à quel point l'ambition de la mortelle pouvait la brûler. De la sorte, il serait plus facile de l'utiliser pour ses desseins, et elle n'aurait aucun problème à lui rendre la pareille et la rétribuer pour son service. Morndrizel était une femme juste, avec ceux qui savaient rester à leur place, et si elle serait ravie de satisfaire les ambitions de Koraki, la demoiselle devait faire attention à ne pas mordre plus qu'elle ne peut mâcher... Les menaces qu'elle proférait n'avaient aucune portée pour l'avatar des Gardiens, elle ne craignait pas l'enfermement, pas plus qu'elle ne se sentait en danger vis à vis des forces de la ville. La raison était simple : si elle faisait comme elle disait, alors Morndrizel n'aurait aucun scrupule à dévoiler leur accord et son lien avec le Titan de la Mort, et Koraki savait surement que ses mots ne resteraient pas totalement étouffés. Une fois la graine plantée, elle n'aurait qu'à attendre que les suspicions ne germent au sujet de la femme aux cheveux d'argent.

    Son pouvoir en revanche agaça passablement la liche, dont les marques impies s'enflammèrent d'améthyste en réponse, de même que ses yeux. Jusqu'ici elle avait gardé son calme, mais cette fois la colère pointait sur son visage alors que la catin s'approchait d'elle, la pensant impuissante.

    " Il y a une chose, très chère, sur laquelle vous vous méprenez. Où que l'on soit, où que se porte votre regard, la Mort est là, et je ne doute pas que cette mairie que vous dirigez est elle-même construite sur les ossements de ceux qui vous ont précédé pour en arriver là... Aussi, je suis partout chez moi, dame Exousia. "

    La reine des catins sentirait alors la désagréable sensation glaçante d'une lame de faux sous sa gorge, tenue par un spectre derrière elle à l'apparence de la faucheuse, cet être que les païens ne croyant pas en X'o-Rath avaient choisi pour représenter cette peur primaire du trépas. Autour d'elles, d'autres formes semblèrent suinter du plafond comme du sol. Si Koraki semblait pouvoir contrôler les objets à sa guise, Morndrizel était une des plus puissantes nécromanciennes encore en vie, bien que ses pouvoirs aient grandement diminué. Elle sourit à son tour, avant de laisser un léger rire lui échapper.

    " Vous me plaisez, Koraki, alors laissez-moi vous éclairer sur une autre chose encore. X'o-Rath n'a nulle considération pour vous comme pour moi, ce ne sont que des fragments de sa conscience que nous ne pouvons saisir qui nous guident afin que l'on œuvre pour son grand dessein. Vous n'êtes nullement en négociation avec lui, mais avec moi, car comme vous le dites si bien il ne nous porte qu'une pâle attention, entre autre milliers de choses qui requièrent sa surveillance. Vous êtes indéniablement bénie, tout comme moi, mais cela signifie bien peu à ses yeux. Pour lui, nous ne sommes que des pièces sur un échiquier, qu'il utilise selon ses besoins. La question étant donc de savoir si vous souhaitez n'être qu'un pion, ou bien une reine... "

    Reprenant sa contenance habituelle, la liche se cala dans le fauteuil animé, son faucheur toujours prêt à décapiter la mortelle si elle tentait quoi que ce soit de stupide, son regard plongé dans celui de l'hybride avec un sourire aux lèvres.

    " Je pense savoir la réponse. Alors, j'espère que nous pourrons reprendre une discussion plus amicale désormais, et vous ? Nous avons de grandes choses à accomplir, vous et moi. "
    Mairesse de Courage
    Mairesse de Courage
    Koraki Exousia
    Koraki Exousia
    Messages : 118
    crédits : 779

    Info personnage
    Race: Hybride (Femme/Corbeau)
    Vocation: Mage Noire
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t109-koraki-exousia-mairesse-de-courage-terminehttps://www.rp-cendres.com/t143-clients-et-detracteurs-de-l-ambrosiaque-koraki-exousiahttps://www.rp-cendres.com/t142-koraki-exousia-mairesse-de-courage
  • Mar 13 Sep - 2:29
    - La Mort est partout présente, en effet, concéda la Mairesse dans un sourire des plus carnassier. Cependant, votre plus grande erreur est de croire qu'elle ne vient que du Titan Noir, de croire que le pouvoir ne vient que de la puissance brute d'une sombre magie.

    Apparaissant des ténèbres, des chaînes vinrent incarcérés l'Oratrice de la Mort, qui ne put les éviter, ses propres membres étant toujours ceint dans la poigne d'acier de son siège. Aussitôt que les maillons touchèrent la chair de l'envoyée du Nouvel Ordre, toute la magie qu'elle avait déployé jusque-là s'estompa, son faucheur disparaissant dans un dernier râle. Il ne faisait aucun doute que l’acier qui composait cette arme n’était rien de moins que de l’adamantine. Morndrizel pouvait le sentir, alors que le métal injuriait sa peau et sa chair, la privant de toute magie.

    A présent libre, la Reine des Catin se releva paisiblement de sa chaise, s’approchant à nouveau de celle qui n’était à présent plus que sa cible. Quel effet cela faisait, Grande Oratrice de la Mort, que de se retrouver à la merci d’une étrangère, simplement parce que tu pensais dans ta prétention que rien ne pouvait t’arriver ?


    - Le pouvoir, Dame Morndrizel, n'est pas qu'une simple manifestation physique d'un apprentissage magique. Il est également, surtout devrais-je dire, la manifestation d'une autorité bien plus intangible. Et la mienne, comme vous l'avez si bien décrite, est la plus puissante ici, en cette "mairie que je dirige".

    Son regard s’attarda un instant au-dessus de l’épaule de la Liche, regardant l’homme qui venait de réduire sa partenaire à la faiblesse la plus absolu. Il n’était pas n’importe qui … C’était le Chef de la Sécurité de Courage, l’homme le plus puissant de la cité. Et contre son pouvoir, Morndrizel ne pouvait rien, hormis pester et maudire. Elle n’avait même pas le loisir de bouger les membres ou de tourner la tête, tous étant encore fermement enferré dans la magie de Koraki.

    - Vous me plaisez tout autant, c'est indubitable. Cependant, je me dois de rectifier vos propos : je ne suis pas en négociation avec vous. Je vous utilise à mes fins, tout comme vous m'utilisez vous même. C'est la loi de l'offre et de la demande, ni plus, ni moins. J'ai déjà négocié personnellement avec ce cher X'o-Rath, madame. Vous, vous n' êtes que l'intervenant physique qu'il m'envoie. Pensiez-vous être autre chose ?

    Les souvenirs de sa rencontre avec le Titan Noir lui revinrent en mémoire, aussi clair et puissant que ne l’avait été la rencontre proprement dites, comme si elle la revivait en cet instant. Elle se souvenait parfaitement de ses mots, exigeant du divin qu’il fasse d’elle une reine. Et pas n’importe laquelle, la sienne.

    Et comme toute reine qui se respectait, Koraki était jalouse.


    - Je trouve cela amusant de constater que nous sommes à ce point d'accord, vous et moi, pour n'être toujours qu'en opposition.

    Un claquement de doigt et les chaînes dénouent leur emprise, rendant à la Grande Oratrice liberté et pouvoir. Cependant, l’homme se trouvait toujours en retrait, prêt à réagir à la prochaine action inconsidérée de la liche qui, toute puissante soit-elle, n’avait en réalité aucun pouvoir en cette terre.

    Laissant à la liche le temps de recouvrer ses esprits, la Mairesse retourna à son bureau, avant de désigner de sa main la chaise des plaignants qui se tenait devant, sans le confort qui accompagnait la place de Koraki.

    C’était-là, la place de Morndrizel. Elle avait refusé celle d’égale que lui avait proposé la Reine des Catins juste avant en croyant lui être supérieure, ce n’était que justice que de la remettre à sa place.


    - Commençons-nous ? Demanda-t-elle dans son plus resplendissant sourire.

    Le bruit des chaines du Maitre-Garde qui cliquetaient derrières elles menaçaient. Il n'y avait qu'une seule bonne réponse à apporter à cela.


    Première leçon : apprendre quelle est sa place [PV Koraki] 98e0

    Pouvoir de la Reine des Catins:
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Morndrizel
    Morndrizel
    Messages : 61
    crédits : 815

    Info personnage
    Race: Mort-vivant
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
  • Mar 13 Sep - 10:27
    Morndrizel devait bien avouer que d'être enchaînée ainsi lui était désagréable, et l'enrageait passablement. Elle avait pensé que la mairesse se montrerait assez intéressée par ce qu'elle avait à lui offrir pour se montrer raisonnable et attentive, mais son hubris était encore plus démesuré que celui de la plupart des hommes. Cependant, pour dire vrai, cela plaisait à la liche millénaire, car cet orgueil et cette volonté de domination était tout ce dont elle aurait besoin pour gravir les échelons. Les plus faibles, ceux qui ne cherchaient qu'une protection comme une autre en servant les desseins du sombre maître étaient dans l'erreur et ne seraient jamais plus que des pions, là où Koraki pourrait s'élever, si donné qu'elle accepte d'écouter et d'apprendre. La liche devait seulement changer de méthode avec une femme pareille, car la reine des catins ne se laisserait pas marcher sur les pieds et ne servirait pas les desseins de l'antique liche... Pas consciemment du moins, elle était bien trop fière pour cela. Qu'elle aille si loin qu'elle prenne le risque de voir son secret ébruité en le partageant avec son garde du corps, de s'en prendre à l'envoyée de son véritable maître, était aussi détestable que plaisant. Cela faisait des millénaires que Morndrizel n'avait pas vu de femme avec une telle ambition, et c'était... Rafraîchissant. Bien que cela voulait également dire que jamais elle ne devrait lui accorder plus de confiance que nécessaire.

    Malgré les fers sur sa peau, ses marques n'avaient pas cessé de flamboyer de magie d'améthyste, signe que rien ne pouvait étouffer l'antique magie dont elles étaient faites, héritée de X'o-Rath lui-même. Elle dardait de son regard la belle mais dangereuse mairesse. La croyait-elle ignare au point de ne pas savoir la puissance de lninfluence ? La liche étendait son autorité et celle de son maître sur le Sekai par l'intrigue et la politique alors même que le descendant le plus éloigné qu'il se puisse trouver de la politicienne n'était pas encire né. Mais la liche se garda de le préciser, il était bon qu'elle garde des atouts dans sa manche, juste au cas où... Elle finit cependant par sourire à la question de l'élue de X'o-Rath, et ce malgré sa position.

    " Mais bien entendu, madame la mairesse. Je suis Sa Grande Oratrice, Sa voix, c'est lui qui m'a conduite vers vous afin que je traite avec vous, je n'ai jamais prétendu être autre chose que Son intermédiaire. Pourquoi souhaiterais-je l'être ? "

    Évidemment il n'était pas certain que la mairesse puisse se fier aux dires de la liche, bien que ce soit un fait pour elle. Il était bon que les choses soient ainsi. Au final, elles aspiraient toutes deux a un but commun, Morndrizel n'ayant que faire des concepts si mortels de jalousie alors que sa place lui était acquise. Koraki avait encore tout à prouver, mais l'envoyée du sombre Titan n'avait aucune raison de ne pas l'aider.

    " Vous avez encore tant de choses a apprendre sur lui. Mais je suis là pour vous apprendre, pour vous aider a devenir celle que vous souhaitez être a Ses côtés... Sur cela, peut-être pouvons-nous nous accorder ? "

    Ses mots semblèrent faire mouche, car enfin Koraki la fit libérer de ces fers qui l'entravaient. Morndrizel se leva, caressant doucement ses poignets avant de commencer a marcher dans la pièce, ignorant le siège que lui montrait la maitresse des lieux. Elle préférait faire ses leçons debout, et il ne fallait pas que Koraki pense qu'elle se soumettait. Morndrizel l'aiderait volontiers si tel était le souhait de son maître, mais la reconnaissance se devait d'être réciproque.

    " Oh, mais cela a déjà commencé très chère. J'ai beaucoup appris pour ma part. Cependant, passons aux sujets qui je suis sûre vous interesseront mieux : parlons d'immortalité et de non-vie... "

    Elle se tourna un moment vers le garde, qui était toujours ici dans un coin. Elle ne le craignait pas, pas plus que ses fers, sa présence la dérangeait en le sens ou elle ne partageait pas ses connaissances à n'importe qui. Mais si cela amusait Koraki d'avoir un semblant de protection fort inutile - la liche ne souhaitant pas entrer en conflit - en contrepartie du risque d'être découverte, grand bien lui fasse. Aussi, de sa démarche lascive, la dame de la mort se mit à arpenter le bureau, glissant sa main sur le mobilier alors qu'elle marchait tout en parlant.

    " Ce qui nous differencie, pour le moment, vous et moi, c'est notre échelle de pensée, ma chère. Pas dans nos ambitions ou dans leur portée, je ne doute plus des vôtres, mais dans la temporalité. Comme tous les mortels, vous êtes poussés à l'empressement, car votre vie est courte, cela a du bon bien sûr car il empêche l'immobilisme, mais dans le même temps, il pousse à confondre vitesse et précipitation. Regardez votre présidente, une femme sans nul doute respectable, mais qui est contrainte à la fois par la durée de son mandat, et celui de sa propre existence. Dans un tel contexte, comment une continuité peut-elle se construire ? Les seigneurs du Reike ont un système de descendance et de familles, mais comment s'assurer que le fils ne va pas défaire l'œuvre du père ? Au final, seuls des immortels ont la vue suffisante pour régner sur le long terme... "

    Il n'était pas difficile de voir où Morndrizel voulait en venir, et elle ne tentait en rien de cacher le fait que l'immortalité serait une condition sin equa non de l'ascension de Koraki. Elle passa sur le fait que les menaces de Koraki étaient elle aussi limitées par sa vision mortelle. Si elle envoyait effectivement aux fers la liche, ce ne serait qu'une question de temps avant qu'elle ne parvienne a corrompre ses gardes, qu'une degradation naturelle du bâtiment n'oblige a la déplacer en lui donnant une ouverture, qu'une guerre fasse rage et force sa liberation, voire même que la République s'effondre sur elle-même. Tout n'était qu'une question de temps...

    " Vous comme moi n'avons pas eu la chance de naître immortelles, Koraki, et personne ne peut le devenir. Je vous prie de ne point accorder de crédit aux bonimenteurs avec leurs délires d'alchimistes et de pierre philosophale. Cependant... La non-vie apporte avec elle le don d'immortalité, et cela, je connais des manières d'y accéder, et je vous aiderai a l'obtenir. "

    Posant ses mains a plat sur le bureau, se penchant en avant vers la mairesse, Morndrizel lui sourit.

    " Est-ce un présent suffisant pour gagner votre pardon, très chère ? "
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum