DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Siame

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    La lune et ses étoiles - PA - Page 2 InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Coeur de Melorn
    Derniers sujets
    Brouillard [Orion]Aujourd'hui à 17:03Orion Yamveil
    Une Mort Silencieuse - PAAujourd'hui à 15:54Arès Wessex
    BahornAujourd'hui à 14:30Bahorn
    Picole... What else ? Aujourd'hui à 14:09Takhys Suladran
    Une oasis en danger ? [PW Takhys]Aujourd'hui à 13:19Takhys Suladran
    Pas d'bol | Pancrace & PerrineAujourd'hui à 12:09Pancrace Dosian
    [Groupe 2] Le Cœur de MelornAujourd'hui à 9:36Vaenys Draknys
    Descente au Marsouin BlancAujourd'hui à 9:14Takhys Suladran
    La ballade du voyageur [ft. Hestia]Aujourd'hui à 0:53Verndrick Vindrœkir
    [Groupe 1] Le Cœur de MelornHier à 23:04Malazach
    3 participants
    Aller en bas
    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 544
    crédits : 2700

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Lun 4 Mar 2024 - 0:21



    La lune et ses étoiles - PA - Page 2 VhWhcPU
    La lune et ses étoiles - PA - Page 2 3YJsJSx
    La lune et ses étoiles - PA - Page 2 S97PkAw
    La lune et ses étoiles - PA - Page 2 0pq6VOn
    La lune et ses étoiles - PA - Page 2 LviSlZQ
    La lune et ses étoiles - PA - Page 2 BYMKwlZ
    La lune et ses étoiles - PA - Page 2 PjYrboD
    La lune et ses étoiles - PA - Page 2 KrPNoIf

    À l'instar d'une mélodie lointaine, ses pensées dansaient au rythme des mots rassurants du drakyn. Puis, dans un geste d'une affection inexprimable, Tensai se pencha pour embrasser chastement les lèvres divines d'Ayshara. Ce baiser, reflet de leur amour, fut telle une étincelle embrasant le cœur de l'impératrice. Elle ferma les paupières, se laissant emporter par cette étreinte protectrice, ce moment de quiétude au milieu du chaos. Un serment taciturne qui liait leurs âmes au-delà des mers du destin. Au-delà des étoiles.

    Il était la force, et elle, la douceur.

    Un sourire tendre. Sa petite main frêle se joignit à la sienne, chaude et marquée. Au plus profond de son esprit, elle savait. Ce monde n'était qu'un fragment d'éternité cristallisé dans la neige et le silence. Arraché de sa poitrine.

    - Ce monde... Notre monde. Murmura-t-elle, pensive. Ses améthystes se fixèrent sur son époux avec une intensité ardente. Je suis celle que je suis grâce à vous. Grâce à l'amour que vous me portez. Sa voix calme oscilla comme le vent à travers les branches nues des arbres alentour. Je ne suis que le reflet de ce que vous m'offrez. Sa main effleura la joue de l'Empereur d'un toucher éthéré, presque irréel.

    Pendant un court instant, la belle vosdraak songea à ce chasseur et à P'tit Roux, deux êtres décédés, mais qui vivraient éternellement en son sein. Ensuite, elle réfléchit brièvement à sa "mort" lorsque cette flèche la frappa de plein fouet. Ce qu'elle avait vu, l'entité qu'elle avait combattue... Tout cela la poussait inextricablement à remettre en question les fondements connus de leur univers. La Mort... Existait-elle véritablement ? N'était-elle qu'une étape d'un voyage encore plus grand, un passage vers une autre forme d'existence ? Et la Vie...  Elle semblait se jouer des limites imposées par la perception. Nul ne pouvait réellement mourir. Chacun vivait quelque part, de manière physique ou spirituelle. Un frissonnement traversa l'échine de la dragonne. Non pas de peur, mais d'émerveillement et de curiosité devant un inconnu pas si étranger que ça.

    Le prince héritier chaudement installé contre la poitrine de la maîtresse du feu divin, le "groupe" ne tarda pas à reprendre l'avancée. La parade bizarre de Luna manqua quasiment d'arracher un fou rire à la souveraine, mais fort heureusement, elle fut capable de se retenir. Leurs silhouettes se découpaient dans la pâleur du décor hivernal. Chaque bruit paraissait étrangement amplifié. Un peu en retrait avec le renard et derrière Tensai, Ayshara berçait doucement le dragonnet à moitié endormi. Ses lèvres chuchotèrent des paroles apaisantes.

    - Aucun mal ne t'atteindra, mon petit dragon. Ton père et moi veillerons sur toi, à travers les ombres et la lumière. Le monde peut être un lieu étrange et merveilleux, mais tant que nous sommes ensemble, il n'y a rien à craindre.

    Heureusement, le voyage ne fut guère un problème pour la jeune femme à la chevelure de lune, puisqu'elle utilisa savamment son pouvoir de lévitation pour se reposer les jambes et esquiver les obstacles ardus. De toute évidence, il serait stupide qu'une mage de son niveau n'use pas de sa magie lors de pareilles circonstances. Son aisance dans la maîtrise des arts mystiques s'avérait telle, qu'il s'agissait maintenant d'un automatisme, un acte pratiquement aussi banal que de respirer. C'était le fruit d'une éducation poussée, mais également d'un talent inné.

    Soudain, une odeur âcre et pénétrante de brûlé lui titilla les narines. La belle fronça les sourcils, alertée par ce parfum hideux de désolation qui envahissait l'espace. Ils quittèrent finalement l'étreinte oppressante de la forêt morte, émergeant sur une colline qui leur donnait une vue parfaite sur... sur la capitale reikoise ? Bouche bée, cette scène était loin de ce que la reine des dragons espérait. La ville était en proie à un brasier funeste qui dévorait la lumière du soleil, transformant la cité en une vision d'apocalypse. Le cœur serré, la sœur de Vaenys se rendit compte que ce qu'ils avaient pris pour de la neige n'était en réalité que des cendres; des vestiges de souvenirs et de rêves consumés.

    - Ce sont des cendres. Les cendres de notre peuple. Son regard se perdit dans l'horizon embrasé, reflétant la lueur sinistre des flammes. Quand le Cœur cessera de brûler, ils seront Cendres.


    Une ancienne prophétie shierak racontait que le Sekai finirait dévoré par le Feu. Et que le lendemain, il renaîtrait de ses cendres, tel un phœnix, pur et lavé de tous ses péchés. Ayshara n'était certes pas une grande croyante; cependant elle avait tendance à accorder un certain crédit à ce genre d'histoire. Au fond, elle croyait que l'ardeur du dragon serait la clé de leur salvation et qu'il les emporterait tous... Pas vers la Mort. Non... Vers une Nouvelle Ère. Un monde affranchi de ses bévues et de ses douleurs. Un feu qui, dans son cœur, n'était pas celui de l'annihilation, mais celui du passage vers une existence de transformation et d'espoir.

    - Lorsque j'étais enfant, ma mère m'a conté une vieille légende parlant d'un brasier qui consume le Sekai pour ensuite le faire renaître, purifié et libéré de ses fautes. Dit-elle doucement, plus pour elle-même que pour les autres. Néanmoins, ce jour n'est pas aujourd'hui. Là, maintenant, nous devons combattre, non pour accélérer la venue de cette ère, mais pour protéger ce qui peut encore l'être. Pour sauver le Reike.

    Ils n'étaient pas prêts pour cette renaissance ultime.

    Ayshara hésita quelques secondes en regardant son ancêtre tendre la main pour recevoir Draknys. Céder son fils, même temporairement, à quelqu'un d'autre se voulait une épreuve de confiance immense. Cependant, la gravité de la situation et les paroles de la liche la convainquirent que c'était le choix juste à faire. D'une délicatesse empreinte de réticence, la mère-dragon déposa lentement le prince écailleux dans les bras de la sombre mage.

    - Prenez grand soin de lui. Ses prunelles dévisagèrent intensément le faciès de l'ancienne souveraine. Puis, la vosdraak s'approcha de son bien-aimé, accrochant avec douceur sa main à son bras. Allons-y, mon amour.

    La jeune femme inspira profondément et rassembla toute sa force. Là-dedans, au palais impérial, se trouvait le remède qui guérirait leur enfant... et peut-être plus. Cette Ikusa représentait son cœur brûlant. La belle sentit la chaleur des flammes caresser son visage, une chaleur qui lui était familière. "Ce feu, c'est le mien" réalisa-t-elle, une lueur d'épiphanie ensoleillant ses améthystes. Un rictus illumina ses lèvres quand elle aperçut ces monstruosités embrasées qui se glissaient hors des portes de la ville. Ces entités sculptées dans la peur et se mouvant avec la férocité d'animaux affamés de chair ne lui inspiraient nullement la crainte.

    Elle jeta un coup d'œil complice à son homme.

    - Qu'ils viennent ! Nous sommes prêts pour eux. Ces flammes peuvent essayer de nous consumer, mais elles trouveront en nous un feu bien plus puissant.


    La lune et ses étoiles - PA - Page 2 GKW2XIh
    Empereur-dragon du Reike
    Empereur-dragon du Reike
    Tensai Ryssen
    Tensai Ryssen
    Messages : 150
    crédits : 1096

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: S
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2323-tensai-ryssen-l-empereur-dragon
  • Mar 2 Avr 2024 - 19:26
    Evidemment qu’Ayshara est une reine accomplie, est à deux doigt de dire Tensai. Si, en tant que mari, le colosse ne voit que des qualités en la Vosdraak, en tant que monarque, il a eu le temps de voir sa moitié à l’œuvre, et celle-ci possède une attitude digne de sa fonction depuis longtemps. Certainement que son comportement, beaucoup moins grossier et rustre que l’homme-dragon, est issu de toute une éducation stricte et bien née, octroyée par les Draknys. Toutefois, ses qualités de souveraine, la belle les a développées par un don naturel et par sa bonne volonté. Quelque chose qui n’est pas donné à tous… Mais quoi qu’il en soit, la remarque de Luna semble évidente au guerrier. Peut-être que le chef barbare rechigne parce qu’il n’a pas totalement confiance en elle. Et tant que cette aventure ne sera pas terminée, il ne pourra s’empêcher de rester profondément sur ses gardes.

    Insensible à la parodie de Luna, le dirigeant se tait et leur marche reprend sur ces terres enneigées. Le Drakyn laisse Ayshara marcher un peu derrière elle, et un mince sourire apparaît sur son visage quand il l’entend parler à leur enfant. Oui, aucun mal ne lui serait fait. Pas en leur présence.

    D’ailleurs, une forêt aux arbres morts a beau les entourer toujours plus profondément, ces bois morbides le laisseront profondément indifférent. Il n’y a pas de quoi avoir peur de ces végétaux qui ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes – végétaux qui, du reste, leur confirme qu’ils sont bien dans une sorte de voyage mystique, entre rêve et réalité à la fois. Voyant qu’Ayshara s’en sort, en portant son fils dans ses bras, le tueur de Titans se concentre sur sa propre progression.

    Mais c’est connu, la patience n’est pas le fort de Tensai.
    Et quand il voit un amas de branchage dans lequel il devrait en toute logique se contorsionner, l’homme s’arrête, forçant leur guide et son épouse à faire de même.

    - Cette forêt m’ennuie.

    Un silence alors que le guerrier cherche manifestement une bonne cible. Et il la trouve.

    Saisissant le tronc d’un arbre relativement épaix, celui-ci n’émet aucune résistance quand le dirigeant le brise par la force, ne laissant que ses racines et sa base au sol. En toute logique, l’arbre devrait s’effondrer à terre, sauf que Tensai l’empêche de s’écrouler avec fracas et saisit de ses deux bras. Bien vite, les deux femmes comprendront ce qu’il veut faire, quand le guerrier lancera son large projectile devant lui. Animé par la force brute qu’il insuffle dans son lancer, le bois mort vole, s’écrase contre les branchages les plus chétifs, et continue sa course sur plusieurs mètres, leur laissant déjà un espace plus « ouvert » pour continuer leur progression.

    - C’est mieux, lâche-t-il avec un air un peu plus appréciateur. Ce qui tient encore debout ne devrait guère leur poser de problèmes, et de toute façon, le chef du Reike n’hésitera pas à recommencer l’opération plusieurs fois si nécéssaire. Jusqu’à ce qu’une odeur de souffre ne leur parvienne et leur fasse changer de paysage. Les voilà désormais sur une butte, de laquelle ils surplombent Ikusa.

    Tensai écoute Luna d’une oreille, mais contrairement à sa moitié, il n’ouvre pas la bouche. A l’inverse, son visage se ferme un peu plus. Il est coutumier de ces scènes de dévastation, car il en a produite des centaines au cours de sa vie. Le barbare est un habitué du bruit des flammes, des cris de désespoirs, des suppliques qu’on lui adresse juste avant qu’il n’abaisse sa lame pour ôter des vies. Il n’est donc pas étranger à de tels paysages, non. A une époque, il les recherchait même avec envie, dans l’espoir de trouver ainsi un rival à sa taille, qui puisse rivaliser avec lui.

    Cependant, découvrir Ikusa dans un tel état reste impressionnant.

    - Même moi, je n’ai jamais cherché à la dévaster autant, observe-t-il d’un air froid, qui analyse toute présence hostile au sein de la cité. Il est manifeste que, en cet instant, son caractère guerrier ressort, et qu’il est prêt à en découdre. D’ailleurs, ce n’est pas sans intérêt qu’il écoute la devise d’Ayshara. « Quand le Cœur cessera de brûler, ils seront Cendres ». La laissant évoquer sa mère, qui lui racontait l’histoire d’un brasier dévorant le Sekai, il observe une dernière fois la cité avant de se rapprocher de sa chère et tendre.

    - Des cendres jaillissent la vie. Ce n’est qu’un éternel recommencement.

    Tensai ne se doute naturellement pas comme il dit juste, mais la réincarnation et la purification de leur monde est loin d’être sa préoccupation première. Son regard montre bien qu’il n’est pas ravi de laisser leur premier-né à Valeery, cependant, il laisse faire Ayshara lorsqu’elle lui confie son bébé.

    - Nous vous confions le joyau de notre famille et le trésor de ce pays, fait-il en regardant gravement Luna. Ayez bien conscience des responsabilités qui vous incombent. Une pause. Puis, Tensai ajoute, presqu’à contrecoeur : Ne trahissez pas notre confiance.

    Draknys mis à part, ce qui importe à Tensai est le but de cette nouvelle épreuve et celle-ci est claire : il leur faut atteindre le palais. Bien sûr, il y a ces mystérieuses créatures enflammées, mais, c’est leur monde et surtout celui d’Ayshara. Il est probable que ce soit elle qui en définisse les règles, les possibilités et les limites. Ensuite, ils sont deux. Pour l’homme-dragon, cela ne peut signifier qu’une chose. Une chose très simple, tant elle coule de source à ses yeux.

    Tant qu’ils sont unis, ils sont invincibles.

    Aussi, l’âme-sœur de la Vosdraak lui rend son coup d’œil complice alors qu’ils se dirigent en direction de la cité. Il se permet même de saisir sa main, jusqu’à ce que leurs premiers « ennemis » ne se déploient à l’horizon.

    - Voyons s’ils passent à l’offensive. Et si c’est le cas, – un sourire plus marqué naît sur le visage du combattant – attaquons-les ensemble.

    Le Drakyn a un grand instinct de protection, oui. Mais le colosse ne considère pas sa reine comme une petite chose fragile. Sa magie, il le sait, est redoutable, et rien n’est plus complémentaire qu’un guerrier et une magicienne qui agissent en symbiose.

    Si les créatures les attaquent, donc, Tensai lâchera naturellement la main d’Ayshara pour saisir sa claymore d’un mouvement vif, trop vif pour le commun des mortels. Puis, il ira au front. En comptant sur le doigté et la précision de la Reikoise qui, par sa magie élémentaire, peut consumer les ennemis qui l’entourent ou qui, encore,  peut créer des projectiles redoutables par sa télékinésie.

    Les deux formeront un duo insolite dans cette capitale ravagée, pourtant leur progression dans la ville se fera lentement mais sûrement.

    Ils finiront bien par atteindre le cœur du palais, là où ils pourront récupérer le remède pour leur enfant.
    Du moins, ils l’espèrent.
    PNJ
    PNJ
    Messages : 463
    crédits : 1493

    Info personnage
    Race:
    Vocation:
    Alignement:
    Rang:
    qui suis-je ?:
  • Ven 19 Avr 2024 - 2:31
     
    La lune et ses étoiles


    D’un hochement de tête, la liche tenta de calmer les appréhensions de l’empereur quant à la confiance qu’il venait de placer en elle bien qu’à contrecoeur.

    —Si la volonté de la lune était d’élaborer un traquenard si compliqué, je serais la première à m’en questionner. Toutefois, ce ne sont pas les preceptes de l’astre nocturne qui s’exprime actuellement à travers moi. Vous avez ma parole, en tant que vosdraak. Je ne laisserai rien arriver à votre descendance. Draknys sera en sûreté jusqu’à votre retour.

    Le dragonnet sembla se réveiller lorsque sa mère le déposa dans les bras de Luna qui, autrefois mère, retrouva une partie de ses instincts de jadis, récupérant le petit avec une douceur insoupçonnée.
    Le dragon émit alors un petit cri de dragon, trop faible dû à sa fatigue et le mal dont il était actuellement atteint. Tout d’abord mécontent de quitter les bras de sa mère, il sembla toutefois se calmer un peu quelques secondes plus tard. Était-ce dû à la fatigue trop intense ou au fait qu’il retrouvait chez la liche quelques caractéristiques semblables à celles de sa mère ? Eut-il été capable de parler, il était de toute manière trop épuisé pour répondre à cette question. Dans tous les cas, le petit ne s’agitait pas. Ses parents pouvaient donc se tourner avec un cœur un poil plus serein vers les insolents qui osaient s’en prendre au joyau du Reike.

    Si ces créatures d’ombres et de flammes brûlaient d’un feu terrifiant, emportant avec eux les cris de leurs victimes, ils se heurteraient sous peu au feu de la mère des dragons qui leur ferait comprendre le vrai sens des braises ardentes tandis que son époux n’aurait aucun mal à leur faire éprouver la même terreur que ces entités semblaient tant s’amuser à faire naître chez les villageois.

    Se retrouvant rapidement non loin des portes de la ville, plusieurs habitants passèrent à côté d’eux, tentant de protéger leurs enfants des monstres. Derrière le couple, le soleil se levait progressivement telle une métaphore de la sécurité que le duo apportait au Reike, chassant les ténèbres.
    Devant un tel spectacle, les étranges créatures ténébreuses hésitèrent un instant, fixant cette source lumineuse qui venait inquiéter leur partie de chasse. Les créatures échangèrent un regard avec les enfants des astres avant de pousser un long cri glauque. Dès lors, les entités se ruèrent en direction du couple derrière lequel étaient en sécurité les reikois qui avaient pu quitter les flammes.

    Tensai, bien trop habitué à de tels champs de bataille, avait déjà joué la rencontre dans son esprit. Si bien que lorsque le premier insolent vint à lui, ce dernier avait déjà lâché la main de son épouse pour fendre l’air de sa lame. La créature continua sa course derrière le souverain avant de se séparer en deux quelques pas plus loin pour s’écrouler sans une once de vie.
    Les vils créatures de l’ombre semblèrent reconsidérer leur attaque l’espace de quelques instants. La prouesse du drakyn tranchant en deux parties bien nettes l’un des leurs sans qu’ils n’aient pu discerner l’action venait de les refroidir grandement.

    Toutefois, dans un gargouillis monstrueux, les êtres impies reprirent du poil de la bête en attaquant tous ensemble. Après tout, ils étaient nettement plus nombreux que le guerrier, aussi puissant soit-il. Pouvaient-ils réellement échouer ?
    C’était là bien mal connaître Tensai Ryssen qui de toute évidence n’en était qu’à l’échauffement. Pour un guerrier de sa trempe, de telles créatures n’étaient rien. Il put les retenir à moindre effort bien que ces dernières continuaient d’affluer sans cesse. Une erreur tactique de leur part, car en reposant toutes leurs attaques sur le guerrier indomptable, les ombres embrasées avaient oublié qu’il n’était pas seul. Une erreur qu’elles n’auraient probablement pas le luxe de répéter. Ignorer Ayshara Ryssen, impératrice du Reike mais également mère dont le cœur réclamait vengeance était de ces bévues qu’il était impossible de reproduire. Laissant libre court à ses pouvoirs, elle pu faire goûter à ces menaces l’étendue de ses pouvoirs ainsi que de sa force d’esprit.

    Son feu divin purifiait les ténèbres et les flammes maudites émanant des créatures. Et après quelques minutes, des cendres teintées d’une douce lumière d’or reposaient devant les portes de la ville tandis que la lumière derrière le couple gagnait de nouveau du terrain, oppressant un peu plus les ombres qui se repliaient au sein de la ville et plus particulièrement dans le palais.

    Derrière eux, les habitants qui avaient fui s’étaient changés en soldats, prêts à combattre pour leur foyer.

    —Nos seigneurs sont avec nous ! Notre Soleil et notre Lune ont pris les armes pour protéger le dernier bastion Reikois ! Frères et sœurs du Reike ! Ne le laissons point tomber ! Derrière eux, rien ne peut nous atteindre ! Pour nos seigneurs ! Pour nos familles ! Pour le Reike !

    Le couple était bien plus qu’un instrument de destruction sur le champ de bataille. Ils étaient la clé de voûte du Reike. Le feu qui embrasait le coeur de la lune se propageait à une vitesse folle au sein de son peuple. Tels étaient les Reikois. Le peuple le plus soudé du Sekai. Fiers et arrogants, ils ne laisseraient personne leur marcher dessus ainsi. Encore moins lorsque l’empereur et l’impératrice se tenaient à leur côté.  Ils se chargeraient de combattre au sein des ruelles d’Ikusa, laissant au couple royal la lourde responsabilité de se charger du cœur du mal, caché au sein du palais. Le palais d’Ikusa était le cœur du Reike et il était hors de question de le voir sombrer.

    Arpentant les rues embrasées de la capitale, notre duo favori se heurta de nouveau à quelques attaques. Les créatures, qui avaient compris la dangerosité du couple, employaient des stratégies plus viles. Se camouflant à l’ombre ou au détour d’une rue. Attaquant au moment propice. Toujours à plusieurs, dénotant avec l’honneur Reikois qui respirait jadis de cette ville.
    Ils en vinrent même à copier la voix d’un enfant, faisant mine d’être bloqué dans un bâtiment en flamme pour mieux prendre par surprise le couple au cas où ces derniers décidaient de porter secours au bambin.

    Après une marche des plus agitée, le couple parvint finalement à franchir les portes du palais impérial, envoyant voler au passage le garde d’ombre qui avait eu l’audace de se dresser face à eux.
    Une odeur de soufre ne tarda pas à envahir les narines des maîtres des lieux. La lumière qui s’était dressée sur la ville à leur passage peinait à percer l’intérieur du palais qui semblait recouvert d’un feu sombre, obligeant nos deux héros à avancer en s’aidant de leurs sorts pour illuminer leur chemin.
    Étrangement, un silence de mort reposait dans le château. Comme si la vie avait totalement quitté les lieux.

    Aidés par la luminosité de leurs magies ainsi que la connaissance des lieux, Ayshara et Tensai ne tardèrent pas à rejoindre le cœur du palais. La salle du trône. L’obscurité en devenait plus dévorante à chaque pas, les rapprochant peu à peu de la finalité de ce voyage.
    Ils se retrouvèrent face à un gouffre béant, s’enfonçant à de nombreux mètres sous la surface du sol. La lumière qu’ils projettaient ne semblait pas être en mesure d’en atteindre le fond, pourtant ils étaient certains d’une chose. L’obscurité devenant opaque à force de se concentrer en un seul point leur soufflait l’indice que la chose qui corrompait ce monde introspectif se cachait au plus profond de ce gouffre. Il ne pouvait en être que de même pour le remède tant convoité.

    Quant à savoir quelle forme il prendrait, le mystère était encore complet.

    Puisse le couple sauter au sein du gouffre, le duo se sentira chuter telle une plume, retenus par les ombres qu’ils percent progressivement afin de se retrouver dans un lieu sans lumière, bercée par les ombres.
    Une figure titanesque se dressera progressivement devant eux, faisant écho à leurs souvenirs de leur affrontement face à Kazgoth. Prête à croiser le fer et émulant les mêmes capacités que jadis. La figure émettra les mêmes bruits étouffés que les ombres avant d’engager le couple, déchaînant sa fureur sur eux. Débutant ainsi un combat de longue haleine.

    CENDRES
    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 544
    crédits : 2700

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Lun 6 Mai 2024 - 1:39

    La peur, bien sûr, était présente — une peur palpable de ce qui les attendait dans le cœur embrasé de leur ville bien-aimée. Cependant, plus forte encore se voulait la détermination. Et comme disaient les sages mots de Tensai, des cendres jaillirent la vie. Synonyme que même plongé au sein d'une situation désespérée, il pouvait toujours y avoir cette lumière salvatrice. La proximité de son époux, l'homme le plus cher à ses yeux, était sa plus grande force. Ensemble, ils formaient une alliance invincible, prête à affronter les horreurs libérées par ce désastre.
    Quoi qu'il en soit, Luna venait de donner sa parole concernant la protection de l'écailleux héritier, ce qui permettrait aux deux dirigeants de l'Empire de combattre leurs adversaires sans se soucier de la sécurité immédiate du dragonnet. Les monarques avaient-ils fait le bon choix en confiant leur précieux à cette fanatique de la Lune ? Seul l'avenir saurait y répondre.

    Main dans la main, ils avancèrent vers la cité en proie aux flammes, au même rythme que l'astre solaire. La prise se resserrait. Déterminée. Combative. La désolation apparente du paysage ne les arrêta point. Dès qu'ils approchèrent le joyau du désert, ils purent voir de plus près des reikois en fuite, des visages paniqués, impuissants face à une pareille catastrophe. Des familles entières se pressaient hors des portes de la ville, portant sur leurs dos le peu qu'ils avaient pu sauver du brasier mortel. Leurs cris et pleurs s’immisçaient aux crépitements furieux du feu, composant une cacophonie poignante de détresse. À brûle-pourpoint, des créatures d'ombre enflammées - plus grandes et terrifiantes que tout ce qu'Ayshara avait pu imaginer - se désintéressèrent de la mêlée et foncèrent droit sur le couple impérial. Protecteur, l'Empereur se détacha de sa dulcinée et dégaina sa claymore avec une dextérité qui ne laissait aucun doute sur ses compétences martiales. Et il passa à l'attaque. Tel un phare dans la nuit noire, il repoussait et anéantissait les assaillants, un par un, ses mouvements une danse de force et de férocité contrôlée. De son côté, la belle vosdraak ne demeura pas inactive. Loin de là ! Des flammes divines naquirent de ses paumes, une réponse ardente à l'assaut des ténèbres. Le feu de la dragonne ne s'avérait pas seulement destructeur; il était aussi purificateur, brûlant l'ennemi tout en préservant les innocents selon la volonté de sa maîtresse. Son esprit vif et son cœur de mère la poussant à protéger. Puis, profitant d'une rare accalmie entre deux victimes, elle utilisa de nouveau sa magie afin de concevoir des illusions visuelles qui désorienteraient les créatures obscures : des petits reptiles volants, lumineux et éblouissants. Ceux-ci attirèrent rapidement l'attention des malfrats, qui, fascinés ou peut-être trompés par le sortilège de la jeune femme, se détournèrent de leurs proies humanoïdes. Appâtés, certains les poursuivirent, s'éloignant des voies, permettant ainsi aux citoyens terrifiés d'être capables de mieux s'organiser. De reprendre leur souffle et le contrôle d'eux.


    La transformation qui s'en suivit ne manqua pas d'attirer le regard de la mère des dragons. Les habitants, auparavant fuyards et désespérés, se métamorphosèrent soudainement en vaillants soldats reikois, munis du sang-froid et de l'acier tranchant de leur héritage belliqueux. Ils constituaient désormais une phalange impénétrable derrière le couple. Vigoureuse. Galvanisés par la démonstration de force des empereurs, les hommes se joignirent tous à l'affrontement en cours. Nulle hésitation ici. Ainsi armés de lances et d'épées, ils progressèrent en formation serrée, boucliers levés contre les jets ardents et les horreurs ambulantes, armes luisant d'un éclat froid sous le rougeoiement d'un ciel en furie. La brutalité du combat faisait rage. Disciplinés, les guerriers savaient exactement comment utiliser l'environnement de la ville d'une façon avantageuse. Ils coincèrent plusieurs créatures dans des ruelles étroites où leur nombre ne pouvait pas faire la différence, piégeant certaines sous des débris encore fumants. Et ils continuèrent, leurs cris de guerre s'élevant toujours plus haut, plus loin. Une marrée de fer déferlait. Pourtant redoutables et cauchemardesques, les envahisseurs ne pouvaient résister à cette tempête de violence orchestrée sous l'impulsion de la volonté du Reike. Durant la progression, les soldats sculptaient la destruction, repoussant la menace comme s'ils chassaient la Mort elle-même de son royaume. Ils étaient une force indomptable. Leurs lames rencontrèrent la chair flétrie des ennemis, les éviscérant sans pitié. Le son des os brisés et des exhalaisons de vapeur toxique accompagnait les frappes, tandis que le sang des monstres, noir, maculait le sol pavé de la capitale. Sous les coups combinés du roi et de la reine, sous les assauts répétés de leurs loyaux sujets, les entités malfaisantes se mirent à flancher, à reculer, jusqu'à ce que, peu à peu, l'incendie de leur rage soit étouffé par la puissance du vent de la résistance reikoise.

    Chaque vie comptait, chaque mort se payait au prix fort.

    À l'instant où les pleurs supposés d'un enfant s'élevèrent au-dessus de la scène de carnage, l'impératrice ressentit un élan presque irrésistible de se précipiter vers le lieu d'où provenaient ces cris. Son instinct maternel luttait contre la réalisation glaciale que tout cela n'était - possiblement - qu'une ruse. Percevant la tension dans le corps de sa compagne, Tensai posa une main ferme mais rassurante sur l'épaule de la belle, un rappel silencieux de rester vigilants et concentrés. Ayshara ferma les paupières, respirant profondément, histoire de calmer ses envies et créer un meilleur espace pour la raison.

    - Non ! Je ne céderai pas à de pareilles tromperies. Mon cœur connaît la vérité et je ne laisserai pas ces abominations abuser de ma compassion !

    Finalement, ils atteignirent le palais, non pas sans tabasser quelques gueules supplémentaires au passage. Le brasier qui dévorait la structure était d'un noir si intense qu'il semblait engloutir toute lumière. Un feu sinistre, corrompu. La température torride qui s'en dégageait devint quasi insupportable. La blonde sentit une pression écrasante. Comme si on essayait de l'opprimer, de la tester. De saper son moral, surtout. La respiration lourde de la jeune femme témoignait de la résistance opposée. Il fallait tenir le coup. Pour Draknys. Pour l'Empire.

    Afin de se donner un peu plus de courage, elle serra la main de son âme sœur. La chaleur de sa paume contre la sienne la réconforta.

    - Nous devons réussir !

    L'arrivée d'Ayshara et de Tensai dans la salle du trône ne fut accueillie que par un silence abyssal et un précipice sombre béant. Ils échangèrent un regard complice, une communication tacite. Sans un mot, comprenant promptement l'inévitabilité de leur prochaine action, ils sautèrent dans le vide. La descente parut interminable, un ballet de plumes parmi les ténèbres où le temps et l'espace perdaient tout sens. Lorsqu'ils posèrent pieds au fond du gouffre, un voile de noirceur absolue les enveloppa. Une absence totale de luminosité. D'instinct, la sœur de Vaenys invoqua sa magie de lumière. Aussitôt, son corps irradia d'une lueur éclatante, fendant les ombres de ce lieu très peu ragoûtant. Et ce fut durant ce moment de clarté précaire qu'une silhouette titanesque se dressa... Une forme ressemblant étrangement celle de Kazgoth, le Titan qu'ils affrontèrent des années plus tôt, pendant la guerre, à Bénédictus... Impossible d'oublier une confrontation de ce niveau. Hostile, l'entité chargea. Qu'est-ce que tout cela signifiait, au juste ? Pestant intérieurement, la vosdraak érigea un mur de feu divin que leur adversaire ne pourrait franchir sans se blesser grièvement. Les flammes dorées de la reine dansaient avec grâce, formant un rempart entre eux et la manifestation monstrueuse.

    - Reculez, créature ! Nous avons traversé des épreuves qui auraient brisé beaucoup, mais nous sommes ici, ensemble, debout. Si combat il doit y avoir, sachez que nous sommes prêts. Cependant, nous cherchons avant tout la guérison, pour notre peuple, pour notre fils, et pour ce monde. Entendez raison !


    Tour 7


    Empereur-dragon du Reike
    Empereur-dragon du Reike
    Tensai Ryssen
    Tensai Ryssen
    Messages : 150
    crédits : 1096

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: S
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2323-tensai-ryssen-l-empereur-dragon
  • Ven 10 Mai 2024 - 17:14
    Ce monde était à n’y rien comprendre.
    La rencontre avec le renardeau, d’abord. Celle avec le chasseur, ensuite. Enfin, cette ville en flammes, assaillie par par des ombres, semblaient tirées d’un cauchemar, dont on ne se réveillait qu’avec difficultés et avec beaucoup d’angoisse. Pour une personne lambda, du moins.

    En ce qui concernait Tensai, l’homme-dragon réfléchissait davantage avec pragmatisme. Il n’y comprenait pas grand-chose, non, mais savoir que cette épreuve était liée à Ayshara lui suffisait. Du reste, devoir la défendre elle et son fils était un objectif bien suffisant jusqu’à ce qu’ils terminent leur périple. Quant à devoir affronter des créatures chimériques… On n’allait pas se mentir, c’était quelque chose qui lui plaisait. Le combat coulait dans ses veines depuis qu’il était venu au monde : pourquoi être effrayé par des silhouettes sombres ? Comme toute chose, elles étaient mortelles, tout simplement. Le Drakyn avait aussi suffisamment de force pour avoir une arrogance tranquille. Une force matérielle, d’une part, et une force morale d’autre part, puisque sa moitié coopérait avec lui dans cet affrontement sauvage.

    Et c’était véritablement cela qui poulait effrayer leurs ennemis. Là où Tensai savait aller au front, Ayshara savait défendre et attaquer à distance. Leur complémentarité était sûrement l’une des choses les plus belles et les effrayantes de ce monde. Tournée vers un objectif noble, cela pouvait faire des merveilles, mais si l’un d’eux déviait du droit chemin, et entraînait son binôme dans sa chute, peut-être qu’ils pourraient être encore plus redoutables que les Titans eux-mêmes.

    Quoi qu’il en soit, alors que le Conquérant tranchait et annihilait ces êtres éthérés, la Vosdraak invoqua sa magie pour créer un feu purificateur qui brûlât totalement ses ennemis. Pendant ce temps, des reikois venaient se réfugier près d’eux, certains étant de simples citoyens, d’autres des enfants en bas âge, d’autres encore des vieillards. Tensai ne leur accordait aucune attention. Son objectif était d’attirer le plus de créatures pour en liquider le plus possible, et à ce titre, il ne pouvait baisser totalement sa garde pour en venir en aide à ses sujets. De plus, une part rationnelle de son esprit lui soufflait qu’ils n’étaient sans doute qu’une illusion, que le but de leur épreuve n’était pas forcément de s’attarder éternellement dans la cité. Alors non, il n’allait pas aider la veuve et l’orphelin pendant dix ans. Déjà, ce n’était pas son style. Et puis, Luna leur avait bien dit d’avancer jusqu’au cœur du palais.

    Leurs actions avaient néanmoins des conséquences, puisque, plus le temps avançait, plus la lumière du soleil se levait sur Ikusa. Un symbole certainement, dont Tensai ne fit guère cas : il se réjouit juste que les ombres souffrissent de cette lumière naturelle et que celles-ci dussent donc se replier au sein du palais. Ce serait la dernière forteresse de cette conquête. Mais il y a quelques années, il avait déjà réussi cet exploit. Alors il n’aurait point de mal à recommencer, encore plus aux côtés de la belle aux cheveux argentés.

    Un fait qui l’intéressa beaucoup plus que le lever du soleil fut l’apparition de l’armée reikoise. Fortifiés par leurs souverains qui les défendaient, voilà que des officiers se mettaient aussi en marche, avec des paroles d’encouragement qui se répandraient dans toute la troupe derrière eux. Il n’était sans doute pas nécessaire de leur donner des ordres, mais tout bon commandant se devait de mener ses hommes, et un poil stratège, Tensai se tourna vers le lieutenant des soldats.

    - Luteni. Rien dans sa tenue n’indiquait que cet homme avait ce grade, car c’était un anonyme comme un autre. Cependant, Tensai voulait justement voir si sa parole était performative, et si donc celle-ci pouvait influer le déroulement de ce qui se passait en ville. Justement pour affaiblir les ombres.  Au vu des circonstances, je t’élève au rang de Kharsis. Défends la ville pendant que l’Impératrice et moi-même défaisons notre ennemi au sein du palais.  Lequel ? Il l’ignorait. C’était d’ailleurs bien pour ça qu’il ne le nommait pas distinctivement, l’idée était simplement de donner ses ordres, que l’armée régulière eût ainsi l’impression d’être guidée, pendant que ses souverains étaient au front.

    Le colosse laissa ensuite leur armée prendre elle-même le relais alors qu’ils s’avançaient au cœur de la capitale, affrontant par là-même la perfidie des créatures sombres. Ce n’était pas un réel problème pour le couple, et une seule fois, Tensai arrêta l’élan d’Ayshara quand elle voulut se diriger vers une maison en flamme. C’était des pleurs d’enfants oui. Mais leurs hommes s’en occuperaient. Ils ne devaient pas repousser l’ennemi en oubliant l’essentiel. Car en dehors de la ville, leur fils attendait, et il leur fallait impérativement trouver un remède.

    Ponctuant sa poigne solide d’un sourire compréhensif qui vint un temps adoucir ses traits, Tensai reprend la route avec son épouse, alors que leurs troupes militaires avancent, ordonnée et inarrêtable. Obéissant à des ordres des grands officiers, les simples soldats ont la chance d’avoir beaucoup de cohésion et d’être disciplinés. Bien dès fois, observe le Tueur de Titans lors de leur progression, cela les empêche d’être pris de court par la malice et la ruse des ombres. Et quand un autre doute, un autre camarade, peut-être plus âgé ou plus expérimenté, vient rapidement en aide à son frère d’arme pour éviter des problèmes en chaine. Il s’agit sans doute d’une armée idéalisée, à cause de ce monde onirique très particulier, mais cela reflète la volonté des deux dirigeants d’avancer dans une même direction, avec leur peuple, avec leurs soldats, avec leurs sujets.

    Reste à entrer dans le palais. Celui-ci est d’un noir d’encre. Pour peu, on aurait l’impression d’entrer dans l’obscurité la plus complète. Tensai sonde cet endroit qui est leur demeure, pose encore son regard sur les créatures qui veulent les empêcher de faire des pas supplémentaires.

    Non.
    Disparaissez.
    Il n’est personne de plus déterminé que des parents quand ils veulent prendre soin de leurs enfants.

    La suite le leur démontre puisque cette « barrière » ne peut rien contre leurs attaques. Il ne reste donc plus qu’à entrer dans ce feu noir, sombre, torride, qui semble vouloir les consumer jusqu’à l’os.
    Tensai est un guerrier, et pourtant, il va chercher lui-même la main de son épouse, alors que celle-ci a la même idée. Il lui serre la main non pas pour trouver du réconfort – sa seule présence suffit pour cela –, mais pour lui signifier qu’ils sont ensembles, et qu’à ce titre, il ne peut rien leur arriver. D’ailleurs, quand elle lui parle, il se contente de dire deux mots.

    - Nous réussirons.

    Il s’agit assurément d’une forme d’orgueil, mais plus encore d’une confiance absolue en son âme-sœur. L’un n’avance pas sans l’autre, et si cela devait arriver, celui qui resterait serait comme amputé d’un de ses membres. Tensai, sans la sagesse d’Ayshara, ne serait rien qu’un guerrier, redoutable, certes, invincible, c’est vrai également, mais il perdrait beaucoup s’il devait lui manquer l’empathie, la patience, la sagacité de son âme-sœur. Et la Vosdraak aurait tout à perdre si elle ne pouvait pas s’appuyer sur la fermeté, la sévérité, et l’expérience de son époux, qui sait voir au-delà des paroles mièvres et qui se moque même de la politique, pourtant nécessaire afin de diriger un royaume.

    Complémentaires, ils le sont, et bien que la pénombre comme le silence soient complets, ils marchent désormais dans le palais à un rythme lent et prudent. Le roi et la reine représentent les seules lumières de cet endroit. Mais aucun obstacle ne se présente à eux jusqu’à la salle du trône. Au contraire, si on ne compte pas l’obscurité, tout est effroyablement calme. Il y a juste un gouffre… Et le duo échange un seul regard pour avoir l’approbation muette de son compagnon. Dans une coordination parfaite, tous deux sautent dans le trou. Ayshara vole pendant que Tensai déploie pour sa part ses ailes draconiques.

    Et il est là.
    Kazgoth, de toute sa hauteur, les regarde et les juge. Est-ce que cela les effraie ? Devant eux se trouve la haine, les ressentiments, car étrangement, le Titan semble habité par un conglomérat d’énergie négative – et il a toutes les raisons d’être hostile au couple impérial, puisque c’est ce dernier qui l’a détruit.

    Pourtant, est-ce que cela les effraie ?
    Sachant que Tensai ne refuserait pas même un combat contre Lothab, il est difficile de répondre par l’affirmative.
    Mais c’est là également qu’on voit les différences de caractère, les différences de tempérament. Car Ayshara parle au Forgeron. Elle lui enjoint à reculer. A ne pas les combattre, bien qu’ils soient prêts à cette possibilité.
    En comparaison, si Tensai avait dû sauter seul dans l’abîme, l’hypothèse même de parler ne lui aurait pas traversé l’esprit. L’homme-dragon aurait saisi sa claymore, et sans même attendre la première offensive de son ennemi, il se serait précipité sur le Titan.
    Il y a là un certain brin de folie, peut-être : il s’agit surtout du cœur même du personnage, qui a toujours vécu dans un monde où le plus fort régnait sur le plus faible.

    En tous les cas, Kazgoth est repoussé par la barrière infranchissable que crée Ayshara et pendant ce temps, Tensai s’efforce de ne pas réduire tous les efforts de sa belle à néant. Oui, il veut combattre, oui, il veut lui détruire la gueule, maaaais puisque son âme-sœur a eu la bonne idée de parler en premier, il se contente de retourner la lame de sa claymore dans sa main avec une certaine forme d’impatience.

    Les trois créatures se font face et Tensai ne dit mot.
    La Vosdraak a tout dit, après tout.

    Pourtant, son visage, son aura sont éloquents et vaut mieux que mille discours.

    « Attaque-nous et tu es mort. »

    Enfin, c’est au bout d’une longue minute de confrontation que le Conquérant prend la parole.

    - Retourne en poussière. Tu n’es qu’une créature qui n’aura jamais l’ascendant sur les mortels.
    PNJ
    PNJ
    Messages : 463
    crédits : 1493

    Info personnage
    Race:
    Vocation:
    Alignement:
    Rang:
    qui suis-je ?:
  • Lun 27 Mai 2024 - 0:10
     
    La lune et ses étoiles


    L’imposante figure se figea quelques instants. Un soupçon d’hésitation parcourut l’immense entité divine. Plus que le dangereux mur incandescent pourtant effroyablement puissant, c’était la résolution contenue dans les regards et paroles du couple qui firent hésiter la créature. La confiance qu’ils affichaient était des plus troublante. Ils avaient déjà vaincu, mais de là à ne ressentir aucune peur, prêt à réaffirmer un exploit pourtant impossible. Telle était la force de ce couple impossible à prendre en défaut. Unis dans une confiance mutuelle, l’issue de l’affrontement était déjà actée pour eux. La créature divine ne s’exprima pas. Peut-être se jugeait elle trop supérieure pour s’exprimer avec ces animaux, bien que l’hésitation dont elle avait fait preuve laissait transpirer une peur insidieuse qui s’installait progressivement. Il était difficile de comprendre ce dont un titan pouvait bien penser. Ils ne s’exprimaient pratiquement jamais. Néanmoins, son hésitation en disait plus que n’importe quelle phrase.

    Des flammes ardentes commencèrent à bouillir autour de l’entité. Visiblement mécontente d’avoir été mise en échec par ces deux êtres. Un affront qu’elle allait réparer ici et maintenant ! Déversant ses flammes divines contre le mur dans un rugissement assourdissant. Les flammes du titan furent retenues par celles de la dragonne tandis qu’il concentrait sa force afin de les surpasser progressivement, laissant au mari l’impératrice le luxe de passer à l'offensive. Retractant sa magie pour ne pas se laisser sans défense face au guerrier, le monstre balaya devant lui, profitant de sa taille impressionnante. Le vent produit par son attaque nourrit les flammes un peu plus qui terrassèrent de nouveau les ombres grandissantes. Toutefois, le bras du titan fût progressivement ralenti. Tensai qui venait d’encaisser le coup de plein fouet, était assez résistant et suffisamment plein de résolutions pour arrêter progressivement la frappe du dieu. Bien qu’il fût poussé sur plusieurs mètres, il était toujours debout. Bloquant le bras du colosse.

    Se retrouvant ainsi, flanc à découvert, la belle impératrice eut tout le luxe de profiter de ce moment de faiblesse pour atteindre leur ennemi. Une première blessure. Il saignait.
    Le dieu posa une main sur sa plaie cautérisée par les flammes avant de serrer progressivement les poings. Le véritable combat commençait maintenant.
    Déversant toute sa puissance et sa rage, il alliait sa magie divine à sa force prodigieuse pour prendre de court le couple. Ayshara étant la plus dangereuse si ignorée, il se concentra tout particulièrement sur elle. Obligeant l’époux de cette dernière à prendre une posture défensive pour protéger son trésor.

    Des colonnes de flammes éclataient à chaque nouvelle frappe avant de se faire dévorer de nouveau par les ténèbres. Les attaques étaient bloqués ou se confrontaient à des murs de magies, parfois, quelques frappes superficielles atteignaient le titan comme le couple. Les minutes devenaient de plus en plus longue et bien que la fatigue ne semblaient pas atteindre le couple, habitué à la guerre. Ils se rendaient bien compte que cet affrontement serait de longue haleine. Une guerre d’usure face à l’entité, trop fière pour concéder une victoire bien qu’elle perdait peu à peu du terrain. Elle se refusait à admettre une seconde défaite quitte à emporter un de ses assassins avec elle dans la tombe.

    Un nouveau rugissement, une nouvelle attaque. Les ombres commencèrent à se mouvoir pour happer le couple. Heureusement, les flammes de feu divin produites par la reikoise continuaient de les repousser inlassablement. La fureur du dieu culminait dans chaque frappe, chaque déflagration qui suivait chaque impact. Il s’acharnait telle une bête enragée, désirant son trophée. Et alors que de nouveau blessé, il levait ses mains pour une ultime attaque, un bruit de cassure se fît entendre dans les ténèbres. L’affrontement trouva ainsi une courte pause car le titan lui-même semblait surpris.

    Un nouveau son semblable. Dans l’immensité des ténèbres, de larges fissures lumineuses venaient de se créer. Un nouveau bruit. Les fissures s'élargissent.
    Des bruits de percussions vinrent se joindre au premier. De plus en plus assourdissants, de plus en plus proches.

    Et enfin, après un grondement de coups, une partie de la réalité obscure vola en éclat. Laissant apparaître un paysage vide. Intégralement blanc. L’ombre commença à se reformer, mais deux immenses mains passèrent depuis la lumière pour agripper ce nouveau trou afin de l’élargir de plus en plus. Une entité faite de ténèbres et de magie pure, propriétaire des mains, commençait à apparaître dans la lumière. Elle profita de ce trou dans la réalité pour se glisser dans les ombres tandis que son passage se résorber derrière elle. Tournant autour du titan rapidement alors que différents murmures se faisaient entendre par le couple, des murmures souhaitant la chute du Reike, l’entité de magie fondit finalement sur le dieu. Intégrant le corps de ce dernier. Kazgoth se débattit un instant en tentant d’empoigner cette ombre sans grand résultat.  Puis quelques secondes passées, il retrouva de nouveau son calme. Un sourire se dessina sur le visage de la divinité tandis qu’une énergie des plus maléfique se propagea sur son corps.

    Un visiteur impromptu venait de se joindre à la fête. Prenant possession du corps de l’ennemi du couple, il n’était visiblement là que pour une seule chose. Les écraser. Son ombre étouffa les flammes de l’impératrice.
    De toute évidence, quelle que soit cette chose, elle ne faisait pas partie de ce monde onirique dans lequel évoluait le couple depuis quelques heures. Le couple, habitué à la guerre, put comprendre instantanément que le monstre leur faisant face ne leur laisserait aucune chance. Ils allaient devoir faire preuve de toute leur force et tout leur courage.
    Ne jouant pas avec les mêmes règles que le titan, l’entité ne daigna pas leur laisser le luxe d’un discours. Tirée par son envie de destruction pure et sommaire, elle fit apparaître une immense lame d’ombre, perçant les abîmes au-dessus du couple pour la laisser chuter sur eux alors qu’il envoyait divers coups de ses bras à une vitesse fulgurante.

    D’un tout autre niveau que le titan, le couple pourtant si puissant commençait à se retrouver en fâcheuse posture. Ils se rendirent rapidement compte que là ou Kazgoth avait un semblant d’honneur, le monstre qui leur faisait face n’hésitait pas à la moindre bassesse. Profitant des ombres, il lançait des attaques magiques provenant de chaque angle mort des visions des empereurs. Ne leur laissant nullement le temps de prendre le temps de respirer.

    Evidemment, Tensai et Ayshara étaient loin d’être de simples agneaux incapables de se défendre. Ils contre attaquaient avec toute la fureur dont ils étaient capables. Ce qui était terrifiant toutefois, c’était la réponse de l’entité face aux attaques. Elle les encaisse sans bouger d’un pouce. Les ombres lui léchant les blessures afin de reformer son corps meurtri. Et après quelques nouvelles passes d’armes, l’horreur put commettre l’impensable.
    Ecartant les bras et créant ainsi autour d’elle une multitude de lames arcaniques, elle les propulsa sur le couple. Ces derniers purent les repousser in extremis et se protéger l’un l’autre autant se faire que peu mais l’assaut semblait continuel. De nouvelles lames fondant dans l’ombre des premières. Quelques lames commencèrent à laisser des égratignures sur l’empereur, le forçant à redoubler de concentration, puis…

    Un pic d’ombre s’éleva d’un coup sous leurs pieds. Empalant Ayshara à la hanche. Lui laissant un trou conséquent alors qu’elle retombait au sol à la suite de la disparition du pic.

    Ses sens devenaient de plus en plus lourds. Malheureusement, Tensai ne pouvait la rejoindre sans se laisser avoir par les attaques sans fin de la bête.
    Etait-ce ainsi que cette histoire se concluait ? Devant un ennemi inconnu ?
    Probablement sous l’effet du monde onirique, l’impératrice put entendre un cri lointain. Celui de son fils. Il l’appelait à se relever. Il refusait de voir sa mère sombrer. Son cri perça de nouveau le monde onirique, comme un dernier appel à l'aide pour sa génitrice.
    Pourtant, le manque de force se faisait sentir. Et pourtant.


    Pourtant, le sang qui s’écoulait de la mère des dragons scintillait de mille feux. Presque comme de la braise liquide. Son sang illuminait la salle comme un phare dans la nuit. Les ombres autour de son sang draconique reculaient, mouraient sous l’afflux de liquide béni. Un sang capable d’affronter les pires ténèbres, un sang capable de purifier le mal. Un sang pouvant guérir son premier-né.
    Un pouvoir qu’elle avait en elle depuis le début et qui ne demandait qu’à s’éveiller. Le sang de la mère des dragons.

    Un arbre de feu divin commença à naître du sang de cette dernière. Il grandissait, grandissait de sorte à atteindre la taille du titan, purifiant les ténèbres autour du couple et les baignant dans la lumière. Un champ de fleurs reikoises, des roses du désert, naquirent peu de temps après, gagnant du terrain sous leurs pieds et leur offrant protection. Les lames ne parvenaient plus à passer le dôme de lumière divine que venait de concevoir l’impératrice. Son sang commença à coaguler tandis que sa chair se réparait peu à peu et que la douleur s’estompait. Ayshara Ryssen était de nouveau debout, fière telle la dragonne qu’elle était.

    L’entité ne put s’empêcher d’afficher une large grimace de mécontentement mêlée à une teinte de peur alors que la lumière lui léchait le corps, commençant à l'effacer. De toute évidence, ce revirement de situation n’avait pas été prévu. Elle leva les mains au ciel avant de les abattre sur le dos produit par l’arbre. Tentant de le briser.
    C’était le moment de tout donner. Une frappe pour une frappe. Après cette dernière passe d’arme, la lumière finirait d’engloutir la bête où alors les ténèbres signeront la fin du règne impérial.

    Le futur de l’empire se dévoilait en ce point culminant.
    Un défi que le couple affronterait la tête haute.

    CENDRES
    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 544
    crédits : 2700

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Lun 1 Juil 2024 - 21:41

    Pourquoi le destin les ramenait-il toujours vers ces confrontations ? Était-ce une malédiction, un test, ou simplement le cours d'une machination bien plus grande ?

    Cette réminiscence glaçante de Kazgoth réveillait des souvenirs brûlants de leur dernière rencontre. Violence, courage et peur demeuraient gravés telles des cicatrices indélébiles. Ici, au fin fond de ce gouffre, le passé et le présent se combattaient. Et à mesure que l'entité avançait, le rythme cardiaque de l'impératrice s'accélérait. Elle savait. Oui, elle savait que la présence de ce faux Forgeron n'était pas le fruit d'une banale coïncidence. C'en était d'ailleurs une certitude. S'agissait-il d'une représentation des luttes incessantes que menait le couple impérial ? Brièvement, l'esprit de la dragonne vagabonda, effleura le passé. Elle songea au chemin parcouru avec Tensai depuis leur mariage arrangé, à la façon dont la guerre, les pertes et la souffrance les avaient forgés... Mais aussi - et surtout - à cet amour indéfectible qui les unissait envers et contre tout.

    Peut-être que le Sekai se destinait à brûler.
    Alors dans ce cas, ce sera leur feu à eux qui brûlerait.

    Les prunelles d'Ayshara ne se détachaient point du colosse qui se dressait. Celles-ci remarquèrent aussitôt une hésitation chez lui. Voilà une rareté troublante venant d'une prétendue divinité. Un signe révélateur que même les très Hauts pouvaient chanceler vis-à-vis d'une résolution d'acier. Une faiblesse dans l'apparente omnipotence de cet être qui se prétendait Dieu, si fugace soit-elle. Impossible de réprimer l'éclair de satisfaction qui électrisa l'échine de la demoiselle à la chevelure d'argent suite à ce constat. Nonobstant cela, la dirigeante du Reike se remémora que ce lieu bizarre, cette rencontre sortie d'on-ne-sait-où, ne s'avérait probablement qu'une manifestation de son soi introspectif, et non d'une vérité toute crue. Un monde de brasier et de pénombres. Reflet de ses craintes et traumatismes antérieurs. De ses terreurs inavouées.

    Malheureusement, cette période de pseudo trêve ne dura point. Qu'ils se donnent une bonne poignée de main et qu'ils retournent chacun de leur côté aurait été beaucoup trop facile, n'est-ce pas ?
    Secouant son doute, le géant ardent repoussa la barrière, le feu doré se dispersant au travers du gouffre noir. Un affrontement féroce débuta alors, inévitable. Il fallait bien que ça arrive. Vraiment. Et un véritable déferlement de mouvements violents, de coups assénés et de magie déchaînée s'en suivit, sans qu'aucun des deux camps ne domine réellement la bataille.

    L'Empereur et l'Impératrice formaient un duo parfait, se complétant de façon naturelle. Les attaques de Tensai frappaient avec la force d'un ouragan, tandis que les flammes d'Ayshara brûlaient d'une intensité proche de celle d'un soleil naissant. Pourtant, le Kazgoth ne se laissait pas abattre aisément. Il ripostait brutalement, à un tel point qu'il parut infatigable, indestructible. Les déferlantes s'entrechoquaient, encore et encore. Cet affrontement semblait interminable. C'était tout ou rien. Chaque fois que la créature prenait l'avantage, l'épouse du Conquérant redoublait d'efforts. Elle refusait de céder quoi que ce soit à cet ignoble adversaire. Combien de temps tout cela allait-il durer ? Y'aurait-il un vainqueur ou bien resteraient-ils piégés ici jusqu'à perpétuité ? La pression sur les épaules de la reine s'intensifia d'un coup suite à cette pensée : il fallait en finir, car Draknys les attendait, là, à l'extérieur, loin de toute cette folie macabre.

    Et comme si ça ne suffisait pas, un nouvel ennemi, étranger au couple cette fois-ci, s'invita à la partie. Des craquements troublèrent l’air vibratoire du palais. Surprise, la dragonne vit son pouvoir vaciller, pendant qu'elle adressa un regard intrigué à son bien-aimé. Les booms booms se faisaient plus proches, plus insistants. Puis, un grondement final explosa une portion de la noirceur enveloppante, révélant un néant immaculé, aussi pur que neige.

    - T... T-Tensai, qu'est-ce qui se passe ?!

    L'inconnu effrayait. Une lourde inquiétude noua les entrailles de la sœur de Vaenys alors qu'une ombre - beaucoup trop réaliste à son goût - s'emparait du mastodonte embrasé. La confusion assaillit la jeune femme qui tentait de bloquer mentalement tous ces chuchotements négatifs qui retentissaient. Elle chercha une explication à ce chaos soudain, une logique, un indice... N'importe quoi. Mais il n'y en avait pas. Parce que dans ce monde irréel, la cohérence que l'on connaissait ne pouvait exister.

    Très clairement, quelque chose clochait chez cette nouvelle créature. L'impératrice n'arrivait pas à mettre le doigt sur une justification plausible la concernant. Ce n’était ni un souvenir, ni un fantasme, ni l'un de ces immondes cauchemars. Cette présence sortait de nulle part, tout en ayant l'air plus tangible qu'imaginaire. Un frisson la parcourut, qui n'était dû ni à l'appréhension ni au froid mordant de ce paysage désolé. Une partie d'elle-même, enfouie au plus profond, reconnaissait cette force obscure. Comme si ce spectre menaçant avait toujours fait partie du Sekai d'une manière ou d'une autre, attendant son heure.

    La suite se passa de façon machinale. Ayshara avait peur, certes. Toutefois, ne pas abandonner son époux restait son mot d'ordre. Le divin possédé succédait les offensives d'ombre, sa puissance décuplée par l'entité maléfique qui nichait en lui désormais. Autant face à Kazgoth, ils parvenaient à faire jeu égal, voire à le surpasser doucement, mais cette fois, les géniteurs de l'héritier du trône ne réussissaient décemment pas à dominer l'affrontement. Chaque coup échangé s'apparentait à une lutte pour leur survie. Puis, sans crier gare, l'adversaire changea de tactique. Précis. Mortels. Des pics sombres jaillirent de partout, se dirigeant interminablement vers les têtes couronnées du Reike. Concentrée sur la défense, la belle ne vit pas venir l'un de ces projectiles... Et ce qui devait arriver arriva : un immense pieu la transperça au niveau de la hanche, ce qui la cloua sur place. L'instant d'après, la douleur explosa dans son frêle corps, si intense qu'elle lui arracha un cri strident. Le sang gicla de la plaie béante, se répandant sur le sol en une mare pourpre. Une sensation intolérable se propagea, amplifiée par sa faiblesse raciale. Ses nerfs bouillants hurlaient d'agonie. Les jambes de la magicienne tremblèrent, incapables de la soutenir plus longtemps. Elle s'effondra à genoux, les mains pressées contre la blessure dans une tentative futile de stopper l'hémorragie à l'aide de sa magie curative, en vain. Sa vue se brouilla; des larmes coulèrent le long de ses joues pâles. Ses forces l'abandonnaient vite, trop vite. Elle vacilla entre la conscience et l'inconscience, sentant la vie s'échapper de son enveloppe charnelle. Vulnérable, la lumière de son feu intérieur faiblissait peu à peu.

    Tensai... Draknys... Le Reike...

    ... Vaenys.


    Ce cri lointain... Son enfant l'appelant.

    Non ! Son histoire ne pouvait pas se terminer ainsi. Impossible ! Que la Mort aille se faire foutre ! Car ce n'était pas aujourd'hui qu'elle viendrait cueillir son âme. En l'espace de quelques secondes, la blessée vit toute sa vie défiler devant ses yeux : son enfance, son mariage, la naissance de Draknys, ses moments de joie et de peine, ses rêves qui l'attendaient... La vision du dragonnet, fragile et innocent, dépendant pleinement de ses parents, se superposa à celle de Tensai, son roc, son amour. Sa famille et sa nation avaient encore besoin d'elle.
    Une nouvelle force - dépassant tout ce qu'elle connaissait jusqu'à présent - s'éveilla en son sein. Le corps entier de la vosdraak parut s’incendier, la douleur se convertissant en une puissance incandescente tandis que son propre sang resplendissait quasiment autant que les Astres. Lentement, elle se redressa, les membres tremblotants, mais fermes. Des flammes basanées crépitèrent autour d'elle avec une vigueur revitalisée. De cette énergie naquit un gigantesque arbre de feu divin, ses branches s'étendant haut et loin, projetant des éclats lumineux qui firent tressaillir les ténèbres environnantes. L'espace se garnit de roses du désert dont les pétales dressèrent une barrière impénétrable. L'Ombre recula.

    - Retourne d'où tu viens ! Ici, dans ce monde, nous sommes Maîtres et tu ne pourras pas gagner contre nous ! Rugit-elle. Je protège ceux que j'aime. Pars maintenant, avant que ma colère ne te consume entièrement !

    Hélas, l'ennemi ne se laissa pas impressionner. Dans un dernier acte de défiance, il concentra son pouvoir et prépara à le déchaîner une frappe décisive qui marquerait la fin de ce combat... Les ombres entreprirent de converger vers le tronc de l'arbre, formant une masse noire qui ne présageait rien de bon. Voyant l'imminence de l’assaut, Ayshara leva également ses mains, puis puisa à l'intérieur de ses réserves de mana restantes - voire même au-delà - afin de renforcer l'immense végétal magique. Tout ce qu'elle pouvait, elle le donna.

    - Tensai, mon amour, accompagnez-moi !


    Tour 8

    Empereur-dragon du Reike
    Empereur-dragon du Reike
    Tensai Ryssen
    Tensai Ryssen
    Messages : 150
    crédits : 1096

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: S
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2323-tensai-ryssen-l-empereur-dragon
  • Sam 6 Juil 2024 - 20:06
    Le doute.
    Leur adversaire doutait. Grâce à leur force, grâce à leur unité, grâce à la complémentarité du couple royal, également. Pour Tensai, qui avait vu bon nombre de combats, cela ne pouvait que signifier un avantage considérable à leur encontre. Si la peur, la crainte, l’incertitude, au moins, régnaient dans le cœur d’un combattant, et ce avant même le début des hostilités, celles-ci reviendraient encore et encore le terrasser au moment le plus improbable du combat. C’était un point sur lequel le guerrier comptait bien s’appuyer afin de creuser l’avantage entre eux et leur ennemi commun. Car si le colosse n’avait pas foncé sur le Titan grâce à son épouse, l’issue n'en était cependant pas moins évidente à ses yeux : ils allaient se battre. L’homme-dragon ne supporterait pas que l’être « divin » se retire – ou alors, il le mépriserait de toute son âme – et le Forgeron ne supporterait pas de s’aplatir devant deux insectes qui défiaient son autorité.

    Oui, le combat était inévitable. D’ailleurs, comme en réponse à leur détermination, des flammes sombres jaillirent contre le mur de feu divin, cherchant à y trouver une faille, et à les brûler vif. Mais c’était mal connaître son épouse. Elle ne laisserait pas sa magie les réduire en Cendres. Et le Conquérant, naturellement, ne resterait pas derrière, à l’observer. Tout à l’inverse. Ayshara et Tensai étaient l’un et l’autre épée et bouclier, et s’échangeaient parfaitement ces rôles sans qu’ils n’aient toujours besoin de communiquer. L’essentiel était de savoir lire les mouvements de son ennemi, d’anticiper ses frappes, d’utiliser la bonne dose de magie pour augmenter ses capacités martiales. Puis, un point tout aussi essentiel consistait à connaître ce que préparait sa moitié.

    Or, ni la Vosdraak, ni le Kazgoth ne s’en rendraient peut-être compte, mais beaucoup de choses avaient changé depuis la dernière guerre contre les Titans. Alors, Tensai et Ayshara s’étaient mariés depuis un peu plus d’un an seulement, période pendant laquelle ils avaient dû s’apprivoiser, passer de deux inconnus à deux amants, de deux têtes couronnés à un couple fort et soudé. Ce n’était pas une mince affaire pour le duo, quoique les différentes épreuves qu’ils avaient vécues – ainsi que l’arrivée de leur fils – les avaient aidés à se rapprocher.

    Mais ici… Trois ans supplémentaires s’étaient écoulés. Cela avait permis, s’il en est, à bâtir leur amour sur un roc encore plus solide, pour ne pas dire indestructible. La deuxième guerre contre les titanides leur avaient aussi permis de se découvrir sur un terrain nouveau : celui des armes, puisque sa reine l’accompagnait au front longtemps, pour la première fois. A l’inverse, dans le cas présent, les souverains n’avaient même plus besoin de découvrir leurs capacités, leurs traits d’esprits, leurs faiblesses et leurs forces, et dès lors, ils étaient autrement plus effrayants qu’à leur première rencontre avec le père de Genryusai.

    L’entité en avait-elle conscience ? Peut-être, peut-être pas. Ce qui est sûr, c’est qu’elle fut sévèrement repoussée par l’Empereur quand elle osa essayer surpasser son âme-sœur dans le domaine de la magie. Le Drakyn tenta bien une attaque pour le blesser, mais le Titan n’était pas totalement stupide, et profita de sa taille démentielle pour tenter de le balayer. Un coup que le guerrier vit venir et fut capable de bloquer, bien qu’il fut transporté sur quelques mètres.

    Et le combat continua. Encore et encore. Bientôt, le premier sang eut lieu, la fureur de la créature augmenta. Tensai ne fut pas surpris que celle-ci concentrât sa hargne sur Ayshara. Non seulement celle-ci était effectivement dangereuse, s’il n’y prenait pas garde, mais elle était également le centre de ce monde mystérieux. Celui qui en deviendrait le maître serait le gagnant de ce combat intrépide. Toutefois, la protéger ne leur permettait pas de prendre un ascendant décisif. Ils blessaient bien Kazgoth, oui, mais ce n’était rien qui mît à mal l’entité, tout comme celle-ci n’arrivait pas à leur faire plier le genou également.

    Il suffisait donc d’attendre une occasion parfaite pour le blesser.
    Et si l’homme-dragon n’était pas patient lors des mièvreries politiques, il savait l’être quand il menait un combat de vie et de mort. Encore plus quand la vie de sa famille était en jeu et que leur survie ne dépendait que de leur victoire.

    La force de leurs attaques créaient autant d’ombres et de lumières que de chocs qui faisaient trembler l’atmosphère. Néanmoins, ce fut tout autre chose qui sortit les trois combattants de leur lutte mortelle. Des sons, de plus en plus en forts, de plus en plus puissants, se rapprochaient d’eux, jusqu’à ce que des fissures apparussent dans les ténèbres si prégnantes de ce monde. Bientôt, elles éclatèrent pour laisser place à un spectacle immaculé, d’un blanc pur et inaltérable, mais ce furent les mains, et puis l’apparition d’une autre entité qui interpelèrent le plus Tensai. Avec une rapidité et une agilité incongrues, cet inconnu était désormais entré dans ce monde, et ce fut avec méfiance qu’il le vit se rapprocher de Kazgoth. Un allié du Forgeron ? Non… C'était quelqu’un qui voulait posséder son corps, plutôt, et s’en faire la marionnette. D’un air sombre, l’Empereur avait suivi sa sombre entreprise, qui n’avaient duré que très peu de temps, et il répondit finalement à sa bien-aimée :

    - Il se passe que nous avons un nouvel ennemi à éliminer.

    Et le combat sera d’une autre ampleur que le précédent, ils le savent bien. Contrairement à son épouse, Tensai ne fait pas cas des murmures qui les entourent. La chute du Reike ? Leur mort prochaine ? Croient-ils seulement qu’ils vont se laisser faire ? Ce sont des brindilles, qui ne perturbent pas la concentration du Conquérant, entièrement focalisé sur la position de sa reine, ainsi que sur celle de son ennemi.

    Et il fait bien de rester attentif, car la suite du combat ne le déçoit pas. Il y a d'abord une lame d’ombre, doublée d’attaques très meurtrières grâce à ses bras démentiels. Puis, ont lieu des offensives dans leurs angles morts. Toujours sournoises, toujours rapides et mortelles. Cet ennemi est différent du Forgeron, songe le Drakyn alors qu’il bloque un énième assaut, sans même penser que se faire des réflexions en plein combat est un luxe dont peu de guerriers peuvent se permettre. Bien vite, il précise son analyse : c’est un ennemi indéniablement puissant, puisqu’il a encaissé toutes ses attaques, et régénéré ses blessures grâce aux ombres ambiantes. Le désavantage est clairement du côté du couple royal, dirait-on. Et pourtant, le seul moment où Tensai ressent de la peur, c’est quand il entend le cri de sa dulcinée, un cri de douleur qui, l’espace d’une seconde, le fait se retourner.

    La riposte de l’entité est immédiate puisqu’elle cherche aussitôt à profiter de ce moment d’inattention pour accabler l’Empereur d’une série d’attaques, pendant que ce dernier empêche manifestement la créature de blesser à nouveau Ayshara. Un grand orbe de feu entoure d’ailleurs la Vosdraak, pour la protéger toute attaque sournoise, mais les offensives acharnées de son adversaire empêche Tensai de faire plus. Puisque son adversaire devine certainement que le roi est le dernier rempart pour achever la magicienne, il cherche à l’acculer, à l’écraser sous sa fureur, mais ce n’est définitivement qu’un grognement qu’il s’attire alors que d’un geste brusque, une onde de choc d’un bruit assourdissant réduise ses attaques à néant.

    - Yer astoe anna.

    Une sombre promesse en shierak-quiya, qui signifie littéralement : « Tu vas mourir ».

    Et de fait, c’est ce qu’il dit.
    C’est ce qu’il pense.
    Jusqu’à ce que son instinct ne lui souffle que quelque chose de plus grand encore ne se trouve derrière eux.
    Et quand Tensai se retourne, il a à peine le temps de voir la naissance d’un arbre de feu divin détruire sa propre création élémentaire pour surplomber tous les environs. Pris de court, l’homme écarquille même des yeux un bref instant, alors qu’il voit sa reine sur ses deux jambes, avec plus de force et de détermination que jamais. La surprise laisse alors place au soulagement, le soulagement laisse place à la fierté et à l’admiration. Même blessée, sa moitié est belle. Même dans sa colère, elle est rayonnante. D’ailleurs, l’Ombre recule, pendant que l’arbre, lui, se garnit de pétales et crée une barrière impénétrable, qui vient même dépasser le monarque. Cela lui offre même un répit. De courte durée, certes, car en vérité, l’entité sombre rassemble juste toutes ses forces pour détruire arbre de feu divin. Mais cela lui laisse le temps de comprendre les nouveaux enjeux de la bataille.

    Et il sera là pour les relever. Ayshara n’a même pas besoin de le lui demander, en vérité. Ils font front à deux, comme ils vaincront à deux. En temps normal, il aurait bien acquiescé, donner une caresse à son aimée s’il avait été tout proche, mais le guerrier est pile à mi-chemin entre leur ennemi et la Vosdraak, et il se contente d’avoir un sourire à la fois sincère, et en même temps typiquement barbare.

    - Je te donnerai tout ce que j’ai.

    Dans son état, Ayshara ne pourrait peut-être pas vaincre toute seule ces ténèbres démentielles. Mais voilà, ils forment un binôme depuis qu’ils sont montés sur le trône du Reike, et il repoussera donc toute attaque à son égard pendant qu’elle donnera le coup final. Puisque c’est la lumière qui vainc l’ombre, il n’y a pas de personne mieux placée pour achever leur ennemi et lui donner le coup de grâce.

    Alors Tensai se tourne vers son adversaire, et se concentre sur son propre mana. Il ne suffit pas de protéger. Non. Il faut faire plus : contrer, percer, offrir une ouverture. L’onde de choc de son attaque créera une première blessure à l’entité, qui sera aussitôt atteinte par la seconde offensive de son âme sœur. Sa lumière, son sang, l'arbre, peu importe, règnera définitivement sur les lieux et lui donnera la fin qu’il mérite. Alors, il ne pourra plus se soigner, alors il devra mourir ou fuir. Mais en aucun cas, il ne saura les vaincre.

    Et puis, Tensai a bien une promesse à tenir.

    Avec une vitesse surhumaine, il voit l’attaque se projeter sur lui, sur eux, avec pour unique but de les submerger et de ravager l’arbre de feu divin. Mais l’offensive de Tensai survient à son tour et dans un bruit presqu’apocalyptique, les deux attaques se rencontrent, s’affrontent, jusqu’à ce que l’ombre semble se briser en deux, comme deux flots qui s’égarent et perdent en vigueur.

    Il est temps d’en finir et de sauver leur fils.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum