DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    La lune et ses étoiles - PA InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesAujourd'hui à 16:10Dimitri Chagry
    Validations RP d'Isolde / Reike Aujourd'hui à 15:03Isolde Malkyn
    Ciel nuageuxAujourd'hui à 15:01Zelevas E. Fraternitas
    [Challenge] La fleur du nordAujourd'hui à 14:51Qwellaana Airdeoza
    Dénicher un champignon étoilé [PV Dimitri]Aujourd'hui à 14:48Isolde Malkyn
    Le Renouveau de Liberty [Zelevas]Aujourd'hui à 13:42Zelevas E. Fraternitas
    [Challenge] Le festin des loupsAujourd'hui à 10:07Verndrick Vindrœkir
    Demande de rerollAujourd'hui à 8:16Zaïn Tevon-Duncan
    Pour la gazette estivale (Takhys)Aujourd'hui à 6:44Takhys Suladran
    pour la future gazette d'étéAujourd'hui à 2:53L'Âme des Cendres
    3 participants
    Aller en bas
    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 519
    crédits : 2624

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Mar 5 Sep 2023 - 9:59


    - Ma... Majesté ! Êtes-vous certaine de vouloir faire ça ? Cette liche... N'oubliez pas qu'elle a tenté de vous assassiner, qu'elle vous a tiré une flèche droit dans le cœur. Vous auriez pu y passer. Vous risquez gros à l'approcher ainsi.

    - Plus que jamais ! Répliqua-t-elle, d'une détermination farouche éclipsant toute hésitation. Il s'agit de notre seule piste... Elle représente notre dernier espoir pour sauver Draknys du mal qui le ronge. De plus, j'ai tendance à croire que les énigmes entourant cette femme pourraient détenir la clé de nombreux autres mystères.

    Sous le regard protecteur des astres nocturnes, Ayshara, portant doucement le dragonnet endormi au chaud dans ses bras, prit les rênes de sa monture équine. Ne souhaitant guère l'abandonner au sein de son audacieuse - et dangereuse - entreprise, son mari, Tensai, se trouvait à ses côtés, monté sur un destrier d'un noir profond et accompagné d'une poignée de soldats sélectionnés pour leur valeur au combat autant que pour leur fidélité envers la couronne. Les sabots des chevaux claquaient sur les pavés de la cité d'Ikusa, chaque résonance se perdant entre les méandres de ruelles tortueuses. Profitant du calme de la nuit, le couple impérial s'acheminait vers une demeure de triste renommée; la résidence surveillée de Luna, cette liche à l'histoire aussi fascinante qu'effrayante. Les rues de la grande capitale reikoise les enveloppaient dans leur ombre, comme si elles voulaient étouffer le bruit de leur traversée, ou peut-être préserver la quiétude des citoyens endormis après une dure journée de labeur. Les échoppes étaient closes, leurs propriétaires probablement inconscients du passage discret de la royauté. Un parfum d'encens flottait par instants, mêlé à celui, moins agréable, des ordures et des égouts. Ah, les joies de la ville ! Des statues d'illustres guerriers et de héros du Reike d'autrefois observaient le cortège depuis leurs niches. Pour le bien de son peuple, l'impératrice comptait sur la confidentialité de cette opération, ne désirant point que des rumeurs et histoires embarrassantes s'ébruitent chez les petites gens.

    Luna... Ah cette Luna ! Que dire d'elle ? Jadis connue sous le nom de "Valeery Draknys", cette ancienne reine provenait d'une bien lointaine époque. Au commencement, elle régna en fervente pratiquante de la religion Shierak, entre -3000 et -2500, avec son frère et mari, partageant le trône comme le voulaient les traditions ancestrales. Femme de pouvoir et de foi, elle semblait prédestinée à une vie de grandeur et de dévotion. Cependant, l'histoire officielle, si prompte à sceller les destins en lettres d'or ou de sang, éluda une part de vérité... Si son conjoint fut assassiné lors du soulèvement de Kyouji, le corps de la dame, lui, disparut, abandonnant derrière lui un voile d'incertitudes et de suppositions. Car en secret, la monarque était autre. Elle présidait aux cérémonies d'une secte du Shierak, la « Renaissance Lunaire », jouant dangereusement avec des sortilèges proscrits et des rituels interdits. La magie que Valeery invoquait flirtait aux frontières de la vie et de la mort, dans une quête effrénée visant à transcender les limites humaines. Et lorsqu'elle rendit son dernier souffle, ce fut afin de mieux renaître en Liche, une créature des deux mondes, s'affranchissant des chaînes de la mortalité pour embrasser une nouvelle existence. Se forger une nouvelle identité.

    Le palais et ses fastes, son trône et même ses précieux enfants furent délaissés. Devenue une entité de l'ombre, la sombre magicienne consacra son éternité à ses croyances et à la manipulation d'obscurs arcanes. Aux yeux de tous, elle demeura secrète, nul ne soupçonnant sa survie. Des années s'étirèrent en siècles. Toujours, elle lutta, préservant le royaume qu'elle avait autrefois gouverné et aimé. Mue par une haine viscérale contre toute forme de rébellion, elle extermina silencieusement d'innombrables ennemis du Reike. Elle était cette force ténébreuse, celle dont personne en ce Sekai ne doutait l'existence. Jamais elle ne chercha la gloire ou la reconnaissance des siens. Uniquement ses croyances l'importaient.
    Luna, la liche, devint un mystère à elle seule, une figure empreinte d'une ambivalence certaine. Ses visions, souvent incompréhensibles, contenaient néanmoins des bribes de vérité sur la destinée de ceux qui croisaient sa route, telle Ayshara Ryssen. Leur rencontre ne fut pas le fruit du hasard, mais plutôt le résultat d'une confluence de destins et d'énigmes que même l'ancienne reine peinait à déchiffrer. Et suite aux événements de la Flèche, des héros de la nation la capturèrent finalement. Les autorités la confinèrent au sein d'une sorte de prison qui n'était pas de pierres et de barreaux, mais de secrets et d'incompréhensions. De nombreuses choses en elle semblaient être en contradiction : une protectrice des intérêts supérieurs du pays du sable, mais également une menace pour celui-ci; une gardienne du passé et une visionnaire de l'avenir.

    - Se pourrait-il que nous décelions des réponses ce soir, mon amour ? S'interrogea-t-elle en dirigea ses prunelles améthystes vers le Conquérant. Son regard dégageait une lueur d'espoir légèrement teintée d'inquiétude. Parce que oui, s'ils échouaient ici, le destin de leur fils adoré se compliquerait davantage. Et ça, elle ne le voulait absolument pas. Le simple fait d'imaginer le reste de sa vie sans sa progéniture lui brisait atrocement le cœur. Sommes-nous en train de jouer avec des forces au-delà de notre compréhension ?

    Tour 1

    Empereur-dragon du Reike
    Empereur-dragon du Reike
    Tensai Ryssen
    Tensai Ryssen
    Messages : 139
    crédits : 1044

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: S
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2323-tensai-ryssen-l-empereur-dragon
  • Sam 23 Sep 2023 - 12:12
    Le cœur d’Ayshara ne souffrait d’aucune hésitation.
    N’était-ce pas normal ? Celle-ci avait un cœur de mère, un cœur de dragonne. Les femmes qui avaient donné la vie faisaient tout pour protéger leur premier-né, la chair de leur chair, et à cet égard, elles pouvaient être bien plus intrépides et vaillantes que les hommes.
    Tensai, lui, avait pour l’heure un tempérament plus sceptique. Aller voir cette femme ? Celle-là même qui était apparue le jour de son accouchement, il ne savait d’où ? Celle-là même qui leur avait débité une prophétie sans queue ni tête et qui avait prétendue être la messagère de la Lune ? A l’époque, soyons honnête, l’Empereur avait été particulièrement violent envers l’intruse. Il avait été à deux doigts de la tuer, la considérant comme une potentielle menace pour sa femme affaiblie et pour son enfant. Tout comme il avait emprisonné Seagan, il n’avait pas été tendre envers l’ancienne reine du Reike et l’avait assignée à une résidence surveillée. Le regrettait-il ? Pas vraiment. Mais il ne s’attendait pas à ce que, des années plus tard, lui-même soit disposé – même si c’était un bien grand mot – à recueillir les conseils de l’aïeule d’Ayshara. Cette ancêtre semblait en effet avoir des connaissances particulières, et plus encore, elle paraissait détenir les secrets de la Lune. Et puis, n’était-ce pas elle qui avait voulu révéler le plein potentiel de son épouse ? Avec des méthodes bien douteuses, certes. Des méthodes que, par amour et par instinct de protection, le Conquérant désapprouvait grandement. Il ne pouvait cependant nier que les entreprises de la dénommée Luna avait porté leurs fruits. Il se souvenait également bien que l’étrange dame ne voulait en définitive que le bien de la Vosdraak. Et si elle savait, avant même sa naissance, que Draknys serait un dragon… Peut-être pourrait-elle connaître reconnaître l’affliction qui affaiblissait de plus en plus le dragonneau.

    Néanmoins, il était hors de question que la reine aille seule s’entretenir avec cette illuminée. Les personnes auxquelles Tensai accordait pleinement sa confiance se réduisait à une main, peut-être à deux maximum, et c’était tout. Luna ne faisait pas partie de ces privilégiés, et il avait donc imposé qu’il accompagne son épouse jusque là-bas. Non seulement parce que le sort de leur fils était en jeu, mais aussi, et surtout, parce qu’il n’allait pas laisser sa famille, son foyer, ses deux piliers, affronter ces deux épreuves tout seul.

    Laissant la mère de Draknys préparer le petit prince pour ce voyage, le guerrier avait quant à lui préparer leurs montures, deux belles bêtes qui suffiraient à leur court voyage dans la capitale. Il avait ensuite sélectionné les soldats qui les accompagneraient, en nombre suffisant pour les protéger en cas d’embuscade inopinée, mais sans prendre un cortège non plus pour rester discret durant leur escapade dans Ikusa. Tout était calme, alors qu’ils s’avançaient dans la ville endormie. Les citoyens, endormis dans leurs maisons, ne se rendraient jamais compte du voyage des deux souverains et seule la lune et les étoiles étaient témoins de leur avancée silencieuse dans la splendide cité du désert. Peu loquace, mais pas moins alerte, Tensai était attentif à son environnement et ne se préoccupait pas encore de ce qu’il va dire à Luna. La sécurité de sa femme et son épouse étaient pour l’heure la plus importante, et il tourna uniquement la tête vers son épouse lorsque celle-ci finit par prendre la parole. Ralentissant sa monture pour se mettre à la hauteur de celle-ci, il l’écouta, et puis, un reniflement presque méprisant s’échappa de sa bouche.

    - Si nous jouons avec des forces qui nous dépassent, nous leur imposerons notre loi.
    S’ils veulent nous faire plier et prendre notre enfant, nous nous dresserons contre eux et nous leur ferons regretter leur affront.
    Si nous ne les comprenons pas, nous prendrons les mesures qu’il faut pour les comprendre. En réunissant les plus grands mages et les plus grands érudits du Royaume si cela est nécessaire. Parce que Draknys n’est pas n’importe quel enfant. C’est un dragon. C’est l’héritier du Reike. L'avenir de notre peuple et de notre nation. C’est notre fils.
    Une pointe de fierté apparut dans la voix de Tensai alors qu’il prononce ses mots et qu’il jette un regard affectueux sur sa progéniture. Puis son regard se replongea encore sur le chemin devant eux, à la recherche de la résidence de Luna. Quant aux réponses, cette femme a intérêt à nous en demander. Tout comme elle a intérêt à parler clairement et à ne pas abuser de notre confiance. Confiance, d’ailleurs, qui était bien relative. Tensai se méfiait d’elle plus que jamais, et c’était bien parce qu’il n’avait pas d’autres alternatives qu’il avait accepté d’aller la voir. Je t’aiderai à descendre quand nous arriverons devant chez elle. Puisqu’elle a vécu il y a de millénaires et qu’elle a subsisté malgré tout pendant des siècles, j’ose espérer qu’elle saura nous éclairer d’une manière quelconque. Car il faut agir vite pour lui donner un remède.

    Il lui semblait d’ailleurs qu’ils étaient bientôt arrivés, et le visage du souverain se rembrunit.
    Oui, cette femme avait intérêt à leur donner des réponses, sinon, il n'était pas dit qu'il resterait calme tout le long de leur entrevue nocturne.
    PNJ
    PNJ
    Messages : 433
    crédits : 1441

    Info personnage
    Race:
    Vocation:
    Alignement:
    Rang:
    qui suis-je ?:
  • Mer 11 Oct 2023 - 13:48
     
    La lune et ses étoiles
    En bordure de ville, loin des citoyens et de l’entrée de cette dernière, résidait Luna. Assignée à résidence après ses méfaits envers l’impératrice, cette dernière bénéficiait d’un petit logement coquet avec jardin. Bien qu’elle fût néanmoins surveillée nuit et jour par des soldats se relayant, la demeure de la liche n’avait rien à envier à celles des personnalités aisées du Reike. Bien sûr, elle n’avait pas le droit de quitter son logement et les premières années furent pour le moins restrictives, mais à présent, après toutes ces années de bonne conduite, les gardes avaient légèrement relâché la bride. Autrefois interdite de sortir hors des limites de son terrain, la liche pouvait désormais, une fois par semaine, se rendre au marché ou se promener dans les rues de la ville. Evidemment, elle devait être accompagnée en tout temps d’un garde tandis que d’autres la suivaient dans l’ombre. De plus, elle gardait l’interdiction formelle de s’approcher du palais ou de tout membre de la famille royale.

    Au départ particulièrement réservée, elle avait su s'ouvrir peu à peu aux gardes qu’elle côtoyait chaque jour. La plupart de ces derniers ne la voyaient pas comme le monstre qui avait attenté à la vie de leur reine (à la grande déconvenue du capitaine de l’escouade liée à sa surveillance qui devait rappeler un peu plus chaque jour à ses hommes de ne pas laisser cette vipère les endormir.)
    Luna, de son côté, restait tout de même égale à elle-même. Souvent dans la lune, le regard vague, perdue dans de longues réflexions intérieures qu’elle ne partageait à personne. Il lui arrivait souvent de s’arrêter en plein milieu d’une tâche pour fixer devant elle sans la moindre expression sur son visage. Les soldats lui avaient à plusieurs reprises demandé ce qu’il lui arrivait, ce à quoi elle répondait une fois sortie de sa transe qu’elle venait de recevoir de nouvelles instructions de la lune elle-même, lui donnant une certaine réputation de folle à lier. Les villageois ne l’approchaient pas spécialement car bien que ces derniers ne soient pas au courant de la culpabilité de Luna dans la tentative échouée de meurtre envers Ayshara, ils n’étaient pas dupes. Une personne vivant seule, surveillée par plusieurs gardes et au dialecte parfois désagréable dû à son habitude de parler en énigme ou de changer tout un coup de sujet lorsque le précédent lui déplaisait, n’était pas une personne que beaucoup de gens voulaient approcher.

    Ainsi, depuis son arrestation, les années s’étaient écoulées sans qu’elle puisse entrer en contact avec celle qui à ses yeux était à la fois sa descendante et son ascendante. Luna passait ses journées à prier la lune et s’occuper de son ménage. Et peu à peu, elle trouva une certaine sympathie dans cette simplicité de vie. C’est ainsi que désormais, la liche possédait dans son jardin, plusieurs plantations qu’elle pouvait récolter afin de se faire une cuisine des plus saines. Cette possibilité de s’évader dans des activités si simples et si loin de ses plans alambiqués lui avaient offert un profond repos. Elle se questionnait chaque jour. Comment seraient les choses aujourd’hui si elle n’avait pas autant négligé sa famille ? Si elle avait agi différemment pour préparer Ayshara au glorieux destin qui l’attendait ?
    Des questions qui resteraient à jamais sans réponse. Il était inutile de ressasser ainsi le passé, il fallait se concentrer sur le présent. Et le futur. Pour le bien du Reike, des dragons et du peu de famille qu’il lui restait en la présence du couple royal et de leur enfant. Une partie d’elle souhaitait renouer ce lien qui lui manquait, lien dont elle avait pris conscience ici, dans son petit cottage reculé.

    Assise sur une chaise de bois, un chapeau de paysan sur la tête et quelques habits couverts de terre, la liche fixait l’horizon avec l’absence d’émotion qui lui était si propre. Elle avait travaillé dans son jardin toute la journée et profitait de la montée de l’astre lunaire pour s’accorder une pause bien méritée. Attrapant un verre de jus de raisin qu’elle avait préparé un peu plus tôt, elle l’humecta avant d’en boire quelques gorgées. Un garde était debout, à l’entrée du jardin, la surveillant en silence bien que les regards fixes ne semblaient pas gêner la fille de la lune. Certains diraient qu’elle avait pris l’habitude au fil des années, mais les soldats les plus anciens liés à sa surveillance diraient qu’elle était déjà ainsi dès le premier jour.

    Elle commença à hocher la tête. Comme écoutant une voix que seule elle pouvait entendre. Un spectacle habituel pour le garde qui ne s’en inquiéta pas.

    —Vraiment ? dit-elle alors en se relevant. Le jour est donc enfin arrivé ? Il a effectivement su se faire attendre. Oui je suis prête, comme toujours. N’ayez crainte, je n’ai jamais rencontré de personne plus forte que cette dernière, elle est prête. J’y place toute ma confiance.

    Elle se tût alors quelques instants avant de se diriger vers le garde et lui tendre son verre.
    —Je vous l’offre. Je dois aller enfiler une tenue plus respectable, de grands invités sont en chemin.

    Laissant le soldat dans l’incompréhension, le verre à la main et ne répondant pas à ses multiples questions, la liche se dirigea vers sa demeure où elle eut le temps de faire un brin de toilette avant de pouvoir échanger sa tenue de travailleuse de la terre contre une robe reikoise aux couleur du ciel nocturne.

    Elle sortit finalement de la demeure, pile à temps, pour voir le soldat se répandre en excuses.
    —Non mon roi, je ne bois pas au travail, c’est du jus de raisin, je vous le jure. Je surveillais la maison comme le stipulaient les ordres ! Ne me frappez pas s’il vous plaît !

    Il était déjà en révérence devant son seigneur mais il était certain que si son dos était capable de se courber davantage, il serait en train de le faire. La liche avait-elle prévu cette situation ou n’était-ce qu’une simple coïncidence ? Dans tous les cas, elle s’amusa légèrement de la situation du garde. Néanmoins, elle s’avança pour clarifier la situation. Elle connaissait les soldats qui devaient la surveiller depuis toutes ces années et peut-être qu’un brin d’attachement avait fini par naître en cette dernière vis-à-vis de ses geôliers.

    —Je vous remercie d’avoir bien voulu tenir mon verre d’ici là. Vous pouvez être fiers de vos soldats, empereur. Je ne me suis toujours pas échappée.

    Elle posa son regard sur Ayhsara avant de lui offrir un rare sourire sincère avant de remarquer le jeune prince. Était-ce de la joie ? Un signe d’espoir pour le futur ? Elle même ne le savait pas. Mais voir ainsi la famille royale lui éprouvait une certaine satisfaction. Bien qu’elle avait toujours quelques réserves vis-à-vis de l’empereur Tensai, elle avait accepté les directives de la lune. Cet homme était le dirigeant du Reike, le père du prince et l’homme dont Ayshara s’était éprise. Elle devait l’accepter.

    —Je vous attendais, continua-t-elle. Entrons, nous y serons plus confortables pour discuter. Bien que je connaisse déjà la raison de votre venue ici, il est naturel que je me présente en tant qu’hôte respectable après le traitement de faveur que je reçois actuellement.

    Son regard se posa de nouveau sur le jeune prince, tentant d’estimer la progression du mal qui le rongeait puis elle se tourna sans attendre de réponse pour se diriger à l’intérieur de la demeure.

    —J’ai fait importer différents thés à travers le monde. J’ai justement de l’eau qui bout sur le feu, c’est l’occasion rêvée pour nous d’en profiter. Vous pouvez vous asseoir à table. Bien que je ne possède pas de chaise à la taille de votre époux, j’espère qu’il saura s’en incommoder.

    Elle déposa ensuite quelques tasses de thé devant les parents du dragon. Une odeur agréable s’en dégageait. Une odeur qui rappelait pour différentes raisons, un passé inatteignable, oublié depuis longtemps. Ce thé avait quelque chose d'enivrant, comme s’il appelait à être bu.
    Luna joignit ses mains pour fixer le couple royal.

    —Depuis combien de temps est-il malade ? demanda-t-elle alors.

    CENDRES
    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 519
    crédits : 2624

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Lun 4 Déc 2023 - 23:24

    La lumière sobre des astres nuiteux guidait la progression du couple impérial vers la demeure attitrée de Luna, lieu où les guettaient des réponses - peut-être - et des mystères à décortiquer, assurément. En toute honnêteté, la mère-dragon ne savait pas trop à quoi s'attendre en visitant ainsi son soi-disant ancêtre. Pouvait-elle seulement les aider ? Aussi, Ayshara n'écartait pas la possibilité que la liche décide de ne pas les soutenir au sein de leurs recherches, gardant en elle une certaine rancune à cause de son "emprisonnement". Pire encore, elle pourrait les flouer en les conduisant vers une fausse piste, causant par ce fait même la perte d'une denrée cruciale : le temps.

    Face à ces inquiétudes, l'impératrice laissa les mots du Conquérant l'imprégner. Il était si fort, si déterminé à triompher des risques potentiels de cette aventure. Sa présence à ses côtés signifiait beaucoup à ses yeux. Il était cette épaule sur laquelle elle se sentait à l'aise de se reposer. Un sourire mince s'anima sur ses lèvres, tandis qu'elle berçait doucement leur précieux enfant assoupi. Ses pensées, telle une rivière agitée, se mêlaient aux sons feutrés de la nuit. L'ardeur farouche du drakyn flottait encore dans l'air pendant que la belle chevauchait tout près de lui.

    - Vous êtes une force et une assurance qui me procure énormément de réconfort en ces heures incertaines. Oui, notre fils Draknys, ce dragon, cet héritier de notre illustre Reike, est l'incarnation de notre amour et de nos espoirs les plus chers. Mais en mon cœur, une ombre demeure, une crainte qui frôle mon âme comme cette brise nocturne. Les perles étincelantes suspendues parmi les cieux observaient leur passage au sein de la capitale reikoise, témoins silencieux de l'angoisse camouflée de la délicate vosdraak. Les choses qui nous défient, mon Roi, me paraissent anciennes, mystérieuses, aussi vastes que les sables du désert. Peut-on réellement leur imposer notre loi ? Sommes-nous que des joueurs audacieux dans un jeu dont nous ne saisissons pas toutes les règles ? La dragonne à la magnifique crinière argentée leva ses améthystes, fixant l'horizon. La silhouette de la maison de Luna se dessinait droit devant; un spectre du passé aux secrets enfouis les attendait désormais. Détiendra-t-elle les réponses que nous cherchons désespérément ? Saura-t-elle éclairer notre chemin ? Et si ses paroles n'étaient qu'un labyrinthe de mensonges et de tromperies ? Après tout, afin de devenir une Liche, elle a dû pactiser avec les Ténèbres... Les Astres ont peu de clémence envers ceux qui se jouent de la vie et de la mort ainsi. Il existe des Lois non écrites qu'il ne vaut mieux pas transgresser. Elle regarda son fils sagement endormi, sa petite bouille paisible éclairée par la lueur de la lune avait le don de lui réchauffer le cœur. Les fiers destriers ralentirent à l'approche de l'habitat de l'ancienne reine du royaume. Ayshara, recueillant son courage et ses pensées, se préparait mentalement à affronter ce qui allait venir. Notre vaillant dragonnet, que son destin ne soit pas un fardeau trop lourd pour ses ailes naissantes. Chuchota-t-elle.

    Lorsque le cortège s'immobilisa devant le bâtiment résidentiel, Tensai fut le premier à descendre de sa monture. D'un pas assuré, il s'avança vers la jeune femme qui ne le lâchait pas des yeux. D'un geste simple, il lui offrit sa main chaude et puissante. Se sentant soudainement plus légère malgré le poids de la situation, la paume de la belle se glissa délicatement à l'intérieur de celle de son roi. Et alors qu'elle se préparait à le rejoindre au sol, une bouffée d'affection inonda son cœur dès que leurs regards se croisèrent. Durant cet instant semblant hors du temps, elle vit la force et la tendresse de son bien-aimé la soutenir. Un contact électrisant qui éveilla des souvenirs de tous les moments partagés, des batailles aux confidences nocturnes. Elle se rapprocha de lui, réduisant l'espace entre leurs corps. Cette proximité était un refuge, un havre de paix au milieu des incertitudes qui les entouraient. Le visage de la souveraine s'éclaira d'un caressant mélange de lune et d'amour, tandis que ses lèvres trouvèrent celles de son homme, les effleurant d'un tendre baiser.

    - Je t'aime. Souffla-t-elle contre ses lèvres. Elle se blottit doucement à lui avant de quitter sa jument et poser pieds par terre. Ils se séparèrent lentement, laissant la demoiselle pleine d'émotions revigorantes.

    Ils marchèrent en direction de l'entrée, là où un surveillant de la demeure s'excusa de manière exagérée auprès de Tensai pour... le verre de jus de raisin qu'il tenait entre ses doigts ? Plutôt indifférente, la jeune femme haussa les épaules, tout en gardant le prince héritier collé à sa généreuse poitrine. Puis, son regard dériva sur son ancêtre qui marqua finalement son apparition.  En l'apercevant, son pouls s'accéléra, une légère sensation d'anxiété la taquinant. Ça commençait.
    Sur le coup, elle ne sut quoi dire, surtout en constatant le sourire de la liche. Comme ça, elle connaissait la raison de leur venue ici ? On dirait que les mots manquaient à Ayshara à ce moment-là. Des brides des événements de la Flèche lui revenaient en mémoire, et ce n'était franchement pas un ressenti des plus agréables. Néanmoins, elle n'avait pas le choix d'affronter tout cela; la fuite ne s'avérait pas être une option envisageable. Pas aujourd'hui. La vie de Draknys ne les attendrait pas éternellement.

    Silencieuse mais méfiante, l'impératrice accepta l'invitation de Luna d'un hochement de tête et la suivit, son esprit agité par un tourbillon de pensées et de sentiments divers.  *Elle nous attendait*, songea-t-elle, s'interrogeant sur les mystères que cachait cette créature ancestrale. En entrant au sein de la résidence de la dame, elle ressentit une sorte de lourdeur lui peser sur les épaules. Le genre de perception extrasensorielle qu'elle ne pourrait décrire avec précision. Nerveuse, elle resta debout et déclina l'offre à prendre le thé de la mage noire, malgré la puissante tentation qui s'en dégageait. Était-ce de la magie ? Une tentative de les ensorceler contre leur gré ? Si cette chère Luna voulait que sa descendante acquiesce, il faudrait qu'elle la mette davantage en confiance... Parce que là, c'était assez... malaisant.

    - Il est tombé malade il y a de cela quelques lunes. Il s'agit d'une maladie étrange, inconnue de nos médecins et de nos mages. Elle le ronge de l'intérieur, altérant son essence même. Chaque jour qui passe, c'est une part de lui qui s'endort, une partie de sa vie qui s'affaiblit. Sa main s'accrocha à celle de Tensai, cherchant dans son toucher un soutien, une ancre au milieu de cette mer bien trop sombre. Nous sommes venus demander votre aide. Vos connaissances ésotériques sont peut-être le seul espoir qui nous reste. Notre fils, Draknys, n'est pas un enfant ordinaire. Nous avons exploré chaque piste, chaque savoir. Malheureusement, rien n'a semblé apporter la lueur d'une guérison. Voilà pourquoi nous sommes ici, devant vous, Luna. Vous qui avez traversé les âges, qui avez côtoyé la mort et la vie de si près. À la fois déterminées et vulnérables, ses améthystes dévisagèrent l'hôte aux traits familiers. Si vous détenez le savoir pour soigner Draknys, pour sauver l'héritier du Reike, nous vous en serons éternellement reconnaissants. Nous sommes prêts à payer le prix qu'il faudra, à affronter les défis nécessaires. Car rien n'est plus précieux pour nous que la vie de notre enfant.


    Tour 2


    Empereur-dragon du Reike
    Empereur-dragon du Reike
    Tensai Ryssen
    Tensai Ryssen
    Messages : 139
    crédits : 1044

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: S
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2323-tensai-ryssen-l-empereur-dragon
  • Lun 25 Déc 2023 - 23:06
    Ayshara a peur pour son enfant. Quoi de plus naturel pour le cœur d’une maman ? Bien qu’elle soit impératrice, elle n’en reste pas moins une Vosdraak qui a ses forces et ses faiblesses. Tensai non plus n’est pas parfait, preuve en est par son silence alors qu’il écoute attentivement sa reine. Il peut évidemment comprendre ses angoisses et ses appréhensions mais le barbare qui est en lui ne peut se soumettre à ces forces mystiques et anciennes, encore plus quand ces dernières s’en prennent à sa famille. Peu subtil, il préfère aviser quand le terrain de jeu sera plus clair, quand il connaîtra davantage les ennemis en présence, pour mieux les renverser, les écraser, les réduire en poussière si besoin est. Leur fils ne peut mourir. Le simple fait que l’âme de son épouse souffre lui est intolérable et mérite une punition en soi. En l’état, donc, si Luna ne collabore pas, elle risque de devoir affronter la colère de l’Empereur d’une manière ou d’une autre.

    - Il est vrai qu’elle a joué avec des forces qui la dépassent et les Astres ne l’ont certainement pas vu d’un bon œil. Encore que. Les Astres… Ce n’est pas que Tensai s’en moque, mais… Il n'en n'est pas loin. Ce n’est pas eux qui lui ont donné le trône, et il y croit plus par nécessité que par principe. Cela étant dit, Luna a beau avoir joué avec des forces qu'il ne faut pas manier, elle en a retiré quelques avantage et l'homme-dragon précise sa pensée. En obtenant son statut de liche, elle a traversé les âges. Elle pourrait donc posséder des savoirs ancestraux, voire même des savoirs oubliés. C’est pour cela que nous faisons ce chemin. Parce qu’elle peut avoir une sagesse – et les dents du Conquérant grincent en disant ces mots – qui pourrait nous être utile. Cela dit, je ne lui fais pas confiance. Nous n’avons pas intérêt non plus à la croire sur parole. Mais peut-être pourrons-nous en obtenir quelque chose… d’intéressant. Tensai n’est pas totalement convaincu, Ayshara le sentira sans doute, mais s’il a fait tout ce chemin, c’est aussi pour n’écarter aucune piste qui pourrait les aider à soigner son fils. Il vaut mieux agir que tourner en rond au palais…

    Quand le cortège s’arrête devant la demeure de Luna, c’est le roi qui descend le premier de sa monture et qui va chercher sa belle, qui tient toujours leur enfant dans ces bras. Lui tendant sa main forte et rugueuse, le couple a le temps de se regarder et étonnamment de se transmettre plus de sentiments qu’un long discours. Douceur et bonté chez Ayshara, tendresse et en même temps fermeté inébranlable chez Tensai. La laissant s’appuyer sur lui, puis se réfugier contre sa poitrine une fois descendue de sa jument, il referme avec douceur son bras libre dans son dos alors que son âme-sœur effleure ses lèvres d’un baiser et lui murmure son amour. En réponse, le Drakyn lui offre une caresse alors qu’il la serre davantage contre lui – sans pour autant oppresser Draknys, toujours enveloppé dans les bras de sa mère – et il lui répond doucement :

    - Je sais. Moi aussi. Le regard de Tensai est étonnamment plus lumineux alors qu’il a son épouse près de lui, et il abaisse bientôt son regard vers leur progéniture. Une lueur plus douce transparaît un court instant dans son regard, puis, il replonge ses prunelles dans celles d’Ayshara. Allons-y ensemble.  

    Et c’est ainsi qu’il fut fait.

    Luna – il le savait pour avoir demandé quelques fois des rapports – avait eu une bonne conduite durant des années. Assignée à résidence, il ignorait ce qui l’avait décidé à ne pas lui couper la tête quand l’ancienne reine s’en était prise à son épouse, soi-disant pour réveiller son plein potentiel. Aujourd’hui, cela payait naturellement : l’eut-elle tuée qu’ils n’auraient eu aucune piste pour soigner leur jeune dragon. Cependant, tout n’était pas rose pour autant, puisque la dame était aussi folle à lier et parlait toute seule. C’était en partie la raison pour laquelle Tensai n’était pas totalement convaincu par cette entreprise. Devraient-ils supporter une femme sénile ? Dans ce cas, tout ce voyage aurait été fait pour rien, et ils auraient dérangé Draknys en le faisant sortir du palais, quelque chose qui n’est pas forcément bon, vu son état de santé.  Heureusement, ils allaient vite être fixés… Et l’homme darda bientôt son regard sévère sur le malheureux soldat surpris avec un verre à la main. Rouge comme une pivoine et littéralement inclinés en angle droit, il dut son salut à l’intervention de Luna, qui était sortie sur ses entrefaites de la demeure. L’espace d’un instant, le roi et l’ancienne souveraine se dévisagèrent, toute trace de sympathie ayant déserté le regard du colosse. Mais celle-ci ne s’en émut pas et les invita au contraire à entrer à l’intérieur. Lui aurait bien pu résister au froid, mais Ayshara et surtout leur enfant se devait effectivement d’être à l’abri. Cela étant dit… Elle connaissait déjà la raison de leur venue ? La mine sombre et soupçonneuse, le roi décida d’ignorer superbement le soldat pour l’heure, et il entra le premier dans la demeure. Un rictus apparut ensuite dans son regard lorsqu’elle leur proposa du thé. Comme s’ils en avaient besoin. Un remède pour Draknys, voilà ce qui était important, et lorsqu leur hôtesse leur proposa de s’asseoir à table, Tensai refusa l’invitation d’un geste de la main.

    - Je resterai debout.

    Vieux réflexe de combattant. C’était plus facile de dégainer ou de réagir à n’importe quelle menace en restant dans cette position. Et quand bien même, aucune chaise n’était capable de supporter le poids de Tensai. Inutile de perdre du temps en les cassant les unes après les autres.

    Laissant donc son épouse s’installer où elle le désirait, il se positionna à côté d'elle, dans une attitude certes protectrice, mais pas non plus possessive et étouffante. Croisant les bras, Tensai posa son regard sur les thés qui dégageaient un étrange arôme, mais n’en but pourtant pas une goutte. Il n’était pas là pour ça. D’ailleurs, il lui fut bien gré quand Luna entra dans le vif du sujet et demanda depuis quand Draknys était malade. Laissant sa mère répondre, Tensai saisit la main d’Ashara quand celle-ci la chercha, quitte à se décaler pour se faire, et quand elle eut fini, il poursuivit.

    - Ayshara a tout dit. Qui pensait qu’il ferait un long discours ? Tensai n’était pas connu pour être le plus volubile de la terre. Toutefois, il continua d’un ton sérieux, plongeant ses prunelles dans ceux de la mage noire. Nous paierons le prix nécessaire pour protéger et redonner la santé à notre enfant. C’est pourquoi nous voulons savoir si vous connaissez son mal. Vous sembliez savoir notre arrivée, remarqua-t-il d’un ton naturellement dur, et vous n’en êtes point surprise, alors allez droit au but et dites-nous ce que vous savez.

    Son ton, habitué à commander, était sans réplique, ne permettant pas de « mais » et des « si ». Mais Luna n’était pas une personne normale. Accèderait-elle à leur demande ? Aurait-elle l'audace de tourner autour du pot ou de leur faire des demandes singulières ? Ils le verraient vite.

    PNJ
    PNJ
    Messages : 433
    crédits : 1441

    Info personnage
    Race:
    Vocation:
    Alignement:
    Rang:
    qui suis-je ?:
  • Sam 30 Déc 2023 - 12:09
     
    La lune et ses étoiles



    La liche affiche une moue non dissimulée devant le refus de partager cette tasse de thé. Visiblement, ce ne serait pas aujourd’hui qu’elle aurait la chance d’émuler une simple vie de famille en compagnie de sa descendante, de l’homme qu’elle avait choisi et de leur enfant. Peut-être était-elle tout simplement trop étrange pour profiter de ce genre de moment. Après tout, Luna ne comprenait toujours pas ce qu’elle avait pu faire de répréhensible en tirant une flèche à travers la poitrine de l’impératrice du Reike. Génie incontestée sur certains sujets, elle restait une véritable inculte sur tout ce qui touchait au bon sens le plus commun. Prenant quelques secondes pour touiller le contenu de sa propre tasse, elle écouta les dires d’Ayshara avec une attention certaine.

    Hochant du chef lorsque cette dernière lui annonça la maladie qui touchait le futur symbole du Reike. Elle se fit violence pour ne pas répondre un simple : “C’était à prévoir.” qui aurait pu envenimer la situation plus qu’elle ne l’était. Il fallait aussi avouer que le regard que lui porter de drakyn jouait beaucoup quant au fait qu’elle parvenait à garder un air partiellement neutre. Peut-être que le souvenir de se retrouver à moitié encastrée dans un mur par la poigne de l’empereur Reikois n’avait pas totalement quitté son inconscient.

    Et finalement, lorsque sa descente arriva à la fin de sa supplique et que l’époux de cette dernière la mima dans une version condensée de peu de mots, la liche déposa la tasse qu’elle tenait entre ses mains pour les fixer de ses grands yeux illuminés. Puis, après un silence marqué, probablement pour l’effet dramatique, la liche prit la parole.

    —Je vois, dit-elle simplement.

    N’ajoutant rien de plus, Luna comprit vite que son manque de parole pourrait lui coûter la patience du guerrier, ainsi, de nouveau, elle se fit violence pour expliquer ce qui semblait être évident à ses yeux.

    —Effectivement, vous êtes prêts à tout pour le bien de votre descendance. Et c’est sans doute tout à votre honneur. Mais mesurez vous bien la portée de vos mots ? Il est facile de signer un contrat, il est néanmoins bien plus dur de l’honorer. Vous ne devriez pas promettre monts et richesses sans savoir ce que votre interlocuteur désire. (Elle afficha un sourire éphémère.) Je pourrais demander la lune. Un choix amusant, sans mauvais jeu de mots de ma part évidemment. Je vous le demande dans ce cas. A votre avis. Que pourrai-je désirer contre mon aide afin de venir en aide à votre fils ? Ma totale liberté ? Peut-être. Et sans doute seriez-vous prêts à me l’offrir. Votre fils est plus important et tel que je vous connais, (son regard transperça celui de Tensai), vous êtes assez fiers pour penser pouvoir m’attraper de nouveau si jamais je venais à mettre en péril votre famille. Et ce ne serait pas de la fierté mal placée, je suis heureuse à l’idée de penser que vous avez la force nécessaire pour protéger mes descendants.

    Elle se leva alors, déambulant un peu dans la maison et s’approchant de la fenêtre pour fixer le ciel. Semblant perdue au sein de son propre domicile, elle avait besoin de ce contact avec la lune pour retrouver un semblant de concentration.

    Mais imaginez que je demande votre fils. Afin de l’élever moi-même. Ce serait un prix bien trop grand à payer, n’est-ce pas ? C’est pour ça, qu’il ne faut jamais être prêt à promettre l’impossible. (Elle hocha de la tête comme se parlant à elle-même.) N’ayez cependant aucune crainte, Ayshara. Je ne désire pas votre fils. Il deviendra un grand dragon, aussi courageux que sa mère et fort que son père. Mais ma mission n’est pas de l’élever. C’est à vous que revient cette tâche, tels sont les commandements de la Lune.

    Elle se retourna alors à une vitesse folle pour se rapprocher de la table et poser ses mains dessus. Fixant le couple avec une intensité rare.
    —Savez-vous seulement ce que je désire ? (Elle commençait à parler d’une voix nettement plus vive.) C’est quelque chose dont j’ai besoin, sans ça, je ne me vois pas continuer de vivre décemment. Si l’on part du principe que ma condition me permet de vivre évidemment. Ecoutez bien car c’est très important. J’ai besoin…

    Elle fixa ses mains un moment. De quoi avait-elle besoin exactement ? De toute évidence, le Reike ne s’était jamais mieux porté qu’à ce jour et Ayshara, semblait heureuse. Avait-elle envie d’autre chose ? Outre sa mission envers la Lune, qu’est-ce qui la poussait à continuer de vivre pour les lendemains chaleureux qui s’annonçaient ? Déstabilisée, elle se posa de nouveau sur sa chaise, le regard vide. Avait-elle seulement le droit de souhaiter quelque chose pour elle-même ? De goûter aux plaisirs simples ? Depuis qu’elle était emprisonnée ici, Luna s’était rendue compte qu’elle n’avait pas éprouvée un tel sentiment de quiétude depuis que son cœur battait encore dans le creux de sa poitrine. Avait-elle encore le droit de s’accorder quoi que ce soit après son serment de tout sacrifier pour le futur de la protégée de la lune ?

    —Un repas, dit-elle alors de nouveau totalement calme. Je désire un repas. En compagnie de la famille royale et de leur fils. Ici même. Pour discuter de tout et de rien comme le font les soldats qui me surveillent. Parler de la pluie et du beau temps ou que sais-je encore. Contre mon aide pour venir en aide à votre fils. C’est un juste prix, n’est-il pas ? Bien, puisque c’est réglé, nous allons pouvoir nous mettre au travail ! A commencer par définir ce qui touche votre enfant. En fait, pour avoir une idée d-

    Elle s’arrêta au milieu de sa phrase alors qu’un grattement se fit entendre à la porte. La liche se précipita à la fenêtre pour fixer la lune, retrouvant son air illuminé.
    —Déjà ? demanda-t-elle alors. Mais je suis en retard dans ce cas… C’est fâcheux, oui très fâcheux. (Elle se retourna vers le couple et leur offrit un sourire.)
    —Votre fils sera guéri à l’aube. Du moins je l’espère. Quoi qu’il en soit, j’attends de vous certaines choses. Ayshara, vous dites êtes prêtes à faire face à tous les défis qui pourraient s’opposer à vous. C’est une bonne chose, car nous risquons d’en croiser en chemin. Pour l’heure, je crois que notre guide nous attend à la porte. Un long chemin nous attend !

    Elle applaudit alors de ses mains d’un air excitée avant de retrouver presque immédiatement sa posture léthargique.

    —Je vous emboîte le pas. Ne faites donc pas attendre notre guide. Vous aurez fort à faire sur le trajet.

    Plissant son regard empreint d’une certaine malice, elle laissa au couple le luxe d’ouvrir la porte.
    Derrière cette dernière se trouvera un paysage enneigé preuve qu’une magie était à l'œuvre. Un petit renard se trouvera à leurs pieds, lui même grattant la porte et Ayshara pourra y reconnaître à coup sûr PtitRoux. Ce dernier semblait prêt à les guider à travers le paysage immaculé.

    CENDRES
    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 519
    crédits : 2624

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Dim 31 Déc 2023 - 9:53

    Mystique, cette liche dégageait une aura qui brouillait les sens de l'impératrice. Il y avait quelque chose de troublant dans la façon dont l'ancienne reine du Reike les observait, comme si elle lisait en eux, dévoilant des vérités cachées derrière leurs façades de souverains. Mais pourtant, au sein de cette atmosphère étrange, la main de Tensai parvint à trouver celle d'Ayshara. Un simple toucher qui réussit à la rassurer, à la mettre davantage en confiance. En sa présence, elle savait que rien de catastrophique ne pouvait arriver, à leur fils et à elle.  

    Malheureusement, Luna - ou plutôt Valeery - déroula un sacré discours qui fit vaciller l'âme de la jeune femme aux cheveux d'argent. Dès qu'elle mentionna la possibilité que le prix à payer pourrait être de lui laisser l'éducation de l'héritier royal, son cœur manqua plusieurs battements successifs. L'air se figea au creux de ses poumons, un voile de terreur obscurcissant brièvement sa vision. L'idée même que quelqu'un puisse exiger Draknys en guise de tarif pour un service la glaçait d'effroi. Priver une mère de son bébé était probablement la pire malédiction envisageable en ce monde. Qui oserait infliger un pareil tourment ? Puis, lorsqu'elle vit sa prédécesseure se lever et déambuler vers la fenêtre, la dragonne la suivit du regard, chaque fibre de son corps en alerte. Elle l'écouta se parler à elle-même, et quand elle affirma ne pas désirer leur fils, la monarque de l'Empire ressentit un soulagement inattendu, bien qu'elle demeurât sur ses gardes. "Ne jamais promettre l'impossible," se répéta-t-elle intérieurement.

    Alors qu'elle se remettait tranquillement de ses émotions, les prochains mots de leur mystérieuse hôte plongèrent l'épouse du Conquérant dans une genre d'incompréhension... Un repas ? Souhaitait-elle réellement cela ou s'agissait-il d'une bavure visant à les troubler encore plus ? Très clairement, Ayshara n'était pas d'humeur à rigoler aujourd'hui et cette Luna avait grand intérêt à ne pas se foutre ouvertement de sa gueule.

    - La vie de notre fils n'est pas un objet de marchandage. Il s'agit du cœur de notre famille, l'âme de notre lignée. Il est même une petite partie de vous, Valeery. Elle soupira doucement. Bon. Ils n'avaient visiblement pas trop le choix. Et un modeste souper en compagnie de cette dame ne les tuerait pas... Du moins, c'était ce qu'elle espérait. Un repas ? Est-ce là tout ce que vous désirez ? Un moment de convivialité, une occasion d'échanger des histoires et des rires ? Si tel est votre souhait, nous l'honorerons. Nous partagerons avec vous un instant en tant que famille et nous discuterons de ce qui vous plaira. Répondit-elle finalement, sa voix trahissant de nouveau une légère incertitude, voguant entre la confiance et la méfiance.

    Un étrange grattement à la porte interrompit soudainement la conversation. Ne lâchant pas des yeux son interlocutrice, la belle haussa les sourcils. Qu'est-ce qui se passait encore ? Serrant doucement les poings, elle se leva de sa chaise, un air déterminé au visage.

    - Votre promesse de guérir le prince à l'aube est une lueur d'espoir, Luna. Cependant, permettez-moi de partager avec vous la gravité de la situation. Draknys souffre d'une maladie dont l'origine demeure un mystère. Habituellement, nous sommes capables de retracer l'auteur d'une affection magique ou divine. Comme cela a été le cas avec la Peste Obscure qui a frappé Shoumei et Mael. Mais cette fois, nos efforts pour trouver une cause, un fil conducteur, ont été vains. L'Empire est la cible de forces maléfiques et malveillantes. La peste, ça, et après, ce sera quoi d'autre ? Il faut déceler une solution durable, non seulement pour guérir l'héritier de la Couronne, mais également pour protéger notre peuple, le Sang de notre Sang. Ayshara s'approcha de son ancêtre, une supplique s'animant dans ses améthystes. Luna, je m'adresse à vous en tant que mère. Autrefois, vous avez aimé, vous avez chéri. Votre cœur, bien que transformé par le temps et les circonstances, a connu l'amour maternel. Je vous en prie, aidez-nous à préserver l'avenir du Reike contre le Mal qui cherche à nous détruire.

    Évidemment, l'impératrice était bien loin de se douter que le remède à tous ces maudits maux coulait entre ses veines depuis sa naissance. Elle découvrirait sans doute beaucoup de choses au cours du long et périlleux voyage à venir...

    En ouvrant la porte tout en tenant le dragonnet collé à sa poitrine, elle remarqua avec stupéfaction que le paysage venait de se métamorphoser. Les contours de la maison s'étaient transformés en un monde enneigé tapissé d'un manteau immaculé. La magie à l'œuvre s'avérait indéniable et singulièrement puissante. Et lorsque la souveraine baissa ses améthystes, elle y vit un mignon renard roux qui dégageait une présence particulièrement familière. Instinctivement, Ayshara sut qu'il s'agissait de P'tit Roux, un compagnon de son enfance qu'elle avait aimé et perdu de façon violente. En l'espace d'une poignée de secondes, des souvenirs du passé affluèrent au sein de son esprit, réveillant des émotions interminablement enfouies. Des larmes perlèrent au coin de ses yeux tandis qu'elle se remémorait la douceur de son pelage et la chaleur de son amitié. Cet animal représentait un chapitre innocent de son existence, un temps où la vie était simple et les joies, petites, mais significatives. Se tournant vers Tensai, la mère-dragon essuya machinalement ses joues et commença à lui raconter l'histoire de P'tit Roux. Elle trembla doucement alors qu'elle évoquait la découverte de son compagnon, blessé et seul au cœur des montagnes du nord.

    - J'avais huit ans, une enfant curieuse et insouciante, éprise de liberté... Je l'ai trouvé lors d'une excursion de chasse avec ma famille. P'tit Roux était faible et abandonné. Si petit, si vulnérable... Je l'ai immédiatement pris sous mon aile. Néanmoins, nos parents n'étaient pas d'accord. Ils ne voulaient pas d'une bête sauvage parmi nous. Ils ont donc ordonné à un garde de s'en débarrasser. Un sourire amer se dessina. Contre toute attente, mon grand frère intervint; il persuada Père et Mère de le garder en prétextant qu'il serait utile pour la chasse. Ayshara ferma les yeux un instant, revivant les moments heureux vécus en compagnie du renard. Nous étions vraiment inséparables. J'étais si heureuse ! Malheureusement, tout changea lorsqu'il disparut, juste avant notre départ des montagnes. J'étais inconsolable. Puis, sa voix se brisa en se souvenant de la suite de cette histoire. Vaenys partit à sa recherche. Il retrouva P'tit Roux, mais un chasseur l'avait déjà atteint d'une flèche mortelle. Consumé par la colère, mon frère tua cet homme. C'était la première fois que j’apercevais une telle violence de sa part... Regardant intensément son ami dans la neige, la belle sourit tristement. Voir P'tit Roux ici, maintenant, c'est comme si un morceau de mon passé était revenu pour me rappeler qui je suis, d'où je viens...


    Tour 3
    Empereur-dragon du Reike
    Empereur-dragon du Reike
    Tensai Ryssen
    Tensai Ryssen
    Messages : 139
    crédits : 1044

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: S
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2323-tensai-ryssen-l-empereur-dragon
  • Dim 7 Jan 2024 - 20:50
    Tensai pouvait être un chef de guerre de génie, et d’autres fois, il pouvait faire des erreurs de débutant. C’est ce que Luna leur rappela bien lorsque, après avoir écouté Ayshara, elle leur déclara qu’il ne fallait jamais faire de promesses sans connaître toutes les parties du contrat. Une remarque avisée, que l’Empereur aurait certainement mieux accueillie si celle-ci était venue de sa garde royale, plutôt que d’une folle qui s’en était prise à la Vosdraak. Illustrant ses propos, elle leur déclara qu’elle pouvait leur demander la lune – or, d’aucuns connaissaient l’existence de l’astre lunaire, régnant sur les cieux nocturnes, mais d’autres connaissaient également l’existence de la Lune, titre donnée à l’Impératrice en tant que cheffe des forces médicales reikoises. Un sous-entendu qui ne plut pas à Tensai, naturellement. Sa remise en liberté non plus ne lui convenait pas – quoique c’était plus acceptable, les espions de l’Oreille pouvant prendre le relais afin de la surveiller et prendre note de ses faits et gestes. Pas dupe pour un sou, la mystique transperça le Drakyn du regard alors qu’elle devinait assez aisément ce qu’il lui avait traversé l’esprit. Le Conquérant ne broncha pas, impénétrable, comme toujours. Sa mine se rembrunit davantage quand leur hôte évoqua la possibilité d’éduquer le prince-héritier et l’homme-dragon se contint suffisamment pour qu’un « non » ferme et sans réplique ne franchît ses lèvres sans crier gare. Ce n’était pas le moment de taper du poing sur la table. Pas encore. Même si cela le démangeait déjà. Le regard sombre, il devina la frayeur de son épouse et se contenta de lui serrer un peu la main pour rappeler sa présence, pour lui dire qu’il était là et que rien n’était joué pour le moment. La Vosdraak, de son côté, devinerait certainement la tension et le regard acéré de son époux sur l’ancienne reine reikoise, ainsi que l’orage qui grondait dans ses yeux.

    Heureusement pour sa survie, Luna leur fit rapidement savoir que ce n’était pas son rôle d’éduquer Draknys. Tels étaient les commandements de la Lune. L’Empereur doutait toujours profondément de ses inspirations – il avait plutôt tendance à penser qu’elles venaient de sa psyché totalement dérangée plutôt que de l’astre lunaire – mais elle avait réussi au moins à éviter un refus net et catégorique. Encore que la leçon était entrée. Ne jamais promettre l’impossible. Il s’en souviendrait et ne referait plus ce faux pas à l’avenir.

    Voilà alors que leur prisonnière se redirigea vers eux avec une vitesse surprenante et finit par leur demander… un repas. Et pour une fois, l’incrédulité apparut dans le regard du souverain reikois.

    Un repas ?
    Elle voulait un repas ?

    Si, comme Ayshara, Tensai resta un court instant désarçonné, la laissant ainsi répondre pour eux deux, le guerrier se reprit toutefois bien vite.  Ils n’avaient effectivement rien à perdre à lui accorder sa demande. Celle-ci était tellement simple que c’en était presque… ridicule. Mais elle était également tellement facile, qu’ils pouvaient la manier à leur avantage. Le lieu, d’abord. Luna avait décidé sans les consulter que ce serait ici, mais les espions avait naturellement les plans de la maison quelque part. Ils pourraient non seulement sécuriser les environs ainsi que l’intérieur. La nourriture… pouvait être fournie par les cuisines royales. L’Oreille pourrait également empoisonner certains mets si nécessaire, mais quelque chose lui disait qu’Ayshara ne serait pas de cet avis-là, en tout cas pas si leur enfant guérissait. En admettant ensuite que Luna désirât cuisiner elle-même, elle devrait se procurer les ingrédients par la Couronne et pas par ses propres moyens. Elle devrait aussi autoriser une vérification en amont. Enfin…

    Enfin, il fallait que leur enfant guérisse si elle voulait vraiment avoir ce moment d’intimité avec le couple impérial.

    La mâchoire serrée, le Drakyn est différent de sa moitié : si cette dernière est partagée entre la méfiance et la confiance, l’homme-dragon, lui, ne porte aucunement Luna dans son estime et il dégage donc autant de chaleur qu’un glaçon en plein hiver. Pour l’heure, il a l’impression qu’elle se joue d’eux, et l’Empereur finit par prendre la parole.

    - Nous ferons un repas ici, avec la famille royale, mais sous certaines conditions en ce qui concerne la protection alentours et la nourriture qui sera utilisée.

    L’Empereur est moins bien volubile que son âme sœur, qui se lève et se dirige vers la porte lorsqu’elle entend un grattement étrange aux alentours. Mais avant, elle en appelle au cœur de Valeery, car elle aussi a été une reine du Reike. Les deux femmes font même partie du même sang. Tensai ne sait pas si cela évoquera quelque chose à Luna, mais ce qui l’intéresse, dans l’immédiat, c’est sa promesse de voir Draknys guéri à l’aube. Ca et… Il semble qu’elle évoque une sorte de voyage ? Même, elle dit qu’elle est en retard ? Qu’est-ce que…

    Le roi n’a pas le temps de l’interroger qu’Ayshara ouvre la porte. Deux choses alertent aussitôt le guerrier, qui se lève et lui fait rejoindre son épouse d’un pas souple et rapide.

    La première, c’est le paysage immaculé qui s’étend sous leurs yeux.
    C’est un phénomène magique, à n’en point douter, mais un phénomène frappant puisqu’il n’y avait aucune neige à leur arrivée.
    Le second phénomène qui surprend Tensai, ce n’est pas le renard roux, non. Ce sont les larmes qui perlent aux yeux d’Ayshara alors qu’elle semble reconnaître la créature. Pourtant, il connaît suffisamment la Vosdraak pour savoir qu’elle n’a aucun animal de compagnie de ce type, et c’est seulement lorsqu’elle commence à lui expliquer toute son histoire avec lui que l’homme-dragon se détend légèrement.

    – Donne-moi Draknys, cela te permettra de le caresser et de le retrouver plus facilement.

    Qu’Ayshara s’exécute ou non, le Drakyn n’en aura pas fini pour autant. Posant pensivement son regard sur P’tit Roux, de manière non hostile, mais presque curieuse, l’Empereur continue à écouter l’histoire de son épouse. Fondamentalement, il ne peut que comprendre l’inquiétude de ses parents, puisqu’il est connu que de tels prédateurs véhiculent des maladies pour la plupart des races humanoïdes. Il n’en reste cependant pas moins que les médecins royaux sont les meilleurs du Reike, et qu’ils savent donc pallier à la plupart de ces maux, naturels ou magiques. L’intervention de Vaenys est quant à elle plus… audacieuse. Agréablement étonnante de sa part, peut-être ? Tensai n’irait peut-être pas jusque-là, d’autant que le frère d’Ayshara a commis quand même un meurtre sous les yeux de sa cadette… Mais les hommes restent des hommes et la plupart, dans un monde si dur, ne peuvent s’empêcher d’être violents et hostiles.

    Si l’Impératrice est enchantée, et si son mari a un léger sourire pour faire bonne figure, tout ce qu’il se passe l’interroge évidemment profondément et il n’arrive pas à se défaire de considérations purement pragmatiques.

    – Le retrouver dans de telles circonstances est… De mauvaise augure ? surprenant, fait-il en choisissant la diplomatie. Si tu tenais à cet animal, je suis heureux pour toi que tu le retrouves, mais… Etais-tu seulement sûre qu’il était décédé ? Toi et Vaenys avez-vous pu vous tromper ?

    En toute honnêteté, Tensai en doute. La jeune Ayshara aurait pu croire en son décès, mais son aîné, déjà beaucoup plus adulte, est loin d’être idiot : il sait reconnaître un animal mort quand il en voit un. Cette apparition de P’tit Roux est donc d’autant plus… intriguante. Tensai n’est pas hostile envers cette créature puisqu’il semble n’avoir aucune agressivité envers sa belle, mais cela n’empêche pas qu’il se pose des questions, aussi, il se tourne vers Luna.

    – Sommes-nous toujours au Reike ?

    L’homme plonge ses prunelles dans les yeux de la mystique.

    – Que signifie ce paysage immaculé ?

    Ont-ils changé de lieux par une force surnaturelle ?

    – Cette créature, P’tit Roux. L’avez-vous sauvé ou bien est-il vraiment mort à cette époque ?

    En quoi est-elle liée à cet animal ?

    – Vous dites que nous devons le suivre. Quelle danger pourrons-nous attendre en route ?

    Un silence, le temps que leur hôte réponde à ses questions. Et puis, c’est Tensai qui rend le dragonnet à sa mère et qui vient à traverser en premier le seuil de la porte. Ses pas s’enfoncent sur la neige immaculée, mais il n’en a cure. Il veut être le premier à s’aventurer dehors, si une menace doit se lever contre leur enfant ou contre son épouse. Ne discernant a priori rien qui ne soit une menace immédiate, il appelle naturellement la Vosdraak.

    – Mettons-nous en route, Ayshara. Voyons où P’tit Roux veut nous conduire.

    S’il y avait toujours leurs montures, ils se mettraient naturellement en selle. Sinon, ils marcheraient à pied, en étant des plus prudent face à cette étrange magie qui est à l’œuvre.
    PNJ
    PNJ
    Messages : 433
    crédits : 1441

    Info personnage
    Race:
    Vocation:
    Alignement:
    Rang:
    qui suis-je ?:
  • Mar 16 Jan 2024 - 10:53
     
    La lune et ses étoiles


    Silencieuse, la liche semblait totalement ailleurs. Encore bloquée sur le nom qu’avait employée sa protégée. Valeery.

    C’était son nom autrefois avant de prendre le patronyme de la servante de l’astre lunaire. Ne s’attendant pas à ce qu’Ayshara l’appelle ainsi, elle se retrouva plongée dans des souvenirs qu’elle pensait pourtant étouffés par sa nouvelle mission depuis des lustres. Et pourtant, ils étaient toujours bien présents.
    Et bien que les paroles suivantes de l’impératrice lui paraissaient si lointaines, cette dernière retira un second clou qui refermait les souvenirs d’une époque révolue.

    Luna balbutia quelques mots, perdant pour l’une des rares fois les devants, son assurance et son ton mystique.
    Ayshara était vraiment une personne singulière, qui aurait pu toucher la liche en plein cœur si ce n’était cette dernière ? Décidément, la lune ne se trompait pas. Ayshara était celle qui mènerait le Reike à la gloire.

    —Oui, répondit Luna d’un ton étonnamment impliqué. Il sera guéri. Du moins, cela dépend principalement de toi. Néanmoins, tu as toujours su percer les carapaces les plus impénétrables. (Son regard se posa momentanément sur l’empereur avant de revenir sur la dragonne.) Je ne doute pas un instant quant à ta réussite ici. Tu sauras percer la vérité dissimulée derrière le mal qui ronge ton enfant. Et à ce moment-là, tout te paraîtra si clair que le remède en sera évident. Et ainsi, ta famille… (Elle se coupa brièvement, les mots de la mère encore en tête.) Notre famille sera sauve.

    Un début de sourire se dessina sur ses lèvres avant de rapidement se retourner, faisant mine d’avoir oublié quelque chose dans un placard tandis que l’héroïne du jour narrait le conte du renard et du chasseur.
    Ptit’roux quant à lui, sautillait presque sur place. Tournant autour de sa meilleure amie qui s’était tant occupée de lui, il semblait infatigable. Débordant d’une joie sans limite, il se roula dans la neige, montrant son ventre pour demander quelques gratouilles comme à l’époque.

    Luna revint vers le groupe, retrouvant son expression habituelle, ses yeux se posèrent sur le fameux guide à fourrure orangée.

    —Je suis désolée d’apprendre ce qu’il s’est passé, dit-elle alors, continuant d’analyser méthodiquement l’animal. Ton frère est un être singulier. Et bien qu’il est pratiquement impossible de lire en lui, donnant l’impression qu’il jongle avec une multitude de masques, cette action brutale ne pouvait-être que le signe d’un profond attachement envers sa sœur. Et… peut-être est-ce une bonne chose de ne pas oublier d'où nous venons. La personne que tu es aujourd’hui est l’addition de toutes les expériences que tu as vécues. P’tit roux n’a pas rencontré sa fin de ta faute, parfois, un mauvais concours de circonstance peut nous briser le cœur mais tu ne dois pas te laisser abattre. L’important c’est de faire au mieux sur tout ce qui pourrait être à ta portée. C’est peut-être un début de réponse. N’oublie pas qui tu es ni d'où tu viens.

    Elle tendit la main vers le renard mais ce dernier lui montra les dents. Elle eut le temps de retirer la main avant que l’animal ne referme sa mâchoire dessus.

    —Enfin, je pense que tu pourrais quand même lui apprendre à être plus amical envers les autres.

    Elle se redressa finalement, observant le renard continuer de faire la fête à Ayshara. Luna se pinça imperceptiblement les lèvres devant cette injustice alors qu’elle repensait à ses propres mots. Peut-être devrait-elle appliquer ses propres conseils ? Ne pas oublier qui elle était. Ne pas oublier ce qui l’avait forgé. Elle secoua la tête en fermant les yeux. Ne sachant pas comment réagir. Ayshara, avait décidément placé une graine dans l’esprit de la liche avec les justes mots. L’humanité qui restait en elle semblait tenter de lui déchirer les entrailles pour sortir de la liche en criant. Mais pour l’heure, Luna devait être Luna. Elle ne pouvait pas se laisser aller à trop de sentiments, pas alors qu’Ayshara ferait bientôt face à des épreuves déterminantes pour le futur du Reike.

    Puisse-t-elle réussir, supplia la liche à l’attention de la lune. Elle ne souhaitait pas attendre de nombreuses lunes avant que l’opportunité se présente de nouveau. Une nouvelle Ayshara, une nouvelle époque, le cycle recommencerait. Elle ne voulait pas se retrouver de nouveau seule en préparant un futur incertain. Non, cette fois-ci, Ayshara était prête. Il le fallait.

    C’est alors que Tensai, avec son tranchant habituel, la submergea sous les questions.
    La liche posa ses doigts sur ses tempes pour les masser de manière théâtralement exagérée. Définitivement, elle n’aimait toujours pas Tensai bien qu’elle l’ait accepté comme le soleil d’Ayshara et père du dragon. Pourquoi devait-elle répondre à tant de questions qui, à ses yeux, étaient d’une évidence éclatante ?

    La réponse était simple, elle devait répondre pour éviter de manger la poudreuse. L’éventualité d’agacer l’empereur était tentante, mais les souvenirs de leurs dernière rencontre étaient encore trop frais pour qu’elle s’y tente. Néanmoins, elle ne put s’empêcher de glisser une pique dans les réponses qu’elle enchaina.

    —Oui nous sommes au Reike ;
    -Ce paysage est immaculé car composé de neige, c’est une forme que prend l’eau sous une certaine température. Non, tout compte fait, faite comme si je n’avais rien dit, voyez ça comme du sable blanc et froid ;
    -Je ne suis pas responsable de la présence de notre guide ici ;
    -Je pense que la plus à même de répondre à cette dernière question est votre épouse. Mais rien d’insurmontable, je croise les doigts.

    Maintenant que les réponses ont été données, nous allons pouvoir nous mettre en route. Ne devions-nous pas sauver votre fils ?


    Elle fut terriblement tentée à l’idée de lui tirer malicieusement la langue pendant qu’Ayshara ne regardait pas, mais se rattrapa en s’imaginant que ce serait peut-être un peu trop et que la pique était allée suffisamment loin.

    De son côté, le glorieux guide de l’expédition se mit en route après ces retrouvailles festives.
    Et ainsi, derrière P’tit roux qui les guidait vaillamment, le groupe s’était mis en marche.

    Luna marchait à l’arrière, fixant le ciel d’un air perdu. Ne parlant finalement que peu, perdue de nouveau dans ses pensées.

    [...]

    Quelques minutes plus tard, alors que la neige continuait à s’étendre à perte de vue si ce n’était quelques arbres morts qui jonchaient la route ici et là, un sifflement perça le silence qui n’était alors perturbé que par les bruits de pas du trio.

    Tout se passa en un éclair, une flèche transperça le pauvre renard qui se retrouva cloué au sol. Laissant échapper un jappement de douleur, ses membres bougeaient fébrilement alors que la neige prenait progressivement la teinte de son sang.

    La liche quant à elle, baissa les yeux sur l’animal sans la moindre once de surprise sur le visage. Elle commença à faire quelques pas en arrière, il était temps que le couple se dresse face aux dangers tant attendus.

    Une ombre s’approcha alors progressivement du renard qui peinait à lutter pour survivre.
    L’ombre jusque-là informe, prenait progressivement les traits d’un chasseur. Néanmoins, à chaque pas, il doublait de volume. Le chasseur d’ombre devenait de plus en plus menaçant et terrifiant alors qu’il sortait une hache de sa ceinture. Le visage défiguré par la haine, il fixait l’animal. Sa proie. Il l’achèverait. Telle était sa mission.
    Il dépassa la taille de l’empereur et leva sa hache bien haut. Prêt à l’abattre sur l’animal.

    A l’époque, Ayshara n’avait rien pu faire pour sauver l’animal. Mais aujourd’hui, elle n’était plus l’enfant inconsolable d'autrefois. Elle était l’impératrice de la plus grande nation du Sekai et soutenue par un guerrier de légende.

    Luna, plus loin, fixait la scène avec un intérêt soudain.

    Je t’en prie Ayshara, pensa Luna. Surmonte tes peurs. Je sais que tu en es capable.

    P’tit roux commençait à fermer les yeux. Se résignant à son sort, la perte de sang n’arrangeant rien. Ne s’attendant pas à être sauvé.

    Néanmoins, un espoir subsistait.

    CENDRES
    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 519
    crédits : 2624

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Ven 19 Jan 2024 - 9:18

    À la demande de son bien-aimé, la vosdraak lui remit délicatement le jeune héritier malade. Essayant tant bien que mal de calmer un peu ses émotions, elle s'agenouilla doucement à côté du renard de son enfance. Et lorsqu'elle lui tendit sa main, une légère hésitation la gagna, comme si elle craignait que ce moment impensable ne soit qu'une illusion éphémère, un pur produit de son esprit. Néanmoins, sa perplexité actuelle ne l'empêcha pas de franchir le pas et de saluer adéquatement son petit compagnon vraisemblablement revenu d'entre les morts. Jamais, ô grand jamais, elle n'aurait cru cela possible.  Au contact de sa paume, P'tit Roux s'approcha, ses poils orangés éclataient sous la lumière blanche du décor enneigé. Immédiatement, Ayshara sentit la chaleur de son corps, la douceur de son pelage sous ses doigts. Elle caressa l'animal avec affection, chaque geste ravivant des souvenirs datant d'une époque révolue. À cet instant, les sentiments de l'impératrice étaient un mélange complexe de joie, de tristesse et de mélancolie. La joie de récupérer un ami perdu, la tristesse de se remémorer sa disparition lors d'un contexte tragique, et puis la mélancolie de réaliser combien elle avait changé depuis ce temps-là. Des larmes perlèrent de nouveau au coin de ses yeux, mais ces dernières furent rapidement essuyées d'un geste discret, ne désirant pas perturber la sérénité de ces retrouvailles inattendues. Oubliant quasiment où ils se trouvaient, elle lui parla à la voix basse, cherchant probablement à réconforter à la fois l'adorable mammifère et elle-même.

    - Tu m'as terriblement manqué...

    Elle aurait tellement voulu rester ici pendant de longues heures à jouer avec lui et à lui raconter toutes ses aventures depuis leur séparation, mais la tristesse de sa réalité la rattrapa assez vite : Draknys souffrait d'une maladie rare et grave, ce qui impliquait qu'ils ne pouvaient pas s'éterniser ad vitam æternam. Trouver une solution afin de guérir le prince du Reike était leur priorité absolue. Résolue à accomplir cet objectif primordial, elle quitta son étreinte et se releva. Ses améthystes se posèrent sur les deux hommes les plus essentiels à ses yeux; son mari et son fils. En les voyant, elle se rendit davantage compte de la fragilité de la vie, de la valeur des liens qu'elle tissait et de l'importance de chérir ce qu'elle possédait. La mère-dragon savait que P'tit Roux n'était qu'une partie d'un passé révolu, mais sa présence lui rappelait la nécessité de protéger ceux qu'elle aimait, de préserver l'innocence de sa progéniture au sein de ce Sekai trop souvent cruel et impitoyable.

    Cependant, les mots de Tensai et de Luna la sortirent de son nuage rose. D'ailleurs, elle se surprit même à serrer les poings lorsqu'elle repensa encore à cette fameuse scène avec Vaenys et ce maudit chasseur.

    - Surprenant, en effet. Répondit-elle à son âme sœur. Je croyais, enfin... Nous croyions tous qu'il était décédé... Peut-être que la mort ne s'avère pas toujours ce qu'elle semble être, finalement. S'adressant ensuite à l'ancienne reine de la nation, la belle aux cheveux d'argent ne put dissimuler la colère sous-jacente qui teintait désormais ses paroles. Votre compassion est appréciée, Luna, mais concernant mon frère... Un attachement profond ? Peut-être. Sachez néanmoins que ses actions parlent d'elles-mêmes. Il m'a vendue à Tensai, s'est enfui sans jamais regarder en arrière. Et lors de la naissance de Draknys, son neveu, il n'a même pas daigné apparaître. Où était son attachement alors ? Et cette action de tuer un homme pour un animal... Cela n'était pas le signe d'un attachement envers moi, mais plutôt une manifestation de son tourment intérieur, de sa colère refoulée. Vaenys n'a jamais montré d'intérêt véritable pour ma personne, ni pour celle de Draknys. Bien sûr, Ayshara se trompait sur toute la ligne concernant son aîné, n'étant pas au courant de l'entièreté de l'histoire qui se cachait derrière les gestes étranges du prince déchu. De plus, le manque de communication entre les deux n'aidait en rien.

    Suite à ça, elle se tut, ne préférant pas en rajouter plus, car très clairement, elle serait capable de continuer sa tirade plaintive durant des heures et des heures. Son visage adopta une petite mine boudeuse, alors que le groupe se mit à marcher dans la neige en suivant leur guide à quatre pattes. Décidément, elle était presque contente que P'tit Roux ait été un peu sauvage envers son ancêtre.

    En progressant, la jeune femme sentit un léger frisson la parcourir; avant de quitter la maison de la liche, ils auraient dû prendre quelques vêtements plus chauds, songea-t-elle. Ses prunelles se tournèrent vers le bébé dragon confortablement installé dans les bras chaleureux du Conquérant. Comme il devait être bien... Toutefois, en tant que maman poule, l'impératrice souhaitait y ajouter sa touche personnelle... Ainsi, ses mains s'illuminèrent d'une lueur ardente, et elle étendit doucement ses paumes vers Draknys. De ses doigts s'échappèrent des filaments de flammes dorées, délicats et dansants, qui s'enroulèrent autour du petit corps de l'écailleux en un manteau de feu protecteur. Ce cocon n'était pas ordinaire. Il ne brûlait pas, ne consumait pas; au contraire, il diffusait une chaleur rassurante. Une chaleur pleine d'amour.

    Alors qu'un sourire de satisfaction illuminait ses lèvres, l'atmosphère changea en un quart de seconde.

    Un cri d'effroi déchira le silence hivernal. Celui de la vosdraak.

    La scène de la tragédie se déroulait comme au ralenti, et pourtant, avec une brutalité saisissante. Elle s'élança vers le renard, les flocons de neige tourbillonnant dans sa précipitation. La vision de l'animal cloué au sol, son sang tachant le tapis immaculé d'une couleur écarlate, raviva en elle des souvenirs douloureux et une détresse insupportable. Arrivée auprès de la malheureuse et innocente victime, Ayshara se pencha, ses mains tremblantes invoquant son pouvoir de guérison. Elle poussa sa magie à son maximum, une lueur ardente entourant ses doigts tandis qu'elle tentait désespérément de soigner les blessures du pauvre. Les flammes, d'une intensité extraordinaire, enveloppaient le blessé à l'intérieur d'un genre de cocon, mais la reine savait que même ses capacités curatives pourraient ne pas suffire cette fois-ci.

    - Reste avec moi, P'tit Roux, je t'en supplie. Je ne te laisserai pas partir, pas aujourd'hui.

    Puis, il y avait aussi cette ombre menaçante qui émergea d'on-ne-sait-où. Le Chasseur... Lui. Chaque pas qu'il réalisait en direction d'eux le faisait paraitre plus grand, plus imposant. Serrant les dents, la belle leva ses améthystes mouillées vers l'individu qui semblait vouloir finir sa sinistre œuvre.  Cette hache suspendue dans les airs, prête à s'abattre sur son ami, symbolisait un danger mortel, mais la souveraine du Reike ne cilla pas d'un iota.

    - Arrêtez ça immédiatement ! Je vous interdis de vous approcher de nous ! Je ne tolérerai aucune violence gratuite contre un être sans défense !



    Tour 4
    - Feu divin P1 ~ Manteau de Draknys
    - Soins élémentaires P4 ~ Soigner P'tit Roux

    Empereur-dragon du Reike
    Empereur-dragon du Reike
    Tensai Ryssen
    Tensai Ryssen
    Messages : 139
    crédits : 1044

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: S
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2323-tensai-ryssen-l-empereur-dragon
  • Dim 21 Jan 2024 - 22:13
    Etonnant. Pendant un instant, Luna semble perdre contenance face aux paroles d’Ayshara. L’ancienne reine, pourtant si énigmatique, semble dès lors redevenir un instant bien plus humaine, comme si une brèche avait été créée dans sa carapace. Mais cela ne dure qu’un instant. Bientôt, leur hôte redevient maîtresse d’elle-même et la mystique renouvelle sa foi en sa descendante. Oui, leur fils guérira, mais comment, elle ne le dit pas. Pour Tensai, qui a un caractère pragmatique, il n’est rien de plus désagréable que d’entendre des certitudes sans pouvoir les corroborer par faits concrets. Il ne peut donc se reposer sur les affirmations de Valeery, fut-elle une ancienne souveraine de leur nation. Pas après l’événement de la flèche. Pour autant, soit. Ils joueront son jeu. D’ailleurs, un spectacle attendrissant reste quand même les retrouvailles de P’tit Roux et d’Ayshara. La créature est manifestement heureuse de retrouver son amie et le Drakyn regarde cela avec un regard bienveillant. Ses traits naturellement durs et impassibles s’adoucissent un court instant, mais le récit de la Vosdraak leur rappelle également de douloureux événements. La mort du renard, la rage de Vaenys, tout cela s’échappe de la bouche de la dragonne, et Luna montre à vrai dire plus d’empathie que Tensai. La femme trouve même des mots plutôt réconfortant en affirmant que la belle aux yeux améthystes n’est pas responsable de la mort du mammifère. On pourrait presque croire qu’elle a là un rôle maternel. Cela dit, le Baron est manifestement le point qui fâche. Là où Luna voit dans sa rage un signe de profond attachement à sa sœur, l’intéressée ne voit là qu’une manifestation de ses émotions les plus sombres. Soyons honnêtes, ce n’est pas le roi qui va plaider en la faveur du prince déchu. Aussi, ne rajoute-t-il rien, d’une part parce qu’il n’a que mépris pour cet être vil qui a sauvé sa peau en vendant sa cadette ; d’autre part parce que le sujet n’est pas là, qu’il leur faut agir pour le bien de Draknys.

    C’est pour cette raison que le chef barbare se met à interroger la liche. Et s’il s’aperçoit bien qu’elle est à deux doigts d’avoir des maux de tête à cause de lui, le colosse n’a aucun remords à lui arracher ces quelques brides d’informations. C’est déjà bien qu’il le fasse poliment puisque, en tout état de cause, le couple a besoin de Valeery pour continuer leur quête. De plus, cette fois, il ne l’encastre pas dans un mur. Il y a donc un progrès entre leurs différentes rencontres. Non… ?

    Un grognement presqu’inaudible s’échappe cependant des lèvres de Tensai face aux réponses de Luna. Qu’il y ait de la neige, il s’en est bien rendu compte – comment un tel prodige a pu se faire l’intéresse plus fortement. Malheureusement, leur guide n’est pas l’Esprit, et elle ne leur donne pas d’explications plus détaillées. Il leur reste donc qu’à suivre leur périple, et c’est ce que font d’ailleurs les parents du prince-héritier. Ils quittent la maison, s’aventurent dehors, se mettent à marcher. Le Conquérant sourit simplement lorsque son épouse crée une couverture de feu divin pour son premier-né. Cette tendresse de son âme-sœur ne peut le surprendre. Mais ce n’est pas le dragonnet qui sera la cible de la neige ou d’autres entités malfaisantes. Au contraire, c’est P’tit Roux qui est la première victime dans ce voyage mystique, arrachant aussitôt un cri d’effroi à la Vosdraak. Pour elle, l’enfer recommence, elle revit une seconde fois la perte de son ami à quatre pattes. Toutefois, les choses ne sont pas totalement identiques pour autant. La belle a obtenu des pouvoirs puissants ces dernières années, et elle n’est plus la jeune fille sans défense qui étaient seule et démunie face l’avidité du chasseur et la colère de son frère. La princesse est devenue reine, et la princesse a grandi en grâce, en force et en bonté. C’est donc sans surprise que l’Impératrice se jette au pied du renard, dont la respiration précipitée montre qu’il est toujours en vie. C’est encore sans surprise qu’elle utilise au maximum ses dons de guérison. Et c’est avec toute la détermination dont elle est capable qu’elle ordonne au chasseur de ne plus faire un pas dans la direction du renard.

    Mais fixer toute son attention sur la pauvre bête, c’est une erreur grossière de la part de cette ombre malfaisante. S’approcher de l’Impératrice avec des pulsions meurtrières l’est encore plus. Car comment oser croire que l’Empereur restera de marbre face à ce spectacle ?

    Ce n’est pas la taille de leur ennemi qui peut lui faire peur. Kazgoth était bien plus imposant que cette créature, et du reste, il est difficile de savoir si Tensai a déjà ressenti de la crainte envers quiconque. L’adversité n’est pas ce qui le fait reculer non plus. On peut même dire que, dès lors que son peuple ou sa famille est en danger, le Drakyn est le premier à vouloir se mettre en première ligne. C’est donc tout naturellement qu’il note la menace du Chasseur, tout naturellement encore qu’il estime qu’il faut l’éliminer. Mais Tensai n’est pas un chef barbare sans cervelle. Il ne fonce pas sans réfléchir, bien que l’envie le lui démange. Il faut quand même se rappeler qu’il a Draknys dans ses bras, et que partir en combat rapproché avec un enfant malade n’est pas la meilleure des stratégies. Alors le braconnier est brusquement entouré d’un feu ardent qui l’empêche d’avancer : tel un cercle qui l’isole du monde extérieur, la créature est temporairement repoussée par ces flammes qui l’empêchent de poursuivre sa progression. C’est alors qu’Ayshara voit surgir dans son champ de vision l’ombre du Drakyn et qu’il se penche sur elle pour lui tendre sa progéniture.

    - Entoure-le d’une gangue protectrice et concentre-toi sur P’tit Roux.

    Tensai aperçoit bien l’inquiétude dans les yeux d’Ayshara, mais après lui avoir déposé son petit fardeau, il se contente simplement d’essuyer une de ses larmes qui s’apprête à couler d’une de ses joues.

    - Tu n’es plus seule pour protéger ton ami. Je vais retenir le chasseur. Voire le tuer, pour être honnête. Toi, concentre-toi sur P’tit Roux. Tu as les capacités de le sauver. Puise dans les forces qui sont en toi. Brûle la flèche. Soigne-le. Et crois en tes capacités, Ayshara.

    Des paroles tendres, alors qu’il lui laisse un dernier baiser sur le front.

    Puis, Tensai Ryssen se redresse. Et l’aura qui s’abat dans les environs pousserait alors n’importe qui d’un peu sensé à se replier. Luna le ressentira certainement, elle aussi, alors que le guerrier se retourne en rivant son regard sur le chasseur qu’il a temporairement isolé.

    - Je ne sais pas ce que tu es.

    D’un coup, les flammes disparaissent et le chasseur peut reprendre sa marche. Mais Tensai aussi s’avance et son regard est tout, tout sauf amiable.

    - Mais ce que je déteste, en revanche, c’est qu’on s’en prenne à ma femme et à ceux qu’elle aime.

    Un regard dur, sévère, méprisant. L’amour d’Ayshara est peut-être le seul point commun entre Tensai et Vaenys, finalement. A présent, le Drakyn s’arrête, comme s’il s’était suffisamment éloigné de son épouse et de son fils et il ferme le poing alors que ses muscles se tendent.

    - Je ne reproduirai pas la même erreur que son frère. Mais je ne te laisserai pas l’approcher impunément.

    L’instant suivant, son image semble presque se brouiller. Le chasseur n’aura pas le temps de comprendre que le guerrier sera sur lui. Il lui envoie un simple coup de poing, n’ayant pas dégainé sa claymore, mais le coup est suffisamment violent pour que l’ombre quitte le sol et face un vol plané majestueux, incapable de ralentir ou de l’arrêter dans son élan. Le chasseur est ainsi repoussé le plus loin possible de P’tit Roux.

    Tensai, cependant, reste sur place et ne s’acharne pas sur la créature mystique. Tel un gardien vigilant, il semble être une sentinelle protectrice qui veille sur la reine, le prince et le petit renard roux. Il pourrait le poursuivre, mais l’homme-dragon ne connait pas les règles de ce périple, et il ne sait par ailleurs pas si le chasseur a des capacités particulières. Puisque s’éloigner pourrait porter préjudice à sa famille, il se contente donc d’attendre la suite des événements, en guettant la moindre réaction de son ennemi.

    Pouvoirs:
    PNJ
    PNJ
    Messages : 433
    crédits : 1441

    Info personnage
    Race:
    Vocation:
    Alignement:
    Rang:
    qui suis-je ?:
  • Ven 26 Jan 2024 - 6:18
     
    La lune et ses étoiles


    Lorsque l’empereur fit éclater son aura, la neige se comprima autour du groupe. Les branches des arbres, vierges de tout feuillage, plièrent sous la pression avant que les plus fragiles ne s’envolent, disparaissant au loin.
    Luna chuta sur son arrière train, de grands yeux écarquillés sur le visage, ne s’attendant pas à un tel déversement de force. De toute évidence, il était stupide d’oser s’en prendre à l’impératrice ou à ses protégés lorsque son gardien se trouvait dans les parages. Mais serait-ce suffisant pour vaincre la forme qui ignorait totalement le guerrier ?

    De son côté, prodiguant les soins à un renard dont la plaie se refermait progressivement, la mère des dragons démontra le courage qu’elle avait acquis avec l’âge et les obstacles passés.
    Devant cette assurance, dont le ton ne laissait supposer nulle peur, la terrifiante forme commença à perdre en taille ainsi qu’en intensité. Retrouvant progressivement sa taille de simple humain avant de subir le courroux de son empereur. Ce dernier décolla avant de retourner au sol quelques bons mètres plus loin.

    Immobile, l’homme n’avait plus rien de terrifiant. Il était un simple chasseur.
    Puis lentement, l’homme se releva, non sans se tenir la poitrine suite au violent coup de son empereur et fixant le couple impérial, il tomba à genoux avant de se prosterner.

    —Mille excuses ! supplia-t-il alors. Je n’avais pas connaissance du fait qu’il s’agissait de votre animal. Je ne suis qu’un modeste chasseur qui tente de ramener quelque chose malgré les temps durs. Pitié… j’ai un fils qui m’attend à la maison, je ne voulais vraiment pas faire de mal à votre protégé.

    Tremblant comme une feuille, le pauvre hère gardait la tête enfoui dans la neige, continuant de se répandre en excuses devant le couple impérial. Il n’avait plus rien de l’ombre menaçante qu’il était et apparaissait enfin totalement tel qu’il avait été réellement. Non pas comme un tueur avide de sang, mais comme un malheureux cherchant à nourrir sa famille.

    A quelques mètres de cet étrange spectacle, la vosdraak sentit une langue rapeuse lui chatouiller le bout des doigts. P’tit Roux, dont le pelage était encore éclaboussé de sang mais dont les plaies avaient disparu grâce aux dons curatifs de l’héroïne du jour, gratifiant sa sauveuse de quelques coups de langues avant de frotter sa tête contre ses mains dans un geste réconfortant. De nouveau sur pied, il était de nouveau en train de faire la fête à sa nouvelle amie, lui témoignant sa joie et sa dévotion.

    Luna se releva finalement avant de frapper ses jambes et son arrière train pour en faire tomber toute la neige. Le visage grimaçant, elle comprenait qu’elle allait devoir faire le reste du voyage avec ses frusques trempées.
    Un jour peut-être apprendra-t-il à calmer ses excès de zêle, pensa alors la liche non sans que ses lèvres ne lui brûlent de le dire tout haut.
    S’approchant d’un pas calme, elle se plaça aux côtés de sa descendante.

    —P’tit Roux est sain et sauf, établit-elle alors en fixant l’homme encore prostré sur le sol. Les démons des uns sont les héros des autres. Cet homme t’a pris ton protégé et ton frère a pris sa vie en retour. Cette nuit là, un petit garçon et sa mère n’ont pas eu le bonheur de voir rentrer leur père victorieux de la chasse. (Son regard se posa momentanément sur le prince qui semblait garder ses forces en se laissant bercer par la magie réconfortante de sa mère. Puis elle reporta son attention sur celui qui implorait pardon.) Et pourtant, beaucoup diraient que la tête d’une nation doit se montrer intransigeante, ne laissant transparaître aucune faiblesse. Cet homme t’a rendu triste dans le passé, il t’a privé de ton ami à fourrure alors que tu avais fait des pieds et des mains pour qu’il soit adopté par ta famille. Plus jamais tu n’as pu serrer ce doux ami contre toi, plus jamais tu n’as pu jouer avec lui dans les jardins du palais. (Enfin, elle posa son regard, empreint d’une certaine empathie vers sa descendante.) Le sang appelle le sang. Néanmoins, tu n’es pas ton frère. C’est à toi et toi seule de décider quelle sera la suite de l’histoire. Que tu décides de t’ériger en une reine implacable ou bien en une reine miséricordieuse, le choix restera tiens. Cette force de changer les choses repose en toi depuis longtemps. Montre nous donc, et tournons cette page de ton histoire.

    Elle fit un pas en arrière, lançant un regard à l’impitoyable guerrier, s’assurant qu’il était prêt à réagir à la moindre déconvenue.
    —Je suis heureuse de voir qu’Ayshara est toujours intouchable en votre présence, dit-elle alors. Même si je vous prierai, lorsque vous faites éclater votre aura de la sorte, de la diriger vers l’ennemi. Je n’ai guère envie d’attraper un rhume.

    Bien sûr, c’était surtout une plainte en l’air, les vosdraak étant particulièrement résistants aux maladies. Les fois où Luna avait pu tomber malade se comptaient sur les doigts de la main. Ce qui était une prouesse à la vue du nombre d’années que l’enfant de la lune avait traversé.

    P’tit Roux, qui commençait à sautiller, ne tenant plus en place, vint également se frotter à la botte du seigneur en guise de remerciement et, sentant sa chance, Luna posa un genou à terre pour tendre sa main vers l’animal et ce dernier commença à s’approcher joyeusement de la liche avant de la feinter pour retourner courir autour d’Ayshara.

    Luna se redressa sans le moindre commentaire et bien qu’elle ne le montrait pas, elle était terriblement vexée. Croisant les bras, elle fit mine de s'intéresser à cet arbre mort non loin de là qui, de toute évidence, était devenu particulièrement intéressant pour Luna depuis le poignard que lui avait planté P’tit Roux en plein cœur.

    De son côté, l’impératrice se retrouvait avec la responsabilité de son rôle. Dans cet étrange monde, où se confondait le réel et l’impossible, Ayshara allait devoir démontrer quel type de reine cette dernière voulait incarner. Que ce soit dans la vengeance ou dans le pardon, l’histoire continuerait.

    Il fallait qu’elle soit suffisamment sûre d’elle, autrement, elle ne serait pas prête à affronter ce qui gardait le remède pour son fils.
    De part son courage, elle avait pu surpasser ses craintes de voir l’histoire se répéter. A présent, c’était à elle d’écrire la conclusion de ce chapitre.

    CENDRES
    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 519
    crédits : 2624

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Sam 3 Fév 2024 - 10:55

    Un frisson de terreur parcourut son échine. Elle s'était élancée sur lui, ses pas foulant la neige vierge qui se teintait maintenant du sang de l'innocent mammifère orangé. Les images de son enfance passée avec le renard affluaient dans sa tête, des souvenirs qui se mêlaient à la douleur aiguë de cette réalité impitoyable qui s'abattait. Se dressant telle une menace sinistre, le chasseur des ténèbres brandissait sa hache par-dessus eux, des intentions meurtrières émanant de son aura. La violence défigurait son visage que l'impératrice peinait à cerner. Elle serra fermement les dents. Non, pas encore ! L'histoire ne se répétera pas. Jamais de la vie elle n'autoriserait que cela arrive. Surtout pas devant ses yeux. Encore moins devant son mari et son fils.

    Concentrées à fermer la profonde blessure de P'tit Roux, ses mains dégagèrent une magie rayonnante, symbole de leur volonté ardente de sauver ce compagnon d'enfance. Doucement, ses paumes glissèrent sur le pelage ensanglanté du canidé, et elle canalisa un forte énergie de son feu divin dans un effort quasiment désespéré pour le rescaper. La ferveur du sort de soins enveloppait délicatement l'animal, telle une caresse guérisseuse, tentant au meilleur de ses capacités de repousser les terribles griffes glacées de la mort. Les flammes dansantes et chaleureuses s'enroulèrent, puis commencèrent lentement à réparer les dégâts causés par l'acte brutal. *Accroche-toi ! Je suis là, ne me quitte pas !*, pensa-t-elle, le regard rivé sur le petit blessé. Elle savait que chaque seconde comptait, que chaque battement de cœur de son ami était un sursis arraché à cette hideuse faucheuse. Reine et protectrice, défiant la Mort elle-même pour sauver un être cher.

    Les larmes qui perlaient à ses yeux reflétaient la profondeur de son amour pour cet ami égaré et retrouvé, ainsi que la peur lancinante de le perdre à nouveau. Et au moment où elle se focalisait intensément sur sa tâche, Tensai apparut à ses côtés. Il portait Draknys dans ses bras. Il s'agissait évidemment d'une vision qui solidifia immédiatement la détermination de la mère-dragon. Le Conquérant, comprenant la gravité de la situation, déposa délicatement le prince écailleux près d'elle. Ses paroles étaient pleines de sagesse et de force, une véritable guidance calmant le tumulte intérieur d'Ayshara qui hocha docilement la tête en l'écoutant. En rencontrant son regard, elle y vit tout l'amour et la protection qu'il lui partageait. Il essuya affectueusement une larme qui manqua de quitter son nid. Un geste de tendresse qui parlait plus que mille mots. Cet homme, elle l'aimait plus que n'importe qui au sein du Sekai. La vosdraak se sentait vraiment prête à le suivre partout et à se battre contre tous les adversaires leur barrant la route.

    Le baiser tendre qu'il déposa sur son front la réchauffa. Une force encore plus puissante que la précédente l'envahit.
    Acquiesçant, elle entoura le bébé d'un bouclier de feu protecteur, assurant ainsi sa sécurité immédiate. Ensuite, son attention se concentra davantage sur le renard, son pouvoir continuant de libérer une chaleur curative impressionnante. La lumière sous son contrôle s'intensifia. Progressivement, elle consuma la flèche, dissolvant le métal et le bois dans une fumée légère qui s'évaporait. Oui, il était fort. Il survivrait à cette attaque.

    Ses améthystes se levèrent. Alors que l'Empereur se dressait, imposant et déterminé, face au chasseur menaçant, une aura de puissance indomptable s'abattait. Le genre d'aura capable de terroriser n'importe qui en ce monde. Sauf Ayshara. Pour elle, il s'agissait d'une douce caresse protectrice. La présence du guerrier la réconfortait. Elle était charmée. Son souffle se retint tandis que son coeur battait plus fort. Non seulement guidée par une appréhension certaine de la confrontation, mais aussi mue par les sentiments intenses qu'elle ressentait pour cet homme, son époux, son gardien.

    Les muscles du drakyn se tendirent comme ceux d'un prédateur prêt à bondir. Et l'instant d'après, l'impératrice le perdit de vue, sa vitesse exceptionnelle s'étant manifestée. À partir de là, il n'était plus un mortel : il devenait une force de la nature.
    Prise au dépourvu, l'entité ombreuse fut propulsée en arrière par un coup de poing d'une force surhumaine. La jeune femme à la chevelure de lune, spectatrice de cette démonstration de ténacité, ne pouvait détacher ses prunelles de Tensai. Il était si beau lorsqu'il se battait pour eux. Certes, elle n'avait jamais apprécié la violence, mais là, c'était complètement différent.

    Le discret sourire d'espoir qui ourlait ses lèvres s'effaça néanmoins lorsqu'elle constata la suite des choses. Leur "adversaire" autrefois terrifiant gisait maintenant dans la neige, se prosternant devant le Roi du Reike dans un geste d'humilité et de supplication. Ses paroles emplies de remords et d'excuses trahissaient une réalité bien distincte de l'ombre menaçante qu'il avait été. Sur le coup, la sœur de Vaenys ne comprit pas vraiment ce qui se passait. Tout cela lui parut assez bizarre. Toutefois, un sentiment de compassion la gagnait et elle ne pouvait se résoudre à en vouloir à cet individu qui ne cherchait qu'à nourrir sa famille en chassant un animal.
    Au même moment, une sensation familière attira son attention. P'tit Roux, dont les blessures venaient de disparaitre sous l'effet de ses soins, léchait doucement ses mains, lui témoignant sa gratitude et son affection. Il frotta sa tête toute mignonne contre ses vêtements. De nouveau émue, elle caressa le pelage du renard.

    - Tu vas bien, mon petit trésor. Elle prêta une oreille particulièrement attentive à Luna, malgré la légère euphorie du moment. Les paroles de la liche la firent réfléchir davantage à son passé ainsi qu'au futur qui lui appartenait désormais. Écrire sa propre histoire. Contrôler sa destinée. Ce chasseur, dans sa quête de survie, a infligé une souffrance involontaire. Sa détresse est palpable, tout comme l'était la mienne. Cependant, je refuse de perpétuer un quelconque cycle de vengeance et de douleur. Je choisis de ne pas être une reine intransigeante, aveuglée par la rancune. Je choisis d'être une reine miséricordieuse, une reine qui comprend la complexité de la condition de son peuple et qui aspire à un avenir où la bienveillance l'emporte sur la haine. Elle réalisa quelques pas en avant, s'approchant un peu plus de ce personnage agenouillé. Je pardonne à cet homme. Je crois en la possibilité de rédemption et de changement. Et je crois que c'est en cultivant la miséricorde que nous pourrons construire un monde meilleur pour nous tous, y compris pour Draknys.

    Ayshara s'avança vers Tensai, portant le prince dans ses bras. Elle se blottit contre son flanc et profita de ce confort que seule son âme sœur pouvait lui procurer. Sa tête reposa doucement et la belle ferma les paupières, inspirant profondément, emplissant ses poumons de son parfum familier.

    - Tensai, mon amour. Votre courage et votre force m'inspirent chaque jour. Ensemble, nous protégerons le Reike et notre famille. Murmura-t-elle, sa voix n'étant qu'un souffle chaud dans la fraicheur de ce paysage hivernal.

    Alors que les amoureux savouraient leur "victoire", un tableau beaucoup plus comique se déroulait non loin de là, impliquant P'tit Roux et Luna. En voyant son ancêtre ainsi vexée puis fixer cet arbre qui ne possédait rien d'extraordinaire, la dragonne lâcha un petit rire. Un air taquin au visage, elle chuchota au drakyn :

    - Regardez-là. On dirait qu'elle a trouvé un nouvel intérêt pour la dendrologie après l'esquive de notre ami à fourrure. Plaisanta-t-elle. L'animal, quant à lui, continuait de tourner près du couple, joyeux et insouciant, comme s'il célébrait sa propre farce aux dépens de la liche...


    Tour 5


    Empereur-dragon du Reike
    Empereur-dragon du Reike
    Tensai Ryssen
    Tensai Ryssen
    Messages : 139
    crédits : 1044

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: S
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2323-tensai-ryssen-l-empereur-dragon
  • Mar 20 Fév 2024 - 22:54
    Il fallait être fou pour oser s’en prendre à Ayshara et à Draknys sous les yeux de Tensai.
    Fou ou totalement inconscient. Mais cette chose avait-elle seulement des pensées qui lui étaient propres ? Son attention semblait uniquement rivée sur P’tit Roux, comme s’il était la seule chose qui comptait. Qu’importe, cependant. Les dirigeants du Reike avaient pris leur décision, et eux vivants, on ne mettrait jamais la main sur le petit mammifère. Bien sûr, en l’état, sa vie ne tenait qu’à un fil, mais le Conquérant avait confiance en les capacités curatives de son épouse. Puisqu’il n’était pas mort sur le coup, elle pouvait encore le sauver. Lui assurerait son rôle de gardien et de protecteur, et d’ailleurs, il envoya voler le pauvre chasseur, qui bientôt, perdit sa forme sombre pour retrouver des traits bien plus humains. C’était étrange. Est-ce que leur voyage se basait sur les souvenirs d’Ayshara ? C’était l’hypothèse qui semblait le plus vraisemblable au guerrier, sans qu’il ne puisse expliquer comment un tel prodige était possible. Fronçant des sourcils face à ses pitoyables excuses, Tensai se contenta de le transpercer du regard alors que l’homme s’aplatissait en espérant ainsi avoir leur pardon. Si ça avait été lui plutôt… L’homme-dragon aurait pu être dur. Mais de son point de vue, la décision finale revenait à sa chère et tendre, et quand le guerrier se retourna, un doux spectacle s’offrit alors au chef barbare. P’tit Roux était guéri et léchait désormais la joue de sa bien-aimée. Cela dérida un peu les traits du Drakyn, le souverain du Reike s’offrant même le luxe d’avoir un sourire attendri. Outre ce tendre moment, ce qui lui importait surtout, c’était de voir le soulagement et l’amour dans les yeux de sa moitié. Les larmes qui perlaient encore aux coins de ses yeux, et ses joues légèrement rosées par ses efforts brusques et déterminés ne faisait que souligner sa beauté. Oui, son âme-soeur était belle et sublime alors qu'elle se laissait aller aux embrassades du petit animal. Quant au renard, il ne semblait pas avoir perdu de sa mobilité malgré l'attaque, et tout danger semblait écarté. C’est pourquoi Tensai garda un œil sur le fameux chasseur, tout en laissant Luna s’approcher de sa descendante. Son discours fut alors sentencieux, et nul doute que, si Vaenys avait succombé à la tentation d’éliminer le Reikois, le colosse n’aurait probablement pas fait mieux. En cela, ils étaient des hommes et rien que des hommes. Mais Ayshara… Ayshara et les femmes de sa trempe pouvaient avoir des tempéraments différents. Si elles n’acceptaient pas tout, elles ne permettaient pas que leur colère première prît le pas sur leur raisonnement, et contre toute logique, contre tout attente, elles optaient pour des voies différentes. La miséricorde… Voilà un trait qui pouvait plus facilement être plus facilement accordé par l’Impératrice que par lui-même. Pour autant, il respectait sa décision et la comprenait. Cela collait avec la personnalité de son âme-sœur, et il lui offrit un regard rassénérant, même fier, lorsque leurs yeux se croisièrent.

    Expression qui s’évanouit momentanément quand Luna s’approcha. Le contact avec la Vosdraak rompu, le roi reprit naturellement son masque impassible quand elle s’adressa à lui.

    —Un rhume ne serait pas très grave, pourtant, puisque vous ne pouvez plus mourir, observa-t-il avec un ton légèrement ironique. Mais effectivement, reprit le guerrier d’un air un peu plus sérieux, je ne laisserai personne lui faire du mal tant que je suis à ses côtés.

    Pendant que P’tit Roux se jouait de leur guide mystique, Tensai en profita pour se rapprocher de son épouse, et tout en prenant garde à ne pas écraser leur enfant, il vint entourer son visage de ses deux mains avant de lui donner un doux baiser sur ses lèvres.

    —Tu as été fidèle à toi-même et à tes principes, lui murmure-t-il alors qu’il la libère en s’écartant légèrement pour lancer un regard protecteur sur leur progéniture. Puis il relève la tête et continue. Je n’aurais pas pu choisir meilleure épouse et partenaire que toi. Là où je suis la force, tu es la douceur, une douceur inflexible quand il s’agit de protéger nos sujets, nos enfants, notre royaume. Serrant doucement la main libre d’Ayshara, il reprit. Ce monde t’es profondément lié, Ayshara. Je soupçonne qu’il soit lié à tes peurs, tes angoisses, ou tes souvenirs les plus profonds. Nous ne savons pas ce que nous allons découvrir bientôt, mais quoi qu’il advienne, nous sommes tous les trois ensemble.

    Prenant le temps de se plonger dans la mer améthyste de la Vosdraak, Tensai finit par se retourner, sans lâcher pour autant la main de sa moitié.

    — Nous sommes prêts à continuer, Luna. Dis-nous par où il faut aller.
    PNJ
    PNJ
    Messages : 433
    crédits : 1441

    Info personnage
    Race:
    Vocation:
    Alignement:
    Rang:
    qui suis-je ?:
  • Jeu 29 Fév 2024 - 5:13
     
    La lune et ses étoiles


    Les mots de la reine tranchaient le silence avec une efficacité redoutable. Chaque phrase était porteuse du poids des volontés de la monarque. Le chasseur, captivé par les dires de sa suzeraine, s’inclina de nouveau. Cachant presque sa tête dans la neige. Il commença à s’exprimer de gratitude mais dû se rendre à l’évidence que son discours ne risquait pas d’être bien compréhensible derrière une couche de neige, alors il releva la tête.
    —Vos mots vous honorent, impératrice. Dès les beaux jours, je vous apporterai la plus belle fourrure prélevée lors de mes chasses. En guise de remerciements sincères. Merci.

    Il se releva en silence avant de s’en aller à reculons, gardant le dos voûté, disparaissant finalement entre les arbres morts. Offrant de nouveau un calme éthéré à l’étrange scène en famille.
    Luna souleva un premier sourcil au commentaire de sa descendante puis un second au trait d’esprit de Tensai concernant sa condition. Tournant de nouveau la tête pour cacher le sourire qui se dessinait sur le coin de ses lèvres, elle croisa les bras pour tenter d’émuler un mécontentement naissant. La vérité était toute autre, les piques d’Ayshara et de son gendre lui donnaient la curieuse impression de faire partie de cette famille, d’elle aussi se rapprocher un peu plus de ce quotidien simple qui l’envoutait depuis quelques mois.

    Quoi qu’il en fût, il n’était pas encore temps de se laisser aller. Le voyage visant à guérir Draknys n’était pas encore arrivé à son terme.

    —Tu as donc pardonné à cet homme, constata-t-elle en retrouvant son ton sérieux. C’est un choix intéressant. Tes motivations sont également réfléchies. Nul doute que tu t’es fait un allié par ce choix. Enfin, je ne t’apprends rien, tu es déjà une reine accomplie.

    La liche se retourna finalement. Posant son regard sur le couple, décelant l’amour dans leurs regards. Bien que cette dernière gardait une certaine aversion pour le régent, il serait mentir de dire qu’il n’était pas le meilleur choix possible pour Ayshara. Les deux possédaient une alchimie bien particulière qui dépassait de loin la simple amourette. Le destin semblait les attirer l’un vers l’autre. Comme deux astres voués à se percuter. Qu’adviendra-t-il lorsque ses deux astres se révéleront totalement ? Seraient-ils salvateurs ? Ou annonciateur de la destruction ?
    Luna espérait être présente pour voir ce qu’il en serait. Heureusement, comme l’avait soulevé Tensai, elle n’allait pas rejoindre la tombe de sitôt.
    Son regard se posa justement plus en détail sur le drakyn. Sa dernière réflexion était pour le moins pertinente. Ainsi, sa tête n’était pas entièrement remplie de sable. Bien évidemment, elle se gardait bien de le lui dire.

    —Oui, vous avez raison, continua-t-elle. Notre périple est loin d'être terminé. Ce contretemps nous a déjà pris trop de temps. Veuillez me suivre.

    Elle leva les mains pour se tenir un moment immobile au milieu de la clairière. Sans rien dire. Puis elle se mit en marche, restant silencieuse sur cet étrange rituel.

    Le groupe continua ainsi sa marche, coupant à travers les arbres morts qui à chaque pas devenaient de plus en plus nombreux, entravant leur avancée. Ces derniers se retrouvèrent à forcer leurs passages, escaladant et se faufilant entre les branches. Du moins, jusqu’au moment où l’un des dirigeants du Reike ne perde peut-être patience et ne se décide à dégager le chemin de manière plus efficace..
    Une odeur de soufre ne tarda pas à venir jusqu’aux narines de ce petit groupe, accompagné par un crépitement se faisant de plus en plus important.

    Et après un dernier effort, ils arrivèrent à quitter l’étreinte de l’étrange forêt morte, se retrouvant ainsi sur une sorte de butte, en retrait et surplombant la majestueuse Ikusa, en proie aux flammes. Des flammes noires, annonciatrices de malheur et qui de toute évidence, dévorait la lumière environnante, peignant ainsi une véritable toile horrifique au sein de laquelle, les lamentations du peuple étaient portées par les vents.

    Luna tendit la main, récupérant quelques-uns des flocons qui chutaient depuis leur départ et en passa un sur le coin de ses lèvres non sans afficher une grimace.

    —Qui l’eut-cru ? se questionna-t-elle en parcourant l’atroce spectacle qui se profilait au loin. La neige que nous pensions enchanteresse était en réalité faite de cendres. (Elle tendit un bras vers la capitale en se tournant vers le couple.) Les déserts de cendres. Un étrange spectacle, si l’on peut qualifier ceci de spectacle évidemment. La fin de notre monde est loin de prendre les teintes les plus joyeuses n’est-ce pas ?

    La liche retrouva son silence quelques instants. Fixant le couple d’un regard plus intense.

    —Confiez-moi Draknys. Vous aurez tous deux besoin de vos deux mains pour faire face à ce qui vous attend derrière ces murs. Outre le fait que je vous vois mal rester les bras croisés alors que votre nation si prospère est en proie aux flammes, je vous donne ma parole la plus sincère. Au sein du palais royal, nous y trouverons le remède pour guérir votre enfant. Peut-être. Tout dépendra de toi Ayshara.

    Elle tendit une main pour recevoir Draknys. Mettant le couple devant cette épreuve de foi. Méritait-elle leur confiance ? Quoi qu’il en soit, le couple allait devoir agir. Les flammes continuaient de dévorer la capitale et alors que quelques rescapés des flammes semblaient parvenir à quitter cette dernière, d'étranges formes semblables à des monstruosités humanoïdes faites de flammes passaient les portes de la ville pour se mettre sur leurs talons, tels des bêtes assoiffées de sang.

    Ikusa, représentation du cœur de sa reine. Lui aussi semblait avoir besoin d’un remède. Remède que la mère des dragons pouvait apporter.

    —Plongez au cœur des flammes, là où la lumière ne subsiste plus. Au plus profond du palais vous trouverez le cœur. C’est là que vous aurez toutes les réponses à vos questions. Tâchez néanmoins de ne pas vous faire happer par le doute des flammes. Même deux astres aussi brillants que vous devez faire attention. (Elle se laissa aller à un sourire encourageant.) Je place en vous ma confiance. Revenez vers moi avec un remède. Malheureusement, je ne peux vous accompagner plus loin. Ce n’est pas mon rôle. C’est une vérité que vous devez apprendre par vos seuls moyens.

    Luna clôtura ses paupières. Laissant échapper une prière silencieuse à la gloire des astres pour leur réussite.


    CENDRES
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum