DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Siame

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Visite de courtoisie [FT. Corvus] - Page 4 JvNj4PH
    Gazette des cendres
    Été 2024
    Lire le journal
    #7
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Coeur de Melorn
    Derniers sujets
    Démoniaques philosophies [Savoir]Aujourd'hui à 2:44Savoir
    RPS REPUBLICAINS DE RUBY DRAGLAMEAujourd'hui à 2:24PNJ
    RPs spéciaux - Vaenys DraknysAujourd'hui à 2:18PNJ
    RPs Spéciaux d'Altarus AearonAujourd'hui à 2:15PNJ
    Shahana Daaki [Terminée]Aujourd'hui à 0:26Shahana Daaki
    Rp Reike de la montagne (Kilaea)Hier à 20:30Kilaea Sliabh
    Une Mort Silencieuse - PAHier à 19:43Pancrace Dosian
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesHier à 19:36Afosios Smaragdi
    Validation RP Qwellaana (Reike)Hier à 19:06Qwellaana Airdeoza
    2 participants
    Aller en bas
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Corvus Sanariel
    Corvus Sanariel
    Messages : 203
    crédits : 1729

    Info personnage
    Race: Vampire
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2847-le-corbeau-sentinelle-de-la-nuit-terminee
  • Ven 23 Fév - 21:10
    Visite de courtoisie
    Feat. Cyradil Ariesvyra
    L’un des avantages certains que conférait l’immortalité était bien le fait de pouvoir partager l’entièreté d’une vie avec les autres, en contant de nombreuses histoires, toutes plus attrayantes les unes que les autres. Le vampire espérait sincèrement que son amitié avec la liche durerait pour l’éternité, afin qu’ils pussent partager de nombreux moments ensemble. Au début de sa vie de vampire, Corvus possédait encore un léger restant de bon fond, étant donné qu’il venait de passer les dix dernières années de sa vie en compagnie de sa femme et de sa fille et, que ses pertes n’étaient encore que trop récentes pour impacter son jugement. C’était bien pour cela qu’il les eût tous libérés. En entendant les paroles de la liche, il n’était pas certain de pouvoir affirmer haut et fort qu’il le ferait aujourd’hui.

    Les prunelles du vampire, aussi perçantes qu’un sillon de lumière pourfendant les ténèbres, vinrent se poser avec une certaine délicatesse sur la liche, alors que sur son doux visage à la pâleur surnaturelle, pas la moindre expression s’y dessinait, comme s’il ressassait le passé, encore et encore. « Sachez, Cyradil, qu’en l’honneur de ma défunte femme, je suis prêt à me joindre à vous pour combattre l’esclavage. Voyez-vous, je ne tolère pas cette pratique, réellement. Bien que le traitement que j’accorde à mes employés ne soit pas exceptionnel, je ne m’imagine pas ne pas leur verser lorsqu'ils ont durement mérité. Me comprenez-vous, Cyradil ? Pour moi, tout travail mérite salaire, quel qu’il soit. Après tout, même les indignes dirigeants de la Pègre récompensent ceux qui se salissent les mains pour leur cause. » rétorqua-t-il, sincèrement, mais gardant une expression froide.

    La liche n’avait que très peu de souvenir, lui rappelant sa transformation. Bien entendu, le Cœur trouvait cela dommage et, il n’hésitait pas à le faire comprendre, sans un mot, simplement en remaniant avec précision les fins traits de son visage translucide. Toutefois, il eut le plaisir de prendre connaissance de la véritable couleur de cheveux de la liche, le noir de jais. Il était inutile ici de rappeler l’attrait que Corvus ressentît envers les femmes possédant une telle chevelure. Avec ce simple détail, la relation qu’entretenait le vampire avec une femme pouvait différer grandement. L’hypothèse de Cyradil et, ses explications concernant son âme étaient tout bonnement palpitantes et, elles intéressaient grandement le Cœur. Le simple fait qu’il y eût tant de possibilités à explorer autour de cela rendait le vampire curieux.

    Le Cœur, se redressant dans son noble fauteuil, laissa un léger sourire fleurir sur sa pâleur, alors qu’il s’apprêtât naturellement à émettre ses propres hypothèses. « J’adore l’idée de la blessure spirituelle, Cyradil. Et, cela n’est pas impossible, loin de là. Vous connaissez sans l’ombre d’un doute ce minerai que l’on nomme le phantacier. Il serait, d’après les dires des érudits, capable de blesser l’âme elle-même. Peut-être avez-vous reçu un effet similaire et que, de ce fait, votre âme s’est fragmentée, comme vous le dites. Et, peut-être que vos tatouages sont liés d’une manière ou d’une autre à ces incalculables fragments, ne pensez-vous pas ? » questionna-t-il, portant sa douche main sous son menton et levant légèrement ses prunelles d’acier.

    Corvus étant d’un être incroyablement égocentrique, comprenait parfaitement les paroles formulées par la liche. De ce fait, il serait prêt à lui offrir quelques conseils, afin qu’elle pût réaliser sans le moindre mal son souhait. Reportant ses délicates prunelles argentées sur son interlocutrice, le Cœur du Reike se pencha légèrement en avant, comme pour écouter plus attentivement les paroles qui s’échappèrent des lèvres de la liche. « Vous avez parfaitement raison, votre vie vous appartient Cyradil et, il n’est pas question que de la concéder à autrui. Je trouve cela dommage que vous ne le remarquiez seulement après avoir connu la mort une première fois. » rétorqua-t-il, laissant un léger rire s’échapper. « Plus sérieusement, je trouve cet hommage louable, réellement. Pour ma part, je n’avais pas la moindre envie de rendre hommage à mes géniteurs, ces derniers me battant continuellement. Ils ne me nourrissaient pas non plus, je n’avais que les restes. J’étais bien moins bien traité qu’un chien. Encore pire, mon père biologique a, lui aussi, tenté de me tuer. Mais, le sort en a été autrement. Il est d’ailleurs assez marrant, quand j’y pense, que je sois coupable d’un double parricide. Ce doit être quelque chose d’assez exceptionnel, non ? » demanda-t-il, avec la plus grande des sincérité. Étrange.

    Par la suite, Corvus écoutait avec une oreille bien attentive le chant que fredonnait la liche, laissant passer de doux sons au travers de ses fines lèvres. Durant tout ce court moment et même encore par la suite, un sourire éclatant vint éclairer le visage habituellement froid du Cœur. « Je trouve ce chant extrêmement apaisant Cyradil. Et, cela ne m’étonne guère que vous employiez cette méthode pour calmer vos patients, cela est, j’imagine, fonctionnel. Non seulement, les paroles sont extrêmement bien écrites mais, en plus de cela, votre voix s’harmonise parfaitement avec ces dernières. » rétorqua-t-il, rendant le sourire à la liche. « Il est vrai que beaucoup voient les ténèbres dans l’art de la magie noire, simplement parce qu’elle est liée de très près à la mort. Seulement, je pense qu’il n’en est rien et, fort heureusement, d’ailleurs. Cependant, le simple fait que vous ayez grandi entouré d’amour justifie grandement votre comportement actuel. Voyez-vous, un humain se conditionne dès l’enfance, généralement. Maltraitez un enfant et il deviendra un psychopathe et un sociopathe avide de sang. Aimez votre enfant et il deviendra un rayon de soleil parmi les ténèbres qui règnent sur le Sekai, sauf s’il a un grain. » répondit-il à la dernière question de la liche, avec le sourire.
    CENDRES
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 502
    crédits : 5992

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Sam 24 Fév - 1:11
    Corvus avait une idée bien singulière concernant l’esclavage. La liche pensait globalement comme lui mais à la différence qu’elle ne pensait pas que les bandits et autres malfaiteurs méritaient vraiment qu’on leur paie quoi que ce soit. Ces derniers se servaient souvent dans ce qu’ils ne leurs appartenaient pas et Cyradil avait horreur de l’injustice. Mais si le vampire était capable de lutter contre l’esclavage alors la liche s’en satisferait. Elle ne commenta pas davantage sur le sujet, n’ayant pas eu l’occasion de croiser des masses d’esclavagiste durant ces dernières années en raison du décret impérial. Sur un tout autre sujet, son interlocutrice se révéla très perspicace dans ses idées, suggérant une hypothèse très intéressante. Le problème étant qu’avec sa mémoire défaillante, la liche ne pouvait qu’émettre des suggestions sans aucun moyen d’en être totalement sûre.

    « C’est fort possible Corvus. Il est peut-être envisageable que j’ai utilisé du phantacier pour forcer mon âme à quitter mon corps un instant avant de me réincarner. Le problème étant que je n’ai aucun moyen de vérifier mes dires. Enfin sans doute qu’il y en a mais je n’ai pas très envie de repasser par une expérience de mort imminente encore une fois. C’est un vrai traumatisme et ce n’est pas dans mes plans de le revivre à nouveau. Mais j’essaierais d’explorer cette piste la prochaine fois. En tout cas, lors de l’un de mes récents voyages, j’ai remarqué que mon corps réagissait à un gisement de rathonite que j’avais découvert dans le Grand Nord. Une pierre maudite liée au titan de la mort. Comme je l’ai dit, j’aimerais ne jamais à voir à m’en rappeler. Le secret de l’immortalité ne mérite pas d’être rendu public. » Affirma-t-elle.

    Alors que Corvus évoquait ses souvenirs de son passé malheureux, un sentiment d'empathie traversa les yeux de Cyradil. Malgré son regard glacé, celui pouvait encore faire preuve de beaucoup de compassion Elle comprenait la douleur de l’individu qui avait du être maltraité, bien qu'elle n'eût jamais connu elle-même de tels tourments. Pourtant, elle ressentait une sorte de candeur envers Corvus, dont les blessures, bien que différentes des siennes, n'en étaient pas moins profondes. Et encore, celles de la liche étaient surtout physiques à cause de certains déboires. Il était normal que le Cœur ait ressenti de l’aversion pour ses géniteurs, bafouant les souvenirs qu’il avait partagé avec eux puisque ce dernier les avait tout simplement éliminés. La liche était suffisamment sage pour comprendre les raisons qui avaient mené Corvus à cet acte mais elle se disait qu’il n’y avait pas de quoi être fier d’avoir tué ses parents.

    « Pas vraiment non. Après tout, l’Empereur lui-même a tué les parents de l’impératrice. Pour autant, ce n’est pas tellement un acte que je cautionne. Toutefois, je comprends ce qui a pu vous mener à de tels extrêmes. Vos géniteurs étaient loin d’être des enfants de cœur et en un sens, ils méritent peut-être leur sort. » Commenta-t-elle simplement.

    La chanson de la liche eut son petit effet et Corvus lui exposa son avis sur la question qu’elle lui avait posé. A vrai dire, il n’avait pas totalement tort et elle s’était longtemps demandé ce qu’elle serait devenue sans l’éducation et l’amour de ses parents. Aujourd’hui, la forgeronne sait que quoi qu’ils arrive, elle ne s’écarterait jamais du chemin de ses convictions. C’est pour cela qu’elle recueillait parfois des gens. Pour leur donner une seconde chance. Faire en sorte que ces derniers suivent le bon chemin. Vu le nombre de personnes qui travaillaient pour elle et le nombre de mains que la liche avaient tendu, c’était plutôt elle la lumière dans les ténèbres. Très ironique pour quelqu’un maitrisant l’ombregivre.

    « Oh vous savez, il y a des exceptions aussi. J’en ai connu avec des parents aimants et qui se sont révélés de véritables raclures à l’âge adulte. A l’inverse, certaines personnes ont vécu des expériences traumatisantes et pourtant ont évité le chemin de la vengeance. Ceux-là, j’admire leur conviction. Et j’œuvre dans ce sens mais, comme je vous l’ai dit, nous ne sommes pas dans un monde parfait. Parfois le crime est trop grave pour être pardonné donc il faut user d’autres moyens pour arriver à ses fins et faire en sorte que les actes soient réprimandables. Je pense que c’est peut-être l’un de les objectifs en tant qu’immortelle. Inspirer et guider. Je pense qu’il subsiste en chacun de nous une infime lueur de lumière même chez les plus abjectes personnes tout comme il existe une infime lueur de noirceur chez les personnes pures. L’on ne peut totalement effacer l’un ou l’autre. Le tout est d’avoir le contrôle dessus. » Expliqua-t-elle.

    Cyradil avait du faire des choses dans sa vie dont elle n’était pas tellement fière mais qui étaient nécessaires pour prévenir un mal plus grand encore. Devant une injustice trop prononcée, la magicienne ne peut rester dans l’inaction et il fallait parfois se salir les mains pour le bien commun. Néanmoins, la jeune blonde n’avait jamais commis d’acte hautement répréhensible.

    « Je pense que nous sommes complémentaires vous et moi et nos chemins se sont sans doute croisés pour une raison, afin que nous puissions peut-être écrire une nouvelle page de ce monde. Je ne vois pas nos disparités comme des restrictions mais plutôt comme des briques qui nous permettront de bâtir un avenir que nous pourrons partager. » Affirma la liche avec un sourire sur cette interprétation philosophique. « Je suis certaine que nos futures entrevues seront aussi riches que celle-ci en terme de sujets abordés mais aussi de débats philosophiques. Comme je l’ai énoncé, si je pouvais occuper certaines de mes nuits à discuter ainsi, j’en serais ravie. D’ailleurs, est-ce qu’il vous arrive de recevoir beaucoup de personnes dans votre domaine ? Je veux dire en dehors des soirées mondaines. Loin de moi l’idée de critiquer l’endroit mais j’imagine que pas mal de gens auraient des frissons rien qu’à l’idée de rentrer dans votre demeure. Sans compter que vous ne semblez pas vous cacher de votre condition alors…je n’imagine même pas les réactions auxquelles vous aviez dû faire face. » Ajouta-t-elle en songeant sur le sujet.


    Visite de courtoisie [FT. Corvus] - Page 4 Cyradi15
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Corvus Sanariel
    Corvus Sanariel
    Messages : 203
    crédits : 1729

    Info personnage
    Race: Vampire
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2847-le-corbeau-sentinelle-de-la-nuit-terminee
  • Mer 28 Fév - 17:23
    Visite de courtoisie
    Feat. Cyradil Ariesvyra
    Le phantacier était un minerai pouvant affecter l’âme et, de ce fait, même avec un pouvoir de régénération tel que celui du Cœur, aucune guérison n’était possible. Ce qui, de facto, faisait des armes fabriquées avec ce minerai étaient purement et simplement redoutable. Le vampire, en grand collectionneur d’épée qu’il était, souhaitait véritablement avoir une telle lame dans sa collection. Peut-être une forgeronne chevronnée telle que Cyradil pouvait lui en fabriquer une. Enfin, il n’allait pas l’embêter avec cela, elle avait certainement d’autres chats à fouetter. Le fait que la liche n’avait plus de souvenir de sa transformation était une chose relativement positive car, comme beaucoup le savaient, une expérience de mort imminente pouvait laisser certains traumatismes, même aux esprits les plus aguerris.

    Les traits du vampire, habituellement lisses, se déformèrent de nouveau, marquant un léger acquiescement avec les dernières paroles de la liche. Ses prunelles sanguines se frayaient un chemin sur la liche puis, elles finirent leur course dans ses orbes glacées. « Je suis complètement d’accord avec vous. L’immortalité est un don rare et, il faut qu’elle le reste. N’importe quel idiot ne doit pas pouvoir s’octroyer cette faculté. » La main droite du vampire se porta à son index gauche, celui-ci tirant légèrement sur sa chevalière pour la retirer doucement. D’un geste délicat empli de grâce, le Cœur tandis de sa main droite, sa chevalière au cœur de rathonite. « Prenez donc cette chevalière dans vos mains. Elle possède en elle une pierre de rathonite, imbibée de magie, bien évidemment. C’est grâce à cet objet que je peux me promener sans le moindre souci sous les rayons ardents du soleil. Sans elle, je ne serais pas capable de tenir plus d’une heure en plein jour, même avec toute la bonne volonté du monde. J’aimerais voir de mes propres yeux cette réaction à la pierre si, bien sûr, vous êtes d’accord. Je ne veux ni vous mettre mal à l’aise, ni vous rappeler de mauvais souvenirs. » fit-il, un léger sourire fleurissant sur son lisse visage et ses prunelles écarlates fixant la liche.

    Corvus appréciait grandement la compréhension dont faisait preuve son interlocutrice concernant le double parricide qu’il avait commis. En effet, bien qu’il ne le montrât pas ouvertement, il en était très fier et, il ne le regrettait pas une seule seconde. Cependant, il n’irait pas plus loin dans cette discussion, considérant que le principal eut déjà été dit. Il se contenta simplement de faire un léger mouvement de bas en haut avec son visage, tout en laissant les traits de ce-dernier s’étirer de manière à y dessiner un léger sourire sincère. La discussion reprenait sur un tout autre sujet, tout de même bien proche du dernier. Il était vrai que, la manière dont on pouvait traiter un enfant ne définissait pas toute sa psychologie une fois l’âge adulte atteint, cependant, il en forgeait une grande partie et cela, le vampire ne le savait que trop bien.

    « Je suis bien mal placé pour parler de la vengeance étant donné que maintenant, vous avez connaissance de mon passé, ma chère amie. Cependant, je ne pense pas que la vengeance soit à bannir, loin de là. En réalité, cela dépend du fond du problème, évidemment, tout est relatif, sinon, ce serait bien trop simple, n’est-ce pas ? » affirma-t-il, marquant une légère pause, persistant du regard les prunelles glacées de son interlocutrice, avant de reprendre. « Je n’aurais aucun mal à affirmer que vous, Cyradil, êtes une personne avec un bon fond. Cela ne fait aucun doute, vous êtes altruiste. En revanche, pour moi, je ne saurais trop dire ce que je suis. Je suis loin d’être un saint, c’est certain. Alors, suis-je moi-même une raclure ? Certainement, je ne le sais pas vraiment. À vrai dire, j’ai beaucoup de mal à distinguer la limite de ce qui est acceptable ou non. Voyez-vous ce que je veux dire ? » demanda-t-il, laissant pour une fois, une expression froide sur son visage, un air impassible.

    « J’aime beaucoup cet aspect philosophique que vous venez de mettre en avant mon amie. Il est vrai, nous sommes comme le jour et la nuit. Cependant, nous sommes extrêmement complémentaires, c’est indéniable. Je serais ravi de pouvoir vous compter parmi les personnes qui partageront mon avenir, soyez-en certaine, dame Ariesvyra. » rétorqua-t-il, avant de réfléchir mûrement à la suite. « Je vous en prie, vous pouvez me dire haut et fort que ce manoir est aussi sinistre qu’effrayant, ce ne serait qu’un grand compliment. Et, pour vous répondre sérieusement, non, je n’ai pas beaucoup de visiteurs ici. À vrai dire, je préfère éviter d’avoir toute relation avec des inconnus. Parce que, effectivement, les réactions face à cet endroit sont bien souvent… comment dire. Dérangeante. Et je le comprends tout à fait. Il faut dire que rien qu’à la façade, ce manoir n’est pas très accueillant. Mais, quand on sait véritablement ce qu’il s’y trouve, nul doute qu’il est à fuir. » affirma-t-il, hochant la tête, accentuant cette part de vérité qu’il dégageait.
    CENDRES
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 502
    crédits : 5992

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Jeu 29 Fév - 16:49
    Cyradil observa la chevalière que le vampire lui tendit. Elle avait déjà entendu parler de cet objet qui permettait à certains vampires de pouvoir marcher sans crainte sous le soleil ardent. Corvus affirmait lui-même ne pas pouvoir tenir plus d’une heure sous cet astre sans commencer à brûler. La jeune blonde se saisit alors de l’objet, le faisant rouler dans sa main. Effectivement, celui-ci contenait de la rathonite et ses tatouages se mirent à briller à travers ses vêtements mais pas aussi intensément que la première fois qu’elle avait observé ce phénomène. A l’époque, il y avait tout un gisement brut et cela avait déclenché toute une série d’évènements qui avaient activé une partie de sa mémoire oubliée, lui permettant ainsi d’avoir accès à un nouveau palier d’ombregivre. L’expérience avait été étrange et c’était la première fois qu’elle avait été témoin de cet évènement singulier. En effet, l’instant qui suivit, la liche avait retrouvé plusieurs souvenirs et sa manipulation de cet élément complexe avait été tel qu’elle avait eu cette familière impression d’avoir toujours su comment le maitriser.

    « Ce n’est pas aussi brusque que la première fois. Je suis sûre d’en avoir utilisé dans mon rituel, ce qui explique cette singulière réaction. Cependant, je pense que votre bague n’en contienne pas suffisamment, ce qui est normal puisque que le minerai a été travaillé et allié à d’autres matériaux. J’étais également dans une situation de détresse puisque la grotte où j’ai découvert le filon était visiblement le repère d’une strygx que j’ai du affronter. A vrai dire, je ne sais pas si j’en serais venue à bout sans avoir pu soudainement renforcer ma magie d’ombregivre. J’avoue avoir pris un risque insensé mais force est de constater que cela valait le coup. »

    Cyradil ne croyait pas tellement que la destinée de chacun était gravée dans le marbre. Ou du moins, elle pensait que si celle-ci était tracée pour chacun d’entre les êtres qui peuplaient le Sekai, ces derniers pouvaient tout de même influer dessus. Était-ce de la chance si, malgré ces gestes téméraires depuis le moment où elle avait commencé ses recherches d’immortalité jusqu’à maintenant, étaient couronnés de succès ? Non, la jeune blonde croyait seulement en sa ténacité. Néanmoins, dans sa vie actuelle, elle s’était créée de nouveaux liens, des gens à qui elle tenait et elle n’était plus la femme au crépuscule de sa vie qui n’avait plus rien à perdre. C’est pour cela que Cyradil essayait de ne pas multiplier ces manœuvres risquées et laissait simplement le temps faire son œuvre.

    « La vengeance est une arme à double tranchant, mon cher Corvus. Il est difficile de trouver un équilibre entre laisser les autorités compétentes rendre la justice ou le faire soi-même. Le problème étant que l’on peut très vite tomber dans l’excès et un cercle vicieux sans fin. Vous aviez vos raisons que je peux comprendre parfaitement et votre mentor ne semblait pas être un tendre agneau vu les sévices qu’il vous a fait subir. Certaines personnes ne méritent pas de vivre, certes. Mais il est parfois difficile de désigner celui à qui incombe la tâche de supprimer la vie d’autrui. Dans un pays tel que le nôtre, aux frontières aussi immenses, je peux admettre qu’il n’est pas toujours possible de faire les choses en toute légalité. Le temps qu’on puisse réunir les preuves pour arrêter et faire juger une personne est parfois tellement long que cette dernière à le temps de commettre davantage d’atrocités. C’est pourquoi, et je le déplore, parfois quelqu’un doit se sacrifier pour commettre cette tâche. Si vous l’aviez laissé en vie, combien d’autres gens auraient subi un tel sort ? » Questionna-t-elle.

    Non, Cyradil ne détestait pas le manoir de Corvus. Elle comprenait sa solitude et son envie d’éviter au maximum les rencontres. C’était bien différent de son domaine qui abritait un nombre non négligeable de personnes à qui elle avait tendu la main. Il y avait des gens de tous les horizons, le maitre mot étant que ces derniers fassent bien leur travail et qu’ils ne nuisent pas au bon fonctionnement des diverses tâches qu’ils étaient amenés à accomplir. Ces derniers étaient bien évidemment payés et libres de tout servage. Ayant fini d’inspecter la bague, Cyradil la remit donc au Cœur, provoquant ainsi l’extinction de ses tatouages

    « A vrai dire, j’aime bien le lieu. Ce côté sombre me permet surtout d’épargner mes yeux de toute la lumière dont ils sont sensibles. Cela fait du bien de voir le monde directement de mes prunelles sans que j’ai à porter ce voile de manière permanente, bien qu’il ne me gêne pas le moins du monde. Parfois, des gens éprouvent de la pitié en me croyant aveugle. Dépendant des gens, je décide de leur faire part de leur erreur mais ce n’est pas simple d’expliquer que ce voile est magique. Après tout, le nombre de personnes ayant reçu le don de manipuler la mana est assez réduit. Je pense qu’avec le temps, je finirais par m’habituer à l’endroit. Un lieu où je suis libre d’être moi-même et de ne pas avoir besoin de cacher ma véritable nature. Mais cela me fait rappeler que je devrais sans doute vous faire part de mes amis afin que ceux-ci ne se retrouvent pas malencontreusement ici. Il serait dommage d’apprendre que vous leur avez porté préjudice, vous ne trouvez pas ? » Questionna-t-elle.


    Visite de courtoisie [FT. Corvus] - Page 4 Cyradi15
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Corvus Sanariel
    Corvus Sanariel
    Messages : 203
    crédits : 1729

    Info personnage
    Race: Vampire
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2847-le-corbeau-sentinelle-de-la-nuit-terminee
  • Ven 8 Mar - 22:43
    Visite de courtoisie
    Feat. Cyradil Ariesvyra
    Les prunelles perçantes du vampire s’écarquillèrent à la vue de la lueur transperçant les tissus servant de vêtements à la liche. Des lueurs qui, sans l’ombre d’un doute, émanaient des tatouages de dame Cyradil. Sans la moindre animosité, le vampire laissa ses yeux se promener sur le corps de son interlocutrice, observant cette magnifique luminescence qui réchauffait grandement l’aura dégagée par la liche. Sans mystère, la liche affirma avoir utilisé de la rathonite lors de son rituel de passage de la simple vie de mortel à l’immortalité. Cela semblait logique, c’était une pierre qui était liée au Titan de la mort. Finissant leur promenade sur le corps pâle et scintillant de la liche, les prunelles d’acier du Cœur se laissèrent porter dans les orbes glacées de la liche, alors que ce dernier laissait un léger sourire naître en coin de ses fines lèvres.  « J’imagine sans peine que pour tirer le plein potentiel de cette pierre, il faut l’affiner et surtout, ne pas la mélanger à d’autres matériaux, en la gardant sous une forme pure. » rétorqua-t-il, alors que lentement, ses prunelles s’écarquillèrent de nouveau. « Vous avez parlé d’un combat contre une strygx ? Pouvez-vous me parler de cet affrontement plus en détail s’il vous plaît ? Je ne suis pas contre un léger divertissement de la sorte, pour tout vous dire. Je veux que vous savoir jusqu’où vous étiez prête à aller ce jour-là, ma chère amie. Bien entendu, si cela ne vous dérange point ou ne vous évoque pas de souvenirs fâcheux. » rétorqua-t-il tendrement.

    La vengeance. Avec le temps, elle était devenue une des dénominations de Corvus, un titre qui lui collait à la peau. Le chasseur nocturne, répandant le chaos dans les rues de Kyouji, se vengeant des sévices qu’il avait vécus. Cela, c’était il y a plus de 2500 longues années. Aujourd’hui, l’être nocturne, le vengeur, n’était plus qu’une légende urbaine, voire plus rien du tout. Les prunelles d’acier du vampire se détachèrent quelques secondes du magnifique regard de son interlocutrice, ces dernières se promenant sur les étagères emplies d’œuvres écrites. Des brides de souvenirs arrivèrent dans les pensées du Cœur, puis elles repartirent aussitôt. « De vous à moi, les Reikois n’ont pas vraiment le sens de la Justice, du moins, pas autant que nos voisins républicains. Il ne faut pas oublier que maintenant, le Reike a conquis des territoires barbares et, ces derniers ne suivaient pas forcément les mêmes lois que les nôtres. Enfin, comme vous le dites, plus nous nous éloignons des trois grandes cités et, plus le chaos règne. Que voulez-vous, ainsi sont les choses. Mais c’est très franchement navrant. Des êtres comme moi ont sacrifié leur humanité pour une cause qu’ils pensaient juste par le passé et, ils sont aujourd’hui capables de faire justice d’eux-mêmes, protégeant les faibles. Évidemment, ce n’est plus mon cas depuis plusieurs siècles, je vous rassure. » rétorqua-t-il, reportant son regard doucement en direction de la liche. « Pour ce qui est de mon père adoptif, ma chère Cyradil, il est certain qu’il serait encore en vie aujourd’hui, si je n’avais pas été assez fort. Mais, après tout, je ne suis que sa création. De ce fait, il s’est indirectement suicidé. Peut-être était-ce une volonté de sa part ? Je ne le sais pas. Mais, en le tuant de mes mains, j’ai certainement épargné plus d’une centaine de vies, si ce n’est plus. Je ne suis pas un héros pour autant, bien loin de là, hélas. » ajouta-t-il, n’exprimant pas la moindre émotion sur son visage lisse.

    Mais, un sourire fleurit bien rapidement sur le visage du Cœur du Reike, son amie affirmant aimer le style lugubre de son manoir. Rares étaient les personnes appréciant ce lieu, de ce fait, recevoir un compliment était bien rare. « Je suis ravi que vous puissiez vous exprimer pleinement au sein de mon manoir et surtout, que vous puissiez être vous-même. Cela me réchauffe le cœur, sincèrement. Rares sont les personnes appréciant ce lieu, vous vous en doutez. Et puis, grâce au manque de luminosité, je peux avoir la chance d’observer vos magnifiques prunelles sans qu’un voile ne vienne cacher celles-ci. » rétorqua-t-il, étirant un léger sourire sur son visage à la pâleur surnaturelle. « Faites donc. Il est vrai que j’aimerais éviter du mieux possible porter préjudice à l’un de vos amis. Je n’aimerais pas rentrer en froid avec vous. Et puis, la simple mention de votre nom me suffirait à stopper toutes avancées morbides ou autres, croyez-moi. D’ailleurs, si jamais vous voulez venir ici simplement pour vous recueillir dans ma bibliothèque avec l’un de vos amis, vous le pouvez. Ça serait avec un immense plaisir que je rencontrerai vos proches. Je préviendrai d’ailleurs le personnel du manoir de votre liberté concernant l’accès à mon domaine. » conclut-il, persistant ce sourire sur son doux visage.
    CENDRES
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 502
    crédits : 5992

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Dim 10 Mar - 10:19
    Cyradil n’était pas certaine. Il lui aurait fallu multiplier les expériences sur la rathonite mais vu la difficulté de son obtention, la liche n’avait pas vraiment eu envie de recommencer. L’expédition qu’elle avait mené était plutôt dangereuse et dorénavant, elle se devait d’être beaucoup plus prudente avec sa vie, cette dernière ne dépendant pas uniquement d’elle étant donné les personnes qui gravitaient autour d’elle maintenant. De plus, le gisement avait été enseveli après qu’elle a décidé de quitter la grotte, préférant sceller à jamais cette trouvaille pour que d’autres ne puissent jamais s’en emparer. Ses souvenirs de ces évènements étaient encore clairs et même si cela ne fut pas le but premier de l’expédition, cela lui avait apporté de précieuses réponses. En effet, la jeune blonde était simplement partie du postulat de savoir si les terres très reculées du nord étaient exploitables. En tant que liche, les conditions environnementales ne l’avaient pas gêné outre mesure mais elle avait fini par conclure que cela ne serait pas tellement rentable d’y amener toute une équipe au vu des dangers qu’ils pourraient rencontrer.

    « Oui, c’est bien cela. Une créature dévoreuse d’âme. En m’approchant d’une grotte, mes tatouages se sont mis à briller comme s’ils étaient entrés en résonance avec quelque chose. J’y ai pénétré et en creusant dans la roche gelée, j’y ai découvert un filon de rathonite. J’ai ôté mon armure, ainsi que tout ce qui les occultaient et j’ai remarqué que leur intensité grandissait au fur et à mesure que je m’en approchais. A peine entrepris-je de m’en saisir que j’entendis un cri strident. L’instant d’après, je fus en face d’une strygx qui m’avait sans doute suivie. J’avais déjà été confrontée à ce genre de créatures auparavant et l’époque, elles n’avaient jamais été un problème. Cependant, avec ma magie diminuée, il m’était difficile de m’en sortir aussi facilement. Et pour couronner le tout, mon opposante maitrisait la magie élémentaire. »

    Cela aurait bien pu être la fin ce jour-là et pourtant, Cyradil avait été littéralement sauvée par un concours de circonstances…et sans doute son expertise magique aussi.

    « Vous vous doutez que dans une pareille situation, je n’eus pas le temps de renfiler mon armure et j’ai du engager le combat immédiatement. La strygx était agile et puissante et plus le combat s’éternisait et plus cela était à mon désavantage. Alors, moyennant quelques blessures, j’ai réussi à geler ses membres inférieurs afin de l’entraver quelque peu. Une mesure temporaire qui ne faisait rien d’autre que me faire gagner du temps ou, au pire, me donner un sursis. A vrai dire, je n’avais pas tellement de solution que de me battre jusqu’au bout et alors que j’arrivais à court d’idées, je fus pris de soudaines rémanences. De nouveaux souvenirs s’inscrivirent dans ma mémoire et l’instant d’après…je me sentis investie d’une nouvelle puissance. Grâce à l’ombregivre, je fus capable de venir à bout de mon adversaire, l’immobilisant avec une intensité bien plus grande qu’avec ma glace, tout juste assez pour lui enfoncer mon épée dans la poitrine. »

    Une expédition que Cyradil ne retenterait bien évidemment jamais. Ou du moins, plus toute seule. En effet, le regain progressif de ses pouvoirs faisait que la jeune blonde appréhendait moins le fait qu’on puisse découvrir sa véritable nature. Pas au point de vouloir le crier sur tous les toits mais elle était beaucoup moins vulnérable qu’auparavant et donc plus à même de se défendre contre ceux qui chercheraient à trouver le secret de l’immortalité par son biais. Le type d’information pour laquelle certains seraient capables de tuer et qui menait justement à ces actes de vengeance dont Corvus parlait.

    «  Il n’y a pas vraiment besoin d’être un saint, Corvus. La finalité reste la même car vous avez débarrassé le monde de quelqu’un qui aurait continué ses méfaits si vous n’aviez pas mis un terme à sa vie. Cela m’attriste toujours d’avoir recours à des méthodes aussi drastiques mais cela est parfois nécessaire. Et détrompez-vous, le Reike a aussi son sens de la justice. De ce que je sais, l’on essaie tant bien que mal d’éviter que les gens s’entretuent et faisons en sorte d’établir des jugements équitables. Ce que je veux dire, c’est que croire que l’exécution ou l’asservissement est la seule forme de justice que l’Empire peut prodiguer est très réducteur.  L’impératrice fait de son mieux pour modifier les décrets et faire en sorte que notre nation puisse être un lieu où l’on puisse vivre sereinement. Evidemment, je vous rejoins dans le fait que cela est loin d’être gagné et à mesure que l’Empire s’étend, il devient effectivement difficile de mêler les cultures. C’est pour cela qu’il était nécessaire, au-delà de la menace des Archontes ou des Titans, de suspendre l’expansion territoriale. »

    Pour le reste, Cyradil était très contente de ce long échange avec le vampire. Sûrement qu’il y aura d’autres occasions où les deux immortels pourraient se revoir afin de parler longuement sur divers sujets. La liche appréciait la compagnie du vampire et il en était de même pour ce dernier. Acceptant le généreux passe-droit qu’il lui confiait, elle lui souriait de manière sincère.

    « Je ne crois pas que certains de mes amis aimeraient vous rencontrer. Parmi eux, certains vous craindraient rien qu’à cause de votre nature de vampire. Je parle là de peurs liés à des traumatismes passés ou simplement la crainte des créatures immortelles. Vous apprendrez à côtoyer les membres de mon personnel alors vous serez sur qui vous ne devrez jamais levé votre main. Quant à mes amis, vous les découvrirez bien assez tôt et je vous en ferais de toute façon part lors de nos futures rencontres. »

    Il se faisait maintenant tard et Cyradil devait rentrer pour s’offrir un moment de quiétude avant de démarrer la journée. Elle n’avait pas besoin de dormir mais la liche avait gardé cette habitude d’aimer se reposer un moment avant de vaquer à ses occupations.

    « Si vous n’avez pas d’autres requêtes, je vais prendre congé. »
    Dit-elle en remettant son voile sur ses yeux. « Merci pour cette magnifique soirée, Corvus. Au plaisir de vous revoir. » Ajouta-t-elle l’air enjoué.


    Visite de courtoisie [FT. Corvus] - Page 4 Cyradi15
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum