DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Un mariage à préparer - Page 2 InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    Mon Voisin Du DessusAujourd'hui à 22:23Lyra Leezen
    Un prêté pour un rendu [Sixte]Aujourd'hui à 22:02Sixte V. Amala
    Seul ? [Hélénaïs]Aujourd'hui à 21:55Hélénaïs de Casteille
    La Fenêtre de l'ÂmeAujourd'hui à 21:01Myriem de Boktor
    Poids lourd et poids plume (PV Kieran Ryven)Aujourd'hui à 20:55Vanay Vyldrithe
    Conversation ou baston ? [Pw Kahl]Aujourd'hui à 19:46Kahl
    La fuite | Leif & Siame Aujourd'hui à 18:39Leif Brynjolf
    Achats de pouvoirs | Kieran Aujourd'hui à 18:32Kieran Ryven
    L'air du Vent | Feat ZéphyrAujourd'hui à 18:05Myriem de Boktor
    RP's de Mortifère [République]Aujourd'hui à 17:40PNJ
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 12 Avr 2023 - 16:19
    Et oui ... même derrière le masque impassible et les dorures d'un noble se cachent souvent des histoires touchantes. Un passé. Des souvenirs. Des émotions. Je souris en écoutant les tranches de vie partagées par Tagar et hoche régulièrement la tête, marquant mon écoute.

    - Un apprentissage. Comme un jeune forgeron qui accompagnerait son père. C'est amusant.

    Je souris. Même si mon expression devient un peu plus triste et nostalgique quand vient le moment où il m'interroge à mon tour sur ma jeunesse.
    Je prend le temps de prendre une gorgée de vin, le temps pour moi de formuler une réponse qui ne paraisse pas trop amère.

    - Et bieeeeen ... oui. Le temps où mes parents sont restés en vie en tout cas. Ils avaient une boutique d'enchantements et de fabrication d'objets magiquess.

    Je joue distraitement du bout de l'index avec un couvert. J'évite son regard.

    - Un accident les a fait quitter ce monde un peu tôt. Heureusement que Melorn prend soin de ses habitants et que j'ai pu continuer mes études à l'université.

    Je fais un geste vague de la main. J'essaye de minimiser les choses mais en réalité, leur disparition est à l'origine de tout ce que je suis devenue. Coupée de ma famille,  les racines qui me retiennent au reste de la société Mélornoises sont ténues. Mon besoin d'évasion, de m'éloigner de cette société qui (à mon échelle de perception) est restée figée dans le temps vient
    à coups sûr de cette brutale séparation.

    - J'ai fait quelques rencontres qui m'ont donné envie de découvrir le monde, de bouger. Je ne me sentais plus vraiment l'âme d'une sédentaire ...

    Avec la perte de toutes les possessions matérielles de mes parents ...

    - ... et j'ai donc tenté la vie sur les routes. Pour voir ce que ca donnait ! J'avais un savoir-faire que je pensais suffire pour gagner de quoi vivre. J'ai eu raison sur ce point.

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 24 Avr 2023 - 15:15
    Les compliments et les encouragements de Tagar me touchent. Comme toujours, je suis stupéfaite de constater à quel point il est capable de valoriser les personnes à qui il parle. Alors une fois encore je lui souris. Et en baissant un peu le regard, je le remercie pour ses paroles.

    - Merci. C'est vraiment ... très gentil de votre part.

    Cet homme a le don rare et précieux de donner à son interlocuteur et le sentiment qu'il compte à ses yeux. Et je ne suis pas loin de croire qu'en plus, il parle avec une conviction sincère.  La question qui suit me prend un peu par surprise. Je cligne des yeux un bref instant avant de rire un peu et secouer négativement la tête.

    - Non non, rien de tout ça !


    Je suis prête à développer un peu quand les plats arrivent. Je m'interrompt donc et découvre avec ravissement ce qui nous est servi. L'odeur est divine, les épices du Reike semblant ici avoir été utilisées avec art et mesure pour relever juste ce qu'il faut le plat.

    - Ca a l'air délicieux.

    Au point que me voilà tiraillée entre le besoin évident de goûter (et ne pas laisser mon interlocuteur commencer seul, ce qui serait très impoli !) et l'envie de continuer la conversation. J'entame le plat et ne peut que constater

    - Je comprend pourquoi vous aimez tant venir. C'est vraiment ...

    Je me tais, cherchant pendant quelques secondes quel mot choisir en langue commune.

    - ... excellent.

    Un mot pauvre pour décrire cette cuisine. Je ne serai jamais critique gastronomique j'en ai peur !

    Le plat entamé, me voilà donc libre de poursuivre un peu.

    - Mon mode vie ne me permet pas d'avoir de relations vraiment sérieuses. On arrive quelque part, on sait qu'on repartira le lendemain ... ou la semaine suivante ... ce n'est le terreau idéal pour une relation.

    ( ... )

    -  Il faut dire aussi que ... ca a joué dans ma décision de quitter Melorn. A la mort de mes parents, beaucoup de nains de très bonnes familles m'ont ... proposé des unions, si vous voyez ce que je veux dire.


    Des mariages arrangés, sans beaucoup de sentiments (du moins de mon côté) mais avec l'assurance d'une vie confortable et convenable. Même si je n'avais plus de patrimoine à apporter, j'étais une fille de bonne famille. Le respect qu'inspirait mon père était encore vif dans les mémoires et beaucoup de parents auraient été enclins à faire de moi leur bru.

    - ... mais je n'en ai pas voulu.

    Non que aucun de ces messieurs n'ait été grossiers ou désagréables d'ailleurs ... Le problème ne venait pas d'eux mais de mes propres aspirations. Et mon besoin vif de m'éloigner de la ville éternelle.

    - J'avais la bougeotte. Je l'ai toujours. Je suis heureuse de découvrir ce monde et les gens qui le peuplent.

    Je pourrais ... développer. Parler des aventures légères que j'ai pu avoir. Des jolies rencontres qui, ca peut surprendre, peuvent se faire avec des sentiments, même quand elles sont éphémères. Mais je sais que Tagar est un romantique dans l'âme. Et qu'il est Rekois. Je ne suis pas certaine qu'il serait capable de comprendre, même si commençant à le connaître, je soupçonne qu'il serait capable de ne pas émettre de jugements.

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 2 Mai 2023 - 19:32
    Je ne veux pas heurter Tagar en le contredisant.  Diplomate, comme toujours, je me contente de sourire face à la suggestion et laisser planer un très général.

    - Qui sait ... ?

    Mais ... en mon fort intérieur, je doute fortement que qui que ce soit capable d'un jour suffisamment m'accrocher pour me faire renoncer à la route.
    Ce n'est pas que je sois allergique aux sentiments. Je crois en l'Amour, je suis même parfois un peu fleur bleue. Mais je n'arrive pas vraiment à me projeter dans ce genre de relation. Et certainement pas dans le modèle "maison / mariage / famille". Peut-être que ca a quelque chose à voir avec le trauma qu'a été la perte de mes parents et de tout ce qu'on possédait ... allez savoir.

    Se rendre compte que quelqu'un tient à nous est peut-être quelque chose d'assez fort pour changer le coeur de quelqu'un.  J'aime le monde. J'aime les gens. Mais je sais que je disparaitrais dans quelques années. Quelques connaissances seront vaguement attristées mais je ne crois pas que ce sera une tragédie pour grand monde. Et c'est bien comme ça. Je ne voudrais pas que quelqu'un souffre de mon absence comme j'ai souffert de l'absence de mes parents.

    La suite de la discussion n'est pas beaucoup plus joyeuse et suit la même idée. Quel est le rapport des "non-elfes" à leur vie au sein de Melorn ? Une fois encore je dois laisser apparaître une fine moue avant de prendre quelques instants pour réfléchir à la bonne réponse à formuler. La sincérité me contraint d'avouer

    - On passe sa vie à se sentir étrangers. Nous sommes tolérés, appréciés pour nos savoir faire parfois. Respectés dans un sens. Mais au final, notre rapport au temps nous tiendra toujours éloignés des elfes. Nos vies entières sont une parenthèse, une petite période temporelle au cours de laquelle ils nous verrons. Puis on s'étendra. Et eux n'auront pas bougé d'un iota. Ils ont vu grandir et mourir des dizaines de générations de nains. Ca ne les émeut plus.

    Je fais un geste vague de la main.

    - Ephémères à leurs yeux. Certains pensent même qu'investir du temps pour nous enseigner leurs savoirs est une perte de temps car en quelques années nous fanons et l'investissement nécessaire à notre apprentissage aura été aspillé.

    Peut-on vraiment leur donner tort si on essaye de se mettre à leur place ... ? Vivre parmi les elfes laisse une impression étrange, sans que ce soit nécessairement la faute des elfes. (Certains snt aussi des vraies têtes de cons mais c'est pas le sujet).

    - On se sent vite insignifiants quand on vit à Melorn. Ca me fait la même impression que lorsqu'on regarde les étoiles, vous savez
    ? Quand on sait que ce sont des mondes lointains, grands comme le notre. Mais distants au point d'en être inaccessibles. On se sent petits et humbles face à l'immensité.


    J'ai un léger rire, un peu gêné.

    - Je ne sais pas si ... ca fait beaucoup de sens, dit comme ça ...

    Je pars sans doutes trop loin en partageant ainsi mes doutes existentiels. Ce sont des réflexions que d'habitude les gens se font seuls, allongés dans l'herbe par une nuit sans nuages.  On regarde le ciel. On se sent petit. Et on le raconte à son voisin.

    Ici au milieu d'un restaurant chic, alors que une heure avant on parlait encore de créer une immense boule argentée et une statue recouverte de feuille d'or, ca parait si ... déplacé.  Je me remet à manger avant de répondre à la dernière question.  Je secoue un peu la tête.

    - Pas de famille proche, non. Des connaissances. Des cousins lointains. Ca reste quelque chose quand même aux yeux de nains. Le sentiment d'appartenance à des clans, vous savez ... ? Une espèce d'héritage de l'époque où nos ancêtres vivaient dans des grandes cités de pierre, formant royaumes et cités états.

    L'autonomie du peuple nain, c'était il y a longtemps. Je sais qu'il y a des nostalgiques parmi les barbus mais ce n'est pas un sentiment racial que je partage. J'apprecie le brassage culturel et tout ce qui va avec. Je suis heureuse de vivre auprès des humains, gobelins et autres trucs parfois surprenants qui peuplent ce monde.

    Je laisse le noble remplir de nouveau mon verre et souris pour le remercier. J'apprécie la boisson qui nous est servie sans retenue. Ce n'est pas quelque chose d'aussi léger qui risque d'altérer mon jugement aujourd'hui. Les nains, vous le savez, sont bâtis sur un modèle bien particulier de ce point de vue. Ce n'est pas très juste, ni pour les autres, ni pour nous. Des fois on aimerait bien être capable de s'enivrer avec si peu et accéder aux plaisirs du lâcher prise à si peu de frais. J'espère juste que Tagar n'aura pas la sotte idée de vouloir essayer de me suivre. Je ne doute pas que son brave garde du corps sera capable de le raccompagner en sécurité, mais je regretterai que le noble se paye une migraine demain matin. Un ministre qui a la gueule de bois, ca ne fait pas très sérieux !

    Je souris, amusée par cette idée. J'ai envie de remettre la conversation sur des rails plus joyeux, aussi je me décide à reparler des choses dans lesquelles il est plus facile de se projeter.

    - Vous savez où vous compter loger avec votre épouse ? Le palais de votre famille, ici à Ikusa ? Ou vous avez prévu un endroit plus ... personnel ?

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 19 Mai 2023 - 18:44
    - Exemplaires ...

    L'idée me laisse songeuse. Qu'est-ce que ca signifie d'être exemplaire ? Le bien et le mal sont des concepts métaphysiquements flous. Qui fixe les règles ? Qui fixe les limites ? Quel degré de déviance vis à vis de la perfection est accepté ? On a le droit de s'être trompé une fois ? Deux ? Est-ce que le criminel repenti a une chance de rédemption ... ? Est-ce que le père parfait qui une fois a joué à la bête à deux dos avec la bonne est exemplaire ? Tellement de questions que ca en donne mal à la tête.

    Je ne remet pas en question l'existence possible d'entités supérieures. Mais je sais que si elles existent, je n'aurais aucune chance de les comprendre et que les dogmes inventés par les mortels pour répondre à leurs volontés a fort peu de chances d'approcher d'une quelconque vérité ... Alors autant vivre de la meilleure manière possible en étant une personne qu'on pense correcte.

    Quand je croise un croyant convaincu qui me parait ouvert d'esprit, j'aime parfois engager la conversation avec. Par curiosité, par envie de comprendre la manière dont ils perçoivent le monde.  Quand personne n'essaye de convaincre l'autre et se donne juste pour but d'exposer un point de vue, ce sont les meilleures façons de communiquer. Malheureusement, ne pas chercher à discuter politique ou religion, c'est la base d'une relation de travail harmonieuse avec quelqu'un. Aussi je me tiens coite et laisse le sujet passer.

    Je reste un instant bouche bée en entendant quels sont les "plans" de la vie maritale imaginée par Tagar. Le moins que je puisse dire, c'est que ca ne me parait pas incroyablement folichon ...  Ils vont s'aimer mais de loin. Sans vraiment vivre ensemble. D'ailleurs, parle t'on vraiment de sentiments dans cette relation ... ? J'ai envie de croire que Tagar est sincère dans son affection mais qu'en est-il de cette jeune femme ... ? Aura t'elle des sentiments sincères ?  Est-ce que se plier aux attentes d'une société honteusement normalisée et faire plaisir à sa famille suffira à la rendre heureuse ?   Je pianote du bout des doigts sur le bord de la chope, embêtée par la situation. Il y a des non dits dans cette conversation. Leur silence est assourdissant. Je lis dans le regard du noble les espoirs. La crainte ( légitime ) de ne pas être aimé en retour peut-être ?

    Mon coeur se serre. J'ai toujours eu un côté fleur bleue en dépit de mon mode de vie. Je préfère quand les histoires d'Amour sont belles. Je peux essayer de me rattacher à l'idée que Tagar semble être l'époux parfait et qu'il y a des chances pour qu'il serait difficile pour une femme de ne pas l'aimer.

    C'est pas franchement folichon. L'opportunité offerte par Tagar de passer à quelque chose de plus fort est une bénédiction.

    - Ah oui. Volontiers. Vous avez quelque chose à conseiller ?

    Je ne compte naturellement pas abuser. Ce n'est pas le moment, pas l'endroit, pas la bonne compagnie pour finir raide carpette. Je rajoute sur un ton un rien malicieux.

    - Promis je ne raconterai à personne que vous essayez de saouler vos fournisseuses.

    Et j'imagine bien que les baraqués qui montent la gardent ne le feront pas eux non plus. Un sourire amusé étire brièvement mes lèvres avant que je reprenne le fil de la conversation.

    - Je vois. La bonne nouvelle c'est que vous ne risquez pas de manquer de place pour y faire votre nid.

    J'adresse un sourire sincère au noble, imaginant qu'il était de mon devoir d'essayer d'apporter autant de joie et de bonne humeur que j'étais capable d'en distribuer.

    - Des petites surprises en tête, pour surprendre votre épouse ? Un voyage de noces imprévu peut-être ? Un cadeau particulier ? Les colombes risquent déjà de produire un bel effet.

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 26 Mai 2023 - 10:41
    Je remercie  Tagar d'un sourire pour la boisson. J'écoute l'explication et hausse les sourcils, un peu surprise. Non pas par la boisson (Que je ne connais que trop bien ... mais j'aimerais que ca reste entre nous) mais par la mention d'une amitié entretenue par le noble avec quelqu'un du Shoumei.

    - Oh, quelqu'un du Shoumei ... ?

    Aux dernières nouvelles, les choses ne se passaient pas bien entre Reike et Shoumei. C'est le moins qu'on puisse dire. La position de Tagar au sein du Reike ne doit pas être facile à assumer vis à vis de sa connaissance ...  Les tragédies sont encore fraiches dans les mémoires. Des villes rasées, une nation décimée. Sans parler du fait qu'aux yeux de beaucoup d'entre eux avoir affronté les titans est vu comme un déicide ... Je souris un peu et affirme avec sincérité que ...

    - J'espère que tout va bien pour elle.

    Ca donne à la boisson forte un goût légèrement amer de repenser à ce qu'ont vécu les gens du sud. Une pensée d'autant plus étrange à avoir alors que nous sommes là, tous les deux, attablés dans un restaurant de luxe à discuter palais, dorures et fête de mariage. Je me fais violence pour ne pas laisser mes pensées sombrer dans les méandres de la culpabilisation. J'écoute les projets de Tagar pour combler sa jeune épouse. Pas de voyage prévu. "Elle n'a pas le temps". Ce n'est pas "On". Mais "Elle". Si un ministre des finances était prêt à trouver un moyen de se dégager du temps pour son aimée, quelle justification pourrait t'elle avoir ? Cette histoire est triste à en pleurer. La partition semble jouée d'avance. Pourtant il faudra qu'on fasse tous semblant d'y croire lors du grand jour. Tagar le premier.

    - C'est une attention si délicate. Une femme aime les beaux vêtements, surtout quand ils ont été choisi par quelqu'un qui compte.

    J'aimerais y croire. J'aimerais surtout que mes doutes tombent complètement à côté de la plaque. Qu'ils soient le fruit de l'imagination d'une vieille fille aigrie et cynique. Que l'Amour pur, sincère et RECIPROQUE existe.  Si ca tombe, je me trompe et cette jeune fille est véritablement eperdument amoureuse de Tagar et qu'ils vivront ensemble la plus belle histoire d'amour que Seikai ait porté.

    Tagar poursuit par une question anodine sur les îles au sud -est de la République. Un sourire nait sur mes lèvres.

    - Ah les archipelles paradisiaques  !

    Je ris un peu.

    - Qui ne rêverait pas d'y aller ?


    Sable blanc, mer d'azur, soleil éclatant, cocktails et corps bronzés si peu recouverts ... Mon regard pétille à la simple évocation de la destination.

    - Je n'ai jamais eu l'occasion. Pas plus qu'aucune île d'ailleurs ! J'ai une peur maladive du bâteau.

    Il faut dire que la seule fois où j'ai pris le bateau, c'était pour fuir les alentours de Sancta lors de l'attaque des Titans. Point de vue "souvenirs associés" ca se pose là. C'était l'époque où je parcourais encore le Shoumei occasionnellement. Je sais que plus jamais je remettrais dans ce royaume ravagé ...

    - Les nains ne sont pas réputés pour être de très grands marins je pense bien. Mais qui sait, peut-être que le voyage en vaut la peine ?

    Je parie que oui. Le plus difficile étant par la suite de reprendre le bateau pour quitter l'endroit merveilleux ! Après ... je parle de tout ça en sachant qu'il ne s'agit pour l'heure que d'un doux rêve. Voyager là bas n'est pas dans mes projets. Mes affaires sont prospères mais je ne sais pas si même moi j'aurais les moyens de m'offrir un pareil voyage. Je ne me suis jamais posé la question en fait ...

    - Il parait que les gens là bas apprécient de nager dans l'eau de mer. Il faut croire qu'on partage tous le goût de la baignade ? Reikois et Républicains adrent leurs thermes. Le Shoumei avait des sources d'eau chaudes autrefois ... Et à Mélorn, on s'en tient aux bains dans les lacs et les rivières ...

    Il fait chaud et beau en permanence. Les Mélornois ne font pas de chichis là-dessus. Beaucoup sont du genre à croiser un joli cour d'eau et se dire "Tiens, si on se foutait à poil à l'improviste ?". J'adore les gens de ma cité. Je me demande comment c'est supposé se passer ailleurs ...

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum