DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Shan'ael

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Ecailles [Ssisska] - Page 2 EFZvhIHe_o
    Gazette des cendres
    Hiver 2022-2023
    Lire le journal
    #1
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Erit sanguinem
    2 participants
    Aller en bas
    Noble de La République
    Noble de La République
    Ssisska
    Ssisska
    Messages : 79
    crédits : 675

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage Noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t549-ssisska-la-gorgone-terminee
  • Dim 1 Jan - 20:53
    Les jours passent et les échecs succèdent aux échecs, nos talents réunis ne permettant pas de percer le secret de cette mystérieuse amulette et d’en maîtriser les pouvoirs comme le souhaite ardemment la demoiselle Noirvitrail. Pourtant les choses évoluent lentement, car à chaque fois que la métisse utilise le pouvoir de l’artefact, l’emprise que ce dernier a sur elle ne fait que croître, tout comme les écailles sur sa peau, ces belles écailles brunes aux reflets dorés que j’aime tant caresser du bout des doigts pour y appliquer cet onguent au effets apaisants.

    Parfois je perds de vue mon objectif principal, à savoir réussir à en apprendre plus sur mes origines et sur les nagas. Car la nature reptilienne de la métisse s’épanouit jour après jour et force est de constater que je suis de plus en plus séduite par sa part animale, ressentant quelque chose que je n’avais jamais vraiment ressenti jusqu’à présent, une attirance, aussi bien physique que psychique pour ce qu’elle est en train de devenir.

    Déroutant…

    ********

    Je me laisse flotter paresseusement dans l’eau brûlante du bassin. Je vois bien qu’elle aussi apprécie de plus en plus cet endroit humide et chaud qui répond aux besoins vitaux de sa nature reptilienne. Je suis bien, apaisée, et la présence de la métisse y est indéniablement pour quelque chose.

    Sa voix me sort de ma rêverie et je me redresse, révélant à demi ma nudité hybride sans aucune gêne ou pudeur. Elle aussi est nue, et les reflets des feux des braséros sur ses écailles sont un magnifique spectacle dont je ne me lasse pas. Elle caresse l’amulette et il ne fait plus aucun doute que cette dernière influe sur le psychisme de la métisse. J’ai l’impression qu’elle ne s’en rend pas compte, mais moi je vois bien que les transformations ne sont pas uniquement physiques, qu’elles vont bien au-delà. Je m’approche, me glissant entre ses jambes, les écailles sur mes hanches frottant contre celles qui perdurent à l’intérieur de ses cuisses. La sensation est juste incroyable et je dois me faire violence pour ne pas céder à l’envie presqu’animale qui s’empare de moi. Mes tentacules ondulent lentement sur ma tête, se dirigeant vers son visage pour lui offrir de multiples caresses. Je me perds alors dans son regard qu’habillent maintenant de magnifiques écailles dorées.

    Nous sommes si proches qu’il suffirait d’un rien pour…

    - Effectivement j’ai eu une idée.

    Se concentrer sur notre tâche pour ne pas me laisser happer par l’envie d’elle. Une main griffue s’approche de l’amulette qui réagit comme à chaque fois en perdant étrangement de son éclat. Comme si elle cherchait à se rétracter sur elle-même pour échapper à ma présence.

    - Elle ne m’aime pas.

    J’éloigne la main car une sensation désagréable remonte le long de mon bras provoquant une forme de nausée.

    - Je crois que nous nous trompons depuis le début.

    Cela fait un moment que j’y pense, mais je n’ai pas osé lui en parler. Pourquoi ? Car ce qui lui arrive la rapproche peu à peu de moi et je me prends parfois à rêver qu’elle puisse devenir la compagne que je n’ai jamais eu.

    Mon regard jaune fendu de noir crochète le sien.

    - Nous nous trompons sur la nature de ssset objet. Il n’est pas un vulgaire artefact d’adaptation aquatique. Il vous transforme lentement mais sssûrement pour faire de vous autre chose.

    Ma main vient glisser tendrement sur les écailles brunes qui ornent son bras.

    - Quelque chose qui ressssemble trop à un naga pour que ssse sssoit une sssimple coïnsssidenssse…
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Athénaïs de Noirvitrail
    Athénaïs de Noirvitrail
    Messages : 82
    crédits : 657

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Neutre Bonne
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t122-athenais-de-noirvitrail-faconneuse-de-la-republique-terminee
  • Dim 1 Jan - 23:04
    Athénaïs regarda l’hybride se glisser entre ses jambes et la caresser avec douceur. La magicienne n’était pas gênée par cette soudaine démonstration d’intimité de la part de Ssisska et savoura avec envie le frôlement de ses écailles sur les siennes. L’hybride avait du mal à cacher son attirance pour la demoiselle au ruban bleu, c’était évident. Mais Athénaïs, elle, n’était pas intéressée par autre chose que par l’amulette (et son cœur appartenait déjà à Parwan). Mais qui était-elle pour refuser le glissement des écailles de Ssisska sur les siennes ? Lorsque son visage s’approcha d’elle, les tentacules commencèrent à lui caresser le visage et la façonneuse se sentit immédiatement à l’aise. Les tentacules de Ssisska étaient de drôles d’appendices, mais la magicienne avait réussi à les apprivoiser assez récemment. Etrangement, ils semblaient de moins en moins rétifs à s’approcher d’elle … ce qui n’était pas pour lui déplaire.

    Ssisska n’était pas capable de toucher l’amulette, pour le plus grand plaisir d’Athénaïs, qui n’aimait pas trop que l’hybride s’approche de son bien. Lorsqu’elle retira sa main, elle se sentit quelque peu soulagée. Le simple fait d’appréhender la possibilité qu’elle puisse s’en emparer la mettait mal à l’aise et sur la défensive.

    C’est alors que son hôte, au milieu des vapeurs et de la chaleur du hammam, lui fit part de ses hypothèses. Elle faillit éclater de rire lorsqu’elle eut terminé. C’était grotesque ! Athénaïs avait passé des jours à ausculter l’enchantement du médaillon et il ne s’agissait que d’un simple sortilège d’adaptation aquatique … à moins qu’elle ait loupé quelque chose.

    « Voyons Ssisska … Vous ne pensez tout de même pas qu’un si petit objet serait capable d’une telle chose, si ? Nous nous en serions aperçues si le médaillon était capable d’une telle prouesse ! »

    Elle passa ses mains sur le médaillon, ne s’apercevant pas que l’objet magique travaillait lentement sa psyché depuis maintenant plusieurs semaines. Elle ne l’avait pas remarqué – mais qui aurait pu le savoir ? – que l’enchantement d’adaptation aquatique, derrière ses données cryptiques, contenait, entrelacé dans les replis de l’amulette, quelque chose de bien plus pernicieux et dangereux. L’intuition de Ssisska s’avérait juste … elle le pressentait. Mais Athénaïs, victime de l’amulette, ne s’en apercevait pas. Pire encore, le médaillon lui intimait de l’utiliser … toujours plus. Elle ne s’était même pas aperçue qu’elle trouvait l’air humide et chaud de plus en plus agréable et reposant. Son esprit se faisait lentement, mais sûrement, à l’idée qu’elle devait prolonger chaque jour un peu plus ses expériences pour parvenir à étendre les effets au-delà d’une heure, comme si son propre corps réclamait l’adaptation aquatique.

    Elle se laissa glisser à moitié dans l’eau, ses écailles glissant sur celles de l’hybride. Elle n’osait l’avouer, mais la sensation était grisante … D’un geste, elle activa à nouveau l’amulette. Si les hypothèses de Ssisska étaient bonnes, alors il y aurait du changement. Dans le cas contraire, comme Athénaïs en était persuadée, alors elle pourrait à bon compte se moquer de son manque de perspicacité.

    La magie de l’amulette se déploya. Athénaïs sentit à nouveau avec délice, les fourmillements agréables de la magie se diffuser dans son corps, tandis que les vapeurs du hammam continuaient de flotter dans les airs.

    Mais les choses ne se présentaient jamais simplement dans sa vie.


    Ecailles [Ssisska] - Page 2 Signat12
    Noble de La République
    Noble de La République
    Ssisska
    Ssisska
    Messages : 79
    crédits : 675

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage Noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t549-ssisska-la-gorgone-terminee
  • Sam 7 Jan - 18:01
    Je me doutais un peu qu’elle prendrait mon hypothèse de haut et un léger soupir s’échappe d’entre mes lèvres serrées. Elle ne semble pas réellement se rendre compte de ce qui lui arrive, comme si son cerveau refusait cette éventualité l’empêchant de lutter efficacement, preuve que l’influence de l’amulette est très subtile est d’autant plus dangereuse. Mais pour l’instant cette question devient brusquement secondaire, sa présence, si proche, me perturbe et j’ai l’impression que tout mon être la désire.

    La demoiselle Noirvitrail me rejoint dans l’eau, son corps partiellement reptilien glissant contre le mien et éveillant des envies délicieuses enfouies très profondément au sein de mon être meurtri. Elle est si proche que je sens son souffle sur ma peau alors qu’elle actionne de nouveau l’amulette déclenchant sa transformation en quelque chose de toujours plus reptilien.

    Et j’adore ça…

    Mon regard se perd dans le sien et ses yeux… changent eux-aussi, dorés au reflets bruns fendus de noir comme les miens. Je devrai surement m’en inquiéter, mais je suis comme happée par ce regard, hypnotisée par les mirettes aux reflets d’or. Jour après jour elle devient plus parfaite, plus désirable aussi au gré des transformations et une partie de moi n’arrive pas à résister aux pulsions nouvelles que je sens croître dans mon esprit. Je ne crains plus qu’elle me touche, loin de là, et mon corps cherche instinctivement à se frotter contre les écailles si brillantes et si douces.

    Ma bouche qui se rapproche de la sienne, je peux presque sentir le soyeux de ses lèvres sur les miennes lorsqu’elle… tombe ? Pur reflexe alors que je passe mes avant-bras sous ses aisselles jusqu’avant qu’elle ne disparaisse sous l’onde chaude pour la retenir.

    Je ne comprends pas ce qui se passe et je peux voir en penchant la tête vers elle quelle non plus alors que son regard n’exprime plus qu’une panique primale. Je sens mon cœur qui s’accélère brutalement tandis que je prends conscience ce qui vient de se produire et un mot glisse entre mes lèvres…

    - Vos jambes…  
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Athénaïs de Noirvitrail
    Athénaïs de Noirvitrail
    Messages : 82
    crédits : 657

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Neutre Bonne
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t122-athenais-de-noirvitrail-faconneuse-de-la-republique-terminee
  • Lun 30 Jan - 0:04
    Athénaïs sentit ses jambes se dérober sous son poids. Sans qu’elle puisse réagir, elle se retrouva à moitié immergée dans l’eau chaude du bassin, à peine soutenue par les bras de Ssisska. Cette dernière la fit s’adosser contre l’une des marches immergées du bassin, tandis que la magicienne était prise d’une étrange torpeur. La magie faisait effet et elle pouvait déjà sentir l’adaptation aquatique lui permettre de respirer sous l’eau et marquer à nouveau son corps. Mais contrairement aux fois précédentes, Athénaïs était prise d’une immense fatigue, comme si son corps tout entier était passé à l’essoreuse. La demoiselle arrivait à peine à se mouvoir et la peau de son corps semblait agitée de spasmes, si bien qu’elle resta allongée à moitié dans l’eau, sous la surveillance de Ssisska.

    « Je … ah … »

    Athénaïs arrivait à peine à parler, tant son corps était perclus de fatigue. Ses yeux peinaient à rester ouvert et elle n’était même plus en mesure de jeter le moindre sort. C’était comme si son corps était sujet à une intense activité et dépensait une énergie folle pour cela, la condamnant à l’inaction. Elle passa une main dans ses cheveux humides, essayant de maintenir sa respiration stable, mais elle bailla paresseusement.

    Ses jambes ne répondaient plus. Elle essaya de les mouvoir, mais une étrange sensation remonta le long de son bassin jusqu’à sa colonne vertébrale. Ses mains attrapèrent ses jambes, mais la sensation était étrange, comme si une épaisse gangue de chair les recouvrait. Ses yeux à moitié ouverts découvrirent avec stupeur que ses jambes n’en étaient plus. Fusionnées au niveau de son bassin, elles étaient recouvertes d’un mélange de chair et de mue serpentine, qui progressait désormais le long de ses mollets pour faire disparaître ses pieds, puis ses orteils.

    Elle voulut crier, mais ses forces l’abandonnaient. La transformation dont elle était victime était semblable à une mue accélérée, qui pompait toute son énergie dans la métamorphose. L’amulette vibrait et chauffait sur sa poitrine, tandis que son pouvoir néfaste faisait disparaître les jambes de la magicienne. Ses jambes fusionnées s’allongèrent, devenant petit à petit une longue et ample queue de serpent sans aucune écaille, se fondant dans l’eau du bassin et ses vapeurs entêtantes. Epuisée, Athénaïs ne sentit même pas qu’une nouvelle mue prenait place, libérant sur sa queue serpentine de magnifiques écailles noires et dorées.

    Tandis que sa queue se recouvrait de belles écailles larges et lisses, les organes internes d’Athénaïs se réorganisaient temporairement selon sa nouvelle anatomie. Sa métamorphose était parfaitement fonctionnelle, mais l’effort l’avait complètement épuisée. Haletante et confuse, elle se tenait mollement sur les bords du bassin, à peine accrochée à Ssisska et cherchant à contrôler ce qui lui arrivait. L’amulette aurait dû être beaucoup plus incisive et puissante, mais le rituel d’absorption magique qui entourait Athénaïs limitait grandement ses effets. Elle n’en avait pas conscience, mais ses connaissances en contre-magie lui assuraient de ne pas se faire happer par la puissance de l’amulette, et de tenir ses pires effets à distance. Le souci était qu’Athénaïs ne parvenait qu’à offrir une résistance instinctive et non rationnelle à l’amulette. Sans une connaissance approfondie de l’enchantement de l’artefact, elle était condamnée à subir l’amulette, sans pouvoir la contrôler.

    La jeune femme resta à moitié endormie sur la faïence des bains thermaux. L’influence de l’amulette lui imposait le repos après une telle métamorphose. Sa longue queue reposant dans l’eau du bassin, Athénaïs était bien incapable de rouspéter, ou de se montrer horrifiée. Le sommeil s’emparait d’elle … et ce n’était pas plus mal, au vu de la situation …


    Ecailles [Ssisska] - Page 2 Signat12
    Noble de La République
    Noble de La République
    Ssisska
    Ssisska
    Messages : 79
    crédits : 675

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage Noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t549-ssisska-la-gorgone-terminee
  • Mer 1 Fév - 20:51
    Elle change dans des proportions insoupçonnées et cela l’épuise alors que j’essaie tant bien que mal de maintenir sa tête hors de l’eau. Je peux voir à travers l’onde clair la longue queue serpentine qui s’agite de manière erratique, le cerveau de la jeune femme n’arrivant pas encore à s’habituer à ce nouvel appendice qui a remplacé ses jambes. Tout cela va au-delà de ce que j’avais imaginé et un sentiment de panique s’empare de moi sans que je ne puisse rien y faire. Ma voix est anxieuse lorsqu’elle s’élève enfin.

    - Athénaïsss.

    Je tapote doucement ses joues pour essayer de la sortir de la torpeur dans laquelle elle est plongée. Rien de bien surprenant à vrai dire après ce qu’elle vient de subir, une métamorphose épuisante qui a dû vampiriser toute son énergie. Sans compter l’influence néfaste de l’amulette qui semble absorber toute lumière alentour dans une aura de ténèbres insondables. J’essaie de la toucher, d’ôter l’artefact maudit, mais une brûlure vicieuse me chauffe le bout des doigts et je les ôte précipitamment pour ne pas me blesser.


    Je sens le corps de la métisse qui perd toute tonicité tandis qu’elle sombre dans un profond sommeil. Son torse repose sur le carrelage brûlant, mais sa longue queue est encore immergée dans l’eau où flotte les restes de cette dernière et impressionnante mue. Je saisis sa queue pour la sortir du bassin, mais je dois forcer car elle est bien plus lourde que je l’aurai cru. Après un effort intense, je me laisse aller près d’elle pour reprendre mon souffle, essayant par la même occasion de comprendre ce qui se passe.

    L’objet est bien plus puissant que prévu, même la science en magicologie de la jeune femme et ses pouvoirs n’ont pas été suffisants pour contrôler la transformation. Je me redresse à demi pour l’observer. Sa poitrine se soulève lentement à un rythme régulier, signe d’un sommeil apaisé. Ses jambes n’existent plus, remplacées par une queue serpentine absolument magnifique, couverte de ses écailles merveilleuses aux reflets d’or. Elle est superbe et je laisse mes doigts courir sur ses écailles si lisses et si brillantes qu’elles en sont presque éblouissantes. Je me rends compte alors que je n’ai peut-être pas fait tout ce qui était en mon pouvoir pour trouver une solution à notre problème.

    Pourquoi ?

    Pour ça, pour cet être hybride qui repose maintenant dans mon antre et qui peuple ma solitude depuis plusieurs jours maintenant. Je soupire profondément avant de me relever pour la traîner vers une des alcôves confortables de la pièce. Je m’assieds sur un tapis de mousse pour la prendre contre moi, entre mes jambes, son dos contre ma poitrine. Elle dort toujours, plongée dans un profond sommeil. Je me demande un instant si elle rêve différemment aussi. Les tentacules sur ma tête viennent caresser son visage, se perdre dans ses cheveux, glisser sur sa peau, écailles contre écailles comme si elle était devenue l’une des leurs. Un invité surprise vient se joindre à nous, un imposant python aux écailles vertes qui se fondent dans la végétation. Il nous entoure délicatement de ses anneaux puissants.

    Car elle n’est plus une intruse gênante, une humaine banale perdue au milieu d’un repaire de serpents.

    Elle est reptile.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum