DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Fleurs perdues [Rêve] - Page 2 InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    Temple des Secrets | Savoir & SiameAujourd'hui à 3:18Savoir
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesAujourd'hui à 2:25Rachelle Virsce
    [PA] Les Gorges d'Ildrekyhr.Aujourd'hui à 1:01Falconi Genova
    Fissurer le marbre [Siame - Rêve]Aujourd'hui à 0:41Siame
    La névrosée fuyant sa chimère | KassandraHier à 22:17Meradev Vigelfrost
    Rp's de Tulkas [Reike]Hier à 22:15PNJ
    Validation RP DimitriHier à 22:10Dimitri Chagry
    Un air familier [Genryusai]Hier à 21:50Neera Storm
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Rêve
    Rêve
    Messages : 328
    crédits : 171

    Info personnage
    Race: Démon
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1076-reve-le-voyageur-termine
  • Mar 14 Mar - 15:09
    Une patte griffue aux serres anormalement acérées vint se poser délicatement sur l'épaule de Pancrace. Les ailes de Cauchemar, comme d'énormes boucliers de plumes, se réorientaient parfois et privaient ainsi les nouveaux arrivants de la vue du militaire républicain. La créature onirique peinait à garder en vue chacun des intervenants et sa tête énorme pivotait nerveusement, tâchant de balayer la zone d'un regard inquisiteur en cherchant à déceler un potentiel agresseur tapi dans les ombres. N'ayant aucune confiance dans les propos de ces rêveurs hostiles, la bête restait sur ses gardes malgré l'apaisement apparent de son camarade. Loin de se montrer docile, la chimère esquissa même un léger mouvement de recul lorsque le perturbateur masqué jeta la bourse garnie à Pancrace qui la saisit habilement au vol.

    "Votre enquête s'est donc conclue sur vos suppositions initiales. Vous avez attrapé le bon malfrat, malheureusement il n'est plus en état de plaider coupable mais c'est pas comme si on avait besoin de son accord pour le coller au trou. Inutile d'aller plus loin, vous avez fermé le dossier pour reprendre vos petites vies. Vous avez mieux à faire, de toute façon. Ca vous convient, comme version des faits ?"

    "Qu'en est-il d'Hortensia ?"

    Les voix grinçantes de la créature aux mille visages avaient vaguement surpris l'étranger mais, après un bref silence embarrassé, ce dernier reprit sa contenance et parvint à répondre avec ce même petit ton déplaisant qu'il avait employé lors de sa conversation avec l'officier. Les doigts joints, il semblait tout faire pour ne pas laisser transparaître une quelconque crainte à l'égard du monstrueux volatile mais Rêve voyait bien au delà de ce que lui disaient ses yeux. Dans ses propos venimeux, la bête ne percevait qu'une peur maladroitement camouflée.

    "La fille de joie ? Son sort t'inquiète ? Je pensais pas qu'une vilaine bestiole comme toi ferait dans le sentimental. T'en fais pas, mon gentil hibou, on a aucunement besoin d'aller poignarder ta traînée. Elle est pas vraiment en état de raconter quoi que ce soit et même quand elle le sera; y'aura pas grand-monde pour croire à ses histoires."

    Les yeux d'encre de la créature ne traduisaient aucune émotion lisible. Luisants dans l'obscurité, ils paraissaient si perçants que l'on les aurait crus capables de lire dans l'âme de ceux qu'ils observaient. Immobile, la chouette monstrueuse se contentait de dévisager sans mot dire l'étranger sans pour autant croire un traître mot de son discours parsemé de provocations malvenues. Un roucoulement surnaturel s'échappa de sa gorge et il accorda un coup d'œil en biais à Pancrace. Ils échangèrent un vague regard entendu, Rêve n'ayant nullement l'intention de revenir sur sa parole en faisant preuve d'une violence inconsidérée.

    "Si vous mentez..."

    "...tu nous traqueras et tu nous feras connaître un sort pire que la mort. J'ai bien compris l'idée, te fatigue pas. D'une, t'en as pas les moyens et de deux, t'as aucune raison de t'en faire. On s'en balance, de ta copine. Cette histoire est derrière nous, pas vrai ?"

    Il désigna de son index la bourse que soupesait machinalement Pancrace, comme pour rappeler que le premier pas venait d'eux et qu'il serait bien peu civil de revenir sur cette offre. Indifférent à la nouvelle vague d'irrespect qu'il essuyait sans sourciller, Rêve avait déjà détourné son attention de son interlocuteur et avait retourné sa tête dans un angle impossible pour jeter un coup d'œil aux antagonistes qui se trouvaient derrière lui. Les inconnus ne s'étaient pas approchés, désireux sans doute d'éviter toute proximité avec la créature que leur chef s'évertuait à dénigrer sans connaître un franc succès. Leur destin les punirait pour leur arrogance mal placée, tôt ou tard. Un voile de noirceur magique engloba la silhouette de Rêve et en une fraction de seconde, il vint revêtir à nouveau son déguisement canin, se postant fièrement aux côtés de Pancrace.

    "Officier, un plaisir de traiter avec vous. Ca fait drôlement chaud au coeur de savoir que les rênes de la justice sont tenues par des types intègres. On va pas vous déranger plus longtemps hein, vous avez un clébard à aller dresser."

    Le voyou s'autorisa un furtif éclat de rire puis il tourna théâtralement les talons et ses compagnons firent de même, disparaissant à chaque extrémité de la ruelle sans laisser de trace. Le duo atypique laissa le silence retomber puis, après un moment de tranquillité, Rêve releva la tête et transmit télépathiquement une question à son camarade :

    "Vas-tu réellement mettre un terme à ta quête ou est-ce là un stratagème de ta part, cher rêveur ?"
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 383
    crédits : 1621

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Lun 20 Mar - 18:59

    J'laisse échapper un soupir de soulagement quand les trois s'en vont. Je crois que j'aurais même accepté gratuitement, vu la situation : en terrain hostile, pris en embuscade, sans possibilité de me téléporter ailleurs ou de m'échapper, autant dire que j'ai déjà un pied dans la tombe. Mais bon, sans un pot-de-vin, personne y aurait cru, surtout pas eux, et c'était bien ça, le plus important. Ils devaient avoir la sensation de dépenser quelque chose pour gagner, quand on n'avait pas du tout les mêmes enjeux.

    J'peux pas m'empêcher de regarder avec satisfaction ce que j'viens d'empocher, n'empêche. A deux doigts de tenir ma part du marché, même.

    Puis le démon qui me hante se rappelle à moi d'une phrase télépathique bien envoyée, et j'me rappelle des gars réduits à l'état de légumes qu'on a laissé dans notre sillage, et de son obsession pour Hortensia et châtier les coupables. Les motivations personnelles, ça fait jamais bon ménage avec une enquête menée en bonne et due forme, mais est-ce que j'ai vraiment envie de me laisser virer comme ça de mon affaire, surtout après quelques mots hautains, méprisants et condescendants d'un sale type ?

    Pas que j'aie un ego surdimensionné, mais y'a des limites.

    « Allons-y, que j'grogne. »

    Le duo est apparu puis a disparu d'un coup, ça veut pas dire qu'ils sont pas toujours dans le coin, même si mon senseur magique détecte rien. C'est pas gage de qualité, après tout. Il est tard, toujours, et j'me demande s'il faut laisser reposer quelques jours histoire que l'embrouille se tasse. Mais dans ce laps de temps, j'aurai p'tet pas le temps d'y revenir. C'est que les chefs s'arangent pour qu'on s'ennuie pas trop, forcément.

    C'est le souci des objectifs de rentabilité, des chiffres et de la bureaucratie, y'aura toujours quelqu'un pour mettre des valeurs et des croix dans des cases, et on s'retrouve à courir à droite à gauche sans arriver nulle part. Par contre, c'est le moment d'avoir les méninges qui tournent à fond, alors à mesure qu'on enfile les rues, j'réfléchis.

    Puis j'rentre dans une taverne quelconque, d'assez bon aloi au vu de la façade extérieure, et j'me dirige vers la tenancière, avec son tablier blanc et sa bonne bouille graisseuse.

    « Une chambre pour la nuit, une bouteille de rouge, deux verres du calme, c'possible ?
    - Vous attendez de la visite ?
    - Pas sûr, encore.
    - Et le chien ?
    - L'est bien élevé, il sera propre.
    - On prend pas les tapineuses.
    - Pas de soucis, ça serait plus facile s'il suffisait de raquer... »

    Elle marmonne dans sa barbe avant de m'annoncer le tarif, que j'paye sereinement avec la bourse que j'viens de recevoir. On monte, avec Rêve, et on s'pose dans la piaule qui nous a été assignée : un lit deux places qui semble pas contenir de morpions ou de puces, après une vérification sommaire, une table qui peut servir de bureau, deux chaises un peu bancales, et un coin avec un broc d'eau, un âtre pas très approvisionné et un placard pour ranger du bouzin.

    Après avoir débouchonné la bouteille, j'remplis les deux verres, davantage des godets d'ailleurs, et j'en prends un avant de m'affaler sur le plumard.

    « Sers-toi, Rêve, s'tu veux. S'tu peux. S'tu bois. »

    Hm, ouais, ça fait un sacré paquet de conditions préliminaires.

    « J'ai pas trop voulu répondre avant, j'pense toujours qu'on peut être suivi. Pas moyen de détecter le duo à distance, alors pour peu que y'en ait un qui nous colle aux basques, ça risquerait de salement nous foutre dans la panade. Pour ça aussi qu'on est à l'hôtel et pas chez moi. Dans l'absolu... On a sauvé Hortensia, alors moi, le châtiment des coupables, hein... »

    J'fais tourner mon picrate avant de le goûter : bien tanique, bien pas cher. J'aurais mauvaise grâce de m'en plaindre, mais un homme peut rêver.

    « Le truc, c'est que c'est trop louche, d'avoir voulu changer la version d'Hortensia, vu que c'est plus ou moins l'impression qu'on a, pour qu'elle accuse quelqu'un d'autre. D'un point de vue strictement professionnel, y'a p'tet quelque chose là-dessous qu'il faudrait percer à jour, tu vois ? »

    J'me vide le premier verre, et j'pose le contenant par terre le temps que la morsure relative de l'alcool m'aide à réfléchir.

    « D'un autre côté, d'un point de vue plus personnel, faut bien admettre qu'il nous a mal parlé, et ça... Ca, ça vaut bien qu'on se démène un peu. »

    Des vraies teignes, les officiers républicains, tout le monde le dit. Ben l'est p'tet temps de le montrer à nouveau.

    « Donc ouais, je saurais reconnaître les trois, si on se trouve à proximité, mais pour les retrouver directement... Peut-être qu'avec une métamorphose, on pourrait retourner vers leur QG, je sais pas trop... »

    Mais quand même, y'a un truc qui me chiffonne.

    « Cela dit, Rêve, maintenant qu'Hortensia est sauvée, il te reste quoi, à voir, toi ? J'pensais pas que les démons s'attachaient à... hm... »

    Mes mains aggrippent l'air à la recherche des mots qui s'y trouvent, jusqu'à enfin trouver celui que j'cherche.

    « ... à l'esprit des lois. »
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Rêve
    Rêve
    Messages : 328
    crédits : 171

    Info personnage
    Race: Démon
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1076-reve-le-voyageur-termine
  • Mar 21 Mar - 11:13
    Lorsque le duo invraisemblable pénétra dans la chambre que Pancrace leur avait déniché, Rêve quitta son enveloppe canine dans un tourbillon de plumes noires et se mit à explorer son nouvel environnement en flottant silencieusement dans cet espace un peu trop petit pour accueillir son corps immense. Il semblait plus léger qu'une feuille, malgré sa taille, et ce fut donc d'une simple poussée contre le sol qu'il bondit jusqu'à la fenêtre comme si la gravité n'avait pas d'emprise sur lui. Une fois arrivé, il jeta un bref instant un regard à l'extérieur puis il vint doucement refermer les rideaux pour éviter d'attirer l'attention de mortels trop curieux.

    Pancrace lui indiqua qu'il pouvait partager avec lui l'étrange mixture alcoolisée qu'il avait commandé et la chouette fantasmagorique prit appui sur le mur afin de se projeter lentement en arrière, se stoppant dans sa course juste au dessus du breuvage si gentiment proposé. Ses yeux se posèrent sur le liquide trouble mais ce bref gain d'intérêt fut rapidement balayé par d'autres questions plus pressantes. A l'envers, la bête gigantesque se figea dans le vide tout en observant son compagnon qui malmenait ses méninges en quête de réponses. D'une impulsion magique, Rêve se projeta jusqu'au plafond et serpenta à sa surface pour s'approcher de Pancrace qui, pensivement, ressassait les évènements passés.

    "Les machinations de ces rêveurs me fascinent. J'aimerais pouvoir explorer leurs esprits afin d'en découvrir les rouages."

    A la lueur fébrile des quelques bougies qui illuminaient la pièce, Rêve apparaissait encore et toujours comme ce qu'il était réellement : un mirage, une illusion fiévreuse projetée par l'esprit de ceux qui l'avaient ainsi imaginé. Pancrace lui demanda très justement pour quelle raison il n'avait pas encore abandonné l'épopée, puisque sa douce protégée avait déjà été tirée des griffes de ses ravisseurs et Rêve, sans la moindre once d'hésitation, jeta un regard insistant à son interlocuteur et lui rétorqua :

    "La loi n'est pas une maitresse que je sers. Ce n'est pas à elle que je m'attache, mais à toi."

    Esclave de ses lubies et des fantasmes sur lesquels il voguait, le Voyageur n'était au final qu'un papillon porté d'une lumière à une autre. Hortensia n'avait pas tout à fait quitté son esprit, car chaque rêveur qu'il avait côtoyé devenait éternellement une étoile dans l'immense constellation représentant son existence, cependant les aspirations de Pancrace l'avaient envoutées et étaient devenues, bien plus vite qu'il ne l'aurait cru, sa seule et unique obsession du moment. L'attention de la bête onirique fut détournée lorsqu'une présence inconnue vint toquer à la porte de la chambre. Derrière le bois, une voix étouffée se fit entendre :

    "Tout va bien m'sieur ? Besoin d'autre chose ?"

    Ne laissant pas à Pancrace l'occasion de répondre par lui-même, Rêve usa de magie et le masque de chouette qui ornait son faciès se scinda alors puis vint éclore comme une fleur, dévoilant derrière le visage répliqué à la perfection de l'officier républicain. Lorsque la créature partiellement métamorphosée ouvrit la bouche, ce fut avec la voix imitée de Pancrace qu'elle répondit à la perturbatrice :

    "Tout baigne. Merci."

    Sans un mot, la tenancière s'éloigna et Rêve, aussitôt, laissa son visage redevenir rapidement celui d'un volatile. Il secoua la tête et ses plumes luisantes frémirent tandis qu'une fine poudre illusoire retombait de son enveloppe, s'éteignant dans un infime crépitement magique juste au dessus du visage de l'homme de loi. Faisant suite à cette performation plutôt saisissante en matière de comédie, il expliqua à son vis-à-vis les quelques états d'âme qu'il avait en tête.

    "Je me moque bien de la cruauté apparente du rêveur masqué que nous avons rencontré. J'ai senti la peur en lui. C'est parce qu'il nous craint qu'il ne nous a pas attaqué de front. Toi et moi, nous savons transformer la réalité à notre guise. Ils préfèrent nous savoir loin d'eux, puisqu'ils sont coupables, c'est indéniable..."

    Il passa son bec dans les plumes à la racine de son cou, les ajustant méthodiquement tandis qu'il réfléchissait pour exprimer son point de vue sur ces choses qu'il comprenait à peine. Reportant enfin son attention sur l'officier, il conclut :

    "Mais comment obtenir des preuves irréfutables de leur culpabilité ? De simples aveux ne semblent pas suffire à tes pairs, dans ce jeu curieux qu'est celui de ta civilisation. Un écrit situé dans l'antre de nos ennemis pourrait-il trahir leur implication ?"

    Ces concepts étaient difficiles à assimiler pour lui mais Rêve tentait au mieux d'assister son collaborateur, ce malgré ses lacunes et son immaturité évidentes.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 383
    crédits : 1621

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Mar 28 Mar - 17:56

    Visiblement, ça picole pas, chez les démons. Ou chez les chouettes. J'pense que je manque un peu de données pour établir un avis définitif. Est-ce qu'il faudrait faire des expériences sur les démons, leur faire manger des trucs pour voir si ça les tue ou pas ? Si tant est qu'ils puissent mourir s'ils sont pas réellement vivants, mais j'ai pas encore eu le temps de potasser tous les bouquins que j'ai pu récupérer de Klarion. Et, surtout, ça s'éloigne vachement du sujet actuel.

    « Hm, je vois, on doit réfléchir vachement différemment, même par rapport à quand on est dans le monde des rêves, j'suppose. En tout cas, les règles sont plus du tout les mêmes, si j'en crois mon humble expérience, et ça ouvre la voie à des émotions ou des pulsions qui sont totalement absentes ensuite dans le... réel. »

    J'm'attarde pas sur ce qu'il serait prêt à faire pour avoir ces informations, mais difficile de pas se rappeler le sort pas très enviable que les autres mafieux ont connu, entre ceux qui sont morts et ceux qui sont devenus des légumes. Ouais, nan, rester méfiant pour pas se retrouver dans cette situation, et pas oublier à quel point mon compagnon de fortune est alien.

    Puis comme il le dit si bien, si c'est à moi qu'il est rattaché, il voudra p'tet pas me gober le cervelet et l'âme... si ? J'essaie de masquer mon inconfort en reprenant une liche de vin, puis j'laisse tomber le verre pour attraper la bouteille directement. De toute façon, il a pas l'air chaud, alors autant que je me fasse plaisir sans m'emmerder.

    J'manque d'avaler de travers quand il m'imite, même si j'ai pas l'impression d'entendre ma voix. Mais ça marche pour la patronne, et j'sais qu'on s'entend jamais comme les autres nous écoutent, alors c'est p'tet ça... Bah, au stade où j'en suis, faut pas se focaliser là-dessus, y'a bien pire et plus pressant.

    « Oh, c'est sûr qu'ils sont coupables, sinon ils auraient pas payé : le dérangement potentiel valait pas autant, c'est certain. Et la peur... J'pense honnêtement qu'elle vient de toi. Moi, au mieux, j'suis qu'un brave gars comme on en perd tant. Certes, j'suis remonté jusqu'à eux, mais ça fait pas de moi un danger pour les mercenaires des Cloches d'Argent. »

    J'l'observe faire sa toilette, et j'me demande si le mieux serait quand même pas d'oublier cette histoire et disparaître avec la belle bourse en poche. Mais l'autre démon, là, il serait foutu de me retrouver au moment où je m'y attends le moins et bouffer mon âme. J'ai pas envie de passer le reste de ma vie à regarder par-dessus mon épaule.

    Alors que si on s'occupe des mercenaires, ça sera jamais que des gens qui voudront ma peau, et ça, j'ai davantage l'habitude.

    Puis, merde, ils m'ont mal parlé.

    « Ouais, un écrit, ou un témoignage. L'écrit, j'y crois pas trop, surtout pour un contrat un peu limite du point de vue de la loi comme on est actuellement. Nan, le plus simple, ça serait juste de trouver le gus, de lui casser la gueule... gentiment, hein ? On bouffe pas son âme et on le transforme pas en chou kale ? Bref, le retrouver et l'amener au poste. Là, ses potes pourront bien faire les malins, ça leur coûtera autrement plus cher de mettre un terme à tout ça. »

    Le plus probable, de toute façon, c'est qu'ils se désolidariseraient de toutes ses actions, et p'tet qu'ils chercheraient vachement à me crever, mais encore faudrait-il qu'ils me trouvent. Et en parlant de trouver...

    « T'as pas un moyen de retrouver notre loustic, d'ailleurs ? En passant par les rêves ou quelque chose comme ça... Pasque moi, j'me vois pas retourner rôder vers chez eux tout de suite... Encore qu'avec une métamorphose, y'a le risque du senseur magique, c'est surtout ça qui m'inquiète pour être tout à fait honnête. »

    Mais au pire, on utilisera ça, et on se fera discret, genre en passant par les toits ou quoi. Les moyens sont pas forcément ce qui manque, mais si y'en avait un simple et qui marchait bien, ça serait rudement mieux.

    Putain, mais dans quoi j'm'embarque, n'empêche...
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Rêve
    Rêve
    Messages : 328
    crédits : 171

    Info personnage
    Race: Démon
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1076-reve-le-voyageur-termine
  • Ven 7 Avr - 4:21
    A chaque évocation de la perte de ses capacités, le prince des songes semblait pour le moins irrité, pour ne pas dire profondément attristé. Ecartant son regard de Pancrace, Rêve profita de son état d'apesanteur et donna une légère impulsion à son corps pour flotter doucement jusqu'à la fenêtre que masquait le rideau. De ses griffes, il écarta légèrement le tissu afin de pouvoir jeter un œil à la beauté de cette cité maintenue en éveil malgré la noirceur de la nuit puis il reprit la parole d'un ton véritablement las, à deux doigts qu'il était de laisser échapper un mélancolique soupir :

    "Non, j'ai peur d'avoir perdu ce pouvoir. J'ai aujourd'hui bien plus d'emprise sur le réel que sur mon propre domaine, Pancrace... Du plan onirique, je n'ai conservé qu'une infime partie de mes aptitudes."

    Sa tête pivota à nouveau sur le côté et ses yeux scrutèrent un instant le rêveur auquel il s'était allié. Malgré la tristesse de sa nouvelle condition, il y avait du bon à pouvoir ainsi partager la quête d'un mortel au delà du voile du Songe. Rêve avait encore bien du mal à définir si son ascension dans le monde matériel était un fléau ou plutôt une bénédiction déguisée car il entretenait encore à ce sujet des sentiments très partagés. Plutôt que de sombrer dans une énumération des choses qu'il était désormais incapable d'accomplir, le Démon préféra s'illustrer par ses talents indiscutables. Les ailes de la créature effectuèrent un grand mouvement et son corps énorme se tourna sur lui-même. Ce faisant, il devint invisible et reprit la parole une fois au centre de la pièce :

    "Ne te dénigre pas, cher rêveur. Tu es toi-même un illusionniste hors-pair ainsi qu'un mage remarquable et tes facultés d'analyse nous ont déjà mené bien loin dans la recherche de la vérité."

    Ce ne fut qu'après avoir offert ces compliments que Rêve se remanifesta dans les airs, la tête en bas cette fois-ci. Le prince n'avait pas pour habitude de se creuser la tête de la sorte mais la situation impliquait pour lui de se prêter à un exercice extraordinaire car il devait tenter de comprendre les rouages d'une loi qu'il découvrait tout juste afin de mener à bien cet objectif qu'il aurait traité bien différemment, s'il se l'était imposé de lui-même. Afin de satisfaire les besoins de Pancrace, il était pourtant nécessaire de se plier aux obligations curieuses et furieusement contradictoires que dictaient sa profession.

    Pancrace avait d'ailleurs rappelé une fois encore que briser l'esprit de leurs cibles était maintenant hors de question. Rêve ne se formalisait pas, sachant à quel point son jugement s'était avéré pauvre lors de ces situations, mais cette nouvelle condition complexifiait grandement l'approche des nouvelles altercations. Il y en aurait, à n'en pas douter, car aucun membre du duo atypique n'avait su trouver une méthode pour se simplifier la tâche. Ce fut donc en dépit d'alternative que Rêve conclut en adoptant un ton dans lequel se lisait une vague déception :

    "Faisons donc appel à nos capacités en matière de métamorphose, dans ce cas. C'est bien là notre seule carte fiable. Pour l'heure, je veillerai sur ton sommeil."

    Il y avait sans doute chez Pancrace une certaine angoisse à l'idée de s'exposer ainsi à la bête démoniaque dans une telle position de faiblesse. Sans compter bien sûr qu'elle avait évoqué, à de très nombreuses reprises, son affinité toute particulière avec le domaine des songes. Rêve était-il capable, au contraire de ses propres dires, de s'immiscer dans le crâne de ceux qui se laissaient aller face à la fatigue ? N'évoquant pas les potentielles inquiétudes de son compagnon, Rêve se contenta de se fondre dans l'obscurité de la pièce et posa ses yeux sur le mince interstice par lequel il pouvait observer l'extérieur derrière le rideau et s'imposa alors en imperturbable sentinelle, garantissant la sécurité de son collaborateur du jour en véritable sentinelle nocturne.

    La bête ne sut pas réellement si Pancrace s'était totalement endormi, durant cette courte nuitée et, de toute manière, ils n'en firent nullement état lorsque vint l'heure de quitter le confort de la petite chambre au profit d'un projet bien plus endiablé. Alors même que se profilaient les premiers rayons d'un timide soleil, l'homme au service de la loi se redressa et se contenta de rassembler ses affaires tandis que son compagnon curieux, quant à lui, usait à nouveau de sa magie afin de reprendre son déguisement de chien, qui semblait être devenu pour lui une seconde peau, tant il l'avait porté depuis sa rencontre avec son camarade d'enquête.

    Sans plus de cérémonie, Rêve descendit quatre à quatre les marches de l'escalier, gratifia la tenancière d'une salutation muette, puis il s'éclipsa en repoussant la porte d'entrée à l'aide de son museau. Assis sur le sol frais, il patienta un moment en inspectant les environs et fut bien vite rejoint par Pancrace, qui avait probablement pris un peu de temps supplémentaire afin de régler quelques détails mineurs que le Voyageur ne prenait pas réellement la peine de comprendre. Lorsqu'ils furent réunis, la créature fit passer à l'officier un message par télépathie :

    "Sommes-nous prêts, Pancrace ?"

    Après la confirmation de l'intéressé, ils se mirent en route et si la situation semblait se prêter à un certain gain de nervosité, Rêve paraissait quant à lui parfaitement tranquille, voir même relativement enjoué à l'idée de se livrer à une nouvelle aventure en compagnie du militaire. Une fois rapproché de leur objectif, l'intéressé fit d'ailleurs signe à Rêve qu'il était temps de revêtir une nouvelle enveloppe, son apparence de canidé étant déjà connu de leurs potentiels adversaires. Ni une ni deux, la chimère obtempéra en profitant de l'ombre d'une ruelle étroite afin de passer d'un camouflage à l'autre, se transformant cette fois-ci en gros chat noir aux yeux orangés. Rêve tourna la tête et découvrit, non sans stupeur, qu'il avait été imité dans cette manœuvre par son allié. De sa gueule entrouverte, il prononça quelques mots avec amusement :

    "Je n'aurais pas cru que tu saurais t'adapter à une telle enveloppe. Certains rêveurs sont véritablement impressionnants."

    Suite à quoi, les deux félins entreprirent d'escalader l'un des bâtiments les plus proches. Rêve étant particulièrement habitué à l'exercice, il n'eut aucun mal à atteindre la toiture et s'offrit ainsi le luxe d'une vue d'ensemble sur le quartier général de leurs ennemis qui, étonnamment, n'avait rien de la bicoque mal famée que s'imaginait Rêve. Décoré avec noblesse et bon goût, l'établissement avait tout du siège d'une guilde honnête et particulièrement riche. Evidemment, le regard perçant de la chimère ne parvint pas à identifier de suite les cibles d'intérêt, aussi il s'en remit à l'esprit d'enquêteur de son compère :

    "Vois-tu quelque chose d'intéressant, mon ami ? Je ne sais pas quoi chercher..."
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 383
    crédits : 1621

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Lun 17 Avr - 11:29

    Sale nuit. P'tet que se réveiller toutes les dix minutes la peur au ventre de trouver un piaf géant en train de boire mon âme constitue pas une situation préalable à un sommeil sain et réparateur. Mais il s'est passé queutchi, et il est resté immobile à fixer l'extérieur, aux aguets, ce qui me fait juste me sentir bien con. Et fatigué. Surtout fatigué.

    On s'pointe à proximité des lieux qui nous intéressent, et la transformation en chat prend pas bien longtemps. On savait qu'il avait une enveloppe charnelle un peu souple, mais j'avais pas encore fait étalage de mes capacités de métamorphoses, qui me sont fréquemment utiles pour entrer là où j'devrais pas, que ce soit pour des infiltrations ou des soirées privées auxquelles j'suis pas invité.

    Hé, on s'amuse comme on peut, et les p'tits fours sont bien meilleurs.

    Enfin, le chat, j'le fais pas tous les jours, donc j'suis un chemin un brin différent de celui de Rêve. Plus sûr et plus simple, globalement, j'évite les sauts trop tendus entre les façades des bâtiments, me fiant davantage à l'instinct de ma nouvelle forme pour grimper jusqu'à le rejoindre sur un toit surplombant une cour intérieure entretenue avec goût et pognon. Le p'tit jardin avec ses bancs et sa véranda doit servir de lieu de détente central, et les chemins latéraux sont protégés des intempéries par un plafond qui nous empêche de voir dessous.

    « Rien de particulier, mais on doit pouvoir se balader. On va plutôt essayer de trouver notre mercenaire-sorcier, et on avisera à partir de là ? »

    De toute façon, on trouvera pas un joli papier encadré avec écrit "On va bien niquer le bulbe rachidien du seul témoin pour la faire accuser à tort la mauvaise personne" alors faut bien qu'on trouve un autre moyen. En plus, au-delà dee l'outil qu'a été utilisé, j'suis quand même curieux du commanditaire. C'est pas un mercenaire qui s'est levé un beau matin en se disant qu'il allait foutre le boxon, et j'suis sûr que mes chefs seraient pas désintéressés d'en savoir un peu plus sur le double-fond de l'affaire.

    On descend tranquillement le long de la paroi, en prenant appui sur le rebord des fenêtres, puis les branches du chêne qui trône fièrement au milieu de la cour. On nous adresse pas plus d'un regard, si ce n'est une femme d'âge mûr qui s'arrête pour me caresser. J'pousse un ronronnement et j'donne un coup de tête avant de filer plus loin. Elle est contente, je suis content, tout le monde il est content.

    P'tet que j'gagnerais à me transformer plus souvent en chat.

    Ahem.

    On trouve un couloir, mais les portes intéressantes sont toutes fermées, et on peut pas vraiment sauter sur les poignées pour les ouvrir, ou attendre à côté que quelqu'un ouvre. Et, surtout, j'ai pleinement conscience que si quelqu'un d'utiliser une magie de sensibilité pour s'assurer qu'on est bien des chats, le déguisement tiendra pas une seconde. A partir de là, vaut mieux rester en mouvement pour avoir l'air discret.

    J'pousse un miaulement en voyant une fenêtre ouverte à l'étage, et voilà qu'on grimpe à nouveau dans l'arbre, à la force de nos griffes et nos patounes. Le saut est un peu difficile mais le corps suffisamment athlétique et bien calibré pour pas poser problème, et on se retrouve dans ce qui est manifestement une salle de pause, avec une série de chaises posées autour d'une table, avec des fruits et du pain à disposition. Un genre de réchaud dans le coin s'assure que la température baisse pas trop et qu'on puisse utiliser la bouilloire au besoin.

    Finalement, c'est là qu'on trouve notre homme, avec une collègue à lui, en train de prendre son café du matin. Vrai que j'ferais bien pareil, ça me ferait du bien. On va renifler les pommes avant de s'en détourner, et elle nous pousse de la table, mais on continue de tourner autour des chaises et à se frotter contre leurs jambes. A la réflexion, j'me sens un peu sale, mais c'est pour la couverture.

    A noter que leur conversation n'a strictement aucun intérêt, donc on est soulagé quand elle s'arrête enfin, et que notre cible repart dans les couloirs, nous laissant seuls dans la pièce, allongés dans un coin sur un rayon de soleil. On échange un regard, avec Rêve, et j'me remets en forme humaine, serait-ce que pour pouvoir ouvrir les portes.

    Quand on entre derrière notre gus dans une pièce qu'est manifestement sa piaule, il lève les yeux d'un air surpris avec un commentaire acerbe dans le rictus de sa bouche, mais il est interrompu par mon panard dans sa gueule. Rêve est redevenu son lui habituel, il nous faut pas longtemps pour le saucissonner sur son lit et le menacer d'un couteau pour lui faire comprendre qu'on est pas là pour jouer de l'ophicléide.

    « Coucou, c'est toujours nous, que j'chuchotte. On va jouer à un jeu. Je pose une question, tu réponds, et mon démon te bouffe pas l'âme par petits morceaux. D'accord ? »

    Il hoche pas la tête, et j'sens sa magie prendre forme. Le doigt que j'lui colle dans l'oeil fait vaciller sa concentration.

    « Je saurai si t'incantes quoi que ce soit. Tu veux vivre sans quelle partie du corps ? Les mirettes ? Les genoux ? Les doigts ? Les... couilles ? »

    Franchement, c'est la menace qui marche le mieux en général, et à voir son air d'assentiment, j'me dis que j'ai tapé juste.

    « Nickel. On veut juste le client qui a demandé de manipuler le cerveau d'Hortensia. »

    Il fait la grimace.

    Moi aussi.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Rêve
    Rêve
    Messages : 328
    crédits : 171

    Info personnage
    Race: Démon
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1076-reve-le-voyageur-termine
  • Ven 21 Avr - 11:52
    D'une inoffensive paire de chats un peu trop curieux, le duo aux rouages désormais bien huilés était instantanément redevenu cette équipe ravageuse qui avait semé un innommable chaos dans les affaires du malfrat interpelé précédemment. Lorsqu'ils firent face à l'homme qu'ils cherchaient, ce fut la botte de Pancrace que rencontra le brigand et Rêve vint fondre sur lui dans un ouragan de plumes et de serres pour l'empêcher de riposter d'une manière ou d'une autre. Une fois leur proie ligotée, les deux infiltrés se lancèrent dans leur interrogatoire. L'entité démoniaque laissa faire l'homme de loi et même si elle se garda bien d'effectuer tout commentaire, elle fut pour le moins troublée par la méthode relativement barbare qu'employait Pancrace lorsqu'il posait ses questions. Le Gardien des Songes ne s'était définitivement pas lié à un enfant de chœur mais savait reconnaître à cette brutalité de nombreux avantages. Affichant un air faussement résolu, l'individu ligoté rétorqua après un moment d'hésitation :

    "C'est bon, c'est bon. Vous m'avez eu, je vais tout vous dire. M'enfin très franchement, c'est pas dans votre intérêt. Même avec mes révélations, vous ne pourrez rien prouver. Ca vous mène pas loin de m'agresser ainsi, j'irai même jusqu'à dire que c'est vous que ça fout dans la mouise, officier."

    Les deux assaillants ne répondirent pas et le cou du volatile géant qui s'était posté derrière le militaire vint légèrement s'étendre, ce afin d'obtenir un meilleur angle de vue sur le visage de leur vis-à-vis. La crapule accorda un regard en biais à cette bête mythique et se dit alors qu'il était infiniment étrange de voir une telle créature de fantaisie se tenir au dessus de lui dans cette chambre tout à fait réelle. Il était encore loin de se douter cependant à quel point cette chouette colossale pouvait le surprendre. Tâchant d'ignorer du mieux qu'il pouvait les yeux hypnotiques de la fameuse chimère, il oublia momentanément la menace très directe qui planait sur ses parties intimes et tâcha par habitude de reprendre le contrôle de la situation, malgré sa position pour le moins désavantageuse :

    "Ecoutez... j'ai bien compris à quel point vous vouliez aller au bout de l'affaire, même si j'ignore pourquoi. Je vous le répète, l'histoire vous dépasse et..."

    Un vrombissement abject s'insinua brusquement dans l'esprit du voyou et un souffle glacial vint frapper l'arrière du crâne de Pancrace, interrompant le discours du voyou et contraignant son faciès à une expression de profonde terreur. Alors que des larmes se formaient au coin des yeux du captif et que sa mâchoire se serrait brutalement sous le coup de la douleur, des voix obscures émanèrent de la créature démoniaque et un ordre formulé sèchement résonna subitement dans la pièce :

    "Le nom."

    "Vellelf Linemas."

    Une seconde plus tard, le bourdonnement cessa et le démon retrouva son masque de volatile. Attentif aux directives de son camarade, Rêve avait pris soin de ne maintenir son attaque mentale que pour endolorir et terroriser sa proie sans causer de dégât irréversible sur sa psyché. Haletant et à deux doigts de sangloter, l'homme qui avait eu l'audace de les menacer un jour plus tôt avait désormais tout l'air d'un enfant effrayé et évitait tant bien que mal le regard pénétrant du cauchemar ambulant qui venait de le forcer à avouer l'identité du commanditaire. Lorsque les griffes de l'entité s'approchèrent de la tête du malheureux, ce dernier tenta d'esquisser un mouvement de recul mais ses liens l'en empêchèrent. Les serres se refermèrent malgré tout sur son front et la main du monstre le repoussa, le plaquant ainsi contre son lit pour le forcer à se tenir tranquille. Tout en le maintenant en place, Rêve s'adressa finalement à Pancrace :

    "Cela t'évoque quelque chose ?"

    Avant qu'une réponse ne puisse venir, on toqua à la porte et Rêve prit à la hâte une décision pour s'éviter un nouveau conflit. N'accordant qu'un bref regard à Pancrace pour se faire comprendre, il agrippa son camarade entre ses griffes et donna à la fenêtre un puissant coup de queue. Le verre explosa aussitôt dans un fracas brutal et l'oiseau immense déploya ses ailes avant de bondir à travers l'ouverture sans prendre le temps de demander l'avis de son collaborateur. Rêve effectua une vrille aérienne et à l'issue de celle-ci, son compagnon et lui-même disparurent dans les airs tandis qu'accouraient des secours dans la pièce où se trouvait le mercenaire ligoté.

    Invisible à l'œil nu, les deux enquêteurs atypiques disparurent par la voie des cieux et après quelques minutes à s'éloigner du point dangereux, Rêve réapparut dans un léger crépitement magique tout en atterrissant doucement sur une toiture plate de l'une des vertigineuses bâtisses de la cité. Désormais en sécurité, il laissa Pancrace quitter ses bras et réalisa seulement qu'une telle aventure risquait de l'avoir secoué. Tout en cherchant à décrypter le ressenti de l'officier en tentant d'accrocher son regard, il lui glissa d'un air passablement inquiet :

    "Tout va bien ?"
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 383
    crédits : 1621

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Sam 29 Avr - 12:04

    Même pas le temps de digérer le nom du commanditaire que j'me retrouve à travers la fenêtre, à chuter pendant une seconde qui semble en durer vingt, puis à me sentir bringuebaler dans les airs. Même si Rêve me tient, j'me cramponne de mon côté à ses serres, des fois que ses doigts de pieds se sentent un peu plus faibles ou aient une crampe. Un piaf, ça a des griffes solides, mais j'suis pas du genre à prendre des risques, hein ?

    Posés sur le toit, sans plus de protection magique, hors de vue et de portée de nos éventuels poursuivants, j'reprends mon souffle et mes esprits, j'étire mes doigts un peu gourds et j'jette un coup d'oeil en bas, et c'est bien loin. Y'a une trappe sur le toit, de toute façon, ou alors je ferai une téléportation directement en bas, peu importe. En tout cas, j'ai pas prévu de m'envoler à nouveau avec Rêve, même s'il s'agirait que de planer jusqu'en bas.

    « Ca va, ça va, j'ai juste été surpris mais... bien joué, de nous avoir sorti de là aussi vite. Pas l'habitude de voler, faut dire. »

    Puis j'repense au nom que notre mercenaire a lâché avant qu'on s'échappe. Me faut un moment pour que ça revienne, pasque j'cherchais d'abord dans les mauvais tiroirs de mes souvenirs : ceux qui contiennent tout ce que le pays fait de mafieux, chefs de gangs, et autres criminels un peu en vue. Comme j'trouve rien, j'élargis un peu, et ça me revient.

    « Vellelf Linemas, c'est un sénateur démocrate. Il a quelques affaires au cul, rien de particulier pour un élu de la République, cela dit. Par contre, ça pose des gros soucis pour la suite des événements, d'une certaine façon. »

    J'ai comme l'impression que Rêve va pas bien comprendre en quoi ça pose un énorme problème, que d'avoir un des gars les plus puissants du pays qu'était à l'origine de cette affaire d'arnaque multiple. Et qui est, d'une certaine façon, un de mes employeurs. Alors après, on peut mégoter que je suis au service du peuple, machin tout ça, mais s'il me prend en grippe, il lui faudra pas plus de quelques mots pour que les emmerdes commencent, genre mise à pied, renvoi, ou pire. Et c'est pas mes huiles à moi qui vont me défendre, j'me leurre pas trop là-dessus.

    « C'est quelqu'un de très puissant, comme le père de la fille qu'est morte et dont Hortensia était la seule témoin. Si c'est lui qu'a demandé au mercenaire de changer les souvenirs d'Hortensia, c'est qu'il est probablement mêlé, de près ou de loin, à l'homicide. Ou alors c'est du simple opportunisme pour effacer un gang, mais il aurait pas besoin de ça, je pense, sauf si ça peut affaiblir des soutiens cachés d'un rival, mais... »

    J'lutte en pleine hésitation, on atteint un peu des sphères qui me dépassent, pour être tout à fait honnête, et j'sais pas trop par quel bout prendre la suite de cette affaire. J'pousse un long soupir.

    « Pour pas mentir, je sais pas trop si je veux continuer à creuser. Autant, un gang un peu miteux, un mercenaire sorcier d'une bande un peu mineure, ça restait gérable, autant un sénateur, j'ai peur de pas parvenir, d'une part, à avancer tout court, et d'autre part, à y survivre. Y'a trop de prises pour qu'il se débarrasse de moi, trop de pouvoir de nuisance. J'fais pas le poids, quoi. »

    Le constat pourrait sonner amer ou déçu chez quelqu'un d'autre, il est juste froidement analytique chez moi. On vit pas dans le même monde, et y'a pas de honte à l'accepter et l'assumer. Tout comme le boucher va pas devenir maire de Liberty, l'officier républicain tout seul, même accompagné d'un démon onirique, va pas faire tomber un ponte de la République.

    « A ce stade, le mieux qu'on puisse faire, c'est laisser tomber, quoique... »

    Une idée me vient soudain. Certes, on fait pas le poids, mais on a toutes les raisons du monde de contacter justement quelqu'un qui le fait, et qui serait p'tet même en mesure de couvrir nos arrières, tant que ça déborde pas trop. J'fais les cent pas sur les tuiles glissantes du toit en claquant des doigts à mesure que les éléments s'emboîte.

    « On doit pouvoir refiler l'info au père de la morte, ça lui fera sûrement plaisir, et si on la joue fine, il nous sacrifiera p'tet pas salement... »

    Y'aura p'tet même une récompense à la clé, et je suis pas du genre à cracher dans la soupe.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Rêve
    Rêve
    Messages : 328
    crédits : 171

    Info personnage
    Race: Démon
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1076-reve-le-voyageur-termine
  • Dim 16 Juil - 4:49
    La bête immense s'ébroua comme l'aurait fait un chien afin de débarrasser son plumage des bris de verres qui s'y étaient nichés, mais découvrit bien vite qu'une expédition méticuleuse menée à grands coups de becs était en vérité la seule solution pour se débarrasser entièrement de tous les débris qui s'étaient logés dans les recoins de son corps malheureusement trop colossal pour être aisément nettoyé. Passablement dérangé, mais pas au point d'interrompre la conversation toutefois, Rêve se mit donc à picorer ses propres plumes pour les lustrer une par une, tout en usant de ses talents afin de répondre mentalement à son compagnon lorsque ce dernier identifia en quelques mots le fameux Vellelf :

    "Puissant en quel sens et à quel point ? Est-il capable de se soustraire aux rouages de la justice pour maintenir sa position dans l'échiquier de ta civilisation malgré les déconvenues ?"

    La suite du discours confirma sans mal cet état de fait. Rêve se savait lui-même puissant, selon des termes qu'il comprenait en revanche mieux, mais la notion de ce qu'était la force dans une société qui lui était plus ou moins étrangère lui semblait pour l'heure difficilement compréhensible. Il était cependant à même de réaliser que les craintes de son collaborateur étaient sans doute fondées et qu'il valait mieux éviter de prendre davantage de risques inconsidérés. Le Démon qu'il était ne s'inquiétait nullement des machinations politiques de ces rêveurs corrompus, mais il craignait de voir son nouvel allié devenir une cible pour eux. Fidèle à lui-même, Pancrace exprimait à chaque occasion son envie de retourner à la tranquillité et de s'éviter tout tracas superflu. Rêve doutait lourdement de la parole de l'officier à ce sujet, mais tâcha de ne pas le faire remarquer de façon trop véhémente. Enfin apprêté, il entrouvrit son bec et reprit oralement :

    "Je ne fais que t'accompagner dans ta quête, Pancrace. Si tu ne souhaites pas l'entreprendre jusqu'à son terme, je ne t'y forcerai pas."

    Il y avait dans ses mots et dans son ton une tranquillité qui n'évoquait ni frustration ni déception. Etrangement neutre malgré la violence des récents évènements, Rêve s'était impliqué dans cette affaire par pure lubie mais sa curiosité fugace n'était entretenue que par la volonté du rêveur auquel il s'était attaché par la force des choses. C'était pour Pancrace qu'il s'était adonné temporairement à ce jeu mystérieux qu'était celui de la justice et du crime et s'en sortir brusquement ne l'affectait que très peu. L'enquêteur n'avait visiblement pas dit son dernier mot, en définitive, car une nouvelle idée lui vint et Rêve l'accueillit joyeusement, mais la conclusion lui parut toutefois bien curieuse :

    "Nous sacrifier pour lui avoir porté une vérité dure à entendre ? J'avoue ne pas comprendre, cher rêveur."
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 383
    crédits : 1621

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Dim 30 Juil - 10:53

    Marrant, et dérangeant à la fois, de le voir se nettoyer avec le même maniérisme qu'un oiseau plus classique. Est-ce que c'est la forme qui fournit le carcan et l'attitude, ou est-ce que la nature d'un démon des rêves est intrinsèquement proche de celle d'un oiseau ? Est-ce que, du coup, les autres démons ont aussi des équivalents physiques dont ils sont plus proches, et qui les façonnent au moment où ils naissent ?

    Faut que j'arrête de lire des bouquins intelligents de Magic, moi, ça me réussit pas.

    « Ben justement, c'est quoi, le bout de la quête ? Pasque si pour chaque crime, faut remonter au commanditaire et le faire payer, on n'est pas arrivé. »

    J'sais que je réfléchis à voix haute, et qu'il se contente de m'observer et m'écouter. J'me demande si j'suis pas un genre de sujet d'expérimentation pour une créature pluri-millénaire qui occupe son quotidien en regardant les égarements des mortels. Pensée pas particulièrement joyeuse, mais j'me rends compte que j'ai diablement du mal à me défaire d'une forme de méfiance atavique envers lui. Trop différent, pas que physiquement. Trop... autre ?

    « Ce qui pourrait nous arriver de négatif, ben je sais pas. Je sais pas trop comment ces gens réfléchissent, ils sont dans un autre monde, de pouvoir, d'influence, de richesses matérielles. J'm'en méfie salement. On pourrait être utilisés comme un simple outil pour qu'il règle ses comptes avec l'autre, être pris en tenailles entre les deux... »

    Et autant Rêve doit pouvoir disparaître au débotté sans trop de difficultés, autant, moi, les tatouages, j'pense que ça m'irait pas terrible. Sans même parler du sarouel et des diabolos de Shoumeï. Donc, l'un dans l'autre, on est remonté jusqu'à ce qu'on a pu, on va p'tet signaler le bouzin, et tirer subtilement notre révérence, en espérant que la merde vienne pas se coller dans nos bottes.

    « J'pense que je vais écrire une lettre avec toutes les informations, vu qu'on a aucune preuve. A partir de là, le sénateur verra ce qu'il veut faire. P'tet que ça déclenchera une bataille entre tous les tueurs à gages du pays, pour ce que j'en ai à foutre. Mais j'ai pas envie de me brûler les ailes... -jeu de mot intentionnel, hé- pour une gonzesse cannée et son richou de daron. »

    J'ai la désagréable impression d'argumenter davantage pour me convaincre moi-même tandis qu'il me jette des coups d'oeil de loin en loin en inspectant son plumage. J'me sens même prêt à abandonner une éventuelle récompense pour laisser tout ça derrière moi, à la réflexion. De toute façon, la nana, elle est morte, et sa copine a survécu. Y'a un sillage de vie brisées à observer, et le coupable sera sûrement jamais inquiété. En tout cas, il finira probablement jamais devant un juge, et j'vais pas aller m'en charger à la place de la loi. C'est une pente trop dangereuse, et j'me sens de toute façon pas assez investi pour ça.

    « J'vais écrire une lettre et la faire livrer chez le politicard, il en fera ce qu'il veut. Y'a pas de preuve mais y'aura le détail de ce qu'on a trouvé. Il verra bien ce qu'il en fait, c'est plus notre problème à partir de là, on aura fait de notre mieux et il aura son coupable. Pour ce qui est de la punition, humaine, divine, karmique, ceux qui se sentent concernés s'en chargeront. »

    Un bon compromis. Pas dit que je dorme bien cette nuit, mais ça se tassera.

    Puis mes pensées reviennent à un peu plus tôt.

    « Mais du coup, Rêve, pourquoi ? Au début, je pensais que c'était pour Hortensia. Mais elle est sortie d'affaire, et t'es resté avec moi. C'est quoi la suite ? C'est quoi, l'avant, d'ailleurs ? Désolé, les entités démoniaques, c'est pas ma spécialité. Et... pourquoi cette forme ? »

    Ouais, bon, la dernière question est vachement plus prosaïque que les précédentes, mais j'ai envie de gratter sous les plumes. Et le voile de la nuit percé de quelques étoiles semble constituer un bon cadre pour ça, perchés sur le toit d'un immeuble au milieu d'une mer de brume naissante.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Rêve
    Rêve
    Messages : 328
    crédits : 171

    Info personnage
    Race: Démon
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1076-reve-le-voyageur-termine
  • Dim 30 Juil - 17:48
    Lorsque Pancrace expliqua au prince qu'il se sentait capable de se désolidariser de cette aventure en se contentant d'envoyer au père une lettre à la provenance tenue au silence, Rêve se contenta de l'observer avec un intérêt renouvelé. Quel curieux personnage que cet officier capable de prendre tous les risques en s'infiltrant dans la demeure d'un ennemi assuré; et pourtant trop humble pour souhaiter s'attirer les mérites et la gloire d'une tâche rondement accomplie. Un homme tapi dans les ombres, œuvrant pour le bien commun jour et nuit en véritable héros de conte tout en se persuadant de n'être qu'un grain de sable porté par le vent. Rêve savait cette version des faits passablement déformée mais s'en contentait bien, pour le moment.

    "Une lettre, donc ? Très bien. C'est un choix raisonnable."

    Pourquoi émettre un jugement de valeur sur ce qu'il ne comprenait qu'à peine, de toute manière. L'enquêteur et son acolyte issu d'un autre monde en avaient sans doute bien assez fait et maintenant qu'Hortensia avait été tirée des griffes de ses tortionnaires, l'accord entre les deux compagnons touchait naturellement à son terme. Si la logique du républicain lui dictait de ne pas s'empêtrer davantage dans cette affaire alors le Voyageur, en bon reflet de l'humanité, n'allait pas l'y contraindre car le rêve de Pancrace, lui, était ailleurs. La tranquillité de l'instant semblant s'y prêter, l'humain intrigué par son obscur compagnon décida qu'il était temps de le questionner pour de bon.

    Rêve cessa sa toilette, accordant à son interlocuteur sa plus entière attention. Les yeux changeaient l'observaient, perçants et illisibles tandis que la tête immense, à la façon d'une horloge devenue folle, pivotait par saccade dans des mouvements erratiques. Rêve avait naturellement tendance à écourter les présentations, du moins le concernant, car il voyait un intérêt bien plus grand à découvrir autrui qu'à se livrer inutilement sur ses aspirations qui, en définitive, étaient relativement aisées à concevoir ainsi qu'à développer. Il consentit, sur le ton de l'amusement, à apporter un premier élément de réponse :

    "Ne t'ai-je pas déjà dit que je ressentais pour tes pairs et toi une infinie curiosité ? C'est par affection que je t'ai suivi, en premier lieu, car tu es un être particulièrement atypique, Pancrace."

    Après tant de péripéties, le prince estima tout de même que son rêveur favori du moment méritait bien plus qu'une aussi maigre compensation pour assouvir sa curiosité. Au fil du temps, il avait lentement entrepris de déchiffrer Pancrace par ses mots, ses gestes et ses actions et considérait désormais qu'un discours grandiloquent ou qu'une explication brumeuse ne lui conviendrait pas. Bien que cela ne fut pas tout à fait en adéquation avec les usages de la bête onirique, il tâcha donc d'offrir, exceptionnellement, une approche plus concrète :

    "Tu m'inspires, cher rêveur. Je vogue d'une quête à l'autre, non pas par amour du danger et de l'exploration mais par souhait d'en apprendre davantage sur les aventuriers eux-mêmes. Je ne t'ai pas menti : je suis le gardien des songes, incarnant souhait, désirs et espoirs. Laisse-moi te faire découvrir mon domaine..."

    Les ailes se déployèrent, la bête recula d'un pas et subitement, les immenses voilures faites de plumage étincelant projetèrent d'un seul coup une bourrasque semblant contenir du sable doré. Le tourbillon informe, minuscule mais splendide, se déforma lentement pour structurer finalement un anneau parfait dans lequel apparurent les images que souhaitaient dévoiler le prince à son nouvel ami.

    Dans ce cercle illusoire, ils virent d'abord des cieux peuplés d'arbres millénaires qui prenaient racine sur des nuages violacés ou encore des rivières s'écoulant à l'envers et dont les dernières gouttes se changeaient en oiseaux. Les feuilles les plus basses tombaient doucement et certaines se muaient parfois en immenses papillons descendant jusqu'à des contrées oniriques et si invraisemblables. Ils virent un bateau portant sur son pont animaux et humains, chacun s'affairant à arranger la voilure afin de capter au mieux des courants colorés. Sous l'embarcation, la vision confuse d'une silhouette titanesque se manifesta et les spectateurs distinguèrent alors qu'il s'agissait d'un dragon aussi long que Courage était grande. Le cercle halluciné s'estompa au passage une brise et la vision invraisemblable disparut dans le vent. Rêve leva ses yeux, chercha à capter le regard de Pancrace puis reprit :

    "C'est d'ici que je viens, Pancrace."

    Puis, se redressant de toute sa hauteur en repliant ses ailes dans son dos, il conclut :

    "Quant à l'apparence que j'arbore sur le plan matériel, il s'agit d'un cadeau. Lorsque j'ai été extrait du tissu du Songe, j'ai été transformé par ce voyage. Cette enveloppe a été sculptée par un être puissant, un confrère capable de donner substance à ce qui n'en a pas. Je suis certes métamorphe mais j'arbore donc avec fierté cette offrande."

    Après une brève pause, il s'affaissa sur lui-même pour se remettre au niveau de son vis-à-vis :

    "Ma mission reste la même, malgré tous ces changements. J'exauce, module et redessine vos rêves. Malheureusement, malgré le temps que nous avons passé ensemble : je n'ai pas encore su distinguer le tien. Tu es... difficile à lire."
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 383
    crédits : 1621

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Dim 20 Aoû - 10:07

    Je m'attendais presqu'à ce qu'il m'arrache la tête ou s'envole dans un grand bruissement d'ailes quand j'ai annoncé que je m'arrêtais là. C'est qu'on a élucidé le crime et que la famille de la victime aura la possibilité de chercher une autre justice que celle des lois de la République, si elle le décide. Ironiquement, s'ils recrutent un autre tueur à gages, on va se retrouver à enquêter à nouveau sur l'affaire, pour les trouver. La victime devenue bourreau, le grand classique, à moins que les huiles décident qu'on fait que semblant de chercher.

    Pas impossible, ça, au demeurant.

    « Vrai que j'suis unique, que j'lâche avec un p'tit sourire en coin. »

    Mais le bouclier de légèreté bravache s'effrite vite quand le démon me rappelle d'où il vient, ce qu'il est, ce qu'il cherche. J'ai l'impression d'avoir pris un truc pas net et d'être allé me coucher trop vite, de partir dans des rêves fiévreux à peine lucides, ceux dont ils restent que quelques brumes qui s'effilochent avec la première tasse de café. J'suis obligé d'écarter les bras pour pas perdre mon équilibre, dans ce monde immense peuplé de vies que j'comprends pas, comme si on volait parmi des étoiles de continent en continent, tout qui semble démesuré et déformé par un diamant sur lequel on fait jouer la lumière.

    La surprise initiale laisse place à l'émerveillement, à la magie de l'instant, puis le moment suspendu se rompt, et j'reprends conscience de mes pieds sur les tuiles d'un immeuble de courage, avec les pavés beaucoup trop d'étages plus bas ; et dans le regard insondable de Rêve, toujours la même curiosité, comme s'il me décortiquait, et analysait la moindre de mes réactions. Comme un chat avec un oiseau ou un gros insecte. Comme un officier républicain avec un témoin récalcitrant ?

    On est moins délicat, quand même.

    « Je... Hm. Le monde des songes ? J'ai vaguement souvenir en avoir entendu parler mais, euh... Ouais, bon. »

    P'tet un gars à l'armée, ou un type qui m'a montré un sort, ou en passant à Magic lors d'une enquête, ou un passage dans un grimoire que j'récupère sous le manteau... Tous ces trucs théologiques ou théoriques de magie appliquée, putain j'y comprends rien. Faut trop de bagage académique pour comprendre les liens et corrélations et causalités ou je sais pas quoi. Alors que, franchement, tu sculptes ta mana d'une certaine façon, ça fait un effet, c'est simple. Pas besoin de comprendre la logique sous-jacente sur dix-sept plans d'existence pour piger.

    « Donc y'a des démons qui... créent ou attirent d'autres démons ? C'est ça ? »

    On doit s'attendre à voir débarquer une nuée d'oiseaux immenses dont les ailes s'ouvrent sur des mondes fantasmagoriques qui nous observent comme les gamins les mouches dont ils ont arraché les ailes ? Enfin, j'suis injuste à penser ça. Déjà pasque ça m'étonnerait qu'il y ait dix exemplaires de Rêve, et ensuite pasqu'il s'est contenté de me suivre, de regarder et de m'aider, sauf quand il a transformé l'autre con en brocolis.

    « Mais ouais, nan, j'suis pas si spécial. Juste un gars banal qui essaie de s'en sortir, quoi... »

    Puis j'me refais le fil des événements. Trouver le responsable de l'attaque, et creuser plus loin, c'était déjà un peu inhabituel pour moi, et pour un officier républicain. Aller jusqu'à charger seul dans des quartiers ennemis, enfin, avec Rêve, pour soutirer des informations à un mercenaire, et fuir avec pertes et fracas... Même moi, j'me reconnais pas là-dedans. Normalement, j'aurais abandonné y'a longtemps.

    Sûrement la présence silencieuse, parfois menaçante, pas envers moi, peut-être pas envers moi, du démon.

    « J'aurais dit que c'est toi qui m'as influencé à continuer à creuser mais... L'oeil du jugement silencieux ? J'sais pas. Le fait d'avoir un soutien indéfectible, la quasi-certitude de pouvoir y survivre... »

    C'est pas agréable à se dire, mais sans mes lâchetés, j'ferais sûrement davantage d'efforts.

    « J'ai peur de la mort, de perdre mon confort, aussi. Ca arrive moins dans les rêves, et toute cette journée pourrait quasiment en être un. »

    J'me laisse tomber en arrière jusqu'à être sur le dos, les yeux fixés sur les étoiles au-dessus, et l'impression d'être dans le nid d'aigle du démon des songes. J'exhale un soupir fatigué. Y'a côté exhilarant à parler comme ça. C'est pas trop des trucs qu'on se dit entre collègues.

    Putain, j'reprendrais bien du rouge.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Rêve
    Rêve
    Messages : 328
    crédits : 171

    Info personnage
    Race: Démon
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1076-reve-le-voyageur-termine
  • Lun 28 Aoû - 6:16
    "Eh bien pour tout te dire, si ma longévité s'est inévitablement accompagnée d'une certaine sagesse, elle ne m'a pour autant pas pourvu d'un absolu savoir..."

    La silhouette de la bête chimérique se contracta sur elle-même, diluant la réalité tout autour de ses contours imprécis pour en altérer la forme. Les plumes ornant son cou vinrent se distordre et se réagencer sur le col. Sa structure anomique perdit en volume, mais gagna en angles tandis que se formaient sur ses épaules les pointes d'un manteau noir. En quelques instants, le masque se métamorphosa pour devenir un visage humain informe, qui ne tarda pas à devenir, en l'espace de quelques secondes, celui d'une jeune femme. Vêtue d'ombre, la demoiselle n'avait d'humain qu'une poignée de traits, ses yeux étant d'ébène et ses cheveux parsemés de vagues colorées. Sous cet épais manteau qu'elle s'était formée par illusion, on devinait une apparence majoritairement humanoïde mais les griffes qui en dépassaient demeuraient démesurées. Le Démon, finalement, répondit à l'interrogation qui concernait son plus proche parent :

    "Je n'ai découvert ma réelle condition que très tard, vois-tu ? C'est ce confrère, que je considère comme mon parent, qui m'a informé de ma nature démoniaque. Autrefois, lorsque je voguais entre les rêves, je n'avais ni nom, ni forme propre."

    S'asseyant tranquillement aux côtés de Pancrace, Rêve résorba par magie ses ailes étincelantes, qui disparurent dans le cuir de son habit fantasmé en un battement de cils. D'une main joueuse, il continuait de jouer avec la réalité, formant pour eux deux un spectacle de douce lumières illusoires qui voletaient en un ballet paisible sous les yeux de leur seul spectateur. Après tant d'émotions, l'officier méritait bien ce confortable instant de répit. Complétant son propos précédent, Rêve reprit :

    "Je ne sais pas si tous mes homologues se comportent de cette façon, mais il est vrai que mon sculpteur et moi-même détenons une très forte affinité l'un pour l'autre. C'est comme si nous étions chacun une infime part d'un ensemble plus grand que nous. Je suis un fragment de l'Homme, mais aussi une part de chacun de mes confrères, tout comme ils font tous partie de moi, de bien des façons."

    Rêve sourit et leva les yeux au ciel, impatient qu'il était de pouvoir un jour faire la rencontre de Démons aussi intrigants que l'était Halewyn. Pancrace continua à se dévaloriser et un sourire furtif se dessina sur les lèvres pâles de la créature fantasmée. Le Voyageur réfutait intégralement cet état de fait et refusait de voir en son partenaire du jour un "gars pas si spécial", mais il se garda bien de le faire remarquer une énième fois. Il était inutile de contredire son vis-à-vis plus que de raison sur ce point, auquel il semblait curieusement tenir. Ce fut à l'évocation de cet "œil du jugement silencieux" que Rêve haussa un sourcil, étant certes peu surpris par cette révélation mais toutefois intéressé.

    "Tu consens à admettre que mon soutien envers toi était absolu. C'est un bel honneur pour moi. En vue de tes inquiétudes initiales, j'aurais compris que tu refuses de m'accorder ta confiance."

    Soulignant l'évidence, les deux voix de Rêve se muèrent un en rire cordial, puis il enchaîna :

    "Tu dis vrai; je n'aurais laissé personne te blesser. Je vois la chose comme toi, c'est bel et bien un rêve que nous avons vécu lors de cette grande aventure."

    Et dans cette histoire, qu'il l'admette ou non, Pancrace était le héros. Du moins, c'était ainsi que Rêve se remémorerait cette quête.

    "Il a été très vivifiant pour moi d'avoir été davantage qu'un simple spectateur de ta réussite face aux obstacles dressés face à nous. C'est... nouveau pour moi. J'ai eu peur au début, lorsque j'ai compris que cette enveloppe étrange s'accompagnait de mortalité. Mais aujourd'hui..."

    Observant l'immensité de la ville d'un œil pétillant, la créature aux traits de jeune femme riva finalement ses prunelles noires vers les yeux de l'humain allongé à ses côtés, et lui dit :

    "...les choses sont différentes. Vivre cette expérience à tes côtés m'a rassuré, je pense. J'ai la nette impression que je vais bien me plaire, dans ton monde."

    Rompant l'illusion lumineuse, il passa sa main griffue dans ses cheveux puis, levant à nouveau les yeux au ciel, il enchaîna :

    "Consentirais-tu à me laisser t'accompagner une nouvelle fois, si l'occasion se présentait ? Me laisserais-tu me glisser dans ton ombre pour vivre à tes côtés d'autres expériences aussi extraordinaires que celle-ci ?"
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 383
    crédits : 1621

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Dim 3 Sep - 11:59
    J'suis bizarrement dérangé à la nouvelle transformation de Rêve. Y'a un côté indéniablement humain, mais aussi drastiquement différent et autre, des traits qui vont pas, pire qu'un bébé bercé trop près du mur ou d'un hybride qui serait très peu animal. Mais ça va aussi avec cette ambiance de moment suspendu, onirique, un genre de songe durant lequel le réel n'a plus tant prise. J'pourrais sauter du toit et m'envoler si j'm'écoutais totalement et que j'avais perdu tout instinct de survie.

    « J'dois t'avouer que j'ai du mal à visualiser comment on peut exister sans être. Même dans un rêve dont les souvenirs s'effilochent au réveil, y'a toujours eu ce centrage sur le moi de mon existence. D'un autre côté, j'ai toujours connu que ça, donc ceci explique cela. »

    Par curiosité, j'essaierai p'tet même de lire un de ces vieux bouquins de théorie philosophique et universelle du monde. Juste pour essayer de comprendre comment les sages, les immortels et les copains des titans voient le monde. Vu que visiblement, y'a des trucs qui vivent dans chaque recoin de pensée et monde conceptuel, ça peut être pas mal pour éviter qu'un démon sorte de sous mon lit.

    J'me laisse transporter par les images qu'il suscite, par simple pensée visiblement, en essayant d'oublier l'agitation des dernières heures pour vivre l'instant, pasque, finalement, est-ce que c'est pas ça, le rêve ? Et j'compte bien profiter de l'expérience jusqu'au bout. C'est juste le sculpteur qui soulève ses propres interrogations, mais d'un autre côté, quelle importance ? J'le rencontrerai probablement jamais, et c'est tant mieux, quelque part.

    « Hm, j'suppose que si ceux qu'on appelle les démons étaient tous vraiment liés entre eux, ça se serait su, depuis le temps. Rien n'indique qu'ils sont autre chose que des individualités extrêmes, de ce que j'avais compris. Comme des fragments uniques. P'tet d'un tout ? »

    Les pensées se suivent sans forcément de rythme ni de sens, et j'sens que je commence à lâcher prise, comme hypnotisé par les images et les voix de Rêve.

    « J'me suis accroché aux faits, et à l'instinct. La crainte au début, même tout du long. L'histoire de l'autre qu'est devenu un dérivé de brocolis... Sale histoire... En tout cas, le rêve s'est pas mué en cauchemar, en grande partie grâce à toi, donc merci. Ca m'a aussi fait remettre des choses en perspective, j'vais essayer d'en retirer quelque chose au réveil, demain ou après-demain. J'devrais pas tout oublier, si ? »

    J'ai un rire bref alors que j'me remue pour pas avoir le bord d'une tuile qui me rentre dans la colonne vertébrale. Les mains derrière la tête, j'jette un coup d'oeil à mon voisin, toujours ce mélange entre une femme aux traits parfois indistincts, et le grand oiseau de la nuit. Mais j'trouve maintenant la forme chaleureuse et rassurante, sans aucune trace de mon malaise initial.

    « Content que la découverte du monde se soit bien passée. Nous autres mortels, on a nos règles et nos principes aussi, et certaines sont faites pour s'appliquer à presque tout le monde, sinon ce serait le chaos, la loi du plus fort... »

    Pas qu'on en soit foutrement éloigné, mais y'a un mince vernis qui permet de faire semblant dans une certaine mesure, et de maintenir un fond de justice dans une autre.

    « Avec plaisir, si on se recroise. J'imagine que tes pérégrinations et tes expériences vont te mener par monts et par vaux. Normalement, j'devrais rester dans le coin, moi. Les racines, tout ça, hé ? »

    J'ai bizarrement les paupières lourdes. Entre l'agitation et l'excitation de ces journées, les dépenses physique et magique, les spectacles apaisants de Rêve, et le temps clément, là-haut sur notre toit au milieu de nulle part, j'sens ma respiration qui devient lourde et les battements de mon coeur qui se ralentissent.

    « Hésite pas, si tu dois y aller, j'pense que j'vais traîner encore un peu ici... »

    M'est avis que j'vais m'endormir fissa et le regretter demain matin, mais j'regretterais aussi de pas rester à savourer ce moment suspendu. Comme quand on se retourne en essayant de revenir dans le songe, à la recherche des souvenirs du sommeil.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Rêve
    Rêve
    Messages : 328
    crédits : 171

    Info personnage
    Race: Démon
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1076-reve-le-voyageur-termine
  • Lun 4 Sep - 7:47
    Les mots de Pancrace laissèrent Rêve pensif, du moins l'espace d'un court instant. Il y avait bel et bien des choses que lui-même ne parvenait pas à pleinement définir, alors qu'elles le concernaient lui plus que tout autre. Comment faire comprendre à un être humain qu'il n'avait autrefois été qu'une somme d'expériences, de pensées et d'idéaux ? Le Prince ne se l'expliquait pas lui-même, en réalité. Les choses étaient ainsi et, aussi surprenant que cela ait pu paraître, la bête issue des songes ne détenait pas toutes les réponses concernant son domaine et surtout, ne les cherchaient pas nécessairement. Lorsqu'on était autant composé de fantaisies que de mystères, on avait tendance à laisser planer sciemment certains secrets, après tout.

    Pancrace reprit, chassant les considérations qui embrumaient vaguement l'esprit de la chimère. Les genoux ramenés contre son torse, cette dernière se contentait de tourner la tête pour jeter des regards en biais à son interlocuteur qui, quant à lui, semblait peu à peu sombrer face au sommeil. De toute évidence, la nuit qu'ils avaient passé en faisant chambre commune n'avait pas été des plus reposantes pour lui, à en juger par son état d'épuisement somme toute plutôt avancé. Rêve sourit, sachant que si l'officier s'autorisait désormais à baisser sa garde en présence de l'étrange entité, c'était sans doute qu'il avait bel et bien fini par se faire à l'idée que cette dernière ne lui voulait aucun mal.

    "Des individualités extrêmes, dis-tu ? C'est sans doute vrai, mais ce n'est donc pas cela qui nous différencie de l'Homme. Certains de tes semblables sont bien plus atypiques que moi, de ma maigre expérience dans le domaine..."

    Son vis-à-vis entreprit d'expliquer comment il avait perçu leur quête, justifiant également ce changement d'attitude qu'il avait eu à l'égard de son compagnon de route. Rêve en fut gratifié et, bien qu'il demeura silencieux face à l'annonce, sa nature profondément malléable ne tarda pas à illustrer d'une façon pour le moins évocatrice ce rapport privilégié qu'il venait d'établir avec l'homme de loi. Non loin de là où se serait probablement situé un cœur, une étincelle plus vive que les autres illumina le torse de la créature. S'il n'était pas au fait de l'entièreté des phénomènes se rapportant à ses si nombreuses métamorphoses, il sut cette fois immédiatement ce qu'impliquait cette apparition. Une nouvelle étoile venait tout juste de s'ajouter à la constellation parsemant son manteau illusoire. Elle serait une marque indélébile de cette rencontre. A cette pensée couplée aux mots de Pancrace, Rêve ne retint pas un furtif éclat de rire.

    "Concernant notre rencontre, je pense que tu ne l'oublieras pas; à moins de le vouloir. C'est aussi à cela que vous sert l'alcool, si je ne m'abuse."

    Une plaisanterie, chose plutôt rare chez l'être plurimillénaire. Bien que généralement détaché de chaque situation, Rêve semblait lui aussi s'être adouci depuis le commencement de cette intrigante aventure durant laquelle il avait tant appris. Il était heureux d'avoir pu se lier d'amitié avec un humain, sans avoir à user d'une quelconque transformation ou d'un mutisme simulé afin d'y parvenir. C'était la preuve irréfutable qu'il n'était pas que ce cauchemar qu'il craignait tant de devenir un jour. Les bonnes choses trouvaient toujours une fin mais la conversation n'y fit pas exception car, peu à peu, Pancrace parut trouver le toit si confortable qu'il en vint à s'assoupir lentement.

    Voyant évidemment le sommeil comme un rite plus sacré que n'importe quel autre, le Prince des Songes décida donc qu'il était temps, en effet, de se retirer pour aujourd'hui. Se redressant dans un élan étrange, la créature ne prit même pas la peine de s'appuyer sur ses mains et se redressa d'un coup, comme si le vent lui-même lui était venu en aide. Une fois qu'il fut debout, ses ailes immenses se déployèrent et il accorda à son camarade un dernier regard, avant de murmurer :

    "Dors bien, Pancrace. Il me tarde de te revoir."

    Curieuse promesse, aux implications aussi nébuleuses que celui qui les avait prononcé était mystérieux. La bête métamorphe fit deux pas en avant et, sans même regarder en bas, elle tomba de la toiture sans un bruit. Un seul battement d'ailes vint retentir, puis elle disparut pour de bon. Seule une plume multicolore déposée non loin de Pancrace témoignait que le Voyageur avait bel et bien été là.

    Auraient-ils changé, lorsqu'ils se reverraient ?
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum