DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Ssisska

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Un simple moment de détente - FT Elia - Page 2 EFZvhIHe_o
    Gazette des cendres
    Hiver 2022-2023
    Lire le journal
    #1
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Titre du rp
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Elia Steren
    Elia Steren
    Messages : 111
    crédits : 769

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t804-elia-steren-terminee
  • Dim 15 Jan - 23:35
    Elle hocha la tête plusieurs fois durant l'explication. Elle avait de bonnes bases, mais elle n’était pas une experte en matière de magie et de contrôle de l’éther et du mana comme son interlocutrice. Tout en l'écoutant, elle s’était retourné vers le rebord pour y appuyer ses coudes, et laissa la poussée naturelle de l'eau faire remonter son corps a la surface, le bas de son dos et ses fesses apparaissant a la limite de la matière aqueuse. Elle continua a y réfléchir un peu, mais ne fit pas de commentaire pour l'instant.

    Puis vint le passage de la démonstration d'Elia et le raté. Elle était vraiment inquiète pour la magicienne pendant un moment, oubliant qu'elle avait clairement beaucoup plus de connaissance qu'elle en la matière, et sans doute un grand nombre de moyens de se défendre. Mais elle semblait si fragile a ses yeux, que cela lui avait donné d'instinct le besoin de la protéger.

    Le bouclier la ramena a la raison, se rendant bien compte qu'elle avait de très bonnes capacités en matiere magique, peut importe a quel point elle disait avoir perdu ses capacités. C'etait meme un peu amusant. Certes ce n'etait que repousser quelques débris, mais elle l'avait prendit avec une telle rapidité, une telle fluidité, qu'Elia songea qu'il lui restait de beaux restes.

    - Wow, c’était une protection impressionnante...

    Elle songea a ses propres soucis en matière de défense. Si l'attaque était venue de façon instinctive, la défense n’était pas son fort. Neera avait eu beau l'encourager, elle avait encore beaucoup de travaille a effectuer pour parvenir a fournir un bouclier électrique pouvant réellement repousser des attaques magiques. Cyradil pourrait peut être lui donner aussi des conseils...

    - Moi aussi je...uh ?

    Elle posa les yeux sur les deux mains qui lui tenaient les siennes, fraîches, mais a la fois chaude au ressentis de la jeune Reikoise. Elle semblait avoir de hautes attentes, soudainement, vis a vis d'Elia, et en plus de ça...voulait...la revoir ? Oh. Elia eu lentement un sourire surpris, puis de plus en plus heureuse. Était ce le début de ce que les gens normaux appelaient...une amitié ? Ou bien la liche avait elle une autre idée derrière la tête... ?

    - Et bien...je ne sais pas si ma compagnie vous sera vraiment appréciable ou profitable...mais ce serait avec plaisir. Je pourrais vous inviter chez moi aussi si vous voulez. C'est a coté du palais.

    Elle serra les deux mains chaleureusement...et prise dans un élan soudain, les relâcha, pour venir enlacer la blonde. Avec douceur, les deux mains dans son dos, se collant a elle sans y penser en soupirant, toute contente. Elle avait vraiment eu peur d'avoir tous gâché avec son histoire de lampe cassé...visiblement on ne lui en tenait pas rigueur...heureusement.

    - J'aime beaucoup ce que vous etes aussi. Je suis contente d'avoir pu vous rencontrer ce soir. Je devrais rentrer dans des endroits par effraction plus souvent.

    Elle la relacha et recula, l'observant de haut en bas, et en l'observant, réalisant d'a quel point ce qu'elle venait de faire pouvait etre potentiellement mal interprété. Se coller ainsi...avec sa poitrine collé contre ses...oula, elle devrait vraiment faire plus attention a l'avenir. Pour changer de sujet, presque en sifflotant, elle bredouilla soudainement, en rebondissant sur un autre sujet.

    - Votre magie. Votre état. Ne croyez vous pas qu'il est possible que...la chronologie n'ai rien a voir avec ça ? Je veux dire, peut être que tous vos savoirs sont toujours en vous...et qu'en stimulant vos cellules avec l'entrainement, ils vont se redéclencher. Comme une porte dont on tourne la clé dans une serrure et...

    Elle rougit et bredouilla :

    Enfin je suppose que vous avez réfléchit a tous ça. Je suis bete de donner ainsi une pensée aussi peu réfléchit. Nous en parlerons autre part si vous voulez. Vous voulez sortir ? Nos peaux vont flétrir a force d’être dans l'eau chaude et...oh.

    Elle réalisa qu'il était peu probable que cela arrive pour son interlocutrice. Elle devait vraiment réfléchir plus avant de parler...
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 107
    crédits : 2224

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-termine
  • Lun 16 Jan - 3:19
    Cyradil ne s’attendait sans doute pas à recevoir autant d’Elia. La jeune blonde souhaitait simplement rester en contact avec son interlocutrice. Cela lui aurait amplement suffi. Cependant, la jeune forgeronne en obtint bien plus et reçut même une invitation dans la demeure de la jeune apprentie en magie. C’était une occasion plutôt rare pour Cyradil. On l’invitait rarement pour quelque chose d’aussi informel mais elle avait hâte d’en savoir un peu plus sur Elia.

    « Ca sera avec plaisir. On ne m’a jamais proposé ce genre de choses. Du moins, c’était toujours pour des raisons professionnelles ? En tout cas, je serais ravie. »

    Donc Elia habitait à côté du palais ? La jeune femme devait avoir une belle habitation compte tenu de la proximité de la demeure royale. Cela faisait un moment que Cyradil ne s’était plus approchée de ses quartiers. Non pas qu’elle ne pouvait pas mais tout simplement parce qu’elle n’avait pas grand-chose à y faire. Peut-être sera-t-elle amenée à y aller si un jour l’on daigne considérer sa demande de devenir l’Esprit du Reike. Cela dit, la requête pouvait attendre. Si la jeune forgeronne aspirait à obtenir plus de pouvoirs pour obtenir un plus large champ d’action, elle aimait davantage ce genre de moment de sérénité avec Elia.

    D’ailleurs, la jeune femme aimait beaucoup la spontanéité de son interlocutrice. Cyradil estimait que Elia agissait sans réfléchir mais dans le bon sens du terme. Cette dernière était naturelle et n’hésitait pas à exprimer ses émotions. Alors, quand Elia la prit dans ses bras, Cyradil l’accueillit chaleureusement. Pour une fois, la jeune blonde put ressentir le contact de sa peau douce mais elle remarqua, sans vraiment le faire exprès, qu’il y avait quand même quelques aspérités sur le corps de l’espionne. Cela attisa sa curiosité mais Cyradil n’en dit rien. Elle ne voulait pas briser cet agréable moment passé à l’enlacer chaleureusement. D’ailleurs, à ce stade-ci, Elia aurait sûrement senti les anneaux d’or qui perçaient la chair la plus tendre de la poitrine de la liche. Si la première idée de leur présence supposait qu’il s’agissait de simples ornements, ce n’était pas tout à fait exact. Ceux-ci avaient également une histoire qu’elle conterait volontiers à la curieuse brune si cette dernière le lui demandait.

    « Vous êtes vraiment émotive Elia. On m’a rarement enlacée de la sorte et d’habitude, je suis plutôt sur la défensive. Que se soit avec les hommes ou les femmes. Considérez cela comme un privilège. »

    La jeune femme sourit sur cette petite boutade mais ce n’était pas complètement faux. Il y avait définitivement un lien entre elles et Cyradil ne méprisait pas le contact avec Elia. Au contraire, elle semblait même l’apprécier. La jeune forgeronne était trop innocente pour saisir l’étendue du geste de son interlocutrice dans un autre contexte alors elle interprétait toujours ce genre d’accolade comme une marque d’affection amicale. Jusqu’à ce jour, il n’y avait que Rizka avec qui elle avait été aussi proche mais l’elfe avait pas mal de problèmes émotionnels à gérer et Cyradil ne se pardonnerait pas de devoir lui imposer tous ses maux en plus des siens. Si la liche pouvait avoir Elia comme amie, elle en serait très heureuse. Surtout que la jeune blonde ne se lasserait jamais de cette petite bouille adorable.

    « Vos idées sont très pertinentes Elia. Effectivement, s’entrainer permettrait sans doute d’accélérer les choses. Il faudrait que je me focalise sur une branche magique à la fois. En fait, c’est assez déroutant de devoir tout recommencer. Cela fait longtemps que j’avais plus ressenti cette sensation agréable que l’on a lorsqu’on découvre quelque chose d’inconnu. Si je me calque sur vous durant votre apprentissage de la foudre, je pourrais sans doute récupérer ce pouvoir un jour. En tout cas, votre hypothèse se tient. Ne vous dévalorisez pas Elia, je vous trouve très intelligente. »

    Elle accepta sa proposition de sortir du bassin. Aussi agréable qu’était la sensation, Cyradil savait que sa compagne ne partageait pas son anatomie. D’un geste galant, la jeune blonde sortit du bain puis tendit une main à Elia pour l’aider à en sortir avant de l’inviter à rentrer au vestiaire. Elle se rhabilla à son aise puis se dirigea vers le comptoir où elle laissa une petite bourse avec un mot où Cyradil expliqua le petit incident de la lampe. Naturellement, la liche avait remis son diadème avant de sortir de l'établissement.

    A l’extérieur, il faisait déjà bien nuit. Si Cyradil ne ressentait pas vraiment les changements de températures, elle ne s’en sentait pas moins rafraichie et bien reposée. La sensation d’apaisement qu’elle ressentait était accentué par la présence d’Elia. Une femme aux expressions naturelles, un peu maladroites mais fortement aimables. Cela changeait énormément par rapport à quoi elle était exposée habituellement et elle aurait bien aimé en profiter un peu plus. Cyradil ne s’en rendait pas toujours compte mais il était fortement possible que deux femmes se baladant côte à côte susciteraient sans doute quelques convoitises. Si certaines approches d’opportunistes étaient inévitables, la jeune blonde se sentirait légèrement frustrée de se faire détourner de cet agréable moment avec Elia.

    « Ca vous dirait d’aller manger ? Je n’ai pas de besoin nutritif de le faire mais c’est toujours agréable de partager un repas avec quelqu’un. Sans doute l’un des nombreux traits que j’ai gardés de mon ancienne vie. Mais si vous avez une meilleure idée, je suis preneuse également. Enfin, nous devrions peut-être d’abord faire comprendre à ces deux hommes qui font des messes basses sur nous depuis que nous sommes sorties que nous ne sommes pas à…consommer ? »

    Elle pointa discrètement la direction des deux comploteurs. Comment les avait-elle entendu ? Il s’agissait bien sûr de son principal atout. Cela dit pour une experte de la discrétion comme Elia, il lui fallait sans doute juste se concentrer pour entendre les propos peu élogieux qui se faisaient sur le couple de femmes. Enfin, tant qu’ils restaient à calomnier, cela ne dérangeait pas vraiment la liche mais ce n’était peut-être pas le cas de sa camarade. Dans tous les cas, Cyradil serait sans doute prête à la défendre.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Elia Steren
    Elia Steren
    Messages : 111
    crédits : 769

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t804-elia-steren-terminee
  • Lun 16 Jan - 23:58
    Au fur et a mesure des réponses, et devant la façon qu'avait Cyradil de lui dire qu'elle n'avait jamais vraiment eu ce genres de propositions. Alors elle se demanda si elle n'avait pas été trop vite en besogne ? Elle n’était pas vraiment bien placée non plus pour savoir exactement quoi faire et surtout
    quand le faire. Elle avait la sale impression d'avoir sauté plusieurs étapes. Par chance, la blonde avait l'air plutot indulgente.

    - Emotive je..sais...pas.

    Elle avait lentement ralentis sa diction, en ayant posé les yeux un peu plus bas que la gorge de son interlocutrice. Elle avait bien sentit des petites asperités froides contre elle...mais de la a avoir des bijoux ainsi ornés sur le corps...elle n'avait jamais vraiment imaginé ça, surtout sur une jeune femme qui se disait vierge et qui avait l'air d'etre la pureté incarnée. C'etait vraiment...vraiment...

    - Trop sexy.....

    Elle rougit carrément, et en relevant la tete et en croisant le regard de la blonde, rougit encore d'avantage en se retournant pour essayer de regarder alors. Elle fit des petits clapotis sur le dessus de l'eau du bassin avec ses doigts, comme si elle pensait a autre chose. Mais c’était globalement impossible pour etre d'avoir autre chose que ces deux jolies petits seins ornementés qui s'etaient gravés sur sa rétine pour les prochaines minutes.

    - Oui ahah...je suppose que...même moi je peux avoir des idées parfois...

    Elle n'avait strictement rien écoutée de ce que venait de dire la liche. Ni le nouveau compliment qu'elle lui avait fait. Sans doute pour la bonne cause car a force, l'humaine allait finir par prendre la grosse tête, a ce rythme.

    Sortir du bassin fut donc une bénédiction. Ainsi, elle parvint a retrouver son calme, a prendre une grande bouffée d'air frais et enfin avoir de nouveau les idées en place. Elle resta bien de dos tous le long de la partie ou elle enfila a nouveau ses vêtements. Après avoir voyagé toute la journée, remettre la même chose n’était pas très agréable. Elle songea qu'elle sentait un peu trop fort, un peu trop « elle », pour être tout a fait de bonne compagnie, mais elle n'avait pas le choix.

    « J’espère ne pas la gêner... »

    Les deux hommes furent la première chose qu'elle remarqua. Déformation professionnelle d'une part, mais au delà de ça, elle était toujours plus vigilante vis a vis des hommes. Ca, ça venait de sa première vie d'esclave. Elle écoutait d'une oreille distraite ce que lui disait son amie, en prenant en compte le global. Manger.

    - J'avoue que je n'ai rien avalé depuis que je suis a Ikusa. Je meurs de faim.

    Elle observa la cible de sa surveillance, et fut un peu surprise de voir qu'elle n'etait pas la seule a les avoir remarqué. Elle tourna la tete vers Cyradil, l'écoutant. Consommer. Oui, c'etait le mot. C'etait exactement comme cela que les hommes voyaient la plupart des femmes qu'ils croisaient. Des porcs. Mais...d'un autre coté, pouvait elle leur en vouloir ? En voyant la blonde nue dans le bain, elle avait sans doute eu des pensées ne s'éloignant pas trop de cet etat de fait.

    - Hé...Cyradil.

    Son regard nettement moins mignon que precedemment. Moins empreint de timidité et de joie. Elle etait plus sombre, plus serieuse. Elle vint contre la blonde, et posa la main sur son épaule, murmurant dans son oreille.

    - Si vous me le demandez, je peux m'occuper d'eux.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 107
    crédits : 2224

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-termine
  • Mar 17 Jan - 1:13
    Cyradil s’était bien rendue compte que son corps provoquait certaines réactions plutôt cocasses de la part de sa partenaire. Si tout cela ne semblait être qu’un jeu innocent pour la liche, cette dernière était bien trop pure pour en saisir tout le sens. Quoi qu’il en fut, les deux femmes finirent donc pas sortir tandis que la jeune blonde réfléchissait au programme de la soirée. Comme prévu, sa compagne avait bien flairé les hommes qui leur rôdaient autour. Là, elle découvrit une autre facette de la personnalité de l’espionne. Plus froide, plus experte et surtout plus sérieuse. La jeune forgeronne saisit presque immédiatement les intentions d’Elia. Cependant, Cyradil avait une meilleure idée.

    « Je ne doute pas que vous puissiez leur régler leur compte mais j’ai une meilleure idée. Faites moi confiance. »

    D’un signe aguicheur, Cyradil fit signe aux deux hommes, feignant accepter leur proposition. Elle échangea quelques sourires avec ces derniers avant de s’avancer dans les rues de la capitale. Elle saisit la main de sa compagne, se voulant rassurante en lui certifiant qu’elle maitrisait la situation. Cyradil l’entraina ensuite dans les ruelles de la capitale, pressant le pas comme si elles voulaient se faire désirer. Ne manquant pas aux provocations de la liche, les deux hommes les suivirent dans les ruelles et la jeune blonde les mena en bateau pendant quelques minutes jusqu’à s’enfoncer volontairement dans une rue sans issue. De là, les deux femmes possédaient une petite avance durant laquelle Cyradil s’expliqua brièvement.

    « Ecoutez, on va jouer à un petit jeu avec ces deux gars. Surtout, ne lâchez pas ma main. Vous verrez, l’expérience va sûrement vous plaire. »

    Cyradil maintint ensuite fermement la main de la jolie brune et incanta une formule tout en faisant mouvoir son autre main. Depuis le temps, elle maitrisait parfaitement ce sort pour l’avoir utilisé de nombreuses fois. Très pratique pour surmonter les obstacles mais aussi pour disparaitre à l’insu de tous. Une légère sensation de flottement dont la jeune liche était habitué puis les deux femmes furent transportées sur l’un des immeubles qui entouraient la rue sans issue. Précisément sur le toit dont la structure plate permettait un maintient parfaitement stable. A la suite de cette incantation réussie, les deux hommes arrivèrent dans la ruelle, extrêmement surpris de n’y trouvait personne.

    « Je…Pourtant j’étais sûr qu’elles étaient parties par là. » Dit-l’un d’eux en se grattant la tête.

    « T’aurais pas un peu forcé sur la bouteille des fois ? » Répondit son acolyte.

    « Puisque je te dis que je les ai vues ! Surtout la grande brune là ! Tu n’imagines même pas ce que je lui aurais fait ! »

    Pendant ce temps-là, à quelques mètres de haut, Cyradil se retenait de rire. Si leurs propos étaient peu élogieux, la situation, elle, était totalement drôle. Cela dit, si leurs propos ne l’atteignait pas vraiment, la jeune liche trouvait que ces derniers avaient manqué un peu de respect à sa compagne et méritaient peut-être une petite leçon. Se tournant vers Elia dont elle saisissait toujours la main, Cyradil dut s’en démêler pour la suite.

    « Je pense qu’on devrait les envoyer au dodo, ils ont fait suffisamment de bêtises ce soir. »

    Parmi sa panoplie de sorts, Cyradil maitrisait particulièrement bien le givre. Un pouvoir hérité de sa mère qui fut le tout premier à lui revenir lorsqu’elle se transforma en liche. Pour l’instant, il s’agissait de l’élément qu’elle pouvait façonner le mieux. Pour cette occasion, Cyradil matérialisa donc deux blocs de glace dont l’utilité était relativement facile à saisir. Elle s’en empara d’un et demanda à Elia de se saisir de l’autre.

    « C’est simple, vous n’avez qu’à le lâcher et…boom comme vous dites. Ne vous inquiétez pas, la glace est suffisamment poreuse pour ne pas leur fracasser le crâne mais je vous assure que c’est suffisant pour les assommer. »

    La jeune blonde avait bien senti une certaine dévotion à vouloir la protéger plus tôt et elle savait que Elia lui ferait confiance. Les blocs lâchés, ceux-ci atterrirent sur le crâne des ivrognes, les envoyant au pays des rêves pour un bon moment, tombant au sol sans réels dommages ou du moins, rien que Cyradil n’aurait pas soigner.

    « Je n’aime pas qu’on dérange mes soirées, surtout quand je suis en si agréable compagnie. Je n’aime pas trop la violence mais parfois, c’est la seule solution pour se tirer des problèmes. D’ailleurs, vous avez déjà vu Ikusa depuis les hauteurs ? Si non, je vous invite à prendre le temps de le faire un jour. C’est magnifique. »

    Le regard de Cyradil se détourna vers l’horizon, scrutant le désert qui s’étendait à perte de vue. L’endroit était paisible et sans doute les deux femmes auraient-elles pu y passer un moment mais la forgeronne avait promis un repas. Saisissant la main de sa compagne à nouveau, les deux femmes se téléportèrent à nouveau dans les ruelles, dépassant les deux hommes. Se souvenant qu’Elia devait sans doute toujours se trouver dans ses vêtements de voyage, Cyradil décida de faire une escale dans une boutique afin que Elia puisse porter quelque chose de plus confortable et peut-être de plus propre aussi ? Il y avait également des cabines pour se changer en toute intimité.

    « Choisissez ce qu’il vous plait. Je trouve que vous seriez plus confortables dans des habits plus commodes après les bains. Prenez votre aise, je serais devant la cabine. Après tout, la nuit est encore longue. »

    Souriante, la jeune liche se posta devant le rideau, prête à intervenir si Elia avait besoin d’aide ou peut-être même de son avis ? Elle l’imaginerait sans doute jolie dans une robe mais Cyradil n’était pas sûre que ce genre de vêtement seyait à la vie que menait Elia. En tout cas, la forgeronne lui laissait le loisir de choisir ce qu’il lui convenait. De toute façon…elle pouvait largement se permettre tout ce que contenait l’établissement.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Elia Steren
    Elia Steren
    Messages : 111
    crédits : 769

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t804-elia-steren-terminee
  • Mar 17 Jan - 23:42
    Elle avait la mine sombre, le regard farouche, presque prête a se défendre, comme si ils allaient inévitablement leur sauter dessus. La vérité c'etait qu'il y avait peu de risque. Des hommes comme ça il y en avait des milliers a Ikusa. Des grandes bouches qui une fois tombés sur un os, disparaissaient rapidement. La main toujours sur l'épaule de la blonde, on aurait presque dit que sa gorge grondait.

    - Hein ?

    Elle tourna la tête vers Cyradil, constatant qu'en faisant ainsi, elle avait le visage assez proche de cette dernière. Elle ne recula pas pour autant, histoire de ne pas paraître bizarre aux yeux des deux hommes qui étaient clairement en train de les mater. Une meilleure idée ? Pour les mettre hors d’état de nuire ? Un jeu ?

    - Je n'aime pas trop cette idée. Je préfère les voir dans un fossé.

    Mais la reikoise semblait déjà partie dans son plan, en faisant des signes aux deux cibles de son jeu. Avant d'avoir pu demander quoi que ce soit, et voilà qu'elle faisait d'elle même et de sa nouvelle partenaire de crime des appâts pour l’appétit des deux idiots qui les suivaient comme des renards après des poules. Sauf que la plupart du temps, les renards étaient censés être les plus malin.

    Une fois dans le cul de sac, elle songea sérieusement au fait que le plan devait avoir une faille, ou qu'elle s’était laissé grisé par une idée un peu trop difficile a mettre en place. Finalement ça allait être a elle d'int....

    - Uh ?

    Elle cligna des yeux, et elles étaient sur le toit, un peu plus loin. Les hommes arrivaient en contrebas, aussi étonnés qu'elle de la situation. Mais l'espionne comprit rapidement ce qui venait de se passer. Forcément, elle aurait du grimper a la façade. Une bonne suée pour arriver en haut, surtout avec Cyradil sur le dos. La magicienne se permettait de tricher, elle jouait a un jeu ou elle avait le joker en main depuis le tout début.

    - ...Vous êtes plus vilaine que ce que je pensais.

    Elle s'accroupit sur le rebord, sans lâcher la main de la liche, observant les deux idiots tourner sur eux même comme aprés avoir perdu quelque chose de précieux. Elles entendaient chacune aisément les paroles des « chasseurs », bien déçu d'avoir vu échapper deux délicieuses proies.

    - Bande de dégueulasses.

    Elle se redressa et posa les yeux sur la glace que venait de produire la liche. Elle se pencha un peu et toucha du bout du doigt. C’était bien froid en effet. Les « envoyer » au dodo. Elle était peut être bien plus sadique que ce qu'Elia avait pu pensée...mais bon, ca valait le coup de s'amuser un peu. Si jamais un de deux avait le crane briser, ça ne l’empêcherait pas de dormir ce soir après tout ce qu'ils venaient de dire.

    - Vous voulez mon cul, bah le voilaaaaa !

    Elle envoya le projectile de toute ses forces. C’était lourd mais il parti très vite droit la tete du plus éloigné qui s'écroula, la tete en sang, inconscient. Elle se redressa, la mine un peu penaude.

    - Oups, j'y suis ptet allé un peu fort.

    Mais déjà le boucans avait ramené des gens pour voir. Ils allaient s'occuper d'eux. Tant mieux. Elle prit d'elle même la main, cette fois, toute sourire, en sachant bien comment elles avaient se retrouver en bas. Elle cligna a nouveau des yeux, appréciant le contact des pavés sous ses pieds.

    - Oui, plusieurs fois en fait.

    Tous le temps en fait. Il n'y avait aucune tour plus haut que celle ou elle habitait. A part le palais impériale bien sur. Pas besoin de trop préciser, et elle n'eut même pas le temps d'en dire plus que visiblement, la blonde avait déjà la suite de la soirée en tete. Elle n’était pas du genre a réfléchir trop longtemps pour avoir des idées visiblement, elle semblait avoir fait ça toute sa vie.

    Avant de comprendre quoi que ce soit, elles furent dans une boutique. Elia cligna des yeux, surprise par la direction qu'avait prise la soirée. Et surtout...des vêtements ? Elle leva discrètement le bras, et renifla un bref coup. Elle puait donc vraiment ? Elle sortait du bain, mais ses vêtements peut être ? Elle ne sentait pas vraiment la transpiration. Ses vêtements sentaient simplement fort...son odeur naturelle a elle. Elle rougit un peu et bredouilla.

    - Oh, pardon de vous avoir gênée avec ça. Je..je vais mettre quelque chose d'autre. Et je peux payer !

    Elle fouilla rapidement du regard, ne voulant pas perdre trop de temps. Elle attrapa une paire de sous-vêtements rouges sans vraiment regarder ce que c'etait, ainsi qu'un kimono assortit, en une pièce, avec des petits motifs de dragons. Sans doute une tenue que les femmes aimaient mettre pour les événements en ville et les cérémonies. Ca irait bien pour une soirée.

    - J’espère que ca va vous plaire au moins !

    Elle s'engouffra dans la cabine et commença a se changer. Problème, visiblement elle n'etait pas bien taillé pour les sous-vêtements. Elle avait toujours portés des choses sur mesure fait par les tailleurs de sa mers. Ici, le haut était un peu trop grand, et le bas trop petit. Elle réprima une injure. C’était mal foutu aussi ! Fallait avoir des gros seins pour avoir des grosses fesses dans ce pays ? Foutu norme ! Tant pis. Elle se trémoussa pour enfiler le bas, et laissa tomber pour le haut. Elle s'en contenterait.

    - Une minute, j'arrive !

    Elle cligna des yeux en voyant son reflet dans le miroir. Elle se mit de profil et constata que la lotion avait quasiment disparut. Son dos constellé de cicatrice était bien apparent maintenant. Il allait falloir bien serré la ceinture du kimono pour être sur que cela ne tombe pas. Ce qu'elle fit. C’était bien a sa taille pour le coup, et ca soulignait sa silhouette avec une belle courbe. Elle remonta la ceinture un peu plus haut que prévu, histoire que le décolleté ne soit pas trop plongeant. Elle aurait pu etre une bande ou autre chose, mais c’était un magasin assez chic qui ne vendait pas ces sous-vêtements qu'elle portait habituellement pour ressembler a un garçon.

    - V...Voila.

    Elle ressortit de la cabine, les joues écarlates, tenant ses vêtements sales sous le bras. Elle fit un petit tour sur elle même, comme pour être vue sous toute les coutures, mais aussi, et surtout, pour se donner un peu de contenance plutôt que d’être immobile sous le regard de la blonde.

    - On...on y va ?

    Au moment meme ou elles eurent payés, elles purent entendre des pas un peu plus loin dans la rue. Des soldats. A la recherche de deux femmes ayant visiblement agressé deux honnêtes Reikois en pleine rue. Arf...si elles se faisaient attraper, ca allait prendre la nuit. Seul quelques très haut gradés connaissaient son existence et pouvait prouver qu'elle etait aussi dans l'armée. Elle tourna la tete vers Cyradil. Elle ne pouvait pas la laisser utiliser son mana encore et encore. Un sourire apparut sur son visage, et elle prit la parole avec un ton un peu plus grave et légérement héroique.

    - Fuyons, mon adorable dame ! Princesse, votre chevalier va vous sortir de la !

    Elle s'approcha de la liche, passa ses deux mains sous ses fesses, et la souleva dans ses bras, avant de partir en courant vers l'opposé des soldats qui arrivaient vers la boutique. Elle eu vite le souffle un peu court. Pas a cause de l'effort. Mais a cause du rire qui commençait a sortir d'entre ses levres. C’était follement excitant et amusant. C’était toujours comme ça, une sortie avec une amie ? Elle était juste heureuse d'enfin le découvrir.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 107
    crédits : 2224

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-termine
  • Mer 18 Jan - 19:54
    Si l’idée de Cyradil était basée sur une simple intention de donner une bonne leçon aux deux suiveurs, elle n’imaginait pas que sa compagne puisse leur en vouloir autant. L’exécution avec laquelle Elia avait lâché le bloc de glace exprimait toute sa répulsion qu’elle avait envers les hommes. La jeune liche put en comprendre un peu plus sur sa partenaire et son penchant extrêmement prononcé pour les femmes. Si Cyradil n’avait encore aucune idée sur son passé, elle pouvait s’en faire maintenant une idée simple.

    La jeune forgeronne laissa tout le loisir à sa compagne de choisir sa tenue, respectant son intimité en ne s’introduisant pas dans la cabine d’essayage. Cyradil avait eu l’intention de lui offrir ce que la jeune brune voulait porter mais cette dernière lui affirma pouvoir payer. Sur ce point, Cyradil n’insista pas, désireuse de ne pas mettre Elia encore plus dans l’embarras. Elle se garda la surprise de ne pas se laisser tenter de découvrir ce que la femme avait choisi. De toute manière, son diadème l’empêchait de voir quoi que ce soit. Cependant, lorsque Elia sortit de la cabine et que la liche l’entendit vouloir se présenter à elle, Cyradil s’autorisa un petit coup d’œil. Elia était vraiment magnifique dans sa tenue cérémoniale. La timidité que la forgeronne aimait tant ressortit sur ses joues et elles se dirigèrent vers la caisse pour régler leurs achats.

    Dès lors qu’elles sortirent de l’établissement, les deux femmes purent observer des patrouilles s’activer, à la recherche de deux femmes ayant commis un délit que les concernées ne reconnurent que trop bien. Si Cyradil n’avait absolument pas peur de les confronter et pouvait expliquer la situation sans problème. Elle savait que son statut lui donnait une certaine aisance pour se défaire de ce genre de situations bien qu’elles n’aient agi que pour se défendre. Sans doute que si elles avaient confronté les deux hommes, la situation aurait été la même et elles en seraient sans doute venues aux mains.

    Cependant, Cyradil n’eut pas vraiment le temps d’avancer. Cette fois-ci, sa compagne prit les devants en la soulevant et l’emportant loin des gardes. Une partie de cache-cache à Ikusa ? L’idée était plaisante mais ce qui était encore plus agréable était sans doute le fait de se faire porter comme une princesse. La jeune blonde profita alors de leur proximité pour passer ses mains autour du cou de sa compagne pour se stabiliser et éviter de tomber. Elle laissa ensuite la jeune brune la guider, se blottissant contre elle du mieux qu’elle le pouvait. Cette escapade semblait procurer une grande joie et bientôt, la jeune forgeronne se mit à rire en cœur avec la présumée espionne.

    « Bon, je pense qu’on sera tranquille pendant un moment. Prenez cette direction puis tournez au deuxième carrefour. Il y a un bon restaurant dans ce coin-là. »

    Cyradil semblait avoir pris du plaisir à être portée de la sorte. En effet, elle préférait rester dans les bras de sa compagne du soir si cette dernière le désirait. Après tout, Cyradil restait une noble et elle aimait qu’on s’occupe un peu d’elle. Le contact n’était peut-être pas aussi délicat que lorsqu’elles s’étaient enlacées dans le bain mais c’était tout aussi appréciable. Cela dit, si Elia refusait de continuer à la transporter, elle finirait le chemin à ses côtés jusqu’à arriver au restaurant. Dans tous les cas, la jeune demanderait de redescendre en atteignant l’entrée dans un souci de bienséance.

    L’établissement s’agençait en plusieurs rangées de tables dont toutes étaient isolées par des sortes de paravents afin que les clients puissent profiter d’une certaine intimité. On pouvait y commander à peu près n’importe quoi pourvu que l’on y mette le prix. A raison, puisque la nourriture était de qualité. Elle invita son amie à s’asseoir à une table vide en espérant ne pas se faire importuner. Bien que le restaurant possédait une certaine réputation, les dragueurs existaient à toutes les strates de la société. Si les hommes du bas peuple étaient claires sur leurs intentions, ceux de la haute étaient en général beaucoup plus subtile.

    « Je voudrais vous remercier de la soirée que vous êtes en train de m’offrir. J’en découvre sur vous à chaque instant. »

    Le visage de la liche irradiait de joie. Elle se sentait comblée et continua sur la même lancée :

    « Je vous trouve vraiment jolie dans cette tenue. Cela vous va à ravir. »

    Concernant le repas, la liche commanda du poulet rôti avec des pommes de terre. Si l’on s’imaginait que des gens de sa classe puisse avoir le palais raffiné, Cyradil aimait juste le goût des choses simples. N’importe quoi pourrait la satisfaire en ce moment car pour elle, le plus important restait de partager ce moment en compagnie de son amie. Dans l’intimité de leur table, Cyradil accepta de retirer son diadème pour observer sa compagne. En même temps, comment résister à cette petite bouille adorable. Cela lui rappelait Rizka d’une certaine manière mais avec une facette plus…épineuse.

    « Dites-moi ? Vous restez longtemps à Ikusa ? Si vous prévoyez de repartir en voyage, vous pourrez venir me voir si vous avez besoin de réparer ou d’entretenir votre équipement. Je peux même vous faire ça gratuitement pour cette formidable nuit. »

    Et pourquoi pas une autre soirée dans les bains avant de partir ? Cette fois-ci, elles pourraient s’essayer à d’autres activités comme les massages par exemple. Là, elles pourraient prendre tout leur temps plutôt que d’attendre une rencontre à l’improviste. Peut-être même que Cyradil aurait droit à un autre porté ? En tout cas, l’évocation de l’idée la fit rire tandis qu’elle portait la fourchette à sa bouche.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Elia Steren
    Elia Steren
    Messages : 111
    crédits : 769

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t804-elia-steren-terminee
  • Jeu 19 Jan - 0:38
    Alors qu'elle courrait, le rire de la liche la fit elle même s’esclaffer de plus belle. Elle avait la sensation d’être une voleuse de vertus, s'échappant après avoir kidnappé une princesse de sa tour d'ivoire. Elle était poursuivit par milices de son diabolique père qui voulait la marier de force au vil roi local. Comme dans les romans d'amours qu'elle lisait depuis qu'elle était jeune. Sauf que souvent, c’était un garçon dans son rôle. Elle n'avait pas cette chance, malheureusement.

    Et finalement, après une bonne course, la blonde lui indiqua de tourner plusieurs fois pour atteindre un restaurant. Elle s’exécuta en ralentissant, sans jamais la relâcher. C’était agréable de l'avoir contre elle. Ça ne donnait pas envie de la relâcher. Elle sentait bon en plus, difficile a croire que c'etait un...cadavre. Oh, il valait mieux ne pas dire ça a voix haute. C'etait sans doute vexant potentiellement.

    Elles furent bientôt a l'intérieur, Elia du la déposer a contrecoeur, le visage marquant totalement son manque d'envie de le faire. Elle etait peut etre un peu trop tactile...mais comment ne pas vouloir l'etre avec une fille pareille ? Elle aussi avait des envies...elle ne pouvait meme pas vraiment s'en vouloir. Elle voulait juste faire attention. Ne pas ruiner le début de l'amitié potentiel avec des stupides pulsions humaines.

    - ..Me...remercier ?

    Elle etait a peine assise qu'elle etait déjà de nouveau prise de court. Elle n'aurait pas pensé que ce soit bien a ce point pour elle ? Avec son experience, Elia avait supposé qu'elle avait l'habitude de vivre ce genre de chose, avec des gens. Bon, elle avait bien dit qu'elle etait solitaire, mais quand meme. C’était bien pour ça qu'elle avait eu plusieurs fois honte d'elle meme, se trouvant un peu ridicule.

    - Ne me remerciez pas je...je suis aussi ravie. Je m'amuse beaucoup.

    Elle remarqua le regard de la liche et du se rendre a l'évidence. Elle était aussi contente qu'elle de la soirée. Ça n'allait pas que dans un sens. Bon, tant mieux, au moins ça l'a rassurait sur le fait d’être un peu trop nouille. Elle hésita un peu, achevant de rosir, et ajouta en parlant un poil plus vite pour ne pas rester trop la dessus.

    - J'ai toujours voulue avoir...une amie.

    Elle fut sauvée par l'arrivée du serveur, et sans meme reflechir, commanda simplement la meme chose que son amie. En la regardant parler, elle trouva qu'elle avait une jolie bouche. Et maintenant qu'elle pouvait voir son visage en entier, elle ne pouvait pas tant reprocher que ça aux deux hommes d'avant d'avoir voulu les approcher.

    - H...hein ? Oh euh, de l'eau. Juste de l'eau.

    Le serveur disparut, et elle retomba sous l'emprise de la blonde, buvant ses paroles avec ses grands yeux ouverts l'observant. Elle en avait trop dit sur elle. Sa mère aurait honte. Mais etait ce mal d'avoir juste envie d’être...normale ?

    - Oh euh..voyage ?

    Flute, elle devait se concentrer. Et arreter de penser a cette horrible image de l'avoir nue contre elle pour dormir au chaud sous sa couette comme une bouillotte. Elle devait se ressaisir.

    - Et bien, je viens de rentrer mais je vais sans doute vite repartir vite. Je ne sais pas encore ou.

    Et de toute façon elle ne pourrait évidemment rien lui dire. Peut etre qu'elle était tombée dans un sale piège ou la liche faisait tous pour la faire parler pour le compte d'un ennemi du Reike. Elle n’espérait pas. Elle aurait l'impression d'avoir sa propre vocation retourné contre elle. Et comme elle n'avait pas voulu briser le cœur de Ssisska, elle ne voulait pas trop que ça lui arrive a elle non plus.

    - ...Je viendrais. Mais uniquement si c'est vous qui vous occupez de moi.

    Elle lui sourit a nouveau, sans se rendre compte du possible double sens que venait d'avoir sa phrase. Difficile de croire qu'elle etait si douée d'habitude, avec toute les erreurs qu'elle faisait depuis le début de la soirée.

    - Et si vous voulez, vous aussi vous pourrez venir. Chez moi je veux dire. Vous connaissez le chemin en plus.

    Sauf qu'elle, elle n'avait pas vraiment vocation a réparer son équipement...
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 107
    crédits : 2224

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-termine
  • Jeu 19 Jan - 10:29
    C’était amusant d’observer que Elia avait commandé exactement la même chose. Elle pensa à une étourderie mais ce n’était sans doute pas le cas. En fait, il s’agissait sans doute de la première fois que l’on invitait la jeune brune au restaurant sans arrière-pensée. Si certains aimaient exploiter les gens lorsqu’ils manifestaient leur côté vulnérable, ce n’était pas le cas de la liche. Au contraire, cela lui donnait encore plus de raisons de les chérir. Même les plus doués en manipulation usaient de subterfuges avancés ou de magie pour faire ployer leurs victimes mais pas la jeune blonde. Il lui suffisait simplement d’être gentille et les gens s’ouvraient à elle.

    Cyradil n’obtint pas beaucoup plus d’informations sur les prochains voyages de la jeune humaine mais au moins, elle obtint une promesse de la revoir. Evidemment qu’elle ne laisserait aucun de ses subordonnées la servir. Certes, ils savaient se tenir mais la jeune blonde connaissait les craintes de sa compagne et préférait la mettre dans de bonnes dispositions. Et puis, Cyradil aimait juste aussi mettre la main à la patte de temps en temps. Cela lui rappelait les bons souvenirs passés avec son père. Elle travaillait son esprit mais son paternel lui avait tout de même appris les arts de la forge, juste au cas où. Décidemment, ce fut un grand homme jusqu’au bout.

    « Ne vous en faites pas pour cela, je demanderais à ce que l’on vous guide à mon bureau directement. Je peux même enchanter vos objets si vous le désirez. Ah et il y aussi quelque chose que je voudrais vous montrer un jour si d’avenir vous passez dans l’un des établissements des FMR. Je suis souvent à Ikusa. Et vous pourrez me demander si vous n’avez pas confiance. »

    Elle marqua une pause, constatant un certain  inconfort chez la jeune femme avant de la rassurer.

    « Détendez-vous. »

    Le repas fut accompagné d’une petite mélodie chantée par une ravissante femme aux cheveux flamboyants. D’une certaine manière, cela lui rappelait la jeune sirène qu’elle avait rencontrée à l’oasis. D’ailleurs, Cyradil espérait qu’elle allait bien et que cette dernière n’avait pas causé davantage de victimes. La jeune liche serait très triste si elle devait apprendre qu’on l’avait arrêtée. Les tables étaient suffisamment spacieuses pour accueillir deux personnes de chaque côté. Tapotant sur le siège en velours de son côté, elle invita la jeune brune à s’installer près d’elle, de manière à ce qu’elle puisse profiter du spectacle sans avoir à tourner la tête sans cesse.

    Instinctivement, Cyradil reproduisit les mouvements qu’elle avait observé chez sa mère des décennies plus tôt. Incitant sa compagne à poser sa tête sur son épaule, la jeune liche passa un bras autour de son épaule de manière à l’installer confortablement. C’était sans doute dans un désir protecteur que la jeune blonde avait agi mais elle avait également remarqué une certaine réticence à vouloir se défaire d’elle lorsque l’espionne la porta. De cette manière, la jeune forgeronne répondait à ses sollicitations du mieux qu’elle le pouvait.

    « Moi aussi, au fond, j’ai toujours voulu d’une amie. C’est un peu ridicule de se dire que c’est vraiment facile finalement et qu’il faut simplement s’ouvrir au monde…enfin, il faut trouver les bonnes personnes aussi et ça, ce n’est pas toujours simple. Quand j’étais encore aux études, il me semble que certains étudiants se retrouvaient justement en amis pour passer du temps dans leurs domaines respectives et même y passer la nuit. Du coup, quant à votre proposition, ça vous dirait que vous m’hébergiez ce soir ? Je connais le chemin, certes mais je pense que cela serait plus agréable si vous m’invitiez à y entrer en personne. »

    C’est ce que faisait les amis après tout non ? En fait, Cyradil n’en savait rien mais son instinct lui dictait que c’était sans doute la meilleure chose à faire en ce moment. Et sans doute aussi parce qu’elle ne voulait pas que la soirée se termine aussi peut-être…
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Elia Steren
    Elia Steren
    Messages : 111
    crédits : 769

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t804-elia-steren-terminee
  • Ven 20 Jan - 0:20
    Elle sourit a la réponse de la liche. Elle avait voulu dire ça en plaisantant, songeant qu'elle devait avoir beaucoup a faire avec son travaille, et qu'elle voulait simplement la voir un peu ce jour la pendant qu'on refaisait son équipement, mais voilà que visiblement, elle voulait directement s'en occuper, elle meme ? C'etait sans doute un cadeau mais...

    - Oh mais...je ne veux pas vous faire perdre du temps, vous...

    Elle s’arrêta au milieu de sa phrase. Le même éclat dans son regard qu'elle n'avait pas pu bien voir avant d’être ainsi attablée. Elle semblait aussi en joie. Contente de pouvoir l'accueillir et de lui faire profiter de son art. Alors pour ainsi la repousser ? Non, au contraire. Elle était heureuse de pouvoir accepter, et sourit doucement en inclinant la tête.

    - Merci beaucoup, Cyradil. Ce sera un plaisir. Non, un honneur.

    Elle tourna la tête vers le spectacle qui allait commencer. Une magnifique femme qui devait aussi bien compter sur sa voix que son physique commençait a laisser éclater des vocalises sur une petite scène a l'extrémité opposé du restaurant. Et alors qu'elles commençaient a manger, une étrange idée lui vint en tête.

    Tout cela n’était il pas trop facile ? Certes c’était elle qui était aller jusqu'aux termes. Mais la liche semblait déjà bien la connaître. S’était rapidement rapproché, avait accepté toute les gaucheries qu'elle avait bien pu faire au court de la soirée. Soit c’était vraiment une perle..soit, n’était elle pas en train de tomber dans un piege machiavélique, ou Cyradil allait l'utiliser pour récolter des informations sur le pouvoir et toute les personnes qui pouvaient etre au dessus de l'espionne ?

    Comment cette petite créature au visage angélique pouvait être autre chose qu'un vil démon ayant prit une apparence attaquant le cœur et l'esprit de la jeune Reikoise pour conquérir son cœur et ainsi pouvoir fomenter un vil complot de...

    Elle sauta littéralement sur ses pieds, debout, quand la blonde lui fit signe de venir se mettre a coté d'elle, et changea aussitôt de coté. Idiote, Elia, tu n'as aucune volonté avec les jolies filles ! Tu devais etre terrible, imperturbable ! Ne pas etre aussi...malléable.

    Son cœur manqua un battement en voyant la blonde lui indiquer la marche a suivre, et elle posa doucement, timidement, sa tète sur son épaule. Elle semblait avoir était faite pour accueillir avec délicatesse la joue de la supposée assassin, qui manqua presque de ronronner tant le contact etait agréable, ainsi, l'une contre l'autre. Elle manqua un deuxieme battement quand le bras se referma sur elle, la réchauffant d'une présence douce et attentionnée.

    - Vous...vous essayez de m'hypnotiser en fait... ?

    Elle ne bougea pas. Au contraire. Si Cyradil avait passé son bras, elle, passa le sien autour de la taille de la liche, la serrant affectueusement pour les liés définitivement l'une contre l'autre. Elle sentit plusieurs regards sur elles, mais ca ne lui donna envie que de la serrer encore un peu plus fort.
    - Nan parce que si on est serieuse deux minutes...regardez nous. On se connait depuis quoi, deux heures ? Et nous voilà ainsi l'une contre l'autre, telle deux amantes en fuite. Ah oui, vous etes la princesse et moi le chevalier. Comme dans les romans.

    Elle soupira de façon audible cette fois, et aurait encore plus apprécier le contact si elle n'avait pas fini par s'étrangler. Chez elle ? Ce soir, la, maintenant, tous de suite ? Dormir toute les deux ? Bon sang de bonsoir c’était vraiment de plus en plus louche...et aussi de plus en plus plaisant dans son imagination de jeune femme totalement romantique et fleur bleue. Elle s'imagine ainsi un instant s'endormir la tete sur les genoux d'une Cyradil lui caressant tendrement les cheveux, assise sur un sofa confortable devant la fenêtre de sa tour, observant la pluie. Plus roman d'amour pour adolescente ça n'existait pas.

    - Vous..vous êtes sérieuse ? Je...je n'ai qu'un seul lit.

    Et puis comment pouvait elle lui faire confiance a ce point ? Avec tout ce qu'elle savait sur elle, son travail, ses capacités physiques, sa magie. Elle venait littéralement se jeter dans la gueule du loup. Ou alors c’était elle qui se méfiait trop ? Peut être une déformation professionnelle. Elle avait apprit a toujours ne croire qu'elle même en mission, et analyser chaque personne pour en tirer ce dont elle avait besoin. Elle n'avait pas fait ça avec Haz et c’était bien la seule personne.

    Elle se redressa pour regarder la rousse dans les yeux, leurs visages très proche. Pour ne pas etre entendu par des oreilles indiscrètes, elle se mit a murmurer.

    - Ca me ferait plaisir mais...n'est ce pas un peu rapide d'ainsi venir chez moi ? Je veux dire, pas que je m'attends a quoi que ce soit, mais...de votre coté...vous me faite vraiment confiance ? Je pourrais vous faire des sales trucs, de la torture ou..je sais pas. Je suis pas une bonne personne.

    Elle baissa un peu les yeux, et ne pu s’empêcher d'approcher son visage encore plus proche, droit vers ses lèvres...et dévia juste a temps pour que leurs joues se frôlent et qu'elle vienne murmurer droit dans son oreille.

    - Et puis je ne dors jamais avec une fille qui ne me tutoie pas.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 107
    crédits : 2224

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-termine
  • Ven 20 Jan - 14:09
    Cyradil était loin d’imaginer que ces gestes puissent susciter autant de réactions ni qu’elle se faisait soupçonner de cacher ses véritables intentions. La jeune blonde s’était comportée de la même manière avec Rizka et Siriane, se comportant par pure bonté envers ces dernières. Il y avait quelque chose de différent avec Elia, peut-être lié à sa vie passée ou à ses fonctions actuelles que la jeune liche supposait ne pas être tout à fait légales. Pour autant, Elia ne semblait pas refuser sa proposition, se précipitant même pour se placer à ses côtés comme si la jeune humaine ne pouvait lui résister. Pourtant, la jeune blonde n’avait eu recours à aucune magie de coercition. Et même si elle en possédait, la jeune forgeronne préférait largement que les gens lui expriment leurs sentiments réels plutôt que de leur imposer une façade. La question de son interlocutrice lui fit plisser les yeux, se demandant d’où pouvait bien venir cette position défensive soudaine.

    « Je n’ai pas cette faculté. Enfin, disons que je ne l’ai plus plutôt. Ma famille est installée au Reike depuis plusieurs décennies. Nous n’avons jamais trompé personne et je vous assure que cela ne commencera pas avec moi. Si l’on apprend que je vous ai nui, c’est moi qui me retrouvait dans de sales draps. Et puis, j’ose penser que si votre demeure se situe aussi proche du palais impérial, ce n’est pas totalement anodin. Je serais prête à parier que vous avez quelques contacts hauts placés. Pour ma part, je désirais simplement passer une nuit chez quelqu’un que je trouvais sympathique, voilà tout mais si vous pensez que c’est trop tôt, je respecterai votre décision. »

    Ce n’était pas dans son habitude de jouer aux bras de fer. Cela finissait toujours par être épuisant et c’était un exercice auquel elle s’était confrontée beaucoup trop de fois. Cette fois-ci, Cyradil aspirait sincèrement à passer une soirée sans encombres. D’autant plus qu’elle n’avait pratiquement rien caché à Elia depuis le début de la soirée mais de là à avoir peur de son interlocutrice ? Il ne fallait peut-être pas aller aussi loin. Cyradil n’en restait pas moins une liche et une personne distinguée alors il n’était jamais très bon de croire que l’on pouvait attenter à sa vie aussi facilement. Lorsque la jeune brune approcha son visage d’elle, la jeune liche eut un léger mouvement de recul jusqu’à ce que Elia ne lui murmure sa « condition » dans l’oreille. Si elle avait eu l’intention de faire ce que Cyradil pensait, cette dernière l’en aurait empêchée aussi froidement qu’elle l’avait fait avec Siriane.

    « Vous devriez faire attention avant de menacer une liche Elia. Il n’y a pas de pire torture que celle que j’ai subie en me faisant arracher l’âme de mon corps puis de le réintégrer dans celui-ci une fois morte. Ce court laps de temps durant lequel on ne sait pas si l’on va vivre ou mourir…puissiez vous ne jamais le connaître. Je ne me serais pas ouverte à vous si je ne vous faisais pas confiance…si je ne te faisais pas confiance. Tu es une bonne personne Elia. Autrement, tu n’aurais jamais agi de la sorte avec moi. Il y a des émotions que l’on ne pourrait jamais feindre même avec tous les sortilèges du monde et ça, ma longue quête de recherches sur les arcanes me l’a apprise. »

    Imperturbable, la jeune blonde reposa simplement la tête de la jeune humaine sur son épaule, totalement insensible à sa tentative de séduction. Elle l’avait déjà expliqué en ce sens que Cyradil était relativement intransigeante sur la question amoureuse. Et puis, elle pensait que les gens devraient apprendre à se contrôler parfois et à ne pas systématiquement vouloir céder à leurs pulsions. Des millions d’années d’évolution pour s’effondrer à la moindre convoitise primale, c’est un peu triste quand même…

    « Tu devrais apprendre à contrôler tes instincts Elia. Je ne dis pas cela pour moi bien sûr, tu n’as rien à craindre à mes côtés mais je dis surtout cela pour tes prochaines rencontres. Je sais que tu es capable d’ériger une véritable façade autour de ta personnalité doucereuse mais gare à ceux qui arriveront à percer ton armure. »

    Son visage se détendit ensuite et sa voix reprit un ton plus chaleureux.

    « Et puis franchement, tu disais que tu as toujours voulu avoir une amie. Tu voudrais vraiment torturer ton amie alors que tu sembles t’entendre si bien avec elle ? Si j’ai retenu une chose de ma précédente vie, c’est qu’on ne peut pas faire tout, seul. Il faut s’entourer de gens de confiance pour avancer. Ce soir, j’ai décidé de t’accorder la mienne. A toi de voir si tu veux en faire de même. Sache juste que je déteste être trahie. »

    Ce n’était pas tellement une menace mais plutôt un choix. Elia était bien sûr libre de partir et de couper court à la soirée dès maintenant mais cela serait un peu dommage. Dans tous les cas, la jeune liche avait été sincère sur ses intentions. Peu importe ce que Elia choisirait, elle ne lui en voudrait pas.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Elia Steren
    Elia Steren
    Messages : 111
    crédits : 769

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t804-elia-steren-terminee
  • Sam 21 Jan - 2:25
    - Uh... ?

    Elia n'avait pas du tout vu venir la réponse de la blonde. Visiblement sa remarque avait été...mal interprété ? Elle avait d'abord écouté consciencieusement la première réponse, ayant l'impression que Cyradil avait prit sa remarque un poil trop au premier degrés. Elle ne s'etait pas attendue a ce que la liche pense vraiment qu'Elia l'accusait de quoi que ce soit.

    - Non, je...

    Pas le temps de continuer qu'elle enchainait...Uh ? Menacer ? Mais...mais non ! Au contraire, elle avait l'impression que la liche etait un peu trop confiante, et elle avait simplement voulu sous entendre qu'elle devrait se mefier un peu plus d'une inconnue. Pas du tout l'inverse.

    - Ce n'est pas du tout ce que...

    Et elle continuait toujours. Elle la tutoyait meme, et cela fit rougir directement la jeune reikoise. On ne l'a tutoyait quasiment jamais. A part sa mere. Et durant les missions, mais c’était Eryah, ou bien Aella, ou parfois Myrié. Jamais «Elia ». Elle aurait trouvé ça adorable si la situation n'etait pas en train de s'écrouler aussi vite qu'elle s'etait mise en place. Une boule se format dans son ventre. Avait elle tout gâchée avec une petite boutade et une phrase dite sans vraiment réfléchir ?

    - Mais je... !

    Dans un petit bruit de peau contre tissu, elle se retrouva de nouveau avec la tête sur l'épaule de Cyradil, remise en place d'autorité par son aînée. Des pulsions ? Nan mais franchement ! Elle avait un cœur d’artichaut et des yeux un peu lubrique sur le corps de son amie, mais elle n'avait...oh, elle avait vraiment cru qu'elle avait hésité a l'embrasser ? A cette pensée elle s'embrassa. Elle, embrasser une fille ? Elle avait déjà du mal a lire une scène romantique dans les livres sans agiter les pieds d'un air gêné, alors en vrai ? C’était vraiment juste pour parler dans son oreille !

    - Bien sur que non, je ne le ferais pas. Quand a parler de trahison n'est ce pas un peu fort ? Je...je voulais juste vous...te parler sans que tous le monde entende.

    Elle redressa de nouveau la tête pour la regarder, un peu moins souriante, ses cheveux aussi noirs que ses yeux tombant en cascade autour des deux femmes. Comment répondre a tout ça sans avoir l'air de se justifier ? Elle aurait voulu dire qu'elle ne voulait pas lui montrer certaines parties de ses activités ou elle même culpabilisait beaucoup. Mais elle repoussa aussitôt cette idée dans un coin de sa tête.

    - Et puis en plus, après ce que je t'ai dis sur le fait que je suis...sur ma...pureté...ne crois pas que je vais te sauter dessus comme ça voyons. Et puis le lit est grand, on pourra carrément dormir chacune a une extrémité sans jamais avoir l'impression que l'autre est aussi la.

    Une liche, ça dormait d'ailleurs ? Encore une question qui lui venait soudainement en tete. Mais visiblement, elle serait bientôt fixé. Elle reposa finalement sa tête et soupira. Les relations sociales c’était bien plus simple quand il n'y avait pas d'émotions a la clé. Quand elle ne faisait rien d'autre que faire semblant, elle parvenait bien plus aisément a jouer le jeu. A rester en contrôle.

    - Excuse moi. Si tu as mal pris ce que j'ai dis. Ou une autre action depuis que nous sommes ensemble. Ce n’était vraiment pas le but. Je n'ai pas envie qu'on se fâche déjà.

    Elle enroula négligemment son doigt autour d'une mèche de cheveux de la blonde, sans tirer, et relâcha la pointe désormais bouclant un peu. Elle avait raison sur ce point. Impossible de toujours tout faire seul. Et pourtant c'etait exactement dans cette optique qu'elle avait été élevé et éduquée. Pour etre seule derriere les lignes ennemies.

    - ...Tu veux regarder encore... ? Sinon je peux...te porter jusqu'à chez moi ?

    Elle sourit plus timidement.

    - C'est le boulot du chevalier, de porter la princesse, non ?
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 107
    crédits : 2224

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-termine
  • Sam 21 Jan - 10:43
    Quelle innocence tout de même. Globalement, Cyradil avait simplement essayé de lui donner des conseils. Elle savait que Elia ne lui ferait pas mal. Il n’y avait qu’à voir comment elle s’était précipitée pour venir se blottir contre son épaule. C’était presque effrayant d’avoir ce contrôle d’ailleurs. Cependant, la jeune humaine avait raison, il ne fallait pas qu’elles se fâchent dès la première nuit autrement elles ne pourraient faire perdurer cette amitié naissante bien longtemps. Elia tenta de s’expliquer en essayant de ne pas se justifier mais c’était peine perdue, elle le fit quand même. Cyradil la laissa même jouer avec une boucle de ses cheveux.

    « Mais non, je ne suis pas vexée, ne t’en fais pas. En fait, je disais ça surtout pour toi. Je serais vraiment attristée s’il t’arrivait quelque chose. Pour être honnête, je ne m’attache pas souvent aux gens mais quand je le fais et bien, j’ai tendance à le faire rapidement. C’est sans doute pour cela que j’ai tendance à être mue par un sentiment protecteur envers les gens qui me sont chers. Je trouve que ton côté doux et aimant est une sorte de joyau qu’il faut protéger. D’une certaine façon, je comprends pourquoi il ne faut pas le montrer à tout le monde. »

    Le spectacle battait donc son plein. Il y avait des musiciens dont certains passaient entre les tables pour faire profiter les clients qui le voulaient bien de leur talent. Ces derniers leur donnaient un pourboire pour leur prestation. Lorsque l’un deux s’approcha à la table des deux femmes, il eut un air plutôt surpris de les voir ainsi blotties mais ne dit rien pour autant. Fouillant dans ses robes, la jeune forgeronne sortit une pièce d’or et la déposa dans la main du musicien, le faisant aussitôt disparaitre. Cyradil repensa ensuite à la soirée du bal des ombres et se dit que s’il avait rencontré Elia plus tôt, elle l’aurait peut-être invité à danser ?

    « Tu aimes jouer avec mes cheveux ? Je te laisserais les coiffer si tu veux, avant que l’on aille dormir. »

    Elia n’avait que la vingtaine passée et Cyradil se doutait bien que la jeune femme n’avait pas eu beaucoup d’occasions de faire de ce que ses anciens camarades appelaient «  des trucs de filles ». Cela dit, la jeune liche non plus. Du coup, il était naturelle que cette dernière ait envie de partager ces choses-là avec l’humaine. Cyradil décida de rester encore un moment. Il était d’ailleurs assez étonnant de remarquer que la jeune liche ne commanda aucune boisson alcoolisée. En effet, elle méprisait ces boissons qui altéraient la raison et le jugement et n’en avait pour ainsi dire jamais goûté. Au contraire, elle appréciait beaucoup les jus de fruits ou le lait. Un côté enfantin qu’elle avait sans doute gardé depuis ses jeunes années. Evidemment, lorsque Elia lui proposa de la raccompagner de la même façon que la liche s’était déplacée jusqu’ici, elle y répondit par l’affirmative.

    « Pourquoi c’est toujours moi qui doit jouer la princesse mmh ? »

    Elle accentua sa phrase par un air faussement contrarié avant de se mettre à rire, incapable de garder son sérieux face à une requête aussi timidement et innocemment formulée.

    « Je plaisante bien sûr. Tu peux me porter si tu en as envie. Enfin, on aura l’air de deux tourterelles avant leur première nuit de noces mais c’est ça qui est amusant. »

    Quoi qu’il en fut, la jeune blonde se laissa porter, s’agrippant bien fermement au cou de son amie pour ne pas chuter. Il ne fallait pas entacher ce moment délicat par un accident, cela serait dommage. Dans les rues sombres d’Ikusa, les deux femmes avançaient tranquillement. Au détour de l’une d’entre elle, il y avait un homme assis à même le sol. Celui-ci devait sans doute être là depuis longtemps et semblait contempler les passants avec un regard triste. Curieuse, la jeune blonde le pointa discrètement du doigt.

    « Tu peux m’emmener près de lui s’il te plait ? »

    Arrivée devant l’homme, la jeune blonde demanda à Elia de s’agenouiller pour que la liche soit à sa hauteur. Celui-ci semblait vieux et épuisé par le poids des années et pourtant, son regard suggérait que sa raison ne l’avait toujours pas quitté. Contrairement à leurs deux poursuivants au début de leur soirée, il n’était pas mu par une certaine bestialité en voyant les ravissantes jeunes femmes.

    « Que faites-vous ici mon brave ? »

    « J’attends que la mort vienne me saisir madame. La guerre m’a tout pris. Je n’ai même pas pu profiter de ma femme suffisamment longtemps pour que l’on ait des enfants…et mes champs…partis en fumée à cause des batailles. Je…je n’ai plus rien…oh, j’ai bien décidé de plaider ma cause mais j’en suis encore à me demander comment on obtient une audience avec les dirigeants ici…»

    Ikusa était une grande ville. Une ville sûre et extrêmement bien contrôlée. Pour autant, est-ce que tous ses habitants y vivaient joyeusement ? Assurément que non. Il y avait toujours une partie de la population qui était écartée et qui vivait dans des conditions précaires. Si elle avait déjà rencontré des gens faisant semblant de s’inventer une histoire tragique pour susciter l’émoi et collecter quelques fonds, cela n’était pas le cas ici. L’homme semblait vraiment avoir été éprouvé par la vie et la mise en scène était bien trop réelle pour n’être qu’un simulacre. Les voyant ainsi entrelacées, l’homme esquissa un sourire. Sans doute, l’un des rares moments de joie qu’il eut depuis la fin de la guerre.

    « En tout cas, je vous souhaite beaucoup de bonheur à toutes les deux. Je prierais les astres pour qu’ils vous accordent leur bénédiction. »

    Voilà une phrase qui ne manquerait pas de faire sursauter sa compagne. De son côté, Cyradil lui rendit son sourire. Fouillant dans ses robes, elle en sortit une petite bourse de laquelle elle avait extrait une poignée de pièces d’or qu’elle tendit à l’homme.

    « N’attendez pas que l’on fasse quelque chose pour vous, agissez de votre propre chef. Que dirait votre femme en vous voyant dépérir ici ? Pensez-vous réellement qu’elle serait fière de vous ? »

    L’homme la regarda d’un air vide avant de serrer ses poings comme s’il avait été rattrapé par des années de regrets. Il saisit les pièces d’or et les fit disparaitre sous son manteau.

    « Je vous donne de l’élan pour que vous puissiez prendre un second départ. Ne le gaspiller pas inutilement. »

    « Vous êtes bien trop aimable madame. Il faudrait plus de gens comme vous dans ce monde. »

    Il se leva ensuite, s’inclinant humblement devant les deux femmes avant de disparaitre dans une des rues de la capitale. Une fois parti, Cyradil soupira longuement. Elle ne pourrait sans doute pas toujours jouer les bons samaritains mais cela lui faisait du bien de sortir quelqu’un de temps à autre. Non pas pour se donner bonne conscience mais parce qu’elle savait que personne ne serait là pour aider ces pauvres gens.

    « C’est exactement de cela que je parlais Elia. Des gens comme lui, il y en a partout si l’on cherche bien. Mais les gens préfèrent maintenir une façade en prétendant que tout va pour le mieux alors que des gens souffrent réellement. Je sais que je ne pourrais pas tout arranger en étant seule mais pourtant, je continue à le faire. Et c’est pour cela aussi que j’ai besoin de m’entourer de gens bien. Des gens qui savent ce qu’est la souffrance d’avoir tout perdu. Ce n’est pas mon cas mais j’essaie chaque jour de les comprendre un peu. »

    Reprenant la marche, elle se laissa guider jusqu’aux appartements d’Elia, sagement blottie contre elle. Si la jeune blonde l’avait pu, elle se serait sans doute endormie tendrement avant d’arriver à destination.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Elia Steren
    Elia Steren
    Messages : 111
    crédits : 769

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t804-elia-steren-terminee
  • Sam 21 Jan - 16:08
    Elle avait rougit. Doux et aimant, c'etait comme ça qu'elle la voyait ? Piouf. Elle pouvait bien dire ce qu'elle voulait sur les pulsions, mais a force de lui balancer des phrases pareilles a la figure, comment ne pas avoir son petit cœur battre plus rapidement ? Elle souffla légèrement, le visage dissimulé contre la tenue de la blonde, et ne répondit pas vraiment.

    Elle pensait différemment. Elle était caché car elle était une arme. Et il ne fallait pas dévoiler ses armes a ses ennemis, pour profiter de l'effet de surprise. A aucun moment elle ne s’était jamais imaginé que ca pouvait etre pour la protéger elle du reste du monde. Et elle n'y croyait pas un seul instant. Sinon a quoi bon l'avoir envoyé dans les bas fond de liberté pendant plusieurs mois, dans la crasse la puanteur et la mort ? Elle soupira.

    - Oui, je suppose. Ils sont magnifiques. Presque...enfin on dirait presque qu'ils sont enchantés.

    Elle avait quasiment les deux mains sur la boucle précédente, la laissant tourner entre ses doigts avec une pointe d'envie. Elle avait bien aimé la coiffé dans l'eau, et elle ne pu s’empêcher de sourire a la perspective de pouvoir a nouveau profiter de ses cheveux complet entre ses doigts. Elle avait tout un nécessaire pour s'occuper des cheveux et pourrait les utiliser sur quelqu'un d'autres, pour une fois.

    Elle songea alors qu'elle allait avoir sa propre peau a découvert. Elle ne mettait que rarement ses lotions pour dormir. Elle ferait une exception pour ce soir, pas la peine de laisser voir la liche le champ de guerre qu’était son dos, recouvert de cicatrices profondes et que la magie de soin n'avait pas pu faire disparaître.

    - Pourquoi c'est toi la princesse ? Parce que tu es toute douce et magnifique. Moi je suis le chevalier parce que j'ai des abdos, c'est tout simple.

    Elle sourit, moqueuse, et rigola même en réponse a celui de la blonde. Et quand elles eurent terminés d’être le second spectacle de la soirée, tant elles étaient observées, elle se leva et ouvrit les bras pour accueillir son amie. Elle passa ses mains sous ses fesses, a nouveau, et la souleva gentiment pour qu'elle s'installe confortablement.

    Plus de gardes a leur recherche, elles avaient tous le loisir de marcher lentement pour profiter des rues nocturnes. L'ambiance était agréable, et la blonde avait a peine besoin de se tenir. Elle pouvait sentir les mains fortes et les bras musclés la tenant gentiment sans aucune difficulté. Elle aurait sans doute même pu se lâcher sans courir le moindre risque.

    Elle s’arrêta en entendant la blonde lui désigner un homme. Elles n’étaient plus très loin de la tour, et elle avait déjà vu cet homme attendre que la vie le rappel. Et visiblement il arriva a attirer l'attention de la liche qui demanda a Elia de s'approcher.

    Elle resta silencieuse tous le long de la conversation, mais elle trouva intérieurement la liche un peu rude avec un vieil homme qui n'avait plus rien au monde. Provoquer ainsi une réaction était certes une technique utilisable, mais elle n'avait pas l'impression que dans ce cas précis, ce n'etait pas forcément la chose qui allait forcément le plus marcher.

    Quand elle s'éloigna, après lui avoir donné un peu d'or, Elia eu la sensation un peu gênante que c’était un peu une solution de facilité. Elle ne croyait pas que la liche avait fait ça pour se donner bonne conscience. C’était un vrai élan de générosité, d'une tentative pour donner de l'espoir. Mais ça restait compliqué pour lui.

    - Il va probablement aller se saouler quelque part avec ton argent, Cyradil. Le problème ne vient pas de lui, il vient de plus haut. Il vient de la vie en général.

    Elle soupira. Elle caressa un peu le dos de Cyradil, ne la tenant plus que d'une main sans que l'impression de force et de solidité ne diminue le moins du monde. Elles se retrouvèrent ainsi en bas de la tour, de l'autre coté du grand dôme. Ainsi, elles étaient a l'opposé de la ou Cyradil était entrée la fois ou elle était venu au bal.

    - Pardon, j'aurais peut être du dire autre chose ? Tu as fais une belle action la bas. Aider les autres est toujours la meilleure chose a faire dans tous les cas. C'est pour ça qu'il y a toujours un peu d'espoir.

    La blonde pu remarquer que la tour n'avait aucune porte de ce coté. Pour entrer, il fallait passer par le dôme, et faire tous le chemin depuis l'intérieur.Elle se sentit soudainement manipuler, jusqu'à se retrouver toujours les bras autour du cou d'Elia, mais cette fois dans son dos. Elle avait une main sous ses fesses toujours.

    - On va prendre mon raccourcit, tiens toi bien.

    Quand la liche fut bien accrochée, Elia prit de l'élan et fit trois pas un peu rapidement en guise d'élan avant de courir vers le mur. Elle utilisa l'appuie de son pied contre la paroie et s'en servit pour se propulser et atteindre une prise plus haut ou elle se suspendit a un bras. La liche pu alors voir qu'il y avait des trous fait a la main dans la paroie, facilitant une ascension. Sans doute l'oeuvre de sa camarade.

    - Ca va, pas le vertige ?

    Tel un petit singe, elle continua son ascension, l'air totalement a l'aise, ses mouvements d'une grande fluidité. Un coup a droite, un coup plus gauche, ses muscles tendues a l’extrême sans qu'elle semble être en difficulté. En levant la tete, la forgeronne pouvait voir une grande fenêtre se rapprocher, et en deux minutes, elles étaient montés. Elia poussa la fenêtre et sauta a l'intérieur. Il faisait sombre, un peu frais.

    - Et voilà. C'est plus difficile en portant quelqu'un ! Mais on aurait mit vingt minutes a faire tous le tour alors bon..

    Elle éclata de rire. La chambre sentait l'odeur de l'humaine, avec un grand lit défait, plusieurs bibliotheques remplit a rabord de livres, plusieurs meubles de rangement, un bureau recouvert de papier en vrac, et deux portes au fond.

    - Je n'etais pas revenu ici depuis quatre mois...ca fait bizarre...enfin, bref. Bienvenue chez moi, mademoiselle la forgeronne.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 107
    crédits : 2224

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-termine
  • Dim 22 Jan - 11:58
    « Tu sais, j’ai des abdos aussi. Enfin, je veux dire, j’ai aussi suivi une carrière miliaire et en principe, les FMR sont une branche spéciale de l’armée reikoise. Bon, peut-être pas autant que toi mais quand même. L’avantage, c’est que je n’ai pas besoin de les travailler puisque mon corps est figé dans le temps mais je garde quand même certaines habitudes par principe. Comme manger ou aller courir quelques matins. Au fait, tu voudrais m’accompagner demain ? Il faudra que tu me ménages, je ne suis pas aussi agile que toi ! »

    L’épisode avec l’homme démuni lui valut quelques remontrances de la part de sa compagne. Cyradil ne pouvait que lui donner raison. Effectivement, il y avait un risque pour que ce dernier n’aille juste dilapider cet argent pour son plaisir. Cependant, avec la somme qu’elle lui avait donné, elle espérait qu’il s’en rendrait compte au bout d’un moment…ou peut-être pas. Quoi qu’il en soit, la jeune forgeronne espérait l’avoir touché au moins un peu.

    « Si je n’avais pas fait ça, personne ne l’aurait fait. Mais tu as sans doute raison, cet homme est trop atteint pour espérer qu’il revienne un jour à la raison. Cependant, si sur un échantillon de mille personne, j’arrive à en sauver une, c’est déjà cela de pris. Répartition des richesses équitables selon le statut qu’ils disaient… »

    Le Reike avait subi de nombreuses réformes depuis qu’elle était née et avant même changé au niveau de son statut politique. Cependant, la jeune blonde trouvait le fait que deux personnes détiennent la totalité des pouvoirs sans que ne leur soit opposé un contre-pouvoir n’était pas un système viable à long terme. Il y avait bien le conseil qui était représenté par la main de l’empereur mais Cyradil se questionnait vraiment sur le réel pouvoir qu’ils avaient d’influer sur les décisions du royaume. Elle aurait bien aimé le savoir en essayant d’occuper un des postes mais était-ce seulement possible de n’avoir ne serait-ce qu’une audience avec le couple royal déjà ? Rien n’était moins sûr et peut-être qu’on y plaçait juste des pions convenants.

    « Non, ça va, je te rappelle que je peux me téléporter quasiment n’importe où ! »

    La jeune liche fut tirée de ses pensées en se sentant secouée. Avant qu’elle ne le réalise, elle était sur le dos de sa compagne qui s’était mise en tête d’escalader la tour. En voilà une façon étrange de rentrer chez soi. L’ascension semblait un peu dangereuse mais elle avait l’air de maitriser ce qu’elle faisait alors ne s’en inquiéta pas. Il ne leur fallut pas longtemps pour atteindre une fenêtre et pénétrer dans la chambre de l’humaine. C’était la première fois que Cyradil était invitée chez quelqu’un sans que ce soit pour un motif quelconque. Cela ressemblait à une chambre d’étudiant. En un peu plus grand cela dit.

    « Donc c’est ton petit chez toi ? Je t’avoue que ça me rappelle un peu mes jeunes années où j’étudiais à Drakstrang. Mon père m’avait loué le même genre de pièce pour que je puisse un peu m’éloigner du cocon familial qu’il disait. C’était un peu difficile de s’occuper de soi-même au début mais avec le temps, on finit par se débrouiller…surtout avec la discipline militaire en fait. Hum…tu vis seulement ici ou il y a autre chose dans la tour ? Cela m’étonnerait qu’un seul bâtiment ne recèle qu’une seule pièce de ce genre…à moins que…tu aies été une princesse enfermée dans un donjon ? »

    La jeune forgeronne mit une main devant sa bouche, mimant un air faussement choqué. Elle rejoignit ensuite le rire communicatif de son amie avant de lui demander de s’accroupir pour que Cyradil puisse poser le pied à terre. Elle se dirigea ensuite vers le lit et, de façon méthodique, le borda convenablement avant de s’asseoir dessus.

    « Ce qui est drôle avec moi, c’est que je n’ai pas besoin de dormir, ce qui est fortement apprécié par les quelques partenaires de voyages que j’ai eus. Je peux monter la garde toute la nuit et laisser se reposer paisiblement. Après, tu n’avais pas menti, le lit est vraiment grand. On dirait presque le lit nuptial de mes parents. Ca me rappelle des souvenirs d’enfance où je venais me glisser dans leur lit pour dormir avec eux. »

    Un réflexe poussa Cyradil à se défaire les cheveux mais elle se rappela que ceux-ci l’étaient déjà. En effet, la jeune blonde ne s’en était pas occupée depuis la sortie du bain, ce qui lui donnait un autre style qu’elle n’arborait pas d’habitude. Etant très longs, elle préférait souvent les attacher en une longue natte mais il lui arrivait de s’essayer à d’autres coupes plus ou moins élégantes, aidées par servantes. Comme promis, Cyradil laissa donc son hôte s’en occuper cette fois-ci.

    « Je vois que tu as beaucoup de bouquins. J’aime bien lire aussi. Surtout des traités sur la magie mais aussi sur pleins d’autres sujets. J’aimerais bien en écrire un moi-même un jour. J’ai souvent gardé ce que j’ai appris pour moi mais ce serait sympa de pouvoir transmettre un peu de mon savoir aux générations futures. Une sorte de bouquin tutoriel ou comment s’initier à la magie pour les nuls. »

    Cyradil laissa s’échapper un autre rire tandis qu’elle laissa Elia s’occuper d’elle.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Elia Steren
    Elia Steren
    Messages : 111
    crédits : 769

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t804-elia-steren-terminee
  • Dim 22 Jan - 22:16
    En déposant la blonde sur le sol de sa chambre, elle avait un peu de pression. Pas vraiment a cause de la chambre en elle même et de son etat, pas vraiment bien rangée mais un minimum présentable. Non, c’était tout simplement a cause du fait que personne en dehors de sa mere n'avait jamais posé le pied dans cette pièce. Et encore, elle venait quasiment jamais, si bien que plus qu'un cocon, c'est littéralement un espace clos qui n'avait jamais vu de personne extérieur.

    - Ouais...c'est chez moi. J’espère que ce sera..agréable.

    Il ne faisait pas chaud dans la pièce, dont la seule fenetre donnait plein nord et prenait peu la chaleur du soleil. Les pierres étaient épaisses, causant un très bon isolement. Il n'y avait visiblement pas de cheminée non plus. La vérité c’était que contrairement a ce qu'on pouvait imaginer d'une jeune femme ayant grandit proche du désert, elle craignait assez fortement la chaleur, et au contraire, aimait bien le froid.

    - C'est un peu le bordel, j’étais pas revenue depuis mon voyage, je suis arrivés juste avant d'aller au terme, en fait.

    C’était surtout des vêtements et sous vêtements ayant volé un peu partout quand elle avait fait son sac, ainsi que des feuilles et des livres disséminés ici et la sur le sol. Elle suivit la blonde des yeux quand elle alla vers le lit pour le refaire et s'asseoir dessus. Il y avait aussi des gens travaillant a l'entretiens du dôme, mais elle avait toujours interdit a ce qu'ils viennent s'occuper de sa chambre ainsi que de son étage.

    - Alors tu ne dort vraiment pas. J'y avais pensé. C'est surtout fou comme idée pour un humain. La fatigue est un état immuable qui nous tous, je ne peux vraiment pas imaginer ce qu'on peut bien ressentir durant une vie sans repos nécessaire.

    C’était surtout logique. Elle était déjà morte après tout. A cette idée, elle fut un peu triste. Elle aurait bien voulue la rencontrer de son vivant. Autant donc vraiment profiter de ces moments ensemble, alors. Elle rougit carrément en entendant l'évocation du lit nuptiale. Bon sang, elle n’était pas obligée de dire des trucs pareils ! Comment voulait elle, après, qu'elle n'ai pas des idées un peu honteuse !

    - Tu veux des vêtements pour dormir ? Oh, pardon, oui, j'adore les livres. J'en ai une partie ou c’était pour mes études, et l'autre c'est des romans.

    Elle ne précisa pas que c’était globalement une multitude de romans a l'eau de rose, d'amour, d'histoire épique ou a la fin, la princesse trouvait toujours l'amour, auprès de son prince ou de son protecteur. Et parfois, avec de la chance, elle pouvait se mettre a la place d'une guerrière intrépide trouvant l'amour a la fin du livre. Elle chercha dans son armoire plusieurs tenues potentiellement agréable a porter pour la nuit. Elle sortit un haut ample et un short pour elle, et plusieurs possibilités pour la liche.

    - Je te les met sur le lit. Tu peux choisir, je vais me changer a coté.

    Elle posa les yeux sur une petite lingerie qui traînait par terre, et mit un coup de pied de temps discret pour le faire disparaître sous une armoire. Elle se dirigea vers la porte du fond et la poussa. D’où elle était, Cyradil pouvait voir que c’était sans aucun doute une salle de bain.

    - Ne disparaît pas.

    Elle sourit et referma la porte. Elle souffla en se déshabillant, avant de détacher ses cheveux qui tombèrent jusqu'au milieu de son dos. Elle se regarda nue dans le miroir, puis se mit de profil pour voir ses cicatrices. Avec sa tenue ça irait non ? Et puis..elle était chez elle maintenant, elle pouvait être un peu plus calme sur ce sujet. Pour cette fois. Moulé dans son short qui descendait a peine sur ses hanches, et son haut ample un peu trop grand battant sur ses pas, elle entrouvrit la porte, et quand elle eu le signal que la forgeronne avait également terminée, elle rentra dans la chambre a nouveau.

    - Hey, j'y ai réfléchit pendant que je m'habillais, si tu écris un livre, je veux bien etre ton critique. J'adorerais en fait, si le sujet est pas trop compliqué pour moi.

    Elle alla jusqu'à la blonde, jusqu'au lit, et tomba assise derrière elle, ses cheveux tombant sur le lit. Les avoir détachés lui donnait un air différent, plus doux et féminin.

    - Alors comme ça tu as fait l’entraînement de l'armée ? J'ai du mal a t'imaginer...et je n'ai pas pu voir tes abdos tout a l'heure, dans l'eau.

    Elle passa les mains dans les cheveux blonds, pour commencer a les coiffer.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum