DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Paillettes et problèmes [Gabriel] InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    Consul K - Le chasseurAujourd'hui à 6:25Orion Yamveil
    La Traque SauvageAujourd'hui à 6:24Orion Yamveil
    Quand la Caravane passe... [PV Kassandra]Aujourd'hui à 5:05Alaric Nordan
    Une recherche tranchante [Pv Corvus]Aujourd'hui à 4:34Alaric Nordan
    Validation des RP d'AlaricAujourd'hui à 2:50Alaric Nordan
    Demande de modification de ficheAujourd'hui à 2:35Alaric Nordan
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 5 Mai - 12:13
    Il faut savoir reconnaître quand on a tort, à chaque nuit que je passe chez moi c’est un constat que je me fais. C’est sans le moindre souci que je dors dans mon bureau à Magic, il y a des soucis mais en tout cas ce ne sont pas les miens, cependant, force est de constater que le repos n’est pas le même chez soi. Dans un vrai lit. Et avec un vrai repas. C’est vrai ça maintenant que j’y pense elle est passée cette nuit. L’une de ses fameuses visites improvisées. Il faut d’ailleurs bien lui accorder un réel talent à toujours savoir où je me trouve. La seule constance dans mes habitudes de vie privée vient bien de l’inconstance de mon rythme personnel. Et malgré ça elle frappe toujours à la bonne porte du premier coup. En l'occurrence elle ne frappe pas vraiment à la porte. Elle se contente surtout de l’ouvrir, avec ou sans mon accord. Rien de choquant finalement, elle sait bien qu’en dépit de tout ce que je pourrais dire, tout ce que je pourrais faire, elle serait toujours la bienvenue.

    Comme cette nuit. Yeux clos je m’étire en baillant. C’est une journée libre, aucune raison de ne pas rester encore un peu au lit. Ou beaucoup. J’ai dû pas mal bouger dans mon sommeil par contre, c’est rare que je ne me cogne pas les mains contre les murs en m’étirant. Et le matelas m’a l’air plus mou que d’habitude. Je devais vraiment être proche de l’épuisement total hier soir. Les derniers jours ont été compliqués en même temps et le sommeil n’a pas vraiment suivi. Voyons le côté positif, ça fait très longtemps que mon lit ne m’avait pas semblé aussi confortable. J’ai presque l’impression de dormir sur mon oreiller, la sensation est identique. Sauf qu’il me faudrait soit un très grand coussin soit être vraiment ridiculement petite pour que ça arrive.

    Bon, qu’est-ce que je fais de ma journée ? Étendue sur le dos, je cligne plusieurs fois des yeux avant de réussir à les ouvrir. La lumière du soleil est bien agressive pour les pauvres dormeurs. Le regard fixé sur le plafond, mes pensées voguent vers la suite de la journée. Je n’aime pas cette idée, mais je pense que pour une fois je vais accepter de prendre une petite pause et ne pas penser au travail ou à tout ce qui s’en approche. Tout comme je reconnais sans soucis avoir tort quand je dis que je dors aussi bien à l’université que chez moi, je reconnais aussi avoir besoin d’une journée un peu plus tranquille. Idéalement surement plus d’une mais on ne va pas trop en demander non plus. Et je ne suis de toute façon pas faite pour prendre du repos. De nouveau je baille et après étiré mes bras derrière ma tête je les fais retomber dans le lit.

    Le contact me fait sursauter. Apparemment il y a quelqu’un avec moi. Si elle est venue hier soir, dans l’état de fatigue dans lequel j’étais il est bien possible que je l’ai prise en otage en m’endormant. Bien fait pour elle. C’est ça de vouloir prendre soin de moi. J’espère ne pas l’avoir réveillée en lui faisant tomber mon bras dessus.

    En tournant la tête dans sa direction, je réalise enfin le souci, la raison de cette impression de dormir dans mon oreiller. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? La pièce, mon appartement est immense… Et ce n’est pas lui qui est soudainement plus grand mais bien nous, elle aussi, je le constate la que je la regarde enfin, qui somme petites. Toutes petites. “Gabriel…” On se concentre, la situation est surprenante, un peu impressionnante, mais on essaye de ne pas céder à la panique. Ce serait le meilleur moyen d’empirer tout ça. Dans un premier temps, la réveiller, ensuite on prend le temps d’en discuter. Elle n’a très certainement aucune idée du pourquoi mais sait-on jamais… Je pose mon doigt sur son nez avant d’appuyer doucement. “Gabriel… Il faut qu’on parle.”
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 5 Sep - 4:31
    Paillettes et Problèmes
    Feat Eloise


    Sommeil paisible...

    Pour le reste du monde, tu étais une femme semblable à une statue. Un visage implacable, dont il était difficile de lire une quelconque émotion, bonne comme mauvaise. Un sacré sang froid, à même de gérer les situations les plus complexes en apparence. Pour autant... Tu dormais extrêmement mal. L'esprit constamment en activité afin de régler les myriades de problèmes et d'épreuves qui parsemaient ton quotidien, tu ne lui laissais pas suffisamment de temps pour se ressourcer. Et naturellement, lorsque tu le faisais, celui-ci ne perdait jamais véritablement le fil. Si bien que tu avais fini par te perdre dans ce manque de sommeil flagrant, ne trouvant aucune utilité à te perdre dans les tourments de la torpeur.

    Mais avec Eloise, c'était différent...

    De la même manière que tu étais son remède à la plupart de ses maux, elle était aussi le tiens en retour. Elle savait apaiser ton inconscient, et à ses côtés, tu te savais en droit de te reposer, de profiter de la vie. C'était une situation assez étrange, un lien indescriptible, aussi puissant que celui qui pouvait unir deux membres d'une même fratrie. Vous étiez opposés sur bien des points et pourtant... Cela faisait votre force.

    Cependant, tu te serais bien épargnée cette nuit là précisément.

    Déjà car celle-ci t'avait traîné de force dans ses bras, t'empêchant de t'échapper de son étreinte, et surtout car tu avais beaucoup à faire. Contrairement à elle, tu ne pouvais pas régler l’entièreté de tes problèmes d'un coup de baguette ou de malédiction. Des deux, tu étais évidemment la plus responsable... Mais voilà. Tu n'avais su lui refuser ta présence et tu t'étais faite entraîner dans ce long repos qu'évidemment tu méritais. Cependant, comme à chaque fois que tu restais trop proche d'Eloise, la situation finissait par tourner au vinaigre.

    Ce fut elle qui chercha à te réveiller en première. Et le réveil fut dur et complexe... Rares étaient les fois où tu venais à ronchonner afin de ne pas avoir à ouvrir les yeux tout de suite mais cette fois-ci, tu le fis. Pourtant, elle n'en démordait pas, défiant sa résistance en allant jusqu'à te tripoter le nez de ses petits doigts boudinés !

    Étouffant un soupire, tu venais à te faire à l'évidence que tu ne te reposerais pas davantage. Dommage...

    Tournant ton visage, tu t'attendais à fixer celui d'Eloise comme à ton habitude et pourtant... Ce ne fut pas la première vision que tu eus de cette journée. Du moins... Même toi, cela avait réussi à te rendre perplexe. En face de toi, ce n'était pas Eloise, mais une humanoïde dont tu ne reconnaissais pas l'apparence, aux cheveux blonds bien que portant la coupe caractéristique de la mage noir.

    Arquant un sourcil, tu venais rapidement à prendre l'information sur les alentours. Tout était si immense... Non... C'était différent... Tu étais petite, petite comme tu ne l'avais jamais été même enfant. Comment... ? Eloise évidemment.

    - J'espère rêver... Ou alors tu me dois des réponses.

    Comme à ton habitude, tu gardais ton calme, cependant cette situation avait le don d'être dérangeante en plus d'être épineuse. Tu n'avais évidemment pas encore compris l'ampleur des dégâts, mais cela ne faisait aucun doute que ceux-ci ne se répareraient pas d'un claquement de doigt. Allais-tu devoir passer derrière ses bêtises ? Sans doute.

    - Je croyais que tu avais arrêté de jouer avec la magie noir depuis bien longtemps maintenant. Tu es censée l'enseigner, pas l'essayer sur nous.

    Clairement, tu n'étais pas la plus amusée par la situation tandis que tu relevais difficilement, manquant de perdre l'équilibre et de faire une immense chute, de l'oreiller au matelas. Toutes les sensations qui parsemaient ton corps te paraissaient fausses. A n'en point douter, tu n'étais plus humaine, plus du tout même, et si tu pouvais te regarder, tu virais que ton apparence était presque similaire en tout point avec celle d'Eloise.

    On aurait pu vous prendre pour deux sœurs.

    -  C'est toi l'experte, j'imagine que tu peux m'en dire davantage sur ce qui nous arrive.

    Tu ne le marquais pas sur ton faciès mais tu trépignais d'impatience.

    CENDRES
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum