DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Siame

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Smoke on the Water feat Aylan JvNj4PH
    Gazette des cendres
    Été 2024
    Lire le journal
    #7
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Coeur de Melorn
    Derniers sujets
    Démoniaques philosophies [Savoir]Aujourd'hui à 2:44Savoir
    RPS REPUBLICAINS DE RUBY DRAGLAMEAujourd'hui à 2:24PNJ
    RPs spéciaux - Vaenys DraknysAujourd'hui à 2:18PNJ
    RPs Spéciaux d'Altarus AearonAujourd'hui à 2:15PNJ
    Shahana Daaki [Terminée]Aujourd'hui à 0:26Shahana Daaki
    Rp Reike de la montagne (Kilaea)Hier à 20:30Kilaea Sliabh
    Une Mort Silencieuse - PAHier à 19:43Pancrace Dosian
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesHier à 19:36Afosios Smaragdi
    Validation RP Qwellaana (Reike)Hier à 19:06Qwellaana Airdeoza
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 900
    crédits : 2562

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Dim 11 Fév - 19:15

    Smoke on the water

    Feat. Aylan - Message 1


    Mael, décembre de l'An 4

    La neige tombe sur Mael et la rend encore plus belle, plus blanche plus pure, c'est du moins ce que je me dis chaque hiver passé ici d'aussi loin que je me souvienne. Mais cette année je me sens vide d'un côté et pas assez seule en un même temps. Les événements de Benedictus m'ont fortement secoué, que ce soit mon premier voyage là-bas aux côtés de Dante et d'autres "élus" pour réveiller Kazgoth. J'avais espéré soigner l'Arbre Monde ce jour là et j'étais repartie après aidé à réveiller une entité nouvelle, rejeton de Kazgoth et de la corruption ambiante des lieux mais point de soins pour l'Arbre Monde.

    J'avais atterri quelque part dans un Oasis au sud du Reike et je devais la vie et mon semblant de raison retrouvées qu'aux bons soins de la douce Cyradil. Elle avait été un baume pour mes plaies physiques et la perte de mon oeil et pour les affres de mon âme tourmentée. Hélas dès que je m'étais éloignée d'elle mes pensées sombres avaient retrouvé leur place et empli mon esprit de voix sournoises et mielleuses selon les moments. Mais jamais, je n'étais seule, même si je me demandais ce que c'était tout ça, un choc de mon esprit qui se dissociait en une autre personnalité, la marque de l'empreinte de la corruption de Benedictus qui m'avait rongé ou autre chose... Je me souvenais de cette histoire sordide pour enfants qu'on nommait le Chant des Ronces mais c'était une histoire pour forcer à se coucher à des heures raisonnables non?

    J'avais passé les jours suivants mon retour plus ou moins terrée dans mon Manoir sans trouver le courage de sortir mais je savais que cela ne pouvait durer. C'est lorsque j'ai reçu un courrier que je me suis décidée à bouger et sortir des murs protecteurs de mon foyer. J'avais peur de quitter Amael, peur de le perdre en réalité, les voix me disaient qu'il était en danger si je ne le surveillais pas mais j'avais un besoin vital de m'extraire de tout cela.

    Le message que j'avais reçu était sybillin et particulièrement étrange mais provenait d'un viel orfèvre de Mael que je connaissais bien, j'avais même soigné sa famille par le passé. J'avais appris que sa femme et ses enfants étaient morts de la Peste Obscure et qu'il s'était renfermé sur lui. Il habitait dans les faubourgs de Mael, non loin du Port et me demandait de lui rendre visite chez lui et non pas dans sa boutique en ville. J'avais donc répondu par l'affirmative sans trop savoir comment je pourrai l'aider.

    Partie seule à cheval, j'avais besoin de pouvoir réfléchir et... de me parler à moi même par moments pour faire taire les voix aussi. J'avais refusé toute escorte, je me rendais chez un maelien connu et qui n'avait jamais plié le genou devant le Reike de surcroit, il était attaché à nos valeurs plus encore que je ne pouvais l'être.

    J'arrivais donc en fin de matinée devant la belle demeure de Eduin Mac Allister. Je laissais mon cheval aux bons soins de son serviteur et entrais dans son opulente demeure. Je laissais à l'entrée mon manteau et la fourrure qui l'accompagnait ainsi que mes gants. Réajustant ma robe, époussetant les flocons de neige qui résistaient je vérifiais une dernière fois ma mise avant de suivre sa gouvernante pour le rejoindre.

    Je le trouvais assis près de l'âtre, dans un lourd fauteuil de cuir, il avait toujours une aussi belle prestance, son regard avait changé cependant, cela me sauta aux yeux, il ne brillait plus de sa joie de vivre coutumière depuis la perte de sa femme et ses deux filles. Je m'inclinais en entrant pour le saluer avec le respect destiné aux hôtes.

    Eduin Mac Allister:

    - Je vous remercie pour votre invitation Sire Mac Allister.
    - Bienvenue Dame de Boktor. Avancez et prenez place.

    Il accompagna ses paroles d'un geste de main pour m'indiquer le fauteuil qui lui faisait face. Il n'avait même pas prit la peine de se lever à mon entrée et me saluer dignement, eu égard mon rang, cela me fit m'interroger.... *il te veut du mal, tu n'as pas été fidèle aux titans, il le sait, tu vas payer pour ça*
    Je réprimais maladroitement une grimace pour rejoindre le fauteuil et lui faire face.

    - Je vois que la vie ne vous pas épargnée ces derniers semaines Dame de Boktor, vous aussi avez subi des épreuves dit-on. Il y a des rumeurs.


    Les voix ricanèrent dans mon esprit à cet instant. Je déglutis avec peine, quel manque de tact. J'esquissais un sourire forcé pour répondre à ses mots cependant.

    - J'ai connu des jours meilleurs mais nous sommes vivants et nous pouvons faire de demain ce que bon nous semble après tout. L'avenir appartient à ceux qui se battent pour qu'il existe après tout.
    - Ah je ne m'attendais pas à cela mais j'aime entendre ces propos. L'avenir appartient aux audacieux voyez vous, à ceux qui osent ! On dit...
    - Allons vous n'êtes pas du genre à écouter les rumeurs.
    On dit qu'il s'est passé des choses du côté de Benedictus ces dernières semaines, des mages ont senti des regains d'activités, la rumeur est quelque chose d'instable, de volatile et de dangereux mais en elle réside souvent un semblant de vérité voyez vous.
    - Je comprends oui.

    Je me sentais piégée en ce lieu, que savait-il, pourquoi étais-je venue? Il souhaitait s'entretenir avec moi pour affaires et je m'attendais à parler de transports de marchandises, de ses ventes ou quelque chose du genre.

    - Oublions les rumeurs, j'aime le concret pour ma part et si j'ai encore besoin de nourrir ma spiritualité *oui bien sûr Kazgoth t'en remercie d'ailleurs*... je pense que nous devons oeuvrer pour reconstruire Shoumei, et cela commence ici à Mael, le remède est en cours de diffusion contre la peste obscure et nous avons besoin d'aider à nourrir les gens, leur donner du travail.
    - Fariboles !
    - Pardon?
    - Vous vous voilez la face gente dame, nous ne faisions rien d'autre que subir le joug des oppresseurs, ceux qui jouent aujourd'hui les sauveurs avec leur remède, ils le donnent au compte goutte, c'est honteux, ils nous tiennent, pardonnez moi l'expression par les couilles ! Il est temps de changer le cours de l'histoire et de rendre Mael aux Maeliens.

    Je blêmis un instant comprenant les mots qui n'avaient même pas de sous entendu, mas question résidait cependant dans quel rôle il pensait me voir jouer dans cet acte? Je n'étais pas prête à agir contre le Reike car c'était là ce qu'il suggérait non?
    Je ne pouvais fuir, partir, je devais comprendre malgré tout. J'étais une piètre menteuse de mon côté, mon esprit aussi fragile d'un verre de cristal mais je devais savoir.

    - Et que puis-je faire en ce cas pour influencer réellement l'avenir?
    - Vous et moi et de nombreux autres nous devons saborder ceux qui nous envahissent tout simplement. Nous devons infiltrer leurs rangs, corrompre leurs propres hommes pour qu'ils comprennent combien leur pays leur manque et qu'ici ils ne seront jamais à leur place, jamais chez eux.

    Pouvais je vraiment dire que je n'étais pas d'accord? Que je ne partageais pas son point de vue? Non c'était impossible hélas. Mais je n'avais pas la moindre idée de ce qu'il faisait en réalité. Sous sa demeure comme dans beaucoup de demeures il y avait des tunnels et certains communiquaient entre eux. Et la dessous ses hommes et d'autres têtes pensantes avaient enfermé des Reikois pour leur laver le cerveau, juste retour des choses selon eux.

    CENDRES
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Aylan Kaviani
    Aylan Kaviani
    Messages : 28
    crédits : 375

    Info personnage
    Race: Élémentaire de vapeur
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3338-aylan-kaviani-dit-le-feu-termine
  • Jeu 15 Fév - 17:04
    Depuis quelque temps, la situation de Mael revenait souvent lors des rapports qu’effectuaient les espions à la solde du Feu. Tous relataient un même sentiment, ou plutôt, pressentiment : l’avant-poste reikois sauvé depuis les actions héroïques de la Couronne et de quelques braves âmes, semblait peu à peu montrer des signes de résistance, un début de mouvement anti-reikois transpirait à quelques points de la cité portuaire. L’ancien endroit connu pour sa connaissance et sagacité, devenait le théâtre et la prémisse d’un futur soulèvement possible dans les années, ou mois à venir.
    Tout naturellement, Aylan comprenait l’inquiétude que portrait ses fidèles informateurs et agents de terrain, mais tôt ou tard, il fallait agir en étouffant au plus vite dans l’œuf les étincelles de la révolte.

    Quelques jours précédant son arrivée, il embarqua dans une frégate faisant le transport sécurisé entre Ikusa et le lieu à inspecter. La traversée fut sans soucis, et cela permit de commencer à s’imprégner des quelques coutumes et informations lors du voyage maritime court. Des expressions, des mots locaux, mais rien de plus. Il faut dire que peu de voyageurs allaient vers le territoire de l’ex-Shoumei.

    L'arrivée d'Aylan:

    La neige fut le temps qui accueillit l’élémentaire quand le transport accosta sur les pontons bordant les deux côtés du navire. Les quais étaient drapés d’une fine couche blanche, un spectacle pas commun pour celui qui avait connu seulement de longues étendues sableuses à la chaleur étouffante. Ici, le temps était bien plus frais, et le vent soufflait avec légèreté.
    Chaudement vêtu, le TOCR se dirigea vers l’établissement le plus proche pouvant accueillir différents voyageurs, et surtout les hommes de la mer. Son apparence sortait du lot, avec ses beaux habits et sa dégaine très reikoise. Plusieurs regards étaient interloqués de la présence d’un homme de sa stature ici, mais d'autres portaient un regard bien plus sombre sur le fraîchement débarqué. L’espion avait remarqué cette nuance, mais n’y portait pas plus d’attention. Son but ? Se faire juste passer pour son métier officiel, et pouvoir garantir la citoyenneté du Reike à ceux qui auraient répondu aux différents critères de sélection. Par ailleurs, il ne se cacha pas de venir de la capitale, ni de la raison de sa venue ici. Provoquer le sentiment d’être étranger en des lieux si reculés, lui permettait de voir qui des nombreux occupants du lieu viendraient à éprouver du dégoût à ce simple fait.

    Sortant quelques minutes après ces échanges sans retour, il fit exprès de s’engouffrer dans plusieurs petites ruelles à la surveillance réduite pour espérer tomber dans une embuscade. Et malgré la physiologie de l’homme, il fut vite entouré de cinq malfrats prêts à en découdre.
    Feignant alors sa supériorité, il se laissa malmener et capturer dans un endroit inconnu, car aussitôt ligoté, on l'encapuchonna pour lui éviter de reconnaître les détails du décor pouvant l’aider à s’échapper. Il n’y comptait pas. Non, il allait s’informer de l’intérieur, quitte à subir mille sévices. Une fois satisfait, il démantèlera le tout de l’intérieur, et traînera les têtes de turc les plus importantes afin d’être jugés à la reikoise.

    Sa manière d’endurer cette mise en captivité fut de s’enfermer dans sa foi, d’endurer pour le compte de la Couronne, pour le bien de celle-ci, et de la nation. Il savait qu’il n’était pas là pour servir d’exemple ou de rançon. Il entendait les cris et les pleurs de plusieurs personnes. Certains en revenaient même comme “transformés”. N’étant plus privé de sa vue, il put comprendre que sa cellule sommaire était petite, et souterraine. La question se posait de savoir s’il devait s’évader et chercher dans un lieu inconnu, ou attendre d’être récupéré pour subir le même sort.

    Prenant le risque d’être altéré, il attendit qu’on vienne le chercher et le traîner vers une pièce, encore une fois encapuchonné. Il fut mis en ligne aux côtés d’autres reikois, eux aussi agenouillés et les mains ligotées vers l’arrière. Les minutes s'allongeaient, jusqu’à ce qu’une porte s’ouvre, et la démarche plutôt lourde d’un homme s’accompagne de pas plus légers. Un homme plus maigre ? Une femme ? Difficile de dire avec le tissu sombre voilant ses capacités visuelles. Puis, on l’extirpa à nouveau dans le sens contrainte de sa venue, avant de le jeter à nouveau dans sa cellule personnelle. Quoiqu’il se passât, leurs actions furent interrompues au profit de la venue de ces deux personnes.

    Il ne tarda pas à entendre des voix se rapprocher de son emplacement, discutant de choses diverses et surtout, de l’objectif souhaité et des méthodes infligées. Seul la voix masculine résonnait et se tut aux portes de la pièce d’Aylan. Ce dernier s’était assis parallèlement à la vue unique de ses barreaux, voyant alors le physique de l’homme, mais de l’autre personne, qui était une femme aux cheveux noir corbeau, au cache-oeil particulier, dont le seul œil visible — ou fonctionnel — le mirait d’un éclat d’améthyste.
    Le noble se tenant en face du reikois, le toisait d’un regard emplit de haine. Il rit même avec l’éclat de malveillance propre d’un révolutionnaire, jurant que tout ne serait d'autant qu’un mauvais souvenir après “l’opération”. Le vaporeux ne put réprimer un sourire narquois, avant de répondre de plus belle.

    “Dommage, moi qui commençais à apprécier cet accueil à la shoumeïenne… Je préviens, je suis plutôt… Mauvais garçon.”

    Cette phrase, fut lancée aussi bien au maître des lieux, qu’à l'inconnue. Le ton n’était pas condescendant. C’était à la fois une pointe d’humour qui masquait derrière un avertissement : s’ils venaient à ne pas se dépêcher, il viendrait de lui-même.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 900
    crédits : 2562

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Lun 26 Fév - 12:25

    Smoke on the water

    Feat. Aylan - Message 2


    J'étais restée littéralement muette alors que nous descendions dans les profondeurs de Mael. J'avais déjà parcouru certains lieux cachés, j'avais même trouvé le temple de moines fondateurs sous la ville de Mael mais aujourd'hui je sentais un goût amer en bouche alors que nous avancions. J'étais une bien piètre menteuse, je l'avais toujours été mais je devais voir, savoir, comprendre et je savais déjà que j'allais devoir agir. Chaque vie était égale à mes yeux, même si je considérais que les actes du Reike étaient en parti responsable de la situation de Mael je savais au fond de moi enfin en temps normal, mais depuis mon retour de Benedictus rien n'était clair, tout était confus, embrouillé et les contours de la réalité m'échappaient bien trop souvent.

    Je n'avais jamais eu de souci à évoluer dans un espace confiné, mes séjours en mer sur un navire en étaient la preuve mais alors que nous avancions j'avais chaud, des sueurs froides pour tout dire et j'espérais pouvoir contrôler ça, si mes propres émotions et mon corps me trahissaient je n'allais aider personne.

    Nous venions enfin d'arriver dans un espace un peu plus vaste et moins confiné, une cave immense qui avait été aménagée. Je laissais ma magie sonder les lieux et je repérais plusieurs empreintes magiques, certaines plus faibles que d'autres voire même presque éteintes... D'autres étaient puissantes et bien portantes. La salle était circulaire et il y avait des alcôve qui avaient été réaffectées en prisons sommaires. Des hommes pour la plupart étaient attachés au mur, mains reliées par de lourdes chaînes et leurs pieds aussi étaient entravés.

    Le Mac Allister puait la fierté, je n’avais jamais remarqué ce détail auparavant, trop polie probablement pour oser sonder les gens qui m’entouraient mais les choses changeaient, moi la première.

    - Voyez chère Dame, ici sont entreposés les futures recrues avant … conditionnement.
    - Vous parlez d’hommes et de femmes comme vous parlez de marchandise !
    - Ils sont des outils pas des marchandises, je ne les vends pas.
    - Ah vous êtes donc meilleurs que les esclavagistes Reikois pour le coup.
    - C’est tout à faire ça, le démon se cache dans les détails dit-on et ils sont d’importance.

    Je ne répondis rien, j’étais trop outrée pour cela. Je laissais mon regard ou plutôt mon oeil valide parcourir les alcôves transformées en cellules, la majorité des personnes attachées respiraient la peur, l’angoisse, d’autres étaient parfaitement et totalement résignées mais il y avait une exception.
    Parmi les hommes au centre de la pièce, à genoux, mains attachés dans le dos la peur exhalait ses effluves ainsi que la douleur, je grimaçais en sentant cela alors que mes voix me disaient que je devrais m’en délecter, que c’étaient des reikois, que le monde allait mal par leur faute après tout.

    Nous avons avancé vers une des cellules, un homme s’y trouvait, seul, on lui enlevait un sac de toile de jute de la tête à ce moment là, son visage se releva un bref instant pour nous observer et avait un regard fier et confiant et il n’émanait pas l’ombre d’une crainte de lui, surprenant.

    Le Mac Allister s’approcha et frappa les barreaux avec une badine posée contre ces derniers, cela ne provoqua aucune réaction chez l’homme qui avait levé son regard vers nous et nous toisait, nous jaugeait ? J’étais mal à l’aise, je me sentais salie en un sens d’être comparée à celui qui m’avait mené ici mais j’avais besoin d’en savoir plus pour agir… ou pas… ce ne sont que des Reikois dans le fond non?

    - Des mauvais garçons qui se pensent au dessus de la douleur et de leur condition mortelle, ils sont souvent les plus simples à briser car habités par du vide, aucun idéal n’anime ces gens.

    Avisant les deux geôliers du couloir, il leur dit.

    -Levez le et menez le dans la grande salle, on va montrer à la Baronne ce que c’est que changer le monde et le cours des choses.
    - Qu’allez vous faire?

    Malgré moi, l’inquiétude martelait mes tempes, et mes voix intérieures jubilaient ce qui n’était pas bon signe au final. L’homme suivit sans broncher alors que tous les signaux corporels et ses émotions disaient qu’il était prêt à bondir, je ne comprenais rien à ce que je percevais finalement.
    Il fut donc mené dans la pièce centrale, les hommes agenouillés bousculés et envoyés plus loin, jetés plus exactement et gémissant en tombant sans pouvoir se rattraper à cause de leurs mains attachées.

    Le Mac Allister resta à mes côtés et fit claquer ses doigts, une silhouette que je n’avais pas repérée, assise dans l’ombre à se curer les ongles avec une dague s’avança. Cela devait être un homme même si il était plutôt androgyne. Vêtu d’une tenue de cuir sombre, il avait le visage grêlé, malade enfant et mal soigné sans l’ombre d’un doute, ou était-il atteint de la peste? J’écartais cette possibilité, ils n’étaient pas totalement fous quand même ici?

    - A vos ordres mon brave Sire.
    - Cesse tes pitreries, fais ce pourquoi tu es payé Sten.

    La phrase reçut en réponse une sorte de sifflement d’agacement et se tourna d’un coup pour se genou à genou devant Aylan. Son regard se riva dans celui du Reikois et ce dernier fut pris au piège de la magie de l’homme, pétrifié pour avoir croisé son regard. Il se releva en riant, un rire proche de la démence qui fut stoppé par son patron d’un regard noir.

    - Il est à vous, docile enfin incapable de bouger pour quelques minutes.

    Il ne parlait pas au Mac Allister pour le coup mais à un autre homme, malingre, mais bien habillé, se tenant droit, l’avais-je déjà vu? Son visage, sa posture, c’était un maelien connu j’en aurais mis ma main à couper enfin non pas vraiment, le reste de moi j’y tenais. Il s’avança vers Aylan figé pour quelques minutes et coupa une mèche de cheveux.

    - J’en ai pour une trentaine de minutes à préparer mon rituel de contrôle mental pour accéder à ses souvenirs et les modifier comme nous le souhaitons.
    - Parfait, parfait.

    Le Mac Allister posa son regard sur moi, fier, empli d’un mal que je ne lui connaissais pas, jouer avec ce  genre de mages, user de tels procédés… c’était le déchéance totale à mes yeux, mais je gardais en tête que j’avais une trentaine de minutes devant moi en un sens, que faire?

    - Vous pensiez m’impressionner en me montrant des mages de pacotilles à votre service?

    C’était joueur, j’étais mentalement fragile pour tout avouer, mon esprit morcelé par la corruption de l’Arbre Monde, par mon sacrifice pour Kazgoth qu’aujourd’hui je regrettais amèrement.

    - J’espérais pour tout dire avoir à mes côtés une vraie Shoumeienne, éduquée par des rigoristes divinistes, un visage noble et connu, aimée de tous même, vous seriez un magnifique emblème pour notre juste cause. Vos chantiers ont redonné du baume au cœur de nombre de pauvres gens, votre implication à l'hôpital depuis toujours est reconnue il ne vous manque qu’une chose, le vrai pouvoir. Je vous offre ce pouvoir, nous allons changer le monde et rendre aux habitants du Shoumeï leur indépendance et fierté.
    - Vous réalisez que vous utilisez des méthodes qui ne me correspondent pas le..
    - La fin justifie les moyens, vous n’avez rien réussi seule, admettez le !
    - Oui ma..
    - Il n’est plus temps de tergiverser mais d’agir, Myriem ! Vous devez nous aider !
    - Je choisis mes combats Sire Mac Allister.
    - Vous me choisirez moi et ma façon de faire!

    Je sentis à ce moment une pression sur mon esprit, il tentait de me soumettre par la force mentale, il m’attaquait, je sentais sa magie fondre sur moi mais… Je réalisais que ces voix qui m’emplissaient, que je détestais, elles brouillaient mon esprit mais aussi lui offrait une protection, fine, sommaire mais existante… Je reculais, le regard empli d’une sourde colère.

    - Cessez cela de suite tant qu’il est temps Mac Allister, je ne vous suivrai pas, vous ne manipulerez pas ces esprits !
    - Soyez raisonnable vous ne pouvez rien faire ici.

    Je sentis un tiraillement à cet instant et je sentis un souffle chaud contre ma nuque, celui qui avait pétrifié le Reikois venait de m’arracher une mèche de cheveux et il disparu aussi vite qu’il était venu… Ou était parti l’autre d’ailleurs je n’avais pas vu… Mais avec nos cheveux nous étions en danger, j’étais en danger moi aussi…

    - Attendez… Vous avez raison…

    - Ah raisonnable?
    - Oui oui je vais… servir votre cause…

    Je mentais atrocement mal mais je devais gagner du temps pour trouver une échappatoire dans son regard je voyais qu'il ne me croyait pas que faire?


    CENDRES
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Aylan Kaviani
    Aylan Kaviani
    Messages : 28
    crédits : 375

    Info personnage
    Race: Élémentaire de vapeur
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3338-aylan-kaviani-dit-le-feu-termine
  • Mar 27 Fév - 22:59
    Il semblait que la petite raillerie eût un effet sur le nobliau maelien. Il en appela même deux geôliers pour pouvoir s’occuper du cas d’Aylan. En attendant, la femme eut comme joli sobriquet le titre simple de “Baronne”. En-tout-cas, son interrogation était plus une expression de surprise que celle d’une excitation, d’une jubilation, ou d’une quelconque forme d’expression fantasque. Son regard aussi s’était manifesté par de l’interrogation stupéfaite, regard qui croisa celui du reikois quand il passa non loin d’elle, escorté par la suite par deux hommes qui s'additionnaient à ses côtés. Ils le conduisirent de nouveau dans cette pièce centrale, où les reikois étaient encore avachis sur le sol, gémissant, se plaignant de l'ingratitude et de leur traitement.

    Ils tentèrent de balancer le Kaviani, mais rien ne le faisait mouvoir, il faisait exprès de résister à cette tentative risible. Au final, ils le mirent à genoux avec de grands coups de pieds, auxquels le tatouer abdiqua pour la comédie. La douleur était là, mais il avait subi bien pire… Mais la suite fut la plus intéressante. Une personne frêle, impossible à savoir s’il titrait plus de la femme ou de l’homme, posa ses genoux au sol, avant de lancer un regard glacial à son encontre. S’il pensait avoir subi une attaque mentale, ce fut en fin de compte ses muscles et son corps entier qui se figea, paralysé par enchantement. Mais son esprit continuait à fonctionner, et malgré tout, ses sens visuels et auditifs restaient présents. Pourtant, il aurait juré que la dureté de la pierre avait remplacé sa chair. Était-ce le fruit d’une illusion puissante ? Docile pendant quelques minutes ? Aylan se mit à battre les secondes dans son esprit, et essayait de bouger ses doigts à chaque fois, mais sans succès. Il allait voir combien de temps cette emprise allait durer.

    Juste après, il avait bien ressenti une sensation réelle : l’inconnu suivant lui avait attrapé une partie de ses cheveux, et en avait délesté une mèche. Apparemment, cela était la composante pour altérer des souvenirs. Il usait d’une sorte de magie perdue, ou sacrificielle. Dans tous les cas, c’était le mécanisme principal de tout le processus de réforme reikoise.
    Puis l’argumentation entre les deux figures nobles semblaient être sous le signe de la désapprobation : la femme était plus raisonnée, les méthodes lui correspondaient pas, alors que ce Sire Mac Allister était comme imbu de lui, du pouvoir qui l’avait submergé et ce côté extrêmement égoïste. J’avais du mal à voir dans un coin de l’œil, mais aux protestations de la noble, il semblait qu’il ait effectué une action déplaisante. Puis la résignation… Qui marque le retour des sensations des membres périphériques, puis de l’entièreté du corps. Tel un repos forcé, il sentait tout le poids de cette magie s’envoler. C’était l’instant qu’il voulait.

    Les hommes derrière lui n’auraient pas eu le temps de réagir, et d’un coup, Aylan se substitua aux regards de toutes et tous. Profitant de cette confusion, il effectua une roulade en avant, et par l’usage de sa vapeur, brisa les chaînes qui le retenaient captif. Debout, il était encore invisible, mais l’usage de son pouvoir révéla sa position. C’était aussi à cette éventualité qu’il décida de se décaler sur le côté, mais la présence d’un petit point d’eau signala aussi son déplacement. Plus le temps de fuir le conflit.
    Invoquant rapidement une dague dans sa main, il décida de s’occuper du premier téméraire, voyant alors une arme volante, virevoltante, mais qui finit par toucher au but, quand une force mystérieuse balaya son appui. Un était hors d’état de nuire, le second se précipita, mais ne voyant qu’on objet manipulé par une volonté invisible, il finit par avoir le même sort funeste que son compatriote. Cet acte sema la terreur et colère du Sire, qui s’empressa d’alerter à pleins poumons les environs.

    *Mince. Il va falloir s’en occuper.*

    C’était à cet instant qu’il se croyait intelligent de tirer la femme vers lui, pour s’enfuir et la faire adhérer à sa cause. Mais une magie émanant de sa personne le fit perdre prise, et l’occasion rêvée ne pouvait pas être ignorée : le Kaviani bondit en direction des deux shoumeiens, et figea l’arme invoquée dans la jugulaire du noble.

    “J’avais prévenu.”

    Jonchant inanimé sur le sol, l’espion décida de retirer son invisibilité pour la seule décence d’apparaître au regard de la femme aux cheveux sombres. La détaillant de haut en bas, il se retourna pour suivre celui qui était le rouage fonctionnel de ce plan. Pas le temps de s'habiller plus convenablement, chaque minute était précieuse. Usant de son odorat, il pouvait traquer les odeurs de ses propres cheveux. Quelle erreur. De plus, le noir ne leur servira à rien, car c’était là où l’assassin était le plus avantagé. Et pour la Baronne ?

    “Allons nous occuper de ce manipulateur fétichiste. Et pour l’autre, je lui réserve une petite surprise si on vient à lui tomber dessus.”

    Il s’engouffra dans la direction reniflée, et pressa le pas.


    Aylan parle en #b6c9d2, *pense en #b6c9d2*

    Demeure des Kaviani:
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 900
    crédits : 2562

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Ven 1 Mar - 19:39

    Smoke on the water

    Feat. Aylan - Message 3


    Il y eut un bruit étrange et je tournais la tête en direction de ce bruit pour découvrir que l'homme agenouillé et pétrifié avait littéralement disparu. Mais comment? Je n'eus guère le loisir de me poser plus de question car les hommes s'agitaient. La confusion venait de naitre en cet instant, en ce lieu.

    Je cherchais à comprendre, analyser mais il me manquait des éléments, le bruit des chaines qui se brise fut le signal pour ma compréhension. Cet homme qui respirait l'assurance et qui n'avait pas la moindre peur alors qu'il aurait du trembler face à cette situation, face à l'inconnu que représentait son destin, il avait disparu sous nos yeux et venait d'user de force ou de ... d'autre chose pour se libérer de ses entraves.

    Une dague apparut dans les airs, volant, tourbillonnant, réalisant un ballet surprenant et hypnotique, seule dans les airs mais fort logiquement dans la main de cet homme. Les échanges furent rapides et bref, les deux matons trouvèrent la mort sans vraiment pouvoir comprendre ce qu'il venait de leur arriver.

    Ce pourceau de Mac Allister eut pour réflexe devant cette attaque inattendue de m'attraper et de me tirer vers lui. Quel lâche ! Dans ses actes, dans ses paroles et intentions, il était le genre d'hommes que je détestais, il incarnait tout ce que je combattais en réalité. Je n'eus guère le loisir de réfléchir aux conséquences et aux actions possibles parce que ce brave Eduin fut projeté plus loin, me libérant ainsi et dans sa gorge la lame volante.

    Je ne pus réprimer un hoquet de surprise, la mort si elle m'était coutumière en tant que médecin, l'était bien moins malgré les épreuves. Dans ma tête une voix résonna alors * Tout aurait été plus simple pour tout le monde si t'avais pris la dague en travers de la gorge, fini les ennuis, fini les tourments, libérée du poids de ta conscience*

    J'avais grimacé du coup, je savais que ces voix n'étaient que ma conscience torturée, les vestiges de mon trauma, de ce que j'avais vécu à Benedictus en deux temps même si la corruption de ma première visite et la blessure dans ma chair, mon corps par le sacrifice de mon oeil restait encore une blessure à vif que je n'avais pas compris comment guérir.

    L'homme était redevenu visible devant moi mais je restais mutique de longues secondes. Elles passeraient probablement pour le choc de la situation vécue mais en réalité c'était ma mauvaise conscience qui me bloquait et cela pouvait arriver au pire moment je le réalisais. Je finis par relever la tête vers l'homme.

    - Je... merci.

    Je tentais de me concentrer sur ce qu'il venait de dire, pour éloigner la brume qui avait obscurcit mon esprit.

    - Je... oui d'accord... nous n'avons guère plus qu'une demi heure pour retrouver le mage noir avant qu'il ne puisse avoir une emprise sur nos esprits.

    Je fronçais les sourcils pour me concentrer et retrouver contenance. Mon regard se posa sur les autres prisonniers et sur les matons. Je cherchais un instant et j'aperçus des trousseaux de clés aux ceintures des deux morts.

    - Je vous suis pas de soucis mais avant on doit les libérer ou leur donner les moyens de le faire au cas où...

    Je ne terminais pas ma phrase mais l'hypothèse que nous ne réussissions pas que nous mourrions ou finissions en poupées maléables était forte alors autant sauver ces gens d'abord, cela nous pouvions le faire sans peine maintenant. Je me dirigeais vers le premier mort pour enlever les clés de sa ceinture. Je les jetais à un homme qui semblait moins hagard que les autres , son regard encore vif là ou d'autres étaient éteints totalement. Je pris le temps de saisir le second trousseau et de l'envoyer à un autre homme qui se manifesta. Avant de rejoindre mon propre sauveur je dis d'une voix claire.

    - Libérez les tous, aucun ne doit rester ici en arrière, aucun, est-ce clair? Il y en a dans les cellules aussi. Faites ou je vous retrouverai tous !

    Cela étant dit je rejoignis l'homme qui s'impatientait peut-être. Je n'y voyais rien dans le noir cela allait de soit et j'avais besoin de lumière alors je plongeais ma main dans ma besace pour en sortir une pierre plate et ovale, une pierre qu'une mage avait ensorcelé avec un sort de lumière. Cela n'éclairait pas beaucoup mais c'était suffisant pour y voir sur une petite zone, en ces instants je remerciais une fois de plus Athenais de son cadeau.

    - Allons-y je vous suis.

    De mon côté je ne savais pas comment les retrouver, je n'avais pas pris le temps de sonder qui que ce soit magiquement, cela ne m'avait pas traversé l'esprit en réalité. Et je n'avais pas le moindre talent pour pister qui que ce soit en réalité. Mais je voyais qu'il avançait sans hésiter, cela me surprenait, il enchainait les couloirs et croisements d'un pas décidé.

    - Comment savez vous où nous allons? Vous n'avez pas hésité une seule fois jusqu'à présent? Je... Moi c'est Myriem et vous? J'aime bien savoir avec qui je... vais me battre?

    Cela étant dit même s'il ne répondait pas cela ne changerait rien. J'étais maintenant concentrée et prête à utiliser ma magie pour arrêter ces hommes que nous pourchassions pour qu'ils ne fassent pas de nous des janissaires à la mode shoumeienne, un comble en réalité non?


    CENDRES




    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Aylan Kaviani
    Aylan Kaviani
    Messages : 28
    crédits : 375

    Info personnage
    Race: Élémentaire de vapeur
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3338-aylan-kaviani-dit-le-feu-termine
  • Dim 3 Mar - 18:21
    La situation qu’avait du être témoin cette jeune femme l’avait perturbée. Elle dut se reprendre une seconde fois pour répondre à l’espion, acquiesçant de la situation plus que pressante. Mage noir ? Voilà bien un adversaire gênant. Si sa manipulation mentale était aussi forte, alors certains des prisonniers…
    Il n’eut pas le temps de lui dire d’éviter de s’occuper des prisonniers, qu’elle s’était déjà mis en tête de les libérer, ou du moins, leur laisser l’opportunité de se sauver eux-mêmes. Le trousseau de clés que portait le premier éliminé par le Kaviani fut arraché et jeté à proximité d’un reikois qui possédait encore dans ses yeux une volonté, certes vacillante, mais à la vue de ce qui le séparait de l’emprise des entraves métalliques de la liberté, l’éclat dans ses yeux avait repris plus de couleurs, et d’ardeur. Puis, les paroles inquisitrices de la Baronne donnèrent le coup de fouet final pour permettre au détenu de se mouvoir et commencer son évasion.

    Dans le cas d’Aylan, il avait observé la scène se dérouler sous ses yeux : d’une manière, voulait-elle se racheter en libérant ces personnes ? Était-ce un moyen de faire baisser la méfiance du Feu à son encontre ? Ou seulement une véritable bienveillance et un sentiment de révolte face aux machinations de ce maelien ayant quitté ce monde pour toujours ? Quoiqu’il en soit, il attendit qu’elle termine ses paroles, pour qu’il tourne une nouvelle fois le dos, et reprit sa traque. De son côté, elle le remercia, et usa d’une pierre lumineuse pour s’éclairer à travers ce dédale sombre souterrain.
    L’odeur des cheveux de l'élémentaire était encore perceptible, et malgré les embranchements multiples qui parsemaient leur chemin, le Feu ne s’en retrouvait pas ralentit. Cela eut pour ailleurs l’effet de se faire questionner par la femme pour sa confiance aveugle dans la prise du cheminement. Puis, il s’arrêta à l’angle d’un croisement. l’odeur était plus forte, mais aussi immobile. Il fit signe à la shoumeienne de s’arrêter. Il alterna sur son ouïe : il entendit de feintes paroles, plusieurs voix différentes. Ils étaient sur le qui-vive, mais aussi sûr qu’aucune menace ne viendrait les interrompre. Puis, l’un d’entre eux se disait prêt à accomplir le rituel de manipulation. Sans doute le coiffeur à carrière raté.

    “Sur une centaine de pas, plusieurs dans une pièce. Notre manipulateur, et peut-être aussi le pétrificateur. J’ai une idée.”

    Soufflant un coup, il usa d’une magie, contorsionnant tout son corps dans divers soubresauts, tout aussi douloureux les uns que les autres. On entendait presque les ajustements chiropractrices de sa structure squelettique, et après un réarrangement osseux, il avait l’apparence de l'homme qu’il avait tué quelques minutes auparavant. Il en avait l’apparence, l’odeur, le timbre de voix. Il remarquait bien le regard améthyste de son alliée temporaire. Il déchira une grande partie du peu de vêtements qu’il avait sur le torse, troua et arracha aussi une partie du pantalon en chanvre qu'il arborait.

    “Vous allez me faire passer comme otage. Dès que j’aurais l’occasion…” Il serra son poing “Je m’occuperais du plus perturbateur.”

    C’était ainsi le plan à l’improviste que concocta le reikois : il laissa assez de tissu pour donner l’impression d’avoir été humilié par Myriem, puis se taillada à plusieurs endroits pour montrer que la situation était sérieuse, et pour donner du poids aux prochains mots qu’usera la mage pour les “négociations”.
    Ainsi pris tel un bouclier humain, il fut poussé jusqu’à une pièce grande et circulaire : deux matons, Sten et le mage vaudou. Dès qu’il put avoir le visuel sur chacun d’eux, il commença sa comédie.

    “Ne faites rien de stupide ! Sans moi, Mael ne pourra pas se libérer du joug impérial !”


    Aylan parle en #b6c9d2, *pense en #b6c9d2*

    Demeure des Kaviani:
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 900
    crédits : 2562

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Mar 5 Mar - 12:47

    Smoke on the water

    Feat. Aylan - Message 4


    J'ai bien senti le regard de l'homme libre sur moi quand j'ai annoncé que je ne bougeais pas avant que nous ayons offert la possibilité à tous de pouvoir partir. Un regard inquisiteur et qui tentait de savoir le pourquoi de mon geste, je percevais de la méfiance et de l'étonnement mêlés et dans le fond c'était cohérent. J'étais maelienne, je le portais sur moi, j'avais débarqué ici avec le maitre de ce cirque glauque qui me "vantait" les mérites de son projet malsain. A la place de cet homme, cet éphèbe trop peu vêtu (il portait fièrement son sang reikois de fait ;p ) je me serai méfié de moi-même.

    De mon côté je l'avais suivi car il respirait l'envie de revanche et d'en découdre, au moins il ne jouait pas une quelconque comédie destinée à me mener dans un piège vulgaire. Dans tous les cas je me tenais prête à réagir, j'avais les nerfs à fleur de peau et une tension qui ne me quittait pas depuis Benedictus. Cyradil avait réussi à m'apaiser, me faire comprendre que le souci venait de moi mais comme elle l'avait souligné cela indiquait que la guérison ne pouvait aussi venir que de moi. Mon second passage à Benedictus m'avait aidé, conforté dans le choix que j'avais fait de ne pas retourner auprès des enfants de Kazgoth, servir l'Arbre Monde, servir cet élément fondateur du Shoumeï était le bon choix j'en avais la certitude.

    Nous avancions d'un pas rapide, dans les dédales de ce labyrinthes sous terrain quand il s'arrêta de nouveau pour annoncer qu'il avait une idée. En tout cas il avait l'habitude d'être obéi et écouté, il ne me laissait pas voix au chapitre et cela m'agaça au plus haut point. Je détestais qu'on me donne ainsi des ordres, il n'avait même pas eu la délicatesse ou un semblant d'éducation pour se présenter en un sens, la limite de la gougnaferie non?

    Mais je n'eus pas le loisir de lui demander des détails que déjà il se mettait à l'œuvre et que sa magie affluait. Il se transforma sous mes yeux ébahis pour prendre l'apparence, et tout ce qui faisait Eduin. Un instant j'hésitais, ma vue m'avait joué des tours auparavant? Non non Eduin était mort et il venait de prendre sa place. Néanmoins pour que son plan soit crédible il fallait plus, les maeliens me connaissaient peut-être et me voir menacer un homme avec une dague n'avait rien de logique. Je la gardais en main cependant, elle était à ma ceinture en permanence pour la forme mais je me battais mal avec, je n'étais pas une combattante ou une guerrière, j'étais mage avant tout.

    Mais j'avançais donc et poussais le faux Eduin dans la salle, la dague contre sa jugulaire, ses habits déchirés attestant de mes essais probablement infructueux de le manipuler et surtout... J'avais concentrer ma mana moi aussi, l'air marin nous entourait et de ma main armée d'une dague s'évadaient une myriade de gouttelettes d'eau qui formaient des serpents sinueux qui longeaient la dague venaient s'enrouler autour de son cou et de sa taille. Autant rendre la scène crédible jusqu'au bout ! ma seconde main libre prête à réagir pour menacer les hommes, ils étaient donc quatre dans cette salle.

    Ce fut le mage qui releva la tête aux paroles du faux Eduin, les trois autres n'ayant pas esquissé le moindre geste. Un sourire naquit sur son visage, j'étais certaine de le connaître, il était maelien, je l'avais déjà vu par le passé, son regard un peu étrange, ses longs cheveux, sa posture, mais impossible de remettre un nom dessus, la plaie.

    - Eh bien cher Eduin, vous voilà dans une facheuse posture dites moi.

    Cela étant dit il semblait terminer une mixture et ne s'affolait pas, dans sa main droite la mèche de cheveux d'Aylan, la mienne étant encore dans celle du dénommé Sten. Ce dernier me regarda en souriant puis porta la mèche de cheveux à son nez pour la sentir.

    - Rha, rien que ce bout sent bon la petite noble proprette.

    Il tendit la mèche au sorcier noir à ses côtés.

    - Je veux ce  jouet, il est un peu abimé visiblement mais je suis certain que la cicatrice est encore fraîche la dessous, elle avait ses deux yeux y a pas longtemps la Baaaronne.

    Il avait accentué ces mots et son intention me révulsais. Je poussais plus avant Aylan vers le centre de la pièce pour que nous ayons le champ libre. Les deux matons avaient saisis leurs armes et se tenaient prêts à réagir, Sten avait toujours sa dague en main et s'approchait de nous en riant.

    - Tuer un homme de sang froid tu sais faire ça?

    Il me provoquait et dans le fond la réponse était évident et c'était "non" surtout que celui que je menaçais pour la comédie était mon allié du moment.

    - Perdre un allié juste pour le savoir ça vaut le coup?

    Je laissais la dague sur la jugulaire, sa pointe effilée marqua un point, une goutte de sang perla. J'attendais en réalité un signal d'Aylan pour diriger mon attaque contre les hommes qui nous faisaient face. Ce fut le mage noir qui lâcha la mèche de cheveux qu'il venait de récupérer, la mienne, dans sa mixture à ce moment en disant.

    - Faites ce que vous voulez du Mac Allister, vous êtes plus utile que lui à nos plans, vous avez plus de cran et d'envergure et de notoriété aussi.

    Il commença à canaliser sa magie vers la potion, je sentais et voyais des fils sombres de mana sortir de la potion pour se diriger vers moi, le sort était lancé contre moi, je relâchais Aylan, et m'apprêtais à recevoir l'attaque mentale, les voix m'emplirent à ce moment, me traitant de pantin inutile, je perdis notion de mon environnement quelques secondes, incapable d'entendre ou de réagir alors que la corruption de l'Arbre Monde agissait contre toute attente pour m'offrir une protection contre le contrôle tissé par le mage noir je sentais la pression du sort sur mon esprit j'avais gagné un peu de temps.

    Je décidais donc de passer à l'action avant d'être une marionnette et mes langues d'eau qui enserraient Aylan le libererent et fondirent sur un des deux bretteurs qui s'était trop approché à mon goût...

    NB: Sten parle en gras et le mage noire par en #ff6600

    CENDRES
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Aylan Kaviani
    Aylan Kaviani
    Messages : 28
    crédits : 375

    Info personnage
    Race: Élémentaire de vapeur
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3338-aylan-kaviani-dit-le-feu-termine
  • Jeu 18 Avr - 17:47
    Jouer le jeu jusqu’au bout, l’art de tromper était chose commune qu’on la mission était d'infiltrer un lieu, de tisser des liens factices avec certains des membres, et peu à peu, glissant, rampant tel un serpent pernicieux pour atteindre sa cible, et y planter ses crocs d’un venin mortel. Ici, l’analogie, s’appliquait pour Aylan, et prit sous le joug d’une lame très courte, surmontée de reptiles longiformes aqueux qui caressait de leurs écailles humides son cou, tout était mis en scène pour donner de la valeur aux paroles et actes qui allaient suivre.

    Il semblait cependant qu’ils fussent complètement déphasés de la représentation : seul un mage aux allures mystérieuses doté d’un léger accent shoumeien — au moins, l’ennemi était intérieur — lâcha une légère remarque désintéressée à l'encontre du faux Eduin. Bien sûr que le déguisé exprima une des grimaces les plus expressives de son mécontentement.

    De son côté, c’était le fourbe mateur aux faux airs distingués qui lança sa pensée — sans exception d’un côté fétichiste presque — et donna la mèche qui appartenait à la magicienne, souhaitant d’elle de devenir sa… Poupée ? Aylan inscrivait le descriptif de “dérangé” à son encontre. Il tremblait intérieurement de lui trancher au plus vite sa gorge pour seulement entendre les gargouillis sanglants s’échapper de ses cordes vocales.
    De ses paroles, il testait la volonté de celle qui le tenait au bout d’une dague, à laquelle il itéra des paroles, accompagné d’une pression plus importante, faisant couler légèrement un léger trait ensanglanté le long de la gorge du reikois, lequel lâcha un grognement.

    *Au moins, elle est assez franche pour suivre un jeu de masques, un peu trop même.*

    Or, cette tentative d’intimidation échoua largement : Myriem semblait être en véritable la personne importante des deux opposants, et lorsqu’il mit les brins chevelus dans le vial, sa magie s’intensifia. Mais rien ne semblait visible, et pourtant, l’instinct du Feu criait d’agir au plus vite.
    Au même instant, il fut poussé en avant par sa subjugatrice. Avait-elle un sixième sens concernant les magies ésotériques ? Il ne se pria pas de réagir en conséquence : d’abord, le voyeur fou, en l’aveuglant d’un simple jet de vapeur en sa direction pour ne pas subir son pouvoir. Puis au tour d’un des malabars : récupérant sa dague avec une invocation d’objet, il fonça lame en avant sur son adversaire, auquel il para sans difficulté le premier coup. Au moins, l’affrontement sera d’un plus haut niveau.

    D’un pas en arrière, il lança sa dague comme une arme de jet, prenant par surprise le défenseur, qui reçut une blessure figée dans son avant-bras. Puis il glissa vite entre ses jambes et apposa ses deux mains derrière les jambes de l’homme, pour une nouvelle fois faire pression de sa magie, le mettant à terre de douleur. Puis, il plaque sa main sur sa bouche ouverte, et insuffla une grosse quantité de son pouvoir pour le rendre inerte une fois lâché.

    Pendant ce temps, il observait rapidement si son alliée de circonstance s'en sortait, avant de s’avancer vite vers Sten.


    Aylan parle en #b6c9d2, *pense en #b6c9d2*

    Demeure des Kaviani:
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 900
    crédits : 2562

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Ven 10 Mai - 15:32


    Smoke on the water

    Feat. Aylan - Message 5



    J'étais tendue à souhait, pas à mon aise, je faisais une piètre menteuse de mon point de vue et pourtant cela semblait fonctionner. Etonnant non? J'avais frémi en entendant l'assassin ou le dérangé parler de moi comme si je n'étais pas vraiment présente et l'idée de devenir la poupée ou chose de qui que ce soit me révulsait mais surtout... La magie noire qui se tissait sous mes yeux était puissante et cela m'effrayait. Je n'étais certes pas seule mais je ne savais encore rien de mon compagnon, serait-il capable de m'aider réellement? Avais-je été un peu trop optimiste en me lançant à ses côtés à la poursuite de ces hommes? J'allais bien vite le savoir mais j'avais espoir, c'était dans ma nature.

    Je fus surprise de voir mon comparse réagir avec une vivacité surprenante. Pas déstabilisé le moins du monde par le fait que je le repousse sans l'avoir prévenu, il a agi dans la foulée, comme si cela n'avait qu'un mouvement initié par son propre fait, il était agile, redoutablement efficace à n'en pas douter.

    Je n'avais cependant pas le loisir de me concentrer sur ses capacités de combattant ou sa fluidité à réagir, nos ennemis ne me laissaient guère d'autre choix que moi aussi d'agir et réagir. Je devais donc d'abord me débarrasser du bretteur qui fondait sur moi. Les lianes d'eau l'entourèrent au niveau des pieds et lui firent perdre l'équilibre mais ce genre de combattant ne se laisse pas aussi facilement arrêter et il se relève, brisant ma magie, faible car non puissamment canalisée. Il se jette alors sur moi épée en avant et je n'ai d'autre ouverture que de réagir avec mes maigres compétences de combattantes, je pivote d'un pas pour ne pas perdre l'équilibre et j'accueille sa lame en l'enfermant dans une gangue de glace que je retiens de mes deux mains en souriant.

    - Désolée.

    Je force sur ma magie et brise l'épée mais l'homme s'y connait mieux que moi et a lâché son arme sans la moindre hésitation pour me donner un coup de poing dans le ventre qui me coupe le souffle d'un coup. Je recule sous le choc, Sten s'amuse du spectacle tout en avançant avec désinvolture vers moi alors qu'Aylan vient de se débarrasser du premier de ses assaillants.

    Je me concentre malgré l'absence de souffle, je dois agir vite, je sens la noirceur du maléfice qui glisse sur ma peau, et briser une malédiction c'est complexe et requiert toute mes capacités. Alors je décide de ne pas retenir mes coups, je n'ai pas d'autre solution. L'air se charge en un instant de mana, à saturation peut-être pour un espace clos mais il faut aller vite, une odeur marine supplante tout le reste et mes pupilles violettes brillent intensément. Je libère ma mana d'un coup en faisant un geste vif, une lame d'eau au tranchant acéré capable de couper du métal et il va sans dire que trancher la jugulaire de mon adversaire est de fait un jeu d'enfant. L'eau déchire ses chairs ainsi que les muscles et tendons dessous, le sang gicle et m'éclabousse mais je retiens un haut le coeur. Quelle horreur, quelle barbarie, je suis un monstre au même titre que ces hommes, tuer est facile mais cela laisse un coup âcre en bouche. Le regard éberlué, le sang s'écoulant avec force, l'homme en face de moi met sans succès ses mains sur son cou et s'effondre mort, ce fut rapide par chance, il n'a pas trop souffert.

    Je ressens alors couler sur moi une vague d'envie, ce dérangé de Sten se régale de ce bain de sang et ses pupilles brillent d'envie alors qu'il joue avec ses dagues. La magie noire de son côté m'entoure, glisse le long de mes mains et remonte sur mes bras pour venir s'enrouler autour de mon cou. Il ne me reste que quelques secondes avant qu'elle ne s'immisce en moi et ne me transforme en pantin pour le mage. Je tente donc une mesure radicale mais qui a déjà fonctionné, je pose mon regard sur Sten et observe par dessus son épaule pour visualiser l'endroit que je vise. Je n'ai que peu de pratique mais je sais que c'est ma seule opportunité. Et dans une explosion d'eau, à ma place une myriade de gouttelettes translucides tombent au sol, je me suis téléportée derrière le mage. Surpris autant que Sten il n'a pas le temps de réagir. Mes mains se posent sur ses tempes et j'envoie ma magie de soin pour l'endormir, surcharge d'hormones du sommeil, il s'écroule, et vu la dose il mettra quelques minutes à émerger. Sten s'est retourné pour faire face à Aylan qui lui fond dessus. De mon côté je sens la magie noire qui me prive de mon libre arbitre, par chance le mage assommé ne peut me contrôler, je me fige, spectatrice de la scène espérant qu'Aylan aura le temps de venir à bout de Sten avant que le mage ne reprenne conscience et ne m'ordonne d'attaquer mon allié.

    - Vit...

    C'est tout ce que j'arrive à dire avant de me murer dans l'immobilisme.

    CENDRES

    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 900
    crédits : 2562

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Lun 1 Juil - 21:34


    Smoke on the water



    Feat. Aylan - Message 6





    Spectatrice de la scène qui avait lieu devant moi, j'étais devenu un pantin sans ordre puisque j'étais sous l'emprise du contrôle tissé par le mage mais j'avais réussi à le plonger dans un sommeil profond dans l'attente de faire plus. Debout, droite et parfaitement immobile je me suis perdue dans l'observation du combat qui avait lieu sous mes yeux.



    J'ai pu voir le dénommé Aylan changer d'attitude et surtout d'intensité dans son combat. Là où il semblait au début agir avec une simple agilité il se transformait en un guerrier redoutablement efficace sous mes yeux. Ses lames fendaient l'air et parfois disparaissaient à ma vue, autour de lui je sentis ou plutôt je perçus des manifestations de brume ou de vapeur, je réalisais que cet homme n'était peut-être pas humain et donc pas aussi jeune qu'il le paraissait.



    Je n'y connaissais pas grand chose et par moment j'eus envie de hurler parce que je pensais qu'il allait se faire blesser mais il n'en fut rien et finalement sous mon regard je le vis gagner et mettre Sten à mal. Il avait réussi à se débarrasser de ses adversaires et je vis le mage qui bougeait et se relevait. Dans son regard noir je pouvais lire la haine. Et sans même avoir à parler, il bougea ses doigts pour libérer sa mana sur la mèche de cheveux qu'il avait en main pour me contrôler. Je sentis la force du rituel tissé à mon encontre et je me sentis contrainte de lui obéir, il voulait que je le débarrasse de son adversaire, d'Aylan.



    Je n'eus d'autre choix que de répondre à son souhait et je concentrais ma mana pour laisser déferler une onde puissante d'eau sur lui, des lames s'éloignèrent de moi pour l'assaillir alors que l'air vicié de la cave s'emplissait de l'odeur de ma magie. Aylan évita mes attaques avec une facilité et une rapidité déconcertante. Mais je me sentais oppressée et une sorte d'urgence m'emplissait, je devais réussir alors j'ajoutais de la glace et je la fis sortir du sol, usant de l'eau qui recouvrait maintenant le sol, j'avais un ancrage magique de choix. Aylan fut blessé en plusieurs endroits par les pics de glace et son regard se fit plus dur.



    Je crus qu'il allait me tuer, mais en réalité si ses attaques me visèrent elles me mirent au sol sans que je ne souffris trop mais j'entendis dans un même temps un râle, un cri avorté et je me sentis dans l'instant libérée d'un poids. Je respirais pleinement d'un coup, sans contrainte et cherchais le mage du regard, une des dagues d'Aylan était fichée dans sa gorge et du sang bullait littéralement dans sa gorge et bouche, il s'étouffait. Son regard vitreux nous fixa et il sourit alors qu'il s'affaissait. Seul un fou faisait cela non?



    Il s'écroula et... son corps s'évapora sous nos yeux ébahis... Nous avions à faire à un clone assurément. Libre je me dépêchais de me diriger vers ses outils rituels pour tout détruire et me saisir de ma mèche de cheveux au sol pour lui faire subir le même sort. Nos cheveux détruits j'ai soigné Aylan avant que nous ne fouillons les lieux pour n'y trouver pas grand chose hormis un médaillon étrange qu'Aylan garda étrangement.



    De lui je n'avais pas pu apprendre grand chose hormis qu'il fut tatoueur du Reike. Alors pour me remercier de mon aide il accepta de me faire profiter de son art. Nulle hésitation ne m'habita et je lui demandais de me tatouer l'Arbre Monde sur le ventre, les branches montant juste sous ma poitrine alors que son tronc descendait vers le nombril et que ses racines descendaient plus bas. J'avais eu mal et honte en un même temps mais son professionnalisme avait permis de réaliser cet encrage sans que rien ne se passe, il était d'un froid effrayant presque, implacable, mais redoutablement efficace. Après ces heures de torture voulue je suis rentrée chez moi et lui chez lui au Reike pour en savoir plus sur le médaillon du clone... Plus tard il me rappellerait pour l'aider à pister ce mage, le vrai, l'original.

    Smoke on the Water feat Aylan OIG4

    CENDRES
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum