DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Shan'ael

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    [Terminée] My faith is fire, constellations will yield to me [Sybil] EFZvhIHe_o
    Gazette des cendres
    Hiver 2022-2023
    Lire le journal
    #1
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Erit sanguinem
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Sybil Sgàrlaid
    Sybil Sgàrlaid
    Messages : 3
    crédits : 1874

    Info personnage
    Race: Elémentaire (Feu)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1136-terminee-my-faith-is-fire-constellations-will-yield-to-me-sybil
  • Mar 3 Jan - 15:11
    Sybil Sgàrlaid
    Race : Élémentaire de feu
    Sexe : Féminin
    Âge : Environ 900 ans
    Métier : Cardinal Cultiste
    Taille & poids : 2m31 pour 135 kg
    Alignement : Loyal neutre
    Faction : Citoyen du monde
    Rang : C
    Religion : Cultiste
    Avatar : Malenia, the blade of Miquella (Elden Ring)

    Pouvoirs et objets

    Vocation: Guerrier
    Sous-spécialisation: Combattant

    Pouvoirs:
    - Élément feu palier 1 et 2 (900)
    - Super vitesse palier 1 (500)
    - Force surhumaine palier 1 (500)
    - Prouesse d'arme (500)
    - Vue augmentée palier 1 (150)
    - Ouïe augmentée palier 1 (150)

    Total: 2700/4500 (Rôle recherché)

    Étant un élémentaire de feu, Sybil est immunisée au feu et faible à l'eau.

    La prouesse d'arme de Sybil se nomme Dance écarlate et permet à Sybil de canalyser la puissance des flammes dans la prothèse qui manie son arme. Cela augmente la rapidité de ses attaques en plus de les infuser de feu.

    Sybil possède un long katana qu'elle nomme sa main, une lame dorée et sans ornement. La garde s'attache méchaniquement à sa prothèse, la rendant difficilement utilisable par un adversaire qui s'en emparerait.

    Description physique et mentale

    Dans les quartiers de la cardinale, aux murs dénudés et à l'apparence humble, Sybil fixait le miroir qu'on y avait installé.

    Sa réflexion était différente qu'à l'accoutumée, débarassée de son casque et de son armure dorée au profit d'une tenue de culte officielle. Ses atours paradaient les symboles des gardiens, de la vie et de la mort, des rêves et de la réalité. Elle avait délaissé l'or et l'écarlate en faveur d'un noir accablant, qui donnait à sa peau pâle un teint presque macabre. Sa longue chevelure rouge, reminiscent son ascendance élémentaire, était soigneusement coiffée et attachée à l'arrière de sa tête plutôt que libérée en immenses cascades sur ses épaules.

    C'était pourtant loin d'être le plus marquant. Ce que Sybil fixait, la colère au fond des yeux, c'était son propre regard. Depuis des centaines d'années, ce regard était camouflé par son fidèle casque doré. Dans sa nouvelle tenue, son front nu découvrait les cicatrices immondes d'une peau anciennement calcifiée entourant ses deux yeux de la couleur des flammes. Il n'y avait aucune beauté dans ce regard, aucune beauté dans cette peau scarifiée. Sybil suivit avec dédain la courbe délicate de son nez jusqu'à ses lèvres scindée d'une cicatrice, cette fois laissée par une lame. Elle descendit jusqu'à trouver son épaule droite, et un rictus moqueur déforma ses traits. Là où sa prothèse se mariait élégamment avec son armure, elle contrastait fortement avec le noir de sa robe de cérémonie. L'or de l'armature complexe ressortait en angles maladroits contre le tissu, et sa main aux doigts de métal lui donnait un air de faiblesse lorsqu'elle ne maniait pas son arme. Plus bas, contre sa hanche, sa jambe gauche, tout aussi dorée, offrait le même supplice à sa tenue.

    Puis son regard glissa à nouveau et, se détournant de sa propre silhouette, tomba immanquablement sur le tableau posé au fond de la pièce; une peinture représentant une lumina, celle-ci habillée de la même tenue noire et cérémonieuse. Cardinale Veracya.

    Dans l'ombre de sa prédecesseure, Sybil brûlait dans tout ce qu'elle n'était pas. Ni sage, ni posée ou réfléchie, elle irradiait plutôt dans sa véhémence, dans l'immaculé de sa foi et dans l'arme qu'elle brandissait contre les hérétiques. Les cardinales cultistes avaient toujours brillé de leur tendre compassion, de leur nature douce, un guide pour les croyants pendant leur vie, et pour les âmes dans leur mort. Un toucher tendre pour accompagner les défunts et les endeuillés. Sybil ne possédait rien de cela. Animée de l'âme d'une combattante, la flamme de sa foi consummait toute once de tendresse laissée en elle. D'abord guerrière sacrée, puis protectrice de Shoumei, et enfin chevalier du Nouvel Ordre... Sa lame avait toujours été dirigée vers les hérétiques, et c'est dans cette lutte constante qu'elle avait côtoyé la mort. C'est dans la férocité des batailles plutôt que l'apathie du deuil qu'elle avait vénéré ses dieux. Il n'y avait en elle plus aucune pitié, plus aucune tendresse à donner aveuglement. Renforcée comme le fer dans les flammes par la guerre, il ne restait de la femme qu'une guerrière forcenée, prête à tout pour son ordre. Sa foi aveugle se couplait de sa philosophie simpliste révérant la force et la puissance. Cette idée n'était qu'exacerbée par son nouveau rôle. Un cardinal ne pouvait montrer la moindre faiblesse, et Sybil serait donc un exemple de force, un exemple de puissance. Gentillesse et compassion, synonymes de vulnérabilité, n'avaient pas leur place. Elle guiderait les croyants d'une poigne de fer, rappelant à tous les tenants de leur ordre et de leur foi. Nul ne manquerait de respect à leurs rites, ou à leurs dieux. Elle en faisait le serment.

    Histoire ou test-rp

    Sybil serra les poings, la force de sa rage prête à éclater. Les morceaux de verre laissés au sol étaient un indicateur que ça n'aurait pas été la première fois. Le miroir contrastait avec le reste de la chambre par sa nouveauté, par son cadre de bois lisse tout juste dépêché dans la pièce. Elle ne pouvait décemment pas permettre à sa réputation de prendre un coup en continuant d'abîmer le mobilier. Un soupir passa ses lèvres crispées et Sybil se démena pour désserrer les poings, pour calmer ses muscles et ne pas se jeter sur son arme délaissée pour passer sa colère dans un entraînement physique douloureux.

    Cette vie d'impulsivité avait été mise derrière elle lorsque Cardinale Veracya était morte et avait laissé derrière elle le poste vacant, avec comme dernière volonté que sa protégée hérite du titre. Veracya avait voué la dernière partie de sa vie, depuis la formation du Nouvel Ordre à sa mort, à inculquer à Sybil tout ce qu'il y avait à savoir du poste, tout ce qui avait fait d'elle la cardinale respectée qu'elle était. Bien que leurs vues soient en contraste flagrant et malgré les difficultés soulevées par une élève colérique et impulsive, la cardinale avait réussi à apprivoiser la combattante. Le rôle ne seyait pas du tout à la personnalité chaotique de la femme, et pourtant personne n'en savait autant sur son fonctionnement que celle-ci. C'est pourquoi le Haut-Prêtre, dans sa sagesse, et peut-être aussi dans leur commun vindicateur, avait donné une tâche d'une telle importance à une élémentaire qui ne demandait qu'à brûler les hérétiques.

    Sybil s'étonnait encore aujourd'hui de la décision du Haut-Prêtre. Elle qui suivait sa voix depuis sa jeunesse, elle était désormais reconnue de sa personne, un bras-droit indirect. Simple citoyenne de Shoumei, comment aurait-elle pu croire un jour obtenir un poste comme celui-ci? Pourtant, lorsqu'on y creusait un peu, cela pouvait trouver une certaine logique. Dès son plus jeune âge, Sybil avait été prise sous l'aile d'une prêtresse cultiste, une femme de grande droiture et qui portait aux gardiens le plus grande des respects. À ses côtés, la jeune femme avait tout appris de l'Obscur, des entités divines arpentant un royaume à la bordure du monde des âmes. Comme tout enfant, elle avait commencé sa foi dans un esprit enfantin, se jouant de l'idée de divinité comme un bambin défie l'autorité par son incompréhension du concept même. Puis la prêtresse vit en Sybil l'âme d'une guerrière. Incapable de rester en place, la petite à la tignasse enflammée se captivait des récits de guerre plutôt que de ceux de rites. La femme fit ce que tout adulte responsable aurait fait, et encouragea la petite à battre de ses propres ailes; elle l'envoya en tant qu'écuyère sous l'aile d'un paladin.

    La guerrière qui l'accueillit, une valkyrie, était précédée d'une réputation. Connue sous le nom de la Perçante Écarlate, elle maniait la lance et les flammes de manière à faire tomber ses ennemis en un seul coup. Maîtresse de nombreuses batailles remportées avec succès, elle avait grimpé les rangs jusqu'à devenir une paladin de renom. Sybil apprit à la connaître sous le nom de Betelgeuse. Un nom simple, et véritable, tenu précieusement par la femme et offert seulement à ses intimes. Pendant quelques centaines d'années, les deux femmes combattirent côte à côte. Sybil passa d'écuyère à chevalière mais conserva sa place à la droite de la Perçante, toujours dans son ombre, mais illuminée de sa propre furie. Enhardie par la voix de Saegan, par la parole de leur Haut-Prêtre, les deux femmes se sentaient prêtes à tout pour protéger leur nation.

    Seulement, toute bonne histoire a une fin, et Betelgeuse connut la sienne au fil de la lame de son nemesis. Un autre utilisateur de la flamme, un hérétique qui, dans une bataille infernale, trancha la tête de la valkyrie. Sybil, présente lors du combat et loin d'être à la hauteur d'affronter un tel adversaire, fut mortellement blessée. Son bras et sa jambe furent tranchés et le haut de sa tête complètement brûlé.

    Devant le miroir, il était difficile de ne pas se moquer d'elle-même, de ne pas rire d'une telle ironie. Une élémentaire de feu manquant périr par les flammes, marquée par celles-ci dans une blessure qui ne la quitterait jamais. Et quelle tragédie, que ces cicatrices lui aient été imposées dans un combat qui n'était pas le sien. Jamais Betelgeuse n'avait mentionné son némésis, jamais Sybil n'avait pu se préparer à son apparition, à sa véhémence. Encore à ce jour, elle ignorait tout de l'homme qui avait pourfendu sa mentor et qui l'avait laissé l'ombre d'elle-même. Pour lui, elle devait avoir cessé d'exister du moment qu'il avait détourné ses yeux d'elle. Avait-il péri par l'âge, depuis le temps? Ses souvenirs du combat étaient flous, centrés sur la valkyrie ensanglantée plutôt que sur le némésis inconnu.

    Entourée par des flammes d'une nature corrompue, Sybil avait été tirée d'affaire par sa propre écuyère, une lumina dont elle se souvenait à peine du nom. Arrachée aux doigts de la mort, elle avait chassé la jeune fille ainsi que tous ses collègues. Solitaire, abandonnée de même sa propre volonté, elle avait été renvoyée dans son petit village, aux soins de la prêtresse qui l'avait élevée, auprès de sa famille qui ne reconnaissait plus son visage. Et c'est dans cette isolation mentale qu'elle vint à découvrir deux choses essentielles.

    Au sein de la noirceur, dans les ombres les plus profondes, fut là que naquit l'étincelle d'une foi plus grande que de raison. Dans l'obscurité de son deuil et de son doute, Sybil sentit la chaleur d'une flamme immense. Différente de celle l'ayant scarifié, différente de celle maniée par Betelgeuse, différente de celle de sa nature; une flamme tirée tout droit de la mort, titillant la ligne de l'Ordre. Une flamme sombre et rassurante, sussurant à son oreille. À travers la présence de cette étincelle, si douce et si vaste, Sybil fut entraînée dans une révélation sacrée. À son oreille murmurait une entité divine, si puissante que seule l'ombre de sa présence secouait la femme jusqu'au plus profond d'elle-même. Un être qui ne pouvait être autre qu'un gardien, ayant enfin entendu sa foi et ses prières, tendu vers elle pour lui offrir un guide dans l'obscurité. Ce n'était pas des paroles que Sybil entendait, mais des glissements d'air, des vacillements dans la flamme des chandelles en réponse à ses questions, des signes plus forts encore que des mots. Dans cette communication silencieuse, Sybil en tira un nom; le Brasier. Elle se doutait que le langage du Sekai ne pouvait espérer nommer une telle entité, mais dans les murmures et les conversations muettes, c'est le mot qui lui semblait se rapprocher au plus. Le Brasier, un gardien penchant vers la mort, qui l'incita à se redresser et à continuer sa quête, à propager la volonté des dieux. Sybil obéit, et c'est à la surprise de tous qu'elle se releva de son épreuve, qu'elle retrouva le goût de vivre ainsi que la flamme qui l'animait. Seulement, cette fois, la flamme de sa croyance et de sa dévotion s'embrasait de fanatisme.

    Sybil découvrit aussi, à travers sa convalescence et grâce à la sûreté offerte par le Brasier, que sa condition n'était pas une fin en soi. Avec l'aide de la prêtresse, elle fit passer commande à des artisans nains pour lui faire forger deux prothèses. Celles-ci furent infusées de magie utilitaire, de manière à leur donner les mêmes réflexes que ses anciens membres. Pendant de nombreux mois, et même plusieurs années, Sybil réapprit à utiliser son corps, supportée à la fois par sa famille et par la voix silencieuse du Brasier. Au terme de sa rééducation, elle passa une dernière commande, tirant dans la fortune héritée dans la mort de sa mentor. Par les mêmes artisans nains ayant fait ses premières prothèses, elle en commanda de nouvelles, et cette fois une armure pour aller avec, ainsi qu'une arme. Son armure fut créée à l'image de sa mentor, en or et en figures ailées, en fines sculptures et en arabesques enflammées. Ses prothèses, cette fois, furent améliorées, lui octroyant vitesse et puissance au-delà de ce que son corps aurait pu accomplir par lui-même. Et son arme, sa main, devint sa plus grande fierté.

    Ainsi remise sur pied, Sybil retourna au service de la régente et du Haut-Prêtre. Elle garda pour elle la manifestation d'un gardien à son chevet, qui continua de l'accompagner à travers son service pour son royaume. Chaque année passée à combattre pour les cultistes renforçait sa foi et la faisait chavirer dans un fanatisme aveugle. Lorsque la régente exigea sa purge, Sybil fut la première à prendre les armes et à brûler les demeures de ceux refusant de se rendre. À ses yeux, aucun hérétique ne méritait de vivre confortablement en leurs terres.

    Et éventuellement le monde chavira. L'attaque des titans fut un choc, et comme beaucoup, Sybil se retrouva à fuir sa terre natale. Certaine que l'attaque était une punition céleste, la croyante ne fit que redoubler d'ardeur dans l'écoute de cette voix muette qui la guidait depuis quelques centaines d'années déjà. Elle suivit les signes dans les flammes et se fit protectrice des rescapés de Shoumei fuyant vers les terres sauvages. Elle défendit ses alliés contre les créatures envahissant leurs terres et elle se dépêcha aux côtés de Seagan dès que celui-ci refit son apparition. Elle fut présente lors de la formation du Nouvel Ordre, là où enfin elle put regarder le Haut Prêtre dans les yeux et le remercier pour sa dévotion à Shoumei. Dans le noir d'un confessionnal, elle avoua à cette figure ultime d'autorité la vérité de son compagnon divin. Que l'homme la croit ou non, il ne l'encouragea ni ne la renvoya. Plutôt, il lui offrit une place au sein de son Ordre, et l'introduit à Veracya, la cardinale cultiste.

    Pendant de longs mois, elle accompagna la femme dans ses tâches et apprit les tenants et les aboutissants du rôle. Et...

    Et maintenant, elle était ici, devant un nouveau miroir, au sein des quartiers anciennement occupés par la cardinale, dans les mêmes vêtements. Malgré la rage qui lui prenait d'aller combattre et renforcer le pouvoir du Nouvel Ordre, elle était coincée ici, elle se devait d'honorer sa tâche et les responsabilités qu'on lui avait confiés.

    À côté d'elle, la chandelle posée sur sa table de chevet vacilla, alors même que la pièce était dénuée de courant d'air. Sybil soupira et un fin sourire vint teinter ses lèvres. Malgré la solitude du rôle, elle avait un allié pour la guider et lui montrer le chemin. Elle était au bon endroit, là où il voulait qu'elle soit.

    « Ne t'en fais pas », murmura-t-elle, « notre croisade ne fait que commencer. »

    [Note Hors-Jeu : Je suis consciente, en tant que joueuse, que la communication avec les gardiens est quasi-impossible et infinimment rare. Je veux jouer sur l'ambiguité de la situation avec Sybil; entend-elle vraiment un gardien? Ou est-ce une dissociation dûe à son traumatisme? Je préfère ne pas amener de réponse définitive car cela briserait l'intérêt du personnage. Et j'aimerais garder la porte ouverte si un jour cela peut se transformer en réelle manifestation. Je comprends cependant que dans les faits actuels, ce n'est pas "canon", aucun gardien ne parle à Sybil.

    Pour ce qui est de ses prothèses améliorées, je considère que les pouvoirs utilitaires de Sybil s'appliquent à ses prothèses plutôt que d'être des acquis de sa part (donc oui elle les perdrait si on lui retirait ses prothèses). C'est de la saveur pour mon propre jeu plutôt qu'une réelle incidence.]

    Groupes d'intérêts

    Cultistes: Sybil est hargneuse envers tous, excepté les cultistes, envers qui elle montre une certaine tendresse. Elle est très protectrice des croyants qu'elle rencontre et se sent responsable de ceux qui ne peuvent se défendre.

    Nouvel ordre: Sybil donnerait sa vie pour le nouvel ordre.

    derrière l'écran

    Pseudo : Aki
    Comment avez-vous connu le forum ? World of ashes était dans une de mes listes de forums potentiels et j'ai donc suivi jusqu'ici
    Avis sur le forum : Très complet et très beau!
    Fréquence de connexion : Sur discord un peu tout le temps, sur le forum deux trois fois/semaine ou selon les réponses que je reçois
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Sybil Sgàrlaid
    Sybil Sgàrlaid
    Messages : 3
    crédits : 1874

    Info personnage
    Race: Elémentaire (Feu)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1136-terminee-my-faith-is-fire-constellations-will-yield-to-me-sybil
  • Dim 8 Jan - 15:45
    Un petit up pour signaler que la fiche est terminée :>
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Louise Aubépine
    Louise Aubépine
    Messages : 261
    crédits : 1578

    Info personnage
    Race: Démon
    Vocation: Mage - Elémentaliste
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: S
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t183-louise-aubepine-protectrice-du-sekaihttps://www.rp-cendres.com/t257-amities-sinceres-louise-aubepine#859https://www.rp-cendres.com/t256-les-enseignements-du-passe-louise-aubepine#857
  • Jeu 12 Jan - 23:45
    Bonsoir,
    Après lecture de cette fiche, je me suis permis de te passer en Rang C, (le nouvel ordre n'étant pas encore assez établi pour bénéficier de hauts rangs. Il faudra voir avec Seagan pour monter vos rangs. Cela n'entache cependant en rien ta position de cardinale.) Je me suis aussi permis de corriger le calcul sur les crédits. Tu arrivais à 3900/4000 alors que j'arrive à 2700/4500 (C'est donc à ton avantage)

    Sinon, tout me semble en ordre et je pense que ton élémentaire de feu saura se faire sa place au sein de cet ordre grandissant. Il semble avoir beaucoup de succès.
    Que ta hargne flamboyante t'aide à éclairer le chemin qui sera tient !
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum