DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
     FLASH-RP | Une souris dans l'antre du croco' | Pv Eloise InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    La mascarade de minuit. [PV Gwynneth De Evelune]Aujourd'hui à 0:23Gwynneth De Evelune
    Le feu de la forge. (Pv- Cyradil)Hier à 23:00Kilaea Sliabh
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirHier à 22:13Capitaine Saumâtre
    RP's de Mortifère [République]Hier à 17:47Abraham de Sforza
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 17:43Résiliente & Crow
    Echappée Belle [PV Kilaea]Hier à 16:46Kilaea Sliabh
    Validation des rps de KassandraHier à 16:30Kassandra Whype
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 2 Avr - 15:34

    RP Flash RP / Flash-Back
    An - 7 de l’Ère des Mortels
    Quelque part dans le réseau d'égouts de Liberty

     FLASH-RP | Une souris dans l'antre du croco' | Pv Eloise Lyu-ava
    Dans ce dédale où s'écoulait mornement les eaux usées de la grande cité, un nouveau prédateur s'appropriait petit à petit les lieux, un nouveau joueur dans cette grande partie qu'était la possession de territoire par des truands. Mais, comme il n'était pas là depuis longtemps, ce nouveau venu, tout le monde n'était pas encore au courant. Il était alors de bon ton d'expliquer les nouvelles règles aux ignorants.

    Le brouhaha d'une course-poursuite avait rebondi contre la pierre humide, et s'était frayé un chemin au travers du clapotis du l'eau et des échos aqueux. Des mires inhumaines entraperçurent les brutes sur les traces de leur proie, manquant glisser sur les bords suppurant des canaux souterrains, et une langue sifflante se fondit dans la masse de bruits distordant, une petite silhouette écailleuse s'élançant en réponse dans passage parallèle, tandis qu'une bien plus massive s'enfonçait dans le liquide brunâtre des égouts.

    "Viens ici fillette, on s'ra rapide !
    - La ferme Marta et cours !"


    La mercenaire eut un râle amusé et accéléra au milieu de ses camarades, sa lame la démangeant. Une petite paie pour une petite fille à remettre à sa place, ce serait si facile... !

    Bientôt, devant la fille fuyant en question, une petite main apparut dans une petite ouverture et lui signe de venir.

    "J'sais par où fuir, viens !"

    C'est que dans ce passage dérobé, un hybride lézard l'attendait, à peine plus grand qu'un enfant de dix hiver, ses écailles pâles striées de bleutées n'étant pas complètement cachées par les ombres. Le passage était étroit à en être effrayant, mais de ce qu'il avait vu, la fille passerait, et les brutes, elles, rencontreraient quelques difficultés... Ce qui donnerait le temps à ce qui était dans l'eau, et qui lâcha un grave sifflement reptilien, de les saluer à sa manière.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 3 Avr - 16:41
    Je veux bien qu’on étudie les pratiques interdites mais cette pratique la m’a l’air un peu trop interdite pour le coup. Presque certaines que si je reprends les règles de l’établissement faire disparaître ses rivaux est susceptible d’être sanctionné. Ce n’est pas vraiment la question, la situation est ce qu’elle est et je ne peux pas vraiment faire grand chose de plus que juste courir. Et me rendre compte que ça ne serait pas du luxe de rajouter un peu d’exercice physique dans mon programme… C’est quoi le dicton déjà ? Quand on a pas de tête on a des jambes ? L’inverse doit marcher. Normalement. J’espère.

    Mes talonnettes ont manqué de me faire tomber avec les pavés mais j’ai atteint les égouts. Pour le meilleur comme pour le pire. Ils sont toujours derrière moi mais au moins ici mes chances de réussir à m’en sortir augmentent…Je crois… Mais putain, il avait vraiment besoin d’envoyer autant de monde ? Et j’ai été sacrément bête de ne pas me rendre compte de la situation avant, j’aurais pu m’y préparer. Ouais non, on ne se prépare jamais à ce genre de cas temps que ce n’est pas arrivé au moins une fois. Promis, si j’arrive à m’en sortir je trouve un moyen pour que tout cela ne se reproduise pas.

    Est-ce qu’on vient de m'interpeller ? Oui, il y a quelqu’un à côté… Vu les rumeurs qui courent sur cet endroit, je ne suis pas sûre d’avoir envie d’y aller. En revanche, je suis certaine de ne pas vouloir traiter avec mes poursuivants. Soit, en avant. Tête rentrée dans les épaules je me recroqueville et m'engouffre dans le couloir. À quelques pas devant moi se tient un… Lézard ? La situation ne se prête pas à faire la fine bouche mais il faut bien avouer que c’est surprenant… Et intéressant. “Je… Mer… Merci.” Respirer est encore difficile mais la simple idée qu’ils vont avoir beaucoup de mal à me trouver ici m’enlève un poids. “Ils… Ils vont rester derrière ? Tu… Tu as une… solution ?”
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 3 Avr - 22:09

    Un p'tit bout de peau-nue effrayé. s'amusa le lézard, dévoilant un long couteau. Avant qu'elle n'ait le temps de réaliser ce qu'il se passait, il se glissa entre elle et la parois suintante, pour prendre sa place. Pas bien grand ni épais, il ne représentait pourtant pas un obstacle de poids dans le tunnel étroit... Quand bien même la mimine griffue tenant la lame le faisait avec assurance, guider par un regard... Amusé et certain de son action.

    "On va les ret'nir pardi !" dit-il dans un commun sifflant.

    Les pas précipités se rapprochaient à vive allure.

    "Elle a tourné ici ! gueula-t-on.
    - S'tu peux aider, hésites-pas." ajouta l'hybride avec un clin d'oeil pour la fille, et un coup de couteau pour le premier curieux.

    S'étant engagé dans l'étroit passage sans réfléchir, le gaillard recula en braillant quand l'arme manqua lui crever un oeil, pour seulement lui couper la joue.

    "CREVURE ! brailla le gars en reculant, avant de sortir une lame bien plus longue.
    - Mais bouge ! dit-on derrière.
    - Y a une saloperie à écailles, Marta !
    - Ha, ha, haaaa, on n'passe pas comme ça. les nargua la 'saloperie'. C'est quoi l'mot magique ?"

    Un coup d'épée en plongée fut la réponse, mais le petit lézard, vif, se plaqua contre la pierre, et asséna un vilain coup à la main armée. Pour sa bravoure, l'hybride eut droit à une bonne estafilade sur le bras, alors que sa victime reculait en braillant derechef. Ça pique.

    "PUTAIN ! râla le type.
    - Mais qu'est-ce qu'tu fous ?!
    - Marta, passe toi, s't'es si finaude !
    - Plus qu'toi, 'vec tes épaules... !
    - Magnez-vous, ça bouge dans l'eau..."

    Un brusque silence succéda à cette observation, et le sifflement grave, qui s'était noyé dans leur boucan, leur parvint enfin nettement aux oreilles. Grave, puissant... Reptilien. Se rapprochant, résonnant jusque dans leurs tripes. Sur la défensive, l'hybride n'en sourit pas moins, tournant très légèrement la tête pour la fille, pour lui expliquer.

    "C't'elle la solution..." lâcha-t-il mystérieusement.

    Soit les crevures tenaient leur position, et il allait bientôt subir un sacré assaut, soit ils abandonnaient leur cible... Et ce serait une autre partie de plaisir. Qui sait ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 4 Avr - 13:11
    Les retenir… Si c’était si simple ça fait longtemps que j’aurais appliqué ce plan… Enfin dans ce couloir, avec lui… Il a l’air de savoir ce qu’il fait… Houlà oui, vu la précision avec laquelle il manie son couteau effectivement il sait ce qu’il fait. De l’aide, de l’aide… Difficile de se concentrer dans cette situation et sans les voir précisément. Ça a l’air tellement plus simple de manier une lame que lancer des sorts. Pas le temps de faire la difficile je suppose “Euh… J’ai… Quelques tours je suppose” On ne va pas parler d’autres choses que des tours à ce niveau là mais je crois que j’ai une idée.

    On attend qu’ils s’avancent dans le couloir et au moment où ils attaquent concentration et… Voilà. Si le combat dure cette solution risque d’être épuisante, les attaques mentales sont censées être canalisées, gardées sur la même personne, pas lancées et interrompues à la volée. Lui ne se rendra probablement pas compte de ce que je fais, ma magie n’est pas la plus visuelle, mais eux… Je ne suis pas une experte en combat mais je pense que la plupart des combattants ne doivent pas être en mesure de garder leur concentration en recevant une attaque d’un ennemi invisible. Et même si elles durent à peine le temps d’une pensée mes interventions n’en restent pas moins assez puissante. Je n’ai pas fait autant d’effort pour rien après tout.

    Qu’est-ce qui peut bien leur faire aussi peur ? La solution ? “Qu’est-ce que…” Est-ce que j’ai vraiment envie de savoir ce qui va se passer ? Pas vraiment en fait… Mais je ne vais pas avoir le choix visiblement… “On peut… On peut en profiter pour s’enfuir non ?” Comme si c’était une option… J’ai bien l’impression d’avoir réussi à m’enfuir d’un problème pour me jeter dans un autre encore plus gros. La gueule du loup était grande ouverte et je me suis engouffrée dedans sans hésiter une seule seconde… En espérant que c’est bien juste un loup…
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 6 Avr - 21:24

    "Fuir ? C'eux qui d'vraient ! se marra le lézard, lorgnant les vilains avec un amusement traître.
    - Ce lézard m'énerve..." annonça la dénommée Marta.

    Et sans autre échange de politesse, la donzelle prit les devants dans l'étroit passage. S'y glissant plus aisément que son camarade, elle força un temps le lézard à reculer, tout en jouant de sa lame et de sa hauteur.

    "Soit pas con, file nous la fille ! argumenta le troisième larron.
    - Ça bouge encore derrière...

    Pour seule réponse, l'hybride asséna un méchant coup à la cheville de la femme, qui bondit en arrière.

    "Dites ça à la Patronne !"

    Brutalement, le canal se souleva, et d'entre les gerbes d'eaux, une énorme gueule dentue choppa les guibolles d'un des gus et l'entraîna dans l'eau saumâtre en un instant.

    "FOUTRE-MERDE !" gueula le survivant.

    Tout aussi brusquement, un monstre jaillit du liquide saumâtre, une énorme tête saurienne tenant tranquillement entre ses mâchoires le gars qui tentait de se redresser pour se libérer, tout en gémissant de douleur.

    "CA M'BOUFFE ! CA M'BOUFFE L'BAS... !
    - Pas... Encore... tonna la voix de la créature.
    - Eh, attend !" s'exclama le petit hybride.

    L'autre gars s'enfuyait en courant, tenant son bras amoché tout lâchant malédiction sur malédiction.

    "Lâche-le saloperie !" fit la Marta.

    Mais avec ses couteaux, face à une créature faisant la hauteur de deux hommes et trois fois leur épaisseur, elle n'en menait pas large.

    "Faudra qu't'expliques à ton pote qu'c'est chez la Dévoreuse ici, maintenant. expliqua tranquillement le petit hybride dans son tunnel.
    - Quoi ?! répliqua la femme.
    - Ca m'bouffe putain... disait encore le blessé, blêmissant entre les crocs de l'hybride géante.
    - Pas tant qu't'écoutes bien. soupira l'écailleux pâle. Maintenant va falloir d'mander pour passer par ici... Pour y faire des affaires... Comprenez c'qui s'dit-là ?
    - C'est l'territoire d'Vazar ! tenta la femme, confuse.
    - Ses cornes... M'ont servie d'cure crocs." objecta froidement la saurienne.

    Cela causa comme un blanc dans la conversation.

    "Compris ? On vous r'vois pour payer l'tribut ?" sourit le petit lézard.

    Il n'en fallut pas plus pour rallier les bandits à leur 'cause'. Sitôt libéré et ramené sur la terre ferme, l'homme à peine conscient fut portée vers la sortie par sa comparse... Et la saurienne géante et son acolyte se tournèrent vers une autre personne avec qui une discussion s'imposait : la fille.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 8 Avr - 15:46
    C’est… Est-ce que j’ai bien vu ? C’était… Une mâchoire ? Je regarde le petit lézard qui me tient compagnie dans le couloir. Soudainement il m’a l’air bien dangereux. Et cette porte de sortie ressemble à un nouveau piège. Un piège infiniment plus dangereux que celui dans lequel j’étais prise juste avant… Le couloir semble continuer derrière moi. Sans compter qu’elle ne pourra probablement pas me suivre dedans si je décidais de reprendre ma course… Non ça ne sert à rien de penser à tout ça n’est-ce pas ? Je n’en suis pas encore là après tout… Rien ne dit qu’ils veulent quoi que ce soit de moi… La Dévoreuse… Quel charmant nom…

    Y faire des affaires… C’est vrai, il a raison. Dans le feu de l’action j’ai pris la première solution qui s’offrait à moi sans réfléchir mais les égouts ne sont pas seulement dangereux. Ou plutôt, ils le sont parce qu’ils ont leurs propres règles. Et la première est sans conteste la loi du plus fort. Une loi que je ne peux pas gagner. Apparemment ce n’est pas son cas, elle a redistribué les cartes… Cure-crocs… L’expression est aussi drôle qu’effrayante tellement elle est parlante. Il va définitivement falloir que je trouve un moyen de me tirer de ce mauvais pas.

    Le regard qu’ils me lancent tout les deux ne laisse pas beaucoup de place au doute… Je n’ai aucune idée de ce qu’est ce tribut dont il vient de parler mais je n’ai pas très envie d’être mêlée à tout ça… Le boyaux se sépare en deux à quelques mètres derrière moi, ils connaissent sûrement mieux l’endroit que moi mais je ne peux de toute façon pas espérer passer en force. Bon… C’est tout ou rien…

    J’inspire profondément, yeux clos. On se concentre, juste derrière les paupières… Voilà… On tends doucement la jambe pour pouvoir se retourner sans risquer de s'écrouler... Et on regarde le crocodile géant en ouvrant les yeux. Le couloir s'illumine en un bref éclair vert. Changée en pierre elle fait soudainement moins peur… On en reparlera une fois le sort terminé. S' ils me rattrapent. Faisant soudainement volte face, je reprends ma fuite. Quelques mètres à franchir, je saute sur la droite, m’engouffre dans le deuxième couloir. Ce n’est pas un cul de sac parfait. Et un autre boyau semble partir à gauche. J’espère qu’il va me permettre de rattraper le couloir principal. Sans hésiter je m’engage dedans, courant sans me retourner. La dévoreuse est peut-être momentanément une inoffensive statue (on ne doit pas souvent la considérer comme inoffensive), ce n’est pas le cas de son acolyte. Et il connaît clairement mieux les lieux que moi.

    Je ne peux rien faire de plus que courir. Et prier.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 9 Avr - 19:43

    Si l'humaine s'inquiétait d'être poursuivie, il n'en fut rien. Clignant des yeux après l'éclat de lumière qui n'avait vu que du coin de l'oeil, le jeune hybride appela après la fille, prêt à la rattraper... Mais un coup d'oeil le retint en arrière. Si elle avait pu, sa mâchoire se serait décrochée. Au lieu de cela elle bailla sur toutes ses petites quenottes, avant qu'il ne lâche un "Patronne... ?" choqué. Devant ses mires roses ébahies, la géante ne paraissait plus qu'une statue massive, penchée vers le petit tunnel sans plus bouger d'un iota. Pas même pour respirer.

    "Qu'est-ce qu'elle a... QU'EST-CE T'AS FAIT ?! gueula-t-il à la fuyarde, pour mieux se tourner vers son aînée, couteau en main. J'vais t'sortir d'là !"

    Ignorant des choses magiques, il eut pour première réflexion qu'elle n'était que bloquée sous une couche de caillou, qu'il lui fallait trouer, un peu comme une coquille d’œuf. L'encourageant, il attaqua la pierre d'abord doucement, mais son couteau n'y fit pas une égratignure. Bientôt il y mit toutes ses forces. Comment qu'elle respire là dedans ?! Lame la première, puis garde, avec les dents, ses griffes... Bientôt le lézard se mit à faire les cents pas avec une panique grandissante. Il avait écouté la pierre : il n'y avait pas entendu de cœur battre.

    Qu'est-ce que cela voulait dire ? Ce n'était pas possible. Ça ne pouvait pas... La fille, la fille saurait, elle... ! S'était enfuie depuis longtemps. L'esprit fourmillant d'interrogations tournant autour du pot sans osé formulé l'impensable, le jeune lézard se retrouva bientôt à genoux, larmoyant, déchiré entre l'urgence de retrouver la mage, et l'impossibilité de laisser son aînée comme ça quoi que cela puisse signifier.

    Ce qu'il découvrit bientôt, c'est que le sort avait une fin. La 'pierre' reflua sur le corps de la saurienne géante, qui s'effondra de tout son long sur le rebord du canal, en fissurant une bonne partie.

    "Lézardeau... Que fais-tu... ? souffla une Kebossa dans un état second.
    - T'es bibaaaante... ! chouina le morveux accroché à son museau comme à la plus belle chose du monde.
    - ... Où est... La fille ?
    - J'vais la blanteeer ! lâcha-t-il entre deux reniflements.
    - ... Où... ?
    - Partiiiiiiiie !"

    La saurienne géante, reprenant ses esprits, laissa au petit le temps de finir de larmoyer pendant qu'elle réfléchissait. L'ingrate s'était enfuie, et si ce n'est que c'était une mage - de l'école de mage sûrement, comment s'appelait-elle déjà ? -, ils n'en savaient guère sur elle. Par contre... Ils savaient qui la connaissaient. En temps voulu, ils remonteraient la piste de sang.

    HRP:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 10 Avr - 22:15
    J’ai réussi à m’enfuir mais la situation reste problématique. D’ailleurs est-ce qu’on peut vraiment dire que j’ai réussi à m’enfuir ? En l'état, je suis toujours bloquée dans les égouts sans aucune idée de où je me trouve. Ni d'où se trouve la sortie. En même temps, je n'ai pas très envie de repasser par là où je suis entrée. Ils se sont certes pris une bonne rouste mais rien ne dit qu’ils ne m’attendent pas à la sortie. Et surtout, entre moi et la sortie se trouve un crocodile humanoïde géant que je viens de changer en pierre. J’ai peut-être réagis un peu précipitamment… Comment j’étais censé réagir en même temps ? Elle débarque de nul part dans un gerbe de sang, ça me donne des hauts le cœur d’y repenser, et ils viennent vers moi apparemment bien décidé à obtenir quelque chose… Je sais même pas quoi… Ça y est, je pleure. Quelle journée horrible… Cet endroit a l’air assez éloigné de tout… Je vais me poser un peu, un instant, j’ai besoin de faire une pause.

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    On dirait que je me suis assoupie… Il faisait déjà sombre mais c’est encore pire… En tout cas ça va mieux… Un peu. Bon, Il faut que je sorte d’ici. Et une fois dehors plus jamais je ne m’approche des égouts, peut-importe la raison. Personne autour, je n’entends pas de bruit dans les couloirs… Peut-être que ça ne va pas être si compliqué en fait… En avant. Voilà doucement… Je vais essayer de remonter le chemin que j’ai pris en m’enfuyant… Ici j’avais tourné à gauche il me semble, à l’angle la-bas c’est droite… Très bien on continue et “Ah”

    Quelqu’un s’est glissé dans mon dos et vient de me mettre un sac de toile sur la tête. “Eheh par ici petite souris. Eh les gars vous aviez raison elle était dans le coin, je l’ai.” J’essaie de me débattre mais au vu de son gabarit le résultat final ne laisse pas beaucoup de place au doute. Quelle sotte j’ai été, ce n’est pas parce qu’ils œuvrent ici qu’ils sont idiots pour autant, j’aurai dû faire plus attention… “Tu viens avec nous, quelqu’un veut te parler. Mais tu t’en doute un peu, t’es une érudite hein ? Enfin, t’as pas l’air très éclairée pour une érudite si tu te fais avoir comme ça.” Pas grand chose à répondre à ça, cette remarque est méritée. Il me traîne dans les canalisations à sa suite. Il ne reste qu’à espérer qu’elle soit compréhensive… Aussi compréhensive que peut l’être un crocodile géant…
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 11 Avr - 23:01

    "On l'a r'trouvée." annonça l'une des gueules cassées des bas-fonds.

    Déjà ?! s'étonna le jeune hybride lézard, alors qu'une silhouette familière, la tête couverte et les mains liées, étaient traînée par deux gaillards depuis un tunnel donnant sur le grand niveau en reliant de nombreux autres. Certes, ils avaient prévenu les copains en revenant-là, mais en pensant qu'elle avait réussi à sortir du réseau souterrain, et qu'il leur faudrait questionner ceux qui l'avaient poursuivi pour connaître son identité. A une sombre satisfaction succéda une soudaine hilarité chez le reptile : l'andouille avait dû se perdre ! C'était bien la peine de s'enfuir !

    "Eh bien... Vous vous êtes montrés... Efficaces." tonna la lourde voix de la géante.

    Tous n'avaient pas l'habitude d'entendre ce gong capable de vous faire vibrer les tripes, et le jeune hybride vit l'un des gars flancher. Mais celui qui recevait le compliment s'inclina avec un sourire satisfait, tout en tenant bien sa trouvaille. Profitant de la différence de niveau entre les étages au sein de la grande pièce souterraine, la géante accoudée 'siégeait' au croisement des tunnels, ses séides rôdant et en protégeant les accès. Leur 'demeure' à Justice était bien plus agréable que celle-la, mais ils n'étaient arrivés que depuis peu. Avec l'emprise viendrait l’opulence.

    "Elle courait dans les tunnels. D'vais pas savoir par où s'quarapter, hé !
    - Bien... La Dévoreuse se pencha vers l'homme et sa proie, et le jeune lézard put voir une ombre de peur dans les yeux de l'homme. Mais la saurienne ne s'intéressa qu'à la petite humaine. Tu resteras ainsi, attachée et aveugle... Pour parler, peau-nue. dit-elle avec une pesante politesse. Car c'est cela, que nous avons à faire... Parler."

    Le murmure des eaux nauséabondes et ses échos aqueux dans les sous-terrains disparaissaient au gré des paroles de la géante.

    "Dis-moi, mage... Et, dans la voix froide et animale de l'hybride titanesque, une ombre de vilenie se glissa dans ce mot. Que devrais-je faire de toi... Toi qui m'as remerciée... Par une traîtrise... Devrais-je te laisse courir comme une souris... Et te chasser ? Comme la proie que tu sembles... Être ? Ou préfères-tu... M'offrir une compensation... ? Un silence lourd, un souffle caverneux, avant qu'elle ne propose : Tes yeux, peut-être ? Dont tu as fait... Si mauvais usage ?"

    J'les planterai sur une fourchette et un couteau ! songea le jeune hybride, se tenant prêt de son aînée. C'est que le souvenir de l'affreux sentiment qui l'avait étreint à la vue de la géante pétrifiée était encore bien vif, avec avec lui, son ressentiment envers l'ingrate.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 13 Avr - 10:19
    En l’état il y a beaucoup de choses que j’ai envie de faire mais parler n’est pas réellement en tête de liste. Toujours plus haut que me faire dévorer par un crocodile géant cela dit. Si elle veut parler alors ça veut dire que tout n’est pas perdu non ? J’ai encore mes chances de m’en tirer… Il va falloir réfléchir Eloïse, réfléchir vite et efficacement… Ce sac n’est pas totalement une mauvaise chose en soit, je crois que je n’aurais pas pu supporter sa présence aussi proche. Juste sa voix me fait trembler. Quelque chose de mauvais, de malsain, s’en dégage. La prise de l’homme à côté de moi se fait plus faible. Lui aussi sens que quelque chose ne va pas, que dans ces paroles que nous comprenons tous il y a quelque chose d’autre, de plus profond… Dans quoi est-ce que je me suis fourrée…

    “Une compensation…” Ma voix est faible, presque inaudible. Je n’ai pas grand chose à lui proposer. Et ça m'arrangerait de ne pas lui donner ce qu’elle veut, j’ai encore beaucoup de choses à voir avec ces yeux. “Je… Et bien…” Il faut que je me reprenne, je n’arrive même pas à aligner trois mots… On ferme les yeux, on respire et on reprend de zéro… “C’est… Effectivement. Veuillez accepter mes excuses… Non seulement je suis venue me perdre sur votre territoire mais en plus dans un manque de respect flagrant je vous ai attaquée.”

    Je parle beaucoup. Beaucoup trop. Comme la plupart des gens dans une situation où ils ne sont pas à l’aise. Qui le serait dans cette situation en même temps ? “Mais mes excuses ne vont pas vous suffire n’est-ce pas et c’est normal… Honnêtement je n’ai pas grand chose à proposer en compensation…” Vraiment j’aurais aimé ne pas en arriver là, ne pas prononcer la phrase qui va suivre mais les choses sont ce qu’elles sont. C’est ça ou me retrouver à courir dans les égouts pour lui échapper. Et autant dire que mes chances de survies ne seraient pas bien élevées. “Hormis les capacités que vous avez déjà pu voir. Et d’autres… La seule… La seule compensation que je peux… Que je peux…” Petite pause, cette phrase risque bien de sceller une partie de mon destin. Soit elle accepte et l’avenir va être bien différent, soit elle refuse auquel cas la question d’avenir ne va plus se poser. “La seule compensation que je peux vous proposer est d’utiliser ces yeux afin que leur usage puisse vous servir… Si cela ne vous satisfait pas alors je ferais de mon mieux pour être une proie satisfaisante…” J’espère que les crocodiles géants connaissent le second degré sinon cette phrase risque d’être interprétée de la pire des manières…
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 14 Avr - 22:20

    Dans le silence trouble des sous-terrains, les propos fébriles de la jeune mage se perdaient dans les tunnels obscurs. Des mots prononcés par une voix si jeune, aux intonations délicates, si surprenants en un lieu aussi mal-famé. Il n'y eut pas de rire en entendant un timbre si vacillant, pas de ricanement narquois. Quand, enfin, elle eut fait une proposition de 'compensation', l'homme qui la tenait... La lâcha, s'évanouissant dans un décors indistinct à travers le sac. Un bourreau, mais aussi une accroche en moins, en ce lieu inhospitalier.

    L'eau s'écoulait continuellement, et surtout... Il y avait un souffle lourd et profond, qui se rapprocha doucement, sans qu'elle ne soit jamais touchée par ce qui respirait, si ce n'est par la présence massive, dont le moindre mouvement s'accompagnait de murmures d'énormes écailles, et de griffes lacérant doucement la pierre humide.

    "Eh bien, voilà qui est... Intéressant. souffla la créature à la voix caverneuse. Réfléchi. Voilà qui est bien... Une proie qui ne fuit plus. Qui sait que des excuses... Ne sont que des bruits, plus légers que des pets... Sans actions, pour leur donner du poids."

    Peut-être pouvait-elle avoir quelque sensation qui lui souffla comme elle était observée, détaillée de près, sa tenue, ses mains fines, sa silhouette légère et distinguée, quand bien même la crainte d'un avenir incertain pouvait l'avoir voûtée.

    "Parle encore, mage... La pierre gémit quand un poids lourd s'appuie davantage dessus. Quel autre service pourrais-tu nous proposer... ? N'es-tu bonne qu'à piéger... Ceux qui te regardent en face ?"

    Quelqu'un marmonna plus loin... Et un sifflement reptilien agacé transperça le nuisant, résonnant à travers la grande gueule tendue, si proche de la jeune femme.

    "Et donne-moi... Ton nom." ordonna-t-elle simplement.

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 23 Avr - 21:52
    D’une certaine manière la situation n’est pas si mauvaise. Au moins elle ne m’a pas dévorée à la fin de ma phrase. Un bon début je suppose. Maintenant il faut voir comment avancer sans tout foutre en l’air. Pas le plus simple. L’homme qui me tenait s’est éloigné, en même temps ce n’est pas comme si j’allais tenter de m’enfuir de nouveau, mais elle est toujours là. Difficile de ne pas sentir sa présence. Ces bruits lourds, ces raclements profonds… Elle est la définition même d’une personne, créature, qu’il vaut mieux avoir de son côté. En fait… Oui la situation n’est peut-être vraiment pas si mauvaise. Si j’arrive à la convaincre de me laisser en vie grâce à l’aide que je peux lui apporter, l'inverse devrait être vrai aussi. Elle pourra me venir en aide dans certains cas non ? J’espère… Je sais comment elle traite les étrangers sur son territoire, mais pas comment elle traite ses hommes…

    Le poids de ses paroles, le poids de sa présence, m’avait fait reculer, trembler, m’abaisser. Cette réflexion apporte une lueur d’espoir bienvenue après tout ça. Je suis toujours tendue, difficile de ne pas l’être, mais j’arrive à me redresser. Légèrement. “Non… Cette capacité est même toute récente pour être honnête.” Deux mois il me semble ? Peut-être un peu moins… La question n’est pas là, elle n'a pas besoin des détails. “Je connais d’autres sorts… Pour attaquer l’esprit… Pour maudire les gens…” Et pour en faire tomber d’autres malades. Ça je vais le garder pour moi, j’ai bien l’intention de ne jamais y avoir de nouveau recours. “Mais… C’est probablement prétentieux de ma part d’avancer les choses comme ça cependant… Cependant je pense que ce ne sont pas mes capacités magiques qui pourraient me rendre intéressantes à vos yeux.”

    On se concentre, on se reprends. J’arrive à me redresser de nouveau. Ce n’est pas encore tout à fait ça, je sens bien que je suis encore un peu voûtée, la tête dans les épaules mais c’est déjà mieux. “Ce sont mes connaissances qui font mon intérêt. J’apprends. Je regarde. Je découvre. J’essaie. Et je progresse. Vous trouverez beaucoup de mages plus doués que moi ici bas.” Est-ce de la confiance ? Sûrement. Est-ce de l’inconscience de parler ainsi après ses propos sur les excuses ? Certainement. Mais c’est pleine de confiance que je termine de relèver la tête, sûre de moi. “Oui, vous trouverez beaucoup de mages plus doués. Mais vous n’en trouverez pas beaucoup capable de rivaliser avec mes connaissances. Et si ce n’est pas aujourd’hui, je peux vous affirmer que dans le futur le nom d’Eloïse Natsk sera liée à l’une des plus grandes érudites de la République. En attendant que le Sekai prenne conscience de mon existence.”
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 7 Mai - 15:53

    Une plaidoirie bien tremblante se fit entendre, où la jeune femme évoquait faiblesses comme ambitions. De ces manoeuvres aux quelques dangers, comme celui d'être considéré sans valeur et jeté dans une fosse. Mais... Mais elle put percevoir qu'elle était écoutée par la présence massive l'entourant, prétant attention à ces moindres mots. Même, un sifflement reptilien retentit, si prêt, à lui en faire vibrer les tripes, car il réveillait ces instincts si précieux, hurlant au corps de courir, pour de bonnes raisons. Mais là, aussi animal soit-il, cette intense vibration avait une nuance... De satisfaction.

    Lentement, elle put sentir quelque chose venir lui toucher le dos. L'homme revenait-il ? Etait-ce des bras qui l'entouraient petit à petit ? Non. Aucun tissu, aucun corps humain n'avait cette texture rigide, ce contact froid, et surtout... Cela l'enserra doucement, couvant son dos, lui tenant les épaules. Peut-être réalisait-elle alors qu'il s'agissait... De doigts. Chacun de la taille de l'un de ses propres membres. Une main énorme et monstrueuse qui pourrait l'écraser comme une poupée de son, et qui la tenait comme l'on saisirait une bouteille.

    La poigne massive remonta doucement, lui entourant le crâne, cachant le peu de lumière que laissait passer le sac, et soudain... Une pression. Le sac qui se resserre, et qui est lentement retirée de sa tête. Quand enfin la fille put voir à nouveau, elle découvrit à quel point elle était proche. Un oeil réptilien de la taille de son poing la fixait avec attention, juste à côté de l'énorme gueule d'alligator aux dents semblables à de petites machettes, la géante reptilienne lovée autour d'elle, tel un chat autour d'une souris. Des griffes dignes de pointes de lance relâchèrent le vulgaire morceau de jute sur le sol humide du souterrain.

    "... Bien parlé, Eloise... Natsk... sussurra le reptile monstrueux. Je pense... Que nous pourrons trouver un arrangement... Après cette petite bévue... La lourde main se posa au sol, près de la jeune femme. Peut-être qu'un artiste aurait pu louer la beauté de la scène, avec la frêle jeune femme cernée par la vile bête, tenant bon dans l'adversité infâme... Mais il n'y en avait pas dans l'assistance bourrue, rien que des truands avec la créature à leur tête, lorgnant sur un potentiel pion. Nous devrions pouvoir... Nous rendre service."

    Chaque expiration de l'hybride massive exhalait des relants de marécage et de viande avariée. Etait-ce un peu de sang du bougre ayant poursuivi la jeune mage, qui colorait encore quelques-uns de ses crocs ?

    "Lyu..."

    Aussitôt, le jeune hybride aux écailles pâles surgit auprès de la géante, l'air ravi qu'on l'appelle.

    " Oui Patronne ?
    - Défais ses liens."

    Non sans l'ombre d'une grimace sur sa figure écailleuse, le jeune hybride fit virevolter l'un de ses couteaux, avant d'exécuté, laissant l'humaine libre de bouger ses mains à sa guise.

    "Voilà qui est mieux... La géante se redressa pour se remettre sur son séant, toisant la jeune femme, en lui ayant redonné un peu d'espace. L'on te fera savoir... Quand l'on aura besoin de toi, jeune mage. Nous verrons alors... Ce que vaut la parole... D'une Natsk."
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 9 Mai - 17:03
    Son contact, sa présence, son souffle, ses paroles, tout m’enserre, me fait trembler. L’atmosphère est écrasante mais au moins, je suis en vie. Et je crois que j’ai même pu faire un point avec moi-même, avec ce que je veux, ce que j’attends de l’avenir. Un arrangement. Dans sa gueule, ce mot sonne comme une étrange promesse. Une promesse avec des enjeux et des conséquences que je n’avais jusque là jamais envisagés. Un nouveau monde hors des limites de l’académie semble m’ouvrir ses portes. Un monde ou je risque bien d’être amenée à travailler avec cette créature reptilienne géante… De ce qu’elle avait l’air de dire elle protège ses associées… Quand ils ne lui plantent pas un couteau dans le dos. Ou la transforme en statue… Un petit incident qui risque de ne pas être oublié de sitôt mais… L’un dans l’autre ce n’est peut-être pas si grave. Je suis en vie avec de nouvelles possibilités. C’est ce qui compte.

    “Je ferais ce qu’il faut pour que vous ne soyez pas déçue de ce choix.” La parole d’une Natsk… Probablement la parole de la dernière mais passons. Des pas font échos à ma déclaration, ses hommes commencent à se rapprocher. Il va être temps de prendre congés. Et au moins, même s’ils me remettent un sac sur la tête mes mains sont libres. Une avancée. Presque une marque de confiance non ? Bon peut-être pas. La marche dans les couloirs se fait dans un silence pesant et toujours sans un mot ils m’enlèvent le masque une fois devant l’entrée des égouts, celle par laquelle je suis moi-même arrivée (on va espérer qu’ils n’aient pas eu la patience de m’attendre), avant de repartir. Libre. Liée par un contrat mais libre. Bien.

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Tête penchée en arrière, yeux clos je soupire. Les évènements de la semaine dernière m’ont empêché de me concentrer pleinement sur la période d’examen qui vient de passer mais je pense m’en être assez bien tirée. J’aurais aimé mieux me préparer mais il faut savoir se contenter de ce qu’on a. En l'occurrence les quelques jours qui ont suivi la… Rencontre n’étaient effectivement pas réellement propice à la concentration et au travail personnel. Peu importe, tout cela ne doit pas me faire oublier mes objectifs… Je relève la tête me massant la nuque, regardant la ville s’étendre devant moi, vivant au rythme endormis de la nuit. Ce parc est agréable pour ça, à l’écart de l’agitation tout en restant en ville, profitant de ses aménagements. Je vais rester encore quelques minutes ici, profiter d’une bonne pause avant d’y retourner. Il n’y a que des fous ou des inconscients pour travailler sans jamais se reposer.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 24 Juin - 20:12
    Il y fait bon, dans ce parc. Le soleil en chauffe doucement la verdure, dans les habitations environnantes on s'affaire, des habtants pressés s'éloignent, des gardes patrouillent, de jeunes jeunes discutent sans doute de l'avenir du monde sur un banc. Un petit coin tranquille, dans un quartier cossu. Qui prêterait attention à une jeune étudiante venue se poser à l'ombre d'un arbre ?
    Un arbre qui avait des yeux. Des yeux cachés.

    "Fini de baïller aux corneilles, la Nask..." dit tranquillement une voix qui n'avait rien à faire là.

    Dans l'entrelacs de branches au dessus de la fille, ce qui ressemblait à un coin de tronc tordu s'agita un peu, et de sous une capuche poussiéreuse, un bout de museau écailleux pointa, un oeil rose dardant au dessus. Pour l'oeil découvrant la supercherie, le petit dissimulé était collé au tronc de toute sa longueur, couvert d'une couche de poussière et de boue. Un regard inatentif pouvait passé sur le petit hybride dissimulé, ses griffes le maintenant fermement en place, sa queue cachée dans ses vêtements. Qui prend vraiment le temps d'inspecter l'écorce, de toute façon ?

    "Tu sais qui m'envoie. T't'en rappelles, ou t'as la mémoire courte ?"

    Les mires rosâtres observaient la jeune femme avec une accuité impudique, guettant, jugeant avec la même dureté qu'un gardien attendant la faute pour frapper. Il n'était pourtant qu'un petit séide, appeler les gardes passés plus tôt eut été bien aisé... Mais Lyu supposait que la fille savait ce qui était bon pour elle. A moins qu'il n'espère qu'elle ait encore un peu de stupidité en réserve ?

    "Détends-toi, c't'une belle journée, y a pas d'lézard sur son rocher ici... Faut qu'on cause un peu." ajouta-t-il, malicieux.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum