DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    L'art du labeur. - Page 2 InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 31 Mai - 13:20
    L’art du labeur
    Succession de jobs plus ou moins pourris.


    Amener les chevaux, alimenter le four, ranger le matériel, nettoyer l’atelier, voilà ce à quoi s’attendait l’hybride. Cela lui convenait en soi. Il appréciait les chevaux et travailler avec eux lui plaisait. Ce nouveau travail allait peut-être manquer d’eau, mais si ça se passait bien et qu’il pouvait se baigner le soir, pourquoi pas. Il pensait alors devoir continuer à faire ce qu’il avait déjà commencé amener les bête, soulever les sabots pour que le forgeron puisse installer les fers. Mais c’était sans compter sur l’humain coiffé d’un crâne de cerf qui avait d’autres idées en tête, toujours possédé par sa grande passion pour son métier. Au moins, Broken Goat n’aurait pas à se contenter d’outils pourris. Contrairement à son employeur actuel, le Porte-Mort en avait quelque chose à faire de son travail. Déjà, il avait fourni à son nouvel assistant un masque pour se protéger.

    Voilà que Mordred invitait l’hybride à lui-même manier le marteau et le fer. Euh… C’était un peu tôt, mais soit… Quand l’hybride attrapa le marteau, celui-ci semblait assez lourd. En observant le forgeron, il se disait que ça serait un coup à prendre. Au départ, les harpons lui paraissaient peu maniables, mais avec le temps, il avait finit par parvenir à s’en servir décemment. Et ces armes étaient devenues soudainement plus légères et maniables. L’ancien esclave se disait que ça serait sans doute pareil pour le marteau qu’il tenait actuellement dans sa main.

    Toujours avec son futur outil de travail en main, le cobe écoutait attentivement les leçons de l’individu au crâne de cerf. Avec des outils aussi dangereux, il ne fallait pas vraiment faire preuve négligence. Surtout qu’il allait commencer avec les fers des chevaux. Faire cela avec soin, était une manière d’honorer et de respecter les fiers destriers. Chaque équidé méritait qu’on prenne soin de lui, de la bête de guerre au cheval de trait en passant par la monture d’apparat. Chacun méritait d’avoir des fers adapté et confortables. L’ancien esclave aimait beaucoup les chevaux et pour eux, il allait donner le meilleur de lui-même. Cela allait sans doutes prendre du temps, mais il se doutait que de mauvais fers feraient souffrir le porteur et il était hors de question que ces animaux ne subisse cela.

    Après la théorie, vint l’heure de la pratique. Broken Goat prit quelques uns de fers et observa dans un premier temps les sabots du cheval. C’était un imposant cheval de guerre avec des pieds massifs. Parfait pour porter un combattant en armure complète pesant un certain poids. La bête devait probablement être équipée d’une barde. Les fers allaient devoir être assez larges et permettre à l’animal de conserver un bon équilibre. Il prit un premier sabot. C’était quelque chose de fascinant de voir une bête aussi imposante taillée pour le combat obéir à un gringalet comme lui. Il comparait des fers au sabot pour voir lequel serait le plus adapté, sachant qu’il allait devoir être retravaillé. Il avait plutôt privilégié les plus grands modèles.

    Puis il amena le fer qu’il avait sélectionné en direction de la forge afin de le ramollir avec le feu. Il tenait l’objet avec une pince pour se maintenir à distance des flammes, mais aussi parce que le fer allait vite devenir trop chaud pour être manipulé à mains nues. Peu à peu, la future chaussure de métal de l’équidé prenait une teinte rougeâtre. Broken Goat faisait attention à ce que ça ne chauffe pas trop pour que le fer ne devienne pas trop mou. En conséquence, quand il avait ressorti le fer une première fois, celui-ci était un peu trop dur. Quand il l’avait déposé sur l’enclume, il avait senti qu’il était un peu trop dur, pas vraiment de différences avec un fer non chauffé. Il allait devoir le remettre à chauffer un peu. Comme le disait si bien Mordred, tout était une question d’équilibre. Et à force de faire attention à ce qu’il ne soit pas trop mou, le cobe ne l’avait pas assez fait chauffer. Mais cela était encore récupérable. Il retourna au fourneau et attendit un peu. Puis il ressorti le fer et le remit sur l’enclume. Cette fois-ci, ce fut la bonne. Il était déjà un peu plus malléable. Le cobe se disait qu'un tablier ne serait pas de trop. Et pourtant, il n'aimait pas être trop couvert. Mais là, c'était un bon moyen de se protéger des éclats.

    Les coups de marteau commencèrent, d’abord des petits assez timides, surtout avec un marteau qui paraissait un peu lourd mais qui commençait peu à peu à s’alléger. Pourtant, les coups étaient encore prudents, manquant d’assurance, maladroits, pas de doutes, Broken Goat aurait besoin de temps pour s’améliorer dans cet art. Pourtant, il y avait une grande concentration et une envie de bien faire sincère. Il était silencieux et son regard était fixé sur le fer qu’il était en train de travailler. L’hybride regarda le cheval, pour ces animaux, il donnerait le meilleur de lui-même. Puis au moins, le Porte-Mort ne lui faisait pas faire que de simples tâches d’assistant ou de larbin. Il semblait vouloir faire en sorte que ce nouvel employé évolue et atteigne un bon niveau.



    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 1 Juin - 18:39
     
    Journal du Porte-Mort
    Feat. Broken Goat
    Dans l'atmosphère envoûtante de l'atelier embrasé, Mordred observa avec une légère appréhension le moment où le cobe saisit le marteau. Son cœur se tint suspendu à l'instant où l'hybride fit ses premiers pas dans l'art de la forge. Mais à sa grande satisfaction, le marteau ne fit pas montre de son esprit taquin, se laissant manier avec une relative aisance par les mains du cobe. Une étincelle d'admiration brilla dans les yeux du forgeron, reconnaissant les talents bruts qui sommeillaient en cet être aux sabots et aux instincts fiers.

    "Et bien... Votre connexion naturelle avec ces majestueuses créatures transcende mes propres compétences en matière d'équidés. Vos mains savent instinctivement ce dont les chevaux ont besoin, bien plus que ne sauraient le faire les miennes. Votre nature d'hybride, vos sabots et votre lien ancestral avec ces créatures vous confèrent un don précieux, une compréhension intuitive de leurs besoins profonds."

    Alors que l'hybride se lançait avec courage dans les premiers pas de sa nouvelle vocation, Mordred ne pouvait s'empêcher d'observer attentivement chaque geste, chaque coup de marteau, cherchant à déceler les signes d'un talent naissant. Il fit quelques remarques subtiles, guidant le cobe vers une meilleure maîtrise des mouvements, lui offrant des conseils avisés pour améliorer la précision de ses gestes.

    "Portez attention à l'équilibre de votre posture, un coup de marteau doit être précis, porté avec une intention claire et déterminée. Laissez votre regard fusionner avec le métal, ressentez le rythme et la cadence de chaque frappe. N'oubliez pas que la force réside dans l'harmonie entre votre volonté et l'objet que vous façonnez. Vous êtes en train de donner forme à la protection de ces nobles créatures, à leurs pas assurés et à leur fierté."

    Ainsi, tandis que Goat se consacrait à la forge, Mordred lui prodiguait des conseils éclairés, un mentor silencieux à ses côtés. Leur danse d'apprentissage se poursuivit, rythmée par le ballet du marteau sur l'enclume et le souffle des chevaux dans les stalles. Chaque geste de l'hybride était un pas de plus vers la maîtrise, chaque fer forgé une œuvre d'art façonnée par des mains qui commençaient à trouver leur voie.

    Lorsque le dernier cheval fut traité, Mordred s'arrêta un instant, observant l'hybride avec un regard empreint d'un mélange d'admiration et de satisfaction. Il était temps de prendre congé pour la journée, de laisser l'atelier reposer sous les auspices de la nuit. D'un signe de tête, il invita l'hybride à s'approcher.

    "J'espère que cette journée vous a apporté autant de satisfaction que j'ai éprouvé à vous voir évoluer. Vous avez fait preuve d'un talent inné, d'une passion ardente pour cet art qui émane de vos mains. Soyez fier de ce que vous avez accompli aujourd'hui, car vous avez donné vie à la protection de ces nobles créatures. D'ailleurs... une question me vient en tête maintenant que nous avons fini ce travail. "Goat", est-ce là votre réel prénom ?"

    Sur ces mots empreints de satisfaction, Mordred salua l'hybride d'un signe de tête respectueux, attendant sa réponse avec une pointe de curiosité.


    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 2 Juin - 14:47
    L’art du labeur
    Succession de jobs plus ou moins pourris.


    Les compétences de Broken Goat étaient encore balbutiantes, mais il pouvait compter sur les conseils de Mordred pour se perfectionner. Bien sûr, le forgeron gardait toute sa passion dans ses paroles. Le cobe prenait en compte comme il le pouvait les objections de son nouvel employeur. Les fers prenaient forme, l’hybride les ajustant afin qu’ils soient le plus confortables possible pour l’imposant destrier qui devait être prêt pour partir en bataille et porter un cavalier assez lourd. Le temps passant, l’animal était peu à peu paré de ses fers jusqu’à ce que cela soit terminé. Grâce au guidage du forgeron au crâne de cerf. Quand il ramena l’animal dans la pièce où tous attendaient, sa démarche était normale, il n’avait pas de boiteries et autres mouvements trahissant un inconfort. Une bonne chose pour le cobe. Il était content de lui et au fond rassuré. Il s’en serait voulu si ce pauvre cheval avait été condamné à cause de ses erreurs. Sans parler du forgeron qui aurait eu à subir les foudres d’un client potentiellement un guerrier bien bourrin. Surtout que ce n’était pas ce qui manquait sur le territoire du Reike.

    Puis l’esclave revint avec un autre cheval et se remit au travail, profitant des conseils de son mentor et employeur. La journée passa tandis que les clients équins se succédaient. Tant de sabots différents qui offraient ce qu’il y avait de mieux pour se perfectionner. Puis vint le cheval de son ancien employeur. L’alezan gardait un air calme. Même si son propriétaire n’était pas un type bien. Son cheval n’avait pas à payer pour lui. L’équidé n’était pour rien dans tout ça. Il reçu les mêmes soins, bien que l’hybride commençait à montrer des signes de fatigue. Surtout qu’il avait travaillé très tôt le matin alors qu’il ne faisait même pas encore jour. Parfois, il reposait le marteau pour agiter un peu ses mains afin de dégourdir ses articulations. Il n’avait pas encore l’habitude et ça se voyait. Puis il reprenait son travail calmement. Finalement, le dernier cheval fut enfin ferré et Broken Goat allait pourvoir le rendre à son propriétaire, mais pas sans appréhension.

    Le forgeron l’invita à le rejoindre. Le cobe approcha, les oreilles dressées, tout en retirant son masque. Il constata que son pelage blanc était assez sale et avait pris une teinte grise plus foncée. Les aléas de ce genre de boulot sans doute. C’était le moment de faire le point. Ainsi, Mordred le couvrit de compliments et d’encouragements. En tout cas, c’était suffisamment rare pour que Broken Goat le remarque. Cela n’était pas pour lui déplaire. Puis il s’il pouvait se sentir utile. Un sacré contraste avec Senmout et son ancien maître qui avaient plutôt tendance à le traiter de bon à rien. Mais Kilanna lui avait fait comprendre qu’il avait des compétences et qu’il avait de la valeur. Il pouvait en faire profiter les autres. Et ce travail lui avait encore permis de dénicher un nouveau talent. Quelque chose qu’il allait pouvoir cultiver. Son nouvel employeur avait bien remarqué l’amour que portait l’hybride envers les chevaux et que cela se ressentait dans son travail. Il y avait mis du cœur malgré un manque d’expérience.


    - Merci beaucoup… Vous… être bon professeur…

    Il n’y avait pas que le cobe qui méritait des compliments. S’il avait réussi, c’était également parce qu’il avait eu le droit à quelqu’un qui avait pris le temps de le guider pour ses premiers pas dans le monde de la forge.

    Puis comme beaucoup d’autres, vint cette histoire de prénom. Et Mordred n’était pas le seul à être un peu perturbé par cette appellation qui avait pour objectif de rappeler le statut d’être inférieur à un esclave. Le cobe soupira et afficha un air un peu honteux.


    - Oui Broken Goat être prénom à moi… Moi pas avoir autre prénom… Premier maître choisir prénom…

    Cela trahissait son statut d’esclave depuis sa naissance. Il en avait encore un peu honte. Et ce, malgré ce que lui avait dit Kilanna. Il n’était pour rien dans sa situation d’origine. Le seul fautif dans cette histoire était son maître. Et en parlant d’esclavagisme, Broken Goat regarda le cheval alezan qu’il avait amené dans l’atelier plus tôt. Il soupira.

    - Bon…Moi devoir ramener cheval… Et moi… Dire à Talim… Que moi plus travailler… pour lui…

    Le cobe se doutait que l’homme n’allait pas forcément bien prendre le fait de perdre un travailleur aussi docile qui se chargeait de toutes ses tâches ingrates. Mais Broken Goat était déterminé à mettre fin à cela.

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 12 Juin - 8:38
     
    Journal du Porte-Mort
    Feat. Broken Goat
    La lumière de l'aube baignait l'atelier de Mordred, enveloppant chaque geste du forgeron d'une douce lueur. Son regard se posa sur Broken Goat, le cobe qui avait trouvé refuge dans les bras de la forge. Les compliments sincères de Mordred résonnèrent dans l'air, caressant l'âme fatiguée du jeune esclave. Une lueur d'émotion passa dans les yeux de Mordred lorsqu'il comprit l'histoire sombre qui se cachait derrière le nom de Goat. Une tristesse silencieuse envahit son cœur, mais il se retint de lui demander s'il désirait choisir un nouveau nom, car il était important que ce choix vienne de l'hybride lui-même.

    La préoccupation brûlante de Mordred pour le bien-être de Goat le poussa à poser une question cruciale : "Dois-je t'accompagner lorsque tu iras rendre visite à ton ancien maître ?" Les mots s'échappèrent de ses lèvres avec une tendresse empreinte d'une détermination inébranlable. Il savait que le chemin vers la liberté pouvait être semé d'obstacles et il était prêt à soutenir Goat dans cette transition, peu importe les réactions que son ancien maître pourrait avoir.

    Dans le silence de l'atelier, Mordred laissa planer une atmosphère chargée d'espoir. Les flammes dansantes des soufflets murmuraient une promesse de changement. Le destin de Goat était entre ses mains, et Mordred serait là pour l'accompagner sur le chemin de la liberté, telle une ombre bienveillante.


    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 12 Juin - 17:46
    L’art du labeur
    Succession de jobs plus ou moins pourris.


    L’hybride était sur le départ. Même s’il devait s’avouer qu’il n’était pas spécialement pressé de retrouver celui qui allait devenir son ex-employeur. Talim semblait s’être bien accommodé de cet esclave quittant à peine ses chaînes et découvrant un monde qu’il ne comprenait pas totalement. Il avait bien profité de cette main-d’œuvre lui rappelant le bon vieux temps où cette pratique était encore autorisée. Au Reike, ils avaient toujours fait comme ça et voilà que l’Impératrice avait décidé que désormais, c’était terminé. D’ailleurs la question de Mordred sur s’il devait accompagner son nouvel employé pour rendre le cheval, était assez révélatrice du comportement de Talim. Même s’il ne l’assumait pas autant qu’Arkugal et Senmout baignant dans l’esclavagisme.

    - Oui, moi préférer, mais si vous avoir autre chose plus important, moi comprendre. Et Talim être employeur, mais Talim se comporter comme maître, donc Talim être un peu maître.

    Broken Goat lui faisait comprendre que le mot pour désigner Talim n’était pas totalement inapproprié tant il se comportait comme un maître. Et le cobe se mettait même à douter du fait qu’il aurait put avoir un salaire de sa part. Il attrapa le cheval par le bride et prit le chemin pour l’habitation de son maître se trouvant un peu à l’écart des quartiers de pêcheurs plus modestes. En arrivant sur place, on pouvait constater que ça payait bien de filer du matériel mal entretenu à ses employés et de les payer au lance-pierre. Broken Goat fut accueilli par un jeune homme portant une tunique simple, mais soigner, bien qu’un peu passée. Mais son comportement assez soumis trahissait quelque chose que le cobe ne connaissait que trop bien. Pas de doutes, ce type était un esclave ou l’avait été. Pourtant, Broken Goat fit mine de ne rien voir mais on sentait qu’il avait de la pitié pour celui qui se trouvait en face de lui et cela lui rappelait un peu trop de mauvais souvenirs.

    Le cobe lui tendit la longe du cheval et l’esclave le récupéra.


    - Merci, mon maître… Pardon, mon employeur est au port, il t’attend, et il est assez remonté…

    L’air craintif du jeune homme indiquait que ce qui attendait Broken Goat n’allait pas être une partie de plaisir. Mais il n’était pas seul. Il prit donc la direction du port après avoir confié le cheval qu’il soupçonnait d’être un esclave. Les quartiers des pêcheurs étaient devenus bien plus animés. Chacun vaquait à ses occupations. L’odeur de poisson était omniprésente. Tandis que qu’ils arrivaient, l’ex-esclave inspira profondément. Puis il remarqua Talim visiblement contrarié. Et ça ne s’arrangea pas à la vue de Broken Goat.

    - C’est à cette heure que tu arrives ?! Si l’esclavage existait encore, tu aurais eu des coups de fouets, mais je pense que je vais diviser ta paye du mois !

    Broken Goat se sentait pourtant rassuré avec le Porte-Mort à ses côtés. Il allait devoir annoncer la nouvelle que Talim ne serait plus son employeur et qu’il en avait un nouveau.

    - Moi… plus vouloir travailler pour vous…

    Les yeux de Talim s’écarquillèrent.

    - Hein ?! Répètes, voir ! Je suis un des rares à t’employer quand personne ne prend d’hybride et ça ne suffit pas ?! Môsieur est trop bien pour ce job ?!

    Talim comptait sur le fait que trouver du travail était une tâche difficile pour un hybride. Mais ce qu’il ignorait, c’était qu’il avait déjà un nouvel employeur. D’ailleurs, Mordred n’était passé inaperçu. L’homme lui lança un regard visiblement de celui jugeant que ce n’était pas les affaires du nouveau venu.

    - Qu’est-ce que tu veux gamin. Ce n’est pas tes affaires…

    Puis Talim revint vers Broken Goat qu’il attrapa par la fourrure au niveau du cou comme un col. Puis il lui chuchota à l’oreille.

    - Je sais ce que tu es et tu vas rester à mes ordres !

    Les oreilles baissées, Broken Goat se risque de montrer du regard Mordred.

    - M…Moi travailler pour lui maintenant…

    CENDRES
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum