DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Une ombre de Marsouin - ft Takhys InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    La mascarade de minuit. [PV Gwynneth De Evelune]Aujourd'hui à 23:25Galen Torvalds
    Vraden Turif | ChronologieAujourd'hui à 21:55Vraden Turif
    L'Aube du Chaos [Divinistes]Aujourd'hui à 21:22Lodvik
    Passation de pouvoir [PV - Arès]Aujourd'hui à 20:22Arès Wessex
    Demande TC de TulkasAujourd'hui à 19:19Tulkas
    Retour par les vents arides | [Enkara] Aujourd'hui à 19:14Kieran Ryven
    Souvenirs déchirésAujourd'hui à 18:26Vaenys Draknys
    Validation des RP de Zéphyr [Reike]Aujourd'hui à 18:15Zéphyr Zoldyck
    Modif Lycane por favorAujourd'hui à 17:13L'Âme des Cendres
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 1 Mai - 21:12
    C’est fragile.

    C’est ce qu’on lui a dit plein de fois avec les fioles. Le fournisseur n'était pas très sûr de lui quand il t’a donné une petite caisse qui en contenant six. Enfin, ça ne l'a pas empêché de l’écrire en gros, bien rouge, sur tous les côtés de la caisse et de mettre plein d’algues pour protéger le tout des chocs en plus. C’est ce genre de préparatif fait à la dernière minute qui retarde les livraisons. Ça et le fait que la personne décide à la dernière minute de donner une fiole en plus, comme ça, sans protection cette fois, au cas où.

    Le fournisseur avait clairement beaucoup, vraiment beaucoup, d’huile de foie de morue à refourguer et n’importe qui en voulant se retrouver avec beaucoup plus que la quantité demandée. C’est quelque chose qui pue en même temps et qui est infect en bouche en prime. Le foie de morue avec un filet de jus de citron et sur un petit bout de pain légèrement chaud c’est une tuerie, l’huile c’est de la merde.

    Par contre, le fournisseur avait été beaucoup moins généreux pour le reste de la commande. Il avait pesé au gramme près la nacre d’ormeau et les brins non travaillés de corail rouge. Ça se vendait mieux et n’avait pas besoin de faire de la place dans des stocks bien trop grands dans l’entrepôt visiblement. La question de quoi faire du surplus a été posée et on t’avait dit que tu pouvais garder ce que ne voudrait pas le client. C’est bien, mais tu vas ne rien faire d’huile de foie de morue si jamais on t’en laisse.

    Tu creusais la question alors que tu arrivais à Courage, en pleine nuit, les étoiles étaient magnifiques dans le ciel, tu te demandais si passer par l’intérieur des terres avait été vraiment une bonne idée. Un moment de réflexion se fit en réfléchissant au voyage directement par la mer, même sans mauvaise rencontre et en nageant rapidement ça aurait été pire, là au moins tu avais pu profiter de caravane ainsi que des escales en cours de route pour délivrer les livraisons diverse provenant d’Aquaria à la base.

    La lumière de la ville qui commençait à être une heure assez tardive pour que même les soulards dans les bars commencent à réfléchir sérieusement est allée dormir dans autre chose que leurs vomis. Enfin, si rouler sur le côté dans un râle immonde pour ne pas se noyer dedans peut-être considéré comme réfléchir sérieusement. Les de petites vertus avaient depuis un moment arrêté la pêche au client avec encore assez de pièces dans les poches pour s’offrir leurs services et on était à ce moment un peu particulier d’entre deux du soir où il est trop tard pour certain, mais trop tôt pour d’autre. Le moment où Courage s’endort juste avant le sursaut de son réveil matinal.

    C’était un peu mystique d’une certaine façon à vivre. Assez pour te permettre de prier en même temps que tu avançais dans la ville à l’aide d’un plan que tu vérifiais de temps en temps pour trouver ta destination finale du moment. Le Marsouin Blanc, une taverne que tu trouvas sans mal après avoir trébuché deux fois sur les jambes trainantes de mendiant cherchant l’erreur pour détrousser des poches facilement. C’est d’ailleurs quand tu vis un nouveau faire un croche-pied bien plus déterminé que ses deux précédents compères que tu t'autorises à utiliser ta magie pour fusionner dans une ombre.

    Mauvaise idée.

    Enfin, ça semblait être une bonne idée à la base, on ne va pas se mentir, mais le souci c’est que tu as fusionné avec l’ombre en même temps que tu trébuches, avec tout l’élan que cela implique. Certes, cela t’a fait aller dans l’ombre de la porte de l’établissement et tu es sortie directement à l’intérieur de la taverne, mais aussi sur un sol humide suite à un nettoyage. Que cela soit d’un ancien vomi ou simplement le nettoyage du sol de fin de service qu’importe, dans tous les cas tu as fin le nez contre le sol. Un bruit de verre suivant ta chute, la fiole d’huile de foie de morue à ta ceinture ce étant éclaté avec un grand fracas sur le sol en recevant le poids plume que tu étais de base.

    L’odeur se répandit rapidement dans l’air, de quoi mettre un bon haut-le-cœur. Les bouts de verres se logèrent aussi de manière tout sauf agréable dans ton aine droite tout en rendant tout le bas de ta tunique poisseux de l’huile et remplit de la si douce odeur. Un juron sorti de tes lèvres et alors que tu te remets à genou pour tenter de voir un peu les dégâts, ton premier vrai réflexe est de vérifier le reste de la livraison pour voir s’il n’y a pas plus de casse que cela. Les blessures et le ménage attendront. Heureusement tout semble intact.

    Un soupir de soulagement se fait entendre avant que de manière un peu pathétique tu prennes la parole.

    – Bonsoir, c’est pour une livraison. CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 382
    crédits : 3546

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Mer 3 Mai - 11:48

    Takhys souffla sur la dernière chandelle qui éclairait la salle principale, faible et unique présence lumineuse qui, en s'éteignant, permit à la nuit de reprendre ses droits naturels sur l'intérieur. Une faible clarté nocturne passait par les larges fenêtres de la taverne, donnant une atmosphère presque irréelle. Accordant un dernier regard sur les tables, pour voir si tout était en place et en ordre, la sirénienne sourit. La journée a été fructueuse aujourd'hui.

    Elle huma l'air légèrement humidifié par le gros passage de loque de la part de sa tavernière, qui avait pris congé une fois les sols bien nettoyés. Une légère senteur de lavande l'imprégnait Les deux derniers clients avaient tardé à s'en aller, tentant de terminer une partie de carte sans fin, tout en se rinçant le gosier avec de nombreuses chopes de bière. Les preuves liquides qu'ils avaient laissées, une fois convaincus par Takhys de quitter les lieux, n'avaient pas été au goût de la matrone. Mais généreux en commandes, on pouvait passer outre leurs immondices délaissées  sur le plancher... Juste qu'il faudra prévoir de traiter le plancher. Ca tombait bien, elle avait commandé un ingrédient idéal pour traiter un bois qui subissait quotidiennement passage de bottes sales et cloutées, du déplacement régulier des chaises et des tables. Elle avait de l'huile de lin. Il ne manquait plus que l'huile de foie de morue.

    Sourire aux lèvres, elle se tâtait à prendre un bain. Allons bon, elle avait la mer pas loin si elle souhaitait se baigner. Elle se retint de rire à l'idée qu'elle commençait à devenir plus terrestre que Sirène. Allez, direction la mer ! Elle se rendit dans la réserve pour prendre la clé de la porte de la taverne quand son oreille capta un tintamarre pas du tout prévu au programme. Et un juron s'ensuivit. T

    Takhys attrapa la clé, qu'elle plaça dans le creux profond de sa poitrine et sortit de la réserve. Une forte odeur d'huile de foie de morue emplissait l'air. Adieu le petit effluve de lavande un peu mouillé façon rosée du matin. Elle ne fit pas la moue pour ce qu'elle sentait, mais plutôt en voyant un corps étalé de long en large sur son plancher. Heureusement que la tavernière n'était pas là, mais le nettoyage devait être refait. Et pas des moindres, car pour chasser la prenante odeur qui était présente, il lui faudra sans doute toute la nuit. Elle se retint de pester contre l'inconnu quand elle entendit de sa bouche que c'était pour une livraison. Bon, allez, la maladresse du terrestre était en cause de l'obscurité de la pièce. Mais tout de même, n'avait-il pas vu qu'il faisait sombre là-dedans ? Bon, au moins, sa commande était arrivée, un point positif ; si on omettait qu'elle avait peut-être perdu de l'huile de poisson dans cette chute.

    ''Une livraison en entrée fracassante'' Finit-elle par balancer non sans une pointe amusée dans le ton de sa voie.

    Une petite lanterne qui reposait sur le comptoir repoussa un peu les ombres quand la petite flamme s'activa sur sa mèche. Une jeune femme à la longue chevelure blonde, dont une partie était nattée, avait ses yeux figés sur le livreur. Hum, il n'y avait pas que de l'huile dans les odeurs flottantes.

    ''Rassurez-moi, mon cher... il n'y a qu'une fiole d'huile qui a été perdue dans votre arrivée trébuchante ? Et si je ne me trompe pas, vous vous êtes blessé avec l'éclatement de celle-ci, n'est-ce pas ? ''

    L'odeur ferrugineuse ne pouvait pas la tromper. Elle attrapa la hanse de la lanterne, la leva un peu tout en quittant l'arrière de son comptoir pour mieux discerner les traits du nouveau venu.  Un jeune homme, en pleine forme à ce qu'elle put observer en premier lieu. Elle manqua de s'attarder sur ses yeux, qui avaient une différence... mais il faisait sombre et peut-être que le venu voulait se redresser et lui remettre sa commande.

    ''Souhaitez-vous un coup de main pour vous redresser ? Car je ne doute pas que cela doit être quelque peu... huileux en dessous de vous, avec la marchandise répandue après cette chute. ''

    Elle avait déjà tendu sa main vers lui.

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 28 Mai - 20:34
    Pour une entrée fracassante, il ne faisait effectivement aucun doute que c’était le cas. Cela aurait été bien plus agréable que cela ne fût pas le cas, mais le concours de circonstances du jour n’avait point voulu que cela se passe bien. Dommage.

    L’odeur du foie de morue est entêtante et à retourner l’estomac, cela se mélange avec l’odeur avec l’odeur ferreuse du sang. Le mélange est moins horrible que ce que tu aurais pu imaginé de base. Ce n’était pas quelque chose que tu t’étais imaginé de base de toute façon.

    La douleur se propage de plus en plus dans ton aine et ton regard se porte sur la femme qui vient de te répondre. Sûrement ta cliente du jour au final. Seule la première question semble toucher ton esprit, sa politesse sur ton état te semble un peu déplacée vu la situation. Ce n’est que de la politesse n’est-ce pas ? Oui, sûrement.

    – Oui, ne vous inquiétez pas, je n’en avais heureusement qu’une hors du paquet protecteur, tout ne rentrait pas dedans. On m’a bien dit de vous préciser que les bouteilles supplémentaires sont offertes par la maison.

    Tout en disant cela, tu attrapes ton sac et sors l’ensemble de la commande en grimaçant de temps en temps quand les mouvements faisaient bouger les bouts de verre dans tes plaies. Ce n’est pas agréable, mais moins horrible que la transformation d’une forme alors ça allait. Tu mets le tout sur sa main tendue de base, l’obligeant plus ou moins à utiliser l’autre pour que tout ne finisse pas par terre avec toi.

    – Pas besoin de vous salir pour moi madame. Juste… hum… vous auriez un seau avec de l’eau pour nettoyer ?

    Maintenant que la commande est mise loin du désastre sous toi, avec d’elle surtout, tu prends un peu plus le temps de regarder le sol où l’odeur s’ancre de plus en plus avec tes vêtements qui ne font pas mieux pour le coup. C’est moche et ça va être chiant à nettoyer, mais ne rien faire n’est pas professionnel. Sans dire un mot de et en grimaçant tu retires de ta peau les morceaux de verre avant d'utiliser l’ombre dont tu es sorti pour utiliser ton soin élémentaire pour refermer les plaies formées plus tôt.

    – Vraiment désolé pour l’entrée, j’ai mal anticipé un croche-pied.

    Après tout on ne pouvait éviter un coup déjà parti et même en sachant cela tu avais cherché inutilement à le fuir ainsi. Tes yeux se portent sur tes vêtements pleins de la douce odeur du foie de morue et regardent à nouveau la demoiselle qui t’a accueilli.

    – Heu… ça serait combien pour des vêtements de rechange ?

    Ça te dépitait un peu de savoir ta paye partir en parti aussi facilement pour une erreur stupide.
    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 382
    crédits : 3546

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Mar 30 Mai - 20:28
    Elle manqua de glousser en apprenant qu'elle avait eu droit à du surplus. Il faut dire que l'huile de foie de morue était assez spéciale, pour divers emplois. D'ailleurs, rien que l'odeur qui envahissait l'air ambiant dévoilait un de ses nombreux inconvénients. L'odeur était forte, prenante au nez au point qu'elle descendait à la gorge. Et ne parlons pas de son goût et de sa texture très huileuse. Pourtant, elle avait tellement de vertus ! La sirénienne s'en gardait certaines sous le coude, pour faire payer un bon prix, en plus d'astuces offertes pour faire disparaître les effluves bien imprégnants. 

    Toujours avec un léger sourire poli, le regard émeraude fixé sur son livreur, elle l'observa attraper son sac dans lequel se trouvait le reste des fioles, heureusement épargnées dans la chute et la rencontre avec le plancher. 

    ''Des bouteilles offertes par la maison ? Je suis bien aise de leur attention. Néanmoins, ils auraient dû veiller à vous fournir un tant soit peu un moyen de transport plus adéquat. Cela vous aurait épargné, autant la peau et vos vêtements. ''

    Pour avoir déjà eu des gouttes de cette huile, Titans seuls savaient à quel point il était difficile de retirer cela des fibres de textiles. Heureusement, elle était rodée. D'une main tendue, elle soulagea son livreur en attrapant le sac de transport, lui permettant ainsi de se relever et non en subir les frais. Car une fois debout, il dut retirer les bouts de verre qui avaient pénétré sa peau et de se soigner après coup. Tiens donc, il avait la possibilité de se soigner magiquement ? Elle nota ce détail dans un recoin de son esprit. 

    ''Je risquerai de devoir me salir si vous ne prenez pas le temps de retirer TOUS les morceaux de verre… ''

    La subtilité de l'odeur du sang avait diminué dans l'air, donc elle ne pouvait guère douter à l'emploi d'une magie de soin. Et comment pouvait-elle être aussi certaine qu'il omettait des fragments dans sa peau ? Il ne s'était pas palpé toute la zone touchée…

    ''Mais je vais illuminer un peu plus la pièce pour que vous y voyiez mieux. Et pour employer régulièrement l'huile de foie de morue, ce n'est pas un bête seau d'eau qui aidera à la retirer et à en chasser l'odeur. Au contraire, vous risquez de vraiment sentir la morue. Je m'en voudrai que vous subissiez une attaque de mouettes une foi dehors, hors du Marsouin Blanc''

    Elle retint un très léger rire. Elle voyait déjà la scène. Mais heureusement, nous étions de nuit… Les mouettes ne devraient pas être un souci, encore moins si notre livreur arrivait à retirer toute odeur forte de l'huile de poisson. 

    ''Un croche-pied ? Je croyais qu'il fallait un autre homme pour cela ? ''

    Elle fit mine de regarder derrière l'épaule du jeune homme, comme s'il y avait quelqu'un d'autres. Allez, songea-t-elle, qu'elle cesse de l'asticoter, le malheureux. Même si elle s'avouait que l'envie de le faire un peu mariner un peu dans son jus était un peu tentant. 

    ''Hum, je n'ai pas d'atours masculins à disposition là comme cela, mais je veux bien nettoyer vos habits, avec la totale garantie qu'ils sentiront la lavande comme jamais, sans la moindre once d'odeur d'huile. Mais en échange, je souhaite employer vos deux mains habiles pour utiliser ma commande huileuse, sur les éraflures de mon plancher. Je vous montrerai où. Il y en a quelques-unes, mais comme vous proposiez si gentiment que je n'avais pas besoin de me salir''

    Elle lui fit un énorme sourire. Non, décidément, elle n'avait pas pu se retenir. 

    ''Vous aurez accès à ma salle d'eau, pour vous nettoyer après. Offert par la maison. Cela vous convient-il ? ''

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 17 Juin - 19:51
    Sous ta peau, là où tu viens de faire que ta peau se reforme sans avoir plus vérifié que cela, des bouts de verres sont restés de manière bien vicieuse coincée dans tes chairs et maintenant chaque mouvement blesse l’organisme nouvellement soigné. Cela fait grimacer ta frimousse alors que tu tangues un peu sur tes jambes quand le constat se fait. Il faudra rouvrir et faire ça proprement. Plus tard, car là tout de suite il faut réparer les conneries faites à ta cliente du jour, même si ce n’est point elle qui a avancé l’argent de la livraison, ce n’est point la question du jour. Enfin si, cela devient la question du jour avec les mots de ton interlocutrice.

    – Oh ! Oui, il faut tout retirer.

    Tu prends une lame sans la moindre hésitation et recoupant la chair en grinçant des dents là où tu sens encore les morceaux de verre pour les retirer tout en écoutant la demoiselle. Sentir la morue n’est pas forcément quelque chose qui te dérange, même si là ça lui retourne un peu l’estomac, il s’y fera, enfin, certainement. Le corps finit toujours par s’y faire.

    – Une seule a été mal comptée pour l’emballage. La prochaine fois si je n’ai pas une meilleure garantie d’emballage je ne prendrai pas. Encore désolé pour les dégâts.

    Pour le coup c’est plus la fin qui te dérange vraiment. Étant ton propre patron, tu as une certaine envie de garder une bonne réputation pour continuer à avoir des clients, même si tu changes de domaine de compétence. Surtout si tu changes de domaine de compétence si on y réfléchit bien.

    – C’est vrai que les mouettes c’est fourbe comme créature de base.

    Même si pour le coup tu penses qu’elle finira sous les crocs de ta forme triton avant de vraiment te faire du mal. Ce n’est pas dans ce que tu apprécies vraiment la mouette comme repas de base, les plumes ne sont pas ouf pour la digestion de base.

    – Merci en tout cas de votre compréhension. Pour le croche-pied il a eu lieu dehors, à la base j’ai sauté dans une ombre pour rentrer ici et évité cela, mais trop tard. Il n’y a pas que les mouettes qui soient fourbes dehors.

    La viande de mendiant est rance en bouche et la république n’aime pas les meurtres de base. Vraiment, ils ne sont pas amusants, mais vraiment pas le sujet du soir.

    – Je veux bien des habits qui sentent la lavande ! J’avoue que de base même être en robe comme affaire de rechange ça m’allait.

    Tu n’as jamais été regardant sur cela et parfois, tu ne sais pas pourquoi, la sensation d’une robe sur toi semble plus familière qu’elle ne devrait, c’est une des sources de ta curiosité et dont tu cherches une réponse qui ne vient point pour le moment.

    – Je vais complètement accepter cette offre, en plus ça réparera mes dégâts.

    Tout en disant cela, maintenant que tu avais terminé de fouiller dans ta chair pour finir de retirer les morceaux et étaler ton sang comme un petit sauvageon pour ensuite à nouveau soigner la blessure, tu retires sans la moindre honte le haut que tu portais sur toi pour les lui donner. La pudeur n’était absolument pas ton problème, juste tu savais très bien que ça allait hurler avec les autorités si tu te baladais ton phallus à l’air. Les terrestres étaient vraiment des prudes pour de simples corps nus. Bon là tu gardes ton pantalon par respect, tu espères que ce n’est point une sainte nitouche dont la vu d’un torse rends folle.

    – Je suis votre fidèle serviteur mademoiselle.

    Et tu fus le plus merveilleux des travailleurs, tu as toujours été plein de bonne volonté pour réaliser les demandes quand cela t’est utile. Capela sera contente de savoir que tu n’as pas eu à payer pour avoir de la blanchisserie offerte suite à une erreur de ta part. Enfin, sûrement. Tu ne lui diras pas forcément en fait.

    – À quoi cela sert l’huile de foie de morue sur les éraflures du plancher ?

    Ta curiosité a besoin d'être nourri en attendant. CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 382
    crédits : 3546

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Mer 21 Juin - 15:36
    Heureusement qu'elle s'était montrée juste un poil insistante pour qu'il ne délaisse pas les derniers morceaux de verre dans sa peau. De quoi aurait-il eu l'air à agir sur son plancher pour répartir l'huile de poisson étendue sur quelques lattes, si des plaies se rouvraient à cause de quelques mouvements ? Il aurait été quitte pour payer le détachage du sang sur les fibres de bois. Le sang était un peu moins compliqué à retirer des fibres de bois. Cela demandait une technique qui aurait demandé à tremper le bois régulièrement pour que la propriétaire de la taverne  puisse en extraire le sang ''réhydratée''.

    Gardant un léger sourire victorieux donc, elle l'observa employer un couteau pour retirer les derniers débris de verre qui s'étaient glissés insidieusement dans ses chairs. Cela fait, elle lui adressa un autre air satisfait et alla, avec l'aide de sa lanterne, allumer quelques petits luminaires muraux, histoire de mieux voir dans l'obscurité de la salle principale.  L'odeur ferrugineuse montait à nouveau dans l'air, en raison de  l'acte pseudo-chirurgical du livreur. Avec de la chance, il n'y aura qu'une ou deux gouttes de sang à terre. Ou mieux, pas du tout. Takhys ne regardera pas à cela dans l'immédiat.

    ''J'imagine que vous ne souffrez plus, maintenant ? ''

    La lumière se fit plus présente dans la pièce. Elle décida d'en allumer une autre.

    "Les dégâts sont minimes et ne seront bientôt plus qu'un mauvais souvenir. Voyez cela plus comme... une approche positive. Vos fournisseurs devront répondre à vos exigences, plutôt que de jouer dans la radinerie. ''

    Essayer de réduire les coûts pour faire des économies de chandelles sur la marchandise qu'elle avait commandée, c'était d'un dérisoire..... Peut-être qu'elle devrait mettre un petit coup de pression à ce fournisseur-là, histoire qu'il veille à offrir un emballage de meilleure qualité, même si les fioles ne contenaient que de l'huile de foie de morue. En avoir quelques-uns de gratuite ne faisait pas tout aux yeux de la Sirène.

    À l'évocation de la fourberie des mouettes, elle ne put s'empêcher de rire.

    ''Je les aurais décrites comme opportunistes, mais fourbes leur convient tellement moi. Et pour le crochet-pied, vous avez sauté dans une ombre ? Est-ce une capacité magique ? ''

    Et hop, petite question un poil anodine pour avoir plus amples informations.

    ''Oui, il n'y a pas que les mouettes qui peuvent être douées pour la fourberie. Mais ce soir, logiquement, il ne devrait pas y avoir de secondes couches. ''

    Elle avait terminé d'allumer une énième et dernière source de lumière accrochée au mur. Ainsi, elle put se retourner, voir son interlocuteur terminer de tripatouiller dans ses propres chairs, manquant de passer une langue gourmande à ses lèvres en le voyant étaler son sang sur le reste de la peau intacte, avant qu'il ne se soigne de ses propres moyens magiques. Par contre, elle eut un étrange rictus, souriant quand ses yeux émeraude détailleraient son torse mise à nu. Il n'était pas mal pour un messager. Ensuite, quand il accepta l'offre, elle était plus que satisfaite. Plus même. De toute manière, il n'avait pas d'autres échappatoires possibles.

    ''Un agréable serviteur plutôt'' dit-elle en lui jetant un rapide clin d'œil.

    Une fois sa lanterne posée sur une des tables, elle se rendit à sa salle d'eau, abandonnant quelques secondes son invité nocturne. Quand elle revient, elle portait un genre de peignoir assez court, à la forme tailéle pour une femme de la carrure de Takhys. Elle était blanche, tissée dans un lin fin et doux. . Dans son autre main, elle tenait deux éponges propres. Elle tendit tout cela à l'homme à moitié dénudé, non sans avoir ses yeux un peu glissant sur ce qui saillait à travers la peau.

    ''Tenez. Je m'en voudrais que vous preniez froid. Pour l'huile de foie de morue, c'est simple. C'est un excellent fluide pour faire disparaître les éraflures sur les planches. Avec cette éponge-ci, vous pourrez étaler l'huile sur celles qui sont les plus visibles, à cause des pieds de chaises quand les clients les reculent sans délicatesse au moment de leur départ. Elle abordera l'excès. Avec la seconde éponge, ce sera pour retirer ce que le bois n'aura pas absorbé. Une tâche simple n'est-ce pas ? ''

    Elle lui prit sa chemise.

    ''Je m'occupe de votre chemise et de vous préparer un bon bain, une fois votre habilité mise à contribution pour la revanche huileuse. Une fois terminé, rejoignez-moi....''

    Elle lui offrit un sourire à moitié provocateur et alla s'occuper de la chemise qui empestait littéralement l'huile de foie de morue, avec une touche de poisson pourri des bas-fonds coralliens. (non ce n'est pas Pyxis qu'elle juge ainsi pour l'odeur )
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 25 Juin - 19:44
    Les bouts de verres semblent avoir tous été retirés de sous la peau, dans le doute tu n’utilises pas tout de suite ta magie de guérison élémentaire préférant utiliser ta maîtrise des ombres pour fouiller un peu dans la plaie. On pourrait presque dire que tu remues le couteau dans la plaie alors que tu certifies surtout que tu ne dois pas ouvrir une nouvelle fois ta chair pour sortir des bouts de verres opportunistes. Même si la douleur n’est pas des plus immense ça ne reste pas quelque chose que tu souhaites garder sur du long terme.

    – C’est bien mieux effectivement.

    Bouger un peu permet de faire une dernière vérification avant de refermer la plaie ne fait pas de mal. La douleur semble être seulement d’une plaie qui a été grattée dans tous les sens et non de bout étranger qui se glisse encore à l’intérieur. Un regard sur le sol le fait un peu grimacer face au sang qui s’est logé dessus, mais bon, c’est encore frais et avec de l’eau le faire partir ne devrait pas être trop embêtant. Surement. Dans le doute tu essuies cela avec un bout de tissu que tu as dans ton sac. Oui, avec un peu d’eau ça devrait partir si on ne le laisse pas sécher pour les bouts qui restent. C’est une taverne au pire, personne ne fait attention à cela. À Kaizoku personne n’y faisait attention en tout cas.

    – Si je devais jouer sur ce genre de bassesse pour avoir des paquets mieux emballés, j’aurais rapidement plus de travail.

    C’est dit avec un rire dans ta voix, mais c’est une réalité dont tu es parfaitement conscient. Techniquement si ton travail fonctionne c’est parce que tu prends des livraisons que personne ne souhaitent faire soit à cause des détours que cela demande, soit par rapport à la dangerosité du paquet de bases, soit par souci financier parce que c’est beaucoup moins cher que d’autre structure plus organisée, soit parce que tu acceptes de transporter tout et n’importe quoi sans même te soucier de ce que tu transportes et à qui tu le transportes.

    Même si être plus prévenant permettrait d’avoir des conditions de travail plus agréables et profiter un peu plus de cela, tu ne te fais pas d’illusion que cela voudrait surtout dire beaucoup moins d’argent sur du long terme. Tu as besoin de cet argent pour aider ton île sur du long terme, pour envisager des solutions autres que juste regarder la République agir sans rien faire. Tout comme il faut des contacts dans ce monde quand on n’a pas eu la naissance qui offre cela et mine de rien tu ne t’en fais pas mal avec tes livraisons. C’est un mal pour un plus grand bien. C’était pour Kaizoku et plus tard Aquaria. C’est ce qui te motive en tout cas.

    – Et vraiment, pour le nombre de repas volés, les mouettes sont fourbes.

    Pas exactement toujours des repas à proprement parler, parfois simple chasse en commun avec elle. L’animal était bien souvent plus rapide que l’enfant que tu étais à ce moment et qui cherchait à attraper des poissons à la même hauteur que le volatile. Manque de chance pour le coup, mais c’est une frustration enfantine qui reste tout de même. Cela t’amuse aussi de souligner cela, un peu un jeu quelque part. Ce n’est pas bien important, maintenant de toute manière tu ne les crains plus, mais ça continue à te faire sourire, comme maintenant.

    – Encore heureux qu’elles ne soient pas les seules à être fourbe sinon l’espèce majoritaire dans ce monde serait des mouettes. Si on pas un bout de fourberie n’en soit on fini manger par les autres.

    Ça, c’est ce qu’on apprend rapidement sur Kaizoku. C’est surtout ce que tes parents t’ont appris très rapidement. Être fourbe ce n’est pas toujours profiter des autres, tu peux passer ta vie sans être fourbe avec ton prochain, mais tu te faut l’être pour voir quand on l’est avec toi et ne pas se faire manger toute crue. Littéralement une personne bien trop naïve avec les affaires de tes parents a terminé en jouets avant d’être au fond de leur estomac.

    – Sinon, oui, je peux me fondre dans les ombres. Juste comme ça.

    Tout en disant cela tu se font dans l’ombre présente sous les pieds de Takhys avant d’en ressortir presque aussitôt. Lui montrer et en parler n’est pas un problème, la plupart des gens ne voient pas comment cette magie est utile. Beaucoup de gens ne voient pas la beauté des ombres.

    – C’est pratique pour se cacher d’ennui ou aller à des zones difficiles d’accès. C’est dans le royaume des ombres que les âmes trouvent le repos et le chemin pour la suite, se cacher en elle pour vivre est une manière très noble de les honorer en plus de rester en vie.

    Laisser clairement sous-entendre ta religion n’est pas du tout quelque chose qui te dérange et alors que tu mets le peignoir donner par la tavernière un rire sort du profond de ta gorge quand elle parle de ne pas prendre froid.

    Le froid n’est pas le souci, absolument pas, mais merci. Je vais me mettre tout de suite au travail.

    Pas besoin de faire un long discours sur le fait que souvent dans l’eau les températures faisaient qu’on s'habitue assez rapidement à être dans des milieux froids sans être malade. Autant parler de ta magie, particulièrement celle des ombres, ne te dérange pas, autant parler de ta race est quelque chose ou tu es moins à l’aise.

    Pour en revenir à ton moment travaux pratique on peut dire sans hésitation que tu l’as fait avec beaucoup de minutie. Il faudrait voir à te reconvertir en couillon de service qui fait plus que ton travail de base, mais ce n’est pas le moment. Changer de profession ne serait pas forcément un mal. Tu en discuteras plus tard de cette possibilité.

    Il te faut une bonne heure à quatre pattes, avec beaucoup de bonne volonté, pour faire l’ensemble du parquet. Aucune pause ne fut prise et l’odeur du foie de morue prend le nez à plein poumon. Il n’y a plus aucune trace d’odeur de lavande dans la pièce et seule celle de l’huile embaume le tout. Autant tu as vu les résultats plus que visibles sur le parquet, autant tu ne sais pas si cela ne va pas tuer le fonds de commerce de cet endroit de sentir aussi fort.

    Tout cela pour dire que la tâche est finie, que ton corps à absorber correctement l’odeur aussi et les vêtements restés sur toi aussi par la même occasion. Ta transpiration due à l’effort semble amplifier l’effet de l’odeur dans les narines, mais ça ce n’est que dans ton esprit. Tu te relèves et tout ton dos craque suite au mouvement, rester ainsi au sol n’a pas été de tout repos pour ce dernier.

    Bon, par contre, il y a un souci majeur là tout de suite. Où est-ce que tu es supposé rejoindre ta cliente exactement ? Non parce que déjà que tu ne sais pas comment elle se nomme exactement, tu n’avais que le nom de l’établissement, mais en plus c’est la première fois que tu viens et donc l’architecture du bâtiment n’est pas ce que tu connais de base. Dans le doute tu te diriges vers là où elle est elle-même partie, les éponges toujours bien en main ne sachant pas trop si elle souhaitait les jetés ou si elle avait une astuce pour rattraper l’odeur.

    – Heu… J’ai fini ?

    Tu dis cela en passant une porte alors que tu as le même temps qu’un chiot perdu qui ne sait pas trop ce qu’il est supposé faire là tout de suite. Si ta voix ne porte pas, ça sera ton odeur qui fera le reste.

    – Au fait, est-ce qu’il y a besoin d’ouvrir pour l’odeur ? Ce n’est pas contre vous, mais votre sale maintenant elle pu vraiment beaucoup, même pour une taverne proche de la mer là ça sent un peu trop le poisson.

    Parce que mine de rien ça t’inquiète un peu pour elle tout de même cette odeur, même si ton nez a fini par s’y accoutumer ça ne reste pas agréable. Encore moins pour un lieu pour se torcher la gueule entre amis. CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 382
    crédits : 3546

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Mer 28 Juin - 9:17
    Un peu de sang avait finalement taché sur les planches polies par des centaines de passages de client en tout genre. Takhys n'y prêta guère attention, se contentant de voir que le livreur tenait à essuyer ces quelques gouttes de fluide sanguin. Au moins, il tenait à ne pas laisser d'autres détails olfactifs ou colorés de son passage. Elle en eut d'ailleurs un léger sourire. Un livreur aussi pointilleux que celui-là, elle n'en avait guère croisé. Voilà qui était intéressant pour d'autres affaires plus tard, qui sait. 

    ''C'est quand même plus confortable de se mouvoir sans avoir un débris de verre coincé dans les chairs, non ? Et ne vous en faites pas pour le sang, ce parquet a connu quelques giclées. ''

    On était dans une taverne après tout. Quelques coups de poings suite à une discussion un peu trop accompagnée de bières qui avait dégénéré, un joueur frustré d'avoir perdu à une partie de dés... ou alors un terrestre mâle qui avait fini par saigner du nez en contemplant un peu trop longtemps le décolleté de la Sirénienne... les histoires qui avaient provoqué quelques menus éclats de sang sur le bois ne manquaient pas. Elle se concentra sur la conversation actuelle.

    ''Je serai curieuse de connaître le nom de vos fournisseurs... je pourrai toujours leur laisser un petit mot pour mes prochaines commandes envers eux. ''

    Elle n'était pas livreuse et ne pouvait donc guère remettre en question le travail du jeune homme, qui faisait de son mieux, elle en avait conscience. 

    ''Mais je suis certaine qu'ils seraient déçus de vous perdre, vu votre professionnalisme. Des livreurs tels que vous, j'en croise que très rarement. ''

    Manquerait plus qu'il rougisse à cela. Ce serait drôle comme mignon. Elle en eut un rictus amusé d'avance, pour la peine. Puis, elle rebondit sur le sujet des mouettes, pour ne pas l'incommoder plus que de raison. 

    "Vous avez raison, si nous n'avons pas un peu de fourberie en nous, nous ne serions pas là à occuper une bonne partie de ce monde… Je n'appellerai pas cela de la fourberie pour nous, êtres à deux jambes qui foulons sa surface. Ce serait plus de la ruse... non ? Et un monde dominé par les mouettes ? ''

    Elle avait lâché un petit rire. Voilà qui était amusant à imaginer.

    ''Le monde serait alors désagréable à entendre, vu comment elles braillent en permanence, pour un oui, ou pour un non. Et quand elles se disputent pour un reste de poisson, c'est encore pire. "

    Les mouettes, toujours là à jouer les opportunistes. Heureusement que sa taverne ne se trouvait pas dans le port même, elle aurait droit à leur présence emplumée tous les matins. 

    Elle observa la petite démonstration du livreur, par la suite, sur sa maîtrise des ombres. Le voir se fondre dans sa propre ombre avait de quoi l'impressionner. Ce n'était pas effrayant, c'était plus... stupéfiant. Les paroles qu'il énonça avaient quelque chose de singulier, avec une pointe poétique. 

    ''Impressionnant et pratique à la fois, je dois le concéder. J'en suis presque jalouse. Mais, j'ai d'autres dons. Je ne vais pas m'en plaindre. Je rajouterai un détail pour vos ombres… on les retrouve aussi partout autour de nous, elles composent notre environnement. Je crois comprendre un peu ce que vous percevez de plus chez elle. ''

    Il mit le peignoir, tout en signalant qu'il n'aura pas du tout froid. Elle le regarda non sans un étrange petit sourire. Puis, elle se contenta de hocher de la tête quand il se mit au travail. Et elle ? Elle se rendit dans la salle d'eau pour s'occuper de la chemise. 

    Rattraper un vêtement souillé par de la graisse ou de l'huile n'était pas un souci pour Takhys. Pour les habits de travail de ses employés, elle veillait à ce qu'ils demeurent toujours propres. Avec quelques poudres qu'elle trouvait toujours miraculeuse grâce à leurs stupéfiantes propriétés et avec un peu de savon, elle sut retirer autant l'odeur que la tâche huileuse qui avait imprégné les fibres de la chemise. Cela fait, après l'avoir rincé plusieurs fois dans de l'eau normale, elle fit un dernier bain, mais cette fois, avec sa préparation de lavande. Après quoi, elle avait préparé le bain, comme elle le faisait quand un client était désireux de se laver et de se détendre.

    Elle avait toujours juste terminé de faire sécher l'habit avec l'aide de sa magie quand le jeune homme fit son entrée, tenant les deux éponges bien employées et bien odorantes surtout. L'odeur florale embaumait la salle d'eau, commençant à se mélanger à l'odeur poissonneuse.

    Takhys tourna la tête dans sa direction, toute sourire. Son petit air de petit chien perdu étira un peu plus les commissures de ses lèvres. Elle déposa la chemise sur un étendoir à serviettes. 

    ''Je m'en occuperai. Pour ces éponges, vous trouverez un petit seau là, juste à hauteur de votre pied gauche. Et maintenant, mon cher, au bain ! ''

    Elle tendit le bras vers la bassine d'où s'élevait une légère vapeur. 

    ''Je vous rassure, l'eau est juste chaude à souhait. Vous n'y cuirez pas comme un homard. "
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 4 Sep - 17:19
    – Oh ! Oui, c’est beaucoup plus confortable. Vraiment, ce genre de chose c’est comme le sable qui s’accroche aux pieds, ça reste même quand on pense avoir tout retiré… Un peu comme quand quelqu’un marche sur un oursin.

    Le coup de l’oursin n’est pas quelque chose que j’ai pu moi-même expérimenté, mais une de mes proies là fait pour moi. Enfin, ma proie est bien grand mot pour le coup, c’était plus la proie de ma mère. Moi, enfant j’étais simplement là pour lui tenir compagnie pendant sa transaction. On a cherché à l’enculer à sec sans lubrifiant, ce qu’il n’a pas spécialement apprécié, étrangement, et avait poussé la personne à fuir, pied nu, dans une zone remplie d’oursin avant de lui cracher au visage et dire qu’à la prochaine entourloupe il finirait en repas. Ma mère a de superbes recettes avec des êtres vivants.

    – Il ne faut pas vous en faire mademoiselle. Mes fournisseurs sont plus une excuse qu’autre chose, mon métier de base est plus une excuse qu’autre chose si on regarde bien. Je souhaite visiter le plus de lieux possible et rencontrer le plus de personnes de tout milieu pour sur du long terme aider Kaizoku. Je suis né là-bas et même si je sais que ce n’est pas l’endroit le plus paradisiaque au monde, c’est mon île et permettre à cette dernière d’avoir une certaine liberté est important pour moi.

    C’est même vital d’une certaine manière, même si cela semble toujours beaucoup trop tragique que de le présenter ainsi. C’est ma maison. Mon pied-à-terre. L’endroit qui sera toujours là, qu’importe les emmerdes que je pourrais trouver en cours de route tout simplement. Il n’y a rien de plus évident dans mon esprit. Donc, vraiment, je n’ai aucune envie de me mettre à dos des gens qui pourront potentiellement m’être utiles parce que je leur aurais sauvé la mise au bon moment ou sut me la fermer quand il le fallait. Peut-être même cette femme là, un jour pourra m’être utile si je sais être assez serviable. Un rire sort de ma bouche quand elle nous décrit comme des êtres à deux pieds qui foule la surface, ce n’est certainement pas ainsi que je me serais décrit, même si c’est la forme que je mets le plus souvent.

    – Quel que soit le terme, ruse ou fourberie, ne sont pas justes deux synonymes tout simplement ?

    En tout cas c’est toujours ainsi que je l’ai lu et appris. Pour le coup c’est une vraie curiosité qui ressort avec cette question. C’est peut-être un manque d’étude, le faire seulement à la maison, avec des livres volé dans des épaves ou pris sur le marché de Kaizoku, n’est pas forcément le moyen d’être le plus cultivé possible. Il faudra que je voie un jour s’il est possible d’étudier à Magic un jour pour rattraper ce retard de connaissance qui pourrait mettre utile pour mes futurs projets. Est-ce que c’est même important vu mon âge actuel et ma longévité hypothétique ? J’en parlerais avec une personne directement en lien avec l’établissement à l’occasion.

    – En soi, on a beau se comprendre, on ne vaut pas mieux que les mouettes quand on se dispute.

    Même dans la vie de tous les jours. En fait, en y regardant de plus prêt, les êtres vivants qui dominent le Sekai réussissent vraiment à cela parce qu’ils parviennent à communiquer entre de manière récurrente et à cause de la supériorité magique et intellectuelle. Quoique l’intellectuel ce n’est pas le cas pour tout le monde, très clairement. La remarque sur les ombres me fait extrêmement plaisir. Tout compliment sur les ombres, je le ressens comme une offrande supplémentaire au culte. Ce n’est certes pas aussi puissant qu’un sacrifice, très loin de là, mais cela est un coup de pouce pour la graine dans le terreau fertile de la foi.

    Je mets sans plus de commentaire les éponges dans le seau qu’elle m’indique. J’ai extrêmement hâte de faire partir l’odeur de foie de morue incrustée sur ma peau et surtout sous mes ongles. Mon regard se tourne vers la baignoire, puis vers la tenancière du bar, avant de retourner vers l’eau. Il y a un bout d’hésitation sur la marche à suivre. Je serais bien plus à l’aise dans ma forme triton pour gratter ma peau et surtout faire glisser ce qu’il peut rester d’huile sur mes écailles et faire définitivement partir le tout. Puis, surtout, l’eau est toujours plus agréable sous forme aquatique, mais clairement, la bassine me semble un peu petite pour en profiter sous cette forme. Cela va me démanger la peau de prendre mon autre forme, mais le faire ne me fera que mal et rien d’autre.

    Mes mains touchent la baignoire et ce qui sort de ma bouche est presque instinctif pour le coup.

    – Un peu petit pour profiter pleinement d’un bain...

    C’est un murmure, mais ça ne change rien au fait que c’est sorti. L’odeur me fait sourire, au moins cela sent délicieusement bon. Sans la moindre honte ou gêne, je retire ce qu’il me reste de vêtements sur le dos, on est dans une salle de bain, c’est ce que font les terrestres dedans de base. Et vais dans l’eau avec un soupir de contentement. La chaleur est parfaite.

    – Si c’était le dernier bain d’un homard, il en serait ravi, merci beaucoup. On se croirait presque dans les eaux proches des îles paradisiaques. Enfin, pour la température, parce qu’il n’y a pas les remous de l’eau, les poissons et... et tout ce qui est présent là-bas en fait...

    C’était un mauvais compliment, pourtant, j’assure que l’attention était clairement là. Vraiment.

    – Dans tous les cas, l’odeur est délicieuse... Quoique délicieuse n’est pas le bon terme, elle ne donne pas envie de manger, plus de se relaxer. Oui, voilà, elle est relaxante et c’est un plaisir. J’espère qu’on pourra continuer à faire des affaires ensemble à l’avenir.

    Tout en disant cela je commence à savonner avec toujours l’envie de me transformer qui me gratte la peau et aucune pudeur du moment. Je me savonne, je ne lui fais pas une danse nuptiale, ça va.
    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 382
    crédits : 3546

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Mer 13 Sep - 13:44
    Takhys fit une drôle de moue quand fut évoquée la sensation qu'on éprouvait quand on marchait sur un oursin. Elle en eut même un frisson. 

    ''Brrrr. Quand on posa malencontreusement la main dessus, les épines sont tellement acérées qu'il est difficile de les retirer. Ça s'enfonce même... Je me demande si ce n'est pas pire même, que d'avoir des morceaux de verre coincés sous la peau"

    Son sourire réapparut aussi vite qu'il avait disparu de son beau visage. Elle n'avait jamais eu vraiment à poser le pied sur un échinoderme, mais ne pouvait qu'imaginer la dose de souffrance que cela devait provoquer, dans la plante des pieds. Poser les doigts dessus par accident, cela, elle l'avait déjà fait. Une fois, quelques écailles s'étaient vues piqués par des pointes aussi, quand elle en chassait et que là aussi, elle n'avait pas été précautionneuse. Bon après tout, c'étaient les risques de la vie sous-marine

    Le jeune messager ne donna par après aucun nom pour ses fournisseurs. Elle n'en fut pas vexée. Il avait raison de garder secret leurs noms, autant pour une certaine forme d'exclusivité que pour ne pas avoir de problème. Quand on touchait un peu au commerce souterrain, il n'était pas bon d'étaler les noms, sous peine d'avoir des soucis avec la République. Takhys faisait la même chose après tout. 

    ''Être livreur a l'être d'être en parfaite adéquation pour visiter le monde. J'ose espérer que vous n'avez pas fait de mauvaises rencontres depuis et que cela se poursuivra. Vous dites être natif de Kaizoku ? Comment est-ce là-bas ? "

    Elle avait déjà nagé dans les eaux de cette île de pirate, mais n'y avait jamais été, même par curiosité. Peut-être parce que le commerce au sein de la République lui épargnait la concurrence avec les pirates jouant dans la contrebande ou parce que la présence de la République était telle que cela décourageait à monter quelques voies illégales de petits commerces... ou peut-être parce que la Pègre avait pignon sur rue ? En tout cas, ces quelques interrogations suffisaient à Takhys pour ne pas avoir cherché à s'investir dedans. Et puis, dans un sens, elle débutait. Autant y aller doucement, non, et sans risque ?

    Elle ne manqua pas d'avoir un étrange sourire quant à la question très intéressante que posa par la suite son gentillet livreur. 

    ''Dans un certain sens, je pourrai dire qu'ils sont synonymes, mais quand on creuse un peu plus, je dirai que la ruse est une forme de tromperie sans enjeux, sans vice, à l'approche neutre. La tromperie, elle, aura une portée plus malveillante, toxique. Je ne sais pas si vous voyez où je veux en venir ? "

    Ah les mots des terrestres, quelle plaie des fois quand on cherchait à les expliquer plus en profondeur ! Mais elle ne doutait pas de l'intelligence de son interlocuteur. 

    ''Je suis certaine que vous avez déjà employé de ruse, pour réussir à accomplir certaines missions, pour atteindre votre objectif sans nuire à personne."

    Là, au moins, elle sera fixée. Puis, elle laissa un doux gloussement remonter de sa gorge quand à l'histoire des mouettes. 

    ''Oh, là, vous avez parfaitement raison. Il suffit de se rendre au port pour assister à des braillages entre marins ou ouvriers portuaires pour avoir une belle vision. "

    Bien ! Il était pour le messager de prendre son bain. Après avoir préparé ses deux éponges, il parut dubitatif quant à la taille de la baignoire, ce qui fit sourire la tenancière dans un sourire discret. Après quoi, elle profita en un bref coup d'oeil du corps dévêtu du jeune homme, pour contempler ce qui pouvait être contemplé. Pas mal songera alors la Sirène, qui passera du "pas mal" à certaines pensées inavouables. 

    Une fois qu'il se fut installé dans la bassine, se détenant au contact de l'eau chaude, un rire cristallin retentit dans la salle d'eau. 

    ''Le homard sera sans doute heureux de la température, mais pas de la douceur de l'eau.... La prochaine fois, je pourrai toujours vous préparer un bain d'eau de mer, pour la prochaine commande, qu'en dites-vous ? Là, je pourrai rajouter quelques poissons des baies du coin, pour faire croire à une plage de poche en intérieur ? "

    Quelle drôle d'idée, mais qui pourrait être amusante à faire tiens. Certes, la bassine était petite, mais avec des poissons de bord de mer, petits qu'ils étaient, ca pourrait donner un effet intéressant. Pour la suite, elle se retint de rire quand le messager parla du terme délicieux, en essayant de bien faire comprendre que ce n'était pas la partie alimentaire dont il était question. Ce petit point de détail la poussa à une petite idée, pour s'assurer ce qu'elle commençait à soupçonner

    ''Vous seriez surpris du délice qu'on a à manger dans une eau à la température parfaite. Je peux essayer de préparer des brochettes de mouettes, rapidement marinée avec une sauce de ma création. Juste le temps de me rendre au port, d'en charmer une, et de la préparer comme il faut... vous m'en direz des nouvelles ! "


    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum