DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Pancrace

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Un Trajet de folie  I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La marche du vent d'acier
    Derniers sujets
    Mille et un courroux (PV Genryusai)Aujourd'hui à 20:45Nut Shidhi
    Mon Voisin Du DessusAujourd'hui à 20:20Nut Shidhi
    Le sens des prioritésAujourd'hui à 20:09Ben le Bouc
    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'ArdentAujourd'hui à 19:36Lyra Leezen
    [Challenge] Salut, ça va ?Aujourd'hui à 18:32Leif Brynjolf
    [Flashback] Le Pilon et le MortierAujourd'hui à 17:53Orion Yamveil
    [PA] Le Chant des RoncesAujourd'hui à 17:46Lune & Crow
    Killing in the name | Feat LeonoraAujourd'hui à 17:40Leif Brynjolf
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 9 Mai - 8:57
     
    Un Trajet de folie
    Feat. Aryan Iceshade

    Courage, près du siège de la Guilde de Transport Armé

    Encore un Trajet mené à bien ! Mais le bilan humain s’avérait lourd, même pour les standards de la Guilde. Sur les vingts gardes, plus communément appelés « actionnaires », qui avaient pris par à la mission et investi une somme d’argent dans cette entreprise, plus de la moitié avait succombé, et les survivants dont je faisais partie avaient bien failli subir le même sort. Pour les défunts, le double de la récompense initiale, déjà bien élevée, serait versée à leurs familles. Pour les malchanceux encore en vie, il y aurait de nouveaux Trajets, de nouvelles récompenses, de nouveaux cauchemars ...

    Enfin, on a connu pire !

    En sortant du siège de la Guilde, avec dans les mains une bourse bien remplie, je me retournais pour jeter un coup d’œil au bâtiment. Celui-ci était bâti suivant le style architectural typique d’une ville républicaine : une belle façade, plusieurs étages avec leurs rangées de fenêtres propres et surplombés d’un toit en pente de couleur bleu clair. En bref, un siège convenable pour la Guilde, dont l’usage était principalement réservé aux maîtres de caravanes, ses « gérants ». Parmi ces figures de proue figurait ce satané Qurdu Kan, qui m’avait remis sa récompense quelques instants plus tôt, tout en m’adressant son sempiternel sourire de batracien.

    Le bâtiment était jouxté d’une grande écurie, le vrai cœur de la Guilde : une cour centrale nécessitant un nettoyage constant pour enlever la paille, les déjections et la boue, et séparant deux types d’enclos : à droite, collés à l’immeuble principal, les « hangars » où l’on entreposait les calèches renforcées, véhicules phares de la Guilde. A gauche, de nombreux box accueillant les brutes épaisses faisant offices de chevaux, ainsi qu’une petite armée de palefreniers en prenant soin.

    Un beau siège donc, mais que j’avais suffisamment vu pour le restant de la soirée. Après avoir dissimulé ma bourse, et réajusté la lanière de mon arbalète sur l’épaule, je pris le chemin de la taverne la plus proche, tout en crachant par terre, comme pour défier la mort à laquelle j’avais encore échappé. Après avoir emprunté quelques rues, je tombais sur mon établissement favori. Chaque actionnaire dépensait sa fortune comme il l’entendait, et Courage ne manquait pas d’occasion d’alléger sa bourse. Pour ma part, chaque fin de Trajet était copieusement arrosée d’alcool. Pas pour fêter, mais pour évacuer. Tenter d’oublier les combats, les morts, les hurlements …

    Je poussais la porte de la taverne, me retrouvant face à un spectacle familier : de nombreuses tables étaient alignées de part et d’autre de la grande salle, certaines déjà pleines de clients assoiffés. Avec mon manteau maculé de boue et de poussière, le capuchon relevé sur ma tête, personne ne me prêta la moindre attention. J’étais un client parmi tant d’autres, et c’était parfait comme ça.

    Je me dirigeais vers le fond de la salle, puis m’asseyais sur le banc, ma silhouette presque affaissée sur la table, avant de passer ma commande. Il me fallait de l’alcool, et vite. Une fois la chope de bière dans ma main, je m'envoyais une première lampée de la boisson au goût amer. Hmm, pas de la bière de premier choix, mais ça ferait l'affaire pour ce soir !


    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 12 Mai - 21:07
    C’était par l'autre coté de la route qu'Aryan avait finalement atteint l'auberge, après plusieurs jours non interrompue de route. Il avait commencé, en arrivant en République, par étudier la partie ouest de la nation, et ça avait bien sur commencé par Liberty. Il avait remonté une piste le menant dans les bas fonds, sans parvenir a conclure sur une éventuelle trace de la démone. Il avait soupiré et reprit la route.

    Il avait crapahuté jusqu'à Justice, mais il s'est vite avéré qu'il n'avait pas beaucoup plus a y trouver. Elle pouvait aussi bien etre la qu'a l'autre bout du monde, sans personne pour remonter la trace, c'etait compliqué. Il savait qu'elle etait venue en Republique, et rien d'autre.

    Alors c'est a Courage qu'il avait fini sa premiere phase de recherche. Il avait voyagé de jour comme de nuit, sous la pluie, de façon calme et ordonné. Si sa tenue etait dans un sale etat, aucun danger ne semblait avoir vraiment d'emprise sur lui. A chaque fois que quelqu'un s'etait approché d'un peu trop proche, un simple petit geste de la main, et le calme et le silence avait raccompagné sa route a lui, ses montures, et serpent.

    A Courage, il n'avait beaucoup plus d'espoir. Mais peut etre qu'il avait l'occasion de retrouver quelques vieilles connaissances histoire de parvenir a obtenir un peu d'aide. Il n'avait plus eu de nouvelles de Luviel depuis leurs séparations, mais au final, ils avaient appartenir a la meme espèce. Ils étaient très différent. Sans Nom avait fait l’intermédiaire. Sans elle, il avait bien du mal a rester longtemps avec des gens.

    L'auberge qu'il avait choisit n'avait pas été prise pour un but précis. C’était simplement la première correcte qu'il avait croisé, permettant de laisser sa carriole dans une cour protégé prévu pour ce genre de voyageur. Ce n'etait pas tous les établissements qui le permettaient. Depuis combien de temps n’était il pas venu dans un endroit comme ça ? Avec Hava, ca avait été impossible. Et ca ne lui avait pas spécialement manqué.

    Une fois ses chevaux prit en charge, sa « maison » roulante scellé, il poussa la porte arrière pour se retrouver dans la salle commune. Un endroit plein a craquer, dont la moindre table semblait inondé d'humanité, ou la bière coulait a flot et ou la musique était subtilement éparpillé au milieu des conversations bruyantes.

    Il fut accueillit par deux femmes peu vêtues qui semblaient clairement la pour autre chose que lui indiquer une chaise. Un simple mouvement de la main, et elles décidèrent subitement d'aller voir si un autre client ne voulait pas monter avec elles.

    Il chercha du regard et constata qu'il n'y avait plus aucune table seul. Il y avait vraiment du monde, et c'etait sans doute parce qu'on etait une soirée de fin de semaines, a une période assez fastueuse pour que beaucoup viennent boire tous leur saoul. Il n'avait aucune idée du jour, doutait du mois. Il avait perdu la notion du temps durant un moment.

    - Je vois que votre place est libre, mon ami.

    Il s’était arrêté devant une table, vers le fond, occupé par un homme qui avait l'air d'avoir eu besoin d'un verre pour ne pas pleurer. Ou bien c’était simplement son visage qui avait cet air. Ce dernier devait avoir une drôle image de l'ange en observant cet homme a l'allure vagabonde, au pantalon ample moucheté de boue, a la veste déchiré dévoilant partiellement son torse, ses cheveux en bataille qui aurait eu besoin d'un coup d'eau, et son regard argenté qui avait perdu une partie de sa vivacité. Il avait également une sacoche sur le coté.

    - Je n'avais pas trop le choix, si je peux me permettre ?

    Il tira la chaise avec le pied et prit place, assise avant de lever le regard vers son « hote » de table, et hocha la tete.

    - Aryan.

    Puis il se retourna et alpagua une serveuse.

    - Je veux quelque chose avec du goût s'il vous plait, mademoiselle. Alcool, sans alcool, peut importe. Et ce que veux mon ami. C'est pour moi.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 15 Mai - 11:44
     
    Un Trajet de folie
    Feat. Aryan Iceshade

    Il n'était pas rare d'avoir de la compagnie lorsqu'on se trouvait dans un taverne. Le plus souvent des fêtards venus dépenser leur paie en beuverie, et de pauvres hères complètement ivres venant vous raconter leurs malheurs et combien la vie était dure. Au moins, l'homme qui avait pris place devant moi, dénommé Aryan, paraissait un tant soit peu normal, et sobre pour le moment.

    " Capitaine, à votre service. Votre générosité tombe à pic, l'ami, car je suis sur le point de noyer mes soucis dans une mer d'alcool "

    Me tournant vers la serveuse qu'avait interpellé mon compagnon de table, j'agitais légèrement ma chope de bière à moitié vide.

    " Une autre, s'il vous plait "

    Une fois la serveuse partie avec nos commandes, je finissais ma boisson d'un trait, et reposait le récipient sur la table tout en expirant longuement, fermant les yeux pour apprécier la douce brûlure de l'alcool qui se frayait un chemin jusqu'à mon estomac. Il m'en faudrait bien plus pour sombrer dans l'ébriété, et ainsi oublier un bref instant les images gravées dans mon esprit. Et quelles terribles images ...

    Non ! Ce n'était pas le moment de se replonger dans ces visions de cauchemar ! Je me concentrais plutôt sur l'homme assis devant moi : le bonhomme avait clairement passé du temps sur la route. Des vêtements sales, maculés de boue et déchirés à certains endroits. En revanche, la crasse n'était apparemment pas réussi à effacer la beauté de ses traits, associée à un regard argenté qui faisait sûrement fondre le cœur des donzelles. A côté d'un tel Apollon, je passais pour un crapaud. Sûrement un effet secondaire après avoir passé autant de temps de Qurdu Kan, dont la ressemblance avec un batracien était légendaire.

    Enfin, ça me faisait toujours une autre raison pour boire, et puis cela me changerait de la compagnie habituelle de cette taverne, à savoir des ivrognes et autres filles de mauvaise vie. Je pris alors la parole, parlant assez fort pour couvrir le brouhaha :

    " Sans vouloir vous offenser, l'ami, vous auriez bien besoin de nouveaux vêtements ! Vous avez crapahuté combien de temps comme ça ? "


    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 18 Mai - 23:25
    Il n'avait pas vraiment réfléchit au fait que s'asseoir a la table d'un homme allait irrémédiablement conduire a une discussion. A une autre époque, il en aurait été content, mais aujourd'hui, il etait las. De la route, et de la vie. De la meurtrissure qui lui faisait saigner le cœur en continu depuis des semaines.

    Il leva la tête vers la serveuse qui eu une légère rougeur sur les joues et qui se dépécha de décamper avec la commande en poche de son ami du soir. Il le regarda du coin de l'oeil terminer sa boisson a grand trait, l'air de béatitude de celui qui noyait ses soucis dans l'alcool. Celui qui ne se rendait pas forcément compte qu'il avait déjà les deux pieds proche de l'alcoolisme. Aryan aurait pu peut etre finir comme ça aussi, si la boisson avait eu le moindre effet sur lui.

    - Longtemps. Des semaines, des mois, des années...je ne sais plus trop.

    Ça devait faire deux mois a présent. Mais sa notion du temps était déjà de base extrêmement flou. Alors depuis qu'il était dans cet état de semi dépression, c'etait véritablement un simple cycle jour-nuit sans vraiment de sens qu'il traversait comme une ame morte, se mouvant uniquement par la puissante motricité de ses muscles.

    - Et vous...vous avez l'air d'avoir eu une dure semaine.

    Il n'avait pas l'air beaucoup mieux que l'ange, ça c’était sur. Mais pas dans le même style. Aryan était passé du tout au tout, de son air un peu indifférent, curieux, amusé par ce qu'il découvrait...a ce regard mort. Alors qu'en face de lui, ca ressemblait plus a un poids, un fardeau, quelque chose qui s'accumule au fil des semaines, au fil des mois.

    - Vous devriez faire attention a ne pas trop boire. Votre corps sera détruit avant votre esprit.

    Alors que c'etait souvent ce qu'ils voulaient. Oublier. Faire taire des souffrances bien trop profondément enfoncés pour qu'une simple liqueur puisse arranger les choses. Ca ne durait qu'un temps. Mais les dégats sur le foie, ca, ca restait. Pour toujours, jusqu'à ce que mort s'en suive. Et le gaillard avait l'air de ne pas etre un débutant quand à la consommation du breuvage.

    - Vous venez souvent ici ? Cet endroit est bien bruyant, difficile de se ressourcer. Mais d'un autre coté, au moins, ca met de l'animation.

    Il soupira. Il n'y avait pas l'air d'avoir grand chose d’intéressant dans cette salle, au final. La même musique, la même boisson, les mêmes regard. Et pas une seule information a récupéré pour le mettre enfin sur la voix. Il etait déséspéré. Il restait une zone qu'il n'avait pas encore exploré et il allait devoir s'y diriger désormais. Mais il avait besoin de repos. Simplement fermer les yeux, sans dormir, simplement en reposant son esprit.

    - Vous etes la depuis longtemps ?

    Ca faisait beaucoup de questions, mais ca pourrait au moins passer le temps. Quelques mois plus tot, il aurait sans doute directement sorti son carnet pour commencer a lui proposer d'écrire sur sa vie. Aujourd'hui, il attendait simplement quelque chose provoquant la moindre sensation dans son esprit meurtrit. Peut etre qu'une bonne discussion allait permettre de le revigorer, rien qu'un peu.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 22 Mai - 15:29
     
    Un Trajet de folie
    Feat. Aryan Iceshade

    A l'évidence, mon compagnon de table avait envie de parler, vu le nombre de questions qui fusaient dans ma direction. Je me serais bien passé de compagnie ce soir, mais l'homme à la gueule d'ange payait les tournées. Si ça pouvait lui faire plaisir et ramener un peu de vie dans ses yeux éteints, alors ma venue dans cette taverne aurait servi à autre chose que me saouler. Une pensée louable, mais purement égoïste pour flatter mon propre égo, car je ne me préoccupais que de ma personne à cet instant précis. Sans compter qu'une occasion pareille de profiter de l'argent d'autrui, aucun républicain digne de ce nom ne la laisserait passer !

    Alors que nos commandes arrivaient, j'esquissais un triste sourire à mon interlocuteur :

    " L'ami, si seulement c'était que cette semaine ! Je viens à peine de rentrer à Courage après avoir passé des semaines dans des cambrousses où chaque être vivant voulait notre peau ! Quitte à choisir, je préfère largement la bière pour détruire mon corps ! Au moins, je saurai que c'est de mon fait "

    Pour appuyer mon propos, je saisissais la chope de bière directement depuis le plateau que portait la serveuse, qui venait à peine d'arriver à notre table. Sans attendre que l'homme me faisant face soit servi, je prenais une nouvelle gorgée d'alcool, tout en sentant ses effets commencer à se manifester. Une douce sensation de détente s'emparait de mes membres, déliant mes muscles tendus et évacuant le stress accumulé par les Trajets impitoyables. Tous ces foutus morts ... Ces cris d'hommes appelant leur mère avant de mourir non sans souffrances ... L'odeur du sang et de la bile ...

    Bon sang ! Il s'en était fallu de peu ! Vite ! Plus de bière ! Pourvu que ces images d'horreur s'en aillent !

    Après avoir ingurgité une nouvelle gorgée, je lâchais un rôt sonore, puis reprenais la parole :

    " Et vous, l'ami ? M'avez pas l'air d'ici ! Qu'est-c'qui vous amène dans l'coin ? A part c'te pisse d'âne qu'ils appellent bière dans c'te taudis ? "

    Ah ! Ma diction commençait à changer ! Pas de doute, l'alcool commençait à faire effet !

    Il était temps ...


    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 26 Mai - 23:50
    L'homme avait l'air reconnaissant de la passation de boisson qui venait de ce faire. Aryan pouvait payer toute les tournées de la soirée pour tous les occupants de la taverne. Il aurait pu meme le faire sans payer, avec un simple petit geste de la main, mais ce n'etait pas correct de les mettre ainsi dans une tourmente financiere. Il avait les moyens, il payait. C'etait comme ça que ça fonctionnait par ici, pas besoin de plus.

    Il se surpris a avoir apprécier poser des questions. Ça faisait un moment qu'il ne supportait plus personne. La faute a une certaine jeune femme démoniaque qui lui avait donné l'habitude d'esquiver la foule et l'humanité. Et meme suite a sa disparition, il avait passé tant de temps a la chercher que tous le reste etait devenu futile.

    - Je suis d'ici...ou de la bas. Sur ces terres, ou ailleurs. La ou le vent me porte, et ou ma recherche m'aiguille.

    La serveuse approcha a cet instant, avec un nouveau pichet de biere ainsi qu'une bouteille a l'alcool coloré, un peu rougeatre. Il avait demandé quelque chose de très fort. Sans doute que ce n'etait pas une bouteille que n'importe qui pouvait se payer.

    - Un verre...après ça vous allez tomber dans les pommes, si vous en prenez plus. Ordre du patron.

    Elle avait dit ça un peu timidement, et se dépêcha de remplir le verre, puis celui de son compagnon de table avec la biere, avant de s’éclipser. Aryan prit le réceptacle, et vint humer sans cligner des yeux. C’était un breuvage démoniaque, sans aucun doute qu'une grosse partie de la salle aurait tournée de l’œil en buvant quelque chose d'aussi concentré. Il n'y aurait pas eu de soucis a l'utiliser comme désinfectant, mais il y avait en plus un petit arrière goût prévue, de groseille et d'épices d'Ikusa.

    - Que faite vous dans la vie, pour avoir ainsi a vous déplacer ? Un homme de votre stature, avec des épaules solides comme les votre....je suis sur que vous pourriez trouver mille et un travail. Quel est donc celui qui vous emmène ainsi dans des lieux qui tourmente vos rêves ?

    Il fit tourner le liquide, sans le commencer. Sans porter le verre a ses lèvres, plutôt concentré sur les paroles de son camarade. Lui non plus ne semblait pas au top de sa forme, et il prit un peu conscience de la propre attitude qu'il devait transmettre lui même. Il devait ressembler a un vagabond, une âme damné perdu sur des terres qu'il n'avait pas envie de fouler.

    Il soupira, et songea a tout ce qu'il avait encore a explorer. Si peu et tant a la fois. Mais d'un jour a l'autre, il allait apprendre la nouvelle qu'elle avait disparue définitivement. Il avait plusieurs fois songé qu'elle avait les capacités pour s'échapper. Si elle n’était pas revenue....

    - Commençons par un toast.

    Il leva son verre, le regardant dans les yeux, de ses pupilles argentés ruisselant d'intelligences et de curiosité, impossible a dissimuler malgré son état. Il n'en avait même plus conscience. Il s'etait perdue en route.

    - A ceux qui restent.

    Il porta le verre a sa bouche et prit une gorgée. Le liquide était brûlant, explosif, et pourtant aucune réaction ne vint déformer son visage. C'etait interessant...mais meme ça, ca n'arriva pas a atteindre son cœur comme les mots de la peau rose avaient pu le faire...
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 31 Mai - 10:01
     
    Un Trajet de folie
    Feat. Aryan Iceshade

    J'éclatais d'un rire mauvais, en partie à cause des effets de l'alcool, mais surtout parce que mon compagnon de table venait de dire une ineptie. À ceux qui restent, hein ? Conneries ! Après avoir avalé une nouvelle gorgée, je me penchais vers l'individu au regard noisette en face de moi. A moins que ses yeux ne soient argentés ? Bon sang ! Avec tout cet alcool dans le sang, je n'arrivais plus à me souvenir. Quoi qu'il en soit, j'élevais la voix pour couvrir le bruit ambiant :

    " Ceux qui restent sont maudits, l'ami ! *hic* Si vous saviez comm' j'envie les morts ! Y z'ont plus a s'soucier d'quoi qu'ce soit ! *hic* "

    Les larmes me montaient aux yeux. Mes phalanges commençaient à blanchir car je serrais la chope trop fort. N'y pense pas ! N'y pense pas ! N'y pense ...

    Oh, et puis merde ...

    " Alors que moi, j'dois me coltiner toutes ces horreurs dans ma tête ! *hic* Toutes ces images que j'arrive pas sortir d'ma satanée caboche ! *hic* C'est pas une vie ! C'est pas une vie ! C'EST PAS UNE VIE ! "

    J'avais hurlé les derniers mots tout en me cramponnant à la table, comme si le Selai était en train de tanguer et que cette taverne était mon seul point d'ancrage pour ne pas basculer dans la folie. Les yeux écarquillés, je fixais l'homme en face de moi. Ou était-ce une femme ? Peu importe. Tout le stress accumulé en moi avait formé comme une énorme bulle prête à éclater, et les questions de mon compagnon de table étaient l'aiguille. Lâchant mon verre et me prenant la tête dans les mains, je me mis à marmonner dans ma barbe, l'air complètement fou :

    " 'Voulez pas savoir c'que j'fais. 'Voulez pas savoir c'que j'fais ! *hic* Pourquoi vous voulez savoir c'que j'fais ? Y'a que des emmerdes et des morts ! Et ces putains de chevaux *hic* Mais quel idiot voudrait faire c'que j'fais ? "


    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 3 Juin - 13:25
    Aryan resta totalement de marbre, comme si il n’était absolument pas touché par l'attitude de l'homme. Parce qu'il ne l'etait pas en fait. Il trouvait ça plus curieux que triste, et en vérité, l'attitude du bonhomme lui donnait surtout envie de savoir comment il en avait fini par être dans cet état. L'alcool n’était pas la seule réponse. Il était marqué au fer rouge par une vie que son esprit semblait avoir du mal a supporter.

    - Au contraire, vous me donnez de plus en plus envie d'en apprendre plus.

    Il attrapa un verre vide posé au bout de la table parmi ceux dans lequel il s’était servit, et pria la serveuse de revenir vers eux. Il lui ordonna de ramener a nouveau la fameuse bouteille dont il venait de goûter la liqueur. Elle se dépêcha de disparaître a nouveau dans les cuisines et a l’arrière du comptoir, et lui observa la folie grimper au rythme de l'alcool s'installant dans l'esprit de l'homme.

    - Vous en avez beaucoup sur le cœur n'est ce pas ? Un homme ne devrait pas garder au fond sa colère et sa peine.

    Il avait sans aucun doute du perdre des camarades. Des amis. Des frères. Il devait avoir des histoires a raconter. Beaucoup d'histoires. Et peut être même que parmi toute ces anecdotes, l'une ou l'autre pourrait le mener sur une nouvelle piste. Il n'avait plus vraiment d'autres choix que d'écouter. Surtout, l'homme semblait avoir l'alcool plutôt mauvais. Il se pencha sur le coté et ramassa sa sacoche qu'il posa sur la table a coté de lui. A l'intérieur, il y avait surtout de quoi écrire.

    - La mémoire façonne notre être. Quand nous ne nous souvenons plus, nous devenons quelqu'un d'autres. Vous voulez être quelqu'un d'autre, monsieur ?

    Il en savait quelque chose. Il était la, a la base, car il avait totalement perdu la mémoire. Il en était arrivé a un stade ou il se demandait même si il avait vécu des choses avant et si il n’était pas apparut de nulle part, seul devant la mer, comme par magie. Il n’était peut être pas la même personne avant. Il n'avait peut être même pas été qui que ce soit.

    - Il faut accepter. C'est ce qu'il vous manque. Et en parler, si vous en avez besoin.

    Il sortit son carnet sa plume et les posa négligemment a sa vue, comme une marque qu'il était prêt, lui, a relater ses aventures. C’était son travail. Avant...Tout ça, avant elle. Il ne l'avait plus fait depuis un long moment. Sans compter que souvent il faisait payer. On venait meme lui proposer de l'argent pour ecrire des récits, des mémoires. Aujourd'hui, c'etait pour lui. Il ne demanderait rien.

    La jeune serveuse revint a cet instant la, avec la bouteille en question et il désigna le verre qu'il avait préparé. Elle le remplit fébrilement, mal a l'aise par la verve de l'homme ivre, et s'occupa également du verre de l'ange. Enfin, elle recula et battit en retraite plus loin, plus en sécurité, sans doute. Il poussa le verre vers lui.

    - Commençait par boire ça. Ca va vous remettre les idées en place.

    Plus qu'alcoolisé, le breuvage allait sans doute lui mettre un coup de fouet lui permettant de se calmer. Ou bien allait empirer les choses. Au pire, il avait quelques tours pour calmer les esprits les plus vindicatif.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 7 Juin - 11:05
     
    Un Trajet de folie
    Feat. Aryan Iceshade

    Je comprenais à peine ce que mon compagnon de table disait, la tête toujours enfouie dans mes mains caleuses, à marmonner des phrases sans queue ni tête. Un emploi au sein de la Guilde n'était pas de tout repos, tant pour le corps que pour l'esprit. Il était donc naturel que ses membres craquent de temps en temps, laissant libre cours une folie passagère. Jamais pendant un Trajet cependant, sous peine d'être renvoyé sans aucune forme de procès. Des règles dures, mais garantissant la réalisation des missions, et l'une des justifications des tarifs exorbitants de l'entreprise républicaine.

    Ce soir, c'était mon tour de craquer. Bon sang, la dernière fois remontait à longtemps ... Que c'était-il passé, déjà ? Agression d'un Officier Républicain dans l'exercice de ses fonctions ? Impossible de me souvenir, l'alcool brouillant complètement ma mémoire. Eh bien, autant faire de cette nuit une nouvelle anecdote !

    Tout en marmonnant de plus belle, j'avisais le verre planté en face de moi. Etait-il apparu par magie ? Peu importe, car je saisissais le récipient, levais le coude et buvais le liquide. Une sensation de brûlure dans la gorge, un engourdissement au bout des membres, puis la clarté ... Oui, la clarté ! J'avais envie de parler au Sekai tout entier, qu'ils sachent, qu'ils partagent mon vécu ! Tout en me mettant à rigoler, un rire très proche d'un certain Maître de Caravane, je me mettais à parler, pour qui voulait bien m'écouter. Peut-être cette mystérieuse forme en face de moi ?

    " Hin hin ! *hic* Ha ! Mon bon, c'est pas d'tout repos d'êt' Capitaine dans c'te foutue Guilde ! 'Verriez comment les ch'vaux qui tirent nos caravanes sont des brutes ! J'les ai vu foncer sur une goule, un jour ! Une goule, j'vous dis ! "hic*

    Hein ?

    " Y l'ont piétiné comme si c'tait un tas d'foin ! *hic* "

    Non, pas une histoire de Trajet ! N'importe quoi d'autre, mais pas de Trajet ...

    " De foutus démons ! Hin hin "

    Pitié, arrêtez-moi ...

    " Mais bon ! *hic* c'est aussi grâce à ces bâtards qu'on est rev'nu vivants d'ces Ruines Maudites ! "

    NE ME FAITES PAS RACONTER CA !


    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 17 Juin - 0:52
    Il avait haussé un sourcil. L'homme avait véritablement un probleme, et ce n'etait pas lui qui allait le regler, ca c'etait évident. Mais il pouvait etre une oreille et l'écouter déblatérer ses craintes et ses traumatismes. Le type etait clairement en plein délire et l'alcool n'aidait pas. Mais c'etait aussi dans ces moments la que le cœur semblait dire le fond de son ame. Et l'homma avait clairement besoin de le vider.

    - J'imagine oui, c'est un poste important, d'aprés ce que vous me dites.

    Le laisser parler, s'exprimer. Et une petite information acheva d'allumer de l'intéret dans son regard.

    - Des ruines maudites, ou « les » ruines maudites ?

    Le Sekai etait un endroit ou il etait facile de tomber sur les choses aussi intriguantes que dangereuse. Mais parmi tous ces lieux, les ruines maudites de l'ancienne capitale elfe etait le lieu que personne ne pouvait vraiment approché. Il savait qu'il y avait quelques fous qui décidaient de temps en temps de s'y diriger, sans jamais pouvoir franchir la foret maudite. Les ruines etaient tellement imprégnés de magie noir, que meme une créature aussi neutre que lui aurait tourné fou. C'etait un lieu interdit.

    - Respirez.

    Il leva la main, et laissa une petite illusion de calme se propager envers son camarade du soir. Histoire qu'il ne fasse pas un infarctus. Il laissa ainsi sa magie se propager autour de la table de façon tranquille, l'aidant a prendre conscience exactement d'ou il se trouvait.

    - Vous en aviez déjà vu, des créatures du chaos ? C'est fréquent ?

    Le type etait clairement un humain lambda, plus tous jeune, mais compensant probablement avec une très bonne experience. Conducteur si il avait bien comprit, un sacré travail. Il se pencha pour tirer son carnet et sa pointe, avant de servir a nouveau les verres, mais avec quelque chose de désormais bien plus doux.

    - Permettez que je prenne quelques notes.

    Il écrivit brievement des petits details sur le lieu ou ils etaient actuellement, et tira sa chaise pour laisser de l'espace a son compagnon, histoire qu'il soit dans de bonnes conditions pour parler.

    - Qu'est ce que vous y faisiez, dans ces ruines ? Rassurez vous, le secret professionnel, cela fait parti de mon métier.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum