DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Balade au parc InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    [Groupe 2] Le Cœur de MelornAujourd'hui à 0:11Kilaea Sliabh
    Étincelles Couragéennes | OrifaHier à 22:38Arès Wessex
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 18:22Rêve
    Une Mort Silencieuse - PAHier à 18:16Arès Wessex
    Un regard de capitaine sur l'avenir... Hier à 17:09Altarus Aearon
    [Groupe 1] Le Cœur de MelornHier à 16:43Valmyria
    Validation de StadzankHier à 16:19PNJ
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 1 Aoû - 18:51
    Aprés etre sorti de la chambre, il avait fait un petit signe de tete a Myriem sans vraiment s'arreter. Ce n'etait pas si agréable que ça de voir le questionnement dans son regard, et son petit sourire en coin. Assez genant, mais il pouvait passer le cap. Il n'etait plus un enfant. Elles avaient refermés la porte, et il etait resté dans le couloir un petit moment, appuyé contre le mur, observant le sol, écoutant l'intérieur comme si il avait été assit entre elles dans la piece. Une minute, cinq minutes, puis quand le sujet principal etait venu sur la table, il avait légérement rougit, un peu honteux, et s'etait redressé sur ses pieds, en se dirigeant vers l'escalier.

    Pecher, comme si il allait quitter l'auberge aprés ça. C'etait un moment critique. Il etait inquiet. Pour son intégrité physique, un peu. Meme si il n'avait quasiment aucun doute, Myriem présente, que leurs amies medecins, respectivement, avaient les connaissances pour qu'il ne lui arrive rien. En revanche, sa santé mentale, c'etait une autre histoire. C'etait une pierre de plus sur l'edifice très fragile de tout ce qui lui arrivait ces derniers mois. Il avait peur qu'elle s'écroule définitivement.

    Il avait beau etre la, les fondations semblaient de plus en plus pretes a s'écrouler. Et la discussion allait etre décisive. Dans un sens comme dans l'autre. Il avait réfléchit, beaucoup, et avait été biaisé par son propre prisme. Il devait essayer de s'en détacher, meme si ca allait a l'encontre de ce dont il avait envie ou ce dont il croyait. Il fallait qu'il l'a soutienne dans ses choix a elle.

    Sans parvenir a ne serait ce que sortir de l'auberge, il s'etait assit en bas des marches, dans la salle principale, et fidele a sa réputation de patient, il avait attendu la. Autant de temps qu'il fallait.

    Lorsque la porte de la chambre s'ouvrit, la matinée naviguait dans les eaux mornes qui séparaient la fin d'un petit déjeuner copieux du déjeuner, laissant la salle commune vide. De son coté, quand la porte s'etait ouverte, le semi elfe avait literralement sauté sur ses pieds comme si on lui avait infligé une attaque magique a base d'éléctricité. La foudre l'aurait stimulé, mais la, il avait simplement les épaules un peu lourde de la tension environnante. Il avait passé un bon moment a observer l'air nonchalant des gens vivant une vie bien lointaine de celles qu'ils etaient en train de traverser.

    Il ne pouvait pas leur en vouloir. Mais il se demandait si un jour, prochainement, ils seraient la aussi, tous les deux, uniquement a penser a ce qu'ils allaient jusqu'au lendemain. Un doux reve qu'il n'avait toujours pas l'intention de lacher.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 1 Aoû - 19:21
    Balade au parc
    Fin Février 04 - Message 1

    Rowena apparue au côté de Myriem, s'arrangeant rapidement avec le tenancier pour que l'humaine puisse avoir une chambre, se poser et se rafraichir, mais là encore, l'elfe et elle ne firent que se croiser. La sirène avait glissé quelques mots à l'oreille de son amie, espérant pouvoir couper aux retrouvailles pour le moment, le temps de poser ce qui lui prenait tout son air depuis la veille.

    Elle était plus pâle que d'ordinaire, son côté sains guère plus coloré que son côté abimé, mais elle semblait bien plus fatiguée que fébrile. En approchant de Shan, elle ne chercha même pas à trouver les mots ou à formuler un résultat de cette longue conversation.

    Quand elle se retourna vers lui, aprés avoir parlé au tenancier, il n'avait pas jeté un seul regard a Myriem. Lui qui etait habituellement très observateur de ses alentours, semblait totalement bloqué sur la présence de sa sirene. Elle etait mal en point, et c'etait très clairement, comme il l'avait redouté, le resultat d'une longue agonie mentale qui commençait a tirer un peu ses griffes vers les recoins les plus protégés de sa psyché. Elle etait quasiment sans défense.

    Elle s'avança en ouvrant à demi les bras, le questionnant tout juste du bout des cils pour savoir si elle pouvait venir se serrer contre lui. Elle n'avait jamais cherché aussi activement le réconfort solide de quelqu'un d'autre pour palier sa propre faiblesse... Mais elle y prenait vite goût.

    - Viens.

    Il avait effectué les quelques pas les séparant plus vite qu'elle n'avait entrouvert les bras d'une façon interrogative, et l'avait serrer très fort, presque en la soulevant légèrement du sol. Il avait aussi peur qu'elle, pour différentes raisons, mais la finalité pouvait lui permettre de comprendre en partie ce qu'elle traversait. Pas sur un point précis, mais de manière générale. Il la laissa l’étreindre en retour, sans rien dire pendant deux bonnes minutes, comme lui bloquant toute tentative de dire quoi que ce soit de plus. Il n'y avait pas besoin.

    La tête enfouie dans son cou, elle respirait simplement. Son cœur largement emporté avait du mal à ralentir... Et pourtant elle ne l'aurait lâché pour rien au monde. Aucune sensation n'était semblable à ce qu'elle avait vécu même deux jours plus tôt. Elle ne doutait pas, ne se retenait pas et ne craignait pas sa réaction. Elle était précisément là où elle avait envie d'être et même si elle ne lui avait pas encore dit, elle en avait enfin pris conscience. Elle l'aimait comme ça, un peu gauche parfois, un peu timide, mais plus solide et plus présent que ce qu'elle n'avait jamais laissé quelqu'un être pour elle.

    - ça te dirais de faire quelques pas ? J'ai besoin de prendre un peu l'air. " lui souffla-t-elle à l'oreille, ne reculant que lorsqu'il aurait accepté ou restant là s'il le préférait malgré les yeux qui se posaient peu à peu sur eux.

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 1 Aoû - 19:26
    - Il y a un parc plus loin.

    Ce fut la seule chose qu'il prononça, finalement. Il acceptait ainsi de la suivre dehors, ou n'importe ou elle voulait aller. L'endroit etait étouffant, et etait surtout la marque de tout ce qui s'etait déroulé depuis qu'ils etaient a Melorn. Il n'avait rien contre la ville, mais il avait envie d'etre loin d'ici. Rentrer. Faire autre chose. Et si ils revenaient a nouveau, ailleurs, n'importe ou autre que cette foutue auberge qui puait tout ce qu'ils essayaient de combattre.

    Il déboucha dehors, ayant presque hésité a la porter tant elle semblait faible. Mais marcher lui ferait du bien. Il lui prit le bras, et déposa a baisé sur sa tempe, la faisant sourire avant de l'entrainer en s'adaptant a son pas qui heureusement gardait une bonne allure, vers le petit parc en question, quelques rues plus loin.

    Tout d'abord, elle n'avait rien dit non plus, se contentant de respirer. Chaque bouffée d'air était plus ample que la précédente et ses épaules raides se détendaient... Enfin juste un petit peu, mais c'était déjà ça.

    Il l'a laissa profiter du silence durant toute la petite période ou elle resta silencieuse. Il n'avait rien besoin de dire et de toute maniere il 'netait pas d'un naturel extremement bavard lui meme. C'etait meme étrange pour lui de se retenir de parler. Il avait des questions. Il voulait savoir. Mais il fit un effort et resta de marbre, bien que ses épaules soient un peu plus tendu qu'a l'ordinaire avec elle.

    Ils tournaient à l'angle d'une rue, l'entrée du parc en vue, lorsqu'elle avait considéré que ses pensées s'étaient suffisamment déposées pour qu'elle reprenne la parole.

    - ça fait du bien. Merci. "

    Des paroles anodines mais tout à fait sincères. Elle regarda ses pieds, une façade fleurit, puis Shan'ael à nouveau.

    "La discussion avec Myriem a été plutôt perturbante... Je crois que je comprends un peu mieux ce que tu m'as dis hier. Elle m'a beaucoup fait réfléchir à la responsabilité que j'aurai de toute façon s'il vient au monde...

    - Que nous aurons.

    Il l'a corrigea simplement sur sa tournure de phrase, en passant la délimitation du parc. Un endroit vert et fleurit avec des zones ouvertes ou plus séparés entre des feuillages. Il y avait parfois du monde, mais a cette heure ci, en pleine semaine c'etait assez calme. Elle tourna les yeux vers lui, surprise, et lui sourit finalement. La main qui ne tenait pas encore le bras du demi elfe vint renforcer sa prise, formant un maillon avec sa jumelle.

    - Notre responsabilité... Et le danger que j... nous imposerions à notre entourage.

    - Et...et alors ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 1 Aoû - 19:42
    Balade au parc
    Fin Février 04 - Message 2

    Un peu abrupte mais il ne savait pas quoi dire de plus, mis a part qu'il voulait avoir une petite mise a jour de ce qu'elle avait apprit.  Et elle en avait appris beaucoup.

    - Je ne suis pas prête à être mère. Même si je survie. Je veux pouvoir choisir sans contrainte, trouver une vie qui me convient... Avec toi. Et pas fonder un foyer parce que cette malédiction a des effets imprévus qui me poursuivront. ... Je pensais pouvoir le confier à quelqu'un, mais Myriem a confirmé mes craintes. La magie qu'il porte est déjà si puissante et anormale qu'elle est capable de repousser le mal qui me ronge.... Mais c'est une magie qui n'a rien de positif, pas même de neutre. Je ne peux même pas être certaine de sa nature. Elle pourrait très bien contrôler les morts ou blesser les âmes avant d'avoir appris à parler... " Elle se passa une main sur la nuque. " Je n'ai suffisamment confiance en personne... Pas même en moi... Et je ne veux pas d'enfant. Trop dangereux. Trop dur... La solution devrait s'imposer d'elle-même.

    Elle secoua la tête. Son sourire vira au jaune. Elle ne voulait pas d'enfant tout court, mais ce n'était pas une discussion à avoir pour le moment. Peut-être jamais. Ses lèvres se pincèrent. Il y avait plus... Plus que simplement le fait de vouloir ou ne pas vouloir. Plus que le choix entre la vie et la mort d'un enfant à naitre. Il y avait aussi qu'elle savait ne pas pouvoir affronter ça seule.

    Elle n'en était pas capable. Elle le savait, le sentait. Seule, elle l'aurait mis au monde et plus elle y réfléchissait, plus elle trouvait que c'était une véritable erreur. L'erreur de faire porter à cette petite fille les trop nombreuses faiblesses qu'elle avait depuis son retour du front... Non. Depuis le jour où elle était descendu chercher Dactyle et Kahlez dans les entrailles du Razkaal.

    - Mais si je fais ça... J'ai peur de dépasser une limite dont je ne reviendrai pas.

    Sa voix ne s'était pas brisée. C'était même tout le contraire. Depuis sa distance et sa demande de rupture de la veille, elle semblait peu à peu moins agitée. Plus posée. Les mots qu'elle prononçait à présent, elle ne les aurait offerts à personne d'autre. Même pas à Elzéar. Elle en tremblait encore un peu, intérieurement, et pourtant elle revenait sans cesse aux deux émeraudes dans lesquelles luisaient le plus beau regard qu'elle n'avait jamais vu.


    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 1 Aoû - 19:48
    Il etait resté extrêmement silencieux durant tous le temps ou elle avait parlé, et ils avaient finalement atteint un emplacement un peu en retrait ou ils pourraient jouir d'une certaine discrétion. Il y avait un banc, et il y avait l'herbe, vertes de façon mure peu importe la période de l'année, grâce au dome. Il prit l'herbe, forcément, et tomba assit au pied du banc. Un bras posé sur l'assise de bois comme sur un accoudoir, elle se baissa elle aussi jusqu'au sol, s'asseyant en tailleur près de lui. Légèrement en diagonale, le genoux de la sirène touchait sa jambe.

    Il avait le regard dans le vide, l'air songeur. Il n'avait pas vraiment besoin de plus pour comprendre. Si elle disait ça, c’était que le bébé etait en bonne santé, et que la grossesse pouvait donc se poursuivre jusqu'au terme sans d'énormes risques. Le problème était, l’après. Il était toujours intimement persuadée qu'elle aurait fait une bonne mère...mais pas dans ces circonstances. Un jour, plus tard, quand elle n'aurait plus rien eu d'autres a penser qu'a ça. Alors peut être. Mais elle ne pouvait pas jongler avec la mort avec un enfant sur les bras.

    Au delà de s'en occuper, c’était bien de ne pas pouvoir le confier a quelqu'un sans que cette personne ai un risque. Et elle l'avait dit, elle avait comprit. Abandonner un bébé, même pour son bien, c’était un déchirement. Presque autant que de le laisser partir, selon lui. Peut être pire, même. Une fois qu'il était la, il était quelque part. Une ombre pour le restant de ses jours. De son point de vu, c’était quasiment impossible.

    - Cette limite se trouve a l'endroit ou tu décides de la poser. Et...ne crois tu pas que...l'erreur ne serait pas de traverser la limite, mais plutôt de ne pas savoir ou elle se trouve ?

    La main de Shan'ael, trop douce pour être celle d'un guerrier rompu à l'utilisation des armes de corps à corps, vint caresser gentiment le genou à un souffle de là où elle était posée. Rowena l'observa sans répondre encore, habituée à présent à lui donner le temps dont il avait besoin pour élaborer et exprimer sa pensée.

    - Tu sais ce dont tu as envie, tu sais ce dont tu n'as pas envie. Tu connais parfaitement ton état, et tu connais tous les risques que chaque situations peuvent engendrer.

    Il la regarda, l'air peu sur de ses mots, comme si il se trouvait sur un terrain un peu en pente, pas certains de pouvoir gravir entièrement la colline.

    - Mais au final, limite, pas limite, cela n'a aucune importance. Avoir peur de quelque chose, c'est une perte de temps. Quand tu es face a une peur, il faut la gravir.

    Il soupira.

    - Et quand tu ne sais pas si tu en es capable, alors demande a quelqu'un de t'aider.

    Il sourit légèrement. C’était assez ironique venant de sa part. Lui qui agissait toujours tout seul, en apparence. Et pourtant, il avait toujours aidé tout ceux qui avaient besoins de lui, meme quand on ne lui demandait pas.

    - Alors a la fin, une fois cette limite franchit, celle de ton esprit, ce qu'il reste, c'est ce que souhaite vraiment ton cœur. Ce sera une épreuve. Peut importe ce que tu choisis. Mais tu ne seras pas seule pour l'affronter.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 1 Aoû - 20:26
    Balade au parc
    Fin Février 04 - Message 3

    - Je ne suis pas sûre de te suivre... " souffla-t-elle, honnêtement perdu par les généralités et les chemins dérobés qu'il prenait cette fois pour dire ce qu'il avait à dire. Elle baissa les yeux sur la main qu'il avait encore sur elle et tira sans même regarder, un vieux carnet aux papiers grossiers, à la couverture de cuir usée, brûlée par endroit et tâchée de sang à d'autres. Ce vieux carnet il l'avait déjà vu bien des fois, pourtant, elle ne l'ouvrait jamais où peut-être une fois lorsqu'ils étaient seuls à l'auberge, qu'elle allait se coucher ou qu'elle venait de se lever.

    Il posa les yeux sur le manuscrit, avec son regard fermé habituel. Celui d'avant, différent de celui qu'il avait eu depuis deux jours. Le carnet s'approcha de lui et son poids reposa finalement sur sa cuisse, comme si elle le lui confiait. Pourtant, elle gardait une main dessus, tapotant sa vieille couverture du bout des doigts.

    - C'est ça, ma limite. Elle claire. Ma vie ne vaut pas plus que celle d'un autre. Sans ordre, toujours demander l'accord d'une personne avant de pénétrer son esprit. Et surtout ne jamais être à la fois Juge et Bourreau. Ne pas tuer. " Il y avait bien plus de règles, mais celles là étaient parmi les plus importantes. " Cette année je l'ai enfreint plusieurs fois. Et à chaque fois la limite est devenue plus floue.

    Elle soupira et passa une main sur sa nuque. Il y avait eut le village où elle lui avait confié les rênes du meurtre des esclavagistes. Elle n'était pas mécontente d'y avoir participé mais elle n'en était pas fière non plus. Même maintenant, c'était surtout la rivières de feu-follets qui avaient pu quitté ce monde en paix dont elle se souvenait avec émotion, et le morceau de flûte qu'il avait joué ce jour là. Elle ne l'oublierait jamais. Puis elle avait déconné et seules ces règles immuables lui avaient éviter de céder à d'amusants penchants. De se perdre dans d'autres esprits que le sien pour fuir ce qui l'accablait. De voir la souffrance dans d'autres yeux et s'en repaitre. Il n'y avait eut que Shan et son Code pour l'empêcher de sombrer entièrement et Shan portait déjà un poids bien trop  lourd avec tout ce qu'elle lui imposait... Même s'il lui disait encore qu'ils étaient deux aussi pour que ce soit plus léger à porter.

    - J'ai... Besoin de limites claires pour ne pas me perdre. Je le sais, tous les Limiers le savent et tous ont une façon de gérer la chose. Chaque membre de notre ordre perd quelque chose en servant au Razkaal. Le sens moral et les émotions se brouillent. La notion de bien et de mal se distord. Alors j'ai besoin de cette stabilité. J'avais tellement honte la dernière fois que j'ai fuit. " Elle avait baissé la tête, rappelant la façon dont elle l'avait laissé avec à peine un mot mensonge à Ikuza. " Porter encore cette culpabilité... Prendre la vie de ma propre fille...

    Elle secoua la tête, les yeux brillants, mais aucune larme ne coula. Voilà c'était dit. Peut-être la détesterait-il pour ça. De le mêler à ce genre de choix. Il aurait eu toutes les raisons du monde étant donné son histoire familiale. C'était un sujet aussi sensible pour lui que pour elle. Plus encore peut-être. Il était bien intentionné et elle n'en doutait pas. Mais il fallait être au bord du gouffre pour savoir si l'amertume ou les regrets ne se mêleraient pas à la danse, qu'on le veuille ou non. Le Code, elle s'apprêtait à le jeter aux orties après tout. A le transgresser sciemment. Alors lui, serait-il véritablement là ?

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 1 Aoû - 20:30
    Il n'aimait pas ça. Ce code. Cette ligne de conduite immuable. C’était ce genre de manuscrit qui faisait tendre les gens sur des chemins qu'ils ne voulaient pas forcément empreinté. Ce n’était pas différent de la religion. Des préceptes, quelque chose sur lequel s'appuyer pour ne pas sombrer. L'humain était capable de faire sans, il le savait. Elle encore moins. Elle n'avait pas confiance en elle, mais elle débordait de force.

    - Ce livre est un prétexte.

    Il la fixa. Elle n'allait peut être pas aimé, mais il le pensait depuis la première fois qu'il l'avait entendue en parler.

    - Ta limite, ta force, ce que tu fais, c'est toi qui le provoque. Pas ce livre. Il ne te contrôle pas. Il ne te pousse pas dans une direction ou une autre. Tu le suis parce que c'est toi qui en a envie, pas l'inverse. A partir de la, si il n’était pas la, tu ne deviendrait pas soudainement quelqu'un d'autre.

    Il soupira. Doucement, en fermant les yeux mais elle ne renchérit pas. Elle se contenta de récupérer son carnet pour le ranger. Elle lui avait dit qu'il ne pourrait sans doute jamais comprendre certaines choses... Visiblement, ce code en faisait parti et elle n'était ni prête à en parler plus avant, ni à l'abandonner alors qu'il était l'un des trois seuls fils qui soutenaient encore difficilement sa stabilité intérieur... Pour encore quelques heures ou quelques jours tout au plus visiblement.

    - Mais...ce n'est pas le moment de parler de ça. Vraiment. Je te l'ai dis hier, Rowena. Mon opinion sur le sujet. Et elle n'a pas changé. Je te soutiendrais quoi que tu fasses. Quoi que tu décide.

    Il baissa la tete. C'etait difficile de le dire, pour lui aussi. Une petite fille, en plus. C'etait peut etre encore pire pour lui, en sachant ça, a présent.

    - Mais je...je pense que...avec ce que tu viens de me dire...et ton etat...ce n'est vraiment pas une période propice...a mettre au monde un enfant.  

    - C'est le moins que l'on puisse dire.

    Se penchant sur le côté, Rowena appuya la tête contre l'épaule sèche sous l'étoffe pastelle. Elle entendait toute son hésitation. Toute sa difficulté à articuler. Elle ferma les yeux.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 1 Aoû - 21:35
    Balade au parc
    Fin Février 04 - Message 4

    Un très léger souffle de vent faisait vibrer l'herbe autour d'eux et coulissait sournoisement autour de son cou. Au loin, des voix lui parvenaient, déformées par la distance, seule une vague intonation restait du contenu de leur conversation. Une odeur de terre doucement chauffée par un soleil encore léger de début de printemps se mêlait au parfum des fleurs qui les entouraient dans ce recoin herbeux. L'endroit était tranquille. Loin des problèmes et de la fureur de l'auberge, des problèmes des choses à faire et des personnes à voir.

    Ils étaient d'accord.

    ça, c'était la chose la plus importante, la plus simple et la plus réconfortante qui était arrivé depuis ce qui lui semblait être une autre vie. La tête sur l'épaule de Shan'aël, Rowena glissa ses doigts entre les siens et les resserra sur sa paume.

    - Merci.

    Une véritable reconnaissance. Celle de la gratitude. Et celle donnée parce qu'elle voyait son visage, elle entendait sa voix sans se demander s'il portait un masque pour lui convenir à elle. Il prenait sa place. Sa juste place. Elle tira leurs mains entremêlées jusqu'à ses lèvres pour embrasser leurs doigts ensembles. Elle les garda là, tout près de son visage, les caressant de ses lèvres et même lorsqu'elle repris la parole, elle ne les éloigna pas.

    - Myriem s'en chargera cet après-midi... Et personne d'autre ne sera au courant. Toi. Elle. Peut-être Nineveh. Tu veux bien ?

    Un espoir bleuté vint chercher les yeux verts du jeune homme, son approbation. Et c'est en le regardant en coin, ainsi, qu'elle continua encore plus bas. Elle murmurait à peine, sans chercher à se forcer. La majorité des gens ne l'auraient pas entendu, mais lui n'avait aucun problème à percevoir distinctement sa voix.

    - Avec tout ça, j'ai besoin que tu me promettes quelque chose.

    Elle savait que ce qu'elle s'apprêtait à demander ne serait pas facile, mais elle avait trop besoin qu'il le sache. Qu'il entende de sa bouche ce qu'elle voulait vraiment maintenant. Avant tout le reste. Et cela pourrait s'appliquer demain comme dans deux mois ou dans deux ans. Elle aurait pu ne jamais lui dire, mais aujourd'hui, l'act qu'elle s'apprêtait restait une funeste occasion.

    - Je me battrais pour survivre et pour rester moi-même... Toujours. Mais peu importe si c'est à cause du mal qui me ronge ou de ma propre volonté... Je fais passer une fois ma vie avant celle d'un innocent en toute connaissance de cause. Mais je ne veux pas devenir l'un de ces monstres que j'ai passé ma vie à traquer.

    Elle laissa retomber un peu leurs mains entremêlées, le tenant toujours fermement.

    - Si je glisse trop loin... arrête moi.


    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 1 Aoû - 22:33
    Cette fois elle était allé un peu loin pour lui. Il était quelqu'un de capable de beaucoup de chose, surtout en matière de sécurité du plus grand nombre. Il avait fait dans sa vie des choses qu'il considérait vraiment comme très mal. Si Rowena savait, elle aurait peut etre une vision différente de lui. Et pourtant, ce qu'elle était en train de lui dire, ça dépassait largement tous le reste. Il était bien obligé de reconnaître intérieurement qu'il en était incapable.

    Il se tourna vers elle, lui empêchant de rester plus longtemps appuyée sur son épaule. Il fit un arc de cercle de l'herbe pour être en phase d'elle, l'observant durement.

    - Tu crois que je pourrais faire ça... ?

    Elle acquiesça pour toute réponse. Il lui prit la main et la serra, sans doute plus fort que ce qu'il aurait voulu, mais un frisson le parcourait. Il voyait bien la finalité de ce qu'elle voulait. Il ne pouvait pas considérer que c'etait une mauvaise idée. La chose la plus juste. Mais il ne pouvait pas s'imaginer une seconde faire ça, et encore moins qu'il y ai besoin de le faire.

    - Je...je ne pense pas que j'y arriverais.

    Mais d'un autre coté, si c’était une Rowena différente de celle qu'il avait devant lui. Si elle tournait complètement folle, et incontrôlable.....

    - Mais je t'ai dis que je te soutiendrais...Et je sais que pour toi, c'est l'un des soutiens les plus importants que je pourrais te faire. Je ne...je ne suis pas un exemple de vie. J'ai aussi fais des choses mal dans ma vie. Je ne peux pas te juger. Je ne peux juger personne. Je n'ai pas d'ennemis. Je n'ai pas de rancœur. J'essaye d’être juste.

    Il se redressa un peu et se pencha vers elle, sans franchir une certaine limite situé au dessus des genoux de la sirène.

    - Si je n'arrive pas a t’empêcher de devenir quelqu'un qui mérite que je mette un terme a sa vie...quelqu'un que j'aime, que j'ai promis de soutenir.....alors ce sera autant ma faute que la tienne...voir plus.

    Il ferma les yeux, comme retenant quelque chose, et murmura doucement, l'idée lui traversant l'esprit.

    - Si tes limites, ton code, un jour, arrivent a leurs limites. Que tu ne sais plus en quoi croire, que tout espoir te semble perdu et commencent a creuser ton esprit....alors ce jour la, par dessus tout, essaye au moins de croire en moi. De croire en ce que moi, je vois dans tes yeux.

    Elle n'avait pas lâcher sa main ni tenté de se dégager. Elle l'avait uniquement couverte. Un baiser caressa le front de Shan'ael sans le pousser à ouvrir les yeux, puis elle posa son front contre le sien. Partageant le même espace le même air.

    - C'est ce que je choisi de faire, malgré toute maladresse, chaque jour depuis trois mois... Et c'est ce qui me sauve chaque jour depuis trois mois...

    Il retira alors les mains des siennes les déscendit sur ses hanches, la tirant sur lui pour qu'enfin, ils soient l'un contre l'autre. Elle se laissa aller contre son torse prenant une respiration ample, presque détendu compte tenu des circonstances.

    - Alors continuons...ensemble.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum