DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Loin des yeux, près du coeur [PV Ssisska] InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    La mascarade de minuit. [PV Gwynneth De Evelune]Aujourd'hui à 0:23Gwynneth De Evelune
    Le feu de la forge. (Pv- Cyradil)Hier à 23:00Kilaea Sliabh
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirHier à 22:13Capitaine Saumâtre
    RP's de Mortifère [République]Hier à 17:47Abraham de Sforza
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 17:43Résiliente & Crow
    Echappée Belle [PV Kilaea]Hier à 16:46Kilaea Sliabh
    Validation des rps de KassandraHier à 16:30Kassandra Whype
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 24 Sep - 17:33
    Debout face à son miroir sur pied, les jambes légèrement arquées vers l’avant, Dahlia cherchait. Elle cherchait la force, l’énergie, le courage, tant de notions qui lui étaient habituellement inconnues mais dont elle avait cruellement besoin ces derniers jours. Depuis son retour à Liberty, les événements s’étaient enchaînés à une vitesse folle. D’abord la lettre de menace d’Aarhy, son annihilation par le maître des ombres, la nouvelle de sa grossesse puis enfin la demande en mariage de son bien-aimé… Pour une jeune femme de plus de quatre cents ans, le monde avançait pourtant à une vitesse folle et si d’ordinaire elle aurait réclamé que tout s’arrête, le bonheur qu’elle ressentait chaque fois qu’elle posait les yeux sur son fiancé ou sur son ventre encore plat arrivait à faire pencher la balance. Et si pour certains, y compris elle dans des rares moments de légèreté, la Fae menait une vie de rêve, elle n’oubliait pas d’où elle venait. Des bas-fonds de la République, de ces endroits sales que personne ne souhaite visiter, des fréquentations douteuses. Du sang, de la haine, du désespoir. La mage noire observa ses doigts tremblants, constatant que l’angoisse et la tension ne faisaient que grimper et poussa un long soupir d’exaspération. Si se dire qu’avoir peur ne rendrait pas la situation moins complexe était aisé, appliquer ces mêmes principes l’était beaucoup moins.


    Son regard erra sur ses anciens quartiers, las. Elle savait qu’une fois la séparation faite, les morceaux seraient impossibles à recoller. L’option de fuir subsistait, de cesser de donner des nouvelles, de se laisser sombrer dans l’abîme. Pourtant la simple idée d’être réduite à ce genre de pratiques lui serrait le coeur. Dahlia ne pouvait pas ainsi trahir celle qui l’avait soutenue, celle qui l’avait entendu quand tous se bouchaient les oreilles face à son malheur. Ces quelques années de collaboration, qui ne semblaient rien dans une vie aussi longue que la sienne, signifiait bien plus que n’importe quelle relation. Seulement, la Fae savait. Si Ssisska la connaissait, l’inverse était également vrai. Elle savait que la nouvelle serait bien plus que dure à digérer et qu’elle n’en ressortirait pas indemne. Si l’ancienne directrice devait revenir dans ces lieux seule, alors elle n’y survivrait probablement pas. Un autre soupir s’échappa de l’entre ouverture de ses lèvres rosées. Sa culpabilisation allait pouvoir s’en donner à coeur joie et surtout, à raison. Celle qui était terrorisée de l’abandon le pratiquait désormais, aussi sordide que cela puisse paraître. Elle ferma les yeux, hésitant longuement avant de se concentrer sur sa magie, laissant cette dernière la guider jusqu’à l’esprit de la serpente. Incapable de déceler ce qu’elle ressentait, où elle pouvait bien se trouver, elle ne put que trouver des mots bien faibles face aux sentiments qui l’envahissaient.


    « Ma tendre serpente, je suis de retour à Liberty. Peux-tu me retrouver à la taverne où nous nous sommes vues la dernière fois ? ». Sans attendre de réponse, craignant qu’elle ne soit négative, Dahlia s’engagea dans les ruelles des bas-fonds après avoir quitté son orphelinat. Vêtue d’une tenue sombre, détonnant sévèrement avec sa garde-robe habituelle, la jeune femme avançait d’un pas pressé, sa capuche rabattue sur sa longue chevelure dorée. Il ne lui fallut qu’une petite demi-heure de marche avant de retrouver la trace de ce lieu qui les avait accueillies à de maintes reprises, cet endroit où elle se savait observée mais en sécurité. Une fois à l’intérieur, Dahlia s’empressa de s’asseoir exactement à la même table que plusieurs mois auparavant et tenta d’apaiser les émotions qui prenaient le pas sur la raison. La conversation allait être difficile et elle n’en ressortirait pas sans perdre des plumes. Mais son état personnel n’était pas l’objet de ses inquiétudes. Elle avait peur pour sa sœur, pour le mal nécessaire qu’elle allait de voir lui infliger. Une larme singulière coula sur sa joue droite et quand la porte s’ouvrit quelques instants plus tard, elle se releva instantanément, les jambes tremblantes. « Ssisska, je… Je suis si heureuse de te revoir. ». Et elle priait pour que ce sentiment dure, aussi fugace était-il réellement...
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum