DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Siame

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Du rififi pour la baronnie [PV Myriem] JvNj4PH
    Gazette des cendres
    Été 2024
    Lire le journal
    #7
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Coeur de Melorn
    Derniers sujets
    Il n'y a que la vérité qui blesse [PV Stad]Aujourd'hui à 2:35Carl Sorince
    Deux ans de Cendres !!!Hier à 23:19Xera
    [PA] Les Gorges d'Ildrekyhr.Hier à 22:17Falconi Genova
    Validations RP spéciaux - PancraceHier à 22:01Pancrace Dosian
    Retour par les vents arides | [Enkara] Hier à 21:05Enkara O'Shela
    Le passé au présent | Altarus Hier à 20:56Sixte V. Amala
    2 participants
    Aller en bas
    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Kassandra
    Kassandra
    Messages : 129
    crédits : 2720

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2446-kassandra-whype-mage-malgre-elle-terminee
  • Sam 30 Sep 2023 - 17:04
    Le duel dantesque marquait la fin de l’événement qui s’achevait sur la victoire de l’ange Keerius. Après un tonnerre d'applaudissements et le discours final d’Orion annonçant que les festivités se poursuivaient en ville, le public se mit en branle après d’ultimes salutations. Pour ma part, j’avais eu ma dose de violence et d’agitation et je ne désirais plus qu’une chose, me retrouver au calme, loin de ces barbares serait le mieux.

    Comme un poisson que l’on venait d’éventrer, l’arène se vidait inexorablement, déversant dans les rues des masses interminables de spectateurs hystériques et électrisés par le spectacle encore tout frais dans leur mémoire. Pour ma part, je préférais attendre un petit moment avant de me lever de mon siège, souhaitant éviter la cohue et je quittais finalement les lieux une poignée de minutes après l’ouverture des portes.

    Jetant un dernier regard en arrière, je constatais à quel point les gradins étaient dans un état lamentable, notamment là où avait atterri le cadavre dont il ne restait plus qu’une trace sanguinolente et quelques morceaux. Même une bande de charognards n’auraient pas fait mieux que le groupe de ravagés du bulbe qui s’étaient partagé le “butin”.

    Comme promis, la fête se poursuivait en ville et les rues déjà bondées vibraient d’une activité fourmillante de vie qui me rendait presque malade. J’en venais presque à regretter mes longues errances solitaires dans le désert, lorsque je me retrouvais seule en tête à tête avec mes idées noires.

    Une fois sortie, mon premier réflexe fut de trouver refuge dans les ruelles annexes, moins fréquentées, plus calmes. Même s' il ne fut pas évident de me faufiler au milieu de la foule, surtout avec mon attirail, je parvins malgré tout à atteindre une voie perpendiculaire à la grande avenue. La différence d’ambiance était frappante, même après seulement quelques mètres. Les lieux étaient ombragés, calmes et l’on y respirait enfin un air qui n’était pas vicié  par le souffle des autres. Je saisissais ce moment pour souffler un peu et me balader, à l’abri des hautes maisonnettes, sans toutefois perdre de vue mon objectif : fuir cette ville infernale.

    Hélas, mes plans furent contrariés lorsque des éclats de voix parvinrent jusqu’à moi. Curieuse, je décidais de rebrousser chemin. Après quelques dizaines de mètres, et au détour d’une intersection, je remarquais trois lascars, qui avaient l’air aussi patauds qu’idiots, en train de prendre à parti une jeune femme isolée du reste de la foule. En m’approchant, je parvins à saisir les tenants de leur dispute.

    “ Alors ma belle, y paraît que le spectacle proposé n’était pas à ton goût ? ”

    Le ton monta encore d’un cran puisque leur victime semblait être suffisamment caractérielle pour leur tenir tête.

    “ Une étrangère comme toi n’est pas capable d’apprécier les traditions reikoises. À vos yeux nous ne sommes rien de plus que des barbares ! ”


    L’un d’eux se rapprochait dangereusement et lorgnait pesamment sur elle, le regard lourd de sens.

    “ Dites les gars… tant qu’à faire on pourrait lui proposer quelque chose de plus raffiné… ”

    Au même moment, je me positionnais derrière lui. Trop occupés à rouler des mécaniques, les trois andouilles ne m’avaient même pas remarquée.

    “ Et pourquoi pas de la purée de pruneaux ? ”

    Le fin séducteur se retourna soudainement, pris par surprise.

    “ Quoi ? Qui a dit ç… ”

    Un douloureux coup de genoux dans les valseuses eut vite fait de lui faire abandonner son rictus ravageur tandis que son visage affichait un florilège de couleurs et d’émotions diverses. Après quelques instants à se contorsionner en se tenant les parties, il s’écroula finalement au sol dans un râle d’agonie, vomissant ses boyaux à mes pieds.

    “ Pour la suite du menu, je propose des brochettes de porc. Qu’en pensez-vous messieurs. ”


    Au même moment, je défaisais les liens retenant dans mon dos la longue lance de cavalerie qui vint se planter lourdement dans le pavé de la ruelle. Comprenant l’analogie dans un éclair de génie, les deux compères se confondirent en excuses avant de disparaître en grande hâte dans la foule, laissant derrière eux leur camarade inconscient. Une moue dédaigneuse se formait sur mon visage avant que je ne crache sur le sol un glairon chargé d’humeurs.

    “ ‘Bien ce qui me semblait. ”

    Changeant de faciès du tout au tout, je me retournais vers la demoiselle qui assistait encore à la scène, lui proposant une main calleuse pour l’aider à enjamber l’autre imbécile qui gisait à ses pieds.

    “ Tout va bien m'dame ? Ces abrutis ne vous ont pas causé trop de soucis ? ”

    Ne doutant pas que la demoiselle était capable de s’occuper d’elle-même, je ne pouvais pas m’empêcher de rosser de quelques idiots lorsque l’occasion m’en était donnée et je devais malgré tout m’assurer qu’aucun mal ne lui avait été fait. Je profitais de l’occasion pour la détailler d’un rapide coup d’œil, remarquant la qualité de ses vêtements, le voile léger dans sa chevelure et, pendant à son poignet, un bel éventail.

    “ Sauf erreur de ma part, vous devez pas être du coin vous, je me trompe ? Habillée ainsi toutes les bourgeoises du coin doivent vous envier ! ”

    Un sourire maladroit se crispa à la commissure de mes lèvres.

    “ Et si vous m’expliquiez comment une dame comme vous se retrouve à errer dans les ruelles de cette ville de dégénérés ! ”
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 903
    crédits : 2580

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Jeu 12 Oct 2023 - 22:41
    Les festivités avaient été assez particulières. Bien entendu je restais totalement marquée et perturbée par le premier des combats que j'avais vu et ce qui s'était suivi dans les gradins, c'était probablement lié au fait que le cadavre m'était littéralement tombé dessus et que j'avais réussi à le repousser in extremis.

    La suite par contre avait réservé certaines surprises, des combats qui me semblaient incompréhensibles, le dernier avait captivé mon attention par la manifestation de puissance mais je crois que ce n'étaient pas le genre de spectacles que je préférais. Une soirée théâtre, un peu de danse, un bon repas, des musiciens, visiter l'atelier d'un artiste?  

    J'avais tenté de faire profil bas en sortant des arènes mais j'entendais des gens qui me huaient, ils reconnaissaient celle qui avait refusé l'honneur de se voir.... tapissée du sang du mort dans l'arène... J'essayais de sortir de cette ambiance étrange et électrique malgré tout. La ville était en fête, en liesse et cela augurait peut-être une soirée agréable en attendant que mon client daigne me contacter pour me donner les informations que j'attendais.

    J'avais marché tranquillement, cherchant une auberge pour manger un morceau c'est là que trois hommes me prirent à partie.

    “ Alors ma belle, y paraît que le spectacle proposé n’était pas à ton goût ? ”
    -Il en faut pour tous les goûts n'est-ce pas?
    "pas capable d’apprécier les traditions reikoises. À vos yeux nous ne sommes rien de plus que des barbares ! ”
    -Je n'ai rien dit de tel mais si vous vous considérez ainsi qui suis-je pour vous contrarier non?

    Je les cherchais malgré tout il fallait être honnête, sous couvert de politesse et de phrases simples, je sentais leurs émotions déjà vives s'amplifier, des hommes avec un trop plein de testostérone. L'un d'entre eux me regarda avec un regard mauvais, je sentais son regard couler sur mon corps, si il avait pu me déshabiller ainsi il l'aurait fait.

    “ Dites les gars… tant qu’à faire on pourrait lui proposer quelque chose de plus raffiné… ”
    - Parce que vous connaissez ce mot? C'est un bon début mais le sens doit vous échapper !

    Je n'avais pas fait attention à l'arrivée d'une femme dans la donne derrière eux, trop occupée à les observer pour éviter de prendre un mauvais coup au final. Elle avait prit la parole et sa réplique m'avait arraché un sourire, pas moqueur non, j'étais amusée par sa pique envers eux.

    Quand l'homme s'est retourné et qu'elle lui a mis un coup dans les genoux j'ai senti sa douleur et grimacé pour lui, pleine d'empathie à son encontre en dépit de ses paroles et mauvaises intentions. L'homme au sol je la regardais fascinée défaire les liens et libérer une lance qu'elle tenait dans son dos. Elle était impressionnante et cela suffit à faire fuir les deux autres hommes sans qu'ils n'osent demander leur reste.
    Je n'avais pas bougé tout du long attendant le moment idoine pour pouvoir remercier l'inconnue de son intervention.

    - Oui tout va pour le mieux je vous remercie. Ils ont heurté mon odorat tellement ils sentaient la sueur et la bière de mauvaise qualité mais hormis cela rien de dramatique.  Ils n'avaient pas encore songé à ... agir...

    Sentant que peut-être j'avais une perle rare en face de moi qui n'était pas une abrutie congénitale en dépit de ses compétences de combat je poursuivis.

    - Je crois que le... spectacle dans l'arène leur a donné des idées et que leurs hormones ont fait un pic qu'ils ne savent pas gérer.

    Je regardais ensuite ma tenue en souriant en haussant les épaules.

    - Disons que je ne peux pas me résoudre m'habiller avec la mode locale cela me semble parfaitement impossible, question d'éducation voyez vous. Mais mon but n'était pas de créer des tensions ainsi vêtue au contraire.  

    Le troisième homme relevé enfin avait pris la poudre d'escampette. Je m'approchais donc de ma sauveuse et m'inclinait avec respect.

    - En tout cas merci à vous. Je suis Myriem de Boktor, Baronne de terres au sud de Mael. Je suis venue ici pour affaires et mon interlocuteur ne pouvant me recevoir ce jour m'a conseillé d'aller profiter du spectacle... Je suis perplexe je le concède je crains que cela ne soit pas du tout pour moi ce genre de spectacle. Et pour tout avouer je cherchais une auberge ou un salon de thé si jamais cela existe pour manger quelque chose et boire un verre. Connaitriez vous ce genre de lieu ?

    J'avais parlé avec ma chaleur coutumière, et je souriais doucement en ajoutant.

    - Si jamais, je ne suis pas contre un peu de compagnie dame ? ou d'un guide dans cette grande ville?


    Message 1
    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Kassandra
    Kassandra
    Messages : 129
    crédits : 2720

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2446-kassandra-whype-mage-malgre-elle-terminee
  • Jeu 19 Oct 2023 - 11:33
    Après une rapide inspection, la jeune femme me paraissait indemne et ne semblait pas avoir été touchée par les trois malfrats, physiquement en tout cas. Heureusement pour eux sinon je me serais occupée personnellement de leur cas à la première occasion. En vérité, cette dernière semblait plutôt détendue quant à sa récente situation et s’amusa du fait qu’elle s’était retrouvée plus violemment heurtée par leur odeur corporelle que par leurs actes. La dame possédait un humour piquant qui ne me laissait pas indifférente.

    “ Haha je doute que ces trois pochtrons soient bien habitués au contact de l’eau ! Et ça n’a rien à voir avec le désert environnant ! ”

    Mon interlocutrice paraissait légèrement classieuse et maniérée dans sa manière de s’exprimer et d’agir mais il se dégageait de sa personne une chaleur plutôt amicale et bienveillante, comme on en croise rarement parmi les barbares de la région. Je me détendais alors davantage, voyant que je n’avais affaire à une bourgeoise snobinarde.

    Pendant que nous échangions, l’homme qui gisait au sol se releva péniblement et disparut dans la foule en clopinant. Étant désormais passée à autre chose, je le laissais s’en aller sans plus de représailles.

    La demoiselle se présenta à moi avant de m’expliquer qu’elle était venue jusqu’ici pour affaires et qu’elle s’occupait tant bien que mal en attendant son hôte, cherchant a priori à s’abriter tant du soleil que de la foule. Voilà qui nous faisait déjà un but commun.

    “ Appelez moi Kassandre ! Mes amis m’appellent Kass’... Ou du moins c’est ce qu’ils feraient si j’en avais ! ”

    Après un rire aussi spontané que bref, je reprenais mon sérieux.

    “ Comme je n’ai rien de mieux à faire et qu’un peu de bonne compagnie et toujours agréable, je peux bien vous servir de guide pour la journée ! ”

    Je tenais tout de même à rester honnête.

    “ J’entends par là que je vais faire de mon mieux pour ne pas nous perdre toutes les deux. Dans cette cité, je suis presque autant étrangère que vous. Laissez-moi juste le temps de remballer ce gros bébé “

    Je désignais du regard la lance toujours fichée dans le sol que j’entreprenais d’enrouler à nouveau dans sa gaine de tissu avant de l’attacher dans mon dos à l’aide d’une sangle. Ce dispositif de fortune n’était pas très confortable mais avait au moins l’avantage de me laisser les deux mains libres. Je profitais de ce moment pour réfléchir à un lieu qui nous conviendrait à toutes les deux. Quelques enseignes que j’avais aperçu en chemin me vinrent en tête, ne manquait plus qu’à les trouver.

    “ Je ne vois hélas rien qui ressemblerait à un salon de thé ici, mais pour ce qui est de boire et manger, j’ai quelques idées ! ”

    Je l’invitais à me suivre, pensant qu’il serait plus agréable de suivre l’allée principale en restant dans les rues parallèles jusqu’à l’auberge que j’avais retenue car je trouvais son enseigne “Aux trois lascars” fort appropriée à la situation. Bien que peu bavarde, je préférais éviter de maintenir un long silence gênant jusqu’à notre arrivée et reprenais donc la conversation.

    “ J’ai cru comprendre que le spectacle proposé par les autorités n’avait pas été entièrement à votre goût. Je vous rassure, vous n’êtes pas la seule… avec moi ça fait deux, haha ! ”

    J’adoptais une mine plus renfrognée

    “ Dire que le couple royal promeut ce genre de mascarade macabre sous couvert de jugement… ça me débecte ! ”

    Je me libérais d’une autre glaire qui vint s’écraser à mes pieds.

    “ Et vous avez-vu ces ahuris se battre pour un bout de carcasse ? J’espère que la personne qui était en dessous s’en est tirée ! ”

    Inconsciemment, je parcourais du bout de mes doigts le tatouage du Reike trônant sur mon épaule gauche.

    “ Parfois je me demande si ce gouvernement et tous ses abrutis corrompus ne mériteraient pas le même sort… ”

    Me rendant soudainement compte que de tels propos risquaient de m’attirer de vilains ennuis s'ils parvenaient jusqu’aux mauvaises oreilles, je détournais maladroitement le sujet.

    “ Enfin… heu… Les autres combats étaient déjà plus intéressants haha ! Surtout celui avec les quatre guerrières élémentalistes ! J’ai été très impressionnée par Terra, j’aimerai bien adopter un style de combat comme le sien… ”

    Heureusement, nous arrivions déjà à destination, et je me sentais rassurée de ne pas nous avoir égarée, d’une chose, mais également de pouvoir éventuellement en profiter pour aborder d’autres sujets moins épineux.

    Je rejoignais en quelques larges enjambées la porte de l’établissement que j’ouvrais à l’intention de mon “invitée”, lui laissant le privilège de la découverte des lieux.


    “ Après vous ma chère ! ”
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 903
    crédits : 2580

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Lun 23 Oct 2023 - 9:57
    Je ne pus réprimer un franc rire aux paroles de la jeune femme qui me faisait face. Je laissais couler mon regard sur cette dernière, une jeune guerrière probablement au vu de sa posture et de l'énorme lance qu'elle transportait. Sa répartie était bien sentie et je percevais aisément ses émotions et son manque total d'empathie envers ses lourdauds.

    - J'imagine que lorsqu'on manque d'une denrée on apprend à s'en passer. Et on... finit par oublier d'utiliser un de ses sens, l'odorat c'est visiblement surfait chez certaines personnes.

    Le dernier des hommes avait finalement pris la poudre d'escampette et ne demandait pas du tout son reste. Sa réponse à ma présentation me sembla assez cynique en un sens ou emplie d'une sorte de regret étrange ? Je ne savais pas trop décrypter cela mais je me permis une réponse plutôt simple.

    - Eh bien ravie de faire votre connaissance Kassandra. Et si vous en avez l'envie je peux vous appeler Kass' le temps de la journée, promis je n'en parlerai pas ensuite.

    Si jamais elle avait envie d'une amitié même pour une journée, de sortir de sa solitude un instant, j'étais probablement une des personnes les plus à même de l'aider, empathe et désireuse d'aider les gens que je rencontrais dans la mesure de mes compétences. Et me montrer cordiale et amicale était une chose simple pour moi, nul besoin de me forcer dès lors qu'on ne me prenait pas de haut ou de front.

    - J'accepte volontiers un guide pour la journée en tout cas, je me sentirai moins.... enfin cette ville est un joyau du Reike et je m'y sens aussi à l'aise qu'un poisson hors de l'eau à la différence près que je ne vais pas mourir asphyxiée.

    C'était franchement douteux comme comparaison mais sur le coup rien d'autre ne m'était venu, enfin si mais cela aurait été désobligeant pour le Reike et je ne connaissais pas encore cette jeune femme pour me permettre de parler librement. La suite me fit sourire, elle ne connaissait donc pas plus Taisen que moi, mais elle avait un avantage autre, elle était Reikoise visiblement.

    - Eh bien à deux se perdre reste moins ennuyeux de toutes façons, on n'a pas à soliloquer. Mais faites donc, rangez cette magnifique lance.

    Je n'étais pas une guerrière mais je savais reconnaître les belles armes. Un détail m'interpellait cependant, vu comment elle s'était plantée dans le sol avec force et un bruit sourd.

    - Est-ce une idée ou bien elle est très lourde? C'est un matériau particulier?

    Je la laissais cependant ranger sa lance, cela semblait dans ses mains être léger, maniable et cela me laissait admirative. J'avais essayé d'apprendre à manier des armes par le passé, épée, couteau, bouclier, mais je n'étais pas douée pour cela du tout. La magie était ce qui me permettait de soigner mais aussi de me défendre. Je haussais les épaules quand elle m'annonça qu'elle ne connaissait pas de salon de thé, mais dans le fond nous étions à Taisen, pas dans l'ancien Shoumei ou en République.

    - Peu m'importe le lieu en réalité tant que je peux boire quelque chose de frais. Et si ils servent quelque chose à grignoter ce sera parfait, j'ai besoin d'enlever le gout de poussière et de sable de ma bouche.

    J'entrais avec elle dans l'auberge des trois lascars en sa compagnie. C'était correct, cela ne puait pas l'alcool, ou la crasse c'était donc parfait pour me faire oublier autant que faire se peut cette étrange journée.

    - Je ne comprends pas l'intérêt. Le premier combat c'était un sacrifice devant la foule. Et pour moi ce qui est le pire dans tout cela ce fut la joie morbide que cela a engendré, j'avais l'impression que les gens devenaient fous à mesure que ce combat avançait, c'était horrible, une mise à mort sans sortie possible. Un semblant de justice mais une condamnation à mort dissimulée. Et...

    Je réprimais malgré moi un geste de répulsion quand la jeune femme cracha une glaire au sol, non je n'étais pas faite pour le Reike, cela ne pourrais jamais aller entre nous, nous étions fondamentalement différents. Une fois à l'intérieur, je cherchais dans la salle l'endroit où nous allions nous installer. Regard circulaire rapide, s'installer loin du bar et de l'entrée des cuisines aussi. Deux grandes fenêtres, c'était par là que nous nous installerions, elles étaient entrouvertes, pas que de la fraicheur entrait mais... les odeurs étaient forcément moins prégnantes près des fenêtres.

    - Allons nous installer là bas et je vais vous parler de la folie macabre que j'ai découvert tout à l'heure quand un morceau de corps fut recraché par le Lanconda pour venir droit sur le gradin où je me pensais au calme, un peu à l'abri du soleil, loin du tumulte, entourée de familles venues profiter du grand ... spectacle.

    Cela étant dit je m'étais assise et j'avais posé mon ombrelle sur la table, vérifiant par principe la table auparavant, m'assurant qu'elle ne serait pas trop sale, réflexe issu de mon éducation.

    Message 2
    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Kassandra
    Kassandra
    Messages : 129
    crédits : 2720

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2446-kassandra-whype-mage-malgre-elle-terminee
  • Jeu 2 Nov 2023 - 11:43
    Ce premier contact semblait plutôt bien se passer. Les présentations se déroulant sans encombre, nous pouvions rapidement nous mettre en route jusqu’à l’auberge. Je constatais avec amusement que mon hôtesse portait un curieux intérêt à la lance que je portais dans le dos. Je gonflais fièrement les pectoraux, profitant de l’occasion pour me gargariser un peu de cette attention.

    “ Elle pèse son poids en effet mais c’est une question d’habitude haha ! ”

    Je tapotais dessus du poing, prouvant que l’arme n’était pas qu’une coquille vide.

    “ Ce n’est rien de spécial cependant, juste un bloc de métal fondu que je peux manipuler et déformer au besoin. Du marteau à la lance en passant par le tire-bouchon hahaha ! ”


    Comme je le pensais, malgré ses origines nobles la jeune femme était plutôt arrangeante et le lieu choisi paraissait lui convenir. Malgré ma petite bavure concernant mon opinion au sujet du pouvoir établi au Reike, nous partagions plus ou moins le même avis au sujet de la mascarade judiciaire présentée en lieu et place du tournoi auquel nous venions toutes deux d’assister.

    “ Oui, malheureusement la violence est l'essence de ce peuple. Je suis moi-même loin d’être irréprochable. ”

    J’abandonnais soudainement mon air sérieux pour reprendre un ton plus moqueur.

    “ À la différence que moi je sais me servir de ce qu’il y a là dedans ! ” Je pointais du doigt mon crâne en me tapotant la tempe.

    Tandis que nous entrions dans l’auberge, je ne pouvais contenir une moue amusée face aux manières légèrement sophistiquées et délicates de Myriem qui nuançaient avec la dureté des mœurs et du climat de ce pays. Je me retenais toutefois de rire ou de faire tout commentaire en la voyant inspecter avec minutie la table et la chaise qu’elle avait choisie. Je préférais ne pas imaginer, et encore moins lui dire, toutes les choses qui avaient bien pu se passer à ce même endroit.

    Pour faire toutefois bonne mesure, je balayais du bras les quelques miettes restées en bout de table et je faisais un signe au serveur derrière le bar afin qu’il vienne s’occuper de nous. En attendant, je m’asseyais en face de la demoiselle après avoir déposé mon équipement contre le mur, derrière moi.

    “ Ah oui je me souviens de ce moment ! J’espère que vous n’avez pas été trop bousculée ! Je n’étais pas très loin de là quand c’est arrivé et j’ai vraiment cru que ça allait virer au carnage. Après les combats, il ne restait absolument plus rien du cadavre, tout juste un peu de sang. ”

    Je m'apprêtais à cracher de nouveau mais je me contenais juste à temps pour ne pas indisposer encore davantage Myriem.

    “ Il y a quelque chose de profondément pourri dans ce royaume. Et je ne parle pas seulement du gouvernement. Parfois j’ai l’impression qu’un mal habite ces terres et qu’il force ses habitants à faire des choses… terribles… ”

    Les doigts de ma mains se contractaient autour de mon épaule dont la vieille cicatrice semblait vouloir me démanger sous le tatouage reikois la recouvrant. Pourtant, je décidais encore de faire la girouette et je profitais de l’arrivée du serveur pour dévier l’attention ailleurs.

    “ Quoi qu’il en soit ! Qu’est-ce qui vous ferait plaisir ? Je ne roule pas sur l’or mais comme je suis la guide, c’est moi qui offre le repas ! ”

    Je jetais un coup d'œil sur les menus disposés au-dessus du comptoir. Évidemment les choix étaient limités mais l’établissement proposait malgré tout quelques repas et boissons chaudes tels que du café ou du thé. Je décidais pour ma part de commander un plat à base de viande (dont l’origine n’était pas précisée) avec, semble-t-il, quelques légumes. Pour faire descendre tout ça, je portais mon choix sur un pichet de lait, désirant éviter d’avoir à imposer mon ébriété à ma compagne de fortune.

    Après avoir pris nos deux commandes le serveur repartit, nous laissant ainsi reprendre le cours de la discussion.

    “ Que disions-nous déjà ? ”
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 903
    crédits : 2580

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Dim 10 Déc 2023 - 13:13
    Je ne pus que sourire en voyant naître la fierté sur le visage de mon interlocutrice quand je m’intéressais à son arme. Pour ma part j’étais réellement persuadée qu’elle avait besoin d’une force hors du commun pour manier avec une telle aisance un objet si sonore et donc lourd selon mes critères.
    Elle m’informa qu’elle manipulait le métal, ce n'était pas sans me rappeler un ami qui avait subitement disparu, pas d’explication mais vu son rang sans nul doute que c'était un assassinat mais je ne le voyais pas enquêter surtout au Reike ce n'était pas mon rôle au demeurant.

    - Manipulation de métal ? C’est la un art élémentaire peu répandu en tout cas, vous êtes d’ores et déjà surprenante de bien des manières. Où est-ce ce que certains appellent des prouesses martiales?

    Cette jeune femme vive et dynamique me plaisait de prime abord, bien sûr je ne savais pas lire la vérité ou les mensonges chez mes interlocuteurs mais j'écoutais leurs émotions et elle me semblait pleine d’emphase, sentiment dur a simuler.
    J’avais répondu à ses remarques alors que nous nous installions.

    -Eh bien j’imagine que même dans ce bel Empire certaines personnes savent en effet user de leur cerveau aussi bien de que leurs muscles, sans cela même avec les meilleurs guerriers du monde vous n’auriez rien pu conquérir du tout, trop occupés à vous déchirer les uns, les autres. Et n’ayez crainte, personne ne ce monde n’est irréprochable nous avons tous nos travers même s'il ne se présentent pas tous de la même manière.

    J'avais ensuite réfléchi avant de passer ma commande.

    - Eh bien j'accepte de bon coeur votre invitation, j'aimerais une boisson fraiche fruitée si possible et une assiette de légumes si possible ou des crudités, je crains de ne pas supporter dans mon estomac la moindre viande aujourd'hui.

    Ses doigts suivaient son tatouage, comme si celui ci la dérangeait, je ne savais pas exactement comment cela se passait mais il me semblait qu'il devait être refait régulièrement pour que la magie perdure, quels sortilèges étaient tissés dessus, mystère je n'avais jamais sondé ou étudié un tel tatouage je réalisais.

    Puis nous avions repris le fil de la conversation. J'avais bien noté qu'elle s'était retenue de cracher une nouvelle fois, pour moi et c'était vraiment appréciable de sa part de ménager ma ... sensibilité de shoumeienne pénible? Nous n'avions pas les mêmes moeurs ni la même éducation mais elle avait du tact cependant.

    Je frissonnais malgré moi en songeant à cet amas de chair à moitié digéré envoyé par le Lanconda qui avait fondu sur moi, sous les hourras de la foule déchainée, j'avais eu du mal à réagir et n'avais invoqué un bouclier d'eau qu'au dernier moment pour cela que le corps s'était disloqué en un bruit atroce sous mes yeux et les morceaux de chairs sanguinolents qui glissaient sur ma protection avaient été saisis par des... fous furieux... Je secouais la tête et ajoutais.

    - Ce qui m'a choqué c'est que cette violence et l'amour qu'elle provoque est quelque chose d'ancré dans l'éducation des enfants, dès leur plus jeune âge ils vénèrent ces gladiateurs, ces combats, cette vision du sang fait parti de leur quotidien. On a beau savoir que l'Empire est une nation militarisée, ou l'éducation martiale est centrale, on ne peut imaginer que c'est aussi fort. A l'âge de cet enfant qui jouait avec un bout de bras... J'apprenais à écrire, compter, chanter, monter à cheval, nager mais ... mes loisirs étaient tout autre. J'ai assisté à des jeux, des joutes mais les chevaliers qui s'affrontaient dans les lices ne se battaient pas à mort, ils se battaient avec force et vivacité, faisaient preuve de tactique, de compétence mais c'était pour la beauté du spectacle pas la vue du sang, nul combat à mort n'était présent. Mais je sais que cela fait passer les gens de l'ancien Shoumeï pour des faibles aux yeux de beaucoup. L'art, la culture, les lettres étaient nos trésors. Et vous êtes vous Reikoise depuis toujours?

    Je ne parlais pas de la foi car j'étais au Reike mais il était évident que cela faisait parti de nous.
    J'avais un doute sur la jeune femme, ses propos, je ne savais pas trop pourquoi mais il y avait une défiance envers son propre pays, une âme rebelle?


    Message 3



    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Kassandra
    Kassandra
    Messages : 129
    crédits : 2720

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2446-kassandra-whype-mage-malgre-elle-terminee
  • Jeu 21 Déc 2023 - 17:26
    Les compliments de la jeune femme réchauffaient aimablement mon égo qui ne cessait de gonfler à chaque parole. Je tâchais tant bien que mal de ne pas trop le démontrer mais je sentais la pulpe de mes pommettes s’empourprer inexorablement malgré tous mes efforts. Alors que j’avais toujours subis ma force physique et mes pouvoirs, comme un fardeau déposé sur mes épaules contre ma volonté, voir une parfaite inconnue me complimenter sur ces derniers me faisait chaud au cœur.

    “J’aurais bien du mal à vous parler de l’origine de mes facultés, et je ne saurais les considérer comme des prouesses. Disons simplement qu’on ne m’a guère laissé le choix mais que j’ai su en faire ma propre force. ”

    Entre-temps donc, le serveur avait pris la commande de mon invitée qui avait jeté son dévolu sur une salade et une boisson aromatisée mais sans alcool. Un repas très léger et doux. Un discret sourire se dessina à la commissure de mes lèvres. On dira sans doute de moi que je suis mauvaise langue mais son choix ne me surprenait guère et correspondait tout à fait à l’image que je m’étais faite d’elle.

    J’écoutais d’une oreille attentive ce que mon interlocutrice avait à dire au sujet du triste et macabre spectacle offert par le peuple reikois. Malgré la violence de ce dernier, Myriem n’était pas tant dans la critique que dans la comparaison avec sa propre culture, celle de Shoumei. Je ne ressentais pas de jugement dans sa voix. Le choc culturel était évident mais elle parvenait à faire la part des choses et restait consciente que le peuple du Reike était lui-même victime d’une éducation barbare et militariste promulguée par des élites aussi corrompues que déconnectées de la réalité.

    Si ma compagne de tablée gardait la face, de mon côté, je bouillonnais d’irritation et de honte, l’ongle de mon index grattant machinalement le cuir de ma brassière.

    “ J'appartiens à ce pays sur le papier oui, de naissance. La femme qui m’a mise à bas m’a abandonnée et la nation qui m’a vue naître n’a fait montre que de son indifférence quant à mon sort. Désormais je ne suis plus reikoise que de nom. ”

    Le regard dans le vide, les traits de mon visage se contractèrent de colère.

    “ Le trône et leur gouvernement de pourris peuvent bien aller se faire mett…”

    Je m’interrompais soudain, sursautant comme si un claquement de mains m’avait ramenée à la raison. Discrètement, je glissais un regard vers le comptoir et le reste de la salle, constatant que nous n’étions plus seules. Mieux valait ne pas trop se laisser aller à ce genre d’opinion en public, dans ce pays, dans cette ville, surtout durant des festivités organisées par et au nom du couple impérial.

    Je me redressais sur ma chaise avant de me racler bruyamment la gorge comme pour tirer un trait sur ce qui venait de se passer.

    “ Je… heu…bref. Pardon. ”

    Un court moment de silence s’installa avant que je parvienne finalement à dévier la conversation vers un autre sujet.

    “ Ainsi donc, vous dites venir de shoumei ? Je ne suis jamais allée sur ces terres et comme la rustre que je suis, je n’en connais que très vaguement l’histoire, exception faite de sa récente destruction par les titans… ”

    Je m’interrompais une fois de plus, me rendant compte que mes propos n’étaient sans doute pas adaptés.

    “ Pardon… Je… Ce n’est peut-être pas un sujet facile pour vous… ”

    Après avoir pesté intérieurement contre ma sottise, je réfléchissais à un moyen d’adoucir le dialogue.

    “ Parlez-moi un peu de votre culture, de votre nation, de vos enseignements. Cela m’intéresse grandement et puis… ça nous changera du “raffinement” à la reikoise. ”

    Au même moment, notre commande était servie et je m’écartais de la table pour laisser la place aux assiettes et leur contenu.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 903
    crédits : 2580

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Dim 31 Déc 2023 - 16:41
    Ce début de conversation n'était pas sans me rappeler celle que j'avais déjà eu par le passé avec ce cher Dante, comme quoi les guerriers souvent n'avaient pas la moindre conscience de l'origine de leurs facultés. Je pensais que les reikois avaient une conscience plus précise de leurs dons et aptitudes mais finalement il semblait que tous les guerriers ou la majorité ne s'interrogeaient pas sur le pourquoi ou comment ils pouvaient accomplir des prouesses. Malgré moi je souriais de fait.

    - Si jamais l'envie vous prend j'ai des théories sur l'origine des compétences des guerriers, c'est théorique et parfaitement ennuyeux la plupart du temps pour les non amateurs de théorie magique mais je suis à votre disposition si jamais.

    C'était une proposition faite de bon coeur et sans arrière pensée le moins du monde.
    J'attendais l'arrivée de mon repas rafraichissant je l'espérais, même si j'avais vécu de longs mois dans l désert et en République, je devais avouer préférer le froid de Shoumeï à la chaleur du Reike surtout en plein milieu de l'été, quelle idée j'avais eu d'accepter ce voyager en cette saison?

    Je grimaçais en écoutant les propos amers de ma compagne du jour sur sa parentèle, je trouvais cela parfaitement triste de mon côté de n'avoir aucune attache familiale même au final je me retrouvais sans la moindre famille en un sens hormis mon propre enfant.

    - Je suis désolée pour vous Kassandra.

    Si elle savait observer ou analyser les réactions des gens, ou percevoir le mensonge, elle verrait que j'étais parfaitement sincère et que j'étais même triste pour elle. J'avais même ouvert de grands yeux quand elle avait clamé son désaveu total envers le couple impérial totalement déifié par la majorité des reikois.

    - Eh bien vous n'avez pas froid aux oreilles comme on dit, oser dire tout haut...

    Je n'ai pas eu le loisir d'aller plus loin hélas, elle s'était tue en effet mais le mal était fait et les présents avaient le regard rivé vers nous. Certains nous auraient volontiers tué d'un regard pour ces blasphèmes envers les dieux vivants du Reike mais... Rares étaient ceux décidés à bouger. Le silence avait plané dans la salle un instant.

    La serveuse vint nous porter nos boissons et nos plats, le tout avait été très rapidement préparé, ils étaient nombreux en cuisine et en salle car ils avaient prévu un surplus d'activité grâce aux festivités liés au jour de la Force.

    - Ne dites pas cela, je ne connais pas plus le Reike que vous ne connaissez l'ancien Shoumei, cela n'est que normal dans le fond. Pour ma part j'ai surtout été à Ikusa et encore la majorité du temps je n'ai été que sur le Port pour des transferts de marchandises.

    J'avais souri à ses demandes d'excuses.

    - Parler de ma nation perdue n'est pas interdit, c'est triste de mon point de vue, c'est terrible même mais ne pas en parler ou l'occulter ne changera plus rien. L'heure aujourd'hui est à la reconstruction, nous devons prévoir demain, nous devons lutter pour qu'il existe. Mais je vous préviens si vous souhaitez que je vous en parle vous risquez d'en avoir pour des heures et de ne plus réussir à supporter le son de ma voix.

    Je bus une gorgée de thé en souriant avant de reprendre, ces quelques secondes m'avaient permis de réfléchir à quoi dire.

    - Ce que j'aimais par dessus tout à Mael, la grande cité Blanche c'était la sérénité qui y régnait. L'Académie de Mael était un lieu de culture, d'enseignement et d'interactions. Les moines copistes de Mael étaient des hommes sages et dont le travail m'impressionnait, ils étaient capables de copier à une vitesse phénoménale et avec une exactitude qui dépasse ma compréhension. Ils avaient un savoir ancien, non seulement ils copiaient mais ils apprenaient aussi. Deviser du temps passé avec eux était passionnant, ils avaient des anecdotes sur tout. J'ai étudié à leur côtés les arts de la médecine et de la chirurgie.

    - T'as aussi appris à prier à genou les titans.
    - Oui ceux qui vous ont démonté la gueule.
    - Sans nous vous seriez tous morts.
    - Tu devrais nous remercier en fin de compte....

    Les échanges continuaient et je soupirais en observant ma compagne.

    - C'est très pénible en fait. Parfois *parle plus bas* j'aimerais pouvoir me montrer aussi... mesquine ou stupide et leur faire ravaler leur caquet à ce genre de crétins... qu'ils mordent la poussière et comprennent qu'ils ne sont pas le couple impérial, que si ces derniers sont des gens hors normes ce n'est pas leur cas.
    - Bah alors on cause plus? On a honte de Mael?

    Message 4



    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Kassandra
    Kassandra
    Messages : 129
    crédits : 2720

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2446-kassandra-whype-mage-malgre-elle-terminee
  • Lun 8 Jan 2024 - 16:13
    Myriem semblait véritablement passionnée par cette question de pouvoir et de puissance, avec ses histoires de théories et de compétences, je n’aurais pas été étonnée de la voir sortir de sa manche un ouvrage qu’elle aurait rédigé elle-même. Après tout, c’est bien le genre de chose que quelqu’un de son rang ferait pour s’occuper, non ?

    “ Ma foi, ça ne me fait pas peur ! Vous saurez si le sujet m’ennuie lorsque je me serais endormie sur mon assiette, haha ! ”

    Je grattais machinalement la cicatrice cachée sous mon tatouage reikois.

    “ J’aurais moi-même certaines choses à vous partager sur le sujet, je suppose… ”

    Constatant que la belle se sentait mal pour moi, je haussais les épaules d’un air nonchalant.

    “ Ne le soyez pas voyons. Adressez plutôt votre pitié à ma génitrice. C’est pour la tuer que je cours le Reike à sa recherche après tout... ”

    Je m’empêchais de m’étendre plus sur le programme que je réservais à ma mère en enfournant une grosse bouchée de viande que je mastiquais longuement en écoutant ma compagne de tablée, ignorant les regards hostiles qui pesaient sur mes épaules.

    Lorsqu’elle parlait de son pays natal, on pouvait aisément deviner au timbre de sa voix tout l’amour qu’elle portait pour son foyer, mais aussi la peine due à sa disparition. Mesurer la douleur que l’on peut ressentir à la perte d’absolument tout ce à quoi on tient, y compris sa propre nation, était hors de ma portée mais cela ne m’empêchait pas de m’emplir d’une chaude et tendre compassion. Au moins, grâce à son récit, mon imagination put effleurer du doigt ce que furent autrefois les blanches et majestueuses cités Shoumeiennes.

    “ Je regrette sincèrement de n’avoir jamais eu l’occasion de contempler de telles merveilles... continuez je vous prie ! ”

    J’étais sincère. Mon cœur aspirait tant à connaître autre chose de ce monde que la rudesse du Reike, de son climat et de son peuple que les anecdotes de la demoiselle étaient pour moi une véritable bouffée de fraîcheur.  

    Hélas, toute bonne chose ayant une fin, ce paisible moment d’échange et de restauration fut rapidement parasité par les persiflages nauséabonds de quelques imbéciles dont j’avais bêtement attiré l’attention avec mes précédentes élucubrations. Si ça ne tenait qu’à moi, je me serais déjà occupée de leur rabattre le caquet d’un bon revers de la main mais je ne tenais pas à perturber à nouveau mon hôte. Aussi, à l’image de Myriem, je prenais d’abord sur moi, me contentant de les ignorer d’un air dépité.

    “ Je vous comprends, malheureusement, vous rabaisser à leur niveau ne serait pas vous rendre justice, hélas. ”

    Malheureusement l’indifférence ne fut pas une arme suffisamment affûtée pour nous débarrasser de ces gens peu futés. Les remarques et les moqueries continuèrent à fuser dans notre direction sans discontinuer, tant et si bien que discuter devint rapidement impossible, de même qu’il me fut impossible de me contenir plus longtemps.

    Si j’avais été seule et que les moqueries avaient été dirigées sur moi uniquement, je me serais contentée de terminer mon repas avant de payer et partir. Mais là, ces rustres s’en prenaient à mon invitée, seule source de raffinement à des kilomètres à la ronde et je voyais d’un très mauvais œil le fait qu’ils perturbent ainsi notre repas. Toujours assise sur ma chaise, je me retournais en direction des gêneurs, plongeant mon regard dans celui du meneur des trouble-fête.

    “ Et si tu fermais ta grande gueule pour voir, hein ? Tu vas pas me faire croire qu'une bande de péquenauds comme vous auraient eu les couilles de prendre les armes contre les titans ! ”

    Si une partie d’entre eux se turent, sachant pertinemment que j’avais vu juste, celui qui semblait être le “chef de meute”, affiche plutôt un sourire narquois et amusé, fixant directement Myriem en prenant bien soin de m’ignorer.

    “ Je vois que tu t’es trouvée bon petit chien de garde. ”

    Ce dernier constatant que je m’étais redressée et que je lui faisais désormais pleinement face, il reporta son attention et son regard plein d’assurance sur moi.

    “ T’es reikoise pourtant, tu n’as donc pas une petite once d’honneur ? ”

    Son sourire malsain s’agrandit encore davantage tandis que regard alterne entre nous deux

    “ Je doute pas que ta petite protégée se sera montrée très… “persuasive” pour que tu la défendes ainsi ! ”

    Des ricanements gras et mesquins sifflèrent comme pour appuyer la lourdeur de ses accusations. S’en était trop, ce fut la goutte qui fit déborder la chope de lait… littéralement. Dans un élan de colère irréfléchi, je saisissais la hanse du gobelet de bois encore à moitié plein avant de lui jeter en pleine face. Le projectile traversa la pièce en faisant vrombir l’air pour s’écraser en plein sur son front dans un craquement sec. Le contenant éclata sous la force de l’impact, recouvrant le malheureux et le sol autour de lui du breuvage laiteux avant que ce dernier ne s’effondre en avant, seulement arrêté dans sa chute par la table devant lui.

    Aussitôt, les rires de ses camarades s'éteignirent pour ne plus laisser place qu’à un pesant silence. L’homme ne bougeait plus et un mince filet de sang vint tantôt se mêler au blanc crémeux.

    “ Et merde. ”
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 903
    crédits : 2580

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Ven 26 Jan 2024 - 22:18
    Cette jeune femme était vraiment des plus amusantes et surtout d'un naturel à toute épreuve, elle avait un don inné pour rendre tout sujet rafraichissant dans le fond.

    - Eh bien nous verrons donc en ce cas si vous survivez à ma grande théorie sur la magie du Sekaï, celle que nous nommons mana, que les mages apprennent à visualiser et canaliser dans des effets particuliers mais qui finalement sert tout autant aux guerriers ou tout autre personne avec des compétences spéciales.

    Je fus cependant assise par sa déclaration, chercher sa génétrice pour pouvoir la tuer, forcément c'était quelque chose assez effrayant pour moi et que je peinais à comprendre. Malgré moi même si je n'avais pas la moindre connaissance de son histoire je me demandais à voix haute.

    - Mes parents n'étaient pas très aimants, trop divinistes et rigoristes pour perdre du temps en effusion mais j'aimerais pourtant les savoir encore en vie, me dire qu'ils sont présents et parfois m'attendent. Et d'un autre côté.... Il y a en ce monde un être que je voudrais voir mort et d'un autre côté parfois je me dis que j'aimerais juste qu'il souffre que j'ai souffert et vive avec ce poids sur son esprit... Je ne parle pas de conscience car je doute qu'il en ait une mais bref... Réflechissez à vos parents et à ce que vous ferez demain si ils ne sont plus là en dépit de leurs actes, vaut il mieux qu'ils soient partis ou qu'ils restent et sachent ce qu'ils vous ont fait et vivent avec ce poids non?

    Cela étant dit je secouais la tête, ce n'étaient pas mes affaires dans le fond, j'avais forcément dépassé les limites.
    Je grignotais un peu et bu une gorgée ou deux avant de poursuivre ou plutôt de revenir sur le sujet du départ, la magie et les compétences.

    - Pardonnez ma digression et reprenons. Quand je fais de la magie *je me concentre un instant et fait apparaitre des gouttes d'eau avec lesquelles je joue* je visualise le monde et les puissances qui l'animent, chaque être, chaque plante, tout ce qui vit a une énergie propre qui fluctue et il y a aussi des énergies dormantes, celles de la nature, elles sont justes présentes... je sais les canaliser, les mobiliser et les plier à ma volonté en un sens. Et voyez vous... j'ai envisagé que les guerriers, ceux qui ont des compétences hors du commun bien entendu savent eux aussi plier la mana à leur volonté non pas pour créer des manifestations physiques mais pour améliorer leurs propres performances. Quand je soigne, je force la mana à faire accélérer la production des cellules, des tissus, et bien, un guerrier qui régénère fait de manière instinctive la même chose selon moi. Je n'ai juste pas eu le temps d'observer...

    J'en étais là de mes théories quand on vient nous emmerder une fois de plus, à croire que les abrutis étaient légions au Reike.
    Je soupirais mais je n'avais pas l'envie de me battre avec ces hommes, pourquoi diable voulaient ils toujours créer des conflits sans que cela ne soit utile ou vital, parce que battre faisait parti de leur mode de vie, parce que cela leur permettait de se sentir plus forts? Plus puissants et mieux reconnus?

    Je n'ai avouons le pas le temps de réagir que Kassandre prend la choppe pour la lui jeter dans la tête. Elle touche dans le mille, pas un centimètre à côté et la force de son geste fait éclater l'objet et le contenant ayant déjà aspergé les gens à côté, on voit le bois voler littéralement. Je crois que j'ai entendu sa cloison nasale éclater et j'ai senti sa douleur, cette douleur vive et intense provoqué par le choc qui lui a fait perdre conscience, avant que je ne coupe mon don pour me protéger.

    Le silence emplit alors la salle et tous les regards se rivèrent sur nous. Je la regardais et haussais les épaules.

    - Dites vous que je suis une excellente soigneuse et que je sais utiliser aussi ma magie autrement.

    Cela étant dit je posais ce que je grignotais et soupirais avant de me lever de la chaise. Je la contournais et la repoussais contre la table. Les regards ne nous quittaient pas mais je sentais l'agressivité qui venait de monter d'un cran, c'était palpable dans l'air.

    - Je crains que ce soit terminé la pause calme.

    A peine avais-je dit cela, qu'un homme se leva et nous insulta, des choses que je n'ai même pas comprises ou conceptualisées. Sa harangue sembla motiver ses camarades qui se levèrent aussi et envoyèrent pour la forme voler leurs chaises plus loin, cela devait faire partie d'un rituel guerrier obscur non? Je fermais les poings et canalisais ma mana pour appeler de l'eau, je ne comptais pas blesser des gens en réalité, je ne voulais pas d'ennui ici au Reike. Alors l'air changea, se chargea d'odeur marine et une multitude de goutellettes nous entoura la guerrière et moi. Et quand les premiers nous foncèrent dessus tête baissée ils se heurtèrent à un bouclier d'eau épais qu'ils ne pouvaient pas traverser, le choc en projeta un au sol et attisa encore plus la colère des autres.

    - Partons nous ou bien...

    Je lui donnais le choix, peu encline au combat je savais cependant me défendre mais nous étions chez elle et je la suivrai dans son choix.


    Message 5

    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Kassandra
    Kassandra
    Messages : 129
    crédits : 2720

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2446-kassandra-whype-mage-malgre-elle-terminee
  • Lun 5 Fév 2024 - 14:54
    Le bras encore dans sa position de lancer, comme figée sur place, je regardais l’homme avachi sur la table. Il ne bougeait plus et un filet de sang s’échappait de sa tête sans que je ne puisse déterminer exactement d’où, et avec quelle intensité. Etait-il mort ? À l’intérieur de ma poitrine, mon palpitant battait à tout rompre si bien que je craignais qu’il ne finisse par s’éjecter lui-même de sa prison d’os. Ce n’était pas tant le remord que la crainte d’attirer ma délicate hôtesse dans plus d’ennuis qui provoquait en moi ces palpitations et sueurs froides. Si la garde de la ville venait à être interpellée, nous étions assurées de passer la nuit derrière les barreaux.

    De plus, pour quelqu’un qui se plaignait sans cesse du barbarisme de son peuple, je faisais là un bien piètre exemple de contenance et de calme. Penaudement, je tournais la tête en direction de Myriem, comme une enfant que l’on venait de surprendre en train de faire une grosse bêtise. Le temps n’était hélas plus à la discussion et aux tours de magie, à mon grand regret. Elle me fixa à son tour, haussant les épaules. Aïe.

    “ Dé… Désolée... ”

    Elle lâcha ce qu’elle était en train de manger avant de se lever et de contourner la table pour me rejoindre.

    “ Je le crains aussi… c’est de ma faute. ”

    À ce moment-là, un autre pochtron se mit à nous insulter, vite rejoint par le reste de ses camarades qui semblaient bénéficier d’un regain de courage.

    “ Eh, on dirait qu’ils se sont refait pousser une paire de couilles. ”

    Plusieurs d’entre eux se jetèrent alors sur nous comme des buffles enragés. Au même moment, une étrange odeur rappelant celle de la mer se diffusa dans la pièce et un chapelet d'innombrables gouttelettes d’eau se mit en branle, tournoyant autour de nous pour former une protection aqueuse à laquelle nos assaillants se heurtèrent avant d’être rejetés en arrière.

    “ Incroyable ! Myriem, c’est magnifique ! ”

    Je m’extasiais devant le spectacle s’offrant à moi, faisant glisser mes doigts contre la paroi d’eau mouvante. J’avais l’impression de mettre la main dans un petit ruisseau tumultueux. Pour quelqu’un passant la plupart de son temps dans le désert, il était plutôt rare d’assister à ce genre de “miracle”.

    Malheureusement, le reste de l’assistance ne semblait pas faire preuve du même intérêt que moi vis à vis des dons de la shoumeienne et cette dernière souleva une question pertinente : Que faisions-nous à présent ? Je ne doutais pas qu’à nous deux, nous serions tout à fait capable de repousser la bande d’ivrognes aigris dont la plupart tenaient à peine debout. Cette idée me caressa l’esprit et je fus presque tentée. Je pensais toutefois à mon invitée et, encore une fois, je craignais qu’une bagarre de taverne n’attire sur nous les foudres des autorités, même ici, à Taisen. Non, mieux valait ne pas faire plus de remous que ça.

    Avant que nos assaillants ne soient trop près, je saisissais Myriem par la main avant de l'entraîner dehors fendant son bouclier et la foule à grands coups d’épaule. Une fois hors de l’auberge je m’assurais de bloquer la porte en reconfigurant le métal de la poignée et de la serrure afin de les rendre inutilisables. Si ce bricolage ne tiendrait pas bien longtemps contre quelques coups de pieds bien placés, cela nous laisserait au moins le temps de nous éclipser.

    “ Je préfère éviter que nous soyons suivies. ”

    Je l’invitais à me suivre tandis que nous déambulions à nouveau dans les ruelles de la cité. Je fouillais les recoins de ma mémoire à la recherche d’un endroit où nous pourrions nous rendre afin d’être un petit peu tranquilles.

    “ Je… Je m’excuse encore pour tout à l’heure. J’admets avoir perdu mon sang froid. ”

    J’étais aussi énervée contre moi-même que contre les pochtrons qui nous avaient provoqués et je n’osais plus reprendre le fil de la conversation ni même la regarder dans les yeux, autant par honte que par crainte de l’avoir rebutée à jamais de ma compagnie et de lire sur son visage toute sa désapprobation. Heureusement, nous arrivions sur une petite place occupée par un marché aux épices, ce qui me permit de rebondir.

    “ Allons donc faire un tour entre les étals ! Cela nous changera les idées et peut-être que vous trouverez quelques souvenirs à ramener chez vous ! ”

    À vrai dire, je m’y engouffrais avant même d’obtenir une réponse, encore trop penaude pour poser mes yeux sur elle. Je préférais m’immerger la tête la première dans le tourbillon de fragrances sucrées, piquantes et mielleuses provenant de toutes les échoppes disposées à même le sol, le long des voies de passage exiguës où se croisaient habitants et étrangers, marchands et colporteurs dans un brouhaha joyeux et cordial.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 903
    crédits : 2580

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Jeu 29 Fév 2024 - 12:05
    Pour tout avouer tout s'est déroulé très vite, elle est sanguine ma compagne du jour et d'une redoutable efficacité. Mais elle me l'avait montré dans la rue. Cependant ce qui m'attriste un instant c'est de voir son air réellement désolé devant ce qu'elle a fait, une enfant en un sens je dirai, et finalement je trouve cela tellement rafraichissant et naturel, il n'y a aucun faux semblant, aucun mensonge dans ses actes, elle réagit avec son coeur et ses tripes.

    Je n'aime pas me battre, pas qu'avec le temps je n'ai pas appris comment faire c'est que cela ne m'est pas naturel, je préfère agir pour éviter cela en temps normal. Le dôme qui nous sépare de nos assaillants n'a pas vocation à être éternel ou incassable, il a surtout l'effet de surprise et la chance d'être présent pour que cela ne s'envenime pas plus.

    Ma question trouva une réponse surprenant, elle m'attrapa par la main et m'entraina dans une sorte de folle course, son bouclier lui servant à pousser tous ceux ou celles qui avaient la mauvaise idée ou la malchance de se trouver sur son chemin. En réalité je trouvais cela amusant, grisant même, cela avait un léger goût d'interdit et quelque part mon esprit me disait que dans le fond ces Reikois là ne méritaient rien d'autre, ils subissaient un juste retour pour leur barbare quotidienne, celle dont ils repaissent même dans leurs jeux d'arène. Elle bloqua la porte une fois hors de l'auberge et m'invita à la suivre.

    Le calme était retrouvé et nous étions sous le soleil du jour, trop fort pour moi habituée au froid de Shoumeï.

    - Il n'y a pas de mal allons. La seule chose qui me chagrine dans tout cela c'est le manque d'ouverture d'esprit de ces... gens ! Ils n'acceptent même pas l'idée que je puisse discuter avec une reikoise sans émettre des sous entendus graveleux. Ils incarnent à merveille cependant les clichés qui se répandent dans le Sekaï. Vous...

    Je pointe du doigt Kass dans un premier temps.

    - Etre !

    Mon doigt touche son torse à la naissance du cou.

    - Des gros...

    Puis le sourire aux lèvres je viens toucher son front de la même manière.

    - barbares !

    Et cela me fait rire, j'espère ne pas la vexer cependant mais mon propos illustre l'attitude de ceux incapables d'apprécier une simple conversation.
    Prise d'un fou rire je mets quelques secondes à le faire passer. Les yeux brillants des larmes de rire, je mets ma main devant ma bouche pour finir de reprendre contenance.

    - e suis navrée, cela ne se fait pas... Mais merci en tout cas.

    Parce qu'elle était différente tout simplement et avait défendu une inconnue.
    Elle m'avait entraînée dans une sorte de marché aux épices et pour le coup mes yeux s'agrandirent de surprise. Les couleurs du lieu étaient splendides, les senteurs envoutantes. Les étals nombreux et chacun arboré des tentures en tissus chatoyants. Un nouveau monde s'ouvrait sous mes yeux, un monde poétique, m'avait-elle téléporté ailleurs sans que je ne m'en rende compte? Ou découvrais-je enfin un aspect du Reike qui pourrait me plaire.

    Je restais un instant immobile, la faisant s'arrêter d'un coup. Je regardais le marché, détaillais les étals, les épices qui débordaient de lourds sacs en toile de jute. Mais aussi des fruits séchées, mon odorat ne savait plus à quel titan se vouer, innondé d'odeurs pour la plupart inconnues ou méconnues de mon côté. Mes yeux brillaient, animés par une saine curiosité pour le coup. Je trouvais le lieu splendide et magique.

    Je travaillais depuis toujours avec les plantes que je faisais pousser pour fabriquer des remèdes et simples et j'avais avec le temps appris à reconnaître bien des odeurs. Je préparais des crèmes et onguents aussi quand j'avais le temps ainsi que des parfums. Je distillais certaines essences pour parfumer les crèmes qui nourrissaient la peau pour mon usage personnel et en ce lieu je pourrais peut-être trouver des plantes que nous n'avions pas en Shoumei.

    - Je crois rêver !! J'ai une chance de trouver des fleurs de Datura ici ! Je sais qu'elles ont mauvaise réputation car elles sont toxiques mal utilisées mais si on sait les dompter, cela sert de base en parfumerie, elles ont une odeur avec des tonalités à la fois fraiche et puissante. Leur parfum est délicieusement exaltant, parfois même entêtant. Les fleurs de datura font rêver, c’est pourquoi elles ont été surnommées en Shoumeï « les fleurs des anges ». Ah... et il doit y avoir aussi des écorces de santal de bonne qualité dans un tel marché ou même des baies suis-je bête ici je dois pouvoir trouver des baies de Kyouji !!!

    Pour le coup c'était moi qui m'emballait maintenant, le regard brillant d'envie de fouiller, sentir, toucher...
    Déjà je m'approchais du premier étal, mes doigts impatients de se glisser dans les sacs de graines, fruits, et de les porter à mon nez.

    Message 6
    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Kassandra
    Kassandra
    Messages : 129
    crédits : 2720

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2446-kassandra-whype-mage-malgre-elle-terminee
  • Ven 1 Mar 2024 - 15:43
    Je me frottais le front après que Myriem y ait apposé la pointe de son doigt dans un simulacre caricatural. Je l’avais d’abord crue sérieuse, lorsqu’elle me pointa de son index, l’air faussement fâché puis j’avais sursauté à chaque fois que ce dernier avait effleuré ma peau. Je compris toutefois en voyant le sourire malicieux qu’elle arborait qu’il ne s’agissait que d’une plaisanterie. De toute évidence fière de sa taquinerie, les éclats cristallins de son rire transpercent l’air et il lui faut bien quelques instants pour recouvrer son intégrité, dans toute la pudeur noble qui semble la caractériser.

    “ On ne se refait pas, que voulez-vous ! Barbare je suis, barbare je resterais ! ”

    Évidemment plus amusée que vexée, je me joignais à elle dans son hilarité et ce fut alors à mon tour de reprendre mon souffle avant de pouvoir passer à la suite. Je ne comprenais toutefois pas le sens de ses remerciements. Je n’eus pas le loisir de lui demander des éclaircissements car cette dernière, découvrant pour la première fois le petit marché local, s’était soudainement immobilisée, me stoppant net dans ma course. Je devinais à son air ébahi qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de mettre les pieds dans un bazar reikois et je bénissais ma chance pour être tombée dessus par hasard.

    Bien que je ne cherchais pas particulièrement cet endroit, j’étais tout de même ravie car j’appréciais tout particulièrement ces rassemblements où régnaient généralement une ambiance plus chaleureuse et où les personnes pouvaient échanger, troquer et discuter librement sans craindre d’être refoulé, ou jugé. En effet, une bonne part de ces marchands étant des nomades, certains n’étant même pas natifs du Reike, ils avaient appris par le voyage à ouvrir leur cœur et éveiller leur esprit à la beauté de la différence. Je doutais que mon invitée soit moquée ou montrée du doigt ici.

    Je constatais avec amusement que la shoumeienne s’était légèrement avancée jusqu’au premier étal, perdue dans sa contemplation et ses réflexions au sujet de je ne sais quelles plantes et dont les vertus qui m’échappaient. Je devinais à son regard et ses doigts fébriles le désire brûlant de s’immerger dans cet univers des mille et unes senteurs et je ne pus m’empêcher de lui faire plonger la tête la première dedans.

    “ Allons Myriem ! Vous. Pensez. Trop ! ”

    J'agrémentais chaque mot d’un toucher de l’index, retournant contre elle sa propre taquinerie, après quoi que l’attrapais par la main pour l’entraîner avec moi au milieu du marché, en plein centre des étals et boutiques ambulantes. Une multitude d’effluves et de couleurs nous submergent alors, en même temps que les marchands et colporteurs nous assaillent pour s’adonner à une véritable parade verbale et gestuelle, à qui vendra le mieux son produit et à qui fera son plus beau sourire d’escroc. Car ils ont bien compris que la belle n’était pas d’ici. Sans ma présence de “garde du corps”, elle aurait sans doute été totalement emportée. Ma poigne se raffermit autour de ses doigts graciles, craignant de la perdre l’espace d’un instant, bien qu’elle ne soit évidemment pas réellement en danger.

    Après quelques instants en “immersion complète” je l’attirai à nouveau dans une allée du souk, légèrement moins remuante.

    “ Ne vous laissez pas impressionner, ou ils vous vendront leurs produits au triple du prix habituel ! ”

    Malgré cette apparente mise en garde, j’affichais un large sourire. J’aimais profondément ces lieux et les interactions qu’il provoquaient, bien que je ne sois pourtant pas férue de relations humaines. Malgré leur harangue ces gens étaient, pour la plupart, profondément gentils et accueillants et j’eus souvent l’occasion de profiter de leur hospitalité alors que, perdue dans les déserts, je tombais sur une de leur caravane.

    Aussi, lorsque j’attrapais une grappe de dattes séchées pour la tendre à ma compagne ou bien lorsque je lui faisais plonger les mains entières dans des sacs d’épice, de fruits secs ou de textiles, pas un marchand ne haussait la voix ou ne s’interposait. C’était l’usage, la façon de faire, car tout le monde bénéficiait de ce partage. Il arrivait bien que l’un d’eux ne râle pour la forme mais il suffisait généralement d’une ou deux piécettes pour que leur grimace ne se change en un large et rayonnant sourire.

    Après avoir fait un tour complet du marché et à présent que nous avions toutes les deux le visage et les vêtements imprégnés de senteurs et barbouillés de teintures et d’épices diverses et variées, je lui laissais recouvrer ses esprits, et sans doute son souffle. Un même sourire me fendait toujours le visage d’une oreille à l’autre et les mésaventures précédentes me semblaient déjà bien loin.

    “ Prête pour un second tour ? Tâchons de vous trouver vos fleurs machin et votre écorce de je ne sais quoi ! J’ai cru voir un ou deux herboristes, mais je pense que vous les aurez repérés aussi ! ”

    La ferveur de la jeune femme était communicative et j’avais l’impression de pouvoir jouer à ce jeu pendant encore des heures sans craindre de me lasser.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 903
    crédits : 2580

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Sam 2 Mar 2024 - 22:32
    J'avais eu peur un infime instant qu'elle ne se vexe de mon geste somme toute assez cavalier pour une shoumeienne en mon genre, mais d'un autre côté c'était fait avec humour et... cela fonctionna à mon grand soulagement.
    Aussi pour accentuer cet état de plaisanterie, alors qu'elle reconnaissait ses travers en acceptant sa condition de barbare, je répondis sous le ton de la confession par un...

    -Moi je suis une ... comment dites-vous déjà? Ah oui une vieille bigote... Chacun ses travers, chassez le naturel il revient au galop.


    Un fois dans le souk cet endroit que je découvrais et que je trouvais littéralement merveilleux, elle se moqua de nouveau gentiment de moi. Et elle ponctua chacun de ses mots du même geste que moi quelques minutes auparavant.

    - A vous le point !

    Je m'avouais perdante dans un jeu sans enjeu mais particulièrement plaisant après cette journée intense en émotions dans cette arène et ces échauffourées dans la rue puis la taverne. A croire que dans ce pays ils aimaient créer les conflits pour tout et n'import quoi, pas pour le plaisir du conflit mais celui de toujours montrer aux autres qui était le plus fort, qui avait le dessus sur les autres.

    - On me l'a déjà dit voyez vous que je pensais trop, même si je réagis en suivant mes émotions et celles de ceux qui m'entourent je ne peux m'empêcher de réfléchir en général aux conséquences de mes actes, aux répercussions. De peser le pour, le contre, tergiverser, négocier avec moi même, ma conscience et trop de choses vous avez raisons au final.

    Je n'eus guère le loisir de choisir la suite, elle ne me laissa pas m'arrêter au premier étal comme j'allais le faire. Elle me prit pas la main et m'entraina dans ce qui me sembla une folle course au travers d'un monde merveilleux et totalement nouveau pour moi. Chatoyant, odorant, coloré, bruyant aussi, les qualificatifs de cette virée ressemblant à une course étaient nombreux mais je crois que celui qui me restera en tête sera ; enivrant. Et pour se faire, nul besoin de la moindre goutte d'alcool, c'était le lieu, les senteurs, le moment qui étaient enivrants.

    J'avais hoché la tête en écoutant ses conseils, j'étais nulle en négociation pure, trop honnête, trop droite, trop rigide surtout, ce n'était pas moi qui négociait les tarifs avec les clients, je présentais les chantiers, les matériaux, nos compétences, j'y mettais mon cœur, et les tripes et peut-être que je jouais sur la corde des émotions aussi, un peu, parfois un peu plus mais les tarifs? non jamais, je ne savais pas faire du tout.

    J'ai eu la joie de pouvoir gouter des fruits que je pensais connaitre mais dont les saveurs ici me paraissaient bien plus intenses, plus parfumées, sucrées, fraiches. J'étais surprise je devais l'avouer, au premier étal je restais un peu interdite, elle ne payait pas alors que nous avions mangé des fruits? Au second nous avions grignoté des graines, des baies plus précisément et toujours rien et en observant les gens autour de nous je vis que tous ils faisaient pareils. Ils goutaient, picoraient déci delà sans jamais verser la moindre obole. En un sens cela expliquait aussi pourquoi les non habitués payaient chers, c'était pour compenser ce genre d'attitude non?

    Nous venions de terminer le tour du marché, cela nous avait pris un bon moment durant lequel nous avions ri, j'avais aussi grimacé parfois, certains mets que j'avais gouté n'avaient pas trouvé la moindre grâce à mon palais non habitué mais dans l'ensemble j'avais découvert un maelstrom de saveurs dont hélas j'avais oublié certains noms déjà.

    - Prête pour un second tour oui. J'ai repéré ce que je voulais chez trois marchands, mes fleurs de datura chez un herboriste en effet, il n'en avait que peu mais je suis prête à les lui prendre toutes. Et l'écorce se trouvait chez deux marchands d'épices, quand aux baies de Kyouji il y en a dans presque tous les étals. Est ce que par contre...

    Je m'arrêtais pour le coup un peu ennuyée par ma requête à venir mais bon comme c'était elle qui m'avait prévenue et que j'étais étrangère de surcroit...

    - Je ne sais pas négocier, vous croyez que vous pourriez le faire pour moi. Je peux vous payer pour ça si vous voulez mais je ne sais pas du tout faire. C'est le genre de chose qui me bloque totalement et du coup je n'arrive absolument à rien du tout.

    J'avais hâte d'y retourner, de replonger dans le souk, de m'immerger de nouveau de tout ça et pour tout avouer j'avais aussi repéré des bijoux, typiquement reikois, clinquant, épais, à cent lieux de ceux que je pouvais porter en temps normal mais qui m'avaient donné envie tant les ciselures étaient travaillées en réalité. Des arabesques fines, des entrelacs aussi, le travail d'orfèvrerie Reikois n'avait aucun rapport avec celui de Shoumei mais dans le fond il n'avait rien à lui envier.


    Message 7
    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Kassandra
    Kassandra
    Messages : 129
    crédits : 2720

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2446-kassandra-whype-mage-malgre-elle-terminee
  • Jeu 7 Mar 2024 - 11:21
    J'étais encore toute haletante de notre course endiablée et quelques hoquets de rire me pinçaient toujours les côtes alors que je me remémorais les diverses réactions et moues qu’avait produit mon invitée au fur et à mesure de ses découvertes gustatives et olfactives. En effet, si ces marchés avaient une myriade de produits à faire découvrir, dont certains étaient en apparence et dans les faits succulents, tous n’étaient pas à la portée de tous les palets et les non-initiés se confrontaient alors souvent aux épices reikoises. Celles-ci n’étant toujours adaptées à tous les palets, il n’était pas rare que les avis soient radicalement différents d’une personne à l’autre. En tout cas, je m’étais amusée comme une folle et cela me fit le plus grand bien. Elle était bien lointaine la dernière fois que j’avais eu l’occasion de me livrer à d’innocents enfantillages et me rapprocher de cette facette de la culture du reike me rappelait que tout n’était pas à jeter dans ce monde de brutes.

    Je constatais avec ravissement que la jeune femme que j’avais entrainée avec moi dans mes folles pérégrinations semblait partager les mêmes sentiments et dans ses yeux luisaient toujours la même envie d’y retourner pour redécouvrir certains des plus beaux étals présents aujourd’hui. En observant le visage plein de vie et de couleurs de cette dernière, je repensais à ce qu’elle m’avait dit avant que nous ne nous jetions à corps perdus dans la foule. De mon point de vue, elle n'était pas aussi étriquée et coincée qu’elle aurait voulu me le faire croire, même si cela avait été dit sur le ton de la plaisanterie. Je lui trouvais même, dans cette insouciance infantile du moment, un charme certain. Je me tenais bien de lui faire remarquer, évidemment, et me contentais de hocher la tête d’un air satisfait lorsqu’elle m’annonça être en effet prête à en découdre.

    “ C’est bien, vous avez l'œil vif et attentif, c’est un bon début quand on veut trouver ce que l’on veut dans ce genre de commerce ! ”

    Je pointais du doigt deux individus qui se démarquaient du reste des habitants de par leurs manières et leurs vêtements.

    “ Regardez ces deux-là, je vous parie qu’ils viennent de la République et qu’ils ne savent pas ce qui les intéresse, ça se lit sur leur visage. Les marchands l’auront remarqué aussi et je suis certaine qu’ils ne repartiront pas d’ici avant d’avoir été complètement vidés de leurs économies ! ”

    Je devinais soudainement une pointe d’inquiétude dans l’attitude de la shoumeienne. Venais-je de lui faire peur ? Craignait-elle pour son argent ? J’aurais voulu lui dire que tant qu’elle était accompagnée d’une locale, surtout de ma stature, elle ne risquait pas grand-chose, mais il s’avéra que ses doutes étaient autres. Sans toutefois être complètement déconnectés de mon postulat de base, c’était plutôt ses compétences dans le négoce qui semblaient la tracasser. Mon sourire s’élargit encore un peu à l’écoute de la demande de ma compagne d’aventure.

    Je ne pourrais prétendre être une experte en la matière, mais j’eus suffisamment d’occasions de discuter les prix de mes victuailles et de mes équipements que j’avais désormais acquis une certaine maîtrise de ces joutes verbales avec les commerçants. Ces derniers faisaient généralement exprès de mettre un prix de base exorbitant, justement pour profiter de l’innocence des étrangers et des petits noblions qui se laissaient immédiatement avoir. Je me disais à moi-même que la pauvre Myriem se serait finalement sans doute fait manger toute crue elle aussi.

    “ Ne vous en faites pas ! Je serais une bien mauvaise guide si je laissais une délicate personne telle que vous en proie à la rudesse de ces marchands ! ”

    Je me donnais un ton exagérément mielleux et assuré afin de forcer le trait, faussement imbue de moi-même.

    “ Si vous êtes sage et attentive, je vous enseignerai certaines de mes astuces les plus infaillibles, huhuhu ! ”

    Nous y retournions, cette fois-ci de manière plus posée, prenant le temps de redécouvrir les lieux et les visages dont certains ne nous étaient plus si inconnus et les marchands arboraient de larges sourires lorsqu’ils nous voyaient approcher. Je profitais de ce papillonnage pour me prendre quelques bricoles à moi aussi qui me serviraient lors de mes voyages à travers le désert. Essentiellement des lanières de cuir pour mon armure, des rations et des bouts de métaux divers. Après cela, nous nous dirigeâmes vers ce qui intéressait sans doute le plus Myriem, sans toutefois nous interdire de flâner encore un peu au gré de nos envies.

    Arrivant devant une herboriste, je demandais à ma “collaboratrice” de me désigner les plantes qui l’intéressaient. Je prenais ensuite les choses en main, demandant le prix proposé pour ces étranges fleurs en forme de trompette. Évidemment, je n’avais aucune idée de la valeur réelle de ces plantes mais l’essentiel était le paraître, le “faire croire”. Je roulais mes yeux dans leur orbite en faisant des gestes exagérément amples.

    “ Mais enfin, tu te moques de moi ! C’est bien trop cher pour des fleurs de “datura” d’une aussi piètre qualité ! Jamais je ne les prendrais pour un tel prix ! ”

    Je m’esclaffais haut et fort, laissant ressortir mon accent des recoins frontaliers du Reike. La marchande ne se laissait pas faire et il me fallut encore jouer la comédie un moment pour que se présente une faille, dans laquelle je m’engouffrais immédiatement. Elle venait déjà de réduire son prix de départ d’un tiers, mais ce n’était pas suffisant. Je lorgnais vers une autre échoppe vendant à peu près les mêmes produits.

    “ Tu vois ce marchand ? Il m’a promis la même chose pour deux fois moins cher ! Je suis venue te voir uniquement parce que tes plantes avaient l’air plus fraîches ! ”

    Mensonge éhonté, évidemment, mais qui fit mouche. Le visage de la vendeuse se tordit dans une grimace de mécontentement, puis elle abdiqua. Elle m’accorda une seconde ristourne qui amena cette fois-ci le bouquet à la moitié de son coût de base. Satisfaite, je lui cédais la somme due avant de me retourner vers Myriem, un air de victoire illuminant mon faciès.

    “ Et voilà ! Ce n’est pas si compliqué, n’est-ce pas ? Il suffit de jouer sur la corde sensible, comme la qualité ou la concurrence, et ils se laissent généralement amadouer. C’est de bonne guerre après tout ! ”

    Nous répétâmes le processus quelques fois encore en utilisant plus ou moins les mêmes méthodes, avec certaines nuances en fonction du vendeur et du type de produit. En moins d’une heure, nous avions rassemblé presque tous les produits convoités par mon hôtesse et ne restait plus qu’à mettre la main sur les fameuses baies de Kyouji. L’avantage était que presque chaque éventaire proposait au moins une ou deux variantes et espèces de ces petits fruits et il serait plutôt aisé d’en acquérir. Il me vint alors une idée qui ne manquerait pas de m’amuser. Je tentais tant bien que mal d’effacer un rictus moqueur de mes lèvres tout en attirant la demoiselle jusqu’à une échoppe qui semblait présenter une grande variété de fruits. Tandis qu’elle se rapprochait, et puisque le marchand nous accueillait en nous demandant ce qui pourrait nous intéresser, je me permettais une petite tape dans le dos de la jeune femme, la forçant à s’avancer davantage tandis que pour ma part, je me reculais.

    N’ayant plus besoin de dissimuler mon hilarité, je me tenais les côtes, secouée de petits gloussements à peine contenus.

    “ Vous ne pensiez tout de même pas que je ferais tout le boulot à votre place ! ”

    L’amusement était palpable dans ma voix et l’on voyait très largement toute ma dentition tant mon sourire était large.

    “ À votre tour maintenant, voyons si vous avez été bonne élève ! ”
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum