DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    L'apparté des jardins InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    [Groupe 2] Le Cœur de MelornAujourd'hui à 0:11Kilaea Sliabh
    Étincelles Couragéennes | OrifaHier à 22:38Arès Wessex
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 18:22Rêve
    Une Mort Silencieuse - PAHier à 18:16Arès Wessex
    Un regard de capitaine sur l'avenir... Hier à 17:09Altarus Aearon
    [Groupe 1] Le Cœur de MelornHier à 16:43Valmyria
    Validation de StadzankHier à 16:19PNJ
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 7 Oct - 19:16
    C’était une journée difficile pour la délégation Républicaine. Ou tout du moins il en avait l'impression. Il y avait une espèce de tension dans l'air, palpable, désagréable, qui lui collait a la peau comme une mauvaise bruine le matin, lors de la naissance des premiers rayons du soleil. Cette impression que peu importe le nombre de fois ou l'on passe la main sur sa peau, elle reste encore et toujours humide, sans pour autant que l'on sente réellement le froid qui tombe du ciel en cette pluie fine, quasiment invisible. C’était ça, totalement ça. La pluie tombait sur lui, mais elle restait invisible a son œil nu.

    - Archibald, vous allez bien ?

    Il sortit de ses songes, appuyé sur une table richement drapée de soie, et recouverte d'un véritable festin, qui ne semblait pourtant pas si important du point de vu des quelques Reikois qui avaient l’habitude d’enchaîner les rencontres importantes et les réceptions. Même la salle était majestueuse, très haute sous plafond, l'air d'avoir été forgé dans l'or et le marbre lui même.

    - ...Oh, Lyla. Oui, ça va bien, merci. Je me disais juste que ce genre de rencontre n’était pas spécialement ce que j'appréciais.

    Lyla était sa secrétaire, sa suivante, son bras droit. Celle qui le suivait toujours un peu partout. Il y avait tellement a noter, à organiser, dont il fallait se souvenir, qu'il n'avait pas de trop d'une paire de mains pour s'en occuper. Pour la réception de ce jour, elle était vêtue d'une tunique assez sévère aux couleurs Républicaine, comme pour marquer la différence avec leurs hôtes.

    Lui même portait une tunique bleu foncé, boutonné par des attaches dorées, le tout mettant facilement en valeur sa carrure et son charisme naturel. Depuis qu'il était arrivé avec le reste de la délégation, plusieurs politiciens dont un sénateur, on ne lui avait pas spécialement adressé la parole, en dehors des termes d'usages pour se saluer. Il n'avait rien fait non plus de son coté pour se rendre agréable.

    Nous étions quelques semaines seulement après les deux principaux événements ayant secoués le sekai tout entier. L'attaque de Sable d'or qui avait bouleversé les certitudes des hommes concernant l'implication des titans dans le monde des mortels, et la tentative de putsch des pirates sur l'ile de Kaizoku qui avait fini purement et simplement par le quasi anéantissement de l'ile. Il faudrait de longues années pour parvenir a une société de nouveau active. Qui en serait les habitants, ca, c'etait encore a définir, et seule la course du destin pourrait leur répondre.

    - Je suppose qu'ils vont encore parler pour un moment.

    Il avait l'air...las. Ce n’était pas de cette manière qu'il aimait échanger, dans des grandes salles, avec énormément de monde, la ou les gens ne pouvaient égratigner que le dessus du vernis de la personnalité. Il aimait les faces a faces, les longues heures de dialogues, d'échanges sur la culture, sur la pensée. Ici, il n'y avait que la politique qui s'adonnait a un long bras de fer difficile a manœuvré. Il ne venait pas de ce monde la, lui.

    Alors que chez eux, on continuait de s'écharper sur la conduite a tenir vis a vis des événements récents, il s’était trouvé fortuit d'engager le dialogue avec leurs « amis » de l'est. Pas de négociations, pas de propositions. Purement et simplement ouvrir le dialogue, pour que dans le futur, une entente un peu plus cordiale puisse permettre des échanges plus civilisés.

    C’était pour cette raison que ce n’était que des nobles de secondes zones qui composaient le groupe Reikois, et qu'on l'avait envoyé lui, en poste depuis peu de temps, en compagnie de quelques politiciens bas de gamme qui servaient généralement a payé les pots cassés pour leur parti quand quelque chose se passait mal. Il était donc vu comme un professeur hors du coup, qui avait eu un poste intéressant histoire de valoriser le patrimoine et la popularité dont il jouissait, tout en faisant en sorte de le manipuler et de l’empêcher de devenir un soucis politique. C’était bien joué dans l'absolu pour quiconque ne le connaissait pas.

    - Je vais sortir un petit moment, Lyla. Si on me demande, dites que je suis indisposé.

    Il se dirigea d'un pas tranquille vers les grandes portes de la petite annexe du palais qu'on avait réservé pour ces échanges. Ils n'allaient pas non plus avoir le droit a des grandes salles de l'intérieur, il ne fallait pas exagéré. En plus, ce n’était pas comme si l'empereur devait prendre part lui meme au dialogue. Il dépassa les gardes qui étaient postés a l'entrée, et prit le chemin annexe a celui qu'ils avaient empruntés pour atteindre cet endroit. Personne ne sembla vouloir l'en empecher, mais il sentait le poids des regards sur ses épaules. Les soldats devaient avoir des consignes strictes pour les invités. Interdiction qu'ils sortent de la zone autorisé. Mais ils n'avaient pas spécialement envie d'aller jouer les curieux.

    C’était la petite porte qui l’intéressait, celle qu'il avait vu en passant, plus tot, et dont il avait ressentit les effluves florales. Un jardin, sans aucun doute, un petit qui devait avoir des rattaches avec les plus grands, les principaux du palais. Difficile d'avoir quelque chose de vraiment vert au cœur du désert, et c’était une petite goutte de paradis au milieu de la chaleur infernal qui entourait la capitale Reikoise.

    Il sortit en mettant sa main en éventail pour se protéger du soleil. C’était la fin de l’après midi, mais tant que le soleil n'aurait pas complètement disparu, il ferait encore chaud. L’été n'avait pas encore touché a sa fin après tout. Il s’arrêta devant plusieurs parterre de fleurs dont on devait énormément s'occuper pour qu'ils soient aussi beau en cet endroit. Ce n’était pas une oasis, et il ne pleuvait pas souvent. Il fallait sans aucun doute une ardeur réelle pour leurs éviter une mort cruelle.

    Il sourit enfin. Il faisait confiance a son instinct. Ce n’était pas dans cette piece éloignée de la cité, la vraie, qu'il allait pouvoir rencontrer les Reikois. Ce n’était pas a des nobliaux déconnectés de la réalité qu'il avait besoin d'échanger. Mais avec ceux qui savaient. Le peuple, les esprits de la nation. C’était eux qu'ils ciblaient. Et tant qu'aucun des deux camps ne l'aurait comprit, la situation entre les deux pays connaîtrait une impasse lourde, pesante.

    - Ahah...

    Il lâcha un petit éclat de rire. C’était peut être lui le naïf. Faisant trop confiance en l'intelligence humaine a laisser ses différents les plus importants de coté pour se concentrer sur le plus important. La vie.

    Il s'étira un peu. Dans tous les cas, il avait la sensation que si il devait etre quelque part, aujourd'hui, c'etait bel et bien ici, a contempler ce petit jardin frappé par le dieu du soleil.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum