DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    La fureur du dragon et la blancheur du rat [Elia] InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    Validations RP d'Isolde / Reike Aujourd'hui à 11:53PNJ
    Consul K - Le chasseurAujourd'hui à 11:25Orion Yamveil
    La Traque SauvageAujourd'hui à 11:24Orion Yamveil
    Quand la Caravane passe... [PV Kassandra]Aujourd'hui à 10:05Alaric Nordan
    Une recherche tranchante [Pv Corvus]Aujourd'hui à 9:34Alaric Nordan
    Validation des RP d'AlaricAujourd'hui à 7:50Alaric Nordan
    Demande de modification de ficheAujourd'hui à 7:35Alaric Nordan
    Aller en bas
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Camélia Daphnée
    Camélia Daphnée
    Messages : 11
    crédits : 656

    Info personnage
    Race: Demie-Drakyn
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2635-camelia-daphnee-une-fleur-dans-la-misere-termine
  • Lun 9 Oct - 13:15
    Une mélodie étrange s’élevait dans les bas-fonds de Liberty, au milieu de ce qui ressemblait à un camp de fortune rempli de tentes semblant prêtes à tomber en morceaux au moindre coup de vent, l’agitation ne s’arrêtait pas. Des gens allaient, venaient, rythmant les coups de marteau et le chant des scies avec les percussions humides de leurs pas sur le sol rendu boueux par le passage répété des locaux. De temps en temps, sous une des toiles de jute, on pouvait entendre un gémissement plaintif ou quelqu’un tousser sur la petite place bien bizarrement occupée par cet hôpital de fortune.

    Assise sur un amas de planches instables, une demie-drakyn aux cheveux bleus et aux traits tirés et épuisés contemplait l’agitation de cette fourmilière humaine d’un regard bienveillant. Malgré tout ce qui s’était passé, la Clinique dévastée avait reçu un support inégalé de la part des locaux. Et même si les travaux de reconstruction suite à cet incendie dévastateur étaient supervisés par des professionnels, nombreux étaient les bénévoles prêts à venir aider à la hauteur de leurs moyens. Voir ce méli-mélo de toutes les races du Sekai s’entraider pour arriver à un même but était réellement un plaisir, et lui rendait espoir.

    Néanmoins, comme à chaque fois, il fallait qu’elle voit ses espoirs noircis par une inquiétante nouvelle. La vieille Berthe n’était pas réputée être la plus tolérante de l’endroit, ne manquant jamais de stéréotypes et autres remarques désobligeantes envers les autres races du Sekai. Pourtant, cette fois-ci, ce fut le comportement d’un humain qu’elle vint lui rapporter, jeune, regard brun un peu fou, encapuchonné, rôdant autour de la clinique. Pas le premier du genre qui était passé dans le coin, assurément. Elle s’apprêtait à renvoyer cette brave grand-mère à ses occupations, quand elle ajouta les mots suivants.

    « Ooh et puis tu sais, ma petite, je suis presque sûre de l’avoir déjà vu avec les Rats Blancs! C’est qu’un petit jeune, ça me fait toujours mal au coeur tu sais de les voir déjà traîner avec de genre de personnes là! »
    « Merci à toi, mais ne vous inquiétez pas, on va voir ce qu’on peut faire… Vous l’aviez vu dans quelle direction? »
    « Il rôdait par là bas, vers la rue du vieux moulin! »

    Un faux sourire rassurant étira les lèvres de la demie-drakyn, alors que ses ongles s’étaient presque plantés dans le bois des planches qui la soutenait, renvoyant la vieille Berthe à ses occupations. Elle sentait cette colère gronder en elle, cette envie de mettre la main sur ce pauvre gamin et de lui faire payer pour les pêchés de tous ses confrères. Qu’est-ce-que les Rats venaient faire à nouveau dans le coin? Ils avaient sûrement eu vent du retour de Camélia sur le devant de la scène, alors qu’ils pensaient l’avoir tuée. Peut-être avaient-ils peur. Ou peut-être préparaient-ils une nouvelle attaque sur la clinique pour terminer ce qu’ils avaient commencé. Ce qui était certain, c’était qu’elle ne les laisserait pas faire, et qu’elle comptait bien arriver à eux avant qu’ils n’arrivent à elle. La bleue ne les laisserait plus semer dans la destruction dans ce qu’elle était en train de reconstruire, ni lui prendre le peu de choses qui lui restaient. Le seul baume sur ses inquiétudes étaient que ses frères et soeurs étaient au moins préservés, à priori, puisqu’ils ne savaient pas qu’elle n’était plus vraiment la demie-drakyn qu’ils pensaient.

    Elle laissa échapper un petit soupir, avant d’entendre des pas arriver dans le sol boueux de l’endroit. Elle y reconnu un visage familier, même si elle savait immédiatement qu’il était bien plus familier à son amie perdue qu’à elle-même. C’était quoi son prénom déjà? Elise? Elisa? Erie? C’est avec un air légèrement gêné et inquiet qu’elle accueillit cette nouvelle visiteuse.

    « Bonjour, on… est un peu occupés en ce moment à la clinique comme v… tu peux le voir… On a eu quelques problèmes. Qu’est-ce-qui t’amène ici? »

    Après tout elle avait l’air d’aller assez bien, à première vue. Donc peut-être qu’elle venait juste dire bonjour, ou aider? Entre les patients et les travaux et maintenant cette histoire de ce fichu gang qui recommençait à roder dans le coin, elle n’avait vraiment pas le temps de souffler…
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 11 Oct - 21:22
    Elia n'avait pas eu le temps de respirer depuis qu'elle avait pu enfin revenir a Liberty. En vérité, depuis qu'elle avait eu cette fameuse promotion, la portant comme l'une des figures les plus importantes du pays, elle n'avait même pas eu le temps de commencer a mettre en place la moindre idée concernant cette nouvelle activité, entre le retour pour voir Eloise, puis le départ pour l'antre de Puantrus. Puis il y avait la mise a l'écart plusieurs semaines, la quarantaine. Puis Ikusa a nouveau, et enfin elle avait l'opportunité de commencer a mettre en place ce qu'elle voulait, de son réseau.

    Elle vivait chez Eloise et faisait toujours en sorte de prendre d'énorme détour. Elle ne voulait pas trop la gêner et elle n'avait même pas dis la moitié de ce qu'elle faisait vraiment dans la vie, pour la protéger avant tout. Elle commençait a opérer le matin, aprés que la professeur soit partie pour donner ses cours. Et ce matin, c'etait l'un des premiers depuis son arrivée.

    Rien avait changer et pourtant, les groupes avaient pour la plupart évoluer. Certains importants, lors de la période ou elle avait évolué dans les bas fond, l'année précédente, avait totalement disparu. D'autre etait désormais au sommet, et la totalité etait sous la coupe de personnalité de la pegre qui évoluait pour la plupart en dehors de la ville. Bref, elle pouvait facilement passer pour une inconnue.

    Elle était vêtue de sa tenue de garçonne habituelle. Un pantalon large qui masquait en grande partie ses formes. C'etait le plus compliqué, puisque de toute, c’était bien sa chute de reins qui était la plus avantageuse. Mais elle parvenait a masquer ça avec brio. Le haut du corps, c’était plus simple. Une chemise bien fermée, sur sa poitrine bandée sévèrement, et on y voyait que du feu. Pour le reste, ses lotions rendant sa peau moins douce, et ses cheveux noués autour de sa tête en une longue queue de cheval, dissimulé par un béret.

    Elle faisait le tour, observant un peu ou elle devrait mettre son nez en premier. Elle n'avait plus de missions propres. C’était elle, désormais, qui donnait les missions a ceux en dessous de son rang. Il fallait donc qu'elle tisse sa toile. C’était différent que tout faire elle même, et elle devait encore apprendre.

    En écoutant vaguement les conversations, elle etait arrivé proche de la rue ou se trouvait un hopital de fortune, « par les gens et pour les gens », ou elle etait venue plusieurs fois en forçant des petits jeunes maigrelets qui s'etaient fait mal en essayant de la suivre. Quand elle avait commencé a dirigé l'un des petits groupes de moineaux qui travaillaient pour la gorgone, elle avait ete intransigeante sur la santé et les soins. Et c'etait principalement une jeune femme qui s'etait occupée de tout ces jeunes gens.

    Surprise, l’hôpital en question avait brûlé. Elle avait croisé les bras en s’arrêtant, en entendant la conversation. Un incendie criminel visiblement, sans qu'on ai pu trouver les coupables. C’était déjà passé depuis quelques temps, mais il peinait a redevenir ce qu'il avait été. C'est pour ça qu'elle s'y etait dirigé, avec une idée claire derriere la tete. Cet hopital etait une bénédiction pour une femme de sa profession. Si elles pouvaient faire en sorte d'avoir un lein avec eux, c'etait une mine délicieuse d'informations. Une protection, contre des connaissances. Un classique venant d'elle.

    Elle s'etait présenté a l'entrée, en ayant gardé son béret. Après tout, la jeune soigneuse la connaissait sous son identité masculine. Elle avait attendue un peu, qu'elle finisse de s'occuper d'un jeune homme, et avait ensuite approché pour le remplacé, en souriant doucement. Un sourire de jeune homme mignon, sans doute.

    - Oh, pardon, je ne veux pas déranger.

    Elle se tourna, et constata que pour le moment, il n'y avait pas grand monde. Personne meme, sauf la grand mere qui s'éloignait, aprés avoir discuté avec celle qui semblait etre la propriétaire. Elle l'avait bien reconnu, malgré le nombre de gens qui devait défiler, et ca fit plaisir a Elia. Elle avait au moins une bonne mémoire.

    - J'ai appris pour l'incendie. Désolée, j’étais pas dans le coin ces dernieres semaines, et je ne sais pas du tout ce qui est arrivé. J'ai envie de donner un coup de main si c'est possible.

    Si elle n'avait plus aucun groupe, la médecin devait croire qu'elle fricotait toujours avec les gangs, et ces groupes d'enfants qui bravaient les rues a la recherche d'information a remonter aux oreilles de la femme serpent. Mais plus d'infiltration, cette fois, pour la belle Reikoise.

    - Tu veux bien me raconter, si ce n'est pas indiscret ?

    Elle croisa les bras sur sa chemise immaculé. Elle sortait de la lessive, elle était passé proche de la zone ou des baquets étaient a dispositions. Elle sentait bon le propre, et non plus la rue, comme ca avait été le cas avant.

    - Ca a un rapport avec le gamin qui tourne depuis tout a l'heure ?

    Bien entendue, c'etait une professionnelle. Elle l'avait aussitôt remarqué, et son ouie amélioré avait bien entendue les paroles de la vieillarde. Elle ne voulait pas trop s’immiscer, mais en meme temps,si elle ne jouait pas franc jeu, ca allait etre compliqué d'obtenir quoi que ce soit.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Camélia Daphnée
    Camélia Daphnée
    Messages : 11
    crédits : 656

    Info personnage
    Race: Demie-Drakyn
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2635-camelia-daphnee-une-fleur-dans-la-misere-termine
  • Sam 21 Oct - 14:24
    Manque de temps, de matériel, de personnel. C’était quelque chose qu’elle avait toujours constaté mais qui ne l’affectait pas autant lorsque c’était le père de Camélia qui gérait tout cela. Maintenant que tout cela lui tombait sur les épaules, elle n’était plus à son aise. Chaque personne à qui elle ne pouvait pas fournir de remède, les gens qui attendaient des heures dehors dans la boue en souffrant… Cela lui avait toujours fait mal, mais elle ne s’en était jamais réellement sentie responsable. Jamais, jusqu’à maintenant.

    Néanmoins, chaque personne qui venait proposer son aide lui faisait du bien, comme si cela lui rappelait qu’elle n’était pas seule. Même si beaucoup de ces personnes ne lui étaient pas des plus familières. Elle pouvait au moins dire qu’elle en avait déjà vu la majorité, et le jeune homme qui lui faisait face en faisait partie. Et elle ne l’associait pas particulièrement à un gang ou à une personne mal intentionnée, au contraire. Ce qui lui disait qu’elle pouvait peut-être lui faire confiance. Mais pas trop non plus. Elle soupira, baissa les yeux, n’aimant pas vraiment raconter cette histoire, se remémorer ce qui s’était passé.

    « La clinique a été attaquée par un gang, ils sont venus et ont massacré tous ceux qui s’opposaient à eux. A priori, ils voulaient se venger d’un patient, quelqu’un d’importance faisant partie d’un gang rival, et qui se faisait soigner. »

    C’était fortement résumé, mais c’était les éléments dont elle disposait et qu’elle avait pu rassembler après l’attaque. Elle avait été signée par les Rats Blancs, non pas avec une marque ou en le criant haut et fort, mais avec l’usage d’une substance inflammable huileuse à l’odeur particulière. Particulièrement difficile à éteindre, même avec une grande quantité d’eau. De tout de façon, ce n’était pas comme si les hydromanciens présents au moment de l’attaque étaient encore en vie pour les en empêcher. Certains riverains avaient également reconnus certains des malfaiteurs et affirmaient bien qu’ils faisaient partie de ce gang. Tout pointait vers les Rats Blancs, mais encore fallait-il mettre la main dessus.

    « Ces bâtards ont littéralement égorgé des innocents et immolé des malades en mettant le feu au bâtiment, tout ça pour une vulgaire vendetta personnelle. Je serai sans pitié avec eux si je trouve leur planque principale. »

    La drakyn océan d’habitude si calme bouillonnait intérieurement alors que son fiel s’échappait en même temps que ses mots dans un sifflement presque serpentin. Elle était émue, bouleversée, son déni passé, seule la colère restait, et ne partait pas. La vengeance était pour elle la seule voie qui s’ouvrait à elle. La vengeance envers ce monde qui lui mettait sans cesse des bâtons dans les roues, cette volonté de lui montrer qu’elle ne se briserait pas si facilement, et évidemment la vengeance envers ceux lui ayant tout pris.

    « Tu l’as vu aussi? Il ressemble à quoi? C’est pas la première fois que ça arrive. Mais je préfère être sûre que c’est bien l’un d’eux… »

    Elle se sentait capable de lui faire subir les pires supplices si son appartenance au gang était avérée, alors que ce n’était sûrement qu’un pauvre gosse soucieux de se faire quelques pièces de cuivre pour survivre. Les médecins faisaient souvent des blagues sur le fait que s’ils savaient soigner, ils savaient aussi très bien comment faire mal, très mal. Le principal souci était qu’elle avait l’impression que ce n’était plus vraiment des blagues.

    « Apparemment ce serait peut-être un Rat Blanc, certainement pas quelqu’un d’important dans leur organisation… Mais le fait qu’ils retrainent autour d’ici est inquiétant. »

    Inquiétant, mais c’est aussi une opportunité de récupérer des informations.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 27 Oct - 22:07
    Elia fut sacrément surprise par l'histoire qu’était en train de lui raconter la jeune médecin. Pour la simple et bonne réponse qu'elle avait eu l'habitude de vivre au milieu de la pègre, et qu'elle n'avait jamais rencontré une rixe aussi violente que cette qu'elle était en train de lui raconter. Les règlements de compte, les manipulations, ca, oui, mais un massacre pur et simple, même sur les civils, c’était dangereux. Très dangereux. Peut importe la raison finale, attirer autant l'attention des autorités, c'etait purement et simplement suicidaire, sans un sacré mécéne derriere eux pour assurer une bonne protection.

    - C'est assez....

    Elle n'acheva pas sa phrase, pas certaine de ce qu'elle pouvait bien dire concernant cette histoire. C'etait a la fois une tragédie et une opportunité. De se former un premier socle d'alliés dans ce quartier. Si elle pouvait etre celle qui assure la sécurité de ces gens et qui regle le conflit, elle aurait un énorme atout a jouer pour gagner la confiance de tout les gens qui venaient se faire soigner ici, officiellement ou clandestinement. Et la jeune femme en face d'elle serait la premiere.

    - Je suis navrée. Pour ces gens, et pour vous. Si je peux faire quoi que ce soit pour aider.

    Mais visiblement il y avait déjà eu du travail de fait. L'endroit etait de nouveau plus ou moins debout. Et actif. Et pourtant elle semblait encore sur les nerfs, la faute a ce mysterieux individu qui semblait roder a l’extérieur. Elle l'avait vu oui, et elle pouvait donner un signalement, mais elle n'avait pas spécialement envie de dévoiler toute ses cartes dés le début.

    - Oui je l'ai vu. J'ai un peu d’expérience en la matière, assez pour reconnaître quelqu'un qui observe un objectif. Mais il ne me donne pas l'impression d'etre l'une des personnes qui a sans doute attaquer cet endroit. Ce n'est pas un combattant, ce n'est qu'un éclaireur.

    Dans la plupart des groupes, les plus jeunes étaient utilisés pour prendre de l'information discrètement, pour la simple et bonne raison qu'il ne leur arrivait jamais grand chose. Ils étaient difficiles a décelé du reste des potentiels danger. Ce gamin qui devait avoir quatorze ou quinze ans faisait parti de ce type la. Ça avait été son travail a elle aussi en arrivant dans le premier petit groupe dont elle avait prit la tete, la collecte d'information. Mais ce nom, ca ne lui disait rien. Sans doute une nouvelle branche, un petit gang venant de naître, ou bien quelque chose de plus gros qui n’était pas en activité durant sa période de présence.

    - Vous voudriez l'attraper ?

    C'etait la chose la plus logique a faire, meme si elle devait aussi faire en sorte de ne pas se couper de potentiel lien de l'autre coté. Si c'etait un allier de Ssisska et qu'elle venait a le torturer, elle ne pourrait plus jamais approcher la gorgone. Elle devait agir avec prudence, et faire en sorte de protéger tous les parti, sans oublier pour autant de contenter tout un chacun.

    - ...On s'est jamais vraiment présenté, maintenant que j'y pense.

    Il n'y avait plus personne dans la salle. Aussi, elle leva le bras, et retira doucement son beret, en relâchant ses cheveux du pouce, laissant sa longue tresse tomber sèchement dans son dos. Rien que par ce détail, son véritable sexe ne faisait plus aucun doute, alors elle inclina légèrement la tête en souriant.

    - Je suis Elia, et je suis la pour t'aider.

    Elle sourit de nouveau, en sachant pertinemment que cette phrase allait monter sa suspicion, mais il fallait passer par un coup sur le coté pour pouvoir agir et gagner sa confiance ensuite. Ce n'etait pas uniquement indispensable, c'etait vital. Aussi elle lui tendit la main pour lui proposer de la serrer et de lier cette rencontre de façon plus concrete.

    - Je dispose de tout un éventail de...capacités. D'experiences. Experiences qui peuvent faire en sorte que je devienne un veritable cauchemars pour les jeunes gens comme lui. Si tu as envie, je peux t'aider a l'attraper. Nous pourrons obtenir des informations.

    Mais son visage redevint neutre, perdant son sourire, se faisant plus perçant, comme pour essayer d'attraper son attention et d’être un peu plus sévère. Elle avait une autorité naturelle qui émanait de son etre, sa posture, ses yeux.

    - ...Mais pas question de le blesser trop fort. Commençons a ma façon. La vengeance ne fera qu'engendrer plus de violence, il faut faire en sorte que ce soit dans une optique defensive avant tout. Pour protéger cet endroit. Je peux vous faire confiance ?

    Elle ne lui faisait pas le moins du monde confiance bien sur, c'etait son travail aprés tout. Mais il fallait bien le dire et le faire croire. C'etait la base...
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum