DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Mégère

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Entre cauchemar et chaos [Solo] I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Chant des Ronces
    Derniers sujets
    Passation de pouvoir [PV - Arès]Aujourd'hui à 1:48Koraki Exousia
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirAujourd'hui à 1:01L'Amiral Bigorneau
    Validations RP - PancraceAujourd'hui à 0:27PNJ
    Le feu de la forge. (Pv- Cyradil)Hier à 23:51Kilaea Sliabh
    Trois pour un [Sixte]Hier à 22:13Pancrace Dosian
    Leur combat Hier à 21:51Isolde Malkyn
    Anha zhavvorsa [Tensai]Hier à 20:57Tensai Ryssen
    Aller en bas
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 170
    crédits : 231

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Mer 17 Jan - 21:09
    Entre cauchemar et chaos
    Feat. Carnage

    Kyouji, Janvier de l’an 0
    Quelques jours après la victoire de Tensai sur Kyouji

    - Où… où suis-je ? J’ai mal, partout. La douleur, elle est présente dans tout mon être. Mon visage me brûle, j’ai l’impression que des flammes me caresse la peau.

    À ce moment-là, j’étais encore étalé sur le plancher froid et humide de ma cave. Je n’avais pas encore ouvert les yeux, et heureusement d’ailleurs. Mes pensées étaient encore floues et incertaines. Je ne savais pas vraiment quelle heure il était, ni même combien de lunes s’étaient écoulées depuis mes derniers souvenirs. D’ailleurs, la dernière chose dont je me souvenais, c’était de voir tous ces visages pleins de sang dans le palais de Kyouji. Celui de mon oncle, Aiseann Leezen, mais aussi celui de ma tante, Inra Leezen. Mais pas seulement, il y en avait un troisième dans mes souvenirs, celui d’un être cher.

    - Lyra peut-être ? Non, elle est encore en vie, je le sais. Mais… qui ?

    Après cette première interrogation, mes paupières s’ouvrirent pour laisser mes prunelles pourpres émerger. La première émotion qui m’avait envahi était la surprise. Pourquoi la surprise ? C’était très simple, la vue de mon bras droit. Il était complètement différent d’auparavant. En plus de sa couleur complètement noire, des sillons orange virant au rouge se dessinaient dessus, comme si des flammes circulaient à l’intérieur de celui-ci. Enfin, je ressentais une nouvelle énergie, un nouveau pouvoir semblait habiter mon corps. Je ne savais pas réellement ce dont il s’agissait et puis, là n’était pas la question.

    Pourquoi étais-je dans la cave de ma maison, alors que mes derniers souvenirs me ramenaient dans le palais royal, avec devant moi les visages de mon oncle et de ma tante couverts de sang. Et toujours celui qui ne me revenait pas, celui d’un être cher. Mais, il était vraiment impossible pour moi de m’en souvenir, vraiment. Mes pensées étaient encore troubles, je n’arrivais pas à réfléchir correctement, et, même allongé sur le sol, je ne contrôlais pas certains de mes mouvements. C’était étrange.

    Bien, il était temps pour moi de me lever, peut-être pouvais-je déjà examiner la situation dans laquelle je me trouvais. Naturellement, avant de me mettre sur mes jambes, je me redressai, non pas sans mal, afin de me mettre à genoux. Une position qui était fort agréable pour pratiquer la méditation. C’était comme cela que ma cousine Lyra m’avait appris à procéder. Mes iris pourpres scrutaient les alentours, derrière moi, une porte semblant mener au sous-sol de ma maison. Et devant moi se trouvait trois piliers en pierre et, sur chacun d’eux se trouvait un objet. Pour celui de droite et celui de gauche, je pus difficilement discerner des silhouettes d’épées. En revanche, sur celui du milieu, je ne vis rien de bien précis.

    Ma vision semblait revenir petit à petit, devenant plus net au fur et à mesure que les secondes passaient. J’attendais donc quelques instants, fermant les yeux et me concentrant sur l’énergie qui habitait mon corps. Mais, je ressentais une sensation étrange. Habituellement, cette énergie était concentrée au centre de mon torse, là où mon cœur battait intensément. Mais aujourd’hui, cette énergie était éparpillée dans l’entièreté de mon être, avec une grande concentration dans mon bras droit. C’était le chaos.
    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 170
    crédits : 231

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Mer 17 Jan - 21:15
    Entre cauchemar et chaos
    Feat. Carnage
    Cela faisait quelques minutes que j’essayais de méditer, mais sans succès. L’énergie m’habitant était bien trop intense pour que je puisse y faire quoi que ce soit. Enfin, je me décidai à finalement rouvrir les yeux et, heureux de constater que ma vision était redevenue normale, voire meilleure qu’auparavant, mais ça, c’était certainement une impression.

    Bien, il était temps pour moi d’enfin me lever, et d’essayer de comprendre ce qu’il m’arrivait. Une fois sur mes deux jambes, et pas sans mal, j’étais en mesure d’observer mon environnement avec plus de précisions. Mais ! Mes iris pourpres s’ancrèrent instantanément sur une chose, sur un objet. Non, un artéfact serait un meilleur mot. Un masque ressemblant étrangement au visage des êtres de la race de mon père, un masque oni. Il était entièrement blanc et possédait quelques traits rouges écarlates, presque de la même couleur que le sang. Des cornes ornaient le haut du masque, des cornes rouges.

    - Je m’en souviens, maintenant. Une voix horrible résonnait dans ma tête et, elle semblait venir de ce masque. Était-ce juste mon imagination ? Non, c’est impossible, c’était bel et bien réel. Et puis, quand je l’ai mis sur mon visage j’ai… Je ne sais plus, c’est un trou noir total depuis ce moment-là.

    Enfin, je décidai quand même de prendre le masque avec moi. Mieux valait-il être prudent. Je vins ensuite me diriger vers le deuxième pilier, celui à ma droite. Une magnifique épée rouge et noire était exposée dessus. Étant droitier, je ne me posai pas de question et saisis la magnifique lame écarlate de la main gauche. Cependant, à l’instant même où la paume de ma main humaine entra en contact avec le manche de l’arme, je ressentis une douleur insoutenable.

    Suite à cette douleur, il ne me fallut pas bien longtemps avant de retirer ma main. Mais, en regardant ma paume gauche de plus près, je vis une brûlure fraîchement dessinée sur cette dernière. C’était certainement la conséquence de mon acte. Je me décidai à attacher le masque au morceau de tissu qui servait à recouvrir mon torse afin de me libérer les mains. Ainsi, je pus dans trop de souci tenter de saisir le manche de l’épée avec ma main droite. Et à ma grande surprise, aucun mal ne survint, aucun mal ni aucune brûlure. Naturellement, j’en conclus bien trop rapidement peut-être que l’épée avait un rapport certain avec la malédiction qui touchait la famille Staal.

    Ensuite, je me dirigeai vers le troisième et dernier pilier. Sur celui-ci se trouvait une bien mystérieuse arme. C’était une épée, oui, mais une épée comme je n’en avais jamais vu auparavant. Cette forme fine et courbée était si… particulière. Après tout, qu’importe, je pris le fourreau de la lame et vins la placer à l’intérieur. Ainsi, je venais de me procurer trois artéfacts bien mystérieux, et je n’avais pas la moindre idée de leur utilité.

    - Un masque en forme d’oni qui m’a l’air, démoniaque. Une épée rouge et noire, très belle, mais que je ne peux visiblement manier qu’avec mon bras droit. Et une seconde épée, possédant une finesse et une courbure que je n’avais encore jamais vue. Parfait !

    Ainsi, je quittai la mystérieuse pièce adjacente à la cave de ma maison, puis, je montai tranquillement les planches de bois qui servaient à atteindre le rez-de-chaussée.
    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 170
    crédits : 231

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Mer 17 Jan - 21:21
    Entre cauchemar et chaos
    Feat. Carnage
    Une fois arrivé à l’étage, je vins m’asseoir sur l’une des seules chaises restantes dans ma maison. Enfin, je n’avais pas encore pu contempler l’étendue des dégâts provoqués par les barbares de l’armée de Tensai Ryssen. La porte d’entrée, faite de bois, était à moitié fracassée, j’avais l’impression que de violents coups de hache y avaient été portés. Pire encore, la table était fendue en deux, une table en pierre qui plus est. Oui, mes parents n’étaient pas forcément riches, mais visiblement ils avaient les moyens de s’offrir de bonnes choses.

    Mis à part la table, la porte et quelques chaises, la vaisselle faite en terre cuite était, elle aussi, répandue au sol. Des verres aux assiettes en passant par les plats, tout était explosé. Au moins il restait encore le meuble de bois noble de grand-mère. D’ailleurs, je vins entreposer les trois artéfacts sur ce dernier. Je tournai donc la chaise face au meuble, afin de pouvoir admirer précisément le masque et les deux épées. Mais ma concentration vint se porter sur cet étrange masque.

    - D’où vient ce masque ? Non, est-ce vraiment un masque ? Puisque les masques ne parlent pas d’habitude. C’est peut-être le visage d’un démon ? Non, c’est ridicule. Enfin, peu importe, peut-être devrais-je pouvoir tirer un bon prix de cette babiole ? Non plus, c’est un héritage familial, enfin je crois. Je sais pas en fait. Putain ! Bon aller, je vais aller faire un tour et observer l’étendue des dégâts de ce siège.

    Aller faire un tour, oui, j’avais eu une merveilleuse idée à ce moment-là. Les rayons émis par l’astre lunaire peinaient à se trouver un chemin au travers de ma fenêtre et moi, Erwin Staal, je n’avais pas de meilleure idée que de me barrer. Enfin, après tout, c’était un moyen de me dégourdir les jambes après tout, mieux valait-il le voir comme ça. Bien, j’allai dans ma chambre chercher ma sacoche en soi, faite par la maison Leezen. Un cadeau de ma cousine pour les vingt-et-un ans et mon admission à l’université de Drakstrang. Enfin, je n’y avais jamais mis les pieds. J’avais dû trouver un travail pour subvenir aux besoins de mes parents et les épauler du mieux que je pouvais. Mais ça, ce sera le sujet d’une autre histoire.

    Avec la sacoche, je pris également les fourreaux de mes épées, que je vins attacher en croisée dans mon dos. Ainsi, au besoin, je pourrais dégainer mes armes sans le moindre problème. Et puis, dans une ville en proie à autant de tension, et de nuit en plus, mieux valait se protéger. Oui, je n’avais pas de grand talent au combat à l’épée, mis à part les enseignements reçus par ma cousine, mais je devais faire avec.

    Dans ma précieuse sacoche, je vins ranger le masque. Ne sait-on jamais, peut-être pourrait-il m’être utile une fois à l’extérieur. Je ne savais rien de lui, mis à part le fait qu’il me parlait, enfin j’imagine, et qu’il m’a provoqué une amnésie soudaine. Bref, une fois tout le matériel en ma possession, je me hâtai vers la sortie, pressé de fouler l’extérieur avec mes pieds.
    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 170
    crédits : 231

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Mer 17 Jan - 21:25
    Entre cauchemar et chaos
    Feat. Carnage
    Les rayons de la lune venaient caresser ma main gauche, alors que le reste de mon corps était caché par un voile de tissu. Que ce soit mon visage ou mes bras, rien n’était visible par les passants. Je n’avais jamais caché mon bras auparavant, mais, maintenant, c’était différent. J’ignore ce qui coulait sous la carapace de mon bras maudit, mais ce n’était certainement pas du sang. C’était plus prudent de ne rien montrer, même ma main droite qui était aussi en proie à ces vaisseaux de feu. Je dis vaisseaux de feu, mais ce n’était qu’une simple supposition à ce moment-là.

    Je déambulais ainsi, dans les rues de la magnifique ville de Kyouji. Mais du coup, était-elle au Reike ? Pouvait-on la considérer comme une cité Reikoise maintenant qu’elle était tombée aux mains des barbares ? Avec les Draknys encore présents sur le trône, pouvait-on vraiment considéré Kyouji comme étant encore au Reike ?

    - Suis-je encore un citoyen de la noble Nation du Dragon ? Est-ce que tous ces gens sont encore Reikois ? Oh et puis, je m’en branle en fait. Je déteste les Draknys, qu’ils crèvent. Puis Ryssen, je m’en fous à vrai dire.

    Alors que je me promenais tranquillement dans la cité détruite, ravagée par ces putains de barbares, je vins m’enfoncer sans le vouloir dans une petite ruelle, perdu dans mes pensées. La cité frontalière n’était déjà pas très sûre la nuit, ni la journée d’ailleurs, mais durant une période de crise, c’était certainement bien pire. Je me hâtais donc, naturellement, les brigands étant visiblement de sortis ce soir-là.

    Je fus interpellé par deux grands gaillards, et oui, plus grand que moi, étonnant non ? À vrai dire, c’étaient des Drakyns, certainement ceux du clan Ryssen. Au total, leur groupe comptait sept personnes, quatre hommes et trois femmes. Était-elle des prostituées ? Non, elles n’en avaient pas l’air, elles étaient presque aussi grandes que moi. Bon, sept contre un, autant dire que je n’avais pas vraiment de quoi gagner. Même si j’étais assez large d’épaule et grand, je ne faisais pas le poids. Autant voir ce qu’ils veulent dans ce cas.

    - Alors alors alors, qu’avons-nous là ? Un petit humain ? Enfin petit, t’as l’air bien plus grand que la plupart des gringalets de cette ville, mais bon. Héhé, t’es petit quand même.

    - Bonsoir messieurs, que puis-je faire pour vous ? J’aimerais éviter les problèmes.

    - Ta sacoche elle est belle, et le blason dessus, il me rappelle celui des mecs que j’ai butés dans le palais. Aaaah, y étaient trois, des riches visiblement. C’est limite pas s’il y avait de l’or qui coulait de leurs entrailles héhéhé. Tu dois être un voleur, vu ton style je pense pas que tu sois de leur famille hein.

    - De quoi parles-tu ?

    - Bah, ta tenue elle fait…

    - Non pas ça, combien ils étaient ceux qui portaient ce blason ?

    - Boarf, trois. Un homme un peu niais et deux femmes, pourquoi ? C’est à eux, la sacoche ?

    - Non, c’est à moi. Je… je…

    Aussitôt, je décrochai une énorme droite en direction du visage du Drakyn. Bon, il n’avait pas bougé d’un pouce en fait. C’est limite si je ne l’ai pas chatouillé avec ma frappe. La cuirasse des Drakyn était bien trop épaisse, même pour quelqu’un comme moi, qui possédait du sang de oni. Enfin, j’étais naturellement fort, mais pas à ce point-là.
    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 170
    crédits : 231

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Mer 17 Jan - 21:29
    Entre cauchemar et chaos
    Feat. Carnage
    - Tu fais quoi là ? T’es sérieux, petit machin ? D’où tu touches à mon chef là ?

    - Ça va, ça va. Je vais m’en occuper. Va veiller sur ma femme, plutôt. Et vite.

    - Bien, patron.

    - Et toi, je vais te tuer pour avoir osé me toucher, petit fumier.

    Soudain, le poing du Drakyn s’enfonça dans mon ventre, me faisant reculer de quelques mètres d’un léger saut. Aussitôt, je tombai à genoux, crachant ma salive à force de tousser. Le coup m’avait fait mal, ça c'était certain. Ensuite, avant même que je ne puisse faire quoi que ce soit, un coup de pied vint s’écraser sur mon visage. Ce dernier percuta violemment sur le sol rocailleux de la ruelle. Je me mis à saigner de la bouche et une légère ouverture se fit voir sur mon arcade. Je prenais cherche, ça oui.

    J’essayais de me relever, mais je ne pus que me redresser légèrement, avant qu’un second coup de pied vienne percuter mon torse, m’envoyant valser deux mètres plus loin. L’adrénaline montant, je parvins à me relever rapidement. Je détachai les fourreaux, laissant l’acier de mes lames percuter le sol rocheux. Je laissai également la sacoche tomber au sol, et j’enlevai la cape. Ainsi, j’étais devant mon ennemi, totalement libre de mes mouvements et prêt à le défoncer.

    Le gros Drakyn ricana bruyamment, se moquant ouvertement de moi. Comme si je n’étais pas capable de le mettre à terre. Je fermai rapidement les yeux, me concentrant sur l’énergie ressentie plus tôt dans mon bras. Je la sentais, cette puissance, d’où venait-elle bon sang ! Peu importe. D’un coup sec, je brandis le poing vers l’avant, comme si je frappais mon adversaire, mais dans le vide. Si au début il riait, ça ne durerait pas bien longtemps.

    Une faible boule enflammée fonça droit sur le Drakyn. Oh ce salopard se stoppa net dans son rire en prenant du feu de plein fouet. Même si ce n’était pas aussi puissant que ce que j’attendais, ça le déstabilisa, tellement qu’il appela son pote pour venir l’aider. Me voilà bien, face à deux Drakyn bien plus fort que moi.

    D’un élan de courage, je me ruai sur mes deux adversaires, mais ils me décrochèrent tous deux une droite. L’une dans le torse et l’autre dans le visage. Bref, je volai encore vers l’arrière, quasiment inconscient après les frappes que je venais de recevoir. J’étais allongé sur le sol, et devant moi se situait ma sacoche.

    - Erwin… il est temps.

    - Eh ducon, tu ne te relèves pas ?

    - Erwin… le… masque…

    - Eh oh, t’es pas déjà mort hein ? On a même pas eu le temps de jouer.

    - Putain Erwin le masque ! touche-le, tout de suite !

    J’entendis derrière moi, le Drakyn ricaner, avant de bondir dans les airs. S’il m’écrasait, c’en était fini de moi, je serais écrasé comme une vulgaire fourmi, par un dragon bien plus fort que je ne pouvais l’être. Enfin, on dirait que mon égo avait eu raison de moi ce soir. Dans un dernier soupir, je parvins à frayer un chemin à ma main, à l’intérieur de ma sacoche, pour essayer de toucher le masque. Soudain, des flammes s’échappèrent de ce dernier.
    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 170
    crédits : 231

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Jeu 18 Jan - 10:17
    Entre cauchemar et chaos
    Feat. Carnage
    Il semblait que le demi-oni avait vu juste en ce qui concernait l’origine des Drakyns qu’il avait croisés, ils étaient des barbares au service de Tensai. Ceux qui avaient massacré les soldats et les Pro-Draknys, qui opposaient une résistance face à l’envahisseur. C’étaient également ceux qui avaient massacré la famille d’Erwin, son oncle, sa tante, sa mère. Et oui, sa mère était déjà morte, mais cela, il ne le savait pas encore.

    Enfin ! Le Drakyn émergea de son sommeil, doucement. Seulement, il ne savait pas où il était. Cela ressemblait plus à une cave, éclairée par une seule lueur, une faible lueur émise par une bougie. Le plancher était taché de quelque goutte de sang encore fraîche. Il tourna sa tête sur sa droite, et là, il eut une vision d’horreur. Pas vraiment d’horreur, ce n’était rien comparé au meurtre qu’il avait commis quelques jours plus tôt. Devant lui se dessinait la silhouette de son homme de main, son second. Il l’avait reconnu grâce aux nombreuses cicatrices dessinées sur son bras gauche. Jusque-là, tout était normal. L’horreur n’était pas sur le bras ou le corps de l’homme, ou plutôt, elle n’y était plus. En effet, la tête du Drakyn n’était plus en place.

    Dégoûté, il tourna la tête de l’autre côté, vers la gauche. Mais ce n’était pas bien mieux. Il vit sa femme, couverte d’entaille. Le sang était déjà sec sur son visage, mais par contre, il semblait encore frais sur ses… poignets. Voyant cela, il essaya de hurler de toutes ses forces, mais c’était impossible, il n’arrivait plus à émettre le moindre son de sa bouche. Il ignorait pourquoi, était-ce de la magie ? Ou simplement une mutilation ? La situation semblait désespérée pour le Drakyn, qui, en plus de cela, était enchaîné. Les mains attachées dans le dos, les pieds enchaînés.

    Le Drakyn était tétanisé, mais ce n’était pas tout. La tête de son fidèle acolyte vint rouler jusqu’à ses pieds. Sur son visage était taillé un grand sourire. Et de multiples chiffres étaient gravés dans sa tête. Tous avaient une signification bien particulière. À qui le Drakyn avait-il à faire ? Un psychopathe vivant dans Kyouji ? C’était insensé, qui pouvait faire ça ? Le petit gringalet qu’il s’apprêtait à écraser quelques instants plus tôt ? D’ailleurs oui, il ne se souvenait plus de rien, c’était étrange.

    Le barbare se décida à lever la tête, décrochant son regard terrifié du visage de son ami, ou du moins, de ce qu’il restait du visage de son ami. Les pas étaient lourds et un rire sadique émanant d’une voix déformée venait de devant le Drakyn. C’était certainement le démon qui avait fait cette… œuvre d’art.
    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 170
    crédits : 231

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Jeu 18 Jan - 10:45
    Entre cauchemar et chaos
    Feat. Carnage
    - Pourquoi avoir peur, petit Drakyn ? Regarde, ton petit copain a en grand sourire sur le visage, tu devrais faire comme lui. Ça n’a pas été facile de le faire rire, crois-moi. Enfin, pas tant que sa tête était encore sur son cou, mais une fois détachée, ou plutôt arrachée, c’était étonnamment plus facile.

    Le démon masqué, tout en parlant, s’avançait vers sa victime tout en riant légèrement. Un rire à glacer le sang, c’en était horrible pour le pauvre Drakyn qui avait les mains liées. Une fois arrivé à hauteur de ce dernier, le Nevi’im se baissa sans plus attendre, ramassant la précieuse tête de sa victime. De son masque sortait quelques flammes, il était en train de rire bruyamment. D’une main, il força le Drakyn encore en vie à regarder devant lui, puis de l’autre, il plaça la tête de son ami qui esquissait un grand sourire.

    - Il est beau, n’est-ce pas ? Tu dois certainement te demander pourquoi j’ai pris le temps de graver tous ces chiffres sur le visage de ton ami, eh bien, l’explication est très simple. Ils lui servent de protection dans l’au-delà, afin de ne pas succomber au néant.

    Effectivement, c’était une des croyances de l’époque, enfin, une supposée croyance de l’époque. Les souvenirs de carnage étaient encore trop faibles, ce qui était normal, après avoir passé tant de millénaires enfermé dans un masque.

    - Aaah, je ne suis pas un monstre, tu vois ? Il ne faut pas avoir peur.

    Aussitôt, il lâcha la tête sans vie, puis il fit apparaître une dague enflammée à l’aide de son bras maudit. Il approcha la lame incandescente de sa victime, plus précisément de son front. La chaleur dégagée par cette dernière suffisait à le faire suer. Puis, sous les tentatives de hurlement du Drakyn, il dessina un énorme « 6 » sur le front de ce dernier. Le démon s’était arrangé pour que le sang bouillant coule le long du front de sa victime, venant se loger dans les yeux, afin de les lui brûler. Oui, il pouvait paraître cruel, mais c’était ce que l’instinct de son hôte lui dictait discrètement, c’étaient ses désirs enfouis.

    - Ça fait mal ? Je suis désolé, pauvre petite chose. Mais tu es bien plus beau comme ça, crois-moi. Mmmh, je ne vais pas te tuer tout de suite, je vais m’amuser encore un peu. Avec toi, peut-être ?

    D’un autre sourire, le bourreau saisit la tête de sa victime, et la tourna vers sa gauche. La femme de ce dernier venait de se réveiller, et elle hurlait, elle. Des larmes de sang coulaient de ses yeux meurtris, car oui, le démon lui avait enfoncé une lame incandescente dans ses prunelles autrefois argentées.

    - Je vais jouer avec elle, plutôt. Ça ne te dérange pas, j’espère ? Enfin, tu ne me réponds pas, je vais donc prendre ça pour un non. Merci, brave petit Drakyn.
    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 170
    crédits : 231

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Jeu 18 Jan - 22:19
    Entre cauchemar et chaos
    Feat. Carnage


    L’être au masque démoniaque se tenait devant la jeune Drakyn, aux yeux meurtris, le sang coulant le long de ses joues. Sous le masque se tenait un visage, humain, mais actuellement, l’humain hybride n’avait pas la capacité d’agir, il était inconscient et totalement impuissant face aux horreurs que s’apprêtait à commettre Carnage, le démon habitant le masque. En Nevi’im, le nom de Carnage se traduisait par Vortis, qui signifiait : Incarnation de la désolation. Voilà ce qu’était la véritable nature du démon habitant Erwin. Soudain, un violent coup de pied partit en direction du ventre de la jeune Drakyn, qui vola vers l’arrière et tomba sur le dos, toujours attachée à la chaise, en hurlant de douleur.

    - Jaan Vortis, Thaax Nemora du Kaos, Eshraadil de Vasharok Desolathis.

    Ces mots résonnèrent dans l’entièreté de la cave, la voix semblant démoniaque, reflétant une vision auditive d’horreur. Ces mots, seul le démon et ceux qui connaissaient cette langue était capable de le comprendre, seul les Nevi’im pouvait le comprendre. Mais à sa connaissance, il était le seul de son espèce à être encore en vie. Le démon, d’un geste brusque, tourna la chaise sur laquelle était assis le Drakyn, qui allait pouvoir observer la scène, non, l’œuvre qu’allait accomplir Vortis.

    - Zakorash, tuun vaskal khyronath veran thulartis, pethraak Drakynis.

    Puis, le visage démonique vint se poster au-dessus de la pauvre femme, inerte sur le sol, hurlant de toutes ses forces. Elle préférait certainement être morte plutôt que de vivre sans ses yeux, et sans ce que Carnage s’apprêtait à lui enlever.

    - Vun Dargith ? Vun Valthan ? Vun Brakor ? Vun Paelix ? Vun Jalgath ? Oth vun Thraakal ?

    La main droite du demi-oni vint se porter sur sa ceinture, d’où il saisit sans tarder un des poignards qu’Erwin portait toujours sur lui. Une magnifique lame en acier, mais, elle était effritée. Pas grave, ça n’allait être que plus savoureux pour Carnage. Puis, de sa main gauche, le démon vint plaquer la main droite de sa victime au sol. Posant son pied sur le bras de la Drakyn, afin de l’immobiliser, il se baissa, couteau à la main, puis, il enflamma légèrement la lame afin de la faire chauffer. Ensuite, il commença à couper le pouce de sa victime, laissant la lame brûlante pénétrer la chair de la pauvre femme.

    - Vun Dargith.

    Puis, sous les hurlements de douleurs de la Drakyn, il fit glisser la lame du poignard vers l’index, la lame légèrement refroidie, ce qui rendait la découpe plus difficile.

    - Duo Dargiths.

    La lame refroidie, il la réchauffa calmement, laissant de légères flammes émaner de la fente de son masque. Puis, il s’attaqua au majeur.

    - Tris Dargiths.

    Puis, d’un coup sec, la lame se rendit sur l’annulaire, sans attendre une seule seconde, l’annulaire tomba.

    - Quarth Dargiths.

    Et enfin, il souleva son pied, laissant le bras de la femme hurlant de douleur libre. Il saisit sa main, sur laquelle il ne restait que l’auriculaire, puis, il la porta dans la fente du masque.

    - Quint Dargiths.

    Aussitôt, il lâcha le bras de sa victime agonisante, le laissant frapper le sol violemment. Puis, un rire ignoble s’échappa de l’être démoniaque. Le Drakyn lui, pleurait à la vue de la torture infligée à sa femme. Pourquoi ? Comment ? Il ne savait pas comment il était arrivé ici, c’était un cauchemar. Un cauchemar sans fin.
    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 170
    crédits : 231

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Jeu 18 Jan - 22:25
    Entre cauchemar et chaos
    Feat. Carnage


    Carnage, l’incarnation de la dévastation, s’apprêtait à commettre un acte horrible. Riant aux éclats avec sa voix démoniaque, le demi-oni se retourna vers la femme avachie sur le sol. Il avança, passant à côté d’elle sans même prendre le temps de la regarder. Puis, soudainement, la femme fut tirée par la force de l’humain possédé. Il l’avait saisi par sa chevelure d’argent, venant la traîner au centre de la pièce. De sa main s’échappait une traînée de sang. De son visage s’écoulait des larmes de sang. De sa bouche s’écoulait ses sécrétions. Pour le Drakyn, la scène était horrible, mais, il n’avait encore rien vu.

    Laissant le corps de la pauvre femme sur le sol, le demi-oni partit quelques instants, puis, il revint avec cinq cierges noirs, cinq précisément. Il les disposa méticuleusement autour de la jeune femme, deux à sa droite, deux en bas et une en haut. Il vint ensuite placer les extrémités du corps de la femme au bout des cierges, dessinant ainsi une étoile avec le corps de la Drakyn.

    - Vun nova Stelaris nathis vornak, Yalmina, kinthra des Drakynis. Kethra las flammathis resplandor de milleth furias.

    Ainsi, après ses paroles, les cierges émirent chacun une magnifique flamme, contrôlées par la magie du Nevi’im. Ses pas résonnèrent, il marchait tout autour du cercle de feu, autour de l’étoile. Puis, avec le poignard effrité, le tenant de la main gauche, il vint s’ouvrir son bras maudit. Une entaille profonde, elle paraissait net, ce qui pouvait être étonnant lorsqu’on voyait l’état du couteau. Le sang coulant du bras maudit d’Erwin était orangé, certainement un mélange avec son sang impur et la magie du démon.

    Puis, il saisit le couteau dans la main droite, puis il s’ouvrit le bras gauche. Son sang était d’un rouge profond, certainement dû à l’impureté de ce dernier, étant issu d’une hybridation entre un humain et un oni. Puis, il s’ouvrit la gorge, laissant couler un mélange entre son sang impur et l’essence de sa magie. La coupure était ignoble, imprécise et certainement douloureuse. Mais le démon lui, rigolait. Il avait des plaies béantes sur ses bras et sa gorge, et cela le faisait grandement rire.

    - De las vulnathis gapinga de mon hospes fluit irath, odium et kaos.

    Sa voix était de plus en plus déstructurée, de plus en plus déformée. Il vint se poster au-dessus de sa victime, puis, il laissa couler le sang de son hôte sur la Drakyn. Les flammes sur les cierges devenaient de plus en plus intenses, le feu caressait presque le plafond de la cave. C’était l’enfer, oui, une vision de l’enfer par les mortels. Une fois le sang tombé sur la femme à la chevelure d’argent, les plaies présentes sur le corps de l’hôte de carnage vinrent se refermer, laissant des flammes s’échapper de ces dernières. Puis, il se recula, se plaçant face à la femme étalée telle une étoile.

    Jaan Vortis la mort
    Jaan Vortis la kaos
    Jaan Vortis la desolathis

    Audis mea petithio
    Audis mea judicium
    Permithis-me praesentare tibi anima
    Permithis-me adquirere totus mea plena potentia

    Sanguis est mea essentia
    Flammathis sunt mea
    Nihil me prohibet
    Daemon, reincarnathis-te

    Dans ses paroles terrifiantes se faisaient ressentir la puissance et le pouvoir du démon. Ainsi, pendant sa prière à un être qui lui était supérieur, le corps de la femme s’enflamma. Les flammes étaient hautes, l’incandescence était incroyable. Puis, à la fin des paroles du Nevi’im, les flammes émanant de la Drakyn se dirigèrent vers le masque, dans le masque. Il aspirait l’âme de sa victime, puisant dans son essence vitale. Le corps de consuma, le Drakyn pleura, la femme disparut, puis, après quelques secondes de hurlement et de tourment, un ricanement émana du masque.

    Les cierges s’éteignirent une à une, plongeant inévitablement la cave d’Erwin dans le noir total.

    Plus un son, si ce n’était les tentatives de hurlement du Drakyn.

    La chaleur devenait de plus en plus insoutenable.

    Puis une source de lumière arriva.

    Une lame incandescente fut créée dans la main droite du demi-oni.

    D’un coup sec, la tête du Drakyn vola.
    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 170
    crédits : 231

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Sam 20 Jan - 11:07
    Entre cauchemar et chaos
    Feat. Carnage
    La tête du Drakyn tomba.

    Elle tomba sur le plancher moisi de la cave d’une petite maison de Kyouji. Une maison qui n’était certainement pas isolée des autres habitations. Le démon ricanait en observant la tête du misérable Drakyn, qui se sentait suffisamment puissant pour s’en prendre à un pauvre type seul, et qui finalement, finit sans sa tête. Enfin, peu importe, l’être au masque enflammé sortit de la cave, sans même prendre le temps de refermer derrière lui, ou de faire disparaître les corps sans vie. Bien qu’un d’entre eux était complètement carbonisé, les deux autres eux, n'avaient juste plus de tête. Les pas résonnaient sur le plancher humide, laissant une légère trace de brûlure sur le bois.

    Il partait, montant les escaliers, les enflammant au passage. Oui, il n’avait pas l’air de se soucier spécialement de ce qu’il pouvait arriver à la maison de son hôte. Et pour cause, une fois à l’étage, l’être démoniaque dans le corps du bretteur demi-oni, se plaça au centre de la seule et unique pièce de la maison. Il concentra toute son énergie, le bras droit de l’humain s’enflammant, les flammes sortant de ses yeux et par les coins de sa bouche. L’être dévoilait finalement sa véritable puissance. Oui, Carnage était puissant, bien plus que ne le serait jamais Erwin. Cependant, cette puissance était inhibée par le corps de son hôte. Donc oui, enfermé dans ce masque, Carnage ne serait pas ce qu’il était autrefois, non, jamais, et il le savait.

    Soudain, la magie que canalisait Carnage fut relâchée, projetant des flammes tout autour de lui, enflammant en même temps la maison du pauvre Erwin. En un instant, l’habitation d’Erwin était en proie aux flammes démoniaque de l’habitant du masque. Épuisé, le démon, en possession du corps du demi-oni, sortit tant bien que mal de la maison en feu. Certes, une habitation enflammée attirait l’œil du voisinage, forcément. Mais, avec le peu d’énergie qu’il lui restait, le démon se rendit invisible, puis, il partit plus loin.

    Il marcha quelques minutes, avant de s’arrêter dans une petite ruelle adjacente à l’une des grandes rues. Une ruelle totalement isolée, sans le moindre passant. Puis, il s’assit et redevint visible. L’énergie étant manquante, le masque disparut de lui-même, dans un nuage de cendres, le démon s’envola, dévoilant le visage d’Erwin, en sang. Erwin était tellement fatigué, vidé de toute son énergie, qu’il perdit connaissance, fermant ses yeux pourpres. Il n’avait à peine eu le temps de reprendre conscience. Pour Erwin, son dernier souvenir était le moment où il venait de toucher le masque, peut-être pensait-il qu’il était mort ?
    CENDRES
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum