DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    La ballade du voyageur [ft. Hestia] InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    La mascarade de minuit. [PV Gwynneth De Evelune]Aujourd'hui à 0:02Galen Torvalds
    Le feu de la forge. (Pv- Cyradil)Hier à 23:00Kilaea Sliabh
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirHier à 22:13Capitaine Saumâtre
    RP's de Mortifère [République]Hier à 17:47Abraham de Sforza
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 17:43Résiliente & Crow
    Echappée Belle [PV Kilaea]Hier à 16:46Kilaea Sliabh
    Validation des rps de KassandraHier à 16:30Kassandra Whype
    Aller en bas
    Noble de La République
    Noble de La République
    Verndrick Vindrœkir
    Verndrick Vindrœkir
    Messages : 27
    crédits : 244

    Info personnage
    Race: Humain/Elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3712-termineeverndrick-j-vindroekir
  • Sam 11 Mai 2024 - 1:21
    Courage, an -34.

    Verndrick avait accosté à Courage deux jours plus tôt. Il rentrait d’une chasse à l’aboleth. Le mollusque coulait tous les petits bateaux qui naviguaient dans les eaux au nord de la ville. Les marins avaient fini par croire qu’il s’agissait d’un kraken et une prime avait été mise sur la tête de l’animal. Verndrick avait rejoint l’expédition chargée d’occire la bête et ils avaient été contents de découvrir qu’ils n’avaient pas affaire à un kraken mais plutôt à une aboleth qu'on avait laissée grandir trop longtemps.

    De retour à Courage, il comptait rentrer directement à la résidence familiale de Liberty avant d’apprendre qu’une représentation privée aurait lieu dans les locaux d’une famille noble bientôt. Il trouva la distraction bienvenue et s’arrangea pour obtenir une invitation.

    La représentation était tout ce qu’on lui avait promis. Une réunion d’esprits passionnés et d’artistes de talent. Il suivit d’une oreille distraite la prestation de chaque artiste, préférant boire et discuter avec les convives. Il voyageait beaucoup et il profita de l’occasion pour prendre des nouvelles des acteurs les plus proches du pouvoir, de ce qui se passait dans la République. Il ne fit donc pas attention quand une harpe fut amenée sur la scène et qu’on annonça la prochaine artiste. Il ne retenu que le nom « Wessex », un nom connu de tous les républicains. Curieux, il se déplaça plus près de la scène.

    La salle était maintenant baignée d'une lumière dorée tamisée, les rayons du soleil couchant filtrant à travers les fenêtres pour créer une ambiance chaleureuse et magique. Au centre de la pièce, sur une estrade richement décorée, une elfe se tenait gracieuse, une harpe reposant délicatement sur ses genoux, et un silence anticipatif enveloppait l'auditoire. Verndrick procédait déjà par élimination pour identifier qui, chez les Wessex, avait des penchants artistiques. Sa mère de substitution, Satoshi, s’assurait toujours de mettre à jour son éducation sur la politique et les personnes d’intérêt de la République.

    Elle commença à jouer, ses doigts caressant les cordes de la harpe avec une habileté experte. Les premières notes résonnaient doucement dans la salle, créant une mélodie enchanteresse qui semblait suspendre le temps. Puis, sa voix pure et cristalline s'éleva, emportant les auditeurs dans un voyage imaginaire. Et Verndrick identifia enfin l’artiste, le nom de famille, la description, la harpe, la voix. S’il croyait les souvenirs de ses leçons avec Satoshi, ça ne pouvait qu’être Hestia Wessex.

    Elle chanta dans la langue ancienne des elfes, sa voix évoquant les murmures du vent dans les arbres et les chants des oiseaux dans les bois sacrés. La chanson parlait d'un voyageur solitaire, un errant des terres lointaines, portant le fardeau du mal du pays. Ses paroles étaient empreintes de nostalgie et de mélancolie, évoquant les souvenirs des terres qu'il avait laissées derrière lui.

    L’aventurier ressentit tout de suite une connexion avec le voyageur. Contrairement à lui, certaines personnes de l’assistance ne comprendraient pas toute la portée de l’histoire, c’était une ancienne chanson, et les paroles contenaient des mots qui n’étaient plus utilisés dans le langage elfique courant. Mais la musique avait son propre langage et Hestia savait utiliser sa voix et la harpe comme instruments pour véhiculer des émotions profondes.

    Ses yeux brillaient d'une intensité captivante. Chaque note de sa harpe semblait vibrer avec l'essence même de son âme, transportant les auditeurs dans un état de transe hypnotique. Verndrick se retrouvait suspendu à chaque mot, chaque note, absorbé par la beauté de la musique et la puissance de l'histoire racontée. Il était le voyageur.

    Toutes ces fois où il s’était retrouvé loin de sa maison, risquant sa vie pour aider des inconnus, perdant des compagnons de voyage. Il pouvait presque revivre les scènes. Lui et son équipe qui se retrouvaient cernés par des brigands, se demandant si c’était leur dernier jour. Une scène où il se tenait seul dans une grotte, grelottant à côté d’un feu menaçant de s'éteindre au moindre coup de vent un peu trop fort. Et ce manque, ce spleen. Ce mal du pays qui le poussait à toujours revenir à Liberty après chaque voyage.

    Et alors que la chanson atteignait son apogée, un frisson parcourut l'assemblée, chacun se laissant emporter par le pouvoir envoûtant de la musique et les émotions intenses qu'elle évoquait. Lorsque les dernières notes se dissipèrent dans l'air, la salle retomba dans un silence respectueux, l'auditoire retenu sous le charme de la performance magistrale d’Hestia. L’aventurier prit une seconde pour comprendre l’origine du liquide qui s’écoulait sur sa joue. Il effaça la larme et se mit à applaudir vigoureusement.

    Durant tout l’événement, les invités s’étaient retenus de manifester aussi bruyamment leur avis. Une prestation magnifique recevait des applaudissements ou des claquements de doigts chastes et discrets. Mais l’ovation de Verndrick brisa le calme qui avait suivi l’interprétation de la joueuse. Il brisa aussi la retenue qui avait caractérisé tout l’après-midi. Tout l’auditoire suivit son geste et bientôt la salle se remplit du bruit assourdissant des applaudissements de tous.

    Hestia descendit de la scène et se mit à accepter les remerciements de la foule. Verndrick se dirigea vers elle. Il avait fait exprès de provoquer l’assistance de la sorte. Depuis le début, il avait remarqué deux personnes qui n’avaient cessé de fixer l'elfe. Ils étaient habillés en civil mais Verndrick savait identifier le port d’un guerrier quand il le voyait. Ces individus savaient se battre et ils s’étaient rapprochés de l’artiste dès que la foule s’était mise à l'encercler pour la féliciter.

    Il s’approcha de l’un des combattants par derrière et d’un coup bien appuyé à la tempe, il l’envoya dans les vapes. Il avait agi avec rapidité et dosé sa force pour ne pas tuer. Il ne le laissa pas tomber pour ne pas alarmer les convives. Il rattrapa l’individu et agit comme s’il aidait un ami trop bourré. Il l’installa avec délicatesse dans un siège non loin et sourit en lui époussetant l’épaule pour faire bonne mesure. Les Wessex devaient avoir de nombreux ennemis. Et le deuxième venait de remarquer Verndrick. Il fit un pas dans sa direction avant de changer d’avis et de se diriger avec détermination vers Hestia.

    Il n’y avait rien de plus dangereux qu’un assassin concentré sur sa tâche. L’aventurier accéléra et atteignit Hestia avant l’assassin. Il lui prit le bras et dit :

    Désolé madame, mais vous êtes demandée de toute urgence. Je suis là pour vous escorter.

    Puis, se rapprochant d’elle, il murmura pour qu’elle seule puisse l’entendre :

    Vite, suivez-moi. Je pense que votre vie est en danger. J’ai identifié deux assassins. Il pourrait y en avoir plus.

    Il lui prit la main et se mit à courir vers la sortie. Dévalant quelques rues, il identifia une ruelle où il pourrait tendre une embuscade. Il laissa Hestia au beau milieu de la ruelle et lui dit :

    Je pense qu’on n’a qu’un seul poursuivant. Je vais vous utiliser comme appât. Faites-moi confiance, je ne laisserai rien arriver.

    Il grimpa rapidement sur le toit pour se cacher. Sa magie n’était pas du tout axée sur la discrétion et le toit était une piètre cachette. Mais il comptait sur le fait que voir l’elfe serait une distraction suffisante. Comme prévu, le deuxième assassin arriva dans la ruelle et ralentit en voyant Hestia.

    Madame, qu’est-ce que… Où est-il ?

    Verndrick atterrit du toit juste derrière l’individu. Il fallait avouer qu’il avait d’excellents réflexes. Très vite, il mit de la distance entre lui et l’aventurier. Mais pas assez et pas assez vite. L’affrontement ne dura que quelques secondes. L’assassin gisait maintenant au sol à ses pieds, évanoui mais pas mort.

    Désolé pour tout ceci,” dit-il en s’approchant d’Hestia. Il leva ses deux mains en signe de paix.

    Je m’appelle Verndrick Vindrœkir,” continua-t-il en espérant qu’elle reconnaîtrait le nom. Il indiqua l’assassin.

    Celui-là vous a appelée madame. Vous le connaissez ? Je n’ai tué aucun d’entre eux pour qu’ils puissent être interrogés. L’opération a peut-être été commanditée par un proche. Je propose qu’on trouve un moyen de restreindre ses mouvements et qu’on l’amène avec nous pour rapporter l’incident aux autorités.”

    C'était le problème quand on avait mené une vie de combat. On voyait des menaces partout. S’il avait pris le temps de discuter avec Hestia ou le présumé assassin, il aurait su que c’était la protection rapprochée de l’elfe. Ils étaient censés la suivre à tout instant sans qu’elle ne le sache et intervenir en cas de menace. Le mouvement de la foule après la prestation les avait rendus nerveux. Et Verndrick, en mettant hors d’état de nuire le premier combattant, s’était fait passer aux yeux du second comme une menace. Quand il avait retrouvé sa maîtresse, il ne s’était pas empressé de la tuer comme un vrai assassin l’aurait fait.

    Non, il avait décidé de lui parler. Quand il s’était éloigné de Verndrick à son apparition, il avait hésité parce qu’il voulait se mettre entre le lancier et Hestia pour la protéger. C’est cette même distraction qui lui coûta le combat. Tout cela, Verndrick ne l’avait pas remarqué dans le feu de l’action. Il cherchait maintenant du regard de quoi attacher le garde-corps inerte pour le transporter au poste le plus proche.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum