DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Mégère

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Un conte Reikois au Shoumeï I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Chant des Ronces
    Derniers sujets
    Descente au Marsouin BlancHier à 23:43Takhys Suladran
    Les Premières Braises de l'AuroreHier à 23:38Zelevas E. Fraternitas
    [FB] Aïe ça commence mal [PV Soren]Hier à 23:24Orifa Sigrior
    Le Dilemme du MonstreHier à 23:00Zelevas E. Fraternitas
    Le Vent des AffairesHier à 21:59Soren Goldheart
    Un morceau d'une vieHier à 20:49Dimitri Chagry
    Demande de reroll - Qrupp Hier à 20:08L'Âme des Cendres
    Aller en bas

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 3 Oct - 2:33
    Le lapin blanc



    Le vent chargé des odeurs marines chahute dans les herbes hautes. Il a tourné ce matin. Hier, il amenait d'infimes grains de sable qui piquent la gorge. Deux parfums dont je ne suis pas vraiment coutumière.

    Je viens rarement dans la vallée, surtout en plein jour. Il y a plus d'humains. Moins de vente. L'air chaud est surprenant mais pas désagréable... Et c'était surtout ce changement de lieu que je cherchais. J'ai besoin de temps et de silence pour assimiler tout ce qui s'était passé. Voler me fait du bien et cette plaine déserte loin de tout village m'avait fait de l'oeil pour me reposer un peu aux derniers rayons de la lune. A l'ombre d'un des arbres composant un bocage, je m'étais assoupie, trop menue pour être visible de loin avec les hautes herbes sauvages qui se dressaient alentours.

    Serpent contre mon ventre j'ai dormi un long moment d'un sommeil agité. Des rêves dérangeant fait de souvenirs, de plume et d'acier bouillonnaient derrière mes paupières closes, jusqu'à ce que du bruit ne me tire de ces visions cauchemardesques. Saisie par le réveil et par la lumière vive qui m'entoure, je met quelques instants avant de comprendre de quoi il s'agit.

    Un humain... Des humains. Des petits humains qui braillent ?!!

    Mon premier geste est de récupérer Serpent pour le déposer autour de mon cou, le second de faire le tour de l'arbre, déjà prête à prendre mon envol pour m'enfuir... Mais une voix paisible m'interrompt. Douce. Moins profonde que celle de Grand Duc, elle en partage le calme et l'assurance posée, mais sans la moindre once d'agressivité... Et une odeur... de cuivre... d'or, de chaud, de sable et de vent d'est.

    Derrière l'arbre, je m'immobilise et tend l'oreille... Un long moment. Et finalement, vaincue par ma propre curiosité, je me plaque contre le tronc, laissant mon bout de nez dépasser sur le côté pour regarder.

    Là-bas, entouré de pleins de tout petits humains qui ressemblent tant aux animaux, un homme aux cheveux blancs déplace du bout des doigts de petites créatures de métal tout en racontant quelque chose qui captive son auditoire. Des mots, je ne comprends que des bribes décousues lorsque le froissement de la végétation et le sens du vent sont de mon côté

    Les gamins s'agitent et je trépigne de plus belle. Que disent-ils ? Je pourrais m'approcher en serpent, mais les oreilles sont pas pareilles. Un oiseau alors ? Pour pouvoir m'envoler ? Ou bien...

    Un sourire passe sur mes lèvres alors que je me plis vers l'avant pour me mettre à quatre patte. Dans le mouvement, mon corps change et se contracte. Je me ratatine et bientôt, les hautes herbes me dépassent... Mais mes deux longues oreilles se tournent pour entendre l'homme... qui raconte une histoire. Ma queue en pompom s'agite tout comme mon museau piqué de longues moustaches. En quelques bonds silencieux je m'approche pour mieux entendre... Et encore quelques bonds.

    D'un coup de dent, je coupe un brin de luzerne que je grignote tout en écoutant l'histoire de l'homme dans le désert... Le désert... Un mot étrange qui évoque un monde lointain et inconnu si brûlant qu'il doit déborder de lave. Le gros lièvre blanc aux yeux fuschia que je je suis n'est pas vraiment discret mais je ne le réalise pas, trop habituée aux pins argentés et aux rocheuses enneigées.

    Un gamin bouge, me cache la vue et je fais un bond de plus à travers les herbes pour trouver une meilleur place... et tomber dans un cercle de lumière vive. Là où les humains se sont installés, ils ont plié l'herbe sous leurs pas et leurs corps. L'homme demandait juste quelle était la morale de son histoire lorsque je me retrouve entre deux enfant de sept ans, les oreilles dressées d'appréhension et ma petite queue en pompom frémissante d'anticipation. Il y a une seconde de surprise réciproque. Mes grands yeux roses passent de l'hommes aux différents enfants alentours.

    Un petit tend la main vers moi et soudain, je bondis en faisant demi-tour, pataude pour un animal de ce genre. Mon instinct me pousse à déguerpir dans les hautes herbes, espérant échapper aux petits bras des gamins.

    Et la Morale ? ... Qu'il faut être plus malin que les autres pour ne pas se faire croquer sans doute...


    CENDRES

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 4 Oct - 17:08
    Le lièvre de mars



    Le coeur d'un lapin n'est pas fait pour tant de stress ! Je le sens battre à une telle vitesse dans ma poitrine que j'en suis moi-même étourdie. Un vent doux fait plier les herbes au-dessus de moi et je sens la présence des petits humains s'éloigner rapidement dans ma course folle. Alors je m'arrête, le museau frissonnant, les oreilles aux aguets.

    Les deux morales sont tout ce que je perçoit d'abord. Et elle sont bien humaines. La première est une évidence mais la deuxième... Une bonne personne ? Je remercie intérieurement la petite voix qui pose la question et fait demi-tour sur quelques bonds, plus attentive à ce qui se trouvait autour de moi. Ne pas faire de mal... Je commençait à examiner cette parole parfaitement humaine mais une odeur délicieuse de sucre et d'humidité me fait frétiller les moustaches. De la... *snif*... De la pomme. Quelque chose qui n'est pas vraiment courant dans les rocheuses ou au centre des forêts. Du côté de l'arbre, Serpent à surement faim, mais je doute qu'une pomme le racasie. En revanche, le palas de la forme que j'empreinte ne serait pas contre.

    Je m'approche encore un peu quand des cloches et la meute de petits humains qui se mettent en mouvement me font détaller à nouveau dans la panique la plus totale, faisant tanguer les herbes et les fleurs tout autour de moi. Fuyant en sens contraire du bruit lointain pour ne pas me retrouver sur le chemin des enfants, je me retrouve plus proche de l'odeur de pomme suante de jus.

    Ne pas faire de mal...

    A ce compte là, Aryan serait une bonne personne ? Noctis une mauvaise ? C'était important d'être une bonne personne ? ça rapportait quoi ?

    L'humain aux cheveux blancs avait l'air d'être quelqu'un de calme, comme tant d'autres, mais était-il quelqu'un de bien ? Comment savait-on si quelqu'un était une bonne personne ? Voilà une question importante. Je n'aurais plus à savoir si les gens mentent ou non, quand ils changent ou non, seulement s'ils sont de bonnes personnes ? ... l'idée m'avait l'air un peu facile, mais ça vallait le coup d'essayer, non ?

    Je bondit prudemment vers les pommes, ressortant à découvert, les muscles de tout mon corps tendus pour se préparer à la fuite. Doucement, je prend un morceau de pomme et commence à le grignoter tout en regardant l'humain par en-dessous avec une insistance certaine, oubliant une fois de plus que les humains étaient aveugles au langage des bêtes. Mes moustaches frétillent une nouvelle fois alors qu'au parfum de la pomme se mêlent d'autres odeurs de nourriture. Le sucre du fruit sur ma petite langue est aussi doux qu'un bain de lune. Les autres odeurs qui s'y mêlent semblent riches également. Aléchantes...

    D'un bond téméraire je me rapproche de l'humain en continuant de grignoter mon bout de pomme et en continuant à le fixer.

    CENDRES

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 5 Oct - 1:36
    Pinocchio


    Non seulement il n'a aucun geste suspect, mais en plus, il partage son repas qui sent bon. De l'eau. Une carotte au goût particulièrement atrayant pour mes papilles actuelles. Une voix douce qui ne parle pas trop fort et ne s'exclame pas. Et le plus étrange ? Il me parle.

    Mon petit nez remu et il je m'approche encore un peu pour prendre un bout de carotte. Je n'avais jamais vu un humain qui parle avec les animaux. Il fait ça souvent ? Avec tous ? Pourtant il ne parle pas de cette manière très particulière que les bêtes comprennent. Il ne comprend pas mon frémissement de moustache et mon plis d'oreille. C'est intéressant pour un conteur tout de même... Un conteur et un magicien. Un homme de savoir. Encore un.

    Je m'approche encore pour poser la papate dans le bol d'eau avec délice. Plus une deuxième. Un bond et j'ai les quatre pattes dans le petit récipitent qui emet un bruit assez drôle sous l'impact, déformé par l'eau qui ondule. Héhé...

    Mes oreilles se dressent à nouveau, captant mille bruissements alentours. Puis je saute à ses pieds, avec un entreint relatif. C'est étrange, finalement, même si c'était terrifiant, peut-être qu'Aryan m'a au moins permis de me sentir un peu moins impressionné par les humains ? En tout cas je n'ai pas envie de détaler de suite. Ma curiosité gagne du terrain.

    Une question me brule la langue mais je ne peux pas la poser... Et peut-être qu'il sera différent sous ma vrai forme ? Je cherche dans ma mémoire quelque chose que les humains aiment bien. Qui ne les impressionne pas trop. Qui fait parti d'eux même si ce n'est pas vraiment eux.

    Ma forme ondule et gonffle aux pieds du jeune humain aux cheveux blancs. Le lapin laisse place à une forme haute à la peau blanche et aux cheveux noirs. Un homme, jeune, au corps tracé particulièrement harmonieux et aux grandes mains. L'apparence d'un homme que j'ai eu l'occasion de bien observé et qui a l'air de naviguer dans les mondes humains avec facilité. Mon visage doux au nez fin est percé de deux grands yeux roses au dessus d'un sourire calme, un peu pensif.

    - Merci. " s'incline la voix agréable de l'éphèbe totalement nu que je suis... Mais une once d'hésitation apparait bien vite. " S'il vous plait... N'ayez pas peur. "

    La voix indénablement masculine et agréable d'Aryan n'aurait pas pris cet accent craintif... Mais l'habi ne fait pas le moine, comme on dit.

    CENDRES

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 10 Oct - 19:26
    Pinocchio


    Je ne comprendrai jamais les humains. Changer de corps et de visage devant l'un d'eux et sa première inquiétude est pour mes vêtements. Le fait de sa couvrir, de ne rien voir. Je fronce les sourcils, l'ai mécontent et me met en tailleur dans l'herbe... Je déteste ça mais bon, comme je veux vraiment qu'il réponde à mes questions, j'acquiesce et accepte la couverture dans laquelle je me roule des pieds à la tête de façon à ce qu'on ne voit plus que mon visage.

    A ma grande surprise, ça gratte bien moins que la veste de Aryan ou tous les tissus dont j'ai le souvenir... Mais je me sens étouffer là dedans et ma peau se hérisse au moindre mouvement, me donnant l'air à la fois crispé et agacé.

    - J'ai pas de nom. Appelle moi comme tu veux. Tu décides.

    Je le regarde par en-dessous, statue de coton aux yeux roses mécontents. Au loin, les enfants ont disparus et le soleil tape sur la couverture... Puis ça gratte quand même au final.

    - Moi, je veux savoir comment on sait qu'un humain est une bonne personne. Comment on est sûr qu'il fera pas de mal à personne ?

    CENDRES

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 11 Oct - 23:43
    Le Petit Prince


    Ah ! Ah bon... Je redescend la couverture et me lève pour la nouer autour de ma taille avec un frisson désagréable.

    Debout, je me rends compte que je suis plus grand que lui et cligne des yeux, peu habitué à cette altitude. Mes jambes solides s'ancrent sans effort sur le sol de terre et je comprends un peu mieux les postures fixes qu'il prenait si facilement. Tien... Il est perspicace. Pas mon vrai visage. Comment a-t-il deviné ? C'est un devin ? Un mage savant ? Et pourquoi ma question l'amuse-t-elle ? Je suis parfaitement sérieux.

    Le fait d'être en plein air de supposer qu'il ne sait pas voler me donne un peu d'applomb. Je care une main sur ma hanche avant qu'il ne s'excuse, me prenant à nouveau de cours. Alors je me rasseois en tailleur, une jambe sortant du tissus alors que tout le reste reste sagement planqué sous le tissus.

    Et zut...

    - Oh... Dommage.

    L'abattement est facile à lire sur mes traits. Je suis déçu, mais c'était à prévoir. Il n'y a pas de formule magique pour pouvoir faire confiance à un humain. Je le savais pourtant. Pourquoi je m'obstine à vouloir en trouver une alors que je sens jusque dans mes tripes qu'il n'en existe aucune. L'être humain est ce qu'il est. Dangereux. Douloureux. Aveugle. Sourd... Et pourtant tellement plus.

    - La vie est vécue de toute façon.
    " Je reprend sans trop comprendre où il veut en venir. " Faim... ? Non.

    Pas pour le moment. Enfin si un peu mais ça va. Je n'ai pas encore l'habitude de penser en ces termes et puis le pain qui sentait si bon à la truffe du lapin était beaucoup moins appétissant au nez d'un humain. En tout cas du mien. Je demande plutôt de but en blanc :

    - Comment tu sais que c'est pas moi  ? "
    Je désigne d'un vague mouvement l'ensemble de mon corps longiligne et trassé. " Et je peux poser une autre question ? C'est quoi ' aimer ' pour les humains ? "

    CENDRES

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 18 Oct - 1:43
    Courage Fuyons



    Peut-être qu'aucun mage ne se ballade nu dans la nature, mais moi je le fais. Pas que pour regarder des enfants d'ailleurs. L'obsession qu'ils ont pour cacher leurs corps m'est toujours aussi incompréhensible et bien qu'il vienne de m'expliquer que tout cela est culturel et que certains humains sont plus pudiques que d'autres, je ne suis toujours pas convaincue.

    Du coup, c'est un peu par hasard qu'il a compris en un sens, et je le lui ai confirmé. Donc il sait. ça ne me gêne pas vraiment. J'ai adopté cette forme pour le mettre à l'aise, pas pour dissimuler ce que je suis. Enfin en un sens si, mais pas comme... enfin... Voilà.

    Je laisse courrir et mourir sa réponse, bien plus intéressé par la seconde, sur l'amour.

    Tenir à, ne pas blesser, ne pas faire de mal. Vouloir protéger une personne et faire en sorte qu'il ne lui arrive rien de mal.

    Aimer.

    Je penche la tête sur le côté, pensif. Aimer, c'est vouloir être une bonne personne pour celui ou celle qu'on aime. Je trouve la définition à la fois insufisante et jolie. Il manque quelque chose... C'est peut-être ce quelque chose qui fait que les humains ont du mal à comprendre leurs porpres sentiments ? Mes sourciles se froncent alors que je réfléchi très sérieusement à la chose lorsqu'il me propose de venir avec lui en ville.

    D'un bond je suis debout et la couverture tombe au sol, me révellant de nouveau flambant nu.

    - Pas la ville ! "
    m'exclamais-je en reculant.

    Avant qu'il ne puisse ajouter un mot, prise d'inquiétude, mon corps se modifie à nouveau, prenant l'apparence d'un faucon qui s'éloigne à tir d'aile, faisant seulement un bref décrochage pour s'emparer d'un serpent blanc dans les herbes hautes et filer aussi vite que possible jusqu'à être hors de vue.

    CENDRES


    HRP:

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum