DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Le goût du luxe InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    Validations RP d'Isolde / Reike Aujourd'hui à 11:53PNJ
    Consul K - Le chasseurAujourd'hui à 11:25Orion Yamveil
    La Traque SauvageAujourd'hui à 11:24Orion Yamveil
    Quand la Caravane passe... [PV Kassandra]Aujourd'hui à 10:05Alaric Nordan
    Une recherche tranchante [Pv Corvus]Aujourd'hui à 9:34Alaric Nordan
    Validation des RP d'AlaricAujourd'hui à 7:50Alaric Nordan
    Demande de modification de ficheAujourd'hui à 7:35Alaric Nordan
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 24 Oct 2022 - 10:01
    Le goût du luxe 2b55b3eea84a30874a817e5df4ffd21b
    Le goût du luxe
    Feat. Shalimar Woodsen

    Alors que la calèche progressait à un train régulier vers la demeure de Vulperax, le rire des deux demoiselles emplissait le compartiment intérieur, alors que Vulperax les divertissaient avec ses meilleures histoires, qu'il réservait pour les invités de marque :

    - AH ! en vérité, Vulperax vous le dit, mes chères, le visage du damoiseau s'est illuminé quand je lui ai fait la description de sa douce ! L'on pouvait même dire que, rien qu'en regardant ses yeux, personne n'empêcherait cette rencontre d'avoir lieu ! -

    Les deux jeunes femmes gloussèrent de plus belles, ce qui confirma ce que Vulperax avait vu dans leur esprit pendant la réception : Deux péronnelles qui maitrisaient parfaitement le sourire de façade, leur respect de l'étiquette de la noblesse cachant un penchant plus ... aventurier. En vérité, elles avaient eu la chance de naitre dans les bonnes familles, mais les deux jeunes femmes étaient lassées des soirées mondaines, et des hommes tout bien sur eux leur faisant la cour. Non, ce qui leur fallait, c'était de l'aventure et du frisson en compagnie d'hommes rustres, sauvages ...

    Un grand classique ! Si tant est qu'une partie de cette population les violenterait avant de leur trancher la gorge ! Mais ça, les deux donzelles l'ignoraient, leur bon sens altéré par le goût du luxe et des belles choses. Que faisaient-elles donc dans la carriole d'un bourgeois ventripotent comme Vulperax ? Sûrement pour profiter de ce que ce gros bonhomme, repoussant mais riche, leur offrirait. Après tout, les deux péronnelles étaient habitués à ce qu'on leur offre moult cadeaux et compliments.

    Vulperax, quant à lui, avait des ambitions plus ... salaces, voulant simplement s'offrir leurs corps pour la nuit. Ses moyens de persuasion ? L'argent ! Les deux jeunes femmes n'étaient pas du genre à refuser un présent, et si jamais l'homme d'affaires se retrouvait dans une impasse, il pourrait toujours compter sur les membres de sa garde, des mercenaires habitués à faire des sales besognes.

    Lisez-moi :

    La calèche progressait dans les rues de Liberty, et longeait à présent des habitations, d'où allaient et venaient de nombreux personnes, vaquant à leurs occupations alors que la nuit commençait à tomber sur la ville républicaine.


    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 10 Nov 2022 - 18:46
    Ca allait être ou c'était l'heure de la soupe, du repas du soir, les rues en étaient la preuve. Elles se vidèrent petit à petit, les lumières commencèrent à s’allumer. A cet époque, c’était des bougies ou des sortes de torche. La ville était entrain de s’endormir comme la princesse de la nature. Elle clignait des yeux un bon nombre de fois par minutes, se fermèrent de temps en temps tout seul. La fatigue se faisait sentir en elle, son corps était devenu tout mou, marchait au ralenti. Ce fut une grosse et longue journée pour elle, une de plus, elle les enchainait cette semaine. Elle était victime de sa propre réputation : Elle était soigneuse, une sorte de médecin du quartier, les gens avaient été très satisfait de ses services au point ou ils l’avaient conseillé à plusieurs personnes autour d’eux. Le résultat fut à double tranchant : L’enfant de la nature ne manquait plus de boulot, d occupation, en contre parti elle pouvait dire adieu à son temps libre et à de nombreuses heures de sommeils. Elle avait aussi des problèmes d organisation, elle n’avait pas l habitude de faire des emplois du temps et c’était la galère pour elle de vivre avec le temps. C’était difficile de se limiter, de courrir contre la montre était horrible. La journée, elle devait aller chez ses clients pour les soigner et le soir, elle devait préparer ses baumes, crèmes pour le lendemain et entre deux, une ou deux fois par semaine, elle devait aller faire les boutiques pour refaire ses stocks de plantes. Ce fut la raison qui fit qu’elle était encore dans les rues à cette heure ci en mode zombi, le petit sac dans une main et sa canne dans l’autre. La belle sauvage avait mis son cerveau en pause, marchait automatiquement comme un mort vivant. Elle était dans le gaz, elle ne fit peu attention a son entourage, avait sans doute bousculer une ou deux personnes sur le passage.

    *et si… «*

    Une idée lui vint en tête, celle de tester une nouvelle fois ses capacités physiques. Sa jambe allait un peu mieux, elle se demandait alors si elle serait capable de faire une petite escalade. Elle alla dans un parc non loin de la ou elle était, chercha un arbre relativement simple d accès, alla au pied, déposa ses affaire sur le sol et commença a y grimper avec prudence. Elle parvint sans trop de mal a atteindre la premiere branche, décida d’aller plus loin, jusqu’au sommet. La joie, le bonheur se fit sentir en elle une fois arrivé tout au sommet de l’arbre. La princesse de la nature en profita de la belle vue avant de vouloir redescendre et la ce fut le drame. Elle fit un faux mouvement entre deux branches, sa jambe lui provoqua une terrible douleur, elle ne pouvait plus la poser sur le sol. L’idiote, elle s’était bloquée dans l’arbre, ses yeux cherchèrent desesperement de l’aide mais elle ne trouva personne autour d’elle.

    « IL y a quelqu’un ? Je suis coincée ! »

    C’était pas la peine pour elle de se changer en félin, elle aurait toujours sa patte folle ;
    Elle était comme un chaton coincée dans un arbre
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum