DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Pancrace

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    La chasse au chevreuil ? I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La marche du vent d'acier
    Derniers sujets
    Sous pression — StadzankAujourd'hui à 20:55Hizuk
    Validation des RP de Ben [Reike]Aujourd'hui à 20:49Ben le Bouc
    Mille et un courroux (PV Genryusai)Aujourd'hui à 20:45Nut Shidhi
    Mon Voisin Du DessusAujourd'hui à 20:20Nut Shidhi
    Le sens des prioritésAujourd'hui à 20:09Ben le Bouc
    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'ArdentAujourd'hui à 19:36Lyra Leezen
    [Challenge] Salut, ça va ?Aujourd'hui à 18:32Leif Brynjolf
    [Flashback] Le Pilon et le MortierAujourd'hui à 17:53Orion Yamveil
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 18 Nov - 22:15
    Nuit du 8 novembre

    Comme tous les mois, le jour était venu. Ou plutôt les nuits. En effet, cette fois encore le forgeron avait attendu sagement que tous les gens soient occupés pour donner ses instructions à Maanî. Elle les connaissait à force : pas bouger, surveille le chariot et les chevaux, aboie si c'est trop pour toi" mais c'était un rituel qu'il avait instauré avec elle et qui devait les rassurer autant l'un que l'autre. Ainsi, elle savait qu'il reviendrait même si son odeur avait du changer, même si il devait émaner de lui plus de violence ou que sa voix était devenir plus rauque. Il saluait les chevaux sans s'en approcher, ils devenaient en général nerveux dans le courant de l'après midi et qu'il ne voulait surtout pas prendre de risque avec ces bêtes. C'était à la fois un précieux outil de travail mais aussi des amis. Après son "rituel", il s'enfonçait dans la foret avec un simple pantalon. Les membres des autres chariots l'avaient certainement vu faire et aucun ne posaient de question, il était facile de deviner ce qu'il se passerait dans la foret la nuit. Certains craignaient pour leur vie tandis que d'autres se sentaient plus en sécurité d'avoir une bête comme lui dans le coin.

    Il marchait autant qu'il le pouvait, récitant à voix basse des litanies qui appartenaient à son culte. Autrefois il les récitait avec ses camarades de meute, c'était un moment de communion dans le groupe. Aujourd'hui il était seul lorsqu'il finissait par se dévêtir, tomber au sol et entamer sa transformation, sentait ses muscles se tourner et se retourner tandis que ses os grandissaient et se replaçaient bruyamment. Même si c'était assez rapide, la transformation était douloureuse et, lorsqu'il avait le temps, il prenait un instant pour reprendre ses esprits et apprécier ses sens décuplés. lorsqu'il revêtait la forme massive recouverte de poils dru de couleur sable parsemé de cicatrices, les sons, les odeurs les textures,... tout était différent et tellement plus fort. La forêt devenait le temps de la nuit un espace aux myriades d'informations que seuls ses sens lupins pouvaient percevoir, source d'inspiration intarissable récoltés à l'aide de sa grande truffe, ses oreilles pointues quoi qu'un peu mangées. De sa gueule de laquelle dépassait une rangée de crocs de belle taille, son palais imaginait déjà avec quelle viande il allait rassasier l'intarissable que la faim qui l'assaillait. Etre sous cette forme c'était revenir aux instincts les plus primaires et quoi que plus naturel pour un animal aussi gros que lui que la faim ? C'est ainsi que, trois nuits par mois, il mouvait son immense carcasse blond cendré à la recherche de proies. Et ces nuits là, seuls les bipèdes étaient à l'abris, et encore,...

    Mais cette nuit là, il eu beau courir, bondir, se cacher, rien n'y faisait, les très rares proies étaient déjà sur le qui-vive et ce n'était pas les deux lapins étourdis qu'il avait attrapé qui lui rempliraient la panse. La bête était frustrée, elle avait faim. Quand soudain, un bruit se fit entendre dans les fourrés. prudent, l'énorme animal balafré se tapit dans l'herbe, laissant glisser son pelage contre les brins humides de la nuit. Il leva le nez pour humer - parmi les fragrances de la nuit - l'odeur musquée d'un chevreuil. Déplaçant une par une ses grosses pattes mi humaines mi animales afin d'être le plus silencieux, le prédateur déjà sous le vent se rapprocha pas à pas, faisant gracieusement rouler ses muscles de façon à ne faire aucun bruit qui pourrait alerter l'animal. Il salivait d'avance au festin qui se profilait.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 27 Nov - 19:04

    Une fois par mois, les lycans étaient de sortis. C'était des humains changes formes comme shalimar à une différence prêt: Ils ne pouvaient pas se changer à volonté, juste une fois tous les trentes jours sans compter leur manque de contrôle sur la bête pour la plupart. C’était ce soir, enfin d’après ses souvenirs, la princesse de la nature devait redoubler de vigilance, éviter de trainer dans certaines zones et surtout de rester sous sa forme féline. C’était plus prudent pour elle, plus pratique car si jamais elle aurait le malheur d’en croiser un dans la nuit: Elle pourrait fuir plus facilement, n’aurait aucun mal d’aller se planquer au sommet d’un arbre sans compter le moyen pour elle de le voir venir grace à ses sens surdéveloppés en félin. Shalimar n’avait pris aucun risque ce soir la, elle s’était montrée prudente en restant prêt de sa meute. Ils s’étaient tous endormis prêt d’un grand arbre suite a un copieux repas. Shalimar aurait pu passé une bonne nuit, dormir d’une seule traite si elle n’aurait eut ces vilaines douleurs aux niveaux du bas du dos et des épaules. C’était les conséquences d’une vie mouvementé, de beaucoup d’efforts physiques, de sport. Elle ne cessait de bouger, tous les jours sans relâche. A la longue, son corps n’en pouvait plus. L’enfant de la nature avait plus ou moins trouvé une solution à ce problème. Elle avait appris à se faire des baumes de soin à partir de plantes sauvages, de ce qui pouvait se trouver dans la forêt même.. Elle s’était réveillée avec ces douleurs à ces endroits de son corps, aurait tellement voulu se contenter de se passer un peu de pommade et de se rendormir comme si de rien n’était or une mauvaise surprise l’avait attendu au tournant:

    Elle n avait plus rien à se mettre, ses réserves étaient vides. Elle ne pouvait rester comme ça, la douleur lui était supportable. Shalimar devait se faire un crème en urgence ou trouver une plante pour se soulager. Ca l’ennuyait beaucoup, elle avait un peu peur de s’éloigner de sa meute à cause des potentiels lycans qui traîneraient dans la zone. A contre coeur, elle se tira de sa “ niche”, se mit en route pour rechercher des fichues plantes. Elle garda sa forme féline une bonne dizaine de minutes avant de reprendre sa forme humaine, elle en avait besoin pour ramasser les fameuses fleurs, pour les mettre dans sa sacoche. A deux pas du spot, l’enfant de la nature fut alerté par ses sens par une étrange présence; Une aura puissante et bestiale, ca devrait être un change forme voir un lycan, elle mettrait sa main à couper. Une panique monta en elle, elle en fut déorienter une bonne poignée de minutes . Elle hésitait entre partir à toute jambe retrouver sa meute et de se planquer dans un endroit le temps que ce lycan parte.

    Elle opta pour la deuxième option moins risqué selon elle. Si elle se mettait à courir, à faire une longue distance, elle se ferait tout de suite repéré par le potentiel lycan à cause de son odeur. Elle se changea en félin et tenta de se glisser discrètement derrière un buisson pour s’y tapir.

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum