DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Contre-enquête - Page 2 InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    La mascarade de minuit. [PV Gwynneth De Evelune]Aujourd'hui à 0:23Gwynneth De Evelune
    Le feu de la forge. (Pv- Cyradil)Hier à 23:00Kilaea Sliabh
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirHier à 22:13Capitaine Saumâtre
    RP's de Mortifère [République]Hier à 17:47Abraham de Sforza
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 17:43Résiliente & Crow
    Echappée Belle [PV Kilaea]Hier à 16:46Kilaea Sliabh
    Validation des rps de KassandraHier à 16:30Kassandra Whype
    Aller en bas
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 367
    crédits : 1245

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Dim 26 Mar - 12:48

    Au moins, on arrive à se mettre d'accord, avec l'elfe, au point qu'il décide de prendre les choses en main et de rentrer incognito dans le bâtiment. J'vais le suivre aussi, mais à ma façon. C'est que les pitreries simiesques et autres legolaseries, j'ai pas fait l'école du cirque, j'risquerais de me faire mal. Puis pourquoi escalader la façade de trois maisons quand on peut simplement se téléporter en haut ?

    Mais j'étais pas parti là-dessus, en l'état.

    Nan, l'idée, c'était plutôt de faire une petite métamorphose et de se promener tranquillement à l'intérieur. D'ailleurs, rien n'empêche de coupler les deux, et après quelques instants de concentration, me v'là passé à travers une vitre pour me coller dans une pièce vide si ce n'est le mastard qui me tourne le dos, occupé à ranger des caisses sur des rangées d'étagères.

    Il sent directement une présence derrière lui et commence à se retourner, mais il cueille juste mon gourdin sur la pointe du menton, puis la tempe pour faire bonne mesure. Son pouls s'agite encore, j'aurai pas ça sur la conscience, même si ça aurait pas pesé bien lourd. J'l'observe attentivement, faisant pivoter sa tête sous toutes les coûtures, avant de prendre gentiment son apparence d'une métamorphose bien sentie.

    Puis je traîne son corps inanimé dans un coin, et j'masse des trucs devant pour pas qu'on le voit. Une fois fait, je m'époussette les mains, et j'me craque le dos. Les caisses contiennent pas grand-chose d'intéressant en prime, un peu de bouffe, des lés de tissu, ce genre de conneries qu'on trouve à droite à gauche et dont on a toujours besoin dès qu'on habite quelque part. Puis j'prends l'air morne et j'passe la porte pour me promener dans les couloirs, un peu au hasard, le temps de visualiser un peu l'architecture des lieux.

    Et faut bien admettre que je croise pas grand-monde, ce qui est parfaitement surprenant pour ce qui devrait être le quartier-général d'une faction non-négligeable des bas-fonds. Résultat, j'm'enfonce toujours plus profondément dans le complexe, ignorant les étages pour l'instant. Shan' doit être par là, et si on sait qu'on va se retrouver, j'doute pas qu'il va fouiller ce qu'il peut avant de s'attacher à descendre ensuite.

    J'arrive enfin au lieu le plus important du pâté, à savoir les cuisines. Et là, on a mis les petits plats dans les grands : c'est rangée sur rangée de plans de travail, trois grandes cheminées dans lesquelles de la popotte peut être mise à mijoter, et même une suffisamment large pour y coller une broche et y faire tourner une grosse pièce de viande.

    Mais pour l'instant, les cuistots et le chef s'échinent à préparer autre chose, et ils m'adressent à peine un regard. Un chef de partie pointe le ragoût au bord du feu et la table en bois brut à laquelle deux autres gus à la mine patibulaire sont déjà assis. Je hoche la tête sans décocher un mot, j'choppe une écuelle, un tranchoir de pain et mes trois louches, avant de me poser avec eux.

    J'ai juste droit à un grognement auquel j'réponds sur le même ton.

    « Alors, Eugène, quoi de neuf ? »

    Heureusement, c'est pas moi, c'est l'autre, donc j'me concentre sur ma gamelle en essayant de rentrer dans le contexte.

    « Tranquille, les jours se suivent et se ressemblent.
    - Même en ce moment ?
    - Mhmpf. Ouais. La miss gueule un peu, d'ailleurs.
    - Tu m'étonnes, elle a jamais été du genre à...
    - A ?
    - Enfin, tu sais, quoi. »

    Eugène s'était un peu redressé, il aime pas trop qu'on parle de sa bourgeoise, visiblement. Mais il s'est dégonflé tout aussi vite. M'est avis que c'est elle qui porte la culotte.

    « Ouais, bon. Mais j'lui ai dit que y'en avait plus pour trop longtemps. L'affaire de quelques jours tout au plus.
    - Ouais, ça devrait se tasser. T'as pu ranger, Roger ? »

    Comme ils se tournent vers moi, j'en déduis que j'dois répondre, alors j'finis ma bouchée de pain.

    « Ouais, c'était un sacré bordel. Plus qu'à boucler le bouzin. »

    Garder peu de mots et la mine irritée, c'est le meilleur moyen de pas lancer la conversation. Et vu mes phalanges abîmées, mon nez épaté et la forme de mon arcade sourcilière, j'dois pas être un grand parleur. Celui dont j'ai pas le nom pose la main sur mon épaule brièvement.

    « T'en fais pas, y'a qu'à descendre à la cave pour finir des trucs, et on reprendra un rythme plus normal. Noëlle se porte mieux ? »

    Mieux ?

    « Ca va, on s'accroche.
    - Ouais, courage à vous. »

    De fou, ouais, courage à nous. Vous voulez pas plutôt reparler entre vous ? J'sens la sueur qui coule le long de ma colonne vertébrale.

    « Tu viens avec nous au sous-sol ?
    - 'Sûr. Laissez-moi deux minutes. »

    On termine par des verres d'eau, et on laisse tout en plan pour que les commis rangent derrière nous. Et on se dirige vers la cave, vu que c'est là que tout se joue manifestement. En plus, c'est le seul endroit duquel on entend venir du bruit.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 30 Mar - 20:54
    Il n'entendit la voix de son camarade que lorsqu'il déscendit d'un étage, pour arriver au niveau intermediaire. Il y avait plus de trace de passages, mais pas énormément. L'endroit faisait vraiment maison deserte. Il y avait du monde dans les cuisines, mais c'etait tout. Il y avait énormément de monde dans le bâtiment, et de plus en plus a mesure qu'ils descendaient de niveau, mais pas de la façon qu'il avait imaginé.

    Comme son partenaire d’enquête semblait, a l'oreille, avoir la situation bien en main, il en profita pour faire le tour de l’étage. Mais rien du tout, l'endroit était particulièrement vide, a l'exception de vieux meubles qui semblaient être la pour donner le change vis a vis des bâtiments a hauteur des fenêtres d'en face. Pour simuler un peu de vie.

    La poussière était un peu gênante pour son odorat, mais assez pour sentir que la cuisine, comme il avait entendu a travers les voix, etait en activité. Donc il y avait bien des gens qui étaient la assez longtemps pour avoir besoin de se nourrir. Il continua sa descente lentement.

    Comme une ombre, il évolua dans les angles morts de tous passages que pouvaient prendre les rares personnes présente dans les étages. L'autre avait visiblement déjà passé, utilisant une certaine magie que Shan n'avait pas vu. Sans doute quelque chose pour se déplacer aisément entre deux points. C’était juste une supposition.

    Il arriva proche des cuisines. Plus personne, le feu était eteint. Ils étaient parti, comme prévu, mais il jeta un œil quand même pour être tout a fait certain. Il recula, et se dirigea vers le courant d'air qui indiquait la présence de la cave. L'odeur d'humidité et de renfermé étant un guide parfait pour son nez.

    C’était sans doute l'heure du repas, que les cuisiniers venaient d'avoir préparés, sans doute pour tous les gens travaillant ici. Pas d'odeurs de sang, ni même de drogue. Bien que malgré son odorat prodigieux, il avait tendance a ne pas réussir a sentir précisément l'odeur de la poudre. C'etait bien évidemment prévu pour.

    IL observa la porte laissé entrouverte et sentit le passage du policier. Il était en bas aussi, ca allait facilité les choses. Il commença a descendre dans les escaliers bien éclairés par des lanternes. Il pouvait difficilement y avoir un accident avec une telle luminosité. Et il se passait bien quelque chose par ici.

    Il entendit des pas revenir dans sa direction, et se cacha dans une petite alcôve dans l'ombre. Un cuisinier était en train de remonter dans sa direction, ramenant un plat ou allant chercher quelque chose. Il le dépassa sans rien remarquer mais Shan attendit un bon petit moment pour etre tout a fait certain qu'il s'etait éloigné.

    Il retrouva Pancrace en visuel alors qu'ils n'etaient pas dans la cave a proprement dit. Il n'etait pas seul, et Shan n'avait pas le temps de faire de concession. Il cibla celui qui était sur le flanc du Républicain, et fit un sifflement.

    En espérant que l'autre comprenne. Aussitôt les deux en habits de cuisinier observèrent de chaque coté, mais déjà le bras de l'elfe se refermait sur la gorge de celui derrière lequel il jaillit. Il etait prêt a bondir sur le deuxième si l'autre n'avait pas de réaction, et en fonction, s’exécuta, ou assomma simplement le premier en le privant d’oxygéné quelques longues secondes. Il le tira dans le renfoncement de la cave et se retourna vers son partenaire.

    - La maison n'est plus utilisé, ça c'est certain. Personne ne monte dans les étages, la poussière y est reine.

    Il avait presque murmuré, mais dans le silence ambiant, il était assez facile d'entendre chacune de ses paroles. IL hésita presque a se déguiser avec les vetements deux deux inconscients, mais ce serait plus de la perte de temps qu'autre chose.

    - Je n'ai pas tout entendu, ils ont parlés de quelques choses ?

    Il voulait lui montrer qu'il y avait des compétences de son coté aussi, au moins pour qu'il se méfie un petit peu. Il valait mieux etre craint dans la vie, meme si c'etait un tout petit peu. Le type avait l'air je m'en foutiste, mais peut importait.

    - Une famille supposément avec de l'argent, qui n'est plus dans le manoir familial. Soit ils sont morts et quelqu'un a prit position ici aprés les avoir fait disparaître, soit ils ont transformés l'endroit en plaque tournante pour une raison ou un autre, de leurs affaires.

    Il continua de réfléchir.

    - Ou bien...ils sont parti ailleurs et quelqu'un a prit quartier ici durant leur absence...mais au vu de la poussière, ça faisait plusieurs semaines au minimum. Je tablerais meme sur deux ou trois mois, au moins.

    Il approcha de l'escalier qui continuait de descendre. Une cave aussi profonde, c’était assez louche, en plus de tous le reste.

    - Il y a au moins cinq ou six personnes en bas. Mais difficile de dire si il y a de la drogue, l'odeur est trop fine. Dans tous les cas...Devrions nous aller jeter un œil, monsieur l'agent ?

    Il avait essayé de garder son ton le moins ironique possible, mais il ne pouvait s'empecher de soupirer en regardant ce type censé protéger les citoyens. Le crime avait de beaux jours devant lui.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 367
    crédits : 1245

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Mer 12 Avr - 11:20

    On commence à peine à descendre dans la cave, avec mes deux nouveaux meilleurs amis. J'suis taciturne, et le gars que j'incarne l'est heureusement aussi, habituellement, puis j'ai des problèmes personnels, alors forcément, ça me travaille, c'est pas comme quand tout va bien et que j'pète le feu et la bonne humeur. Après tout, Noëlle est pas au top, c'est donc tout naturel. Tout est poussiéreux, et soit ça fait pas beaucoup le ménage, soit le coin était plus ou moins abandonné jusque-là.

    Pour avoir déjà visité -dans le cadre du travail-, des coins où ça fabrique, j'peux dire avec certitude que c'est généralement très propre, pour être sûr de pas contaminer ou salir la marchandise, ce qui est sacrément étrange. Serait-ce des peintres qui débutent ou bâclent un peu l'affaire pour faire un gros chiffre avant de disparaître ? C'est le genre de démarches qui collent un peu à la peau et à la réputation ensuite, et j'me note de le coller dans le rapport, des fois qu'ils refassent surface dans une autre ville de la République.

    Tout à coup, y'a un bruit bizarre, et le pointu sort de l'ombre pour faire une clé de bras à un de mes potes, donc quand l'autre fait un pas pour intervenir, j'lui fais la même. Il est surpris, comprend pas, parle de traître avant de plus parler du tout quand il rejoint son collègue au pays des rêves, évanoui mais pas canné. Une fois qu'on les a tassés dans un coin en tablant sur le fait qu'ils se réveilleront pas avant qu'on soit reparti, on reprend nos échanges.

    J'réponds sur le même ton, un chuchotement murmuré, pasque tout a l'air de résonner bruyamment, dans les couloirs en pierre nue.

    « Ils ont rien dit de spécifique, juste que l'affaire en avait encore pour quelques jours, et qu'il fallait finir des trucs dans la cave, puisque c'est justement là qu'on va. Mais ouais, ça rechigne à dire exactement ce qu'il se passe, faut croire. »

    Et c'est pas moi qu'allait creuser, trop peur de faire une gaffe et que ça se voit.

    J'me penche sur nos deux victimes, et j'relève leurs manches, leurs hauts, j'baisse les cols, jusqu'à trouver ce que je cherche : le tatouage de bourse et de poignard que je reconnais pas, mais ils ont le même, et c'est bien un truc de gang, de se faire ce genre de choses. Ou de militaire, mais on y est pas forcément hyper sensible dans la GAR, et j'suis pas persuadé qu'eux deux aient fait l'armée, en réalité.

    « Ca te dit quelque chose, comme symbole ? Rien chez moi. »

    Quand Shan propose sa nouvelle théorie, j'opine du chef.

    « Ouais, je suis d'accord que c'est bizarre qu'il y ait aussi peu de gens. D'un autre côté, si les Clothos étaient juste partis, j'me dis que ça se saurait, à moins qu'ils soient tous morts dans le feutré, mais avec tout leur personnel et leurs sbires ? Ca paraît tellement improbable que j'ai du mal à y croire. Et le tatouage pourrait être raccord avec ça : des gens qui s'établissent brièvement quelque part, font leur trafic, et disparaissent. Pourquoi pas. Mais ça explique toujours pas tout pour notre macchabée, si ? »

    J'prends une poignée de seconde pour réfléchir à si j'ai entendu parler d'un truc à force de me frotter les coudes avec les indics, putes et petits criminels de tout poil des dernières semaines, mais y'a rien qui me vient. Puis Galo a pas moufté non plus, alors ça me paraît gros. Juste que s'il a essayé de me la faire à l'envers, il sait bien que je le retrouverai et que je lui devrai un chien de sa chienne. Pas sûr qu'il en ait très envie.

    « Allons-y, on va pas repartir maintenant, ça n'aurait aucun sens, de toute façon. Cinq ou six personnes, ça devrait pouvoir se gérer, et on jugera sur pièce si y'a des magouilles. De toute façon, eux, c'est pas des gentils. »

    J'le laisse passer devant, vu qu'il a l'air si plein d'enthousiasme, puis j'voudrais pas me blesser. Tant qu'à faire, si le pointu pouvait prendre à ma place, hein. J'suis à deux doigts de commencer une incantation de téléportation, mais ça va être compliqué de la maintenir sur la brèche dans ce contexte, donc j'me contente d'être aux aguets.

    Si y'a la moindre couille, les attaques magiques vont voler direct', pas le temps de niaiser.

    L'escalier est aussi poussiéreux que le reste, la plinthe est quasiment noire de crasse, et les loupiotes magiques éclairent pas plus que ça. On arrive à une porte en bois aux planches mal ajustées, suffisamment pour qu'on distingue la lumière de l'autre côté, et le timbre de quelques voix qui discutent. J'suis pas capable d'entendre exactement, mais ptet qu'avec ses esgourdes, l'elfe y arrive ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 19 Avr - 21:08
    Bon, visiblement malgré l'impression de Shan de ne pas du tout etre sur le même fil que son comparse, ils étaient sur la même longueur d'onde. Voyant dans quel genre de guêpier ils étaient en train de descendre, il avait imaginé durant une minute que Pancrace allait vouloir faire demi tour, et avait commencé a mentalement se préparer pour continuer tout seul et affronter une situation en nette infériorité numérique. Mais sans doute que finalement il aurait un back pu. Une aide prête a déguerpir a la première minute, mais c’était toujours ça de pris.

    - Non, je n'ai jamais vu ce symbole.

    Ils ne venaient pas du Reike ça c’était sur et certain, mais ca l'aurait surpris de retrouver un clan du désert a Liberty. C’était donc bel et bien un gang ou bien une branche de la pègre en action. Shan se demanda jusqu'à ou le Républicain était prêt a aller pour apporter un petit peu plus de paix dans la rue, mais après avoir écouté plusieurs fois ces discours, la seule conclusion qu'il eu, fut que cela ne devait pas être beaucoup.

    Alors il s'engouffra dans le tunnel. Et laissa ses sens prendre le dessus afin de s'assurer des adversaires qu'ils allaient rencontrer. Cinq ou six, hum, plutôt sept ou huit de ce qu'il entendait et si ils avaient des protections magiques, son compagnon n'allait peut être pas servir a grand chose. Alors il devait être capable d'en abattre au moins la moitié rapidement. Au pire, Pancrace se ferait la malle, comme prévu.

    - …Et la je vois cette putain. Une truie, je te jure, ahah. Elle écarte les cuisses et...

    Ils étaient de dos, plongé dans une conversation hautement intéressante sur la condition féminine du point de vu du prisme de la pègre dans le milieu pauvre urbain. Sans doute qu'il aurait pu, avec une plume correcte, écrire un livre. En l’occurrence, ils se rendirent compte de la présence des nouveaux venus au moment ou Shan frappa le poète au niveau de la nuque avec force et précision. L'autre plongea en avant en espérant sauver sa vie.

    Ce qui avait empêcher la totale infiltration, c'est qu'a défaut d’être élégant, ils avaient fait attention leur disposition, et un troisième était magiquement dissimulé en face, en sentinelle. Peut etre que Pancrace disposait de protection magique, mais en tout cas, Shan avait été sentis a la seconde ou il avait pénétré dans le manoir, par le toit. Un bien mauvais calcul. Tant pis, ce serait frontale.

    - Couvrez moi.

    Il parti droit vers la «sentinelle », sans se préoccuper du second bonhomme qui avait plongé sur le coté et était en train de se remettre debout. Shan savait que l'homme les avait détectés a l'avance, aussi il n'avait pour but que de neutraliser celui qui semblait être capable de magie.

    - Au fond !

    Il dégaina une de ses lames et l'utilisa comme arme de jet. Le mage leva le bras juste a temps pour poussa un râle de douleur, la lame lui transperçant le poignet pile a hauteur de son cou, la ou l'attaque était ciblé.

    Le semi elfe entendait déjà du bruit, plus loin, mais il devait vraiment s'employer a diminuer tout risque magique mais surtout, les potentielles attaques mentales qui etaient son plus gros point faible. Tout en bougeant, sa peau commença a se durcir sous l'action de son mana, pour se protéger de la moindre attaque dans un angle mort.

    Trop tard, arrivée la ou sa cible se trouvait une seconde plus tot, elle avait disparut. Il sentait l'odeur du sang, mais il ne voyait plus personne. Invisibilité sans aucun doute. Il s'arreta, constatant qu'en continuant, il y aurait une portion de couloir avec moins de torche. Une très mauvaise idée de se battre la pour lui. Soit il fallait partir vite vers l'avant pour rencontrer les adversaires plus loin, ou attendre ici. Il se retourna, vers Pancrace, alors qu'il y avait encore un homme entre eux.

    - Il faut neutraliser le mage. Et ce type la.

    Le type en question fléchit les genoux, se préparant au combat, intimidé. Ca n'allait pas etre la meilleure partie de la journée.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 367
    crédits : 1245

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Mer 26 Avr - 19:26

    Shan y est allé à fond, et t'façon, à ce stade, fallait bien que quelqu'un s'y colle. J'ai à peine eu le temps de commencer à doublement assommer celui qu'il a mis au sol que le magicien qui traînait dans le fond devient invisible et s'carapate, probablement plus loin dans les tréfonds des caves. Reste que notre troisième gugusse, qui semble prêt à en découdre. J'sais pas trop ce qu'il espère, pris en sandwich comme ça, mais ça serait mal de briser ses espoirs.

    Coincé entre nous deux, il se colle dos au mur, et essaie de nous garder tous les deux dans son champ de vision, bougeant fréquemment la tête et tressaillant au moindre de nos mouvements.

    « Hé, tout va bien se pass... »

    Le pointu a profité de mes paroles pour faire un demi-pas, et il en faut pas beaucoup plus pour que notre client se tourne complètement. Alors j'en profite pour lui mettre un coup de talon dans la rotule. Il tente de se retourner et agiter les bras pour nous écarter tous les deux, avec un cri de douleur qui n'émeut personne, et la manchette dans la gueule que je lui colle lui permet de rejoindre son petit camarade au royaume des rêves. Comme j'arrive à bout de menottes et de corde, j'ajoute un coup de gourdin sur la tempe. Se relèvera, se relèvera pas, mais le devoir nous appelle plus loin, après tout.

    « Pour le mage, tu saurais si y'en a d'autres ? »

    D'un autre côté, s'il le savait, on se serait pas fait avoir pour commencer, donc j'vais supposer que non.

    « J'ai un sort de détection magique. Il fonctionne qu'à portée relativement courte, mais il devrait nous fournir quelques indications si jamais une saloperie doit nous tomber dessus. Vais faire de mon mieux. »

    Le senseur magique se déploit, et sur une dizaine de mètres, j'ai un bon ressenti de tout ce qui peut traîner comme utilisation du mana. Juste à côté, le pointu brille pour moi, et j'déchiffre le renforcement dont il s'est paré histoire d'être certain de pas prendre une attaque pendant la brève échaffourée. Y'a aussi la trace du mage ennemi, son invisibilité qui reste suspendue et qui me confirme qu'il s'est enfoncé plus profondément et qu'on risque pas de se perdre.

    « L'est bien parti par là, en tout cas. »

    On avance doucement, et j'pose la main sur son épaule pour l'arrêter. Le nuage de magie à hauteur de nombril devant nous ne m'inspire rien qui vaille, donc j'le sonde avec précaution, pour m'assurer que y'a pas une autre saloperie derrière. Après une dizaine de secondes, j'confirme qu'il est juste là, à flotter, même si j'arrive pas à déchiffrer exactement ses effets. Faut dire, si j'y arrivais, j'pourrais p'tet simplement désamorcer le pièce, mais j'ai pas poussé l'apprentissage jusque-là.

    Du coup, j'fouille dans ma poche jusqu'à en sortir une pièce de cuivre que j'lance dedans. L'explosion localisée de foudre me hérisse le poil, et les fragmants carbonisés qui tombent au sol fournissent une illustration éloquente du sort peu enviable qui attendait celui qu'aurait marché dedans.

    « Sale histoire. »

    Puis c'est le dernier coude, et j'sens qu'ils sont de l'autre côté, armés probablement, à voir la réation de mon petit camarade. Le sorcier prépare aussi des trucs, mais il a l'air d'être le seul dans ce cas. Si y'a un autre pratiquant, il cache bien son jeu pour l'instant, en se fondant dans la masse. J'rengaine le gourdin, et j'sors deux couteaux. Peu de chances que y'ait assez d'espace pour les beaux moulinets, même pour ma lame courte, après tout.

    « Un seul sorcier a priori, pas de certitude. J'sais pas combien ils sont. »

    La réponse, c'est cinq, et j'trouve que ça fait déjà beaucoup trop, alors qu'on prend le virage pour se retrouver face à deux mastars qui bloquent le couloir, sans compter les autres derrière qui sont en train de s'équiper. L'avantage, c'est que comme y'a pas des masses de place, leur avantage de nombre paraît pas évident.

    L'attaque mentale trouve leur ressource magique et interrompt ce à quoi elle s'occupait, nous laissant les coudées franches pour les autres.

    Pasqu'on nous appelle pas les cognes pour rien, à l'office républicain, quand même.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 29 Avr - 15:42
    Son acolyte avait agit assez rapidement. Plus que ce que Shan avait pu soupçonné, et il se mit une petite tape mentale pour se jurer de continuer comme il avait toujours fait. Ne jamais sous-estimé personne. Le type semblait avoir de nombreux accro, mais dans la finalité, il était bel et bien un membre des forces de l'ordre de la Republique. Et pour être affilié a ça, il avait sans doute du s’entraîner, passer des épreuves et des concours. Bref, ce n’était pas le premier type venu.

    - Bien joué. Désolé, je pense qu'ils m'ont détectés quand je suis rentré.

    Il ne précisa pas, mais le sous entendu était assez clair. Il n'avait pas réelle résistance magique ni de couverture pour s'en dissimuler. Il ne le précisa pas a haute voix par habitude, de ne pas révéler de faiblesse, mais la finalité était sans doute visible pour Pancrace. Ce dernier rajouta un coup sur l'homme inconscient, peut être un peu exagéré du point de vu de Shan mais bon, si c’était sa façon de faire alors soit.

    - Un seul sorcier, d'accord. Je peux soit m'occuper de votre défense physique pendant que vous essayez de abattre, soit vous me protégez magiquement et je part en avant pour le neutraliser. Une fois le sorcier sortit du combat, le reste ne devrait pas poser de problème.

    Il donna sans doute l'impression d’être plus que confiant, mais c’était sa façon de faire et il avait confiance en ses capacités. Sinon il ne serait pas la. Il n’était pas du genre à s'engager dans une manœuvre ou il n’était pas sur a cent pour cent qu'il allait réussir. Sinon, a ses yeux, c’était purement du suicide.

    Il stoppa Shan net, alors que ce dernier avait sentit le danger sans parvenir a le matérialisé comme Pancrace avait pu le faire. Il le laissa faire et l'explosion lui souffla qu'il faudrait vraiment qu'il parvienne un jour a apprendre deux ou trois astuces.

    - Je vous laisse ces deux la... ?

    Sans lui laisser le temps de répondre, il dégaina ses deux lames, un poil trop longues pour etre de simples dagues, et il parti visage vers le bas a toute vitesse dans le couloir. Les deux en face ne s'attendaient clairement pas a une attaque frontale, plutôt habitués a ce que la menace visuelle dissuade les belligérants.

    Shan effectua une feinte de corps, et alors qu'ils s'écartaient pour le bloquer, le chemin parvint a s'ouvrir entre eux, le laissant passer en tailladant leur flanc de chaque coté, dans un râle de douleur et une gerbe de sang. Il se retrouva derrière eux, dans le couloir. Pancrace était désormais en deux contre un, mais ils avaient désormais chacune une vive douleur a l'abdomen qui allait diminuer leur sens, brouiller par la souffrance.

    Shan tourna dans le boyau de roche. Un souterrain, ce n’était pas juste une cave. Peut être que ça allait droit vers chez quelqu'un d'autre, un complice. Ou c’était tout simplement un passage fait par des riches pour s'enfuir en cas de coup dur, comme ça arrivait encore plus souvent au Reike chez les familles nobles. Dans tous les cas, il fallait continuer.

    Il glissa dans un réflexe parfait pour éviter un rayon de foudre qui vint rebondir contre la roche, dans l'angle, et continuer sa route vers l'endroit ou était Pancrace et les deux hommes. Le sorcier ne devait pas être loin, et si le Républicain avait détecté trois personnes, les deux autres n’étaient clairement plus tous proche. Ils avaient reculés, une fois équipé, peut être pour parvenir a la sortie et demander des renforts. Ou bien pour garder l'autre évacuation. Dans tous les cas, le sorcier était seul.

    Un autre piège, comme le premier, que Shan parvint a désamorcer aisément maintenant qu'il s'attendait a ce genre d'astuce. L'explosion cependant fut cette fois utilisé pour se dissimuler. Il prit de l'élan, appuie sur le mur, et déboucha du nuage de fumée mid air pour prendre par surprise le sorcier qui était accroupit dos au mur, le visage grimaçant par la blessure qu'il s’était vu infligé plus tôt. Il leva les mains, prit de paniques, et des nouveaux rayons de foudre frôlèrent l'elfe, carbonisant légèrement sa tunique.

    Un coup de pied sec l'envoya dans l'inconscience, et Shan retomba sur le sol, s'approchant pour vérifier qu'il etait bien neutralisé. Il etait froid, mais il ne faudrait pas le laisser beaucoup trop longtemps, sans quoi il allait se vider de son sang.

    Il ne resta pas la longtemps, et fit demi tour en courant, pour retourner vers son allié, qui devait toujours etre aux prises avec les deux autres. Il n'avait pas de temps a perdre, car si il sortait de la avec un cadavre allié sur les bras, la suite de l'enquete allait tout de suite etre plus compliqué.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 367
    crédits : 1245

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Sam 6 Mai - 9:51

    Vu que Shan part à nouveau devant pour s'occuper du mage et l'empêcher de nous bombarder de traits de foudre -et je vais pas m'en plaindre, il a beau être imbuvable, voilà bien un truc où il est bon-, j'me retrouve avec mes deux gus, qu'ont par ailleurs du renfort. Il les a blessés sérieusement en passant, et si certains ont hésité à poursuivre le pointu, ils se sont ravisés pour tourner leur attention vers moi.

    J'pense que c'est la faute à mon joli minois, il m'attire souvent la jalousie de mes congénères.

    Ceux de devant se tiennent le côté, là où ils ont été entaillés, et s'écartent tour à tour pour laisser passer les deux autres, ceux qui sont en pleine forme, avec leurs épées, leurs gantelets et leurs vestes de cuir. J'baisse les yeux vers mes couteaux, j'me dis que ça va pas être évident de les entailler. D'un autre côté, tant qu'on se débarrasse du mage, la suite devrait dérouler assez naturellement. C'est juste que ça se trouve, y'a une arnaque plus loin, et que mon senseur magique permet pas de le sentir : trop d'éloignement, et puis ma concentration est passée sur autre chose.

    « Franchement, vous avez pas de chance. Autant, l'elfe, il est pas super fort et vous aviez une chance si vous coopériez, autant là, c'est foutu. Vous pouvez toujours vous rendre, cela dit. »

    J'vois que ça déclenche une forme d'hésitation chez eux. Entre mon air bravache et les acrobaties de l'autre, faut dire, on se radine en binôme et on montre bien qu'on a pas peur. Puis le plus gros du lot carre les épaules, et aboie un ordre indistinct, mais qui réveille un peu les autres.

    Les blessés se font des bandages de fortune en arrière-plan, mais j'ai quelques minutes avant que ce soit vraiment la merde, m'est avis.

    Les premières attaques servent à jauger la distance et la réactivité adverse, comme d'habitude, alors j'reste flegmatique, m'attachant à pas reculer plus que nécessaire et à essayer de lire les feintes. Voir les habitudes, aussi, des fois que y'ait des trucs à exploiter. Mais pour l'instant, ils essaient davantage de chopper un rythme où ils se gênent pas dans le couloir exigu, alors que leurs épaules frottent déjà les murs en pierre et qu'ils doivent éviter les soutiens de bois.

    Dans un coin de ma tête, une nouvelle attaque magique prend forme, à utiliser intelligemment pour me sortir d'affaire ou déclencher une offensive. Mais j'passe davantage de temps à reculer, pour l'instant, et p'tet qu'ils se rendent compte que je suis, peut-être bien, pas aussi balaise que mon pote. Outrage. Quand ils accélèrent le rythme, j'ai un p'tit sourire en coin qui les freine quelques secondes de plus, avant qu'ils se disent que, quand même, j'ai rien montré de particulier jusque-là.

    Celui qu'approche trop, le gros dur au crâne rasé, se prend ma magie de plein fouet, et titube au milieu du chemin. De l'arme gauche, j'écarte son glaive, juste suffisamment pour me glisser au corps à corps et planter ma lame droite dans son épaule. C'est qu'il avait de la poigne et que j'ai failli pas passer, mais la blessure pisse le sang et il a du mal à pas lâcher son épée courte.

    Le bonus anticipé, c'est qu'il gêne son collègue, ce qui me donne un instant de répit pendant qu'il passe devant.

    « Franchement, je vous avais dit. Vaut mieux arrêter là. En plus, mon collègue va revenir bientôt...
    - M'étonnerait. Notre mage va le déboîter.
    - Vraiment pas, hein ? Enfin, il sera toujours temps d'abandonner plus tard, hein. »

    Il serre les dents, fait des moulinets pour me maintenir à distance. Mais contre un gars qui manque clairement d'entraînement, j'me sens moins en danger, surtout que j'voudrais bien le mettre hors d'état de nuire avant que les deux blessés par Shan se radinent. J'ai vu qu'ils avaient déjà bien avancé dans leurs premiers secours, en plus.

    J'feinte un pas en avant, puis j'me précipite dans l'ouverture de la garde. Le coup de poing frôle ma tempe et m'destabilise, et il suffit du coup de genou qui suit pour que j'tombe au sol, en arrière, sur le dos. Il va pour planter son épée dans mon bide, et j'me rends compte qu'il a les chicots jaunis. J'roule sur le côté. J'balance un coup de talon dans sa rotule. Il essaie de me tomber dessus. Il chute sur mon planteur.

    J'me relève. J'm'écarte. J'reprends mon souffle.

    J'en dégaine un autre.

    Quelqu'un arrive dans le couloir.

    Allez, le pointu, pitié que ce soit toi.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 7 Mai - 15:06
    Il ne pouvait pas courir a sa vitesse la plus élevé. Le couloir était trop étroit et si il avait voulu changer d'angle de course, il se serait prit le mur et ca aurait été compliqué. Alors il se bridait volontairement, en suivant le bruit du combat devant lui. Avec les éclats de voix et le bruit de froissement de vêtements, il était sur que Pancrace était toujours en vie, en tous cas. Peut être pas pour longtemps cependant.

    Il apparut derrière le petit groupe mais ne s’arrêta toujours pas. Un était quasiment mort, une blessure dans le torse. Pancrace semblait stressé, dans une posture défensive qu'il voulait être impressionnante afin de faire douter ses adversaires. L'autre grand bonhomme etait toujours en sang sur son flanc, et derrière les deux du début essayaient de se remettre au moins sur leur pied pour etre un soutien.

    Celui qui était en train de mettre un bandage autour de la cuisse de son compagnon aurait du rester allonger. Il se reçut un violent coup de pied a la tempe, en pleine vitesse, ne s'attendant clairement pas au retour de l'elfe. Il le mit dans un angle qui fit en sorte que la nuque de l'homme en question ne se brise pas comme une biscotte. Il n’était pas la pour tuer qui que ce soit, d'une part car il n'avait pas envie, et de deux car c’était bien au Républicain de décider de ce qu'ils feraient de ces types la.

    - Pardon pour l'attente.

    Au final, ils se retrouvèrent encore entourant un adversaire en deux contre un. La fameuse prise en sandwich réglementaire qu'on apprenait dans toute les bonnes écoles de la République. Sauf que cette fois, le gaillard n'avait pas l'air hyper motivé pour vraiment se défendre, la main serré sur son arme, l'autre sur sa blessure.

    - Vous pouvez poser votre arme, parce que sinon je sens que mon camarade va vouloir laisser un peu de frustration sortir de ses bras.

    Finalement les deux utilisaient la même technique, sauf que Shan avait l'air en bonne forme, malgré sa peau légèrement luisante causé par la montée de son rythme cardiaque. Pancrace, lui, avait l'air un peu a bout de souffle et aurait potentiellement bien voulu faire une pause. Shan serra la main sur sa dague ensanglanté...mais l'autre lâcha son arme et leva les bras en signe de reddition.

    - C'est bon, ne me tuez pas.

    Shan hocha la tête, c’était la meilleure décision a prendre. Pour tous le monde. Il s'approcha lentement, après avoir remisé sa dague dans sa veste, et quand il fut non loin du belligérant, il lui envoya un violent coup de coude retourné, au niveau du visage, un poil plus haut, la tempe. Ça lui fit l'effet d'un tremblement, le cerveau frappant a l'intérieur de la boite crânienne, et il s'écroula inconscient dans un râle de douleur.

    - Vous allez bien ?

    Pas besoin de s'ennuyer pour l'instant a faire confiance ou non. Au moins, ainsi dans les vapes, ils pouvaient lui tourner le dos cinq minutes sans devoir rester a l’affût complet d'un danger. Il s'approcha du garant de l'ordre. Au final, deux adversaires dans les vapes, deux morts, un collé et mur et blessé qui semblait ne pas avoir envie de se lever, et essayait de terminer le bandage, frénétiquement, histoire de ne pas se vider de son sang.

    - J'ai pu m'occuper du sorcier, plus loin. Il ne nous ennuiera plus. Les autres se sont barrés. Ca ne donne pas juste sur une cave. C'est un tunnel. Qui doit donner a l'autre bout du quartier, au vu de sa longueur.

    Ils avaient trouvés quelques choses de gros. Un tunnel enfouis sous les rues de Liberty, permettant les aller et venu de façon discrete. Ils avaient peut etre mieux de faire marche arriere avec les prisonniers, bloquer la sortie de leur coté, et d'appeler des renforts. Mais les autres etaient au courant de leur présence. D'ici a ce que les renforts arrivent, ils pouvaient tout aussi bien disparaître dans la nature.

    - Qu'est ce que vous préconisez maintenant ? Aprés tout c'est votre ville. On continu ?

    Tout en parlant, il sortit une gourde d'eau fraiche de sa sacoche, qu'il tendit a son camarade. Il avait l'air vraiment d'avoir un gros coup de chaud.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 367
    crédits : 1245

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Lun 22 Mai - 11:41

    Coup de bol, c'est bien mon elfelin préféré qui se radine. Du coup, à deux, il faut pas bien longtemps pour achever de les destabiliser et de les éliminer, et ils se rendent sagement. J'me passe la main dans les cheveux, et elle revient poisseuse de sueur. C'est l'adrénaline, la peur et l'atmosphère pesante du tunnel, ça.

    « Ca va, merci d'être revenu. »

    D'un autre côté, il pouvait difficilement se barrer sans moi, vu que j'suis sa caution légale. Mais on va pas attribuer au calcul ce qui pourrait être simplement de pas être un sac à merde, pas vrai ? Même moi, j'serais revenu, ne serait-ce que pour pas me coltiner la suite du tunnel tout seul. Après tout, on sait pas trop ce qui va nous attendre au bout, mais ça devient de plus en plus bizarre, c'est certain.

    « Top pour le sorcier, et tant pis pour ceux qui se sont enfuis, on les retrouvera bien à l'occasion. Si c'est que des sbires, ça n'a pas grande importance, ils feront un autre tatouage de gang quand ils changeront d'allégeance. C'est pas trop le profil à se réorienter dans un commerce honnête, malheureusement. »

    C'est trop dur de travailler pour de vrai : il faut une abnégation ou une fermeture d'esprit considérable pour se lever tous les matins pour faire des miches ou je sais pas quel autre métier d'artisanat plus classique. Sans compter qu'ils ont probablement jamais développé les compétences correspondant. On n'a pas tous la chance de pouvoir être apprentis, ou rejoindre l'armée.

    « Si c'est un tunnel qui va quelque part, on va appeler les renforts, alors, et continuer à deux le temps qu'ils arrivent. Ils pourront s'occuper de nos gus, aussi. S'ils sont en train de s'enfuir, les autres, faudrait qu'on les empêche de partir avec une cargaison illégale, qui constituerait nos preuves, ou alors leurs chefs, qui constituent nos cibles. »

    J'accepte la gourde avec reconnaissance, et j'prends une première gorgée que j'crache dans la terre battue du tunnel avant d'avaler la seconde, puis de lui rendre.

    « Laisse-moi quelques secondes le temps de prévenir ma hiérarchie. »

    J'm'assieds en tailleur, dos au mur, et j'ferme les yeux pour conjurer une projection astrale, qui se rend fissa au commissariat le plus proche. Quand j'fais irruption dans le bureau, le capitaine lève les yeux de sa paperasse.

    « Une urgence, Dosian ?
    - Chef, oui, chef. Le manoir des Clothos est vide, et on a trouvé quelques sous-fifres dans les souterrains. Ils parlent d'un gros coup mais on n'a pas encore pu avoir d'informations détaillées, c'est très certainement en lien avec une cargaison de drogues, liée au meurtre sur lequel j'ai été envoyé enquêter.
    - Des renforts ?
    - Il faudrait, puis on va continuer à remonter la piste. On vous a fait un joli paquet cadeau, on doit voir où le tunnel mène. Visiblement c'est pas juste des caves, à vue de nez, j'me demande si ça se dirige pas vers le lac.
    - Une voie de contrebande ?
    - Très possible, chef.
    - J'envoie une escouade de suite, soyez prudent.
    - Toujours, chef.
    - Ca m'aurait étonné. »

    Après un salut bâclé, j'relâche la magie et j'ouvre les mirettes sur mon partenaire, qui regarde vers la suite comme un oiseau de proie ou un chien de chasse. Hé, j'suppose que c'est plutôt raccord.

    « Faut s'assurer que le sorcier nous fasse pas de dinguerie, par contre, s'il se réveille avant que mes confrères arrivent. L'attacher suffira p'tet pas. »

    Finalement, on opte pour le réassommer encore plus fort, en plus de le saucissonner et de le bâillonner. C'est pas idéal, mais si les autres officiers arrivent suffisamment vite, y'aura pas de souci. Puis après quelques virages, le souterrain part en ligne droite, et j'me sens un peu perdu, vu qu'on est sous terre et qu'on a tournicoté dans tous les sens.

    On arrive enfin à une porte aux barreaux métalliques, au-delà de laquelle on distingue des pavés et de l'eau. A l'odeur, c'est clairement les égoûts, et y'a eu du passage récemment, à voir la poussière qu'a été déplacée et les traces d'humidité au sol et sur les murs. Mais la grille est suffisamment neuve et en bon état qu'on puisse pas juste la forcer. Heureusement, on apprend quelques trucs à lutter pour l'ordre et la justice, et il me faut que deux minutes pour la forcer avec un couteau.

    « J'pense qu'il faut suivre vers l'aval, s'ils veulent fuir avec de la marchandise et un bateau, plutôt que remonter. Ca m'excite pas de patauger là-dedans, mais faut ce qu'il faut, hé ? »
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 26 Mai - 23:05
    Il secoua la tête, comme pour dire que ce n’était rien. Il était revenu parce quoi qu'ils en disent, ils étaient une équipe, et il n'avait pas l'intention de le laisser mourir sous prétexte qu'il n'etait pas vraiment fan de son attitude et de sa façon d'agir. Parce qu'en vérité, dans le fond, ils avaient un peu le même style dans la façon d’enquêter et de faire parler les gens. Pancrace avait simplement l'air d’être un peu plus sociable que le semi elfe.

    - Si vous n’êtes pas blessé, ca va.

    Ils s’occupèrent du magicien, et il le laissa ensuite établir la communication avec sa hiérarchie. Il en profita pour sortir une petite gourde adapté a des missions courtes, pour éviter de se trimballer avec plusieurs litres d'eau en permanence. Le gros de ses réserves étaient restés avec ses affaires, sur sa monture. Il prit simplement une gorgée d'eau, dont un petit arrière goût de plante, provenant d'une décoction qu'il avait lui même tamisé dans le fond du tube, pour se donner un petit coup de fouet.

    - Continuons.

    Il prit sa suite et ils furent rapidement au passage que le Republicain débusqua, ce que Shan avait surtout sentit depuis trois bonnes minutes. C’était simple de trouver les égouts, pour lui. L'agent avait vu juste, et l'odeur d'un passage était très récent. Il commença a s'approcher mais l'autre se mit a tailler avec un couteau et il le laissa faire pour ne pas le vexer. Tirer aurait sans doute été plus simple mais soit.

    Il lui fit un petit signe silencieux de la main pour passer devant. Il se pencha par l'ouverture et se laissa tomber dans le tunnel putride qui était visiblement un carrefour de plusieurs systèmes d'évacuation des eaux usés provenant du dessus. Une bonne façon de déguerpir, c’était sur.

    Il n'attendit pas de voir comment l'autre faisait pour descendre et s'engagea sur la piste qu'il parvenait a suivre assez aisément. Des caisses avaient étés déplacés, plusieurs hommes, une odeur de sueur et de poussière comme celle que Pancrace avait fait bougé en déplaçant l'ouverture...puis petit a petit, alors qu'ils avançaient vers la direction des assaillants...il s’arrêta.

    - Du sang.

    Il huma l'air. Oui, il n'y avait aucune erreur possible. Droit devant, il s’était passé quelque chose. De sale au vu du fer qui venait de lui pénétrer les sens. C’était plus que frais, ils avaient été précédé d'une poignée de minutes. Le temps de revenir sur ses pas, d'aider Pancrace, de souffler, de revenir. Trente minutes au grand maximum s’étaient écoulés, et pourtant...

    - Il vient d'y avoir des morts, droit devant. Vers la mer vous avez dit ? Il y a des sorties de bateau dans le coin ? Des courts d'eau souterrains pour partir vers le nord et le bras de mer qui passe au dessus de la réserve ?

    Il reprit son avancée tout en parlant d'une voix extrêmement basse, et douce. Maintenant qu'il avait parlé une partie de la journée, il avait retrouvé sa voix naturelle, assez mélodieuse et chantante. Bien une voix d'elfe. C’était de plus en plus difficile de croire qu'il avait du sang humain.

    Ils débouchèrent dans une caverne. Shan ne lui fit même pas signe de s’arrêter, ou d’être discret. Il n'y avait littéralement plus personne. Plus que des cadavres, partout. Sept cadavres dont deux qu'il reconnu comme faisant parti des fuyards du tunnel. Et sur le petit bateau il y avait encore des odeurs.

    - Quelqu'un a fait en sorte qu'ils ne puissent pas parler...

    Il avança, enjamba plusieurs corps, pour aller voir sur le pont. Il ne pu pas le reconnaître, mais Pancrace pourrait peut être. Trois corps, des gens bien vêtue. Sans doute la famille bourgeoise dont ils avaient visités la demeure plus tôt. Ils étaient donc bien dans la combine mais...

    - ...Il y a encore quelqu'un, sous le pont.

    Le père de famille avait subit le même sort que la prostituée. En plus sale. En plus d'avoir été éventré de la même manière, il avait était violemment torturé. Sans doute avant même que ceux qui fuyaient n'arrivent dans la caverne. Shan le contourna et approcha de ce qui gardait la cale close. Il ouvrit...pour découvrir...

    Un jeune garçon couvert de sang, replié sur lui même. Vivant.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 367
    crédits : 1245

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Ven 23 Juin - 18:50

    Quand on émerge -enfin- des égoûts, j'laisse échapper un soupir de soulagement. Si, figurativement, on touille et on épure la merde de l'illégalité pour que nos concitoyens puissent dormir sur leurs deux oreilles, sans remontées nauséabondes dans leurs petits pavillons, on évite de le faire physiquement.

    Evidemment, parfois, on n'a pas le choix, genre quand de brillants criminels décident de se fourrer dans les égoûts et qu'il faut bien les en déloger. C'est toujours de grands moments de colère qui se retrouve détendue dans les côtes des suspects appréhendés. Pas de raison qu'on soit les seuls à douiller. Les rumeurs font état d'hybrides qui crèchent là, en plus de toute la foultitude des clodos et autres vagabonds, mais tant que ça déborde pas dans nos belles rues, globalement, les chefs sont contents de laisser traîner.

    Soupape de sécurité pour que la pression s'évacue, tout ça.

    A vue de nez, les égoûts doivent toucher des grottes souterraines qui sont proches du canal et du bras de mer, mais j'en mettrais pas ma main à couper. Les collègues doivent avoir l'info, pasque ça m'étonnerait pas que y'ait régulièrement des squats et des magouilles ici. C'est en tout cas ce que j'pense avant que Shan pointe le sang qu'il hume déjà. 'Tain, et ça avait l'air si bien, pourtant...

    « Ouais, y'a un canal qui va vers la mer, et qui achemine pas mal de marchandises. La SSG, tout ça. Ca va dans les deux sens, et ça permet de fournir aussi Courage et Kaizoku, maintenant, puis des ports du Reike. Bref, poumon économique, tout ça. Plus rapide et facile que passer par la terre, plus rapide aussi pour peu que le vent soit bon. »

    C'est des genres de navettes rapides, mais quand la différence entre une plus-value et une chute du marché dépend du nombre de voiles, les marchands arrivent à desserrer les doigts suffisamment pour faire tomber quelques piécettes.

    « Des morts, encore ? Nos gars ? »

    Il peut pas avoir la réponse, évidemment, alors on avance prudemment. Le tableau est macabre dans la caverne, avec un petit rafiot qui devait servir à se faire la malle, mais qui se contente de flotter mollement sur la houle grandement amortie par les murs autour. C'est vraiment un bon coin, et ça m'étonne pas qu'une famille comme les Clothos ait mis la main dessus. Pour le bien que ça leur a fait, cela dit...

    J'fais la grimace en voyant les corps, tous assez charcutés, et j'reconnais le patriarche, que j'pointe du doigt avec un haussement de sourcil entendu. On s'comprend, avec le pointu, et y'aura personne pour nous raconter ce qui s'est passé. Le fait d'avoir eu un peu de temps pour me préparer, et que ce soit le second macchabée du genre que j'découvre aujourd'hui, fait que j'suis un brin moins mal, surtout que j'm'attarde pas sur les détails de comment il a été charcuté.

    L'en faut pas beaucoup pour déduire que c'est le même taré que pour la pute.

    Et dans la cale, un gamin, couvert de sang. Il est pris de tremblements en nous voyant, et on s'écarte prudemment. J'm'accroupis et j'tends la main vers lui comme vers une bête sauvage.

    « Hé, c'est l'office républicain, tout va bien aller maintenant, mon garçon, on est là pour te sauver. T'es en sécurité. »

    A voir sa gueule, il a pas l'air convaincu, plutôt en panique totale, mais à force de faire des petits bruits réconfortants et de débiter des conneries, il finit par faire trois pas hésitants et attraper ma pogne. J'le tire doucement jusqu'à la lumière, en lui cachant les yeux pour pas qu'il voit ce qui est advenu de, je suppose, ses parents. On éclaircira tout ça au poste. On descend du bateau, et j'laisse Shan tout seul à bord. Ce serait bien de savoir si y'a bien une cargaison de drogue, ou si le coupable a décidé de faire main-basse sur la marchandise pour aller la revendre.

    Ca serait bien, dans le sens où ça nous filerait un filon à remonter, quand toute la came arriverait inévitablement sur le marché, peu importe le nombre d'intermédiaires. Puis ça voudrait dire qu'il est parti avec, que ce soit en barque, ou en flottant ou... pas en se téléportant, un rapide coup de senseur magique me l'assure. Déjà ça, comme bonne nouvelle.

    Quand Shan redescend de la coquille de noix après avoir fait son truc, j'articule silencieusement un « Alors ? ». Appuyé sur moi, le garçon s'est endormi d'un sommeil agité, sûrement à revivre les événements en boucle. Pas près de s'arrêter, ça.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 27 Juin - 19:02
    L'endroit etait vraiment l'épicentre d'un enfer que personne n'avait vraiment envie de contempler un jour dans sa vie. Autant de sang, autant de mort. Mais pour Shan, c’était finalement quelque chose qu'il avait souvent vu. Notamment dans le désert, les conflits entre les différents clans mineurs pour essayer d'asseoir un minimum d'assise sur un territoire finissait régulièrement...comme ça. Dans le sang et la mort.

    En montant sur le bateau, il avait sentit et surtout, entendu le souffle du gamin. Bel et bien survivant du massacre, il était plutôt étrange qu'il en ai rescapé. Soit il y avait eu une magie l’empêchant d’être détecté, après avoir été caché par ses parents, soit le tueur avait été extrêmement pressé et n'avait pas pris le temps de faire les recherches. Sauf que la torture que le pere avait subit sous entendait le contraire. D'ailleurs, c'etait peut etre....

    - Je vous laisse vous en charger.

    Il serait sans doute meilleur pour convaincre le garçon de sortir. Il en profita pour observer le pont, et fouiller un peu. A première vu, il n'y avait plus grand chose a voler. Mais après avoir observé, il constata une seconde trappe a l'avant du bateau. Il l'ouvrit, pour découvrir une importante cargaison de stupéfiant. Sans doute pas l’entièreté. Mais au moins la moitié. Le bateau n'avait sans doute pas eu le temps de prendre la mer, et un premier devait déjà être loin. Pour les Républicain, ça allait déjà être une bonne prise.

    Il ressortit de la cale, pour voir que le Republicain était descendu, avec l'enfant. Tout ceci était assez étrange du point de vu de l'elfe. Le genre d'affaire ou il y avait quelque chose de visible, et une couche juste en dessous, dissimulé. La torture...pour quelque chose d'aussi facilement trouvable que la cargaison. Non, il y avait autre chose.

    - Il va bien ?

    Il était redescendu du bateau, alors qu'on entendait au loin les renforts finalement arriver. Difficile de savoir, mais c’était peut être la fin de l’enquête. Pour eux en tout cas. Du coté de Shan, il était encore loin du compte de son point de vu. Il avait même un certain malaise, difficile a définir.

    - La torture est similaire. C'est bien notre homme. Y'a aussi un petit cadeau qui devrait plaire a vos boss, a l'avant du bateau.

    Si ce qu'ils voulaient, c’était un résultat, alors ils allaient être aux anges, et Pancrace allait avoir une sacrée bonne évaluation sur une enquête mené aussi rapidement. Retrouver une cargaison de plusieurs tonnes en une journée, c’était une sacrée performance. Et pourtant, tout donnait l'impression que c’était presque trop simple.

    - Je me demande si...le tueur n’était pas a la recherche du gamin, en fait.

    Il se tu quand tous les officiers Republicain furent tout autour. Il lança un regard a Pancrace. C'etait, ironiquement, le seul a qui il faisait un minimum confiance dans le lot. Il avait prouvé pouvoir etre au minimum utile, voir digne de confiance dans un moment critique. Il sentait toujours que la limite a laquelle il finirait par partir en courant en le laissant en plan, n’était pas loin, mais soit.

    Pour l'heure, ils allaient prendre le relais ici. Pour la cargaison, le bateau, les corps. Le gamin allait partir a la station. Ils n'avaient plus véritablement de piste. Le tueur était peut etre déjà loin, et si il était parti, c’était soit qu'il avait eu ce qu'il voulait, soit qu'au contraire, il était également en bout de course.

    Pour l'heure, Shan accepta de suivre tout ce petit monde a l'exterieur. Meme lui avait le besoin de respirer.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 367
    crédits : 1245

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Dim 2 Juil - 11:36

    Quand Shan revient, je hausse les épaules. M'étonnerait que le gamin aille bien, couvert de sang, avec ses parents cannés à côté de lui, au-delà de la vie instable qu'il devait déjà mener auparavant, en lien avec le crime. Ca va pas s'arranger maintenant : il risque de finir dans un orphelinat de la ville, s'il a pas de famille éloignée pour le ramasser, et là, c'est le début des emmerdes. M'enfin, c'était aux géniteurs de se poser la question du choix de carrière avant d'y embarquer leur descendance, hein.

    « Ah, la drogue est encore là ? Parfait. P'tet l'action d'un justicier masqué. Sacrément psychopathe, mais j'suis pas sûr qu'on réussisse à aller plus loin de toute façon. »

    On rangera ça dans le rayon des affaires non-élucidées pour lesquelles on compte pas vraiment faire d'effort supplémentaire. En tout cas, connaissant mes chefs, y'a toutes les chances que ça finisse comme ça. Si on remarque d'autres trucs bizarres en rapport avec la came, il sera toujours temps d'agir.

    « En rapport avec le gamin ? M'étonnerait. Il a juste eu du bol de survivre, et le coupable est parti avec la moitié de la cargaison. J'vois pas ce que le garçon pourrait avoir avec le schmilblick. »

    Il balance toujours des idées bizarres au débotté, le pointu, c'est marrant, un peu comme si on était dans un roman-feuilleton qui paraîtrait dans les feuilles de chou distribuées à la criée sur les grandes places de la ville. Mais la vie, c'est pas une jolie histoire où tu tournes la dernière page et tout va bien, malheureusement.

    « Ben si tu trouves des trucs, concrets et réels, en ce sens, hésite pas à me faire signe. T'auras qu'à demander Pancrace Dosian au commissariat, ici ou à Courage. On s'démerdera pour regarder ça. »

    C'est déjà pas mal, et un sacré traitement de faveur que j'lui fais, mais j'ai peur que sinon, il lâche jamais l'affaire. Puis faut donner au petit peuple l'impression qu'on se préoccupe de son bien-être, ça fait partie de nos attributions. Mais tout ça s'efface de mon esprit quand j'vois la démarche conquérante du nouvel arrivant, alors j'pose délicatement Gamin au sol, et j'me lève, puis j'me mets au garde-à-vous.

    « Commissaire Bavette, à vos ordres !
    - Repos, Dosian. Alors, qu'avons-nous là ? »

    On s'écarte de quelques mètres pour que j'fasse mon rapport, et j'fais signe à Shan de suivre.

    « Comme vous le savez, vous m'avez envoyé enquêter sur le meurtre de cette prostituée des bas-quartiers, en compagnie de... Maître Shan'... »

    J'me souviens plus de son blase complet, alors j'enchaîne directement.

    « Grâce aux indices sur place, nous sommes remontés jusqu'à la famille Clothos, dont le manoir était suspicieusement vide, en préparation d'un gros coup d'après les témoins et sbires que nous avons interrogés. En creusant un peu, nous avons découvert le tunnel par lequel vous êtes arrivés, avec les prisonniers qu'on a dû laisser là pour venir ici au plus vite.
    - Oui, nous avons pu les appréhender.
    - Après un bref passage par les égoûts, cette crique souterraine s'est dévoilée, avec un bateau contenant la cargaison de drogue, et les cadavres de la famille Clothos, à l'exception du garçon, qui était caché dans un recoin. Nous pensons que notre arrivée a fait fuir le coupable.
    - Probable, effectivement. Des indices sur son identité ?
    - Aucun. Sans doute un sadique psychopathe, peut-être un assassin commissionné par une autre famille. Faudra prêter l'oreille à ce qui remonte des bas-fonds dans les semaines à venir.
    - Du standard, en somme. Beau travail, Dosian, Lipswyrm. J'en toucherai deux mots à votre sponsor. »

    Il nous adresse un signe de tête et retourner gueuler sur ses équipes.

    « Bon, Shan, ce fut un plaisir. A la revoyure, hé ? »
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum