DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Ssisska

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Retrouvailles centenaires EFZvhIHe_o
    Gazette des cendres
    Hiver 2022-2023
    Lire le journal
    #1
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Titre du rp
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Érèbe
    Érèbe
    Messages : 8
    crédits : 106

    Info personnage
    Race: Lumina
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1143-erebe-lumina-terminee
  • Mar 17 Jan - 14:18
    Liberté. Une notion de l'ordre du souvenir pour Érèbe et dont elle retrouvait peu à peu la signification. Elle déambulait ça et là dans la grande Ikusa à l'instar de n'importe quelle citoyenne de la ville, à peine consciente de sa nouvelle situation. L'on aurait simplement cru à une voyou lambda, condamnée à une basse besogne et relâchée après avoir purgé sa peine, si elle n'arborait pas la cicatrice d'une marque au fer rouge sur le haut de son bras. Cette marque ne laissait pas indifférent la plupart des habitants qu'elle croisait sur son chemin : le civil lambda affichait sa méprise, certains soldats évitaient de croiser son regard tandis que d'autres remuaient presque imperceptiblement la tête, rendant honneur à cette potentielle camarade ayant combattu à leur coté dans les pires moments. Lassée, elle finit par réajuster la tunique sale qu'on avait consentit à lui laisser afin de ne plus attirer l'attention. Sa condition de Lumina remplissait déjà suffisamment ce rôle...

    Sur son chemin, elle ne reconnu personne et pour cause : depuis des centaines d'années sa vie avait consisté à combattre pour le Reike, dans la boue et le sang, n'ayant pour compagnie que ses semblables ou ses geôliers... La plupart de ses anciennes connaissances devaient, au choix, ne plus être de ce monde ou l'avoir parfaitement oublié. Il lui semblait que c'était son cas, et ce n'était pas si grave. Une nouvelle vie s'offrait à elle et il n'y avait nul besoin de la commencer sur les ruines de l'ancienne.  Cette résolution ne l'empêchait toutefois pas de laisser quelques souvenirs remonter, de l'époque où elle parcourait cette ville en temps qu'étudiante. Elle était une élève plutôt modèle dans son investissement et sa rigueur, mais elle n'était pas la dernière pour crapahuter dans les coins les plus étranges de la cité et s'aventurer là où d'autres éviteraient simplement d'aller. Ikusa est une capitale et sa taille reflète bien ce statut, mais elle pouvait à l'époque se vanter d'en connaître une très bonne partie. Désormais cette connaissance était certainement rouillée, mais elle restait capable de reconnaître quelques rares bâtiments, auberges et maisons. Elle ne pu d'ailleurs pas s'empêcher de sourire en remarquant que le QG des membres de sa promotion avait conservé, pendant tant d'années, le même nom et la même enseigne : le "Roi Glouton". Le propriétaire quand à lui, un certain Gotan ou Gowan - si sa mémoire ne lui faisait pas faux bond - devait depuis longtemps avoir passé l'arme à gauche. L'espérance de vie des hommes est si courte...  

    Elle soupira. Qu'allait-elle faire désormais ? La plupart des êtres vivants enfermés pendant un long moment n'auraient pas eu à se poser cette question, mais un "long moment" était un euphémisme la concernant. C'était une éternité... On aurait pu croire qu'elle sauterait de joie, embrasserait le premier venu, tâcherait de s'enfuir le plus loin possible de l'enfer du Reike pour aller gambader dans une prairie et tenter de finir ses jours sur une île paradisiaque... Mais Érèbe n'en ressentait pas le besoin pressant, peut être même pas l'envie tout court. Elle désirait prendre son temps, respirer le même air qu'autrefois mais d'une manière différente. S'émerveiller à nouveau de la beauté de cette gigantesque ville qui pouvait s'offrir à elle sous un jour nouveau. Rencontrer, apprendre à connaître, déguster des spécialités...

    Elle se mit à rire d'elle même. Comment espérait-elle réaliser toutes ces choses sans le moindre sous en poche ? Janissaire n'était pas censé être une situation temporaire, aussi n'avait-on aucun intérêt à les payer. On leur "offrait" le gîte et le couvert pour qu'ils puissent combattre et mourir au nom du Reike. Ni plus ni moins. Une fois libres, ils devaient à nouveau gagner leur croûte comme n'importe qui, et avoir été dépossédés de tout ce qu'ils avaient autrefois n'était pas une justification pour qu'on les traite différemment... Alors la Lumina demeura immobile au milieu de la rue, se contentant d'observer le Roi Glouton comme si le simple fait de fixer ce bâtiment suffisait à la nourrir.
    Noble de La République
    Noble de La République
    Neera Storm
    Neera Storm
    Messages : 114
    crédits : 1071

    Info personnage
    Race: Demi-titan
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Neutre neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t832-neera-storm-termineehttps://www.rp-cendres.com/t837-neera-liens#5839https://www.rp-cendres.com/t836-neera-storm-chronologie#5836
  • Dim 22 Jan - 15:39
    Il y a des visages qu’on oublie avec le temps, lorsqu’on traverse les siècles et les âges. Il y a ceux aussi qu’on n’oublie jamais parce qu’ils nous ont trop marqué, ou parce qu’ils ont été trop important à une étape de notre existence. Les parents remplissent généralement cette case, ou tout du moins ceux qui nous ont élevé et permis de grandir en ce monde. Puis, il y a ceux qu’on perd de vue parce qu’ils prennent un autre chemin. Les amis, les camarades de classe, les collègues de travail, sont toutes des personnes qu’on croise avec plus ou moins d’intensité à une époque, mais tantôt un choix de vie, tantôt des ambitions un peu trop fortes nous séparent et nous font prendre une voie différente. Il suffit néanmoins d’une petite étincelle et d’un coup de pouce du destin pour que les souvenirs reviennent à la surface, pour qu’on se rappelle les bons comme les mauvais moments et pour qu’on rattrape le temps perdu autour d’une bonne vieille chope, dans la taverne qui sent le ragoût, les rires, et la bière.

    Ce matin-là, Neera ne s’imagine pas le moins du monde qu’elle va retrouver une vieille amie rencontrée dans la belle cité de Melorn. Elle ne sait même pas qu’Erèbe est en ville : pour l’heure, elle déambule juste dans les rues d’Ikusa, après ce fameux colloque dans lequel elle a pu rencontrer le Ministre des Finances. Tagar Reys avait été d’agréable compagnie, elle devait bien le reconnaître. Un sourire en coin la prenait quand l’enseignante se rappelait leur petit match amical à l’Université de Drakstrang. Bon, cette partie avait fini par la destruction pure et simple d’un but de l’arène, mais ça avait été sympathique. Les deux mages élémentalistes avaient aussi bien discuté, dans ce petit restaurant local de la métropole, pas mal de sujets étaient d’ailleurs passés sous la table. Enfin, voir le palais avait été assez plaisant, quoiqu’elle n’y était évidemment pas entrée. D’ailleurs, il faudrait vraiment le faire pour qu’elle entre dans la demeure impériale. Tagar avait beau être très sympathique, la femme aux cheveux d’argent n’était pas certaine qu’elle reviendrait tout de suite au Reike, et elle préférait ne pas côtoyer les puissants de trop près. Généralement, c’était un très bon moyen pour s’attirer une série d’emmerdes.

    Aujourd’hui, Neera marchait tranquillement dans les rues de la capitale. Certains de ses collègues avaient profité de son excursion pour lui transmettre une liste de fournitures. Les Républicains possédaient énormément de produits intéressants sur leurs terres, mais il existait des denrées propres à chaque région du Sekai. Après une visite chez l’apothicaire et une passage chez des scribes qui vendaient des parchemins impeccables, la demi-titan s’en était allée chez un enchanteur de renom qui collaborait avec ses pairs. Elle lui avait remis les notes d’un de ses collègues, en échange de quoi elle avait elle aussi reçu une liasse de documents qui pourraient intéresser les érudits de Magic. La magicienne avait dès lors décidé de faire un saut à l’auberge où elle se reposait pour déposer toutes ses affaires. Ce n’était pas très loin d’un autre bâtiment appelé le « Roi Glouton », et plongée dans ses pensées, elle faillit ne pas remarquer la Lumina qui était plantée devant le fameux édifice. Tout au plus remarqua-t-elle les regards de mépris qu’on accordait à cette femme, sans qu’elle ne l’explique, et la Tornade finit par ralentir le pas pour savoir ce que cette inconnue avait fait pour s’attirer cette indifférence ou cette animosité de la foule. La dame avait la peau mâte, de longs cheveux noirs, et cette aura particulière… Peut-être fut-ce celle-ci qui mit la puce à l’oreille à Neera. On ne rencontrait pas une telle race tous les jours après tout, elle était même encore plus rare que les élémentaires. Et puis, ce regard, cette posture lui disaient quelque chose. Un instant immobile, la maîtresse de la foudre finit par avoir le déclic, comme si elle venait de retrouver un pan de sa mémoire et toute une série de souvenirs qui dataient de quelques siècles, déjà. Sans réfléchir, la Républicaine s’approche et prend la parole, comme si un nom pouvait relier le passé, le présent, et l’avenir qu’elles avaient déjà eu l’occasion de créer ensemble.

    - Newen ?

    La Tornade est presque surprise de se souvenir si facilement de l’identité de la jeune femme, comme si c’était l’évidence-même. Il faut croire qu’elle a une bonne mémoire, malgré les siècles qui passent.

    Quand le regard de la belle brune se pose sur elle, l’enseignante de Magic renchérit et ajoute d’une voix posée, mais non moins curieuse et sincèrement intriguée :

    - Newen Nethwise ? C’est bien toi ?

    Il serait facile à son interlocutrice de se souvenir d’elle, si elle ne se trompe pas de personne. Après tout, avec ses cheveux immaculés, ses prunelles translucides, et son mètre quatre-vingt, Neera ne passe pas inaperçue. Elle a depuis toujours une aura impressionne la plupart des mortels, et ceux qui la connaissent un tant soit peu connaissent également sa maîtrise élémentaire.

    En tous les cas, la professeure attend une réaction, puis ajoute avec une trace d’humour dans la voix :

    - Est-ce que tu as tué quelqu’un pour que les soldats t’évitent et qu’on te lance tant de regards méprisants ?
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum