DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Shan'ael

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Le prix du sang [PV Ssisska] EFZvhIHe_o
    Gazette des cendres
    Hiver 2022-2023
    Lire le journal
    #1
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Erit sanguinem
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Dahlia
    Dahlia
    Messages : 24
    crédits : 289

    Info personnage
    Race: Fae (sang pur)
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1111-dahlia-termineehttps://www.rp-cendres.com/t1188-ce-qui-nous-lie-dahlia#9128https://www.rp-cendres.com/t1187-chronologie-de-dahlia#9127
  • Mer 18 Jan - 21:58
    Assise sur le rebord de la fenêtre de son bureau, Dahlia rêvassait. Cela faisait déjà plusieurs jours que certains de ses orphelins avaient quitté le nid, mais rien à faire, elle continuait à songer à eux. Chaque départ était à ses yeux autant une réjouissance qu’un crève-cœur. La Fae aimait penser que tous les moyens étaient propices pour arriver à ses fins, et tant que ses enfants finissaient par sortir d’ici heureux, il importait peu que ce soit avec une famille ou non. Bien entendu, dans le meilleur des mondes, la directrice aurait préféré que chacun reparte avec une nouvelle fratrie, des parents aimants et s’installe dans une charmante maison au beau milieu de la capitale. Mais le meilleur des mondes n’existait pas. Le véritable monde était une brutalité que Dahlia avait appris à dompter au fil des années, et aujourd’hui ne serait pas une exception à la règle.

    Elle se redressa péniblement avant de s’approcher du tas de courrier qui gisait sur le côté gauche de son bureau. Contrairement à beaucoup de personnes, la jeune Fae n’abhorrait pas particulièrement le côté administratif de son travail. Elle se plaisait à prendre son temps pour gérer chaque demande, pour noter soigneusement chaque donation dans son petit carnet. Son assistante venait toquer à sa porte régulièrement pour la corriger, mais qu’importe. Elle était directrice, le dernier mot finissait toujours par lui revenir. La demoiselle tendit la main vers la pile de papiers et en saisit un au hasard. Une lettre d’un nouveau donateur. Elle la déposa sur la droite, faisant un petit tas pour séparer les différentes missives de la journée, quand soudain une d’entre elles attira son attention. Il s’agissait d’une lettre somme toute banale, si ce n’est à l’exception qu’il n’y figurait aucun expéditeur. Dahlia haussa un sourcil. C’était rare qu’on la contacte sans déclarer son identité, mais elle haussa les épaules. Il s’agissait probablement d’un oubli, tant qu’à faire, autant vérifier.

    Ses doigts s’agitèrent dans un tiroir pour trouver les ciseaux qu’elle sortit avant de découper une ouverture dans l’enveloppe en prenant soin de ne pas en abîmer son contenu. Ses yeux parcoururent les lignes lentement et son regard se durcit un peu plus à chaque mot. Serrant le parchemin dans sa main tremblotante, elle se leva de son fauteuil et sortit en trombe de la pièce, en se remémorant chaque phrase qui venait de lui être transmise.

    « Oliver est en ma possession, il vous sera rendu si Dame Ssisska accepte d’arrêter de se mêler des affaires des autres. Dans le cas contraire, je me verrais obligé de prendre des décisions radicales concernant votre petit oiseau ainsi que votre établissement. Si vous ne voulez pas que votre petit complot s’ébruite, rendez-vous à Liberty demain, dans les bas fonds. Seule. ».

    Dahlia s’enfonça dans la pénombre de Liberty à une vitesse ahurissante, rabaissant sa capuche sur ses yeux. Se fondant dans la foule, elle s’arrêta devant une taverne mal famée dans laquelle elle s’engouffra. La jeune femme prit place au fond de la salle sur un tabouret branlant et croisa les bras. Ses petits arrangements avec la serpente lui apportaient énormément de bénéfices : une fois ses orphelins majeurs, elle les confiait à sa complice qui s’occupait de leur trouver un rôle à assumer. C’était souvent peu ragoûtant, mais elle laissait le choix à ses petits, et aucun ne partait la boule au ventre. En cas de soucis, la porte de l’orphelinat restait grande ouverte. Jusqu’ici, sa collaboration avait été extrêmement fructueuse, et en échange de sa main d’oeuvre, Dahlia disposait d’une protection rapprochée de son établissement, ce qui l’arrangeait grandement. Mais à cet instant précis, toute positivité avait quitté son esprit empli de colère. Retrouver Ssisska pouvait être une plaie, si cette dernière ne désirait pas être retrouvée. Par chance, la Fae savait reconnaître ses enfants entre milles, aussi quand l’un d’entre eux franchit les portes à son tour, elle se dépêcha d’aller le quérir afin de faire passer le message à l’hybride. Elle l’attendait, de pied ferme, et il y avait un problème à régler. Un gros problème.


    Le prix du sang [PV Ssisska] UfKpjlm
    Noble de La République
    Noble de La République
    Ssisska
    Ssisska
    Messages : 79
    crédits : 675

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage Noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t549-ssisska-la-gorgone-terminee
  • Jeu 26 Jan - 22:14
    Peu de personnes arrivent à trouver grâce à mes yeux d’hybride. La Gorgone est secrète et rétive, comptant sur ses petits moineaux pour s’acquitter des nombreuses tâches qui lui incombent. C’est à se demander parfois si je n’aime pas plus mes petits bébés, ces reptiles exotiques que je fais venir des quatre coins du Sekaï pour peupler la solitude que je m’impose, que les êtres qui, comme moi, se meuvent sur deux pattes plutôt que de ramper.

    Alors il est fort rare que je porte un tant soi peu de respect à une personne venant d’un monde que j’abhorre.

    Mais comme dit l’adage, l’exception confirme la règle et il existe quelques individus que je tiens en estime. Oh, ne cherchez pas trop, ils se comptent sur les doigts d’une main, signe que j’accorde très rarement ma confiance à ceux qui ne me servent pas directement. La fée Dahlia en fait partie et ce n’est pas à cause de sa beauté pure et fragile qui doit faire battre bien des cœurs. Peut-être que si sa peau de nacre avait été couverte d’écailles brillantes, alors j’aurai envisagé de développer des relations autres que professionnelles. Mais d’écailles elle n’en a point et c’est finalement à se demander ce qui a bien pu nous rapprocher.

    Il se trouve que nous nous avons un but commun. Offrir à des orphelins abandonnés de tous un avenir, un objectif dans une vie qui a bien mal commencé pour eux. Car Dahlia gère un orphelinat, joliment surnommé les Jardins du Destin et elle élève des pauvres enfants comme si c’étaient les siens. Vous ne voyez toujours pas le rapport avec moi, l’ignoble Gorgone qui fait faire des cauchemars même aux adultes. Vraiment pas ?

    Pourtant je me sers de tous les oubliés, les désœuvrés, les rejetés qui peuplent cette ville et constituent une armée presqu’invisible qui m’est entièrement dévouée. Et dans cette armée, les orphelins agiles et dégourdis occupent une place de choix, yeux curieux et petites mains lestes, surtout ceux qui viennent des Jardins. Même si les bien-pensants hurleraient d’effroi, j’offre à ces pauvres hères un but dans la vie. Me servir.

    Et n’est-ce pas ce que Dahlia veut pour ses enfants ? Qu'ils ne soient plus jamais abandonnés à leur triste sort ?

    *********
    J’ai des yeux partout et rien dans les bas-fonds de cette ville ne peut se produire sans que je sois mise au courant. Alors lorsqu’une amie requiert ma présence, je daigne quitter ma retraite, privilège rare que je réserve à si peu de personnes…

    Une demi-douzaine de jeunes à l’œil vif pénètre dans l’établissement dans un bel ensemble. Ils naviguent alors de tables en tables pour venir chuchoter aux clients quelques mots. Suffisant pour que les chaises se vident brusquement comme si un vent d’effroi avait soufflé dans la salle puante. Tel est le pouvoir d’un seul et unique mot. Gorgone.

    En quelques minutes, la fée se retrouve seule, après que deux poivrots aient été jetés prestement au dehors et que le tenancier se soit réfugié dans ses quartiers. Alors seulement je parais, telle une reine pénétrant en territoire conquis, approchant de cette démarche ondulante qui n’appartient qu’à moi. Je rabats l’épaisse capuche qui couvrait les tentacules qui me font office de chevelure et ces derniers s’agitent furieusement en tout sens comme pour se plaindre d’avoir été ainsi maltraités. J’approche de la jolie fée sans un mot, croisant mes mains griffues sur mon ventre avant de m’adresser à elle.

    - Que ssse passse-t-il Dahlia ?

    Une pointe d’anxiété dans la voix car je sais qu’elle ne se serait pas déplacée en personne sans une très bonne raison.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Dahlia
    Dahlia
    Messages : 24
    crédits : 289

    Info personnage
    Race: Fae (sang pur)
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1111-dahlia-termineehttps://www.rp-cendres.com/t1188-ce-qui-nous-lie-dahlia#9128https://www.rp-cendres.com/t1187-chronologie-de-dahlia#9127
  • Sam 28 Jan - 18:04
    Peu après son installation, la taverne se vida complètement. Un très léger sourire orna le visage mélancolique de la Fae. Sa complice s'approchait des lieux, et son arrivée s'accompagnait d'une crainte qui surpassait les frontières de Liberty, poussant autrui à quitter les lieux dans la précipitation pour les laisser s'entretenir seules. En effet la serpente avait une réputation de fer, et évoquer son nom en public suffisait à faire tressaillir la populace. Pourtant Dahlia ne ressentait aucune crainte à son égard. La perte de ses émotions lui octroyait certains bénéfices, dont celui-ci et pour être tout à fait honnête, la demoiselle n'était pas non plus sotte. L'hybride n'avait aucune raison de s'en prendre à sa vie. Elle lui rendait service, et la fée aimait penser qu'elle s'entendait même bien avec la criminelle. De là à la considérer comme une amie, il y avait un fossé. Dahlia n'avait pas d'amis. Dahlia n'avait personne, à part ses enfants.

    Elle distingua la silhouette de l'hybride sortir du cadre de la porte abîmée de la taverne. Ssisska ne marchait pas, elle dansait. Chacun de ses pas faisait onduler le reste de son corps sensuellement, glissant sur le parquet troué avec élégance. La Fae ne pouvait nier une certaine admiration. Ssisska était tout ce qu'elle ne pourrait jamais être, belle, forte, respectée.. Crainte? Dahlia désirait elle réellement être crainte ? La réalité était que la demoiselle aurait désiré susciter n'importe quelle réaction, tant qu'elle ne laissait point autrui indifférent. Elle jaugea la serpente du regard pendant un bref instant, tentant d'amenuiser la colère qui faisait bouillir ses veines. Elle devait se rappeler qu'elle ne se trouvait pas en face d'un problème, mais bel et bien d'une solution.

    Dahlia se racla la gorge avant de commencer à s'expliquer. « Je suis navrée de t'avoir fait déplacer. Tu sais que je ne te dérangerais pas pour rien. » La Fae ferma les yeux, plongeant sa main dans la poche de son manteau avant d'en sortir la missive et de la poser sur la table. Ses bras se croisèrent en dessous de sa poitrine, ne pouvant masquer son inquiétude manifeste. « J'ai reçu cette lettre dans mon bureau ce matin. Elle est datée d'hier. Je ne sais pas comment cette... personne s'est rendue compte de notre... partenariat.». La situation était bien plus grave que la Fae ne le faisait paraître, refusant de céder à la panique. Si leurs petites manigances étaient découvertes, elle risquait la chute de son établissement, en d'autres termes, la destruction de son univers. Elle redressa la tête et planta son regard dans celui de Ssisska. « Je savais qu'il existait des risques à notre collaboration, cependant je ne peux pas laisser quelqu'un mettre en danger tout ce pourquoi je me suis battue jusqu'ici. ».

    Son regard quitta celui de l'hybride pour se diriger sur le sol. Triturant ses doigts, Dahlia peinait à cacher sa nervosité. « Et Oliver... Je te l'ai confié il y a quelques temps maintenant. C'est un brave petit. Il ne faudrait pas qu'il lui arrive quelque chose. ». Elle secoua la tête pour reprendre ses esprits. « Cette lettre n'est pas signée, j'espérais que tu puisses en reconnaître l'écriture, ou peut-être la formulation. Mes gardiens n'ont rien vu de particulier, personne n'a l'air de rôder autour de l'orphelinat. Je ne connais pas les bas fonds de la ville, mais ça devrait être facile pour toi de t'y retrouver, j'imagine. ». Elle marqua une pause avant de reprendre. « Evidemment, je viens avec toi. ». C'était une idée complètement stupide, mais la Fae n'arrivait pas à se détâcher de la situation. Elle devait le sauver, lui, comme tous les autres avant et après lui. C'était son devoir, sa raison de vivre.


    Le prix du sang [PV Ssisska] UfKpjlm
    Noble de La République
    Noble de La République
    Ssisska
    Ssisska
    Messages : 79
    crédits : 675

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage Noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t549-ssisska-la-gorgone-terminee
  • Mar 31 Jan - 18:47
    J’écoute attentivement la fée et je peux voir dans son regard cette volonté et cette détermination qui m’avaient profondément marquée lors de notre première rencontre. Malgré son apparence fragile, elle est de ceux qui ne recule pas devant le danger et qui est prêt à mettre sa vie en danger pour autrui.

    Je m’empare du papier et le lis avec attention avant de la froisser dans ma main dans un mouvement d’humeur. Instinctivement je sais qui est le responsable, je le sais mais pourtant je n’ai rien d’autre pour le prouver qu’un très mauvais pressentiment.

    La fée est nerveuse. On le serait à moins. Tout son petit monde pourrait s’écrouler comme un château de cartes si quelqu’un parvenait à prouver les liens qui nous unissent. Pourtant je sais qu’elle n’est pas la véritable cible, elle est juste une opportunité qui se présente pour m’atteindre moi, Ssisska, la Gorgone qui veut être la reine des bas-fonds de Liberty. Mais certains s’y opposent et plus particulièrement une personne en particulier.

    Mon regard jaune fendu de noir croise celui de la fée comme si je cherchais à savoir dans quelle mesure je peux lui faire confiance. Elle ne fait pas vraiment partie de mon organisation, c’est juste un « fournisseur » comme tant d’autres, même si la « marchandise » qu’elle offre nous a rapproché. Car ses enfants chéris deviennent mes précieux petits moineaux. J’hésite un instant avant de soupirer et de me diriger vers une table située dans un coin pour m’y asseoir. J’attends qu’elle m’y rejoigne avant de prendre la parole d’une voix basse et sifflante.

    - Tu sssais que mon pouvoir sss’étend jour après jour. Jusqu’à présent sssela a été relativement aisé, je me sssuis…

    Je semble chercher le mot le plus adapté.

    - …débarrassssé de quelques personnes indélicates qui ssse sssont mis en travers de mon chemin.

    Les rumeurs parlent d’hommes et de femmes retrouvés morts, leurs corps horriblement boursouflés par le venin de serpent. Les autorités ont essayé de faire croire qu’il s’agissait de bêtes exotiques enfuies de la collection particulière d’un illuminé. Mais personne n’est dupe dans les bas-fonds et les gens savent maintenant ce qu’il en coûté de s’opposer à moi.

    - Mais il y a quelques sssemaines, mes affaires sssont entrées en concurrenssse avec ssselle d’une persssonne qui ssse fait appeler le Masssque.

    Une légende urbaine bien réelle, comme l’est l’ignoble Gorgone. Un poing qui se serre de frustration.

    - Je n’arrive pas à sssavoir qui il est. Sss’est la première fois que mes petits moineaux n’arrivent pas à débusssquer quelqu’un.

    Ma main qui cherche la sienne comme pour la rassurer.

    - Je sssuis désolée, sss’est après moi qu’il en a et il ssse sssert de toi pour me faire sssortir de mon antre.

    Je serre sa main une dernière fois avant de m’échapper. Ce que j’ai à lui dire risque de ne pas lui plaire.

    - Sss'est un piège Dahlia.

    Mon regard qui se détourne.

    - Le Masssque est sssuffisamment retord et visssieux pour nous tendre une embussscade. Ssse n’est pas un vulgaire malandrin ou un chef de gang de bas étage. Il est très dangereux et je crains qu’Oliver ne sssoit déjà mort…
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Dahlia
    Dahlia
    Messages : 24
    crédits : 289

    Info personnage
    Race: Fae (sang pur)
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1111-dahlia-termineehttps://www.rp-cendres.com/t1188-ce-qui-nous-lie-dahlia#9128https://www.rp-cendres.com/t1187-chronologie-de-dahlia#9127
  • Dim 5 Fév - 18:33
    Dahlia écoutait attentivement les explications de la serpente. La logique aurait voulu que la Fae s’effondre en larmes, qu’elle soit anéantie par le possible décès d’un de ses protégés, encore plus par la menace qui planait sur son établissement et présageait la chute du travail de toute une vie. Pourtant, il n’en fut rien. Les marques d’affection de l’hybride étaient une belle tentative d’apaisement, mais tous ses efforts seraient vains. Elle appréciait Ssisska, mais la criminelle n’était pas celle qui possédait la clef de son cœur. Elles ne se connaissaient que trop peu, et si cette proximité confortable avait été un avantage autant pour l’une que pour l’autre, à cet instant précis, c’était une véritable malédiction. Le regard de la directrice partit dans le vide, fixant la table qui les séparait. Pendant quelques secondes qui parurent des heures, un silence pesant s’installa dans la taverne. Ses prochaines décisions versaient dans un registre qui ne figurait pas dans les habitudes de la jeune femme : l’imprévisible.

    Lentement, ses yeux se plissèrent et ses poings commencèrent à se refermer sur le rebord de son tabouret, ses phalanges blanchissant légèrement sous la pression. « Es-tu en train de me dire que la grande Ssisska… ». Elle fit une pause, redressant progressivement la tête jusqu’à arriver à croiser son regard jaune fendu de noir. Elle l’admirait tant que ses propres mots, ses propres accusations, lui arrachaient le cœur. « La Gorgone, la maîtresse des bas-fonds de Liberty… Le nouveau foyer de mes enfants… ». Elle avala sa salive, tandis que le ton de sa voix commençait à être déformé par la colère qui faisait bouillir ses veines. « A peur ?! ». Sa main libre attrapa celle de la serpente qui venait de la lâcher quelques secondes plus tôt. Ses sourcils se froncèrent, tremblants de haine et d’incompréhension. S’était-elle alliée à une poule mouillée ? Avait-elle fait le mauvais choix ? Oh, Dahlia ne faisait pas de mauvais choix. Dahlia ne se trompait jamais. Elle entrelaça ses doigts avec ceux de Ssisska, parcourant ses écailles du bout des doigts. « C’est peut-être un piège, tu as raison. Après tout, qu’est-ce qu’une petite Fae comme moi peut prétendre connaître sur ton propre territoire ? ». La Fae ferma les yeux et laissa une grande respiration parcourir son corps. Puis, elle les rouvrit. « Cependant, ce n’est pas sur nous que le piège se refermera. ».

    « Je ne suis pas inconnue aux dangers de cette ville. Je ne me suis pas alliée à toi sans faire mes recherches. Le Masque, comme tu l’appelles, n’est qu’un obstacle de plus sur ma route, sur ta route. ». La Fae se releva lentement tout en maintenant le contact visuel avec l’hybride. « Je me rendrais au rendez-vous, Ssisska. Libre à toi de m’accompagner, je ne te ferais pas l’affront de remettre en question notre engagement. ». Elle se dirigea ensuite petit à petit vers la porte de l’établissement miteux et posa une main sur la poignée froide et cassée sans pour autant l’enclencher. « Je ne connais pas le pardon, Ssisska. Je connais encore moins l’humiliation. Si Oliver est mort, alors je dois user de ce que je connais le mieux. ». Elle fit une pause de quelques secondes. « Ce que tu connais le mieux, Gorgone. ». Elle enclencha la poignée et s’enfonça dans la nuit de quelques pas, encore éclairée par la faible lumière des lanternes qui dessinaient sa silhouette dans la pénombre. « La vengeance. ».


    Le prix du sang [PV Ssisska] UfKpjlm
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum