DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Event République - Demons to some, angels to others - Page 2 InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    La mascarade de minuit. [PV Gwynneth De Evelune]Aujourd'hui à 0:23Gwynneth De Evelune
    Le feu de la forge. (Pv- Cyradil)Hier à 23:00Kilaea Sliabh
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirHier à 22:13Capitaine Saumâtre
    RP's de Mortifère [République]Hier à 17:47Abraham de Sforza
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 17:43Résiliente & Crow
    Echappée Belle [PV Kilaea]Hier à 16:46Kilaea Sliabh
    Validation des rps de KassandraHier à 16:30Kassandra Whype
    3 participants
    Aller en bas
    Maire de Courage
    Maire de Courage
    Koraki Exousia
    Koraki Exousia
    Messages : 661
    crédits : 4306

    Info personnage
    Race: Hybride (Femme/Corbeau)
    Vocation: Mage Noire
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t109-koraki-exousia-mairesse-de-courage-terminehttps://www.rp-cendres.com/t143-clients-et-detracteurs-de-l-ambrosiaque-koraki-exousiahttps://www.rp-cendres.com/t142-koraki-exousia-mairesse-de-courage
  • Dim 29 Jan - 12:13
    image rp

    Folie et Indécence

    L'inspiration fut longue et profonde. Dès lors que son bec eut terminé sa course et qu'il eut aspiré l'entièreté de la poudre du rat, Koraki balança sa tête en arrière, bloquant sa respiration et fermant les yeux quelques instants, tandis que la substance narcotique prenait autant possession de son corps que de son esprit. Ses poings fermés tremblèrent légèrement, ses petites dents mesquines se serrèrent plus fermement, ses pensées s'étiolèrent dans une douce euphorie. Soudain, elle rouvrit les yeux, ses pupilles si petites qu'il semblait presque que son regard n'était rien d'autres d'un puit d'or méprisable, ouvrant grand son bec pour pousser un long cris de satisfaction. Sans pouvoir réellement se contrôler, elle rit à gorge déployée.

    • Délicieux. Délicieux ! Ami Rat, toi bon ami ! Ca être très bonne poudre. As-tu pensé à ouvrir commerce ?


    Même sous l'apparence d'un monstre de contes de fée, même sous l'emprise de stupéfiant, même durant un rassemblement de créatures cauchemardesques, Koraki restait une Républicaine. Lorsqu'une occasion de faire de l'argent se présentait, il fallait la saisir. Quikkit tenait là un excellent produit, qui ne demandait qu'à être plus largement distribué. La Reine des Catins, elle, avait le réseaux et les infrastructures. Un accord était possible.


    Malheureusement, les deux hybrides ne purent aller plus loin dans la conversation que la scène se métamorphosait, sans que l'esprit légèrement embrumée du corbeau ne réussisse à tout comprendre. La seule chose qui comptait, c'était à présent l'arène souterraine, la mise à mort orchestrée d'un soldat de la vertu diviniste et la demande d'un champion pour les représenter, eux, les hybrides que ce monde abjurait. Frappant puissamment dans ses mains tout en réagissant aux diverses paroles de la Mairesse, Koraki jubilait, pareille aux autres monstres rassemblés. Oui, cet homme méritait la mort ! Une mort douloureuse, lente et implacable !


    Quelle joie immense lorsque Kebossa se proposa pour être la lame qui vengerait leur race. Si elle avait vaincu un minotaure d'une seule main, alors ce petit humain ne saurait être qu'une simple formalité pour elle, malgré son apparence chétive.


    • Championne être généreuse, criait-elle à l'adresse du Rat et des deux reptiles restants. Championne accorder deux coups à pathétique humain !


    A nouveau, elle ne put réprimer son rire. Quel décalage entre la modestie et la régalienne constance qu'elle affichait d'ordinaire dans son rôle de Mairesse de Courage, et cette folie douce qui s'emparait d'elle à présent que lui était accordé le droit d'être elle-même. Depuis combien de temps ne c'était-elle pas laissée aller de la sorte ? Environ un dizaine d'année, lors de cette nuit de carnage orgiaque dans la demeure de ses ennemis. Pourtant, rien n'était comparable à cette soirée. Celle-ci était bien plus divertissante. Et tout cela, c'était grâce à l'organisation de cette autre femme-hybride qui se faisait également appeler "la Mairesse". Quel drôle de choix.


    Non loin d'elle, toujours plongé dans un sommeil artificiel provoqué par le pied de Kebossa, se trouvait l'homme-taureau. Un petit sifflement intrigué s'échappa de la gorge du corbeau, alors qu'elle dardait sur lui son regard sournois. Oui, cette soirée allait être beaucoup plus divertissante ...



    Event République - Demons to some, angels to others - Page 2 98e0

    Pouvoir de la Reine des Catins:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 29 Jan - 16:54
    Une réponse sifflante accueille la consonne tant aimé, ce S qui peut se faire sssensuel ou sssinistre en fonction des circonstances, suivi d'un mot, lui aussi en S, et d'un rire nerveux qui secoue le corps tout en longueur de l'hybride serpentine qui  me fait maintenant face. Une griffe se tend pour faire crisser la joue de vache alors que mon regard jaune fendu de noir crochète son jumeau à l'azur pur.

    - Jolis yeux.

    Je récupère prestement un mouchoir saupoudré de poudre verte, pour venir en renifler une dose. Un frisson électrisant descend jusqu'au bout de mes orteils pour remonter le long de mon échine et répandre dans mon cerveau les substances psychotropes. Les fentes de mes yeux s'étrécissent brusquement alors qu'un gloussement étrange s'échappe d'entre mes lèvres mi-closes, étrange mélange de rire et de sifflement. Les drogues ont pour vertu de faire s'écrouler les inhibitions et de faire oublier les tracas ennuyeux dans un voile cotonneux de sensations soudainement exacerbées.

    Je souffle dans le reste de poudre qui s'égaient entre nos deux visages, inspirant profondément pour m'imprégner un peu plus des particules magiques sans vraiment me soucier de ce qui se passe brusquement autour. A vrai dire ma perception s'est réduite à un petit cocon intime qui nous accueille, moi et elle, un cocon dans lequel flotte dans l'air une poussière verte qui me rend euphorique.

    C'est à moi maintenant de m'approcher, si proche que l'étoffe d'une robe trop ample touche celui de la combinaison qui moule mon corps hybride. Ma voix est un doux sifflement à présent.

    - SSSSsssssi jolie queue.

    Suis-je jalouse de cette queue serpentine que j'ai entraperçu mais qui se cache encore à mon grand regret ? Probable, car j'aimerai moi aussi pouvoir ramper plutôt que de me déplacer de cette démarche heurtée de ceux qui ont deux jambes. Mais la nature en a décidé autrement et la poudre verte m'empêche d'être envieuse. J'ai juste envie de...

    - Prends-moi dans tes anneaux.

    De but en blanc, sans plus de préliminaires. J'ai envie de me lover contre elle, de sentir sa queue s'enrouler autour de mon corps en glissant sensuellement contre moi. Oh oui, un frémissement de désir s'empare de moi à cette simple pensée.

    Tout contre elle, à profiter du spectacle tout en m'enivrant encore et encore de cette délicieuse poudre verte...
    Spoiler:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 29 Jan - 17:22

    De la martyr Shoumeï, le condamné était bien loin, réduit à l'état de jouet pour des bêtes qu'il exécrait. Face à la créature métamorphosée lui 'offrant' deux coups, il s'empourpra. Devant l'absurde et l'exécrable, sous les quolibets et les rires, loin des siens et de son ordre glorieux. Réduit à si peu de chose... Quelle confiance accorder à pareille créature, avec cet air enfiévré étrange ? Dans les gradins, les bêtes vibraient et gueulaient, animées par la fièvre de l'arène, comme de l’opulence indécente de cette antre pestiférée, où il leur était permis de dévorer, de forniquer bestialement, à ces êtres contre-nature. Ici-bas, le nom du Grand Prêtre avait si peu de valeur...

    Ses premiers gestes furent prudents, observant autant les vautours là-haut que la petite silhouette vers laquelle il s'avançait. L'une des rares silhouettes humaines... Qui n'était pas en train de hurler ou de crever les tripes à l'air. La lame fendit l'air... Et ricocha sur la frêle épaule, faisant juste vaciller l'"humaine".
    Oh que les spectateurs s'en donnèrent à coeur joie pour huer le 'faible' humain ! Incapable de couper quelqu'un avec une épée !

    "Un..." Un doigt fut replié.

    Rapide, l'escrimeur enchaîna d'un coup d'estoc plus violent au ventre... Qui repoussa la petite femme avec un 'hmmmf !' surprit.

    "Menteuse...! enragea le guerrier.
    - Deux coups... Où je n'ai pas frappé. répondit benoîtement Kebossa, abaissant les mains, son décompte terminé. Voilà ce que je t'ai... Octroyé. Maintenant..."

    Vivement, la frêle métamorphosée s'élança après le Reikois, les spectateurs en appelant après son sang, qu'enfin, il soit versé, pour eux, pour leur vengeance ! Sans arme, Kebossa porta un coup... Et vit le guerrier lui danser autour, s'esquivant d'un pas agile, pour mieux la frapper dans le dos au passage. Kebossa fit volt-face, sentant un fil chaud imbiber ses frusques, quelques mèches noires tombant au sol.

    "Ah... Ce n'est pas un agneau..." sourit Kebossa.

    Le premier sang avait coulé dans l'arène de la Mairesse... Et il n'était pas humain.

    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Le Docteur
    Le Docteur
    Messages : 273
    crédits : 864

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2033-termine-what-better-laboratory-than-the-blood-soaked-battlefield-le-docteurhttps://www.rp-cendres.com/t2950-dictionnaire-medical-chronologie-du-docteur#25745
  • Dim 29 Jan - 17:29
    Un commerce?

    Les mots de la plumeuse résonnaient encore et encore dans l'esprit curieux de l'homme-rat. De toute sa vie, il n'avait usé de la poudre que pour son propre intérêt ou bien quelques initiés choisis méticuleusement. De plus, il était, à sa connaissance, le seul à être parvenu à modifier l'aether pour parvenir à obtenir cette poudre aux propriétés si délicieuses. Fixant la femme corbeau qui se retournait vers le combat qui se préparait, le rat attendit que la femme serpent vienne à son tour saisir un des mouchoirs pour se redresser sur ses deux pattes.

    - Jamais lancé de commerce. Mais le rat aimerait bien se lancer-projeter dans un grand trafic oui-oui! Beaucoup de richesses-récompenses possibles! Et pleins de poudre pour pleins de créatures-personnes!

    Puis, visiblement, la grandes-pattes-quin'enétaitpasune s'élança dans l'arène et fit la grande princesse en accordant à son "adversaire" l'option de frapper deux fois. Dans un rire sournois, le rat s'approcha légèrement de la scène pour mieux voir, tout en demeurant au niveau des coussins. Ses yeux émeraudes fixèrent la scène tout en écoutant la plumeuse, avant de finalement s'en détourner quand ses oreilles captèrent des mots qui intriguèrent sa curiosité maladive.

    - Très généreuse-gentille oui-oui! Grande force-courage de sa part!

    Se retournant, l'hybride haussa un sourcil en observant la grande figure serpentine s'adresser à l'autre glissante-créature. Qu'allait-il se passer? Est-ce qu'il allait observer-voir des choses obscènes? Tournant rapidement la scène, le rat crut également apercevoir dans les yeux de la belle plumeuse un intérêt poindre vis à vis d'une autre créature. Décidemment, la soirée semblait prendre un tout nouveau tournant.

    Fouillant dans ses sacoches, le rat posa finalement son séant sur l'un des oreillers violacées et compacta un peu de poudre au creux de sa main. Cette dernière, brillant de son éclat verdâtre, se reflétait dans ses yeux à la manière d'un or brillant se réverbérant dans le regard d'aventuriers envieux. Puis, dans une longue respiration, le rat passa la poudre sous son masque en tissu et en inspira tout le contenu. Ses sens vrillèrent alors, mêlant son odorat sur développé à l'oui surhumaine qu'il détenait. Son gout se mêla au toucher et, dans un rire profond et bruyant, le rat sentit en lui poindre de multiples sensations particulièrement exquises. Le musc des bêtes, mélangé à l'odeur ferreuse du sang et aux hormones filant dans l'air... Les cris d'agonies des grandes-pattes, résonnant dans la pièce entre deux râles de plaisirs de créatures difformes et de rires excités face à l'arène... Tout un mélange psychédélique qui venait bouillir dans le cerveau sur-stimulé du rat qui laissait son regard glisser sur toutes les créatures l'entourant. Quel doux plaisir de profiter de tels spectacles.

    A présent, le rat continuait de rire tout en continuant ses multiples observations. Ces formes, se disait-il, figuraient parmi les plus belles choses qu'il avait put apercevoir.

    Résumé:
    Maire de Courage
    Maire de Courage
    Koraki Exousia
    Koraki Exousia
    Messages : 661
    crédits : 4306

    Info personnage
    Race: Hybride (Femme/Corbeau)
    Vocation: Mage Noire
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t109-koraki-exousia-mairesse-de-courage-terminehttps://www.rp-cendres.com/t143-clients-et-detracteurs-de-l-ambrosiaque-koraki-exousiahttps://www.rp-cendres.com/t142-koraki-exousia-mairesse-de-courage
  • Dim 29 Jan - 22:42
    image rp

    Rage et Vindicte

    Koraki n'était plus, à présent. Elle n'était plus un individu à part entière, plus un être doué de raison, plus une personne censée. Elle n'était désormais rien d'autre qu'un rouage dans une machinerie dantesque qui, ce soir, se nommait "la foule". Elle en était l'émanation la plus pure et la plus réactive, répondant d'une voix se mêlant à celles de ses camarades hybrides à chacun des faits qui se déroulait sous ses yeux. Elle accompagna les rires lorsque le frêle humain frappa Kebossa une première fois, sans autre résultat qu'un banal mouvement d'épaule de la part de la championne. Un doigt malingre, qu'achevait une serre des plus effilée, se pointa en direction du saint guerrier, moqueur et versatile, quand bien même les paroles qui l'accompagnèrent furent pour la crocodilienne :

    • Pas tuer soldat trop vite, Championne ! Mort être inutile pour spectacle.


    Tel en fut également lorsque le deuxième coup fut portée, avec autant d'échec qu'en avait fait le premier. L'humain pouvait sûrement le sentir, se pouvoir inhérent à la race malaimée de ce monde. Un pouvoir né de la haine qu'elle recevait et qu'elle donnait en retour, issue de siècle de répression et de pogroms. La colère était un vecteur très puissant pour la magie, et le monde était ainsi fait que les hybrides, de part leur nature même, en éprouvait à un degré supérieure à toute autre race.


    Oui ... Il était facile pour le Nouvel Ordre et ses sbires les plus extrémistes de tuer d'innocent être quand on disposait derrière soi d'une véritable armée. Et pourtant, aujourd'hui cet homme vertueux affrontait son adversaire à armes égales, semblant dès lors se rendre compte qu'il n'était pas si aisé de tuer un hybride. Malheureusement, de cette hilarité initiale, il ne resta plus grand chose lorsque le troisième coup s'abattit.


    Dès lors, tout sembla s'animer au ralentie aux yeux de la Reine des Catins. Elle put parfaitement voir la stupéfaction s'afficher sur les visages de ses camarades. Elle put sentir le sang de la crocodile s'échapper de l'ignominieuse blessure. Elle put apercevoir ces quelques gouttes écarlates se répandre sur le dallage froid de l'arène.


    Etait-ce dût à l'effervescence grisante de cette soirée ? Aux diverses drogues, surtout celle de Quikkit, qu'elle avait consommée ? A la rage inextinguible qui naissait en elle devant cet affront ? Elle ne saurait le dire, car il s'agissait probablement d'un implacable mélange des trois. Tout ce qui comptait, c'était le fait qu'à peine le sourire de Kebossa s'afficha sur son visage que Koraki se leva, hurlant, bec amplement déployé, déversant par là une rage qui couvait depuis une décennie.


    L'instant d'après, elle avait sauté, rejoignant la reptilienne dans son combat. D'une main griffue tendue en sa direction, un filet d'ombre jaillit, s'immisçant sur le corps faussement faible de la Championne et refermant immédiatement la balafre dorsale.


    Non, Koraki ne participerait pas elle-même au combat, le prouvant en restant en retrait vis-a-vis du saint soldat, mais elle ne resterait pas inactive pour autant. A la guerre, il n'y avait nulle lois, nulles règles. Seule comptait la victoire totale et elle entendait donner à la Championne toute l'assistance dont elle aurait besoin, même si beaucoup nommerait cela de la triche.


    • Faire lui souffrir. Ordonna t-elle. Faire lui connaître peur et panique. Faire lui fuir pour qu'il sache qu'Hybride être Seigneur de Sekaï ! Apprendre lui ce qu'est TERREUR !


    Event République - Demons to some, angels to others - Page 2 98e0

    Pouvoir de la Reine des Catins:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 30 Jan - 5:45
    Stheno se sentait un peu acculée par les circonstances autour d'elle. Que de cris, que de frustrations, tout lui semblait plus être du registre de l'huma, du poil- de l'humain que de l'animal, vraiment. Tout le bruit l'agaçait, lui faisait se demander ce pourquoi elle était venue se mélanger avec tout le monde. Oh, vous devez être las de ce regret perpétuel de la part de Stheno hein ? Mais que fait t-elle donc, cette ingénue, à regretter sa présence en ce nid de misères et de sauvagerie décomplexée. Trop d'humanité, trop de poilusme, pas assez de noblesse sauvage. Il devenait très clair pour Stheno qu'elle était unique par sa condition même parmi les siens : eux avaient été empoisonnés par la civilisation. Ils avaient vécus sous les caniveaux, dans les veines des villes d'en bas, à regarder les humains et leur décadence...

    Elle commençait à perdre queue, ennuyante cette drogue, se disait t-elle.

    Ils pensaient trouver aux méthodes humaines une inspiration, un guide, un but. Mais ils étaient des êtres de la nature. Et en se tournant vers les modèles humains, ils trahissaient leurs vraies formes; Il suffisait de voir comment ils s'abandonnaient en geste de luxure inutile, pour le plaisir de la chose plutôt que pour la survie de l'espèce. Et si Stheno pouvait se montrer sadique dans ses chasses, elle ne comprenait pas le but de donner une chance inutile à la victime : mieux valait la tuer et la manger vite, pour garder des forces pour plus tard. Oui, elle logerait bien une flèche dans son cou juteux. Et oui, elle le ferait sans demander au préalable. Mais elle se voyait distraite par les mouvements de l'autre serpent, qui semblait... bah... elle ne comprenait pas.

    Elles étaient deux femelles,. Et elle ne pensait pas que cela ferait un oeuf, déjà, donc pourquoi est-ce qu'elle faisait tout ça ? C'était incohérent. Et pis, bah, elle aimait pas son manque de queue. Et sa façon de parler trop poilue. Trop poilue. Se disait t-elle. Tout ce que Stheno ressentit en la voyant se trémousser, c'était que de la colère. Une humiliation du noble serpent. La réponse ne se fit pas attendre:

    Rendu artistique:

    Paf, Stheno vint abattre sa tête, avec le crâne de vache dessus, en direction du nez de la serpente, amenant toute sa masse blanche en avant avec un mouvement aussi sec que rapide du cou, le genre qui serait accompagné d'un bruit d'élastique sous format audiovisuel. Elle même en recula, se massant le crâne de vache, preuve que l'impact l'avait secouée, un rire rauque s'échappant quand même de sa gorge.

    Elle espérait que l'autre avait plus mal. Que la rejection fasse mal.

    spoiler:
    PNJ
    PNJ
    Messages : 392
    crédits : 1393

    Info personnage
    Race:
    Vocation:
    Alignement:
    Rang:
    qui suis-je ?:
  • Jeu 2 Fév - 0:28
    image rp

    Un combat en trois actes

    C'est dans un sourire des plus carnassier que la Mairesse, sur son trône de suffisance, accueillit l'arrivée de Kebossa au sein de l'arène improvisée. L'hybride-crocodilien, sous son apparence de fébrile jeune femme au teint cireux, semblait vouloir non-seulement venger sa race suite au discours qu'avait prononcée la délicate hôtesse, mais également, et surtout, faire preuve de sa force. Il fallait bien avouer que sa petite démonstration avait porté ses fruits. Dès le premier coup que le guerrier saint porta sur la frêle enfant, elle porta une main à sa bouche, camouflant un élégant cri de stupéfaction. Pourtant, la championne ressortie de l'agression parfaitement indemne, provoquant dès lors des applaudissements de la part de la "Mairesse", inaudible face à la clameur de la foule. Ses yeux s'écarquillèrent au second coup, avant qu'elle ne porte son regard en direction de son échanson, avec qui elle partagea quelques mots silencieux. Nul doute qu'elle vantait là le spectacle qui s'offrait à elle.

    Seulement, lorsque l'humain fit preuve de son adresse, lorsqu'il fit couler le sang de la Championne, son regard se figea. On ne put y observer ni amusement, ni joie d'aucune sorte, uniquement une rage primaire et terriblement froide. Il fut bien difficile à quiconque le remarqua de deviner qui, du guerrier ou de l'hybride, était celui à qui ce regard était destiné : le premier, qui avait osé faire balafrer une de ses ouailles, ou la seconde, qui avait eut la faiblesse de se faire toucher.


    "Faiblesse", tel était bien le mot pour caractériser Kebossa. Non pas une faiblesse physique, elle avait suffisamment fait preuve de sa puissance brute depuis le début de la soirée, mais une faiblesse tactique. Elle avait sous-estimée son adversaire. Elle avait crut que sans armure et sans armée, il était une cible facile. Elle c'était laissée aller à la suffisance et avait été la première à souffrir durant ce duel. Or, l'adversaire qu'elle avait devant elle restait un homme du Nouvel Ordre, un Capitaine d'escouade. Il était non seulement rompu aux arts de la guerre et du combat, mais disposait également de quelques atouts magiques dans sa manche.


    Cependant, de sa froide colère, il ne resta bientôt plus rien. Son sourire réapparu bien vite sur son visage lilial, car en définitive, le fait que Kebossa se soit laissée dominer durant cette première manche ne faisait que rajouter un peu de piment à la confrontation.


    Après tout, n'était-ce pas du spectacle qu'elle avait promis à ses invités ? Quelle meilleur distraction que celle du sang versée, peu importe sa provenance ?


    C'est pourquoi elle n'intervint pas lorsqu'une seconde hybride s'immisça dans l'aire de combat, soignant de sa noire magie la blessure de la Championne. Une tournure des évènements plutôt intéressante, à condition que cela ne joue pas trop en la défaveur de l'humain. Ce n'était pas comme si il avait une seule chance de ressortir de cet endroit vivant, loin de là, mais il fallait néanmoins garder un semblant de difficulté. Tant que le corbeau hideux restait dans son coin, cela irait. Mais qu'il ose intervenir une seule fois contre le soldat et il aurait à faire à la colère de la Mairesse !


    Une voix résonna alors dans l'esprit de la guerrière saurienne.


    • Trois. Je te donne trois coups pour lui faire sauter la tête. Echoues et tu subiras mon courroux. Gagnes et notre race entière te célèbrera comme sa Championne. Telles sont mes règles ... Kebossa la Crocodile.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 4 Fév - 18:48
    L'avantage quand on a pris des coups toute sa vie c'est qu'on append à les anticiper pour en atténuer les effets. Malheureusement pour mon nez, la réaction violente de l'autre écailleuse est si imprévue que je ne parviens pas à éviter totalement le crâne de vache qui heurte mon appendice nasal dans un bruit sec...

    Sans compter que dans mon mouvement de recul incontrôlé je me prends les pieds dans un pouf, ma silhouette fragile s'étalant de tout son long dans le moelleux confortable des coussins sur lesquels le rat a trouvé refuge. Le pauvre rongeur voit de nouveau sa poudre précieuse s'envoler dans les airs en une magnifique brume vert émeraude. Non décidément, la faune de l'endroit semble décidée à ne pas lui laisser la possibilité de profiter calmement du spectacle. Quoique, peut-être que cela fait justement parti du spectacle, les chamailleries affligeantes de deux hybrides serpentines qui ne sont visiblement pas sur la même longueur d'onde...

    Surprise de me retrouver ainsi sur le sol, une sensation étrange au niveau de mon nez sous le voile qui le couvre. La douleur n'est pas vraiment un problème, mais ne pas pouvoir respirer convenablement l'est beaucoup plus. Mes doigts griffus se glissent sous l'étoffe pour en ressortir couleur carmin. Etrangement de petite paillettes vertes et scintillantes parsèment l'écarlate et je me perds un instant dans leur contemplation avant de poser de nouveau mon regard sur la silhouette serpentine qui me domine maintenant. Voix sifflante et peu amène.

    - Sssauvage.

    Si certains sont plus humain que bête, d'autres sont visiblement plus bête qu'humain.

    - Ssstupide.

    Un dernier regard où pointe du dédain avant de m'installer à mon tour dans les coussins. Ne dit-on pas que a violence est l'apanage des brutes sans cervelles ? Mais surtout je ne suis pas une combattante, préférant les approches plus subtiles à celles de cette brute écervelée. Quant à mon amour propre, ce n'est pas comme si c'était la première fois qu'il se fait fouler du pied ce qui permet de se forger une carapace bien utile dans ce genre de circonstances gênantes.

    Un soupir alors que je fait le deuil de mon désir d'être enserrée contre de douces écailles pour observer le combat dans l'arène. Je devrai me contenter des coussins confortables et de la présence du rat près de moi.

    Spoiler:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 4 Fév - 19:12
    Stheno sentit un sourire lui monter aux lèvres en voyant l'autre poilpent crouler de façon si comique au sol, n'ayant pas anticipée que sa manoeuvre réussisse ainsi. Ce n'était là qu'inutile distraction : elle se releva, bien évidemment, sans paraître si troublée par le coup de boule, mais elle pouvait voir à sa voix, même sans vraiment la comprendre, que cette poilpent était véritablement déçue. Qu'elle s'était imaginée passer la non-journée à câliner Stheno, sans doute, avant d'aller faire quelque chose de poilue, comme aller manger des cadavres d'animaux sur des ronds blancs ensemble. Et la blonde était simplement contente de l'avoir vraiment emmerdée et que cette soirée ait véritablement été aussi peu reluisante pour l'une que pour l'autre. Si Stheno devait accuser aussi cruellement la vague de la déception, balayée par la réalisation que ces frères et soeurs hybrides se rapprochaient tous beaucoup trop de leur aspect poil, alors elle ne le ferait pas seule. Elle ruinerait la soirée d'un autre ou d'une autre, peu importe, tant que quelqu'un d'autre pouvait finir plus misérable qu'elle.

    Ce n'était pas une décision sage. Partir et appeler son fils onirique l'aiderait à couver son désespoir sous quelques cadavres d'animaux alléchants, sans parler du danger qu'elle courait à attaquer les invités au lieu des poilus laissés ici. Rester et énerver des maîtres de la soirée pourrait finir par la tuer et mourir des mains d'empaffés pareils serait pas mal humiliant. Mais, Stheno était alimentée par sa propre colère. Moteur (elle ne savait pas ce que ça voulait dire) suprême mais prône à écraser son pilote droit dans un mur autrement fort évitable.

    Une tare de poilu, vraiment, que de laisser ses stupides émotions la submerger. Ou c'était la poudre du rat, aussi. Qui sait ? Certainement pas elle.

    Ssssssssssalop conclut t-elle donc, tirant un trait sur ce chapitre, forçant sa gorge à emprunter, qu'un seul instant, le jargon poilu.

    Avec un sifflement menaçant, pointant la poilue verte du doigt avant de creuser une ligne devant sa gorge, Stheno ajusta son masque pour filer dans la foule, yeux rivés sur le combat. L'autre ne méritait pas de gagner. Pas quand elle semblait avoir autant de mal avec sa proie. Et lui voler quand-même la "gloire" factice de la victoire et se moquer ainsi de la maîtresse de la soirée, aux yeux de tous et de toutes, serait une belle façon de rendre tout le monde super triste et super en colère d'un coup.

    Il fallait juste bien s'ajuster et espérer que ce poilu survive d'ici là !

    Résumé:
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Le Docteur
    Le Docteur
    Messages : 273
    crédits : 864

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2033-termine-what-better-laboratory-than-the-blood-soaked-battlefield-le-docteurhttps://www.rp-cendres.com/t2950-dictionnaire-medical-chronologie-du-docteur#25745
  • Sam 4 Fév - 19:32
    Quand le coup de tête frappa, le rat grogna. Non pas que la violence du coup venait de l'effrayer. Non, s'il était agacé, c'est parce qu'à nouveau, de la poudre avait été gâchée. Son poil se hérissa et, l'espace d'un instant, le rat s'imagina en train de lancer une myriade d'éclairs sur la figure au crâne de chèvre, jusqu'à ce que son corps ne soit suffisamment grillé pour être méconnaissable. En fait, il aurait sans doute continué. Encore et encore. Personne n'osait gâcher de la poudre. PERSONNE.

    Sa gueule s'ouvrit alors légèrement, tandis que ses dents se révélaient peu à peu sous son masque de tissu et qu'un léger filet de bave ne commençait à dégouliner de l'ouverture. Ses poings se resserrèrent tandis que ses deux yeux verts suivaient la créature serpentine du regard. Puis, la poudre fit de nouveau effet, et il éclata de rire. Non pas pour se moquer, mais simplement car il réalisait qu'elle était trop stupide pour savourer un tel produit. Une personne stupide dans ce triste monde, que Quikkit ne garderait pas lorsqu'il règnerait sur toutes les races. Se calmant subitement pour se retourner vers la femme aux cheveux serpentins, le rat se courba légèrement et tendit une coupe de vin à cette dernière, comme par compassion.

    - Glissante-créature ne pas vouloir-aimer qu'on la touche-caresse. Le rat est désolé-attristé pour Cheveux-de-serpents. Un peu de vin oui-oui?

    Il s'arrêta, observant la créature hybride quelques instants avant de soupirer.

    - Le rat aurait aimé-apprécié proposer encore de la poudre, mais il en reste peu alors il préfère-veut l'économiser pour plus tard.

    Se posant sur l'un des coussins, l'hybride lança alors un regard vers le combat en cours. Puis, parfaitement désintéressé, il soupira longuement en attendant que les choses ne bougent. A vrai dire, les mises à morts n'étaient pas quelque chose qu'il appréciait particulièrement, surtout lorsque le combat était aussi inégal. De plus, il n'avait aucune rancoeur contre le nouvel ordre puisqu'il en faisait partie et leur fournissait de la marchandise. Alors... Tout ce cirque n'éveillait chez lui que de la lassitude, accompagnée par un agacement dut au simple fait que les autres activités de la fête s'étaient stoppés pour quelques effusions de sang. Ce n'était qu'un grandes-pattes... Sa vie n'avait aux yeux du rat pas plus de valeur que celle d'un autre grandes-pattes. Aussi, il se détourna donc de l'arène, récupérant un peu de poudre verte qui s'était accumulée sur les coussins abandonnés par la dame corbeau et la métisse combattant dans l'arène. Réunissant donc la drogue, le rat claqua des doigts pour attirer un serveur et déposa ensuite sa création dans le contenant, faisant tournoyer cette dernière et usant d'un peu de magie pour altérer la forme de la poudre. Bientôt, cette dernière se liquéfia et laissa quelques éclairs la parcourir avant de devenir liquide. Amusé, le rat souleva son étrange potion tout en jetant un coup d'œil à la créature blasée qui siégeait à ses côtés.

    - Rat avoir inventé-créée nouvelle forme-apparence pour poudre! Ca vous tente-donne envie?

    résumé:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 4 Fév - 21:52
    Telle une gladiatrice ayant l'habitude de ce genre de sectacle, la métamorphosée s'inclina en direction de la Mairesse à la si grande bonté. La créature intervenue avec tant de verve avait-elle reçu elle aussi son content d'instructions ? Peu importait à la combattante, le soldat du Nouvel Ordre était son affaire.

    "Vous vous jouez de ce combat comme des brutes autour d'un étripage de chiens... jurait entre ses dents le guerrier Et vous n'avez même pas assez d'honneur pour faire preuve de fairplay.
    - L'honneur... A-t-il sauvé Shoumeï ?"

    Le soldat était vigilant, surveillant son adversaire comme le vautour descendu dans la fosse. Qu'y avait-il à tirer d'un pareil combat, faussé d'avance ? Nul honneur ni échappatoire. Des bêtes ! La fureur ne leur rendrait que son exécution plus savoureuse. Implorer serait une insulte à sa foi et une douceur immonde pour eux. Prendre sa propre vie, leur enlevant ce plaisir... C'était tout aussi inacceptable qu'une réédition. Il leur ferait payer tant qu'il vivrait.

    En guerrier froid et calculateur, il observa sa cible s'approchant... Et tenta un premier coup. Cette fois, la fausse femme put esquiver, pour mieux se prendre un coup de coude dans le visage. Des huées de colère dégueulèrent des hauteurs sans le perturber. La lame frappa encore, poussant son avantage. Un premier coup marqua à sang un bras, le second coup rebondit sur l'autre. Un poing fut jeté vers lui et le manqua de peu.

    Un.

    Elle était lente à en être risible. Voilà leur Championne. Une larve de monstre.

    "Shoumeï a brûlé... siffla la frêle créature, le nez saignant. Ses chers cadavres... Ont étripé ses vivants.
    - Comme si tu y étais, bête imbécile...!"

    Il pouvait lui tourner autour avec facilité, certains de ses coups laissant sa peau intacte, d'autres la zébrant d'écarlate suintant. Une pour chaque victime. Il y en eut tant. Je vais te saigner, créature. Alors même qu'elle avait visage humain. Alors même que serpent, renard, rat et d'autres parasites piaillait de frustration au dessus d'eux. Qu'ils descendent et leur sang pleuvra. Des pleutres harassant une proie isolée, voilà tout ce qu'il y avait à en dire, tout en leur souhaitant un trépas aussi pitoyable que leur naissance impie.

    La fille se jeta vers lui. Il esquiva, marquant derechef, et plus profondément encore, son dos soigné.

    Deux.

    "Si seulement... J'aurais ripaillé... Avec joie. suintèrent les mots alors qu'elle se retournait, ses frêles doigts griffant la pierre.
    - Soit purifiée, vermine."

    Elle comptait trop sur sa résistance. Peut-être attendait-elle qu'il se fatigue ? Il pouvait continuer pendant des heures, malgré les privations, malgré les tortures. C'était son dernier combat, et il lutterait jusqu'à la dernière seconde.
    Elle était si lente. Après elle, d'un coup il devrait décapiter le vautour, avant qu'il ne puisse user encore de magie.

    En sueur, glorieux guerrier réduit à sa plus misérable apparence, le soldat du Nouvel Ordre plongea vers l'avant, prêt à embrocher son adversaire comme un cochon à la broche... Aveugle à la lueur calculatrice dans les yeux froids de la fausse humaine.

    Résumé:
    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 12 Fév - 5:28
    Elle filait son chemin dans la foule avec impatience, bien consciente que les deux combattants pouvaient se tuer d'un moment à l'autre. Un être vivant, poilu ou hybride, n'est que chair et sang : quand un coup atterrissait au bon endroit, même un gros longue-griffe pouvait finir par pousser son dernier soupir avant trop longtemps. Un combat âpre pouvait avoir une issue pathétique, l'un des guerriers touché au bon endroit, par l'un des coups parmi d'innombrables autres qu'il avait parié ou esquivé ou bloqué au cours des dernières minutes. Que ce soit cette étrange poilue ou ce moins étrange poilu, Stheno savait que chaque seconde pouvait conclure le combat de façon définitive, sans qu'elle ne puisse intervenir pour ruiner les choses.

    D'un côté, c'était tentant de la laisser mourir. Cette idiote à l'aspect poilu jouait avec sa proie, insoucieuse de la fragilité inhérente à la vie et en paierait le prix en perdant la lutte ancestrale devant une audience de poilus déchaînés. La maîtresse verrait son execution ruinée autant que sa fête et tous seraient très déçus. Le poilu mourrait triomphant en infligeant un dégât colossal à leur égo démesuré.

    Mais elle non plus ne voulait pas ça. Habitudes poilues ou pas, ils restaient hybrides. Laisser un poilu triompher ? Non non non, jamais ça non plus. Et ça ennuierait déjà tout le monde si Stheno venait à caler son coup d'état. Agrippant son arc, profitant d'une distraction pour bouger bien derrière le soldat, à un angle bien à gauche derrière lui, l'hybride agrippa une de ses flèches pour l'extraire de son carquois, tentant de se glisser derrière la foule, après s'en être servie pour couvrir sa glorieuse fuite. Et aussi pour éviter d'être aperçue. Qui savait ce que la mazee pouvait faire pour l'interrompre.

    Il allait falloir être décisive et rapide. Très rapide, la bataille semblant sur le point de s'interrompre. Stheno cala alors sa manoeuvre : elle étira tout son torse, l'espace entre son corps et son cou s'étendant sur dix mètres de haut. Élongation surnaturelle utile pour pas mal de choses mais surtout pour outrepasser la foule, en passant au dessus d'eux. Ayant déjà posé sa flèche sur la corde de son arc, Stheno visa, sa vision surnaturelle lui permettant de garder un oeil sur la situation en dépit de son étrange position. Sa visée était juste, le monde disparaissant quasiment autour d'elle pour devenir néant : seul comptait sa flèche et la tête ronde dans laquelle elle devait se loger, avec le but de tuer le soldat sur le cou, sans que l'autre ne puisse tenter de l'achever pour protéger son honneur.

    Il fallait le tuer d'un coup, fauché en plein "vol", sa maîtrise des flèches lui permettant de caler un tir compliqué et critique sur une cible mouvante depuis une position unique.

    Facile.

    spoiler:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 13 Fév - 22:59
    Une grimace lorsque le rat m'apprend que la poudre vient à manquer. C'est justement ce qui me fallait pour oublier ce malencontreux incident avec cette serpente aux mauvaises manières. A défaut ce sera donc du vin.

    Je m'empare cependant avec un sourire de la coupe tendue pour boire une gorgée du vin capiteux. Pas vraiment ce que j'avais imaginé à vrai dire, allongée et alanguie aux côtés d'un rongeur. Paradoxal même quand on pense que je me nourris habituellement de rats que j'avale d'un seul coup et encore vivants... Mais il faut croire que nos espèces animales s'effacent dans les épreuves de la vie que nous impose notre nature d'hybride. Ni vraiment humain, ni vraiment bête, un entre-deux ennuyeux dans lequel il est difficile de trouver sa place alors que l'on cherche souvent à pencher d'un côté ou de l'autre en quête d'acceptation de ce que l'on est. Mais finalement n'est-ce pas une erreur ? Notre vraie nature n'est-elle pas justement celle-là ? Serpent, rat, corbeau ou crocodile, finalement cela n'a que peu d'importance dans la mesure où nous sommes tous... hybrides.

    Mon attention se reporte sur l'arène et le spectacle affligeant qui s'y déroule. Un homme jeté en pâture à l'étrange femme qui semble pourtant avoir du mal à s'en défaire, déclenchant l'ire de notre hôte.

    - Rat avoir inventé-créée nouvelle forme-apparence pour poudre! Ca vous tente-donne envie ?

    Mon regard jaune fendu de noir qui ne cille jamais se pose sur le rongeur. Un spécimen bien dégourdi qui vient de trouver une nouvelle utilisation à sa poudre devenue... liquide. Une lueur d'intérêt s'inscrit dans mes yeux.

    - SSsssss.

    Un sifflement doucereux à son intention.

    - Mersssi maître rat, sss'est très aimable à vous.

    Je m'empare de la potion, captivée par sa couleur d'un émeraude flamboyant.

    - Vos manières vous honorent.

    Je bois une gorgée. Le goût est... étrange, ne ressemblant à rien de connu, plutôt acide, mais j'ai surtout l'impression que des picotements descendent le long de mon œsophage. Je repose la potion en portant ma main sur mon ventre. Soudain j'ai l'impression qu'un éclair vient de me frapper alors que mon corps se tend comme un arc tout en se soulevant dans une cambrure inhumaine. Quelques soubresauts incontrôlés avant que je retombe lourdement dans les coussins tandis que la décharge électrique s'empare de mon cerveau qui explose en une myriade de couleurs fantasmagoriques. Je siffle en m'étirant de tout mon long, mes griffes se plantant dans la ouate des coussins alors que le monde autour de moi devient subitement plus lumineux. Et j'ai chaud, moi créature à sang froid, j'ai chaud, une sensation inconnue qui est fort agréable. J'ai aussi l'impression que mon corps est plus léger que l'air et la douleur du coup reçu a totalement disparu.

    Je me redresse à demi pour venir me coller contre le rat en sifflant doucement.

    Spoiler:
    PNJ
    PNJ
    Messages : 392
    crédits : 1393

    Info personnage
    Race:
    Vocation:
    Alignement:
    Rang:
    qui suis-je ?:
  • Mar 14 Fév - 14:15
    image rp

    L'Autorité est la mère du Succès

    Chaos.

    Désordre.

    Indiscipline.

    Telle était la véritable nature des hybrides. Leur essence même était une contradiction de toutes les lois de la nature, une dissension de l'ordre cosmique voulu par les Titans. La seule vision d'un hybride devrait plonger n'importe quel érudit dans le désarroi le plus absolu, car leur existence s'opposait à l'entropie de l'univers. Pourtant, ils ne provoquaient pas la peur ou la crainte, uniquement le dégout, le rejet et la haine. C'était là la plus grande erreur des races parfaites.

    Les hybrides, bien plus que les morts-vivants ou quelques autres espèces dégénérées, étaient les véritables enfants des Titans : des enfants nés de leur dédain pour ce monde, non-voulu et donc, par extension, bien plus proche de la nature divine des titans.

    Plus que tout, les hybrides étaient les avatars du désordre qui régnait sur Sekai depuis près de 5 000 ans. C'était là leur inclination première.

    Malgré cela, en cette merveilleuse nation de la République, ils jouissaient d'un statut particulier, qui les mettaient dans un relatif abri, leur permettant de prospérer et de s'affirmer. Certains vivaient une vie longue et heureuse, d'autres créaient des empires financiers, tandis que d'autres s'engageaient en politique et y rencontrait le succès. C'en était à se demander pourquoi Shoumeï, à l'époque où elle existait encore, n'avait pas dédiée toutes ses forces à l'extermination de la nation bleue. Cet état de fait jouait en la faveur de la race honnie, dont les membres les plus puissants et les plus résolues pouvaient en toute liberté accumuler pouvoir et influence. C'est ainsi qu'était née la première célébration de ce genre, voila des siècles, en une ode à la malice intrinsèque qui sommeillait en eux.

    Pourtant, ce déferlement de vice et d'anomie ne pouvait se substituer à l'autorité de l'hôtesse de cette soirée.

    C'est ainsi que la Mairesse intervint.

    Disparaissant dans dans une nuée de flammes violettes et de papillons argentées, elle réapparut sur le sol de l'arène, pourtant indigne de sa présence. D'une main, elle saisit la gorge de Stheno, lui coupant le souffle d'une poigne d'acier. La petite hybride ne pouvait plus ni réagir, ni penser correctement, le pouvoir de l'hôtesse dépassant de très loin celui de n'importe quelle créature ici présente.

    • "Reste à ta place, petit serpent. Ce n'est pas ton heure."

    A peine la main relâcha t-elle la pression autour de sa nuque que la petite hybride put constater qu'elles se trouvait de nouveau sur les gradins, aux côtés de Quikkit et de Ssisska. Si d'aventure elle dardait un regard sur la Mairesse ou sur son échanson, elle constaterait bien aisément qu'il valait mieux pour elle de ne plus s'immiscer dans les jeux auxquels elle n'était pas conviée, sous peine de subir bien pire qu'une vague rebuffade. Les lois de la civilisation avaient beau avoir été réduites à leur stricte minimum, cette endroit continuaient d'abriter quelques règles. Stheno avait eu l'opportunité de rejoindre le combat, mais ne l'avait pas saisie à temps. Ce combat n'était pas le sien, il n'appartenait qu'à Kebossa de prendre la vie de cet homme.

    A nouveau, la Mairesse jeta un regard en direction de Koraki, lui donnant le même avertissement muet. Pour l'heure, tant que le corbeau n'attaquait pas frontalement le soldat shoumeïn, elle n'enfreignait pas les règles et mieux valait pour elle qu'elle ne s' y aventure pas.

    Le combat reprit dès lors, le saint soldat chargeant en direction de sa terrible et pourtant d'apparence si fragile ennemie. Surjouant la lenteur, la crocodilienne feint de ne pouvoir esquiver le coup, avant de finalement l'éviter. Faisant preuve d'une ruse qu'il serait bien difficile de définir si elle était animale ou humaine, Kebossa entailla profondément la pierre de ses griffes, gênant les appuis du soldat encore entrainé par sa propre course. Ce croc-en-jambe eut l'effet escompté, car le templier fini par tomber au sol, le souffle court. Epuisé, il n'eu que la force de se tourner en direction de sa némésis, sans pouvoir se relever.

    Il savait qu'il avait échoué.

    Il attendait donc la mort, un air de défi dans le regard.

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 16 Fév - 10:10
    Difficile de prêter attentions aux petites manigances de congénères impatients quand un ennemi se jette vers vous pour vous étriper. La reptile, sous ses airs humains, attendit avec une patience toute saurienne le moment opportun... Et l'ennemi le lui fournit. Sitôt sa proie à terre, Kebossa fut sur lui et, aussi légère soit-elle, ne lui laissa pas le loisir de se relever. Sa poigne vint saisir son poignet d'arme, et tourna. Tourna comme l'on tourne une poignée de porte, qui céda dans un craquement sonore. Et pourtant, pourtant... ! L'imbécile ne hurla pas. Des veines palpitèrent à son front, il devint pâle comme un mort, il sembla même s'en mordre la langue. Mais d'aveux de faiblesse et de mortalité, il n'en lâcha pas davantage, sous les mires fixes de la petite chose à califourchon sur lui.

    "L'honneur... A-t-il sauvé... Shoumeï ?" dit bas la métamorphosée, sans un sourire ni un rire.

    Si un regard pouvait tuer, la cruelle se serait embrasée dans les feux haineux du champion tombé. De la haine, nourri par une douleur atroce... Et une infime satisfaction, vitale en cet instant crucial. Parmi les nombreuses estafilades que le guerrier vif avait infligé, rouvrant notamment la plaie dans son dos, il y en avait une qui saignait davantage, plus profonde : au flanc, le coup qui ne put être mortel, mais qui la toucha néanmoins, alors qu'elle le piégeait. Elle avait l'apparence d'un jouet humain qu'un escrimeur avait allègrement marqué.

    "Les Titans... Purifieront le Sekaï... De votre engeance...! lâcha entre ses dents serrées l'homme.
    - Veux-tu vivre... Pour le voir ?"

    D'incompréhension, le serviteur du Nouvel Ordre en perdit un bref instant contenance... Et puis, il perdit figure humaine. Car la petite main avait serré son bras, serré comme l'on serre une motte de beurre. Chair, muscles et os n'opposèrent guère de résistance à une force inhumaine, et dans un bruit claquant, visqueux et humide, Kebossa lui arracha son avant-bras au poignet cassé. Qu'il se tortille de douleur l'envoya à terre dans un chaos de membres, dont elle s'extirpa maladroitement, non sans calmer le fou de douleur d'une mandale qui lui démit la mâchoire. Le pauvre être se recroquevilla, sa gueule lâchant finalement des onomatopées informes, et la métamorphosée se redressa, toute coupée et ensanglantée.
    D'un geste négligeant, elle jeta son 'trophée' dans la foule les surplombant, et s'avança avec raideur vers la Mairesse.

    "A manger, pour les non-humains... Fit-elle, avant de désigner l'homme manchot, agonisant, du doigt, alors qu'une petite flaque rouge grandissait sous lui. Une proie entière... Ou un jouet ? A offrir, à exhiber... Si le corbeau le soigne ?" demanda-t-elle, non sans une once de malice dans son timbre rauque.

    Résumé:
    CENDRES
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum