DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Ssisska

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Malédictions et apprentissage [PV Eloïse] EFZvhIHe_o
    Gazette des cendres
    Hiver 2022-2023
    Lire le journal
    #1
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Titre du rp
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Dahlia
    Dahlia
    Messages : 20
    crédits : 266

    Info personnage
    Race: Fae (sang pur)
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1111-dahlia-termineehttps://www.rp-cendres.com/t1188-ce-qui-nous-lie-dahlia#9128https://www.rp-cendres.com/t1187-chronologie-de-dahlia#9127
  • Mer 25 Jan - 18:05
    «  Madame la Directrice ? ». Dahlia releva les yeux de l'ouvrage qui jusqu'ici monopolisait son attention pour les poser sur son assistante qui venait de passer la tête dans son bureau. Ses longs cheveux bruns attachés en queue de cheval tombaient dans l'encadrure de la porte légèrement abîmée tandis qu'elle attendait une réponse de sa supérieure. La Fae n'avait pas eu besoin de croiser son regard ou d'obtenir une quelconque explication pour mesurer la teneur des événements dont elle venait l'informer. Le ton de sa voix était amplement suffisant. Laissant un soupir s'échapper de ses lèvres, la jeune femme se redressa et quitta son confortable fauteuil. « Je t'écoute. Qu'est-ce qu'elle a fait, cette fois ? ».

    Un sourire gêné s'empara du visage de son assistante, manifestement embarrassée d'avoir à déranger la Directrice pour un énième soucis de comportement. Après tout, la Fae avait bien mieux à faire que jouer l'éducatrice, surtout que d'autres personnes étaient consacrées à la discipline des orphelins. Cependant cette dernière ayant un lien particulier avec les enfants, en règle générale elle parvenait à les faire prendre conscience de leurs erreurs et à contenir leur impulsivité. Un des rares avantages de faire partie du peuple féérique, mais également un travail de longue haleine pour obtenir la confiance de chacun. Triturant ses doigts nerveusement, l'assistante finit par ouvrir la bouche alors que les deux vieilles amies déambulaient dans les longs couloirs de l'orphelinat.

    « C'est Phiva ». Dahlia leva les yeux au plafond, manifestement agacée. « Phiva Demort, encore une fois ? Et qu'est-ce qui s'est passé ? Quelqu'un a refusé de lui donner sa part de tarte et elle l'a rendu muet comme la dernière fois ? ». Il aurait été un euphémisme de déclarer que la Directrice peinait à contrôler les dons magiques de ses bambins. Elle connaissait tout de la petite enfance et de la peur de l'abandon qui habitait chacun de ses enfants et constituait à leurs yeux un refuge, une main tendue, mais elle ne pouvait décemment pas remplir tous les rôles. D'autant plus que la Fae n'avait reçu aucune éducation pour maîtriser ses propres dons, alors expliquer aux autres les bonnes directives relevait de l'inconscience pure.

    Phiva Demort était une jeune sirène arrivée il y a quelques années à l'orphelinat. Malgré son jeune âge, elle avait rapidement su s'imposer dans les groupes déjà formés et si Dahlia devait capturer son essence en un seul mot, ce serait sans doute capricieuse. De là à dire que la jeune fille rencontrait des problèmes avec l'autorité aurait été une exagération, mais elle n'appréciait pas toujours de ne pas obtenir ce qu'elle voulait. Depuis quelques temps la petite s'était découvert des talents magiques, notamment le fait de pouvoir ensorceler ses petits camarades et lancer des malédictions sur ceux qui lui causaient du tort. Les torts pouvaient aller du simple refus à la bagarre générale, et la punition donnée par Phiva prenait souvent de longues heures voire plusieurs jours à se dissiper. Plus que les dégâts engendrés par ses bêtises, Dahlia craignait que ce fort caractère et ce contrôle inexistant de la magie empêche une possible adoption. Phiva était, quand elle le voulait bien, une enfant tout à fait charmante.

    La jeune femme poussa la porte de la salle de jeux du premier étage et s'imprégna des lieux. Les enfants étaient pour la plupart partis au réfectoire, il ne restait que Phiva et ... un cochon. Dahlia écarquilla les yeux. Une truie se baladait en plein milieu des jouets et grignotait le mobilier. Ses lèvres se mirent à trembler. «  Ne me dites pas que... » « J'en suis désolée. Nous sommes arrivés trop tard. » . Sans un mot envers l'enfant, la Fae tourna les talons et s'enfonça à nouveau dans les couloirs, faisant signe à son enfant d'isoler la coupable et sa victime. Tout ceci ne pouvait plus durer. Il lui fallait une solution de toute urgence, et si possible pérenne. et Dahlia savait exactement qui contacter.

    Fouillant dans la tonne de papiers qui gisait sur son bureau, la directrice trouva enfin le Graal. Une lettre signée d'une certaine Eloïse Natsk, professeure des pratiques interdites, accompagnée d'un énième ouvrage dont elle se séparait au profit de l'orphelinat. Cela faisait déjà quelques semaines qu'elle recevait des livres de la part de la jeune femme, et si elle ne manquait pas de la remercier chaleureusement par retour de lettre, si Eloïse réussissait à régler son problème, elle lui devrait bien plus qu'un simple Merci. Pendant un bref instant la Fae contempla l'idée de mentir à la professeure, de la convier sous un faux prétexte puis de lui lier les mains en la mettant devant le fait accompli. Elle secoua la tête. Autant être directe. Saisissant sa plume et son parchemin, Dahlia griffonna rapidement quelques phrases et demanda à un de ses gardiens de se rendre au plus vite à l'Université Magic pour lui remettre en main propre. Aux grands maux, les grands remèdes.

    «  Chère Eloïse Natsk,

    Je vous écris aujourd'hui dans l'espoir que vous puissiez apporter votre aide à mon établissement. Je rencontre des problèmes avec l'enseignement magique de certains des enfants sous ma garde, notamment dans le domaine de s malédictions et je désirerais en discuter avec vous. Je vous remercie encore de vos nombreuses donations et dans le cas ou vous souhaiteriez ne pas donner suite à ma demande, je vous assure que nos relations n'en seront point entâchées. J'espère de tout coeur que vous saisirez l'urgence de la situation, et je m'en remets à votre générosité et à votre coeur, que je sais d'or.

    Je vous attends aux Jardins du Destin à votre convenance.

    Dahlia.»



    Malédictions et apprentissage [PV Eloïse] YXyOAPI
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Eloise Natsk
    Eloise Natsk
    Messages : 8
    crédits : 156

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1205-eloise-natsk-termine
  • Sam 28 Jan - 12:23
    Bon. Dès le départ je n’avais pas beaucoup d’attentes… Mais vraiment ? Non, on se reprends, on souffle et on regarde tout ça avec un petit peu plus de recul. Certes quelques résultats sont bien inférieur à ce que je pensais (vraiment il ne sait pas qu’on peut se pétrifier soit même ? Je l’inviterais bien à essayer à l’occasion mais la blague risquerait de ne pas faire l’unanimité) mais dans l’ensemble on a quand même plus de la moitié de réussite. Les trois quarts même. Le souci est que le quart restant est vraiment en dessous… Tout en réfléchissant, je me mets à faire les cents pas dans le bureau. C’est à moi de leur donner envie de s’améliorer et combler des lacunes… Si on peut encore parler de lacunes. Ici, on serait plus proche d’un trou béant. Eloïse calme toi, il y a forcément  une solution, il suffit de la trouver. Reprendre les bases ne fera de mal à personne et j’ai déjà quelques idées pour attraper l’attention de ceux qui se sont, disons, éparpillés. Ne reste qu’un problème. Lui. Je m’attarde quelques instants sur une feuille posée un peu à l’écart. Un gouffre à combler. Mains sur les hanches je lève les yeux au ciel.

    “Bon dieu. Tu pars de loin mais écoute moi bien, je vais pas te lâcher tu m’entends ?! Tu vas le réussir ce cursus !” Tout en haussant la voix je me retourne vers la porte d’entrée en écartant d’un geste sec les bras, manquant de peu de gifler le nouveau venu. “Euh… Une lettre pour Madame Eloïse Natsk… Des jardins du destin” Tout en soupirant je me masse les tempes. La première bonne nouvelle de la journée ? Pitié faite que ce soit le cas. Prenant appui sur le bureau, j'ouvre la lettre et la parcourt rapidement du regard. Si l’idée générale est vague, le message de fond ainsi que le fait qu’elle me contacte ne laissent pas beaucoup de doute. Ce n’est définitivement pas une bonne nouvelle.

    “Je peux vous demander d’attendre un instant avant de repartir ?” Tout en parlant au messager j’attrape péniblement du bout des doigts mon agenda. Il ne me semble pas avoir un quelconque impératif sur le reste de la journée mais ce ne serait pas la première fois que j'oublie un rendez-vous. Pas la dernière non plus. La page vierge me fait respirer un peu plus sereinement. Rien d’autre de prévu que ce que je veux faire. Et entre lui venir en aide et finir de corriger ce tas de copies, mon choix est vite fait. Mais il est vrai que je commence à accumuler un léger retard, ce serait surement plus raisonnable de terminer ce travail avant de bouger… Distraitement je retourne le fameux devoir et me décolle du bureau avec un petit bond. “Très bien, je suis prête, nous pouvons y aller.”

    Le trajet se fait dans le silence, lui visiblement pressé de retourner à son poste et moi qui réfléchit à la situation. J’ignore la nature exacte du problème mais une chose est sûre, cette situation est intéressante. Cela fait quelque temps que j'envoie des ouvrages à l’orphelinat, autant dans le but de les aider à se composer une bibliothèque correcte que pour aider les enfants. Par chance, il y a plusieurs années de ça un mage s’est mis en tête d’expliquer certains rudiments de la magie par des contes et fables en tout genre. Certains aspects de la magie ont bien évidemment été mis de côté, la quasi totalité de ceux que j’enseigne en fait (je suppose que les parents n’ont pas très envie de voir leur enfant redonner vie à un animal domestique décédé. En espérant qu’il ne s’agisse que d’un animal.), mais les fondamentaux sont plutôt bien expliqués.

    Et dans tout ça évidemment la malédiction a été considérée comme un fondamental. Hm. J’aurais vraiment dû réfléchir avant de l'envoyer celui-là. Mais la maîtrise des malédictions est un aspect tellement captivant de la magie. Pouvoir avoir un tel impact sur autrui à partir de presque rien. C’est passionnant. Même si ce n’est pas à mettre entre toutes les mains et encore moins celles d’un enfant, je l’entends. Cependant… L’une des seules limites de ce sort vient de l’imagination du lanceur. Ne limiter un enfant qu’à son imagination… Oh oui cette situation risque d’être réellement fascinante. En tout cas, elle le sera avec un peu de recul et une fois que nous l’aurons réglée. Pour l’instant elle semble surtout être problématique. Mais je ne doute pas qu’il y aura des choses à en tirer. Ce sera d’ailleurs sûrement un bon exemple pour certains cours.

    Perdue dans mes pensées je ne remarque pas l’arrêt du gardien et lui rentre dedans “Oh, désolé. Nous sommes arrivés ?” Je ne demande que par politesse, le bâtiment me faisant face ne laisse pas beaucoup de place aux doutes. Une antiquité qui se détache au milieu d’un paysage moderne. Combien de mystères dorment encore entre ces murs ? Il faudrait que je me renseigne dessus à l’occasion, peut-être qu’il n’est pas nécessaire d’aller crapahuter hors de la ville pour tomber sur des légendes oubliées. Enfin, le passé est bien à sa place, ce qui nous intéresse pour l’instant c’est le présent et son lot de problèmes.

    Suivant les indications du gardien, cet homme n’a pas l’air de beaucoup m’apprécier d’ailleurs, je me glisse dans le bâtiment et après quelques instants de marche vient frapper à la porte ouverte du bureau de la directrice. “Enchantée, Eloïse Natsk. Heureuse de enfin vous rencontrer en personne Dahlia. Même si je pense que vous auriez préférée que ce soit en d’autres circonstances.” Tout en faisant un pas dans la pièce, je m'incline respectueusement. “Je suis venue dès réception de votre missive, la journée était tranquille et honnêtement sans connaître la situation, en me basant juste sur ce que vous m’avez écrit, elle me semble déjà fascinante.” Aucune raison de lui mentir, bien évidemment je suis en premier lieu présente pour l’aider, il me serait impensable de ne pas aider cet orphelinat, mais un cas aussi atypique… C'est définitivement une bonne nouvelle.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum