DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Un colloque vraiment très interressant InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    parasite cherche hôte consentant (terminée)Aujourd'hui à 22:50Tensai Ryssen
    Mon Voisin Du DessusAujourd'hui à 22:23Lyra Leezen
    Un prêté pour un rendu [Sixte]Aujourd'hui à 22:02Sixte V. Amala
    Seul ? [Hélénaïs]Aujourd'hui à 21:55Hélénaïs de Casteille
    La Fenêtre de l'ÂmeAujourd'hui à 21:01Myriem de Boktor
    Poids lourd et poids plume (PV Kieran Ryven)Aujourd'hui à 20:55Vanay Vyldrithe
    Conversation ou baston ? [Pw Kahl]Aujourd'hui à 19:46Kahl
    La fuite | Leif & Siame Aujourd'hui à 18:39Leif Brynjolf
    Achats de pouvoirs | Kieran Aujourd'hui à 18:32Kieran Ryven
    L'air du Vent | Feat ZéphyrAujourd'hui à 18:05Myriem de Boktor
    Aller en bas

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 31 Jan - 18:03
    C’est ça le désert ? Quel enfer. Et des gens vivent dedans ? Quels inconscients. Si un empire comme le Reike a pu émerger au milieu de cette étuve c’est certainement pour une bonne raison, mais sincèrement qu’est-ce qui a pu pousser les premiers habitants à venir se perdre ici ? Je veux dire… Le désert. Du sable, de la chaleur, deux misérables plantes qui bataillent pour quelques gouttes d’eau (à peine potable par ailleurs) et une température qui juge bon de s’inverser à la nuit tombée. Et dans tout ça, il y a des années, des gens se sont dit ‘oui, cet endroit est idéal pour vivre’. Encore une fois ce choix est à l’origine du Reike ce qui ne peut pas en faire un mauvais choix. Mais un choix difficilement compréhensible oui très clairement. Peut-importe, la journée va être chargée je ferais bien de profiter des quelques heures de repos qu’il me reste pour me préparer. Essayer de me préparer… Sérieusement, comment font les gens pour parvenir à réfléchir sous cette chaleur ?

    Je somnole à l’arrière d’une des charrettes quand nous arrivons aux portes d’Ikusa. C’est un petit coup de coude de mon voisin qui me réveille. Et il faudra que je pense à le remercier une fois de retour à Liberty pour cette attention. Le joyau du désert. Effectivement, la capitale porte incroyablement bien son nom et j’aurai sincèrement regretté rater cette rencontre. Quel dommage que le temps de notre séjour soit limité. Et j’en viendrais presque à regretter de devoir participer à ce colloque. Non, peut-être pas à ce point. Visiter la ville est certes attrayant mais entendre parler les professeurs de Drakstrang l’est bien plus. Les arts militaires n’ont jamais été en haut de ma liste de curiosités mais l’approche de la magie dans les autres pays l’est un peu plus. Encore plus quand la plus grande université du Reike possède un cursus similaire à celui que j’enseigne. Avec quelques contraintes supplémentaires. En même temps si les arts obscurs portent ce nom c’est pour une bonne raison, si aucune limite, si aucunes contraintes, n’étaient instaurées nous sombrerions probablement bien vite dans le chaos.

    “Alors ? Un avis sur le joyau ?” Notre chauffeur nous regarde, un grand sourire sur les lèvres. Il est fier de sa ville. Et il peut l’être. “Qu’elle est magnifique. Et pouvoir enfin respirer ne la rend que plus belle” Sans que personne ne lui demande, il se lance dans une explication du fonctionnement de la ville, de la raison de ce climat et diverses choses plus ou moins intéressantes. Personne ne se sent de lui couper la parole, cet homme est profondément patriote, nous avons pu le constater durant le séjour et ce n’est pas une mauvaise personne. Parler de sa ville le rend heureux, nous le comprenons tous et en réalité son entrain est presque contagieux.
    L’entendre parler avec autant de conviction m’aide à me détendre un peu et laisser de côté tout mon ressentiment pour le désert et sa montagne de problèmes. Le souffle d’air frais qui se glisse entre les rues de la ville et vient caresser le visage n’y est pas pour rien non plus.

    Après un rapide voyage dans les rues de la ville (et je soupçonne notre chauffeur d’avoir fait quelques détours pour pouvoir vanter la beauté de sa nation) nous arrivons devant le but de notre voyage. L’académie Drakstrang. Le moins que l’on puisse dire c’est que d’un point de vue architectural elle n’a rien à envier à Magic. Ce n’est pas que j’en doutais, on parle de l’une des universités les plus puissantes et reconnue mais le doute existe toujours, cette petite idée de ‘et si ?’. La réponse est clairement ‘non’. Et je sais que j’en aurais encore la confirmation dans la journée, les enseignements sont fondamentalement différents mais les deux excellent dans leur domaine. D’ailleurs, est-ce que cela veut dire que je suis moi-même l’une des meilleures dans mon domaine ? Ce raccourci est tentant… “Eloïse ? On vient de recevoir des nouvelles importantes. Un changement dans le planning de la journée.” Apparemment le droit de rêver s’en est allé quand le succès est arrivé. Soit. Ce n’est pas comme si j’avais réellement moyen d’y faire quelque chose. J’écoute distraitement mon collègue qui m’informe que le reste du convoi s’est embourbé dans le désert et oblige ainsi à repousser le début du colloque. Dire que mon moral commençait à remonter après ce séjour dans le désert le voilà de nouveau mise à rude épreuve.

    “Bien, ça veut dire que j’ai du temps devant moi ? Parfait, je vais aller me préparer, ce ne sera pas du luxe. Oui j’ai mes notes, oui je les ai travaillées.” Je descends du chariot levant les yeux au ciel. C’est la première fois que je suis conviée à ce genre d’événement c’est donc normal qu’ils veuillent s’assurer que je n’apporte pas une mauvaise image à Magic mais je dois reconnaître que ce manque de confiance est un peu insultant. Sans attendre de réponse, je fais signe à l’un de nos guides et me dirige vers les chambres qui nous sont réservées. Au vu de l’heure si je me débrouille bien je devrais pouvoir bénéficier d’une heure ou deux avant le début pour visiter un peu les alentours ou l’académie. Je me demande s’ils ont des salles de travaux pratiques pour leur cursus de magie noire…  


    La porte de l'amphithéâtre grince alors que je la pousse et me glisse dans la salle une liasse de documents à la main. Il reste encore deux heures avant le début de la conférence mais ils ont été clairs, c’est attendre ici ou dans les quartiers mis à notre disposition. Les deux solutions ne sont pas très intéressantes mais soit. J’ajuste ma veste de costume et remet en place le col de mon chemisier. “Tiens… Des dissidents qui ont été mis à l’écart ou des gens pressés de nous entendre débattre ?” Ma voix et mes talons résonnent dans la grande pièce alors que je me dirige vers l’estrade et les premiers rangs.  Que font un garde et un noble dans l’amphithéâtre bien avant le début de la réunion ? Mais surtout… “J’ai déjà surpris des étudiants profiter d’une salle ouverte pour une sieste furtive mais un membre de la noblesse ? C’est une nouveauté.”

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 7 Fév - 20:57
    Tagar… Tagar… Son nom ne me dit rien mais je n’ai pas révisé et mémorisé l’intégralité des membres de la noblesse Reikoise avant de venir. Pas plus que les membres du gouvernement mais que ferait une personne de ce grade ici ? Encore plus à ne rien faire si ce n’est une petite pause à l’abri des regards indiscrets. La vie noble semble définitivement bien compliquée… Que ne donnerais-je pas pour avoir la moitié de son temps libre. “Enchantée, Eloïse Natsk.” Il n’a pas l’air de mal prendre de s’être fait surprendre et interrompre en pleine sieste, ce n’est pas plus mal ça m’aurait dérangé d’avoir à m’expliquer avec son garde. Ils semblent être assez proches d’ailleurs. Une bonne chose, l’inverse arrive bien trop souvent et ce n’est pas pour le mieux.

    D’un petit signe de la main je lui indique que l’incident de la sieste est passé. Ce n’est pas comme s’il y avait eu le moindre souci. Même s’il a probablement eu de la chance que je sois la première à le voir dans cet état. Avec un étudiant les rumeurs et moqueries seraient allées bon train et je n’imagine pas les remontrances qu’il aurait pu avoir avec quelqu’un de plus influant. “Et je les remercie d’avoir décidé d’organiser la réunion d’aujourd’hui dans cette salle.” Il a raison sur un point, les sièges ont l’air d’une qualité irréprochable. Je bénie sincèrement les organisateurs de ne pas nous avoir placé dans une l’une des vieilles salles de l’académie et ses fameux sièges en bois. Nous avons les mêmes à Magic et je ne peux pas m’empêcher de plaindre les étudiants qui passent plusieurs heures dessus.

    En tout cas, sa bonne humeur est revigorante. Après les mésaventures de la journée, et les derniers jours de trajets de manière générale, c’est appréciable. Par ailleurs, il serait venu visiter l’académie avant la guerre. Elle a pris fin cette année, et à commencée il y a deux ans… Pendant mon apprentissage donc. Peut-être l’ai-je croisé dans les couloirs. Surtout s’il a visité la bibliothèque, vu le temps que j’ai pu passer dedans ce n’est clairement pas impossible. Enfin, nous ne sommes pas à Magic et la question n’est pas là, même si la coïncidence est intéressante.

    “Vous pouvez bien sûr me demander ma spécialité. Mais peut-être vais-je choisir de ne pas répondre à cette question…” Il me donne envie de le taquiner un peu. En même temps, au vu du début de notre discussion et de notre rencontre, ce n'est que la suite logique des choses. Je lui souris avant de continuer “J’enseigne le cursus des pratiques interdites. L’équivalent de vos arts obscurs. Ça m’a d’ailleurs toujours fait rire de savoir que les deux académies possèdent une formation presque identique. Si je décidais de quitter la République je n’aurais peut-être pas de mal à retrouver du travail ici…” Encore faudrait-il que je décide de quitter ma nation et non seulement mon histoire est entre les murs de Liberty mais après avoir expérimenté un peu le climat Rekoi il est hors de question que je quitte les terres du sud. “Il y a de grandes chances que cela n’arrive jamais, je reconnais la beauté d’Ikusa et de son académie mais c’est dans l’Empire que je me plais.”

    Peut-être n’est-ce pas une très bonne idée de parler de tout ça avec un membre de la noblesse Reikoise mais ça me fait du bien de pouvoir enfin faire le point sur tout ça. Comme tout le monde je me suis posée des questions avec la guerre contre les titans (et certaines me taraudent encore) et  j’ai envisagé des choses, mais je n’ai jamais vraiment pu dire ouvertement ce qui m’importe réellement. “Ça doit être à mon tour de poser une question… Restons dans mon domaine d’expertise même si beaucoup me démangent, que pensez-vous de l’aspect de la magie que j’enseigne ?” Une question piège je le conçois mais qui va me permettre de savoir sur quel pied danser. Ce n’est pas tout le monde qui accepte l’idée que des gens puissent en maudire d’autres ou ressusciter les morts et encore moins de monde est en accord avec le passage à l’acte. Cela dit je n’ai jamais changé mon discours et mon point de vue sur tout ça peu importe la réponse que me donne l’opposition… Sans me départir de mon sourire je croise les bras, baissant de manière presque imperceptible la tête. Alors Tagar, ou vous placez-vous…

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 21 Fév - 12:37
    Un mordu de la magie. Beaucoup de gens ont tendance à se caractériser de la sorte avant de se rendre compte de ce que cela représente d’avancer dans son apprentissage. Et il n’y a aucun besoin d’aller chercher bien loin, j’ai déjà rencontré des érudits préférant revenir sur leur décision et leur domaine de confort que tenter d’apprendre et découvrir de nouvelles choses. Soyons honnête je n’ai pas beaucoup d’estime pour eux. C’est parce que les choses sont ainsi qu’il faut oser aller de l’avant et se dépasser. Abandonner à la première difficulté… Un choix méprisable. Au moins ça ne semble pas être réellement son cas. Même si son garde a l’air de sous-entendre qu’il se surestime, il est présent avec deux heures d’avance à l’événement. Il faut une bonne dose d’investissement pour agir de la sorte. Ou comme moi il s’est retrouvé ici par hasard ce qui collerait avec sa petite sieste… Je vais préférer continuer de penser qu’il est là de son plein gré.

    Une chose est certaine, il a pris le temps de réfléchir à ce qu’il avance. Je l’ai peut-être jugé un peu rapidement en disant qu’il n’est qu’un curieux comme les autres. Accordons lui le bénéfice du doute, j’ai le sentiment qu’il pourrait avoir des anecdotes intéressantes à raconter. “Le destin, s’il existe, est capricieux. Beaucoup de choses peuvent intervenir et sceller le futur d’une personne. Mais je comprends ce que vous voulez dire, la magie, sous toutes ses formes, est l’une des choses qui peut le faire le plus facilement.” Et c’est l’une des raisons qui m’a fait choisir les pratiques interdites, je ne recherche pas spécialement le pouvoir ou le statut social mais cette idée de pouvoir jouer avec les limites est intéressante.

    D’ailleurs son histoire de malédiction l’est tout autant. La recherche d’un moyen de guérison. Il est vrai que dépendant de la personne à l’origine de la malédiction, réussir à s’en libérer peut être un véritable calvaire. Bien entendu le plus simple reste de faire en sorte que le lanceur l’annule de lui-même mais généralement on maudit rarement quelqu’un pour l’annuler à sa demande quelques jours plus tard. Si en plus le lanceur est un minimum doué en magie, impossible de passer par un tier… “Les malédictions ont cet aspect captivant de réellement appartenir à leur lanceur. Je pense sincèrement qu’on peut reconnaître le lanceur d’une malédiction à son sort. La manière dont il est lancé, les conditions imposées, la résistance du sort…” C’est l’une des choses les plus compliquées à expliquer à mes étudiants. Je peux leur apprendre à lancer un sort, cette partie de l’histoire est globalement rapide, mais je ne peux pas leur apprendre à développer leur propre identité magique. Ils doivent expérimenter, essayer, voir ce qui marche et ne marche pas, ce qu’ils veulent bien laisser de côté ou sur quoi ils veulent se concentrer. Le souci des pratiques interdites est justement que nous ne pouvons pas réellement nous permettre de faire des tests à tout va. Il faudrait peut-être que je lui demande de me parler plus en détail de tout cette histoire, il y a probablement des choses à garder pour de futurs cours.

    Un point de vue intéressant. C’est une erreur de ma part, je l’assume, mais je n’avais pas pris le temps de réfléchir à la situation depuis le point de vue d’un autre empire. Nos deux contrées ont des histoires et un passif foncièrement différent, il est normal que l’usage de la magie ait évolué en conséquence. Et il est intéressant de voir ce qu’ils en font. “Je suis désolée si ce que je vais dire vous paraît insultant, je prends un peu conscience de la différence qui sépare votre empire et le mien cependant…” Comment finir cette phrase… Vu son comportement et son ton majoritairement désinvolte il ne devrait pas prendre personnellement ma remarque mais j’aimerais éviter d’être mise dehors. “Vous utilisez les morts-vivants pour, entre autres, le travail dans les mines. Comment les choisissez-vous ? Pour être honnête j’ai un peu de mal avec l’idée qu’un citoyen ayant vécu tranquillement sa vie ne puisse pas pleinement profiter du repos de sa mort. Encore une fois je ne voudrais pas paraître insultante, peut-être acceptez-vous tous ce destin sans vous poser la question, simplement… Je suis juste curieuse de savoir.”

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 23 Mar - 18:04
    Ses réponses sont intéressantes et valent la peine de réfléchir à la situation. On pourrait l’oublier en lui parlant mais tous ces changements sont encore très jeunes pour le pays. Dans un sens c’est même surprenant qu’ils aient réussi à mettre en place aussi rapidement un système de remplacement aussi efficace. Et au moins chez eux cet aspect de la magie n’est pas exposée comme quelque chose d’interdit. Heureusement. Il aurait peut-être été plus compliqué de faire passer tous ces changements si ça avait été le cas. Déjà que cette branche est bien souvent vue d’un mauvais œil…

    Cela dit, la discussion et ses réponses ont beau être intéressantes, il y a un souci. Peut-être encore une fois est-ce juste une idée que je me fais mais tout ce qu’il me raconte me semble trop précis. Qu’un citoyen Reikoi, et à fortiori un noble, connaisse les grandes lignes du fonctionnement de la nécromancie, pourquoi pas. Et même dans ce cas hormis un petit doute sur la rune utilisée (Soyons honnête même si je reconnais m’y être intéressée lorsque leur nouveau système a été mis en place je serais bien incapable d’en dire plus la dessus. Je n’ai même jamais réussi à prononcer correctement le nom des morts-vivants ainsi créés… Trop de lettres qui ne sont pas censées être mises ensemble à la suite à mon goût.) ses informations sont assez précises. Sans aller jusqu’à dire que nos pays sont ennemis, je trouve que le mot est un peu trop fort, nous ne sommes clairement pas assez proches pour divulguer aussi facilement des informations importantes. Enfin, s’il agit de la sorte c’est que cela ne pose probablement pas de soucis. Tout ceci est probablement connu du plus grand monde ici. Quand je pense au mal que j’ai eu à trouver des comptes-rendu ou n’importe quel écrit pour comprendre comment tout cela est mis en place… Je dois le reconnaître, c’est frustrant.

    “Chacun abordera le sujet d’une manière différente. Peut-être certains trouveront vos choix choquant, la ou d’autres se diront que l’esclavage était pire. Votre gouvernement à fait les choix qui lui semble justes et  avec lesquels ils sont en accord moralement. Si c’est choix ont pu passer c’est de toute manière qu’une grande partie du peuple était en accord avec.” Je ne suis pas totalement certaine de ce que j’avance mais il me semble que l’impératrice à fait passer des édits pour arriver à ce résultat, si c’est bien le cas ils ne se sont clairement pas validés seuls. Quand bien même ce serait le cas, ce n’est pas à moi de juger le fonctionnement du pays. Et si je devais le faire je me retrouverais dans la deuxième catégorie, à blâmer l’esclavagisme plus que l’utilisation de morts-vivants. “Dans un sens je ne vais pas mentir que les choix qui ont été fait m’arrangent. En prenant cette décision le Reike accumule une avancée certaine dans le domaine de la nécromancie et il est très intéressant de suivre cette évolution. Même si depuis la République il est compliqué d’être à jour sur vos avancées…” Décidément, j’ai vraiment du mal à accepter que ces informations me soient données si facilement après tous les efforts mis en place pour les obtenir. Les choses sont ainsi, ça ne sert à rien de revenir dessus.

    En revanche il y a un point sur lequel je peux revenir en espérant qu’il n’ait pas été mal interprété “Euh… Quand je parle d’être à jour sur vos progrès n’y voyez rien d’autre que de la curiosité. Ma tournure de phrase était peut-être un peu maladroite surtout vis-à-vis de la situation actuelle entre nos nations.” Certes nous sommes réunis pour parler de la magie, de nouvelles découvertes et de nouvelles théories, ce n’est pas pour autant que je peux dire à un noble que je souhaite tout savoir au moment même où les choses sont découvertes. “En réalité hormis dans le cadre des cours que je donne tout cela ne me sert pas vraiment, la nécromancie est un sujet intéressant mais je n’ai jamais pris le temps d’apprendre à pratiquer cette magie… Un jour peut-être” Et ce n’est probablement pas prêt d’arriver, relever les morts ne fait pas vraiment partie des qualifications que je rêve de posséder. “Je parle beaucoup depuis tout à l’heure, surtout sur des choses qui vous concernent finalement puisqu'elles sont liées à votre histoire pour la plupart. Si certaines remarques vous ont semblé déplacées vous m’en voyez navrées. Peut-être avez-vous des questions à me poser pour compenser ? Sur moi, sur ce que j’enseigne que sais-je… Ce qui vous inspire.” Mon sourire est sincère et ma question un peu piège je dois l’avouer. Je suis curieuse de savoir ce qui pourrait bien l’intéresser et sur quoi son choix va se porter.

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 29 Mar - 17:08
    Il a de la suite dans les idées. C’est presque rafraîchissant de rencontrer quelqu’un qui ne prend pas de gants pour me parler et ose aller jusqu’au bout de ses idées. Dommage que sa proposition soit incompatible avec mes plans de carrière. Dans le futur peut-être, quand j’estimerai avoir fait le tour de ce que j’ai à apprendre aux élèves de la république. Même si ce futur risque de ne pas arriver avant longtemps. J’ai encore beaucoup de choses à découvrir et partager. Mais, je vais garder cette idée, cette porte ouverte. On ne sait pas ce que l’avenir peut nous réserver après tout. Et Ikusa n’est pas si loin de Melorn… Hm, je ne reviendrais pas sur mon choix mais il faut définitivement que je garde en tête toute cette histoire. “Je vous remercie mais j’aime un peu trop la République et pas assez le désert pour accepter cette proposition. Trop d’efforts ont été effectués pour en arriver où je suis aujourd’hui pour accepter de changer comme ça du jour au lendemain.”

    Et trop d’efforts sont encore effectués tous les jours. Autant pour qu’on reconnaisse mon travail et ma place, que pour moi, mes recherches personnelles "Est-ce qu’enseigner est difficile ? Je suppose que si vous demandez à dix professeurs différents vous aurez dix réponses différentes mais dans mon cas… Laissez-moi réfléchir.” La question est simple sans l’être. Le problème vient de l’endroit où j'enseigne et des attentes qui en découlent “Je dirais que non, parce que j’aime ce que je fais. Quelqu’un m’a appris l’amour de transmettre ses connaissances et c’est un réel plaisir que de permettre aux autres d’apprendre. Cependant…” Et c’est bien là le soucis, si on peut parler de soucis, bien des gens trouveraient ce problème surfait et ne comprendraient même pas que ça puisse en être un “Le lieu où j'enseigne est l’académie Magic. C’est ça qui fait changer la réponse à votre question de ‘bien sûr que non’ à ‘parfois oui’. Les attentes, que ce soit celles des autres professeurs mais aussi celles des élèves, sont élevées. Dans ces conditions le problème n’est pas de réussir à se faire entendre mais de réussir à convaincre les autres que notre place est méritée. Derrière nous avons tous nos petites méthodes pour arriver à ce résultat."

    Je ne peux m’empêcher de sourire en disant ça, je pourrais retenir cette petite pique mais la tentation est trop forte. Disons qu’il l’a bien cherché. “Et non désolé, les attentes que les gens ont à Magic seraient les mêmes ici. Si vous pensiez utiliser cet argument pour de nouveau tenter de me convaincre, ça ne marchera pas.” De la même manière que je garderais pour moi les solutions que j’ai décidé d’appliquer pour me faire reconnaître. Elles ne sont clairement pas exclusives ou révolutionnaires mais une petite dose de mystère ne peut pas faire de mal. Et puis c’est ainsi que Magic fonctionne, les gens savent que notre école est la meilleure et pourtant en dehors des étudiants et des professeurs assez peu de gens peuvent se vanter savoir ce qui se dit entre ses murs.

    Perdue dans mes pensées je n’attrape que la fin de l’échange de mon partenaire avec son garde. Et vraiment il me faut beaucoup de concentration pour garder un air sérieux. “Noble art que je maîtrise… C’est ce que vous disiez plus tôt non ? Je comprends mieux pourquoi vous avez été repris en disant ça.” Dans un sens nous sommes probablement tous passés par là dans notre apprentissage (ou utilisation) de la magie. “Rassurez-vous, il y a aussi eu des… Imprévus dans mon histoire. Je vous laisse me raconter votre histoire et en échange je dévoilerais un des miens. Dans quel contexte en êtes-vous arrivé à détruire ce mur ? Un cours un peu trop expressif avec des élèves un peu dissipés ?” Une idée comme ça mais qui ne me semble pas improbable. Il vient de me dire avoir des soucis d’écoute et pour quelle autre raison aurait-il été laissé dans cette salle s’il n’est pas professeur ? C’est un peu étrange qu’un simple professeur soit en permanence escorté mais peut-être vient-il en plus d’une grande famille…

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 5 Avr - 18:49
    Pas un professeur mais il peut passer une partie de son temps libre dans l’établissement. La noblesse a définitivement un côté attrayant. Néanmoins, si sa candidature a été présentée plusieurs fois à l’académie pour être systématiquement refusé alors les dires et les reprises de son garde sont sûrement justifiés. À moins qu’il n’y ait autre chose ? Son caractère peut-être ? Si je me base sur ce que je vois depuis le début de notre rencontre oui en fonction des demandes de l’académie c’est envisageable… Si ce n’est pas ça je ne vois pas trop ce que ça peut-être d’autre. Il est indéniablement Reikois, donc les conditions liées au territoire ne sont sûrement pas un problème… Sa position ? Est-ce qu’il y a un point dans le règlement de Drakstrang qui empêche les nobles de travailler ? Non… Probablement pas… Cela dit, il faudra que je revienne avec lui sur ce point de motivation. Je passe mes journées à apprendre à mes étudiants à ne pas lâcher prise, persévérer jusqu’à la réussite. On va encore me dire que je déborde de mes obligations mais je ne peux juste pas laisser quelqu’un abandonner un de ses objectifs pour une raison aussi dénuée de sens que la motivation.

    En attendant, son histoire. Je ne m’attendais à rien de particulier mais je ne suis pas déçue. “Comme ça Neera a été impliquée ? Je ne le savais pas… Elle va en entendre parler la prochaine fois que j’aurais l’occasion de la voir.” Ce n’est pas elle la responsable de l’incident mais je suis curieuse de voir sa réaction. Peut-être pourra-t-elle rajouter quelques informations sur tout ça. À l’entendre n’importe qui pourrait réussir à ébranler les murs de l’académie. Difficile à croire. Plus généralement difficile de croire qu’une académie qui enseigne la magie n’a pas été érigée en pensant à ces soucis. “Pas très solide hein… Vous n’auriez pas eu la main un peu lourde surtout ?” Tête légèrement penchée je m’adresse plus à garde qu’à lui-même. Si l’un des deux est susceptible de me donner la vraie version c’est lui, pas son maître.

    “Effectivement, c’est le marché, à mon tour… Qu’est-ce qui pourrait avoir la même valeur que votre histoire…”
    Il y en a eu des histoires mais c’est la moindre des choses que de lui donner un petit peu de contenu. Et je ne peux pas non plus trop en dire sur celles qui m’ont amené à traiter  avec la partie sombre de la République. “Si, bien sûr… Vous connaissez le sort pestilence ? Pour faire court, un sort qui permet de faire tomber les gens malades.” C’est un peu grossier mais c'est un fait, il marche comme ça. “J’aurais du mal à expliquer pourquoi mais c’est l’un des premiers sorts que j’ai appris à lancer. J’avais… Neuf ans à ce moment-là. Je crois.” Cette remarque revient souvent, même aujourd’hui j’ai du mal à expliquer pourquoi dans tous les sorts que j’aurais pu apprendre j’ai décidé que ce serait celui-ci. Peut-être étais-je dès le début destinée à me perdre vers la magie noire.

    “En tout cas j’étais jeune. Et parce que j’étais jeune je demandais beaucoup d’attention. Donc j’ai décidé de faire tomber malade mon tuteur pour forcer son attention. Vous voyez la fin de l’histoire arriver. Ce sort n’est définitivement pas simple à lancer. Alors qu’un enfant imagine pouvoir le lancer correctement ? Sans aller jusqu’à dire que c’est inenvisageable s’en est pas loin.” J’arbore un grand sourire. Aujourd’hui j’arrive à en rire facilement, sur le moment ce n’était pas vraiment le cas. Pas du tout en fait. “C’est moi qui ait terminé clouée au lit. Et je n’ai pas eu ne serait-ce qu’une parcelle de l’attention que j’espérais avoir. Si vous voulez un conseil, quand vous traitez avec des enfants capable de faire de la magie donnez leur ce qu’ils veulent. Pour éviter qu’ils ne se blessent.” Une remarque supplémentaire me brûle les lèvres mais ce ne serait pas correct… En même temps… Petit regard dans sa direction… Il est plutôt bon public jusqu’à maintenant. Pas de raisons que les choses changent non ? Autant tenter ma chance on verra bien ou ça m’amène. Ce serait frustrant de ne pas finir maintenant. “Peut-être devriez-vous essayer de faire en sorte que votre garde applique ce conseil. Il m’a l’air assez adapté dans votre cas à tous les deux.” Une manière détournée mais gentille de le comparer à un enfant. Son caractère n’en est pas si loin parfois.

    Il reste quand même un point à éclaircir. “Vous avez dit être un peu démotivé d’avoir demandé et d’avoir été refusé plusieurs fois l’enseignement dans l’académie… Si ce n’est pas indiscret, pouvez-vous m’en dire plus ? Pas sur le refus, ça regarde l’établissement, mais sur ce que vous ressentez, la raison de cette baisse de motivation, sur ce que vous attendiez au début… Pourquoi avoir demandé plusieurs fois, vous être donné la peine de faire ces demandes pour arrêter aujourd’hui alors que vous avez une opportunité.” C’est une promesse que je me fais, je ne partirais pas d’ici sans que sa motivation soit revenue et qu’il accepte de faire ce fameux essais à la reprise des cours

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 12 Avr - 18:30
    C’est bien que ce soit lui qui ait le dernier mot qui me fait peur. Plus pour sa propre sécurité que pour autre chose. Combien de personnes l’ont quitté des yeux un instant avant de le voir disparaître et se retrouver dans une situation improbable ? Très certainement beaucoup trop. Ce serait peut-être intéressant de partir à l’aventure avec lui à l’occasion. Si jamais une occasion se présente j’y réfléchirais… Même si ça voudrait probablement dire venir me perdre de nouveau dans cet horrible désert… On va laisser cette idée de côté, mon emploi du temps ne me permet de toute manière pas vraiment de disparaître plusieurs jours sans une excellente raison. Et surtout rien ne dit qu’il ne va pas trouver un moyen de briller une fois que la séance aura débuté. Je crois que j’ai un peu hâte de voir tout ça.

    “Ce que vous me dites est intéressant, un magnifique paradoxe mis en place par votre pays.” Est-ce qu’il s’est rendu compte que dans un sens les choses semblent commencer à bouger ? Aller dans son sens, répondre à ses attentes. “Nous venons d’en parler, votre pays est très clairement en avance sur ses recherches et son utilisation de la nécromancie. D’une part le fait que vous soyez arrivé à ce niveau inclut forcément une grande notion théorique ensuite ce n’est pas pour la guerre que vous avez fait tout ça mais pour le pays. Un raccourci un peu rapide mais vous voyez où je veux en venir.”

    Il ne faut toutefois pas se mentir, le Reike est un pays majoritairement militaire, il suffit de regarder les différents diplômes proposés par l’académie, en dehors de la magie noire très peu concernent directement la magie. Et effectivement cet aspect là ne changera pas. Ou il faudrait des efforts humains et financiers hors norme pour espérer y arriver. Il m’a l’air de très bonne famille, et si sa famille a effectivement contribué au financement de l’académie c’est probablement encore plus vrai que ce que je pensais, mais il faudrait une fortune colossale pour arriver à de tels changements. Ce n’est pas pour autant qu’il n’existe pas de moyen de contourner un peu tout ça. Après tout, mon cursus s’appelle les pratiques interdites et elles vont souvent plus loin que juste l’utilisation de la magie noire. “Si vous me le permettez, je vais vous donner un petit conseil. Monsieur, derrière si vous pouviez faire semblant de ne pas entendre ce serait parfait.”

    Si mes souvenirs sont bons Drakstrang propose aussi sept formations, je ne sais pas exactement pour laquelle il se présente mais cette remarque devrait s’appliquer à n’importe lequel d’entre eux. “Ce n’est pas parce que votre vision des choses est différente de la leur qu’ils sont obligés de le savoir. Si vous savez ce qu’ils attendent de vous, rien ne vous empêche d’aller dans ce sens. Et une fois en poste, vous serez libre de donner les cours comme vous l’entendez, que cela leur plaise ou non.” Et si effectivement cela fait plusieurs années qu’il essaie d’enseigner ici il doit définitivement savoir ce qu’ils attendent. “Je pense que votre vision n’est pas mauvaise, d’un point de vue personnel je ne peux que la rejoindre, la magie est quelque chose de trop profond pour n’être utilisé que comme une arme.” Mais le Reike a, disons, un certain passif. Ils ont dû faire des choix, des choix cohérents et ils agissent maintenant en conséquence, en réponse à ces choix. Dans le même temps sa vision est intéressante, probablement assez juste (même si c’est quelque chose de subjectif) mais c’est toute une mentalité à faire évoluer.

    “Enfin, ce n’est pas la question. Dans un sens c’est un peu un conseil typiquement Républicain que je vais vous donner. Pas réellement typique mais assez adapté à une partie de mon pays.” Un peu trop même mais je ne vais pas rentrer dans les détails, ce qu’il se passe dans les coulisses de la République devrait y rester. “Mentez. Ce n’est pas éthique mais c’est au moins efficace. Mentez, dites leur ce qu’ils veulent entendre et une fois que vous avez ce que vous voulez alors apprenez aux générations futures à avoir un nouveau point de vue sur tout ça.” Et si jamais le ministre des armées vient à le défier pour avoir outrepassé son poste… Et bien il lui faudra sûrement être créatif, mais c’est aussi ça la magie. Savoir l’utiliser et savoir créer des situations propices à son utilisation. “Gardez en tête que c’est juste un conseil. Même pas, peut-être même juste avez-vous juste entendu quelqu’un mentionner cette idée à voix haute. L’important dans tout ça reste votre vision des choses et à quel point vous pouvez être en accord avec vous-même. Et à quel point vous craignez les remontrances du ministre des armées.”

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum