DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Pancrace

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Veille de départ  I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La marche du vent d'acier
    Derniers sujets
    Mon Voisin Du DessusAujourd'hui à 15:20Nut Shidhi
    Le sens des prioritésAujourd'hui à 15:09Ben le Bouc
    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'ArdentAujourd'hui à 14:36Lyra Leezen
    [Challenge] Salut, ça va ?Aujourd'hui à 13:32Leif Brynjolf
    [Flashback] Le Pilon et le MortierAujourd'hui à 12:53Orion Yamveil
    [PA] Le Chant des RoncesAujourd'hui à 12:46Lune & Crow
    Killing in the name | Feat LeonoraAujourd'hui à 12:40Leif Brynjolf
    Le démon du masque [Ouvert à tous]Aujourd'hui à 12:03Erwin Staal
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 30 Jan - 17:19
    La descente de la façade de sa tour était toujours aussi rapide. Comme une araignée, ou bien un petit chimpanzé, elle se balançait avec entrain, un sac sur les épaules. Elle était vêtue en garçon ce jour, et comme d'habitude, en tant que génie du déguisement qui se respecte, seul un fessier un peu trop arrondit pouvait vraiment permettre de distinguer le garçon qui se cachait sous cette tenue. Et encore, avec un pantalon masculin beige qu'elle portait, c’était vraiment visible que pour l’œil d'un expert.

    Elle portait une chemise a manche longue entrée dans son pantalon, et bloqué par une ceinture de cuir de moyenne facture. Avec ses bottes d'équitations, elle avait une belle allure, qui donnait l'envie a la plupart des passants de détourner le regard. Si elle avait eu une rapière a la ceinture, elle aurait pu passer pour une noble en balade. Elle s’était enduite de ses lotions, comme d'habitude, et sa peau n'avait plus la moindre blessure, cicatrice, bleu divers. Elle était immaculée.

    Pour parfaire le tout, ses cheveux étaient enroulées en une longue tresse entourant sa tête, et dissimulé par un béret typiquement portée par des ouvriers masculins. C'est dans cette tenue qu'elle tomba sur les pavés et qu'elle s'élança en trottinant, ayant envie de combler le chemin le plus rapidement possible.

    Il était quasiment la même heure que lorsqu'elles s’étaient séparés une semaine avant. Et la réalité, c’était qu'elle ne pourrait plus la voir avant un moment une fois repartis. Sa prochaine mission avait été décidée, par ordre impérial visiblement. Difficile de savoir d’où venait une demande d'une telle autorité pour sa personne, mais a priori, elle était bonne pour partir vers la ville de Mael. Encore un coin du monde qu'elle ne connaissait qu'a travers les livres.

    Elle n'avait pas eu le temps d'envoyer un courrier a son amie pour la prévenir, et elle espérait ne pas la déranger plus que de raison, mais c’était sa dernière chance. Elle n'avait pas arrêté de la semaine, au rythme de sa journée avec Haz, de sa rencontre avec un certain homme, et une multitude de rencontre et de gestion administrative. Elle avait eu plus de travail que ce qu'elle avait crue.

    Personne ne lança de regard vers elle en arrivant devant la forge. Un garçon a la recherche d'une nouvelle arme chez l'une des meilleures forges de la ville. Rien de bien étrange. Elle se massa légèrement la gorge en avançant vers l'intérieur, ses yeux observant avec une avidité curieuse les alentours.

    - Qu'est ce que tu veux mon gars ?

    Elle sursauta, et découvrir un artisan nain qui était venu a sa rencontre, n'aimant visiblement pas avoir quelqu'un se promenant dans la boutique de sa maîtresse sans une bonne réponse. Elle l'avait vue de loin la dernière fois, et c’était lui qu'elle devait contacter d’après ce qu'elle avait comprit. Mais comme elle etait déguisée, elle avait envie de faire jouer l'effet de surprise jusqu'au bout.

    - J'viens de la part de ma maîtresse. Mademoiselle Steren. J'ai une commande a voir avec votre boss.

    Il lui jeta un coup d’œil un peu suspicieux, mais hocha la tête et lui fit signe de la suivre jusqu'au bureau de la blonde. Il y avait vraiment beaucoup de monde. Si ils étaient tous ses débiteurs après des aides qu'elle avait pu faire pour les sortir de la rue, ils devaient vraiment l'apprecier et ca lui donnait encore plus de pouvoir. Le pouvoir du peuple. Le nain tapa a une porte aprés lui avoir fait signe d'attendre. Elle n'entendit que des bribes de ce qu'il avait dit et rien de ce qu'elle répondit.

    - Steren, un gars qui vient de sa part.

    Puis il apparut a nouveau et lui fit signe d'entrée quand elle eu l'autorisation. Elle referma derrière elle et prit sa voix la plus grave, sans se retourner totalement pour ne pas qu'elle comprenne tout de suite grâce a la couleur de ses yeux.

    - Ma maîtresse m'a dit qu'elle avait hyper envie de vous voir, j'viens voir si c'est réciproque.

    Elle garda un air totalement neutre, mais elle avait intérieurement envie d'éclater de rire.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 375
    crédits : 3748

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Lun 30 Jan - 18:58
    Cyradil avait repris son train habituel à la forge. Les commandes étaient toujours aussi nombreuses et son absence n’avait absolument pas enrayé l’activité de la forge. La jeune blonde avait instauré un système qui pouvait fonctionner sans qu’elle ne soit systématiquement présente. Ses employés étaient suffisamment talentueux pour assurer le bon fonctionnement de la forge bien qu’ils ne puissent pas traiter certaines commandes très spéciales qui demandaient une expertise magique que le jeune liche était la seule à posséder. Parallèlement, Cyradil continuait son travail aux FMR, faisant toujours de son mieux pour aider les gens qui venaient s’y faire soigner. Comme promis, la jeune liche avançait toujours sur son projet d’onguent magique, surtout maintenant qu’elle avait trouvé quelqu’un de proche pour observer directement les résultats.

    D’ailleurs, en parlant de cette personne proche, Cyradil n’avait pas reçu de nouvelles d’Elia. Elle espérait que cette dernière allait bien. Peut-être était-elle déjà repartie pour d’autres aventures mais les deux femmes avaient promis de se revoir un jour. La jeune forgeronne avait tout le temps dont elle avait besoin donc elle pouvait attendre. Tout ce que Cyradil demandait était simplement que la jeune humaine ne l’ait pas oublié. Dans tous les cas, la jeune blonde avait profité pour mettre de l’ordre dans ses affaires et de se pencher sur un moyen de pouvoir grimper les échelons du pouvoir Reikois. Enfin, elle possédait sans doute l’une des plus grandes richesses de l’Empire mais elle ignorait comment elle pourrait s’approcher des hauts postes de l’institution reikoise.

    Son contremaitre vint la tirer de ses rêveries en lui annonçant que quelqu’un voulait la rencontrer. Il était rare que quelqu’un vienne directement la voir dans son bureau et seules les personnes dont elle y autorisait l’accès pouvaient la voir directement. C’est que Cyradil n’aimait pas vraiment exposer sa condition de liche à n’importe qui et préférait restreindre son cercle de connaissances proches au strict minimum. Un nom apaisa tout de même sa méfiance.

    « Un gars ? »

    Ca l’étonnait beaucoup connaissant Elia mais ce n’était pas impossible compte tenu de ce qu’elle avait hérité de sa mère mais elle se demanda un instant pourquoi la jeune femme ne s’était pas déplacée. La silhouette qui entra dans son bureau fit tomber toutes ses suppositions et lui apporta les réponses nécessaires. Quelle mise en scène tout de même. Cyradil était bord d’éclater d’un fou rire. Tranquillement, elle s’avança vers le « jeune homme », s’approchant près de lui avant de lui subtiliser son béret.

    « Vraiment Elia, tu pensais vraiment m’avoir avec un piège aussi grossier. Je ne doute pas que tes déguisements puissent tromper n’importe qui ne te connaissant pas mais n’oublie pas que nous avons passé toute une nuit ensemble. »

    Cyradil pouvait dire qu’elle connaissait ses formes quasiment par cœur pour l’avoir longuement enlacée pendant la nuit. Et puis, il y avait sans doute quelques signes qui ne trompaient pas. En fait, la jeune femme la reconnaitrait sans doute peu importe le déguisement que Elia porterait. Le masque tombé, la jeune forgeronne mit fin à la plaisanterie et l’enlaça chaleureusement.

    « Je suis très heureuse de te revoir Elia. Je pensais que tu étais déjà partie honnêtement donc je ne pensais pas te revoir de sitôt. »

    La jeune liche la libéra ensuite, l’invitant à s’asseoir dans un des fauteuils de son bureau. Celui-ci était d’ailleurs bien plus frais que le reste de la forge, ce qui devait plaire à son amie si elle se souvenait de ses réactions quand elles avaient passé la nuit ensemble. En y repensant, la jeune liche lui avait bien promis de jeter un petit coup d’œil à ses armes avant qu’elle ne parle et elle était heureuse de voir que Elia avait en quelque sorte tenu parole.

    « Alors ? Si tu es toujours ici, j’imagine que tu n’as pas encore été commanditée ? Tu vas bien sinon ? Tu as pu remettre un peu d’ordre dans ton héritage ? Je sais pas de combien de temps tu disposes mais je peux essayer de faire quelque chose pour tes armes ou te montrer comment je fais ? »

    L’engouement de Cyradil était visible sur son visage. Elle était soudainement prise d’envie de lui faire visiter un peu son quotidien mais aussi de profiter un peu de son amie avant que cette dernière ne parte. La nuit qu’elles avaient passé ensemble lui avait été très prolifique dans le sens où la jeune liche avait rayonné de bonheur. Aujourd’hui, elle semblait l’être tout autant.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 4 Fév - 10:47
    Elle fut un peu déçue, mais en même temps un sourire apparut sur ses lèvres. C’était vrai qu'une fois qu'on la connaissait, c’était plus difficile de changer de sexe sans utiliser des artifices un peu plus...extrêmes. Avec ses lotions et son maquillage, elle n'aurait pas été reconnue aussi aisément, mais en même temps, elle avait simplement voulue faire une blague, rien de plus. Elle fit semblant de grimacer, mimant la vexation.

    - Meh, j'suis censé être la pro du déguisement. J'pensais réussir a te tromper au moins au début...pfff...

    Elle avait même rougit un peu en entendant a quel point elle avait été analysé par la liche. C’était peut être aussi l’intérêt de ce qu'elle gardait sur son visage. Avec une vision réduite, elle avait sans aucun doute de meilleur capacités pour sentir ses autres sens. Elle avait eu des bloques d’entraînements les yeux bandés, ou le nez bouché, pour bloquer complètement l'un de ses sens.

    Sens qui fut de nouveau mit en utilisation quand la blonde se leva de son bureau pour venir l'enlacer. Sa peau fraîche et son odeur achevèrent de la faire rougir et elle eu simplement un sourire en passant les bras autour d'elle pour lui répondre. Elle resta silencieuse un petit moment juste pour apprécier l’étreinte avant de répondre.

    - Je n'allais pas partir sans venir dire au revoir alors que je t'avais promis, non ? Et en plus je ne sais pas quand je pourrais revenir te rendre visite, alors ca aurait été bete de rater cette occasion.

    Elle relâcha simultanément l’étreinte et accepta de s'asseoir dans le fauteuil en cuir confortable. Hum, elle devrait en acheter un pour sa chambre, il était mieux que la chaise dure sur laquelle elle lisait parfois quand elle n'avait pas envie d’être sur son lit. En même temps, tous le bureau reflétait l'argent, et le luxe. C’était simple, mais tous était de bonne qualité. Le moindre meuble devait avoir été fait a la main sur une commande sur mesure. Enfin, c’était ce qu'Elia imagina, en tout cas.

    - Chouette bureau, digne de la boss forgeronne.

    Elle sourit a nouveau. Tout en l'écoutant, elle passa son sac devant elle, qui émettait un bruit de ferraille. A l'intérieur se trouvait les quelques protections qu'elle portait, rarement, au niveau des jointures de ses coudes et de ses genoux, ainsi que ses deux poignards de bonnes factures. Elle n'avait pas prit ses aiguilles, ça restait un secret bien gardé de son entraînement, utilisant des techniques qu'elle avait mit elle même au point et qu'elle ne voulait pas partager.

    - Mon héritage ? Oh, tu parles de...ouais, j'ai fais deux trois trucs, mais c'est pas hyper important. Je compte pas changer mes habitudes. Je vais continuer a faire ce que je sais faire de mieux, et pour le reste, j'improviserais.

    Elle n'avait pas spécialement envie de commencer a trop réfléchir a comment gérer de l'argent qu'elle n'avait meme pas l'impression de mériter. Elle utiliserait l'argent pour payer les divers et nombreux employés et entretenir l'endroit. Peut etre que sa mere allait réapparaitre un jour, mais la connaissant, c'etait peu probable. A cette idée, elle baissa un peu les yeux et soupira intérieurement avant de profiter du changement de sujet pour redrésser les yeux.

    - Oui, je veux bien voir ce que tu peux faire. Oh, et pourquoi pas pour me faire une armure légére. Pas pour demain bien sur, mais si tu veux prendre mes mensurations et commencer a réfléchir d'ici a la prochaine fois. Ca pourrait etre chouette.

    Aprés tout, un jour peut etre elle aurait d'autres missions un peu plus de front. Elle devait etre capable d'avoir des protections adequats.

    - Et puis ensuite, j'ai toute l’après-midi et la soirée, si ca te dis de sortir un peu. J'ai tous mon temps.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 375
    crédits : 3748

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Sam 4 Fév - 17:17
    Visiblement, Elia n’avait pas vraiment apporté de modifications à sa situation, ce que Cyradil comprenait. Avec un voyage en préparation, il valait mieux remettre cela à plus tard. Le principal c’et que Elia allait bien et que cette dernière était venue lui rendre visite. Son amie lui informa alors qu’elle était libre pour la journée ainsi que pour la soirée. Pour l’instant, cela satisfaisait la liche mais au fond, elle aurait sans doute bien aimé passer une autre nuit en compagnie de la charmante humaine, le souvenir de la dernière nuit ne l’ayant pas laissée insensible. En tout cas, Cyradil aurait bien aimé profité une dernière fois de cette sérénité avant le long voyage de la jeune femme.

    « Une armure légère ? Oui, bien sûr je peux tout à fait t’en faire une sur mesure. Cela va me prendre un peu de temps mais c’est tout à fait possible. Comme tu le dis, si je prends tes mensurations, je pourrais parfaitement travailler dessus et faire en sorte que cela soit prêt d’ici ton retour. »

    Ce qu’elle lui disait pas, c’est qu’elle en ferait un cadeau. Pourquoi ? Et bien, Cyradil se disait que cela faisait toujours plaisir aux humains ce genre de choses. Il fallait juste trouver un évènement marquant pour le lui offrir. Une date d’anniversaire ou une fête du calendrier impérial ? La jeune liche trouverait bien au moment venu mais pour l’instant, elle voulait surtout faire en sorte que Elia puisse voyager l’esprit tranquille. La jeune blonde se leva donc et invita Elia à la suivre, refaisant le chemin inverse jusqu’à rencontrer son contremaître.

    « Lakhdar, je vais m’absenter pour la journée. Je te laisse t’occuper des clients. Pour les commandes spéciales, on fait comme d’habitude. »

    « Très bien madame, vous pouvez compter sur moi ! »

    Cyradil se dirigea ensuite vers l’arrière de la forge, dans une pièce où la jeune femme était la seule à pouvoir y accéder. A l’intérieur, était entreposé quelques armures d’excellente facture attendant leurs propriétaires. Certaines étaient faites de métaux rares tandis que d’autres étaient imbues de propriétés magiques. Plus loin, une autre pièce conduisait au cœur de la forge où Cyradil travaillait seule à la fabrication d’armes spéciales, façonnant les meilleurs minerais pour répondre aux demandes toujours grandissantes de ses clients.

    « Voilà mon antre si on peut dire ça comme ça. La partie visible de la forge sert à fabriquer des armes dites conventionnelles mais ici, je pratique ce que j’appelle de la forgemagie. Construire armes et armures imprégnées de magie, c’est ce qui a fait la fortune de la famille mais aussi la joie du Reike pendant la guerre. D’une certaine manière, l’équipement forgé par ma famille a activement participé à la victoire, ne serait-ce qu’un peu. »

    Elle invita ensuite Elia à lui présenter ce qu’elle voulait réparer. Malgré sa grande  expertise en magie, le talent de forgeronne de Cyradil était réel. C’était littéralement l’un des rares savoirs qui n’avaient pas été altéré par sa transformation car celui-ci ne se basait sur quasiment aucune base magique. Ella avait appris, à la sueur de son front, cette expertise si précieuse que son père a mis des années à lui transmettre. La jeune liche était à l’aise avec pratiquement toutes les pièces d’armes et d’armures. L’équipement conventionnel était pratiquement une routine à réparer pour elle.

    « Tu as besoin de quelque chose en particulier ? J’ai de l’ombral par exemple. Très utile pour absorber les rayons lumineux. Son plus gros avantage est sans doute le fait qu’on ne sue pas dedans à cause du soleil qui taperait dessus. Sinon de la chalcocite ? Quand on la fond avec du métal, elle a la particularité de rendre ce dernier particulièrement résistant. Peut-être pas idéal pour une armure légère cela dit… »

    Elle continua de fouiller dans ce qui semblait être des caisses plus ou moins grandes. Les différents métaux y étaient soigneusement entreposés mais il n’y avait là que la quantité nécessaire pour travailler. En réalité, Cyradil disséminait ses stocks à plusieurs endroits pour éviter de tout perdre sur un incident malencontreux ou alors un vol.

    « Hum…l’electrum sinon ? Mais pour quelqu’un qui est amené à maitriser la foudre, ce serait un peu redondant. Sinon, il y a le mithril. Très cher mais extrêmement résistant. Contrairement à la chalcocite, pour la même quantité, non seulement cela rend l’armure très résistante mais pour un poids relativement léger. Sans doute idéal pour une armure légère mais à toi de voir mais tu peux tout à fait rester sur du standard et décider bien plus tard, c’est possible aussi. »

    Par mesure de précaution, Cyradil avait fermé la porte derrière elles. Il faisait relativement chaud dans la pièce mais cette dernière possédait tout de même d’une arrivée d’air pour éviter que les rares personnes qu’elle conduisait jusqu’ici ne suffoquent.

    « Si tu veux, je peux rafraichir la pièce si tu as trop chaud, tu sais que ma sensibilité sur ces choses là sont différentes des tiennes. »

    Si Elia le voulait, il lui suffisait simplement d’user de sa magie de givre pour diffuser une aura de glace, abaissant la température de la pièce en quelques minutes. Enfin, si Cyradil voulait prendre les mensurations de sa compagne, elle ne voulait pas qu’elles soient importunées même si elle doutait que quelqu’un puisse les déranger.

    « Il y a un socle là-bas, si tu pouvais te positionner dessus, cela sera plus facile. Ensuite, tu me diras ce que tu as envie que je fasse au niveau de ton équipement que tu comptes emporter. Bon, sans doute pas de la reforge mais si tu as besoin de réaiguisage, de polissage ou de dérouiller des lames, fixer des armatures ou que sais-je encore, n’hésite pas. »

    Finalement, Cyradil sortit un bouquin puis l’ouvrit à une page contenant plusieurs tableaux composés d’une multitude de chiffres qu’elle posa à plat sur une des tables. Elle sortit également une toise en bois dont les bouts étaient recouverts de métal pour éviter l’usure ainsi que d’un ruban gradué pour mesurer les contours.

    « J’aurais besoin que tu te découvres jusqu’à la taille et il faut que tu écartes bien les bras. Je devrais te manipuler un peu pendant le processus mais ne t’inquiète pas, rien de méchant. Et personne ne viendra ici non plus, je suis la seule qui puisse accéder à cet endroit. »

    Vu ce qu’elles avaient partagé, Cyradil savait bien que Elia lui faisait confiance. Tout ceci n’était que purement personnel et son histoire l’avait trop profondément touché pour pouvoir lui faire quoi que ce soit ou de profiter d’elle. Non vraiment, la jeune liche était pavée de bonnes intentions.

    HRP:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 7 Fév - 19:25
    Visiblement la première étape de la journée allait etre un passage a l'intérieur de la forge. Elia eu un sourire en remettant son béret, retrouvant son coté très masculin. Quand Cyradil se leva, elle même sauta sur ses pieds en s'éloignant du fauteuil pour la suivre vers la porte. En ouvrant, elle etait redevenue homme, et seule son manque de pilosité faciale, que certains hommes pouvaient également avoir, aurait pu la compromettre dans cette tenue. Ou alors son bassin et sa chute de reins vertigineuse, mais qui était assez bien dissimulé dans cette tenue.

    Elle salua le fameux contremaître d'un bref hochement de tête avant de se diriger a la suite de la liche. Il faisait déjà chaud pour elle et ce n’était pas agréable. Mais il y avait une différence entre ça et l’insupportable. Elle était une guerrière entraîné a tout type de climat. Elle restait sereine, le souffle calme, le rythme cardiaque posé.

    - Tu n'avais pas mentis, il y a vraiment énormément de gens qui travaille ici. Pourquoi cet homme en particulier est il ton contremaître ? C'est en fonction de ses capacités en forge ? En gestion du personnel ?

    Assez intéréssé par cette idée d'avoir un chef des travailleurs, elle se rendit compte qu'elle ne savait meme pas si quelqu'un s'occupait de tous le monde en general chez elle. Il y avait une chef parmi les prostituées, qui s'occupaient de la gestion des « oreilles ». Mais pour le reste, elle n'en avait aucune idée. Elle le nota dans un coin de sa tete en continuant a la suivre.

    Elle s'arreta un bref instant quand la porte de l'antre s'ouvrit. Elle avait l'impression d'entrée dans un volcan, et c'etait sans doute voulu. Quel meilleur endroit pour façonner qu'un lieu de chaleur éternelle. Elle souffla, alors qu'elle sentit quasi aussitôt une ligne de sueur coulé le long de sa nuque, entre ses omoplates, jusqu'à ses fesses.

    - C'est vrai qu'ici...pfiou...ca tape. Tu utilises de la magie pour chauffer autant... ?

    Elle avait l'impression d’être revenue dans certaines ailes d’entraînements du dômes. La ou elle avait était façonné en étant poussé constamment dans ses retranchements. Elle avait vécu une semaine particulièrement éprouvante avec un élémentaire de feu dont elle n'avait pas envie de revoir le visage. La chaleur était véritablement un de ses points faibles.

    - J'veux bien un peu d'air...mais seulement si ca pose pas de soucis avec l'endroit...j'suis plus dure que j'en ai l'air, t'en fais pas pour moi !

    Mais elle restait une humaine avec toute les faiblesses que cela sous entendait. Face a la liche, elle n'avait pas le tier des résistances aux conditions météorologiques ou bien au froid et a la chaleur au général. Elle était vivante.

    - Ca fait beaucoup de proposition en tout cas...Déjà hum...ce tissu la ou on transpire pas...pas en armure mais...juste en vêtement de voyage, tu pourrais ? Ce serait parfait pour le désert.

    Elle avait écouté extrêmement attentivement, autant par respect que par intérêt. Cyradil avait une façon de présenter les choses clair, mais surtout, avec une passion qui lui donnait envie d'écouter et d'apprendre. C’était un univers ou elle n'avait que peu de connaissances. Elle savait Affuter ses lames, et avait apprit seule a entretenir ses aiguilles, rien de plus.

    - Pour le reste je ne sais pas trop. Je doute partir un jour a la guerre, ce n'est pas trop ma spécialité...et une armure va a l'encontre du concept même de mon existence. Être invisible. L'armure fait de moi une cible. Mais je suppose que ça pourrait toujours servir.

    Tout en parlant elle avait sortit ses deux longues dagues, ou plutôt, des poignards, qui faisait chacun un tout petit un petit peu moins que ses avants bras. De très bonne facture, mais rien de ce qui se trouvait dans cette pièce secrète de la blonde.

    - On verra les dagues après. Faut que je me déshabille ? Que le haut ? Généralement pourtant quand je vois un tailleur, c'est le bas, chez moi, qu'elle prend, en mesure.

    Son tour de hanche, tout particulièrement, etait un casse tete parfois pour faire des tenues équilibrés. Ça obligeait souvent la longueur d’être plus élevé et donc trop grande, il fallait donc etre au millimètres, pour que ca lui aille.

    - Enfin c'est toi l'experte.

    Elle commença a retirer son haut en se dirigeant vers le podium en question.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 375
    crédits : 3748

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Mer 8 Fév - 18:15
    « Lakhdar est mon meilleur forgeron. Son père était un nain qui maniait aussi bien la hache que le marteau. Comme il lui a appris les secrets de la forge, son fils s’est engagé auprès de moi, décidé à marcher sur les pas de son héroïque père. C’est quelqu’un en qui j’ai toute confiance et qui m’aide énormément quand je ne suis pas à Ikusa. Il gère pratiquement toutes les commandes en mon absence, ce qui me permet de décharger un peu de mon travail sur lui et d’avoir aussi un peu de temps libre pour me détendre ou simplement voyager. »

    Une fois dans le cœur de la forge, Elia n’avait pas rechigné à obéir à Cyradil, lui posant même des questions sur le reste de ses vêtements. A vrai dire, ce n’était pas nécessaire et la jeune forgeronne n’était pas non plus tailleur de métier. Il existait bien des protections pour les jambes mais vu le style de combat d’Elia, ce n’était pas du tout dans son profil de se surcharger de pièces d’armures. Cela dit, la chaleur commençait effectivement à peser sur le corps de la jeune humaine, un problème auquel Cyradil remédia directement.

    « Attends, je vais arranger ça. »

    La jeune blonde canalisa donc sa magie et la diffusa à travers la pièce. Cette dernière possédait d’ailleurs un système d’aération qui, s’il ne servait pas à la liche, était indispensable pour les potentielles personnes qu’elle aurait pu inviter ici. Initialement, cela n’avait pas été prévu mais Elia était spéciale alors elle avait bien le droit de venir dans cette pièce. Au fil des minutes, la chaleur se fit moins intense, contrebalancée par l’aura de givre qui émanait de la jeune liche. Cela lui coûterait sans doute un peu de mana mais si cela aidait Elia à se sentir mieux alors la jeune forgeronne n’en serait que plus heureuse.

    « Ce n’est pas nécessaire pour le bas. Je veux dire, je vais pas te faire une armure de plaques donc ça devrait aller. Tu sais…tu pourrais enfanter facilement avec un tel tour de hanches. Tu as un bassin vraiment large, ce qui est un plutôt vu comme un atout pour une femme. »

    Et oui, Cyradil était aussi médecin de formation alors elle pouvait également voir ces choses là aisément. Cela dit, il s’agissait là d’une simple boutade visant à détendre l’atmosphère et d’amuser Elia pendant qu’elle se tenait immobile. Cyradil s’activa donc, commençant par mesurer le contour de ses bras, puis de son cou pour finir par son tour de ventre. Elle plaça des toises de part et d’autre de celui-ci afin de prendre note de la largeur de son aine. La jeune blonde finit par l’endroit le plus délicat en passant le ruban autour de la poitrine de la femme, toujours en effectuant des gestes doux mais professionnels. De temps à autre, elle manipulait le corps d’Elia afin de s’offrir de meilleures prises de mesures mais le travail au complet n’avait pas pris plus d’une vingtaine de minutes.

    « Voilà ! J’ai tout ce qu’il me faut. D’ailleurs, je ne vois aucune trace de tes marques ? J’imagine que tu les couvres d’une certaine manière ? Je dois avouer que le camouflage est assez remarquable. »

    Son regard se tourna ensuite vers les dagues qu’elle saisit pour les mettre prêts du feu. Il n’y avait, à première vue, pas de réparation sérieuse à effectuer. Peut-être juste ramollir le métal pour retravailler la lame, mettre une protection contre l’oxydation puis effectuer un aiguisage en règle.

    « Pour ton armure, je pourrais faire ce que tu m’as dit. Je peux te proposer le cuir bouilli ? D’abord, tu me dis le nombre de feuillets que tu désires et ensuite je te montrerais le procédé. C’est assez marrant tu verras même si tu ne pourras pas assister à tout le procédé vu que tu dois partir bientôt… »

    Dans la forge, Cyradil fabriquait le cuir elle-même à partir de peaux de différents animaux qui peuplaient le Sekai. Selon l’esthétique, la résistance et les choix du client, elle adaptait le procédé pour satisfaire un maximum leurs demandes. Pour Elia, la jeune forgeronne créerait son armure à partir de peau fraichement extraite et traitée. La jeune forgeronne sortit un instant pour revenir avec une peau bovine de taille suffisamment grande pour couvrir le joli corps musclé de son amie. A l’aide des mensurations, Cyradil découpa suffisamment de peau qu’elle plaça dans un bac large contenant de l’eau.

    « Cette première étape est assez simple en fait. Il suffit d’acidifier l’eau et de rajouter un peu de sel marin et de laisser mariner pendant une demi-journée. Je sais, ça ne ressemble à rien pour l’instant mais je te promets que je te ferais une jolie armure. D’ailleurs, tu as une préférence pour la couleur ? C’est vraiment ajouté en toute fin de processus mais je préfère demander quand même. »

    D’ailleurs, Cyradil avait fini avec le corps de sa compagne pour l’instant même si elle restait intriguée encore sur certains aspects. Si son entrainement l’avait beaucoup musclée, c’était surtout sa part de féminité qui avait attiré la jeune forgeronne. Ca et sa personnalité totalement à l’opposé du quotidien de son métier.

    « Euh…d’ailleurs, tu peux te rhabiller maintenant. »
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 10 Fév - 17:22
    Bon, puisqu'il fallait visiblement retirer ses vêtements, alors soit. Elia observa derrière elle, l'endroit ou la porte était désormais fermé. Elle respirait mieux a présent, grâce a l'acte magique que la liche avait mis en place. Et d'ailleurs, elle s’était rapproché vivement de la source de fraîcheur, restant un pas a coté d'elle, respirant un peu mieux.

    - J'aurais du deviner que j'allais finir a poil, encore, avec toi...t'es douée pour déshabiller les gens.

    Tout en maugréant, elle retira son béret, avant de déboutonner sa chemise. Ses cheveux attachés autour de sa tète n’étaient pas gênant, et permettait a la forgeronne de la manipuler sans devoir les bouger a chaque mouvement. Elle ouvrit la pièce de tissu avant de retirer une manche, puis l'autre, révélant sa peau nu, totalement pure et dénuée de la moindre marque contrairement a la semaine précédente. Elle portait en guise de sous-vêtements deux bandes de tissu blanches la maintenant ainsi immobile. C’était vraiment dans un soucis pratique et pour éviter les frottements.

    - La bande aussi ?

    Visiblement, et elle soupira en la retirant. Elle était enroulé sur plusieurs tours et elle mit deux bonnes minutes a finir de totalement se déshabiller avant de monter sur le podium en question. Tout en grimpant et en écartant un peu les bras, elle manqua de s'étrangler.

    - Que..quoi ? Un b...tu te moque de moi !

    C’était plutôt vrai en fait. Elle avait un bas du corps fort, des jambes solides et puissantes, des bonnes cuisses, et comme elle avait dit, un bassin large parfait pour mettre au monde avec aisance. Mais c’était le cadet de ses soucis dans la mesure ou scientifiquement parlant il fallait un homme dans l’équation, et ce n’était pas demain la veille qu'un homme soit capable de s''approcher assez d'elle sans finir avec son poignard sous la gorge.

    - Raaah, et en plus tu me chatouille, tu m'énerves !

    Elle repensa a l'explication sur le nain, durant la prise des mensurations, en songeant qu'elle aurait aimé avoir quelqu'un de confiance comme ça. Puis quand vint le moment les prises semblèrent fini, elle se concentra a nouveau sur l'armure. Elle n'avait même pas eu le temps de lui proposer un restaurant, et de toute manière, la liche était totalement concentrée sur son œuvre.

    - Merci. Mes marques ? Oh hum, je fabrique moi même des cosmétiques. Pour mes déguisements, et ca en fait parti. Mais si j'avais du rester trop longtemps dans la chaleur précédente, elle aurait fini par couler et laisser ma vraie peau apparente, je pense.

    Elle préféra ne pas évoquer l'histoire des substances que la liche préparait pour ses marques. Ce n'etait pas le jour, elle n'avait pas envie d'en parler. A son retour peut etre, aujourd'hui, elle voulait profiter, simplement.

    - Oh, oui. Merci.

    Elle attrapa les bandes et commença a les enrouler autour de sa poitrine, comme précédemment. Elle écouta avec attention et intérêt le processus de création de sa future armure. C’était intéressant, mais elle aurait préféré le voir, et peut être même participer. Pour la prochaine, peut être ? Cette histoire de mithril avait piqué son intérêt.

    - Ce serait bien que je puisse la porter sous mes vêtements sans que ce soit trop visible. Ce serait top même. Ce serait possible tu crois ?

    Elle suivait les mouvements précis de la blonde qui continuait de s'affairer, sans venir trop prêt pour ne pas la déranger dans son œuvre. Elle était tellement précise et habituée qu'elle avait un peu de mal a suivre exactement les différentes actions. Il aurait fallut lui expliquer un peu plus précisément, mais ce n’était pas le moment, alors elle croisa les bras en s'appuyant contre le mur désormais frais, relié au système de ventilation.

    - T'es pas obligée de me faire ça maintenant tu sais, ca peut peut etre attendre ? Enfin, c'est vraiment gentil de ta part. Oh, tu dois me dire combien je vais te devoir, que je puisse prévoir le paiement d'ici la prochaine fois. Ca doit pas etre donné une telle expertise.

    Elle allait sans doute devoir préparer un gros sac, ou un coffre.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 375
    crédits : 3748

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Ven 10 Fév - 18:40
    Décidément, les mimiques d’Elia l’amusaient toujours. Cyradil l’aimait vraiment beaucoup. Cependant, la jeune forgeronne ne profita pas de la confiance que la jeune humaine avait placé en elle. C’était quelque chose de précieux pour la liche et le fait que Elia la lui ait accordée aussi vite la poussa à vouloir la respecter encore davantage. C’était plutôt fascinant de voir sa compagne suivre ses recommandations. D’une certaine manière, cela faisait beaucoup de plaisir à la jeune blonde et cela donnait également une certaine authenticité à leur relation qui poussaient les deux femmes à agir naturellement l’une vers l’autre.

    « Tu sais que je ne vais pas te manger. Je te respecte beaucoup Elia et je ne me permettrais jamais de tirer un profit d’une situation avantageuse. Je plaisantais pour le bébé. C’était juste pour te voir réagir. »

    Donc Elia fabriquait ses propres onguents ? C’était encore plus incroyable que Cyradil ne l’avait imaginé, elle qui pensait que la jeune humaine les achetait. La jeune liche avait donc bien fait de modérer la température avec sa magie. Cette dernière savait le sujet des marques sensibles et par expérience, Cyradil n’avait toujours pas évoqué son traitement. Tout comme avec Rizka, elle préférait que le sujet vienne naturellement de la part de son amie. Sa seule préoccupation était que Elia se sente bien. D’ailleurs, la jeune forgeronne ne l’empêcha pas de se rapprocher d’elle, comprenant la recherche de fraicheur que dégageait son aura.

    Pour la suite, Elia se tint simplement contre le mur tandis que Cyradil délivrait ses explications. Cette dernière était consciente que tout ceci n’était pas simple pour un novice mais elle ressentait le besoin d’expliquer à la jeune humaine comment son armure allait être confectionnée. En réalité, elle ne faisait jamais cela avec ses autres clients et travaillait de manière équitable entre ces derniers. Pourtant, pour Elia, Cyradil voulait s’appliquer encore davantage.

    « Oh ne t’inquiète pas, une armure ne se confectionne pas en un jour. Je vais juste traiter les peaux et les travailler pour avoir du matériel de base pour te la confectionner. C’est pour cela que j’ai pris tes mesures. Pour faire les bonnes découpes et fabriquer suffisamment de tissu. J’avais idée de préparer tout cela et d’attendre ton retour pour…l’assembler ? On pourra travailler dessus ensemble. Peut-être que tes nécessités auront évolué d’ici là ? Je vais te montrer un truc mais tu veux bien me tenir cela avant ? »

    Cyradil lui offrit une double couche de cuir superposé. La qualité de ce dernier n’était sans doute pas exactement identique que celle de sa future armure mais il s’agissait là d’une bonne démonstration pour que Elia comprenne où la liche voulait en venir. Elle se saisit ensuite de l’un des deux poignards de la jeune humaine et porta une attaque sur le cuir, le découpant net. Lame affilée ou résistance insuffisante, ce n’était pas vraiment important. L’objectif était tout autre.

    « Je peux te faire une armure que tu puisses porter en-dessous de tes vêtements mais le plus compliqué est sans doute de trouver un bon équilibre entre résistance et dissimulation. J’ai bien compris que tes tâches t’imposent d’être discrète donc je tâcherais de faire quelque chose qui te conviendrait bien. Il est, de toute façon, toujours possible d’entreposer des couches supplémentaires avant le tannage final. Je t’attendrais pour ça, ne t’inquiète pas. »

    Naturellement, la question du paiement finit par se poser. A vrai dire, la jeune liche était un peu prise au dépourvu mais elle avait toujours un moyen pour éviter que Elia ne lui verse la moindre pièce d’or. Après tout, elle avait toujours agi de la même manière avec tous ses clients et était très méthodique dans ses transactions.

    « Inutile de me payer pour l’instant. Tu auras tout le temps de me régler quand tu reviendras et que tu auras estimé le produit final. Je veux être sûre que le client soit satisfait avant de payer. Je me sentirais mal d’accepter de l’argent pour une armure ou une arme mal confectionnée. »

    En réalité, cela n’était jamais arrivé. L’expertise de Cyradil en matière de forge était reconnue et bien que son discours contenait essentiellement du vrai, c’était surtout parce que la jeune liche avait la volonté de garder la surprise. A proprement parler, la jeune blonde n’avait jamais offert de cadeau à quelqu’un. Certes, elle avait déjà fait des donations mais jamais de présent venant du cœur ou quelque chose qu’elle avait elle-même confectionné pour quelqu’un. Cyradil était donc simplement désireuse d’offrir son premier cadeau à son amie.

    « En ce qui concerne tes lames, je ne vois pas d’anomalies sur le métal. Cela se voit que tu en prends soin. Je vais juste réaxer la lame pour qu’elle file droit et aiguiser le fil mais pour ça, il faut un peu ramollir le métal. Tiens, tu veux essayer ? »

    Cela pourrait être marrant de superviser quelqu’un. En y repensant, Cyradil n’avait jamais eu l’idée de former un apprenti-forgeron. La plupart de ses employeurs étaient des gens expérimentés qui avaient travaillé avec son père. Quoiqu’il en fut, si Elia acceptait, Cyradil lui demanderait simplement de se placer devant le feu de la forge devant lequel était posé une enclume.

    « Prends un de tes poignards et plonge la lame dans les flammes. »

    Naturellement, Cyradil se plaça derrière son amie, prenant la main qui tenait le poignard dans la sienne afin de réguler le temps de chauffage de la lame.

    « Voilà, tu peux la retirer. Mets la sur l’enclume et donne des coups sur les bords. Ils sont doublement effilés n’est-ce pas ? »

    De nouveau, Cyradil saisit son autre main, lui demandant d’empoigner le marteau pour battre le fer. La jeune forgeronne fit quelques démonstrations avant de laisser Elia faire puis la jeune blonde continua seule afin de réaliser les finitions ainsi que les étapes délicates de refroidissement après les chauffages successifs. Elle termina en aiguisant les poignards sur une meule puis s’occupa de redonner un éclat au métal en les polissant puis en ajoutant une couche anticorrosive.

    « Et voilà ! Aussi neufs qu’à leurs achats ! Bon, peut-être que ça ne vaut pas une lame forgée depuis le début mais au moins, tes poignards peuvent s’offrir une seconde jeunesse. Tu feras attention, ça coupe vraiment fort mais j’imagine que c’est le but recherché ? »

    Cyradil esquissa un sourire, visiblement très heureuse d’avoir pu partager un peu de sa passion en pratique avec quelqu’un. Si Elia n’avait pas d’autres équipements à lui présenter alors cela signifiait que la forgeronne était libre. De toute façon, elle se serait arrangée pour se libérer même si elle était occupée. Une journée avec Elia était trop précieuse pour que Cyradil se permette de la gaspiller.

    « Hum…tu avais prévu de m’emmener quelque part ? Tu sais Elia, il faudrait qu’on profite un jour des évènements nationaux organisés par le Reike pour y aller ensemble. Je pense aux festivals par exemple…Quand j’étais petite, mon père me faisait visiter les stands et parfois il y avait des jeux vraiment amusants mais je n’ai jamais eu l’occasion d’essayer. Ce te dirait d’essayer un jour ? »

    Cyradil était sincère. Il y avait beaucoup de choses qu’elle voulait tester dans sa nouvelle vie de liche mais elle ne s’était jamais imaginée pouvoir le partager avec quelqu’un. Au fond, elle espérait vraiment que Elia accepte autrement sa demande serait vraiment embarrassante.



    Veille de départ  Cyradi15
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 11 Fév - 22:21
    Quand Cyradil répondit très sérieusement en évoquant le fait qu'elle la respectait énormément, Elia leva les yeux au ciel. Elle était bien trop sérieuse. La reikoise n'avait pas dit ça sérieusement et ca ne l'avait pas vexée ou inquiété. Elle leva la main sur le moment, et mit une petite pichenette sur le front de la blonde en souriant.

    - Arrête de t'excuser, je sais bien. On a le droit de se faire des blagues sans avoir peur de se vexer ou d'insulter l'autre nan ? J'aime bien rire, moi.

    Elle la laissa finir son inspection corporelle, prendre ses notes, et se rhabilla. En effet, elle avait raison, on ne faisait pas une armure en si peu de temps. Elia s'en doutait. Et l'idée de participer a la conception etait tentante. Elle avait juste un peu peur d'etre un poids et de faire perdre du temps a son amie. Pire encore que du temps, si elle abîmait des matériaux cher, elle allait s'en vouloir. Pas pour le prix, mais pour la difficulté a les acquérir.

    - Comme ça ?

    Elle effectua la démarche que la blonde lui demanda de faire pour son poignard, et plongea la lame dans les flammes. Elle sentit la chaleur venir lui lécher les doigts et se retint a la première sensation de chaleur de lâcher la garde de l'arme dans le feu. Elle la retira rapidement dés que Cyradil le lui indiqua. Peut etre que la liche n'avait pas de soucis, mais pour une humaine comme elle, c'etait un peu suicidaire de travailler la sans équipement. Elle attrapa le marteau et commença son œuvre.

    - Tu préfères ça ou apprendre la magie ? Je veux dire, c'est tellement..hum...tellement différent...ah...pff....encore un coup...enfin je veux dire...ah, un coup par la...je veux dire que c'est compliqué de faire les deux a la fois ? Maintenant tu as le temps, mais avant ?

    Finalement, les couteaux avaient retrouvés de leurs éclats. Ca restait des armes assez basiques, mais ca irait pour le peu qu'elle avait a s'en servir. Elle n'avait pas tué beaucoup de monde au final, depuis qu'elle avait commencé, et sa premiere mission. Elle avait au final eu plus d'assassinat pour « l’entraînement ». Mais quand elle avait eu besoin de ses armes, elles avaient été prete pour elle.

    - Hum ?

    Elle se retourna vers Cyradil, analysant ce qu'elle venait de dire. Un festival. Oh, oui, c'etait vrai que ca existait. Ça faisait combien...quinze ans depuis la seule fois ou elle avait pu en visiter un ? C’était durant les deux premières années après son adoption. Elle avait prit l'habitude de s'enfuir et faisait partie d'une petite bande de gamins. Elle avait profité d'une de ses fugues pour se balader au milieu d'un festival dans Ikusa. Elle n'en gardait pas beaucoup de souvenir.

    - Ca pourrait etre chouette, mais j'avoue que je n'y connais rien non plus. Et encore moins quand ils ont lieu. Je ne sors pas beaucoup, ahah.

    Elle avait dit ça sur le ton de l'indifférence mais ce n'etait pas le cas. Elle etait un peu triste d'avoir raté autant de chose, et d'avoir eu sa jeunesse un peu volée par l'entrainement. Elle etait contente de ce qu'elle etait aujourd'hui, mais avait beaucoup de choses qu'elle aurait voulu essayé. L'amour, les balades, les amis. Elle avait beaucoup a rattrapé.

    - Quand a un endroit...je m’étais dis qu'on pourrait commencer par un bon restau. Il y a bien ce grand restau populaire, mais ils acceptent que les couples. Tu sais, celui au croisement de la rue des maraudeurs.

    Un des axes populaires de la ville, et son restaurant tout particulièrement, ou les couples les plus célèbres de la ville venait pour se faire voir. Des politiciens, des membres des familles nobles, des artistes celebres...meme les Republicain venaient parfois, mais il fallait une bonne recommandation pour entrer la sans tatouage.

    - Il paraît que c'est super bon. Au pire je me déguise en mec encore, avec un costume que mettent ces politiciens. Et toi une robe de princesse. On dira que je t'invite pour notre premier rendez-vous galant, huhu.

    Elle s'étira. Malgré la fraîcheur, elle étouffait quand meme un peu, habituée a vivre dans une tour avec beaucoup de fenêtre, ou tout simplement a avoir apprécié la vie en exterieur, depuis quelques mois.

    - On peut trouver un truc plus calme aussi. Oh, et je peux aussi te faire des trucs a manger si tu preferes. Pour cet aprem...on peut en discuter en mangeant.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 375
    crédits : 3748

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Dim 12 Fév - 10:02
    Elia se débrouillait vraiment bien. Dans sa passion, Cyradil avait carrément oublié la condition humaine de sa compagne qui luttait pour ne pas se brûler les mains. Soucieuse, la jeune liche lui avait alors pris les deux mains, diffusant un peu de sa glace et de sa magie de soin élémentaire pour apaiser la sensation d’échaudement.

    « Oh ! Excuse-moi, j’étais tellement prise dans mon explication que j’ai oublié de te donner des gants ! Euh…hum…Comme ça, je dirais la magie. Mais à force de pratiquer, j’ai commencé à aimer la forge. Ces sessions d’apprentissage avec mon père étaient les seules fois où j’avais pas le nez plongé dans les bouquins. J’ai surtout appris quand j’étais jeune mais après j’ai plus pratiqué pendant plusieurs décennies, mon père étant largement capable de s’occuper de la forge tout seul. J’ai eu la chance de garder mes parents pendant longtemps alors quand ils sont partis…j’avais déjà pas mal d’années derrière moi. La reprise avait été un peu difficile mais tu sais, c’est comme n’importe quelle discipline que l’on a pratiqué pendant longtemps, ça finit toujours par revenir. »

    Les deux femmes en avaient donc terminé avec cette petite séance de tutoriel à la forge. Cyradil laissa s’occuper des affaires de la forge à ses employés et sortit de l’établissement en compagnie d’Elia. Sa proposition était plutôt audacieuse mais cela plaisait beaucoup à la jeune liche. Cependant, l’idée que sa compagne doive se déguiser ne lui seyait pas vraiment. Enfin, cela ne la dérangeait pas mais la jeune forgeronne voulait en quelque sorte que Elia puisse s’exprimer et puis, cela était toujours amusant de faire un peu rager les gens envieux ou les esprits étriqués par une morale archaïque.

    « Je n’ai pas de souci avec la robe de princesse personnellement mais ce serait dommage de cacher ta féminité ? Que je sache, les couples de même sexe ne sont pas interdits au Reike et les gens n’auront même pas le droit d’émettre un commentaire sur nous. Juste de se mordre les dents et de marmonner dans la barbe. Ca te dirait de mettre en rogne quelques nobles sans que ceux-ci puissent faire quoi que ce soit ? Et puis, c’est toujours marrant de renvoyer tous les opportunistes qui voudront nous offrir un verre ou nous proposer une danse. »

    Cyradil était une noble et donc cette dernière connaissait la pratique de l’étiquette qui incombait aux gens de son statut social. Néanmoins, elle aimait utiliser ses connaissances à son avantage en débusquant ceux qui voulaient profiter de son amabilité. La jeune liche était d’ailleurs d’une résolution ferme et il va sans nulle doute qu’elle ne quitterait pas sa partenaire du soir peu importe ce qu’on lui faisait miroiter.

    « Mais en attendant, il faudrait peut-être qu’on trouve quelque chose de plus présentable. Autant pour toi que pour moi d’ailleurs. Un petit tour chez le tailleur, madame ? »

    Tandis qu’elles avançaient dans la rue, Cyradil proposa son bras à sa compagne. Contrairement à leur escapade nocturne précédente, les rues d’Ikusa étaient encore bien remplies et leur couple atypique attirerait sûrement quelques regards. Rien d’offensant cependant, les gens se contentaient simplement de poser leurs yeux sur elles quelque instants avant de retourner à leurs occupations.

    « Quand j’étais petite, mon père m’a dit un jour qu’être pauvre était à la portée de tout le monde mais qu’il fallait apprendre à être riche. Bien sûr, il avait dit ça sur un ton de plaisanterie mais je me rends compte aujourd’hui qu’il avait peut-être un peu raison finalement. »

    En l’occurrence, Elia venait d’hériter d’une fortune colossale qu’elle devra apprendre à gérer. Cela incluait le fait de pouvoir se faire plaisir de temps à autre sans pour autant tomber dans l’extravagance.

    « Tu voudrais te laver quelque part avant peut-être ? Je ne voudrais pas que tu te sentes inconfortable. »

    Selon le choix d’Elia, le couple se dirigerait alors d’abord vers des bains avant d’aller choisir leurs accoutrements. L’idée n’était pas de passer des heures dans l’établissement, les deux femmes ayant déjà longuement profiter de ces derniers lors de leur dernière rencontre. Une fois requinquées, elles pénétrèrent donc chez un tailleur qui proposait une large gamme de tenues appropriées aux soirées de la haute. Malgré tout, Cyradil restait plutôt intègre en choisissant une robe de couleur argentée à dentelles à manches courtes. Sa généreuse poitrine lui imposait le port d’un soutien qui éviterait également que l’on voit ses anneaux en filigrane sur la robe. Le style de la robe laissait donc apparaitre les runes sur ses bras et ses épaules.

    Dans la cabine d’essayage, on pouvait entendre Cyradil chantonner doucement, signe qu’elle était très heureuse de pouvoir partager cette soirée avec Elia. La jeune blonde prit tout son temps pour s’habiller attendant patiemment que sa compagne ne sorte de sa cabine. Dans l’immédiat, c’est compliqué de voir quoi que ce soit avec son diadème sur les yeux mais Cyradil s’en apercevrait assez tôt. De ce qu’elle avait compris, la jeune blonde avait Elia pour elle pour toute la soirée, espérant encore au fond d’elle de pouvoir profiter d’une dernière nuit à ses côtés avant que la jeune humaine ne parte.

    « Alors ? Tu me trouves comment ? » Dit-elle une fois que Elia fit irruption hors de sa cabine.

    A sa tenue, Cyradil avait rajouté des bas en dentelle blanche assortis à sa tenue argentée. Elle avait toujours aimé se couvrir les jambes et trouvait le tissu particulièrement agréable. Leurs préparatifs avaient considérablement fait avancer la journée de quelques heures entre le petit bain express et le choix de leur tenue mais tout cela avait été calculé. En effet, une soirée où les températures étaient plus clémentes permettraient à Elia de ne pas se sentir étouffée par la chaleur. Cela prouvait encore une fois la considération que Cyradil avait envers sa compagne.



    Veille de départ  Cyradi15
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 14 Fév - 6:33
    Alors qu'Elia sortait dans la rue, elle songea en posant les yeux a l'opposée de son amie qu'elle n'avait sans doute pas le fond de sa proposition. D'une, certes, elle aurait bien voulu voir Cyradil vétue d'une magnifique robe. Mais le fait de s'habiller en homme était surtout une façon de se dissimuler et de ne pas se retrouver habillée en femme en public. Rien que de s'imaginer dans une longue robe, elle eu une rougeur au niveau des joues.

    - Je...je suppose qu'un couple de femmes ca...ca marche aussi.

    Fichtre, elle aurait du s'opposer totalement a cette idée. « Non, Cyradil, une femme comme toi ne devrait pas être vue en public en indécente compagnie de la sorte, tu as une réputation ! » Oui, ça aurait pu marcher. Enfin, elle l'aurait contredit, se serait montrée outrée sans aucun doute, mais ça aurait eu le mérite de laisser l'idée de coté. La, visiblement, elle n'allait pas pouvoir y couper.

    Alors elles étaient en route pour se rendre chez le tailleur. Madame. Elle ne se souvenait pas avoir déjà été appelé comme ça. C’était étrange. Mais elle avait vingt et un an maintenant, et n’était plus une gamine. Et puis c’était quoi de porter une petite robe, n'est ce pas... ?

    - Bon okay mais..un truc un peu discret quand même.

    Elle l'écouta lui faire la réflexion sur l'argent et elle grimaça un peu. Ca sonnait légèrement péjoratif. Il ne savait pas pour son pere, mais Cyradil n'avait pas l'air de vraiment connaître la rue. Il fallait parfois faire attention a ce qu'on disait, surtout ainsi en public. Elle lui prit le bras et se pencha en murmurant.

    - Fais attention a ce que tu dis dans les rues. Ce que tu prends pour de la bonté, certains pourraient le prendre pour de l'arrogance. Ne sous-estime jamais le peuple et son amour propre.

    Elle lui sourit gentiment, pour montrer qu'elle n’était pas agressive. C’était un conseil, absolument rien de plus. Elle ne voulait surtout pas que la blonde ai un jour un problème en ne contrôlant pas vraiment ce qu'elle disait. Et elle devait bien avoué que ca l'avait vexée. Malgré sa richesse désormais grandiose, elle se considérait comme quelqu'un de la rue. C’était la raison pour laquelle elle ne voulait pas trop utiliser son argent.

    - Non...ca ira. Allons nous habiller. On pourra prendre un bain ce soir peut etre, si tu veux.

    La boutique était grande. Ce n’était pas le tailleur du coin, et la moindre piece de tissu valait une fortune. Elia, un peu mal a l'aise, commença a parcourir les robes en présentation. Il y avait un peu de tout et la jeune femme aux cheveux sombres n'avaient pas vraiment d'idée de sur quoi aprtir. En posant les yeux sur la robe de Cyradil, elle fut prise un peu de court. C'etait vraiment une belle piece, et elle ne s'imaginait pas porter ça. Pas en tant qu'Elia, en tout cas.

    - ...Elle est magnifique, je suis sur qu'elle va t'aller a ravir.

    Alors que Cyradil disparut pour l'essayer, Elia continua a chercher, jusqu'à trouver une robe sombre, qu'elle pourrait faire disparaître sous sa cape au moins le temps de marcher dans les rues. Elle l'attrapa, mais ne l'enfila pas directement. Elle attendit plutôt que la blonde ai terminée. Quand elle sorti, elle manqua de s'étrangler.

    - Bordel de...

    Elle etait vraiment splendide. Une peinture vivante, sans aucune imperfection, la magie ayant effacée toute trace de ce qui avait pu etre un peu moins gracieux. La quasi totalité des hommes de la ville aurait tué pour une nuit avec elle. Ou meme une heure.

    - Ca va etre compliqué de passer aprés toi...

    Timidement, elle disparut a son tour dans la cabine que venait de quitter la liche. Il y faisait frais et c’était agréable, grâce au passage de la blonde. Elle retira ses vêtements masculins, allant même jusqu'au sous vêtements sobres, pour enfiler une culotte de soie noire, puis des bas de dentelles de la même couleur, assortit. Il fallait bien un minimum. Elle s'observa ainsi en agitant les doigts de pieds, faisant attention a ne pas percer le tissu.

    Elle enfila ensuite délicatement la robe, et essaya de s'arranger les cheveux. Elle etait normalement tellement douée pour tout ça. Pour s'habiller, se déguiser, modifier son apparence. Mais la, actuellement, elle se sentait juste extremement gourde et maladroite.

    - Hum...me voilà.

    Elle sortit timidement pour se présenter a son amie, dans sa belle robe sombre la mettant joliment en valeur sans que cela ne soit trop extravagant. C'etait aprés tout l'une des robes les moins chers de la boutique.

    La robe en question:

    - Bon ahum...Si c'est bon...On y va ?

    Sans attendre trop de commentaire, elle enfila des talons qu'elle portait avec talent, signe d'un entraînement réel, et qui faisant onduler sa silhouette, sans la faire départir de sa démarche si précise, que ne pouvait posséder que les professionnels. Elle se drapa dans une cape et rassembla ses vêtements dans un sac qu'elle mit sur son épaules.

    - Je prend tes affaires aussi ?

    Peut importe la réponse, elle s'en chargea, et bientôt, elles etaient de retour dans la rue. Avec tout ça, la nuit commençait a tomber. C'etait l'hiver aprés tout. Elle garda le silence un petit temps, et alors qu'elles avaient fait la moitié du chemin, ne pu s'empecher de poser une interrogation.

    - Je peux te poser une question ? Je me demandais...Ce truc sur ton visage...ce genre de...masque. A quoi cela sert il ?
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 375
    crédits : 3748

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Mar 14 Fév - 10:15
    Visiblement, la tenue de la liche plaisait beaucoup à son amie et il fallait dire que la forgeronne la trouvait ravissante également. Elia avait pris quelque chose de plutôt sobre mais d’assez élégant tout de même. La jeune blonde n’avait pas du tout mis la pression sur la jeune humaine pour adhérer à son idée et pourtant, cette dernière l’avait suivie sans aucune objection. Elles étaient bien parées pour y aller. Les deux femmes pouvaient bien faire un saut dans un établissement pour se faire pouponner mais pour Cyradil, cela n’était plus nécessaire depuis bien longtemps. Au mieux, elle s’essayait parfois à des rouges à lèvres mais sans plus. Tout comme sa compagne, Cyradil aimait bien s’habiller mais sans chercher à faire dans l’excès.

    « Attends, deux secondes, viens ici. »

    La jeune liche s’approcha de son amie et dégagea une mèche rebelle de son visage. Elle lui glissa ensuite alors une broche dont le motif représentait quelques feuilles de laurier de couleur noir qui se dissimulait bien dans ses cheveux et qui retenait alors la mèche en question. Cyradil trouvait que cela allait bien avec sa robe et que c’était assez discret pour ne pas trop se faire remarquer. En effet, la jeune blonde avait bien compris que Elia voulait faire profil bas et donc n’essaya pas de l’exposer davantage.

    « Voilà, maintenant nous pouvons partir. »

    Les chaussures de Cyradil étaient assez semblables à celles d’Elia à la différence que les siennes possédaient des talons assez bas. La raison est que la jeune liche était déjà élancée et que donc, il n’y avait pas d’intérêt à être perchée davantage si elle voulait garder un niveau de hauteur raisonnable avec sa compagne plus petite. Elle se laissa volontiers porter ses affaires. De toute façon, Cyradil n’avait pas vraiment eu le choix. Comme à son habitude, la jeune forgeronne n’avait aucun mal à se déplacer sans sa vue mais dans un souci de confort elle avait passé son bras en dessous de celui d’Elia.

    « Oh ça ? Il sert à cacher mes yeux. A vrai dire, je m’en servais pour aiguiser mes sens autrefois. Je l’utilisais quand j’ai commencé à apprendre les magies de renforcement. C’était utile pour aiguiser son sens de l’ouïe. C’est pour ça que je n’ai pas de mal à me déplacer même sans user de mes yeux. Enfin, aujourd’hui, c’est surtout parce que je ne fais pas vraiment confiance aux gens. Tu as déjà entendu parlé de la Driv’zafra ? C’est un mode d’esclavagisme qui consiste à utiliser des zombies en tant que main d’œuvre immortelle en les soumettant à une marque nécromantique qui les rend totalement serviles. Beaucoup de nécromants reikois sont dépêchés à Shoumei pour en capturer et les mener dans les mines au nord du Reike pour les y faire travailler. En principe, ce sont des zombies décérébrés mais parfois certains d’entre eux peuvent conserver une conscience dont le degré peut varier en raison de plusieurs paramètres. »

    Cyradil avait pensé à en parler aux hautes institutions du Reike mais y aller sans avoir un plan de repli au cas où cela se passait mal pouvait s’avérer imprudent. Elle préférait largement jouer la carte de la patience en attendant d’avoir davantage de ressources ou d’alliés pouvant l’aider.

    « Bref, ce que je veux dire c’est que je suis une mort-vivante. Ancienne humaine, fidèle citoyenne du Reike certes mais une créature de la mort quand même. J’ignore les tenants et les aboutissants de cette pratique mais tant que je n’en saurais pas plus, je ne dévoilerais ma véritable nature qu’aux gens en qui j’ai confiance. Mon corps est froid, mes yeux brillent d’un éclat inhabituel donc je préfère me cacher en attendant. Si j’étais encore à l’apothéose de mon savoir magique alors je n’aurais pas besoin de me fondre dans les ombres mais hélas, ce n’est plus le cas. »

    Les deux femmes arrivèrent ensuite au lieu proposé par Elia. L’établissement était plutôt luxueux et les gens avaient pour habitude de réserver leurs tables mais, fort heureusement, puisque le restaurant était réservé à la haute noblesse, peu de gens pouvaient vraiment se permettre d’y entrer. Au-devant de l’entrée, un homme costumé à la moustache impeccablement taillée les reçut dans la plus grande des politesses.

    « Je regrette mesdames mais le règlement de la maison stipule qu’il faut que vous ayiez un cavalier. »

    Cyradil souriait. Elle avait l’habitude de ces situations de conflit et semblait plutôt aimer ce genre de défiance. Elle savait que le portier ne faisait que son travail mais la jeune blonde ne pouvait s’empêcher de le titiller un peu.

    « J’en ai déjà un » Dit-elle en désignant Elia. « Cette ravissante femme me convient très bien et vous n’êtes pas sans ignorer les lois du Reike qui font que je suis tout à fait dans mon droit n’est-ce pas ? Ou alors, vous préférez sans doute que j’en touche deux mots à votre supérieur en lui disant que vous avez retenu de manière inappropriée la tenante des forges Ariesvyra ? »

    A l’évocation de son nom, l’homme s’inclina, se confondant en excuses tout en se saisissant de son registre d’entrée.

    « Mille excuses madame. Cyradil Ariesvyra, suis-je bête, comment ai-je fait pour ne pas vous avoir reconnu. Cette robe vous va à ravir, d’ailleurs. Tout est en règle. Vous pouvez rentrez mais avant, auriez-vous l’amabilité de me présenter votre chère compagne ? »

    Simple formalité. Il suffisait simplement à Elia de décliner son identité. Par-là, elle fit comprendre à la jeune brune qu’elle n’était pas obligée de donner sa véritable identité. Il s’agissait là d’un simple registre de recensement pour savoir combien il y avait d’invités et ainsi connaitre le nombre d’emplacements et de tables restantes.

    « Après, vous ma chère. » dit-elle en direction d’Elia après lui avoir proposé sa main.

    Une fois à l’intérieur, on pouvait ressentir une ambiance chaleureuse et on conduit rapidement les deux femmes à leurs tables. Il y avait des gens qui dansaient tandis que des musiciens s’occupaient de mettre l’ambiance. Elle reconnaissait quelques têtes et d’autres la reconnurent aussi. La plupart d’entre eux n’étaient pas vraiment choqués de la voir avec une femme. Beaucoup d’entre eux avaient été ses clients et ils savaient pertinemment que Cyradil vivait comme elle l’entendait et que, malgré leurs tentatives, il n’avait jamais été possible de la corrompre d’une quelconque manière. D’autres avaient fouillé dans son passé pour essayer de trouver un levier sur lequel faire pression mais là encore, c’était impossible. Non seulement son passé n’existait plus mais en plus, sa famille ne s’était jamais détournée des lois impériales, du moins jamais lorsqu’il s’agissait de manipuler les gens ou de tirer profit de leur faiblesse.

    « Ouf, enfin un peu d’intimité ! » Dit-elle lorsqu’elle fut assise à sa table. « C’est assez épuisant parfois de jouer de l’étiquette. J’ai l’impression de ne pas être moi-même. Alors que c’est tellement plus amusant d’être avec toi ! »

    Cyradil semblait avoir retrouvé son enthousiasme habituel. Là où elle avait agi avec une certaine froideur avec le portier, elle redevint plus chaleureuse avec son amie. Elles commencèrent donc leur soirée avec un petit repas. Pour la jeune liche, elle choisit un petit gratin de pommes de terre accompagné d’une salade mixte. Les commandes servies, le serveur leur annonça le plan de la soirée et demanda si les deux femmes voulaient y participer.

    « Un généreux mécène a offert d’organiser des jeux qui font appel à plusieurs aptitudes. L’arrière-cour a été aménagée pour organiser un tournoi de lancer de couteaux. Trois manches sur cible mouvante et marquée de divers points. Celui qui en emportera le plus, se verra offrir un cadeau. Toujours utile pour impressionnée son ou sa dulciné(e). Sinon il y a la vente aux enchères. Là encore, une activité très apprécié des grandes familles du Reike. »

    Il se pencha davantage vers Cyradil, comme s’il ne voulait pas être entendu.

    « Même si vous voulez mon avis, il ne s’agit là rien de plus qu’une bataille de fortunes. A celui qui allongera le plus de pièces ! Ou alors, si vous sentez l’âme d’une stratège, vous pouvez essayer les parties d’échecs ? Rien est obligatoire, rassurez-vous. La seule règle étant de ne pas participer au même jeu afin de ne pas doubler vos chances de gains. Cela ne serait pas très honnête vis-à-vis de ceux qui auraient décidé d’y engager qu’un seul partenaire. Dans tous les cas, la soirée se terminera sur la piste de danse ou chaque convive pourra inviter sa partenaire. L’avantage de tout cela me direz-vous ? C’est totalement gratuit grâce à notre généreux contributeur. Parait-il que son plaisir est d’observer les gens se confronter dans des épreuves telles que celles-ci. Nous vous annoncerons quand tout sera prêt. »

    Il se retira ensuite humblement, laissant le temps de réflexion aux deux jeunes femmes.

    « Qu’est-ce t’en penses Elia ? Il y a quelque chose qui te tente ? J’adore jouer aux échecs mais je ne peux pas vraiment utiliser mes yeux pour les raisons que je t’ai expliquées alors il faudra que tu m’aides si tu veux bien. »
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 16 Fév - 7:53
    - A...attends, pas trop trop vite !

    Elle marchait lentement, après s’être drapé dans sa cape pour dissimuler sa tenue, sa coiffure seule preuve apparente du fait qu'elle s’était faite un minimum séduisante pour ce fameux restaurant chic qu'elle ne connaissait que de nom. Le problème de vitesse tenait surtout du fait que, malgré s'etre souvent entraîne, elle n'avait pas eu l'occasion d'en porter depuis le bal. En marchant lentement, on avait l'impression qu'elle maîtrisait, mais si elle accélérait la cadence, ses jambes devenaient légèrement plus flageolantes.

    - Me faut juste trois minutes pour reprendre le rythme !

    Elle avait accepté le bras de Cyradil, et portait donc dans son dos un sac a dos remplit de leurs affaires a toute les deux, mélangés rapidement pour ne pas perdre de temps, un peu en boule. Ça aurait été bizarre un sac comme ça par dessus sa robe, mais avec la cape, ça faisait juste un peu voyageur.

    - Oh, je vois, j'ai eu des entraînements comme ça, les yeux bandés. Mais je ne savais pas que ce serait utile pour une magicienne.

    Elle se raidit un peu autour du bras de la blonde en entendant parler de l'esclavage et d'une méthode en particulier. Bien sur qu'elle connaissait, elle avait longuement étudier tous les types d'esclavages, ceux qui l'utilisaient et l'avait utilisés. Ce n’était vraiment pas un sujet amusant pour elle qui était déjà toute tendue. Elle avait été aux premières loges après tout, mais elle se garda bien de dire ça.

    - De toute façon si jamais il t'arrivait un truc, je viendrais te délivrer. Que ça me prenne trois jours ou trois siècles.

    Elle se tourna un peu vers la blonde en ralentissant et déposa un baisé sur sa tempe, avant de reprendre le chemin vers le restaurant qui n’était plus très loin. Elle avait dit ça un peu comme ça, a la volée, mais ce serait sans doute difficile si on lui supprimait ses émotions et sa capacité a réfléchir. Elle ferait son possible, elle pourrait meme demander de l'aide a Haz. Enfin, elle allait y réfléchir.

    - Oh, c'est ici, non ?

    En effet, elles étaient désormais devant le restaurant en question. Cyradil avait l'air a l'aise, Elia beaucoup moins a l'idée de se retrouver la dedans en tant qu'Elia, et non pas une tier identité qui la protégeait comme un masque. Elle laissa Cyradil prendre la parole et comme prévu, elles se firent refouler. Sauf que la liche ne se démonta pas, et utilisa son nom et sa verve pour forcer le passage. La reikoise ne pu s'empecher de rougir sous les compliments détournés qu'elle commença a recevoir, et finalement, elles furent a l'intérieur.

    - Tu n'avais pas besoin de me mettre autant en valeur, je suis pas si ravissante que ça.

    Elle lui avait murmuré ça dans l'oreille, toujours rouge. Quand on lui demanda son identité, elle bredouilla un vague « Eryah », sans donner de nom de famille. L'autre la regarda étrangement sans forcer pour en obtenir un, et trois minutes plus tard, elles étaient attablés. Elia posa le front sur la nappe, l'air exténuée.

    - C'est dans ces moments la que je suis contente de ne pas être née noble. Quelle horreur que tous ces...contrôles et ces ronds de jambes.

    Elle n'eut pas vraiment le temps de réfléchir a la suite, que son cerveau a peine laissé au repos du se concentré. Elle se redressa et prit une posture plus adaptée aux bonnes manières quand le serveur s'approcha pour proposer une série de jeux. Elia haussa un sourcil, un peu surprise.

    - On a le droit d'en faire plusieurs ?

    Visiblement oui. Il n'y avait pas de limitation. Si Cyradil semblait avoir envie de jouer aux echecs, Elia avait bien envie de voir ce que tous ces nobles savaient faire au lancé de couteau. Elle se pencha vers la blonde.

    - Allons aux couteaux, et en revenant on fera autre chose.

    Puis elle leva la main pour interpeller le serveur a nouveau.

    - Je représente la dame Ariesvyra au lancé de couteau, montrez moi la cible.

    Plusieurs des hommes également volontaire qui s’étaient levés se lancèrent des regard a moitié étonné, et plutôt confiant. Cette petite fille ne pouvait pas être bien dangereuse. Un des hommes qui connaissait visiblement Cyradil au moins de réputation se pencha même vers cette dernière, alors qu'Elia s'éloignait vers une piste ou se trouvait plusieurs cibles, et lui murmura.

    - Désolée pour votre compagne, ce n’était pas très intelligent de sa part.

    La partie débuta, le premier passa et s'en sortit de façon correcte. UN couteau vola, puis deux, puis trois, et quand les cinq furent lancés, il avait un nombre de point correct. Un deuxième, puis un troisième. Il y avait une dizaine de candidats, et quand ce fut au tour d'Elia, laissé en dernière, le premier du classement avait un certain nombre de point difficile a atteindre. On avait déjà commencé a l'applaudir et a lui proposer une coupe en guise de félicitation. De parfait gentleman.

    - Bon, c'est a moi alors.

    Elle prit les cinq couteaux et fit un sourire a la blonde. Elle songea qu'il ne valait mieux pas attirer l'attention et rata volontairement le premier lancé pour faire un quatre. Plusieurs gloussements dans l'assistance, alors qu'elle pu entendre un petit « pauvre dame Ariesvyra, voilà qu'elle va se faire humilier... ». Elia grimaça, n'ayant pas songer qu'elle pouvait avoir l'honneur de son amie entre les doigts. Elle lanca un regard noir a la personne qui avait dit ça, et lança les quatre couteaux simultanément. Ils vinrent tous se planter dans le centre de la cible avec élégance, la propulsant en tete du classement.

    - Yeah !

    Elle leva les bras en signe de victoire, faisant mine d'avoir eu un coup de chance. Elle revint aux cotés de son amie, en lui prenant les mains, après avoir adressé un sourire amusé a l’assistance.

    - Ma dame, cette victoire est pour vous ! J’espère mériter un tour dans votre couche suite a cette magnifique démonstration de la puissance de votre maison.

    Elle avait prit une voix un peu aiguë, et totalement exagéré, se retenant de rire en gardant un visage parfaitement neutre.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 375
    crédits : 3748

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Ven 17 Fév - 15:58
    Une fois les instructions données et les ventres pleins, les inscriptions pour les activités commencèrent. Naturellement, Elia choisit le lancer de couteaux en disant vouloir représenter la jeune blonde. Cyradil ne s’attendait pas à se genre de déclarations et elle ne voulait pas mettre de pression sur les épaules de la jeune femme. Elle décida de la laisser faire, lui accordant sa confiance. Il était assez compliqué de voir quoi que ce soit mais Cyradil n’eut qu’à demander l’aide d’un serveur pour lui décrire la scène afin de pouvoir suivre l’activité du mieux qu’elle le pouvait. De ce qu’on lui décrivait, Elia ne partait pas avec les meilleures chances de réussites et beaucoup d’hommes se demandèrent ce qu’une femme pouvait bien faire parmi les participants. Un homme osa même un commentaire sur sa compagne.

    « Prudence est mère de sureté mon cher. Vous ne devriez pas sous-estimer une personne parce qu’il s’agit d’une femme. Vous feriez une grossière erreur. »

    Et Cyradil avait raison. Si le premier lancer d’Elia avait raté volontairement sa cible, les commentaires du public éveillèrent une certaine hargne en elle et la jeune femme réussit tous ses lancers suivant, démontrant une adresse qu’on pouvait difficilement nier. De la chance ? Les gens n’étaient pas dupes. Il était statistiquement impossible d’avoir autant de chances sur quatre lancers et ça, certains l’avaient bien compris. L’un des compétiteurs s’approcha de la cible d’Elia et en tira un couteau, semblant l’examiner minutieusement, l’air pas très convaincu par ce qui venait de se passer. En effet, le tableau d’affichage lui avait valu une seconde place juste derrière la jeune brune. Pourtant, lui s’était appliqué sur tous les lancers, ce qui rendait la chose encore plus humiliante.

    Cette dernière vint alors fêter sa victoire en venant se saisir des mains de son amie. Cyradil était heureuse de se voir offrir cette victoire même si elle ne l’avait pas prévu. Elle aurait aimé voir le visage d’Elia dans son moment triomphant mais elle se contenta juste de son contact pour l’instant. Sans doute que des gens seraient jaloux de cette proximité, surtout que certains des membres ici présents lui avaient déjà fait des avances qu’elle avait refusé pour des raisons évidentes de désintérêt mais aussi de…compatibilité. Elle se pencha vers son amie pour ne pas se faire entendre.

    « Je suis très fière de toi, Elia. Dans ma couche ? Tu veux que je te chouchoute toute la nuit comme la dernière fois mh ? Ce sera avec plaisir. »

    « Je suis sûre qu’elle a triché ! »Vociféra alors quelqu’un dans la masse des participants. « Ces couteaux sont truqués ! »

    Ce petit moment intime fut interrompu par un homme visiblement très mécontent. Cela eut pour effet d’agacer légèrement la jeune blonde qui appréciait ces moments de complexité avec son amie. Mr. Goodwin était un homme influant ayant amassé sa fortune sur des générations de travail en joaillerie. Sa famille s’était constitué au fil des années de multitudes vassaux. Ces derniers allaient bien évidemment dans le sens de sa décision et bientôt des chuchotements se firent entendre. La salle était alors partagée entre deux idées. Celles qui pensaient que, d’une quelconque manière Elia avait triché, et ceux qui semblaient plutôt convaincus de sa performance.

    La cacophonie s’éleva au milieu de l’assemblée sous le regard malicieux de son instigateur. Soudainement, un bruit sourd se fit entendre au milieu de la salle, ce qui dispersa la foule pour laisser apparaitre celui qui l’avait provoqué. Il ne s’agissait rien de plus que l’instigateur des jeux, un richissime homme d’affaire du nom de Villar qui avait fait claquer un jet d’eau pressurisé depuis son doigt vers le ciel, d’où le tonnerre assourdissant. Celui-ci devait avoir la cinquante et était muni d’un costume noir ainsi que d’un haut-de-forme très élégant. Sa posture suggérait que ce dernier boitait légèrement, une séquelle des nombreuses campagnes menées par le Reike qu’il n’avait su soigner complètement. C’est d’ailleurs pour cette raison que le monsieur s’aidait d’une canne.

    « Allons messieurs. Nous sommes ici pour nous amuser n’est-ce pas ? Puisque le public ne semble pas apprécier de vous départager avec cette épreuve alors que diriez-vous d’un petit changement des règles du jeu. Miss Elia, vous semblez démontrer un talent indéniable dans la maitrise des armes blanches. Je vous donne l’opportunité de prouver à ces gens qu’ils se trompent en défiant Mr Goodwin dans un duel à l’épée. Le premier qui portera un coup fatal à l’adversaire sera déclaré vainqueur. Ne vous inquiétez pas, les lames seront enchantées pour que leur tranchant ne vous fasse aucun mal. Par contre, vous ressentirez la douleur à l’endroit vous serez touchés exactement comme si vous vous étiez pris le coup. Là, encore, cela ne sera que passager. »

    La proposition était plutôt surprenante mais c’était sans compter sur l’esprit joueur de leur hôte. La jeune blonde avait toujours les mains de sa cavalière dans les siennes et elle les caressa doucement dans le cas où Elia semblerait hésitante. Il ne fallait pas oublier qu’elle avait déclaré qu’elle se battait en son nom et que cela pouvait apporter son pesant de pression. Pour autant, Cyradil lui faisait entièrement confiance et trouvait la proposition de Villar simple et efficace. D’un air rassurant, elle leva la tête vers le visage de la jeune humaine.

    « Si tu veux mon accord, tu peux y aller. Amuse-toi et surtout, tâche de le remettre à sa place. »

    Goodwin n’était pas un mauvais bretteur. Loin de là. En tant qu’ancien capitaine de l’armée, le quadragénaire n’avait pas négligé ses acquis et avait continué à pratiquer. D’ailleurs, il avait toujours été très méfiant, ne voulant pas compter sur sa garde personnelle pour se protéger. C’était un homme puissant d’un bon mètre nonante et qui dépassa donc largement Elia en taille.

    « Ah et une dernière chose, il est interdit d’user de vos pouvoirs. Il s’agit ici de mesurer votre adresse au combat. Si vous l’un d’entre vous essaie d’utiliser une magie quelconque, je le saurais et vous serez immédiatement discrédité. » Ajouta le mécène.

    Dans quelle mesure Villar avait-il dit la vérité ? Personne ne le savait vraiment mais les quelques personnes ayant déjà participé à ses jeux savaient qu’il ne fallait pas prendre le personnage à la légère. Les cibles furent alors écartées et l’estrade fut suffisamment écartée pour laisser les deux bretteurs exercer leur talent. En supposant bien sûr que Elia accepte son défi…
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 17 Fév - 23:20
    Visiblement elle avait provoqué un petit effet au vu des discussions qui etaient en train d'enflammer la salle tout autour. Mais Elia n'en avait vraiment que faire, n'ayant qu'une idée en tete, retrouver Cyradil. Elle la rejoignit et en lui prenant les mains, lui fit sa petite phrase d'une voix bien forte pour que tous le monde entendre. Il fallait bien jouer le jeu, mais elle avait aussi envie de voir la réaction de cette derniere.

    -  !

    Elle manqua de s'étrangler. Ce n’était pas du tout censé se passer ainsi. Elle était censé détourné un peu le visage, lui dire qu'elle exagérait et sourire. Au lieu de ça, voilà qu'elle en remettait une couche. Pire, d'une voix mesurée, que seule l'humaine pouvait entendre, et qui voulait bien dire que ce n’était pas un jeu pour elle.

    - C...cesse donc voyons. Avec ta langue aussi libidineuse, je vais finir par te prendre méchamment au sérieux.

    Elle sourit un peu plus timidement, les joues rouges, mais n'eut pas le temps d'ajouter quoi que ce soit qu'elles étaient interrompu par un individu qui fit aussi se refroidir l'humaine. Elle se recroquevilla un peu émotionnellement, et son visage fut rapidement recouvert du masque habituel faisant disparaître toute réelle émotion qu'elle pouvait ressentir. Oser faire ça envers son amie, en public. Qu'il se moque d'elle etait une chose, mais qu'il mette en doute l’honorabilité de la famille de Cyradil, ça avait le don de l'agacer au plus haut point.

    - Espece de...

    Avant de pouvoir dire quoi que ce soit, l'organisateur sembla apparaître a nouveau de nulle, part, proposant une nouvelle solution. Elle était attrayante, mais en même temps, Elia avait un mauvais pressentiment. Pas pour elle, mais pour le fait que c’était au delà de sa personne, cette fois. Elle approcha le visage de Cyradil, parlant a voix basse.

    - Tu es certaine... ? Je n'ai rien a perdre moi...mais toi.

    Elia n’était connue de personne, et ce n’était même pas son vrai nom qui était connu ici. Cyradil en revanche pouvait perdre en réputation, et dans le commerce, ca faisait toute la différence. Mais elle semblait confiante, et encore plus, avait clairement une totale sérénité vis a vis des compétences de l'assassin.

    - Bon, ok alors. Dés que c'est fini, on va jouer aux échecs et ce sera toi qui décidera des coups. Et tu me regarde hein !

    Elle approcha et prit doucement l'arme a la main. Elle frappa deux fois avec aisance dans le vide, comme pour tester le poids et la ligne de la lame. Son adversaire fronça aussitôt les yeux. Il avait l’expérience de l'armée, et un mouvement pareil ne pouvait pas être prit a la légère. Quelqu'un faisant ce genre de test était forcément habitué a l'escrime.

    - Pas de pouvoir, y aller doucement, ok ok...

    Elle avait murmuré ça pour elle même, sans vraiment faire attention a qui etait assez proche pour entendre ou non. Elle prit une garde basique, qu'elle n'aurait absolument jamais utilisé en combat, et se retrouva avec la lame en avant, le bras dans le dos, le genou très légèrement fléchit, malgré que la robe était loin d’être pratique. Sa tenue lui donnait un clair désavantage.

    L'arbitre fit signe que les combattants pouvaient commencer, et l'homme ne se fit pas prier. Il bondit en avant, avec l'optique de jouer sur son endurance, de l'étouffer, de la dominer par la force et la taille, et de l'humilier. De montrer qu'un homme était bien entendu bien plus fait plus l'art du combat qu'une femme de taille modeste, un peu musclée sans plus, et portant une robe et des talons.

    La lame passa a quelque centimètres de son épaule, frôla le tissu. L'assistance poussa un petit cri de surprise. Elle l'avait déjà esquivée de justesse, il était fort ! Il recommença et encore une fois, elle ne pu pas parer, et évita un coup dirigé au foie de quelques millimètres tout au plus. Il eu un petit sourire confiant, elle ne semblait pas si habituée au combat, finalement.

    Il recommença. Encore et encore. Mais au bout d'une bonne minute de combat, alors qu'une première ligne de sueur roulait sur le front de l'ancien soldat, il etait clair qu'il était peu probable qu'elle ai évité absolument chaque attaque d'un ou deux millimètres a chaque fois, sans jamais parer aucun coup. Elle le faisait expirés. Le rouge lui montant un peu au joue, il se fendit d'une attaque plus ample, et dans un mouvement de rotation qui semblait plus appartenir a la danse qu'au combat, il frappa le vide et elle se retrouva dans son dos. D'un mouvement amusé, elle envoya sa jambe vers l'avant, et sa chaussure vola, lui frappant l’arrière de la tete, sous les rires de l'assistance.

    - Oups, qu'elle maladroite, pardonnez moi messire. La pression est si intense, j'ai eu un geste incontrôlable.

    Elle ne souriait pas cependant, pas le moins du monde. Elle se retenait de toute ses forces de le massacrer. Elle se souvint du lendemain de la soirée avec Cyradil. Quand elle avait été au château voir Haz, et qu'un garde lui était tombé dessus, bien déterminé a la tripoter dans une salle d'interrogatoire. Si la protectrice impériale n’était pas arrivée, elle aurait sans doute tuer l'homme dans une pulsion de haine incontrôlable. Elle ne pouvait absolument pas faire la même chose ici.

    Elle le laissa se retourner en mimant le manque de vitesse, le laissant encore frapper dans le vide. Désormais pied nu, elle pouvait bouger avec beaucoup plus de facilité. Elle para finalement un coup, après deux bonnes minutes de combat, mais plutôt que vraiment bloquer la lame, elle la dévia simplement. Elle aurait sans doute eu plus de mal a encaisser sa force de face, il était musclé, puissant, c’était évident.

    Elle n'avait pas envie de faire trop de dégâts a son amour propre, être trop humilié pouvait être encore pire pour son égo et poser d'autres soucis a Cyradil par la suite, alors elle le laissa simplement se fatiguer, déviant et esquivant sans jamais porter la moindre attaque.

    Elle jeta un œil vers Cyradil, essayant de décrypter l'expression de sa bouche, seule partie de son visage apparent, et voyant qu'il ralentissait, décida de finir de jouer. Elle le laissa entrer dans sa garde, la lame passant sous son aisselle, et elle lui infligea un violent coup de genoux sans aucune douceur dans l'estomac.

    Il devait se souvenir un minimum de ses mots, quand même.

    Il tituba en arrière, plié en deux, et elle le frappa du plat du pied sur le coté de sa cheville, son genou se dérobant sous lui. Elle envoya sa lame frapper son épaule, la pointe venant ensuite appuyé au niveau de sa rate, avant qu'un dernier coup du plat du pied ne le fasse tomber en arrière sur le dos, après plusieurs cri de douleurs. L'organisateur n'avait pas menti, c’était bien la vraie douleur.

    Elle avança calmement, se retenant a grand peine de ne pas lui écraser l'entrejambe avec hargne, et posa son pied plutôt au niveau de son sternum, appuyant légèrement pour lui couper la respiration, posant la pointe de sa lame sur sa pomme d’Adam.

    - Je suppose que j'ai gagnée.

    Personne ne fit le moindre applaudissement. Elle y était allé un peu fort. Le belligérant allait sans doute avoir rester couché pendant deux jours après ça. Il serrait les dents, tiraillés entre la douleur et la honte. Mais elle n'en avait pas fini. Elle se pencha et murmura quelques mots que personne n'entendit, malgré le silence de mort. Il se raidit et quand elle s'écarta, sans retirer son pied, il tourna la tete, toujours allongé, et bredouilla a grand peine, le plus fort possible dans sa situation.

    - Je me confond e...en...excuse et en ...honte...dame Ariesvyra, et ose espérer..que vous...me pardonnerez...

    Elia hocha la tête, retira son pied en le laissant respirer a nouveau, et planta sèchement la lame dans la zone de duel, dans le bois. Elle attrapa ses chaussures et revint vers Cyradil, sans trop savoir qu'elle expression adopter. Tous avais les yeux fixés sur elles, comme si le premier qui parlait aller subir le meme sort.

    - ...J'aurais du me retenir ?

    Elle lui fit un sourire timide. Elle n'avait pas transpiré une seule goutte.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum