DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Une visite surprise [PV Neera] InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    La mascarade de minuit. [PV Gwynneth De Evelune]Aujourd'hui à 0:23Gwynneth De Evelune
    Le feu de la forge. (Pv- Cyradil)Hier à 23:00Kilaea Sliabh
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirHier à 22:13Capitaine Saumâtre
    RP's de Mortifère [République]Hier à 17:47Abraham de Sforza
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 17:43Résiliente & Crow
    Echappée Belle [PV Kilaea]Hier à 16:46Kilaea Sliabh
    Validation des rps de KassandraHier à 16:30Kassandra Whype
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 12 Avr - 21:43
    Une visite surprise
    La sensation des pavés chauffés par le soleil sous ses pattes avait, d’ordinaire, un effet relaxant et apaisant mais ce jour-là, elle peinait à adoucir l’agitation qui lui hérissait la fourrure. Son bâton fermement serré dans sa patte griffue, Le Lupin renifla bruyamment et jeta un regard en coin aux quelques badauds qui l’entouraient. La plupart, les habitants essentiellement, étaient habitués à le croiser mais quelques visiteurs et touristes le fixaient avec de grands yeux, hésitant clairement entre s’éloigner rapidement et le dévisager.
    Habitué, il n’en fit que peu de cas et poursuivit son chemin, son autre patte antérieure prudemment refermée autour d’un parchemin qu’il tenait tout contre lui. Sa cape noire aux bords effilochés étroitement refermée autour de sa large carrure lui offrait presque l’équivalent d’un bouclier contre le reste du monde. L’agitation intense qui faisait rage sous son crâne le protégeait d’une grande partie de ce qui pouvait bien se dérouler autour de lui.

    Il lui était difficile de faire le tri entre les différentes émotions qui tourbillonnaient entre sa poitrine et sa tête, la joie et l'incrédulité se trouvaient cependant au premier rang. Elles l’étouffaient presque de leur intensité, au point que ne pas froisser le précieux papier s’avérait être un véritable effort de concentration. C’était presque s’il devait se retenir pour ne pas courir jusqu’à la demeure de son amie pour tambouriner à sa porte. Sa vive allure, cependant, trahissait indéniablement son impatience… Peut-être autant que sa queue qui, s’il n’y prêtait pas attention, battait l’air d’enthousiasme.
    Il n’avait eu que peu d’espoir lorsqu’il avait proposé sa candidature, pensant que sa stature d’étudiant ne lui offrait que peu de chances, surtout étant donné qu’il n’avait prouvé sa compétence que par le biais de ses Cursus. Certes, des réussites indéniables qui étaient tout à son honneur et avaient ravi son père, une satisfaction et une fierté qu’il chérissait au plus près de son cœur, mais la liste de ses succès s’arrêtait là. Du moins, à son sens. Peut-être s’était-il montré plus convaincant qu’il ne l’avait imaginé, peut-être qu’ils avaient vu en lui plus que ce qu’il pensait pouvoir trouver. L’idée était douce mais il n’y croyait qu’à moitié.

    La demeure de Neera enfin en vue, Aedel retroussa les babines légèrement, dévoilant à peine le début de ses crocs, avant d’abandonner toute prétention et d’accélérer nettement. La bâtisse, énorme, aurait pu l’impressionner s’il ne la considérait pas déjà comme sa seconde ou troisième maison aussi ne se gêna-t-il pas pour passer le portail où la plupart des visiteurs s’arrêtaient. Il s’approcha sans attendre de la porte d’entrée à laquelle il se retint de justesse de frapper sans restriction. Inspirant profondément, il toqua mesurément, sans empressement… Mais ne pu s’empêcher de trépigner d’impatience sur le perron, les oreilles dressées et attentives, prêtes à capter le moindre indice qu’Albus allait arriver pour lui ouvrir la porte.
    Les pas feutrés du majordome se firent entendre, fermes et assurés… instantanément, la présence familière d’Albus, même au travers de la porte, permit à Aedel de se ressaisir et de retrouver un semblant de stabilité, malgré la fébrilité qui continue de l’assaillir. Bientôt accueilli par l’élémentaire, le lycan inclina respectueusement la tête puis, levant la truffe vers l’apparent vieil homme, ne put retenir un petit sourire en coin sans pour autant dire un mot.

    Aedel, je présume que vous n’êtes pas attendu ?” s’enquit le majordome sans se départir de son calme habituel, son regard sévère détaillant le mage noir de la pointe de ses oreilles à ses larges pattes griffues.

    Habitué à l’accueil glacial d’Albus, le Lupin secoua doucement la tête avant de se frotter le coin du museau du bout des doigts, l’air mutin. Il est difficile pour quelqu’un dominant une autre personne de plus d’une tête de la regarder par en-dessous mais Aedel y parvint sans difficulté, l'espièglerie dansant dans ses yeux bleu clair.
    Secouant brièvement la tête, désabusé, Albus l’invita à entrer d’un geste du menton et d’un élégant mouvement de main ce que le Lupin s’empressa de faire. Il réalisa qu’il avait perdu le contrôle sur sa queue lorsqu’il entendit le son sourd et répétitif de cette dernière cognant contre l’un des meubles de l’entrée, s’attirant un haussement de sourcil distingué de la part du majordome.

    Veuillez me suivre, s’il vous plaît.

    Tentant de conserver une once de dignité, le Lupin suivit Albus dans les méandres de la grande demeure, dont il connaissait certainement la plupart des recoins. Il devina sans trop de difficulté où Albus était en train de le guider et sourit malgré lui, satisfait. En passant le seuil de la bibliothèque, il déposa un petit quelque chose sur la petite table qui se trouvait juste à son entrée.

    Je m’en vais quérir Miss Storm, je vous invite à patienter comme vous en avez l’habitude.

    Alors que le vieil élémentaire faisait demi-tour pour quitter la pièce, il s’immobilisa près de la petite table tandis qu’Aedel se rapprochait des rayonnages. L’humain s’empara de la petite pierre abandonnée par le lycan et l’examina attentivement, le visage impassible et  sa posture digne.

    "Danburite,” déclara Aedel d’une voix rauque, en guise d’explication.

    L’aspect singulier de la petite pierre qu’il tenait entre son pouce et son index ainsi que les résidus de terre logés dans ses petites irrégularités indiquaient clairement l’origine naturelle de la petite pierre.

    Remarquable,” murmura l’élémentaire avant de s’éloigner sans un mot de plus, emportant avec lui la petite pierre.

    Laissé seul, le Lupin leva la truffe vers les reliures de livres qui l’entouraient, inspira doucement les odeurs familières de vieux papiers, de cuir et d’encre, celles, reconnaissables entre mille, de Neera et d’Albus qui imprégnaient chaque recoin de la demeure, celle du bois soigneusement ciré, des tapis et tentures… Il relâcha lentement la tension qui s’était nichée dans ses épaules et baissa les yeux sur sa patte toujours serrée autour du parchemin qu’il avait emmené jusqu’ici, la raison de son empressement et de son agitation.
    Il jeta un regard aux fauteuils disponibles et ne put retenir un nouveau sourire. Fut un temps, il se serait consciencieusement installé dans chacun d’entre eux, roulé attentivement contre le moindre centimètre de tissu exposé et aurait quitté les lieux avec le sentiment d’une mission dûment accomplie. Il doutait qu’Albus lui dise un jour quoique ce soit, mais l’irritation sans méchanceté de l’élémentaire en voyant la couche de poils laissée non pas sur un seul fauteuil mais sur chacun d’entre eux avait un jour causé l’hilarité du jeune lycan et depuis l’idée lui traversait systématiquement l’esprit.
    CENDRES


    Noble de La République
    Noble de La République
    Neera Storm
    Neera Storm
    Messages : 530
    crédits : 1403

    Info personnage
    Race: Demi-titan
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t832-neera-storm-termineehttps://www.rp-cendres.com/t837-neera-liens#5839https://www.rp-cendres.com/t836-neera-storm-chronologie#5836
  • Sam 15 Avr - 18:32
    15 mars de l'an 4

    Neera se souvenait particulièrement de sa première rencontre avec Aedel. Invitée par Randulfr à dîner, l’homme tenait à lui présenter son fils, un tout jeune lycanthrope, qu’il avait racheté d’une arène crasseuse du Sekai. Pendant des années, l’enfant y avait été enfermé comme esclave, tel un gladiateur qui devait avant tout survivre et plaire à son public. Son père avait longtemps ignoré son état et avait dépensé de précieuses ressources pour retrouver sa progéniture. Maintenant que c’était chose faite, il l’avait ramené chez lui, et c’était déjà un bon début. Sauf que voilà. Le jeune loup ne connaissait que la violence. Le confort, le luxe, le bonheur d’avoir un repas chaud lui étaient interdits, ou en tout cas, il commençait tout juste à en prendre connaissance. Son esprit était vierge de toute connaissance, mais son paternel était certain qu’il pouvait rattraper son retard avec quelques bons précepteurs de la République. Ne vivait-on pas dans la meilleure nation du Sekai après tout ? Et n’avaient-ils pas Magic, leur prestigieuse Académie, qui pourrait accueillir cet jeune homme prometteur une fois qu’il aurait appris les bases élémentaires de l'enseignement ?

    Au début, Neera était restée assez silencieuse, ponctuant ses réponses de « hum », de « peut-être », et de « pourquoi pas ? » peu convaincus. Il fallait dire qu’elle était assez réservée sur cette boule de poil que Randulfr était si heureux de retrouver. Aedel était encore assez sauvage, à ce moment-là, mais il adorait déjà les coussins et s’était pelotonnés sur l’un des beaux fauteuils du manoir, en fixant ses yeux saphirs sur la Tornade et son géniteur. Il n’avait pas bougé tout le long de leur repas, quand bien même son père l’avait invité à les rejoindre à de nombreuses reprises.  En terme de sociabilisation, il y avait encore à faire… La professeure avait même cru entendre que le loup avait failli bouffer les doigts d’un de ses majordomes, quand l’un d’eux avait voulu récupérer l’assiette du lycanthrope.

    Tout ce qu’elle pouvait faire en l’état, c’était soutenir Randulfr et faire connaissance avec ce petit inconnu. D’ailleurs, le père du jeune loup lui avait spécialement demandé de l’assister dans cette tâche ardue, car il n’y avait pas vraiment de figure féminine à leur domicile. « Et tu sais enseigner mieux que personne », lui avait-il déclaré. Neera l’avait regardé d’un air peu convaincu, tant il y avait une différence entre donner ses cours et aider un gamin à bien vivre en société. Mais, d’autre part, ça avait été facile de trouver sa faille. Cet enfant adorait manger, et s’il avait les manières d’un rustre, il suffisait de savoir s’y prendre pour lui inculquer quelques leçons de civilité. Il voulait une glace ? Il en aurait une à condition qu’il utilise ses couverts pour manger son plat et son entrée. Il voulait un merveilleux ? Alors il devait lui prouver qu’il avait bien compris sa leçons du jour. De fil en aiguille, l’enseignante en était venue à passer régulièrement chez Randulfr, pour voir ses progrès. Peut-être que ça l’amusait, peut-être que ça la sortait de son quotidien, aussi. Puis, Aedel était venu une fois chez elle avec son père, et cela lui avait permis de faire d’autres expériences. Non, son piano n’était pas un objet sur lequel il pouvait sauter comme un fou, mais oui, elle pouvait lui montrer à quoi il servait s’il en avait envie. Et non, Albus n’était pas un punching-ball, et ça ne servait à rien de faire les yeux doux au cuisinier pour avoir des parts supplémentaires en plus.
     
    Lorsque la future Pléiade rattrapa son retard et vint à demander l’intégration à Magic, celle-ci lui fut accordée, et la diviniste se retrouva alors avec un curieux étudiant à gérer. Parfois trop jeune pour rester sagement sur place, elle se doutait néanmoins que le loup avait soif d’apprendre, et elle suppléa son désir en étant aussi exigeante qu’avec n’importe lequel de ses autres élèves. Point d’injustice dans sa classe, et Aedel comprit très rapidement qu’il ne serait pas là pour jouer, mais qu’il avait intérêt à bien travailler. La professeure veilla de loin à son intégration – puisque le jeune homme préférait garder sa forme animale presque tout le temps – et constata avec satisfaction qu’il s’en sortait bien  auprès de ses pairs. Bientôt, il termina son premier cursus et en entama un deuxième. Ne plus l’avoir comme étudiant direct la changea un peu, même s’il y eut bien quelques épisodes mémorables où le Lupin fonça dans son auditoire en plein cours parce qu’il devait absolument lui parler. Garder son calme et l’interrompre en même temps était alors un défi de taille.

    Avait-elle un jour imaginé qu’il puisse un jour remplacer le Dérangeant ? Non, pas vraiment. Elle imaginait bien la liche rester longtemps à sa place, mais l’enlèvement de Lucy avait rendu morose son ami, qui avait dès lors décidé d’abandonner son poste de Pléiade, pour protéger son diablotin. La place était vacante… Et s’il y avait beaucoup d’appelés, peu étaient élus. Pourtant,  Aedel avait toute ses chances – ça, elle ne le lui avait pas dit –, il fallait juste qu’il reste lui-même devant le Conseil d’Administration de Magic. La Dame leur pardonnerait bien ce vote en son absence, tant ces circonstances étaient exceptionnelles. De toute façon, ils mettraient vite la main sur la Présidente. En tout cas, elle l’espérait…

    Les lèvres légèrement plissées à cette pensée, Neera déposa le sac qu’elle avait préparé pour son voyage à Melorn. Elle venait tout juste de rentrer de son voyage dans le Nord, et la jeune femme était partagée. Etait-elle soulagée de rentrer ? Peut-être un peu. On ne pouvait pas dire que son périple avait été très calme.  Entre la tentative d'assinat d'Eliëndir et l'affaire liée à Nineveh, elle avait connu mieux. Mais bon, pour le reste, tout s'était bien passé.

    - Un jour, je devrais peut-être m’acheter quelque chose là-bas, plutôt que crécher à l’Académie de Melorn ou chez des amis quelques jours…

    Une réflexion comme une autre, puisqu’en l’état, Neera avait eu pour principal objectif de vérifier avec d’autres collègues érudits s’ils ne connaissaient pas ce qu’étaient cette fameuse Assemblée qui avait enlevé la Dame. En tous les cas, elle fut sortie de ses pensées par un léger bruit à la porte et Albus fit son entrée.

    - Neera ? Aedel vient d’arriver.
    - Aedel…? Ah, alors, il doit avoir plus des nouvelles sur son poste alors.
    - Il t’avait prévenue de sa visite ? fit l’élémentaire en haussant un sourcil.
    - Lui, me prévenir ? Un rictus déforme brièvement le visage de la jeune femme. Ne rêve pas, Albus. Il est ir-rat-tra-pable sur ce point. Enfin, dis-lui que j’arrive. Espérons qu’on ait enfin une bonne nouvelle dans tout ce cambouis.

    Les quelques jours, voire même les quelques semaines après la disparition de la Dame, Neera avait été une véritable tempête, au bas mot, mais si ses yeux lançaient des éclairs, elle avait agi avec promptitude et efficacité en convoquant la réunion des Pléiades. Loin de se contenter d’être assise sur son bureau, elle avait participé aux premières recherches, à commencer par la capitale elle-même. L’Université avait envoyé des agents un peu partout dans le pays, mais soit l’Assemblée avait su trouver une planque sans attirer l’attention, soit elle avait une puissante magie de dissimulation. Ou alors elle se déplaçait constamment. C’était une possibilité aussi.

    En tout cas, son ignorance l’irritait et c’était sa Pléiade elle-même qui lui avait conseillé de se renseigner auprès de leurs collègues de Melorn. Peut-être avaient-ils entendu des histoires sur ces fameuses Consoeurs ? Et puis, avait continué son supérieur, revoir des amis de longue date lui ferait du bien aussi. Ca la divertirait et la cité était un endroit sûr n’est-ce pas ? Aucune chance qu’il ne lui arrive des mésaventures là-bas. Vraiment aucune.

    Tu parles, oui. Au moins, la visite surprise d’Aedel lui offrait une distraction bienvenue, aussi la belle aux cheveux d’argent descendit d’un pas vif son grand escalier. Elle pénétra bientôt dans le salon, et son regard se posa aussitôt sur le lycan qui se promenait dans la pièce comme si c’était chez lui, au demeurant. Mais il était déjà venu tellement de fois ici qu’il pouvait la considérer comme une seconde maison aussi…

    - Aedel, le salua-t-elle d’une voix chaleureuse, et ses yeux replis d’intérêt montrait bien qu’elle était au courant de ce qu’il avait traversé aujourd’hui. Alors comment cela s’est passé ? Tu l’as eu ? Je dois t’appeler comment, désormais ?

    Un sourire malicieux était venu orner son visage, et elle ne tarda pas à reprendre la parole.

    - Albus va nous apporter du thé et… Je peux bien lui demander de préparer un petit quelque chose, peut-être. Histoire de fêter ça. Car tu as réussi n’est-ce pas ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 18 Avr - 9:31
    Le touffu avait abandonné son bâton contre l’un des rayonnages et s’était intéressé aux différents volumes qui occupaient les étagères, caressant parfois du pouce ceux qu’il avait déjà parcouru et affectionnait tout particulièrement. Pour certains, il en avait acquis un exemplaire pour étoffer sa propre collection, satisfait de pouvoir retrouver à volonté ces mots qu’il avait appréciés ou ces connaissances qu’il souhaitait vérifier.
    Il en avait ouvert l’un d’entre eux, parcourant des yeux les lignes qui y étaient inscrites, un discret sourire retroussant la commissure de ses lèvres noires lorsqu’il perçut la démarche familière de Neera descendant les escaliers. Dressant les oreilles et relevant la tête, Aedel se força à retourner à son livre. Il avait appris, avec le temps, que la plupart des gens trouvaient inconfortables d’être fixés du regard dès leur arrivée, comme s’il les avait attendu tout du long. Il ne se souvenait plus tout à fait de la qualité de ses sens lorsqu’il était humain, en savait suffisamment pour savoir qu’il se sentait sourd, aveugle et sans nez dès qu’il changeait de peau, mais la plupart ne pouvaient pas percevoir quelqu’un qui descendait les escaliers. Ou en tout cas pas avec autant d’acuité, probablement. Dans tous les cas, il fit mine de rester concentré sur le volume ouvert entre ses larges pattes bien qu’à l’intérieur, une petite tempête faisait rage, lui donnant l’impression de vibrer de l’intérieur.

    Il était d’un naturel patient et calme la plupart du temps, avait appris depuis belle lurette à chasser, c’était une occupation qu’il partageait régulièrement avec son père lorsque celui-ci enfilait sa peau de loup et laissait le naturel l’emporter dans sa course folle. Aedel avait traqué son lot de lièvres - lorsqu’il était plus jeune - et de biches, avait su faire preuve d’une patience à toute épreuve. Pour autant, cette fois-ci échappait à la règle et rester calme et immobile, jouer le jeu de la normalité relevait du défi. Son regard glissa sur le piano niché contre un mur, ce n’était toujours pas un jouet mais peut-être qu’il parviendrait à convaincre Neera d’en jouer. Il avait, après tout, une arme secrète qu’il gardait sous le coude pour les vraies urgences, il doutait que cela soit d’une grande utilité en temps de guerre mais il n’avait de toutes façons pas l’intention de foutre les pattes sur un champ de bataille. Pas s’il pouvait l’éviter en tout cas.

    Lorsque le son vif des pas de Neera et le craquement des escaliers devinrent difficiles à ignorer, le Lupin releva la truffe à temps pour voir la belle aux cheveux blancs passer l’encadrement de la porte.
    Poser les yeux sur elle avait toujours un petit quelque chose d’inattendu. Il en croisait des drôles sur le campus, des cheveux bleus, roses - peut-être qu’il envisageait un petit peu d’en faire de même parfois - ou verts, des extravagances qui parfois confinaient aux ridicules ou à l’exceptionnel. Neera… Neera c’était autre chose. Sa silhouette athlétique alliée à sa prestance naturelle et aux couleurs atypiques de ses cheveux et de ses yeux créaient un tout saisissant. Aedel se revoyait parfois, tout gosse, lorsqu’elle était arrivée pour la première fois chez son père. L’élémentaire faisait partie des premières personnes qu’il avait connues en dehors du cloaque où il avait grandi. Survécu, plus exactement. Autant dire qu’elle avait placé la barre très haute pour le commun des mortels et que la plupart souffraient de la comparaison. Il y avait toujours une petite partie de lui, toute gamine, qui s’excitait de retrouver une amie, une proche, quelqu’un qu’il connaissait et dont il ne craignait rien. Il savait pouvoir s’exposer sans hésitation, il savait pouvoir s’exprimer sans restriction et agir librement. Elle avait tout vu, il lui avait tout fait, il n’y avait plus rien à cacher.

    Ou presque, songea-t-il, en pressant sa langue contre l’arrière de ses crocs et ses molaires.

    La voix chaleureuse de l’élémentaire lui fit brièvement secouer la queue tandis que ses oreilles se dressaient, hautes et fières, sur son crâne, ses yeux bleus rivés sur elle. Il inclina légèrement la tête, ajoutant un bref mouvement de la main en salutation. L’un des avantages de ce corps couvert de fourrure était l’aisance avec laquelle il pouvait s’exprimer sans avoir pour autant à faire le moindre son. Son corps offrait un langage que les mots, bien que puissants, peinaient parfois à retransmettre aussi clairement qu’un simple geste.

    Le Lupin se racla la gorge, détournant brièvement le regard comme pour rassembler son énergie avant de parler, ou pour réfléchir à la façon de s’expliquer.

    Au final, il opta pour une autre idée et, sans en dire davantage, il lui tendit la lettre et lui dit le plus sérieusement du monde :

    Je n’avais que peu de chances…

    Il n’agissait pas tout à fait comme s’il était défaitiste mais pas exactement non plus comme s’il s’agissait d’une victoire, offrant une expression un rien plus neutre. Comme s’il cherchait à masquer sa peine ou sa déception.
    Il haussa une épaule, parvenant à paraître un rien déçu, comme s’il était incapable de masquer son dépit malgré tout ses efforts. Aedel  baissa les yeux, mâchonnant un instant sur sa frustration :

    Je pense que du thé et des douceurs ne seront pas de trop,” lâcha-t-il dans un soupir.

    Le lycan prêta l’oreille au son de la lettre prudemment dépliée par Neera puis lue, attentif au moindre changement. A la modification légère de la respiration de l’élémentaire, le Lupin releva la truffe, sa gueule exprimant une espièglerie qui aurait davantage eu sa place sur celle d’un renard et il éclata de rire, affichant finalement l’exaltation qui lui avait presque permis de voler jusqu’à la maison de son amie.

    Tu y crois, toi ? Ça n'a aucun sens !” s’exclama-t-il dans un rire stupéfait, écartant les mains comme pour la prendre à témoin de l’absurdité de la situation. Le Lupin s’approcha d’elle et tapota doucement du bout de la griffe la lettre qu’elle tenait toujours entre ses mains et leva les yeux vers elle, croisant les siens. “Je suis Pléïade des Pratiques Interdites,” souffla-t-il comme un secret, émerveillé et toujours un peu stupéfait.

    Derrière le bleu limpide de ses yeux tournoyait un tourbillon d’émotions et de pensées. Et s’il n’était pas à la hauteur ? Et maintenant, que devait-il faire ? Il avait, bien sûr, une idée des devoirs qui lui échouaient désormais mais… Et s’ils s’étaient trompés et qu’il n’était pas à la hauteur ?
    Le loup qui s’était dressé, fier et déterminé, pour exprimer ses convictions quant à sa légitimité au poste de Pléïade se trouvait toujours en lui, mais il était pour l’heure étouffé par le gosse qui avait grandi dans la boue à côté d’une vieille nécromancienne à moitié folle, incapable de compter, ignorant des choses les plus basiques que tout le monde prenait pour acquis. Les rares habits qu’il avait portés, alors, étaient ceux qu’il avait pu récupérer sur le cadavre de ses pairs.

    Désormais, il était responsable des élèves, de leur avenir, du bon déroulé de leurs études et de s’occuper de l’Université avec toute son attention, il aurait à se vouer corps et âme à sa protection. Bien qu’il soit “limité” aux Pratiques Interdites, il siégerait au Conseil d’Administration, échangerait d’égal à égal avec d’autres mages exceptionnels, avec la Dame elle-m…

    Son poil se hérissa malgré lui tandis qu’un frisson lui parcourait le corps. La Dame était portée disparue depuis bien trop longtemps. Il n’avait aucune légitimité à se lancer à sa poursuite, convaincu que d’autres étaient bien mieux équipés que lui pour la retrouver. Maintenant… son regard retomba sur la lettre… Maintenant, la légitimité, il l’avait, et elle lui ouvrait un sentier sur lequel il n’avait encore jamais songé à se lancer.
    Le Loup lui mordit le ventre et Aedel étouffa un grondement, conservant l’immobilité de ses babines dont les muscles tressaillaient d’envie de se retrousser. Il était peut-être un peu tôt pour considérer l’Université comme Sienne, un peu tôt pour estimer devoir protéger La Dame, un peu tôt pour perdre les pédales et se lancer dans une chasse folle. Et pourtant…

    Bien qu’inconsciente de l’utilité réelle de son enseignement, Neera lui avait appris des techniques d’apaisement pour garder son calme et garder contrôle sur lui-même. Cela venait certainement, sans aucun doute, de la puissance dévastatrice qui courait dans les veines de l’élémentaliste et du besoin de toujours garder le contrôle sur elle-même. Ces techniques, ces enseignements… ils étaient particulièrement utiles lorsque Le Loup se faisait plus bruyant, plus vindicatif.
    Il leva à nouveau les yeux vers Neera et dit d’une petite voix :

    Tu penses qu’on peut avoir des p’tits gâteaux ?
    Noble de La République
    Noble de La République
    Neera Storm
    Neera Storm
    Messages : 530
    crédits : 1403

    Info personnage
    Race: Demi-titan
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t832-neera-storm-termineehttps://www.rp-cendres.com/t837-neera-liens#5839https://www.rp-cendres.com/t836-neera-storm-chronologie#5836
  • Sam 29 Avr - 20:49

    Lorsque Neera descend et s’aventure dans son salon, tout proche de sa bibliothèque, son regard se pose bien vite sur le lycanthrope. Celui-ci s’intéresse apparemment à un de ses livres, mais la Tornade n’est pas dupe : elle sait que son ami l’attend, et que sous cette forme, il a pu entendre son arrivée. Le bouquin qu’il tient dans les mains n’est qu’un moyen de passer le temps, un tour de passe-passe pour ne pas que le professeur tourne en rond ou qu’il ne fixe la porte avec trop d’insistance. Une jolie délicatesse de sa part, quand on y pense.

    Cela étant dit… Combien de temps va-t-il garder son attitude calme ? La demi-titan le connaît suffisamment pour savoir que le lycan peut être un ange, mais elle sait aussi qu’il doit parfois faire des efforts pour se canaliser quand il est trop pris par sa joie ou son enthousiaste. Avec la belle aux cheveux d’argent, il peut s’exprimer sans filtres, au fond, et ici, il a toutes les raisons du monde d’exprimer son allégresse s’il a bien été choisi pour remplacer le Dérangeant.

    Mais contre toute-attente, voilà qu’il détourne la tête et la Républicaine lui lance un regard intrigué. Elle a bien vu qu’il la saluait avec joie – sa queue ne lui peut mentir, après tout – , pourquoi donc est-il silencieux soudainement ?  Est-ce que quelque chose s’est mal passé ? La diviniste n’étant pas une Pléiade, elle n’a pas participé aux votes du Conseil d’Administration ; pourtant, face à ses autres concurrents potentiels, Aedel avait ses chances. Se pourrait-il que ses collègues ait refusé de lui donner ce titre ? Ce ne serait pas la fin du monde, certes, mais connaître un tel échec, c’est parfois dur à vivre. D’un air un peu méfiant, Neera se saisit de la lettre qu’il lui donne. Le ton de son interlocuteur est neutre, difficile donc de dire s’il jubile ou s’il est déçu mais en temps normal, on n’adopte pas une telle attitude si on a réussi. En conclusion, ça pue, cette affaire. Mais la jeune femme ne dit mot pour le moment, se contentant de saisir la missive qu’il lui a donnée.  

    Quand l’enseignant suggère d’apporter du thé ou des douceurs, Neera hoche la tête d’un air distrait, trop concentrée sur le courrier qu’elle est en train d’ouvrir.

    - Oui, oui, on va en apporter. Ca s’est si mal passé que ça que tu pousses un soupir à fendre l’âme ?

    Son ton est préoccupé, mais quand ses yeux se posent sur la lettre et son contenu, sa respiration s’arrête un bref instant, elle écarquille les yeux, puis relève la tête vers son ami, qui, décidément, s’est bien joué d’elle. L'air du jeune loup est espiègle et elle comprend subitement que tout cela n’était qu’un jeu pour la tromper.

    - Espèce de sale … ! Beaucoup de choses se bousculent dans son esprit, elle voudrait féliciter son collègue, l’houspiller face sa petite blague – on ne rigole pas de choses si importantes !! –, mais finalement, après ouvert et fermé la bouche à une ou deux reprises, elle déclare :  Ne me fais plus un coup pareil ! Tu sais que j’ai vraiment cru que tu avais été recalé ?! Tu es incorrigible ! Elle a beau dire ça, le sourire qui illumine son visage trahit sa bonne humeur et son soulagement. D’ailleurs, Aedel ne cache même plus son exaltation non plus, quoiqu’il ne semble pas encore avoir réalisé l’honneur qui lui est fait. Peut-on lui en vouloir d’ailleurs ? Il faudra que tu t’y habitues vites, pourtant ! Dès demain, la chose sera officielle… Attends-toi à ce qu’on te regarde avec encore pluuuus de curiosité !

    Neera peut deviner, évidemment, les doutes de son ancien élève. Serait-il à la hauteur ? Parviendrait-il à lancer des projets à la hauteur de la réputation de Magic ? Saurait-il bien guider ses élèves ainsi que les professeurs qui dépendaient de lui ?

    - Ne t’inquiète pas, tu seras parfait. Bon, c’est sûr que tu auras un certain cachet comme le Dérangeant… Mais je suppose que toutes les Pléiades sont ainsi. Tu as déjà vu les professeurs avec qui tu vas devoir travailler ? Eloïse, par exemple ? Et quels sont les projets que tu aimerais lancer ?

    Mais voilà que les poils du loup se hérissent. Impossible que Neera en ait crainte, elle le connaît trop pour cela, mais cela veut dire qu’une sombre pensée vient de traverser son esprit.

    - Aedel... ?

    Son ton est cette fois nettement interrogateur, et la jeune femme penche légèrement la tête sur le côté. Qu’est-ce qui a bien pu l’interpeler d’un coup ? Mais l’intéressé change brusquement de sujet et demande d’avoir des petits gâteaux. Hum. C’est une diversion comme une autre, cependant Neera décide de se prendre au jeu.

    - Installe-toi, je reviens tout de suite.

    Il ne lui faut guère de temps pour revenir avec un plateau de petits desserts, doté par exemple de petits merveilleux, d’éclairs ou chocolats ou de minuscules boules de Liberty. Des tartes meringuées au citron se trouvent également sur le plateau, et l'enseignante pose ça sur la table basse du salon, avant de s’asseoir en face du lycanthrope. L'élémentaliste  a aussi dans son autre main une bouteille de champagne et elle sourit à la nouvelle Pléiade de Magic.

    - J’ai pensé qu’il fallait fêter ça dignement. Un champagne de l’an 0, ça être particulièrement savoureux tu ne penses pas ?

    La belle se permet de lui servir, puis elle lève son verre et trinque avec son interlocuteur.

    - Toutes mes félicitations Aedel. Je suis sûre que tu feras une Pléiade merveilleuse. D’ailleurs, quand on y pense, il est maintenant l’un de ses supérieurs dans la hiérarchie de Magic. Ne sois pas une terreur envers tes élèves, le taquine-t-elle. D’ailleurs, tu comptes continuer à leur cacher ton apparence humaine ? Et ton nom ? Quel est le nom que tu as choisi finalement ?

    Quand on devenait une Pléiade, on devait abandonner toute son identé derrière soi. Un pas qu’il fallait savoir franchir. C’était la Présidence elle-même qui s’assurait d’effacer toute trace de notre ancienne existence apparemment. Comment celle-ci s’y prenait, ce n’était pas son problème, par contre…

    - Tu as déjà prévenu ton père ? Je suis sûre que ta famille ne va pas en revenir.

    Mais ça accordait du prestige. Si les Ironsoul n’étaient pas les Goldheart, certains membres seraient bien contents de voir l’un des leurs s’élever à un si noble rang.

    - Est-ce que je dois craindre encore que tu débarques à mes cours maintenant ? La voix de Neera est malicieuse, pour peu elle lui ferait presque un clin d’œil. Mais le fait est qu’Aedel en est capable, s’il a une bonne raison d’aller la voir…
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 17 Mai - 14:59
    A l’affût du moindre changement d’attitude chez l’élémentaire, la gueule d’Aedel se fendit d’un énorme sourire, dévoilant ses crocs jusqu’à ses prémolaires dans son excitation. Sa queue reprit son mouvement de balancier régulier et excité tandis qu’il exultait, incapable de retenir toute l’énergie qu’il avait accumulé jusqu’à présent. Il sautilla jusqu’à elle, lisant la lettre par-dessus son épaule bien qu’à ce stade il la connaissait presque par cœur.
    Il s’attendait presque à recevoir quelques coups au moyen de la lettre fermement tenue par Neera mais elle n’en fit rien, elle se contenta de… perdre des mots, ajoutant à l’hilarité du touffu. Il ricana en s’écartant quelque peu, conscient que le danger n’était pas écarté pour autant et qu’il n’était pas à l’abri d’un petit coup de coude - bien mérité au demeurant.

    A ses reproches, il redressa la tête d’un air présomptueux, la considérant de toute sa hauteur, ses yeux pétillant de malice et de joie :

    Incorrigible peut-être, mais c’est bien pour ça que tu m’aimes,” lâcha-t-il, non sans une certaine dose de prétention.

    La suite pourtant, le fit retourner sur terre quelque peu, bien que la joie persiste au sein de sa poitrine et de son ventre, comme une boule de feu crépitante d’enthousiasme. Il haussa une épaule, affectant une nonchalance qu’il était loin de ressentir.

    Ils finiront bien par s’y faire, comme ils ont plus ou moins réussi à se faire à… ça,” acheva-t-il avec un geste général en direction de sa gueule lupine et de son apparence en général.

    Il y avait encore beaucoup de chemin pour que tout soit parfait, et ce ne le sera probablement pas. D’autant que chaque nouvelle fournée d’élèves remettait les compteurs à zéro et que l’accoutumance prenait à nouveau un certain temps, pour ne pas dire un temps un certain. Lorsqu’elle avait lieu tout court, ce qui n’était pas toujours garanti.
    Pour autant, la pensée de la disparition de La Dame vinrent obscurcir ses pensées et troubler le chemin plus joyeux jusqu’alors. La réalisation que sa nomination allait entraîner quelques nouvelles difficultés venait juste de lui chatouiller la truffe. Sa tendance à vouloir protéger, préserver, ce qui lui appartient, ses instincts les plus basiques et les plus violents relevant le nez pour présenter une forêt de crocs menaçants. Ce n’était, pour l’instant, pas sa place cependant. Pas tant qu’on ne lui demanderait pas directement, il commençait à avoir une idée assez précise du fonctionnement de l’école, même si l’inaction lui hérissait le poil et lui donnait envie d’aller secouer la première personne venue pour lui soutirer des informations. Cependant, se jeter sur les traces de La Dame en hurlant à la lune, promettant de la peindre du rouge des profanateurs de l’université ne saurait être bien accueilli. Encore qu’il pourrait servir de diversion pendant que des gens plus adeptes en la matière effectuaient le travail de fond nécessaire.

    L’interrogation de l’élémentaire lui fit secouer la tête avec un léger soupir et une moue un peu enfantine lui tordit la gueule :

    Juste mes mauvaises habitudes,” expliqua-t-il, un peu réticent.

    Probablement consciente des éléments, il hocha la tête à sa demande de s’installer et le Lupin jeta un regard autour de lui jusqu’à trouver “son” fauteuil. Il était encore parvenu à ne pas se l’attribuer “officiellement”, de sorte que quiconque pouvait encore s’en servir sans lui tirer un rictus menaçant mais il lui faudrait probablement changer de fauteuil “préféré” prochainement.
    Avec un soupir de contentement, le lycan se lova dans le fauteuil large et épais sur lequel il avait jeté son dévolu. De cuir traité, il avait été travaillé et usé jusqu’à être délicieusement confortable et suffisamment large pour accueillir sa grande carcasse sans qu’il n’ait l’air ridicule. L’envie de se lover, de se rouler en boule devant le feu de cheminée et de profiter du calme et de la familiarité de la scène lui traversa un instant l’esprit mais c’était une position qui laissait peu de place à l’échange.

    Fidèle à ses paroles, Neera revint rapidement mais pas les mains vides. Elle présenta un champagne - de l’an 0, rien que ça ! - qu’elle lui servit promptement avant de trinquer avec lui, lui arrachant un nouveau sourire.

    Il fit une nouvelle moue malicieuse et répondit, le sourire qui étirait désormais ses lèvres ayant plus sa place sur la gueule d’un renard : “Ça dépendra de l’élève, je suppose,” lâcha-t-il, espiègle. Il hocha la tête et avec un petit geste vers sa poitrine, de sa main libre, il leva son verre vers elle et déclara : “Tu as face à toi Le Lupin,” déclara-t-il avec emphase avant de ricaner. “J’ai songé au Touffu,” confia-t-il avec hilarité, “mais je me suis ravisé à la dernière seconde.

    Randulfr était probablement déjà au courant. Aedel ne serait pas surpris si son père avait été averti bien avant son fils. Le vieux loup avait ses moyens pour en savoir plus et plus rapidement que les autres mais s’il n’était pas déjà au fait de la nomination de son fils, cela ne saurait tarder.

    Je pense que si je devais lui adresser une lettre pour l’en informer, elle arriverait bien après qu’il ne l’ai appris par un autre moyen. Ce serait du gâchis de parchemin, d’encre et peut-être même de plume, d’autant qu’il est capable de me le reprocher,” ronchonna-t-il sans animosité, “alors que le vieux cabot a des yeux et des oreilles partout.” La nouvelle question de l’élémentaire lui arracha un souffle amusé et il haussa ce qui aurait été un sourcil à l’élémentaire : “Parce que tu penses sérieusement que ça va changer grand-chose à ça, peut-être ? Maintenant j’ai juste plus de légitimité à venir te pourrir devant tes élèves, crois-moi, c’est un pouvoir dont j’ai bien l’intention de me servir,” ricana-t-il en s’emparant d’un éclair au chocolat qu’il laissa fondre sur sa langue avec un plaisir manifeste. Fermant les yeux pour profiter de la douceur qui tapissait désormais sa langue, la crème se mélangeant délicieusement au chocolat.

    Quant à son apparence… Il ne voyait aucune raison de changer quoique ce soit en la matière. Aedel ne se voyait, ne se percevait, pas comme un corps humain. Cette peau dénuée de fourrure, cette tête plate à moitié aveugle, sourde et dénuée de flair, ces doigts fragiles et sensibles sans aucune griffe. Sans sa queue, il se sentait déséquilibré, susceptible de s’effondrer à tout moment s’il se penchait de la mauvaise façon. Il n’y avait rien d’attrayant dans sa peau d’humain, il n’y avait rien pour lui. Son humanité était faible et inutile, une créature malingre dénuée d’intérêt. Ce n’était ni ces doigts dont s'enorgueillissaient les humains, ni ces dents plates et sans puissance, à peine suffisantes pour couper la viande et mâcher des légumes qui l’avaient aidé à survivre. Non, ce corps frêle et sans valeur n’avait été qu’un frein, une faiblesse, une vulnérabilité dont il se gardait bien de présenter s’il pouvait l’éviter.

    D’autant que, comme le soulignait si bien Neera, il était parfaitement en mesure de se déplacer incognito si d'aventure il décidait de revenir sous forme humaine, même brièvement. C’était un atout certain mais ce n'était pas la raison principale de sa décision.
    Pour en revenir à un sujet qui l’intéressait, le Lupin se pencha vers sa plus vieille connaissance et poursuivit avec un intérêt certain :

    J’aimerais élargir les contacts des Pratiques Interdites,” confia-t-il. “Me rapprocher des Limiers et de leur organisation hiérarchique pour établir un lien concret, des échanges pérennes. Si certains élèves de cette branche doivent se diriger vers cette carrière, j’aimerais être en mesure de les conseiller et de les accompagner le mieux possible tout en ayant toutes les cartes en main pour en discuter directement avec les gradés. Voir les possibilités qui pourraient permettre une transition efficace, peut-être organiser des interventions dans un sens ou dans l’autre. Prospecter les alternatives et voir s’il ne serait pas possible de promouvoir certains élèves auprès de certaines positions.

    Il écarta les doigts de sa main libre, sirotant brièvement son champagne avec un petit frémissement délicieux à la sensation des bulles sur son palais, pour illustrer son propos. Il posa sa flûte de champagne puis posa deux doigts de son autre main au centre de sa palme.

    L’Université, le Cursus des Pratiques Interdites,” indiqua-t-il avant de déplacer ses doigts le long de son index, “une filière directe pour Les Limiers,” ajouta-t-il avant de faire revenir ses doigts au sein de sa paume puis les déplacer cette fois le long de son majeur de ses autres doigts libres, “il y a des alternatives et j’ai l’intention de les définir, de les exploiter et de créer un réseau bien établi.” Il inclina légèrement la tête, ses yeux bleus prenant l’intensité du prédateur considérant une stratégie. “Aussi bien au profit des élèves qu’au profit de l’Université. Son… Notre ? Prestige n’est plus à établir mais plus les liens sont forts et établis, plus les bases sont résistantes et plus il est possible de construire.

    Une meute n’est forte que de ses membres et des liens entre chacun d’entre eux. Magic n’était pas seule mais Aedel comptait bien améliorer ça, si on le lui permettait.
    Noble de La République
    Noble de La République
    Neera Storm
    Neera Storm
    Messages : 530
    crédits : 1403

    Info personnage
    Race: Demi-titan
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t832-neera-storm-termineehttps://www.rp-cendres.com/t837-neera-liens#5839https://www.rp-cendres.com/t836-neera-storm-chronologie#5836
  • Dim 21 Mai - 18:45
    Voilà que le Lupin sourit de toutes ses dents. A coup sûr, il est fier de son coup : il jubile de l’avoir prise de court et de l’avoir fait marcher dans son jeu. Neera se vexe pour le principe, mais il va de de soi qu’elle ne peut maintenir sa colère bien longtemps. Le sourire qui vient orner ses lèvres en est la preuve absolue. Elle ne doutait pas de la nomination de son collègue, non… Mais c’est une chose que d’avoir conscience de ses compétences, ç’en est une autre de le voir récompenser par ses pairs.

    Quand son ami ose lui prétendre qu’elle l’aime à cause de son caractère incorrigible, l’élémentaliste lève les yeux au ciel.

    - Tu me causes plus de soucis que toutes mes classes réunies, gronde-t-elle. Puis la diviniste reprend un peu son sérieux alors qu’elle continue. Quant à ton nouveau titre, oui, ni le corps enseignant, ni les étudiants n’auront le choix. On ne peut revenir sur une décision du conseil d’Administration, sourit-elle avec davantage de douceur. Mais hormis Magic, tu seras également amené à rencontrer des professeurs étrangers, à Melorn ou à Drakstrang. Ta qualité de Pléiade t’amènera à faire des voyages tu le sais déjà. Si on va ensemble dans le Reike ou dans le Nord, je pourrai te présenter, si tu veux. Bon, je pense qu’ils ne s’attendront pas à ce que leur collègue soit plein de poils, mais… Ils s’adapteront ! Il y a toujours pire après tout.

    Après tout, elle est certaine qu'ils apprécieront davantage un lycanthrope qu'une liche qui n'a que la peau sur les os, par exemple.

    Un instant, Aedel semble plongé dans ses pensées, mais une intervention de Neera suffit à l’en sortir. Il n’en faut alors pas plus pour que le loup monte sur « son » fauteuil, celui qu’il a adopté depuis qu’il est un louveteau, et l’enseignante est presque certaine qu’il a envie de se mettre en boule, là, tout près du feu. Il l’a déjà fait, alors qu’il passait la journée chez elle. C’est son coin favori dans cette partie du salon, mais à l’époque, quand il était jeune, le mage noir pouvait davantage se permettre ces instants d’insouciance Ici, sa vie adulte a pris le pli, avec toutes les responsabilités qui vont avec. Mais bon, quand on en obtient, il faut bien le célébrer non ?  

    C’est aussi pourquoi la belle revient avec une bouteille de champagne, et après avoir trinqué avec lui, elle écoute son homologue avec un air un peu amusé. Ainsi, Adel sera peut-être une terreur en fonction du comportement de ses étudiants ? Ses ouailles n’ont qu’à bien se tenir, on dirait. L’espace d’un instant, elle se demande comment les choses se passeront avec les autres professeurs des pratiques interdites, mais son attention est rapidement attirée par un autre détail.

    - Le Lupin… ? Je préfère ça à Touffu, même si ça aurait pu marcher aussi, glousse-t-elle. Ce nom te sied à merveille, il représentera totalement ce que tu es.

    Son père, en tout cas, est déjà au courant de la nomination de son fils, ou est en bonne voie de l’être. Forcément, le vieux loup garde toujours un œil sur Magic et un tel événement n’a pas dû lui échapper.

    - Il pourrait peut-être te faire le reproche de gaspiller de l’encre et du papier, mais pour lui, je suis sûr que c’est une consécration, fait Neera. Après tout, son ami revenait de loin, tant il n’avait jamais été éduqué aux mœurs républicaines quand son père l’avait retrouvé. Qui aurait dit que sa chair et son sang deviendrait l’un des mages les plus reconnus du pays ? Car devenir Pléiade octroyait de facto des lettres de noblesse. D’une certaine manière, je savoure aussi ta réussite parce que ça fait taire toutes les mauvaises langues qui ont tourné autour de ta famille à un moment. Certains n’avaient vu en ce jeune lycanthrope qu’un déchet dénaturé par sa vie de gladiateurs et d’esclave. Là où d’autres, comme Neera, avaient vu en ce jeune homme un être à part entière qui avait un potentiel intéressant.

    La maîtresse de la foudre fronce en tout cas des sourcils quand Aedel ne compte pas se priver d’aller la voir en plein cours.

    - Bon et bien, dans ce cas, j’ai l’honneur de t’annoncer que tu seras mon cobaye. Je suis sûre que les élèves seront très intéressés de te voir mener quelques expériences magiques sous ma direction, sourit-elle, d’un air presque carnassier. Autant joindre l’utile à l’agréable après tout. Puis, ça changera mes élèves de leurs routines, et si une Pléiade fait une expérience devant eux, je suis certaine qu’ils seront pleeeeinement attentifs.

    En vérité, Neera est à demi-sérieuse. Elle ne mettra jamais son ami en danger, pas sans l’avertir des conséquences potentielles de la magie qu’ils étudient, en tout cas. Mais d’autre part, quand un professeur débarque sans prévenir, c’est tellement surprenant pour la plupart des jeunes présents dans l'auditoire qu’ils sont dès lors toute ouïe pour voir ce qu’il se passer entre la Tornade et le Lupin.

    Celle-ci écoute en tout cas avec intérêt les projets de la nouvelle Pléiade, et la jeune femme finit par acquiescer à ses idées.

    - Oui, il est vrai que la formation des Limiers est actuellement assez théorique. Si tu arrives à avoir des contacts avec des hauts-gradés, tu pourras mieux comprendre la réalité du terrain. Ce qu’ils doivent vivre une fois qu’ils sont diplômés. Peut-être pourrais-tu même leur obtenir de faire des « missions d’entrainement », c’est-à-dire demander un canevas à des limiers expérimentés, et essayer de reproduire cela quelque part dans la République. A la réserve faunique, à Courage… Peu importe. En tant que professeurs, on a nos entrées pour parler à des gens compétents de notre nation, donc je ne vois pas pourquoi nous nous en priverions. La professeure marque ensuite une légère pause. J’apprécie aussi l’idée que tu puisses recommander tes ouailles seront leurs compétences et leurs capacités. Cela pourrait leur donner des pistons pour le début de leurs carrières.

    De manière plus globale, plus on formait des mages et des officiers compétents, plus la Présidence en serait contente. Evidemment, Magic était indépendant des jeux de pouvoirs mais… rien ne se perdait jamais en République. La plupart du temps, quand on octroyait une faveur, on rappelait toujours sa dette à ses compatriotes. Et leur pays était gangréné par un bien sombre vice : le profit. Quoique les Goldheart n’avaient pas la main sur l’Académie, il était évident qu’ils attendaient à ce que l’Université renforce leur pays.

    - Il y a quelques mois, j’ai été en contact avec un officier, suite à un voleur qui est pénétré dans ma maison. Je ne pense pas qu’il était lié aux Limiers, mais peut-être que son commissaire a un plus gros réseau. Peut-être pourrais-tu aller là-bas pour obtenir quelques noms de limiers ? Je ne pense pas qu’on ait des registres avec ce que nos élèves sont devenus, après leur graduation. Sinon, avec ton nouveau titre, je suppose que tu pourrais exposer ton projet à de fortes têtes politiques, voire aux Maires en personne. Par exemple à Courage. Mais je ne sais pas ce qu’ils en penseraient. Il faudra sans doute bien préparer tes arguments si tu prends contact avec l’extérieur.

    Neera boit une gorgée de son verre de champagne, puis elle reprend avec l’ombre d’un sourire.

    - Enfin, sur un autre sujet, dis-moi. Quelles sont tes plus grands espoirs et tes plus grandes peurs maintenant que tu es une Pléiade ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 23 Juin - 10:18
    Tu me causes plus de soucis que toutes mes classes réunies,“ gronda l’élémentaire, le son presque suffisant à faire la fierté d’un loup ou d’un loup-garou, arracha un sourire lupin à Aedel, dévoilant l’ivoire de ses crocs dans une expression indéniablement joyeuse.

    Et c’est bien une chose dont je suis fier !” lâcha-t-il avec satisfaction.

    Causer des problèmes à Neera ne cesserait jamais de le divertir. Tant que les problèmes en question n’étaient pas sérieux, évidemment. L’enquiquiner à l’occasion, lui poser une question qui allait inévitablement entraîner une longue argumentation d’un côté comme de l’autre… Il y avait quelque chose d’infiniment satisfaisant et relaxant. Il n’y avait, après tout, rien de plus rassurant que la familiarité et, outre son père, Neera était l’autre constante dans sa vie. Un fil rouge auquel il s’était accroché et qu’il avait souvent suivi au détriment de bien d’autres choses. Incluant sa propre sécurité.

    La perspective de rencontrer d’autres enseignants, de pouvoir aller mettre les pieds à Melorn et peut-être à Drakstrang le rendait presque impatient d’endosser le manteau de Pléïade et de découvrir tout ce qu’impliquait son nouveau rôle. De découvrir tout ce qu’il y avait à découvrir et à réaliser, toutes les opportunités qui s’ouvraient à lui. Il espérait juste que ces portes ouvertes ne se refermeraient pas sur sa queue.

    Un verre de champagne à la main et son nom partagé, Lupin se sentit sourire malgré lui à l’idée de s’être presque appelé Le Touffu. Là où la plupart ne s’attendaient probablement pas à croiser la route d’un lycanthrope sous forme lupine malgré son nouveau nom, cela les surprendrait probablement moins. S’il s’était nommé le Touffu, en revanche, il doutait qu’ils aient su à quoi s’attendre ou pu se préparer.
    La remarque de Neera, quant à ce qu’aurait pu imaginer son père sur le devenir de son fils, fit réagir Aedel. Ses oreilles s’abaissant légèrement, sa tête s’inclina sur le côté tandis que ses yeux d’un bleu intense se baissaient, incapable de rencontrer le regard de l’élémentaliste. Un discret sourire ourla ses lèvres noires. L’un des mages les plus reconnus du pays ? Sa queue s’agita quelque peu malgré qu’elle soit coincée entre son séant et son fauteuil. Qu’importe les mauvaises langues dont elle parlait, elle aussi savourait sa victoire et Aedel soupira infimement, s’enfonçant confortablement dans son fauteuil, se détendant tout à fait. La joie nerveuse qui l’avait conduit jusqu’à chez Neera acheva de quitter son système.

    Sa gêne presque toute enfantine à se voir complimenté par sa première amie, après Eden, s’effaça soudain lorsqu’elle l’informa de son futur rôle de cobaye s’il s’aventurait à perturber son cours. Ouvrant la gueule sur une expression outrée, il renâcla, reniflant d’un air renfrogné :

    Compte tenu de nos rangs respectifs, professeur,” gronda-t-il en dévoilant à peine ses crocs, ses babines plissées, “je pense que tu te méprends sur l’identité du cobaye d’une telle situation.

    Non mais, et puis quoi encore. Abandonnant le masque de l’irritation au profit de celui de la condescendance, il se redressa, le dos droit, et tourna la tête de sorte de pouvoir toiser la demi-titan, un sourire arrogant étirant ses lèvres. Le Lupin haussa un sourcil insolent, très satisfait de lui-même.
    Il leva son verre à l’attention de Neera et bu une petite gorgée de champagne, toujours autant surpris par les bulles qui éclataient sur sa langue, contre ses babines et contre ses crocs. Le goût était agréable mais il ne cessait d’être déconcerté par toutes les sensations en bouche provoquées par une simple lichée de champagne.
    Abandonnant toute prétention, il entreprit ensuite d’exposer les idées qu’il avait eu concernant le parcours des Pratiques Interdites et ce qu’il avait l’intention de déployer ou les idées qu’il souhaitait creuser. Aedel hocha la tête aux propos de Neera, ses propositions allant dans le sens de ce à quoi il avait pu penser jusqu’à présent :

    Je me demande dans quelle mesure ils accepteraient de me laisser venir voir ou expérimenter par moi-même. Si j’ai une meilleure idée de ce qui est attendu, il ne m’en sera que plus facile de les préparer. Une meilleure préparation ne peut que limiter le nombre de pertes,” lâcha-t-il tout bas, les chiffres concernant les Limiers dansant dans son esprit, déprimants.

    Il n’avait terminé son propre cursus que depuis peu, avec brio certes mais la réussite était encore toute récente. Pour autant, il en avait connu des mages, lors de son premier cursus qui suivaient celui des pratiques interdites, devenus Limiers et disparus depuis. S’il pouvait trouver une meilleure façon de les préparer, peut-être serait-il en mesure de réduire les morts, les blessés ou les invalides.
    La suite des propos de l’enseignante, cependant, le firent s’immobiliser. Comment ça, exposer son projets à des personnalités politiques ? Qu’entendait-elle des maires ? Sa gueule se fit déconfite, sa gueule s’entrouvrant légèrement sous l’effet du choc. Non pas qu’Aedel n’apprécie guère la politique mais il préférait s’en tenir loin. Il en avait suffisamment soupé en présence de son père ou entendu parler lorsque celui-ci pestait à cœur perdu après une rencontre particulièrement difficile ou décevante. Les magnats politiques pouvaient bien rester de leur côté, Le Lupin n’avait pas tant l’intention de venir leur conter fleurette. Il avait des élèves à protéger et à accompagner, il n’avait pas de temps à perdre avec des requins qui préféraient brasser du vent plutôt qu’agir. Aedel pouvait s’avérer subtile, il restait un prédateur capable d’être à l’affût, après tout, et de concocter quelques plans alambiqués mais cela ne voulait pas dire qu’il avait l’intention d’en faire une occupation. Même occasionnellement. Chasser le cerf, à l’affût, pouvait être marrant. Il ne pouvait pas en dire autant de tendre un piège verbal dans l’espoir qu’un politicien mal avisé y tombe. La perspective lui laissait presque un goût amer.

    J’irais probablement voir des Limiers directement,” grommela-t-il avant de secouer la tête avec réticence. Non, la politique, vraiment, très peu pour lui. Il préférait vraiment s’exposer aux Limiers qu’aux politiciens.

    D’ailleurs, pour répondre à la question de l’élémentaliste :

    Je pense que tu viens de créer ma plus grande peur,” grimaça-t-il avec un reniflement peu élégant. “Je ne pensais pas avoir à faire avec les grandes pontes et j’espère pouvoir m’en tenir loin.” Il avait la réelle inquiétude de finir par en mordre un dans le seul espoir de les faire taire. Enfin, à l’exception des hurlements… Ceux-là, il en apprécierait certainement la teneur. Il retroussa légèrement ses babines et darda sur Neera un regard perçant : “Un cambriolage ?” Il ne voyait aucune indication de blessures ou de quoique ce soit et lors de sa traversée de la maison, il n’avait rien vu pouvant indiquer une altercation dangereuse. D’autant que si Neera ou Albus s’était occupé personnellement du cas du cambrioleur, il y aurait certainement plus de dégâts à la bâtisse ou son contenu.

    Quelqu’un était entré sur le territoire de Neera.

    Passant la langue sur ses crocs, Aedel mâchonna un instant ses propos avant de grogner : “Vous n’étiez pas là ?

    Il devait absolument se convaincre de ne pas attraper Neera et Albus sur le champ pour les emmener chez lui, s’asseoir devant la porte et grogner sur quiconque lorgnant sur les élémentalistes d’une façon pouvant lui déplaire. Ils étaient tous les deux adultes et tous les deux parfaitement capables de se défendre et de botter les fesses de quiconque ayant la mauvaise idée de s’en prendre à eux.
    La détente s’était envolée au profit d’une certaine tension sous-jacente, rien de bien grave mais un petit tour, d’ici quelques jours, en forêt pour chasser ne serait probablement pas de trop. Il s’était déjà dépensé récemment mais compte tenu de la charge émotionnelle des derniers jours, on ne pouvait pas lui en vouloir d’avoir besoin de se dépenser plus que d’ordinaire.  
    Noble de La République
    Noble de La République
    Neera Storm
    Neera Storm
    Messages : 530
    crédits : 1403

    Info personnage
    Race: Demi-titan
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t832-neera-storm-termineehttps://www.rp-cendres.com/t837-neera-liens#5839https://www.rp-cendres.com/t836-neera-storm-chronologie#5836
  • Dim 25 Juin - 22:01
    Oh. Un verre de champagne à la main, Neera ne peut s’empêcher de sourire lorsqu’elle voit son ami avoir une expression outrée. Oui, elle a bien osé dire qu’il serait son cobaye, et oui, elle ne regrette absolument pas ses propos. C’est même savoureux de voir la mine de son camarade, encore que celui-ci tente de la « remettre à sa place » : apparemment, ce n’est pas lui qui servira d’expérimentation, mais elle.
    Mais bien sûr.

    - Tu aimes vivre dangereusement, mon cher. Je dois te rappeler que je suis la Tornade et que je fais trembler un jour ou l’autre tous les élèves qui assistent à mes cours ? La plupart avaient parfois la trouille de leur vie, quand elle créait une tempête sur le campus. C’était rare, mais ça pouvait arriver. Et puis, parfois, elle devait aussi utiliser ses pouvoirs dans le cadre de colloques ou de quelques démonstrations. Mais c’était surtout l’autorité naturelle de Neera avait de quoi mettre ses ouailles au pas. En tous les cas, elle devait bien reconnaître qu’avoir des échanges avec le loup serait amusant, cela même s’ils se  disputaient devant leurs classes.

    La diviniste ne peut qu’acquiescer face aux projets de son ami. Mieux former les futurs Limiers, c’est l’une des tâches du cursus du Lupin, et en les connectant avec le réel, il pourra assurément créer de meilleurs agents pour la République.

    Quand ensuite, Neera reprend la parole, elle se rend bien compte que quelque chose cloche ou qu’il y a un blocage de la part du lycanthrope. Réellement, cette fois, ce n’est pas une petite mise en scène. Et quand il grommelle dans ses dents qu’il se contentera d’aller voir les Limiersdéjà diplômés, un sourire compréhensif naît de facto sur ses lèvres. Il est vrai que tout le monde n’aime pas la politique, elle la première, et son camarade y est aussi allergique, ce qui est, disons… Un poil rassurant, elle doit bien l’admettre.

    - Tu ne devras sans doute pas les confronter avant un moment, observe Neera. Après tous, les politiciens savent que Magic est indépendante et qu’ils n’ont rien à faire dans notre Académie. Quand bien même ils essaieraient qu’on les enverrait bouler… avec diplomatie. Mais nous ne pouvons pas être tout le temps dans notre bulle non plus, soupire-t-elle, il y a toujours quelques instances de pouvoir qui surveilleront l’Université. Par exemple lors du tournoi annuel. Même des citoyens s’aventurent alors sur le campus et on ne peut pas refuser certaines têtes politiques. Ici, la disparition de la Dame est malheureusement connue, il faudra donc qu’on soit vigilant vis-à-vis de ces chacals qui voudraient récupérer leur part du morceau. Un reniflement presque méprisant apparaît sur le visage de la Tornade à cette pensée. En tous les cas, rassure-toi quand même. Je ne pense pas que tu verras ces grands monsieurs dans l’immédiat. Quand bien même, tu m’appelles, et je leur lance un éclair pour les faire déguerpir, ça te va ? La dernière partie est clairement du pipeau, mais l’idée est là. Le Lupin n’est pas obligé de se lier ou de répondre aux hommes politiques, sauf s’il en est véritablement obligé dans le cadre de ses fonctions, pour protéger l’Académie.

    Quoi qu’il en soit, la conversation dévie sur un sujet qui ne lui plait guère : le cambriolage qu’elle a vécu, et la maîtresse de la foudre ne peut s’empêcher de retenir un petit rire quand elle voit la tête qu’il tire.

    - Relax, le Lupin, fait-elle en utilisant avec espièglerie son nom. J’ai neutralisé le voleur évidemment. Et non, il n’y a pas de dégâts à ma demeure. J’ai fait les choses proprement, vois-tu. Pourtant, elle a utilisé sa foudre, un élément destructeur par excellence. Mais la magicienne est bien trop avancée pour ne pas maîtriser ce pouvoir-là en particulier. Albus n’était pas là et tant mieux. Moi, de mon côté, j’étais tout juste rentrée d’un voyage jusqu’à Ikusa. Je te jure, c’était une plaie que de tomber sur un larron alors que t’as juste envie d’aller dormir et de de retrouver ton lit. J’ai appelé un officier républicain, évidemment, et pour être honnête, j’ai même participé à l’enquête. On a su convaincre le voleur d’aller jusqu’au point de rendez-vous qu’il avait fix avec le commanditaire, et on a réussi à les coincer. Je t’épargne les détails, mais figure-toi que finalement, c’était une élève de Magic qui était impliquée. Une élève de mon cursus évidemment. Sinon ce n’est pas drôle. Difficile de ne pas percevoir le ton passablement ironique de la Tornade, mais cela lui permet de poser une question intéressante : J’ai réglé les choses à ma façon, mais dis-moi. Quelle attitude tu aurais si un de tes élèves te faisaient un coup pareil ? En cherchant à embaucher un voleur, par l’intermédiaire d’une de ses domestiques ? Surtout qu’évidemment, elle est une noble. De seconde zone, mais une noble quand même…

    Neera sirote un instant sa coupe de champagne tout en écoutant la réponse du Lupin, puis elle déclare :

    - En passant, tu sais qu’en tant que Pléiade, tu vas devoir réfléchir aux activités du tournoi annuel de Magic pour tes élèves ? Un sourire effleure ses lèvres à cette pensée. Je te préviens pour l’avoir vécu, les élèves de Melorn sont quelques peu vindicatifs – et nous aussi – en ce qui concerne la magie noire. Il n’est pas rare que chacun essaie de jauger qui est le plus avancé en la matière. J’espère que tu es prêt à les époustoufler. D’ailleurs, si Eliëndir pouvait être là, ce serait amusant. Mais promis, ils ne chercheraient pas à maîtriser un dragon de feu divin cette fois…[/color][/color]
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum