DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Mégère

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
      Proie en vue !   [PV Archibald] - Page 2 I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Chant des Ronces
    Derniers sujets
    Silence | Meradev & SiameAujourd'hui à 17:31Siame
    La lune et ses étoiles - PAAujourd'hui à 2:31PNJ
    Théorie du ComplotAujourd'hui à 2:23Mortifère
    Fissurer le marbre [Siame - Rêve]Aujourd'hui à 0:53Rêve
    Mon Voisin Du DessusAujourd'hui à 0:36Dimitri Chagry
    [Challenge] L'Ombre ailée de la jungleAujourd'hui à 0:34Dimitri Chagry
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 12 Aoû 2023 - 0:55
    Il se redressa pour suivre tranquillement le capitaine pour retourner sur le pont. Visiblement c'etait ce qu'ils pouvaient considérer comme une grosse alerte, de leur coté. Pas une vraie panique, mais un danger certain. Les créatures etaient capables, avec de l'élan, et de l'énervement, de trouer une coque comme du bois mort. Sans doute pas en un coup, mais il fallait rester a l'affut et les faire fuir, voir, dans le pire des cas, les éliminer.

    Quand le choc fut sentit, Archibald décolla simplement les pieds du pont pour ne pas subir le coup, en suivant le mouvement du bateau pour ne pas se retrouver relégé en arriere vis a vis de l'avancé. Le choc etait sourd, violent, mais pas inattendu.

    Des marins manquerent de passer par dessus bord, et l'un d'eux aurait vraiment disparut dans les mers si Archibald ne l'avait pas rattrapé avec une violente poussée magique, distraitement, les yeux toujours rivés sur les créatures.

    - Maintenant que celui ci nous a pris pour cible, qu'elles sont nos options, capitaine ?

    Il avait bien compris que le premier plan d'Altarus n’était vraiment pas de passer a l'offensive. Déjà, pour ne pas attirer plus de créature vers son bateau, et peut etre pour une raison plus terre a terre comme ne pas perturber l'équilibre naturel de la mer. Dans tous les cas, l'éliminer etait potentiellement une moyenne, voir la pire des décisions possibles.

    - Nous pouvons peut etre faire une diversion ? Enfin, je ne sais pas exactement la facon de faire habituelle, mais si il tape a nouveau, ca va poser problème pour votre coque de bateau, non ?

    Les pirates de Kaizoku avaient tous une chance qu'ils n'auraient pas eu ailleurs, hein ? A vrai dire, Archibald n'etait pas convaincu. Pas de la première affirmation, mais plutot de la partie ou ce n'etait pas le cas ailleurs. Il savait d’où il venait. Il savait aussi qu'on aurait sans doute l'habitude de le regarder de haut, quand il reviendrait au pays. Il n'avait pas de titre autre que ce que lui avait procuré son savoir.

    Il tourna alors la tête vers l'équipage en branle, courant de tous les cotés aux différents postes, pour protéger ce trésor des mers qui leur servait a la fois de maison et de gagne pain. C’était fascinant de se démener ainsi, alors qu'au final, ce n’était meme pas véritablement leur bateau a eux. Pas un bateau, une corde les maintenant a la surface d'une vie de lutte ou chaque trésor les approchaient un peu plus d'un lendemain ou, a leur tour, ils reussiraient peut etre a avoir leur propre affaire.

    - Je comprend ce que vous vouliez dire tout a l'heure, finalement, capitaine.

    Alors que le bateau, suite au choc, revenait lentement a sa position initiale, la mer, de l'autre coté, sembla se redresser légèrement de façon peu naturelle, et une deuxième source de vent en profita pour s'engouffrer et fournir une aide a la premiere vague que le capitaine avait clairement mit en place.

    De la même manière, les mouvements de l'eau avait repoussé l'animal, qui se trouvait soudainement bien éloigné de sa cible. Pas dit que ca allait le découragé. Une fois qu'une cible etait en ligne de mire, ce genre de bete n'aimait pas trop abandonné. Le Republicain eu donc un grand sourire et s'exclama, en levant un bras.

    - Je suis a vos ordre, capitaine, tirons nous de cette histoire !
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 323
    crédits : 1569

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Lun 14 Aoû 2023 - 9:21
    Le Téméraire se redressa lentement, lâchant quelques gémissements et craquements sous l'effort. Altarus, se remettant sur ses deux pieds, grinçait des dents en entendant la complainte du navire. Vivement, il chercha le mastodonte marin, qui s'éloignait furieusement, avant de commencer à ralentir et tourner pour revenir sur le navire. Plus loin, les souffles des autres membres de la troupe indiquaient qu'ils demeuraient éloignés. Tant mieux songea-t-il... Tant que les autres membres ne venaient pas au secours de leurs congénères, le brick aura toutes ses chances de demeurer en état. 

    Archibald, qui ne paraissait pas absolument pas troublé par l'attaque du cachalot, demandait ce qu'elles étaient leurs options. Le demi-elfe avait déjà l'esprit en ébullition. Plusieurs voies s'ouvraient à lui, dont une qu'il espérait ne pas y avoir recours. 

    "Prendre le vent pour le distancer, au risque de percuter un de ses congénères... réussir à le décourager... ou le tuer. '

    Tuer un cachalot pourrait lui garantir d'avoir un petit pécule à la revente de certaines parties du corps de l'animal. L'huile qui se trouvait dans son immense tête avait une petite valeur non négligeable. Rien que d'en révéler quelques tonneaux suffirait à offrir une belle petite prime supplémentaire à chaque de ses marins en plus des réparations à faire sur le brick. Ça et l'ivoire que représentaient ces dents. Mais Altarus ne naviguait pas dans ces eaux pour chasser la baleine. Il n'avait pas du tout prévu cela, et même si l'occasion se présentait, il n'était pas assez équipé et de plus, il évitait de chasser ces créatures d'ordinaires placides et qui menaient leur existence dans leur coin. Tuer leur agresseur était vraiment que le dernier recours pour lui. 

    ''La diversion sera la meilleure option. Il n'y a plus qu'à espérer qu'on ne soit pas tombé sur une tête de mule. S'il frappe à nouveau, nous coulerons certainement. "

    Sa première attaque avait forcément provoqué des dégâts sur la coque du navire. Pour le moment, le Téméraire tenait bon sa ligne de navigation. Il pourrait envoyer un de ses marins vérifier l'état intérieur de la poupe, mais comme il avait besoin de tout le pont pour manœuvrer. Il ne pencha un peu en avant, pour voir à la proue. Cela semblait dégagé. 

    ''Situation à la proue ! Hurla-t-il pour demander à la sentinelle mise en place tantôt. 
    "La voie est libre, Capitaine, pour le moment ! Les bêtes sont assez loin !"

    C'était déjà une bonne nouvelle. Il ordonna qu'on redéploie les voiles. Puis, n'omettant pas leur énorme adversaire, qui s'était dangereusement rapproché, Altarus appela le vent pour grossir les vagues et essayer de forcer le cachalot à fournir plus d'efforts pour nager vers eux. Une seconde source venteuse vint se rajouter à la sienne. Il tourna à peine le regard vers Archibald, savant indéniablement que cela venait de lui. Pendant que l'animal battait plus farouchement de sa queue pour compenser le courant écumant qui s'interposait entre lui et le navire, Altarus surveillait son attitude. 

    ''Quel entêté..... Attendez qu'on sorte de là pour être certain d'avoir compris mes dires, mon cher... "

    Soudain, le dos du cachalot s'arrondit. Il s'enfonçait dans les eaux sombres. Sa large nageoire caudale se dressa majestueusement au-dessus de l'eau, avant de suivre son corps dans les profondeurs. Les sourcils du Capitaine se froncèrent. Ça, ce n'était pas bon du tout. L'idée de donner plus de vent dans les voiles fut la première à poindre dans son esprit. Mais le cachalot pourrait ne pas les lâcher immédiatement. L'enthousiasme d'Archibald lui donna une autre idée. 

    "Très bien ! Le cachalot a plongé pour contrer les courants qu'on lui a mis sur sa route. Là, il va remonter sur nous, pour se projeter sur le pont. Vu sa masse, il va nous briser en deux. Dès qu'il fera surface, à mon signal, vous employez votre magie pour le cogner le plus fortement possible dans sa tête. Il nous a frappé, on va lui rendre la pareille. A mon signal...."

    Les autres cétacés étaient toujours à bonne distance du brick, ne voulant pas se retrouver dans la lutte du grand mâle et le navire. L'eau devenait plus calme... un peu trop calme. Pris par une mauvaise impression, Altarus projeta le vent contre ses voiles, donnant de la vitesse à son navire. Aussi brutalement que soudainement, la gigantesque tête surgit verticalement hors des flots, projetant des gerbes d'eau en masse, inondant tout ce qui l'environnement. Le Téméraire fut bousculé l'eau projetée par le cétacé, qui se dressa comme une montagne, menaçante et sombre. L'oeil de l'animal était braqué sur sa proie. Sa mâchoire s'ouvrit, dévoilant de grosses dents blanches et dangereuses.  Dans quelques instants, l'inertie que s'était donné le cachalot diminuera et il laissera son corps lourd s'écraser sur le navire. 

    ''Maintenant, Archibald ! "s'époumona le demi-elfe ''Barreur, tenez bon la barre.



    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 20 Aoû 2023 - 13:38
    Le capitaine avait l'air d'avoir globalement la marge de manœuvre que le Républicain avait imaginé. Et sa façon d'achever sa phrase le fit sourire. C’était quelqu'un voué a la nature et a ses alentours, a la mer et toute les ressources qu'elle pouvait offrir, c’était plus qu’évident, la, devant lui, au vu de sa réaction et de sa façon d'analyser la situation. Il y avait toujours des soucis pratiques et économiques, mais il se demanda si il était le genre de capitaine a vouloir massacrer pour l'argent. Enfin, ca restait un pirate, dans tous les cas. Il ne devait quand même pas avoir trop de scrupule.

    Archibald se pencha par dessus la rambarde du bateau, observant la coque. Finalement, une seule créature pouvait les envoyer par le fond, et un bateau non équipé devait être en danger de façon permanente. Il n'avait imaginé que prendre la mer soit quelque chose d'aussi risqué, d'autant que pour lui, tout ca, pendant très longtemps, était resté extrêmement vague. Une source de vie lointaine qu'il n'avait jamais vu autre part qu'au port, jusqu'à cette traversée.

    Il se retourna vers le capitaine, qui avait l'air de réfléchir a un plan, et qui leva la tête, poussant le professeur a se retourner juste a temps pour voir le cachalot disparaître sous les flots. Archibald, un peu naïvement, cru qu'il battait en retraite, mais Altarus semblait lui, se douter de la suite des événements, avec toute son expérience. Il était déjà en train de penser a la prochaine manœuvre.

    - Entendu, capitaine.

    C’était clair et précis. Il fallait l'écarter, sans forcément le mettre a mort, et Archi savait exactement comment procéder a cette manœuvre. Quand le bateau fut mit en branle par le mouvement marin, Archi fit en sorte de laisser son mana courir a l'intérieur de lui. Une double attaque se préparait, pour l'assommer dans le meilleur des cas. Le poids devait etre formidable, aussi, il ne comptait pas le soulever, mais plutôt profiter de son saut, et l'augmenter magiquement en le poussant dans le dos pour qu'il retombe trop loin.

    La bête apparut, magnifique et effrayante, sa dentition bien trop proche du Républicain a son goût. A la moitié de sa trajectoire, une puissant bourrasque se leva et poussa la créature sous sa nageoire principale, augmentant l'arc de cercle qu'elle effectua au dessus d'eux.

    - Attention a la voile !

    Ça il ne l'avait pas trop prévu. La masse était assez large pour emporter tous le mat dans sa course. Mais il espérait que le capitaine allait se charger de la trajectoire. C’était quasiment leur seule chance de s'en échapper sans égratignure. Mais le barreur devait avoir de sacrées compétences pour que le capitaine lui fasse confiance, et ils n'avaient pas exactement le choix que de le laisser faire.

    Il canalisa son mana pour le modeler d'une façon différente. Et autour de lui, son aura sembla bien plus chaude. Il n'allait pas projeter une attaque propre a désintégrer la créature, puisque de toute façon, ca aurait des répercutions sur le navire. Il visa plutot, comme l'avait indiqué le capitaine, la tete du monstre, emporté par les vents.

    Plusieurs petites boules de feux jaillirent droit vers la mâchoire et le frappèrent de pleins fouet dans un choc de fumée et de chaleur, provoquant le cri si particulier de la créature qui fut a moitié assommé au milieu des airs. Pour le reste, c’était au capitaine et a son navire de gérer. Il ne pouvait pas faire beaucoup plus dans un si petit espace de temps. Il fallait un peu canaliser sa magie pour chaque sort et tout s’était déroulé en une poignée de secondes.

    Il se retourna, alors qu'une partie des marins s’étaient arrêtés en observant la créature ainsi s'envoler dans un vol majestueux dépassant les limites naturelles de la créature et de la mer. Le front mouillé de sueur, il eu un rictus satisfait d'avoir mit une partie de sa magie a execution. Mais il restait sur ses gardes, en attendant de voir comment le capitaine aller s'occuper de les mettre définitivement en sécurité.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 323
    crédits : 1569

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Mar 22 Aoû 2023 - 11:22
    Quand le puissant cétacé jaillit hors des eaux, espérant user de toute sa masse pour écraser le navire, il ne s'était pas attendu à ressentir quelque chose d'étrange contre sa peau ridée, le long de sa queue musclée. Peut-être que les plus observateurs verront son œil se braquer soudainement vers l'arrière de son corps, cherchant à discerner ce qui perturbait son bond aquatique. 

    Altarus ne put qu'être sidéré comme le souffle. Des baleines, il en avait observé en nombre. Mais jamais d'aussi proche de se fracasser contre son navire. Jamais dans toute sa magnificence et sa monstruosité jumelées. Il ressentait à la fois du respect pour cette imposante créature qu'il en éprouvait de la crainte, sur le coup. Bien entendu, il ne demeura pas vrillé dans cette contemplation stupéfiante. Il avait le devoir de préserver l'intégrité de sa coque, de ses mâts et de la vie de son équipage, ainsi que celle de son passager. 

    Il était donc vite sorti de son émoi, faisant claquer les voiles du Téméraire, braquant le vent dans le sens contraire à la présence du cachalot,  dès qu'Archibald cria le danger que représentait l'animal projeté plus haut que son bond initial. Les cordes craquèrent quand les vergues prirent un angle de plus de 50°, contraignant le navire à prendre un peu de gîte. Le barreur luttait de son côté de toutes ses forces, autant pour prendre un cap d'éloignement que pour compenser l'effet du vent manipulé par son capitaine. Le bout d'une vergue toucha malheureusement le cétacé, craquant, se fendant. Heureusement les cordes cassèrent tout de suite. Une intervention du capitaine ? Possible…

    Après coup, des petites sphères enflammées frappèrent la tête rectangulaire du mastodonte, qui émit des cliquetis et claqua sa mâchoire pour exprimer sa souffrance, dès que les impacts lui brulèrent sa peau. La gravité le rappela à elle. Altarus n'était pas en reste, gardant un œil sur la retombée de leur adversaire marin, et amplifia progressivement la puissance venteuse. Le pont fut inondé d'une grande vague d'eau de mer, qui s'étala sur toute sa surface. Plusieurs dizaines de litres au moins s'écoulèrent dans la cale. 

    Le cachalot disparu sous les flots, le Capitaine garda le contact avec le vent, pour pousser le Téméraire le plus loin possible. Il voulait éviter à tout prix un autre assaut. On put apercevoir, plusieurs dizaines de secondes plus tard, le cétacé refaire surface, quelque peu inerte. Un geyser d'eau vaporisée sortit de son unique narine. Il se secoua un peu, avant de battre à la surface sa nageoire caudale pour la faire claquer violemment à la surface. Altarus relâcha sa magie, lui aussi en sueur de l'effort fourni. Il observait le monstre, attendant de voir s'il y aurait une "revanche". Il soupira de soulagement quand l'animal s'éloigna d'eux. 

    ''Par les abysses...marmonna-t-il, avant de s'adresser à Archibald. "Merci de votre aide...."

    Il ordonna à son équipage de faire un rapport des dégâts. Un air sombre voila son visage quand on lui rapporta l'étendue de ces derniers. La vergue qui avait percuté le cétacé était fendu sur une bonne longueur, avec les cordes demeurées en place endommagées... et il y avait une petite voie d'eau dans les cales. Il pourrait la calfeutrer avec un bout de voile. Des réparations plus complexes seront nécessaires. 

    Il fixait Archibald en silence. Il réfléchissait au cap à donner... Son "port" ? Non, il ne pouvait se permettre de rejoindre ce qui servait de poitn d'attache au Téméraire

    "Il y a une île pas loin d'ici. Nous allons y jeter l'ancre et procéder à tes réparations. Je crains, cher Archibald, qu'il vous faudra demeurer un peu plus longtemps avec nous...."


    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 27 Aoû 2023 - 23:22
    Ça avait prit une demi journée supplémentaire pour rejoindre l'ile en question. Archibald avait été content de l'idée de poser pied a terre, mais pas pour les mêmes raisons que les autres. Il était encore au moment du choc, qui avait fait trembler tous le bâtiment sans l'envoyer par le fond. Ils s'en étaient sorti. De justesse, certes, mais assez pour pouvoir continuer a naviguer de façon sommaire jusqu'à la prochaine ile.

    Archibald avait surtout envie de changer d'air un peu. Le bateau c’était bien, l'aventure, le voyage, mais en tant qu'homme de la terre, fait une petite escale lui plaisait tout particulièrement. Et depuis l'accident, le capitaine était en train de courir ici et la, de faire le point sur les différents dommages qu'il faudrait réparer pour atteindre leur destination sans encombre.

    Alors après avoir observé un peu la mer, il s’était dirigé vers l’arrière du bateau, et avec un dénommé Buck, il avait essayé de participer a la pèche. Il en avait déjà plusieurs fois eu l’expérience, mais sur un bateau, ca n'avait rien a voir. On ne pouvait pas simplement lancer une ligne en esperant que ça morde. Le mouvement avait tendance a faire fuir. Il fallait donc essayer au filet, ou bien avec des appâts spéciaux, attirant rapidement la prise avant qu'ils ne soient effrayés.

    Alors qu'il avait ainsi passé une partie de l'aprés-midi, en tuant le temps, finalement, l'ile recherché etait en vu. Un endroit parfait pour faire une pause, manger un morceau, et pour que les charpentier de l'équipage se mettent a la tache. Alors qu'ils approchaient, il leva la main d'un air enfantin, amusé.

    - Ohé, capitaine, regardez moi cette prise ! J’espère que vous goutterez !

    Il désigna un magnifique thon, que l'un des pécheurs se hâta de prendre pour emmener avec le reste des prises. Ils allaient sans doute mettre en place une zone prévu pour faire manger l'équipage, et après un tel combat, il fallait de la nourriture a foison. Tous le monde n’était pas parfaitement nourrit, en mer, mais en l’occurrence, la plupart des marins avaient l’estomac dans les talons.

    Le bateau fut finalement a l’arrêt, et Archibald alla retrouver le capitaine, qui était en train d'achever de donner ses consignes. On commençait déjà a décharger ce qu'il fallait. Ce n’était pas une île habité, mais plutôt un lieu quasiment abandonné, avec une petite foret au centre, et quelques maisons ici et la bordant un petit port qui ne voyait que peu souvent des visiteurs.

    Quelques marchands, et des pirates qui venaient après une galère, comme c’était leur cas. Le Républicain pouvait voir du coin de l’œil une poignée de jeunes n'avaient sans doute jamais vu rien d'autre que ce banc de sable, observer le grand navire abîmé d'un air curieux.

    - Je suppose que vous devez avoir de quoi réparer de façon permanente sur le navire, mais allez vous acheter des choses ici, également ?

    Il posa la main sur la rambarde de bois, observant des grandes malles etre déscendu, sans doute contenant des matériaux, ainsi que des tables pour lancer le repas annonçant l'escale.

    - A moins que vous soyez un habitué des lieux ? Cette ile a un nom ?

    C’était sans doute bien trop petit pour être véritablement notifié comme une ile, et en plus, elle devait faire partie des premières décomptées comme faisant partie intégrante de l'archipel de Kaizoku.

    - Et bien je vais visiter un peu le temps que le déchargement se fasse. Si vous avez besoin de moi, n'hesitez pas, je suis a votre disposition, comme promis.

    Il lui sourit. Il avait déjà la tete a la breve exploration de l'ile. Ca lui prendrait bien une heure a faire le tour.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 323
    crédits : 1569

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Jeu 31 Aoû 2023 - 15:06
    Altarus avait l'impression de se traîner sur les flots. La voilure avait été réduite sur le mât qui supportait la vergue endommagée par le cachalot et il veillait à ne pas prendre le vent trop fort pour ne pas porter de contrainte à la poupe arrière. Plusieurs hommes étaient aux aguets si les petites fuites constatées venaient à s'amplifier d'un coup. Tant que le Téméraire ne sera pas inspecté sur le point d'impact, le demi-elfe restait sur une base de dégâts conséquents, qui invitait à naviguer avec prudence et vigilance. Au moins, l'un des avantages d'avoir une vitesse de croisière réduite fut d'offrir quelques moments de détente à l'équipage. Un de ses marins se trouvait sur le gaillard arrière, essayant de pêcher quelque chose pour agrémenter le repas de fin de journée. Archibald était venu le rejoindre, autant pour avoir de quoi s'occuper, que pour voir comment un équipage pirate agrémentait ses repas en mer. 

    Le Capitaine l'avait suivi du regard, avant de reporter son attention sur la ligne d'horizon. Étendant sa vision, il guettait la moindre silhouette de voile ou de coque, qui pourrait être un navire ennemi. Plus tôt il en apercevrait, plus vite, il pourra l'esquiver, en s'éloignant d'office de sa possible approche. Le brick n'était pas en état d'affronter un autre adversaire sur les flots. Même sur une mer sereine et avec un excellent, le capitaine ne prendra pas le risque de s'attaquer à une proie, même si elle était remplie de richesse. Son navire était déjà une richesse précieuse en soi, et avec la grande inconnue du niveau de réparation à faire, il suffirait d'un stupide collision pour sombrer corps et âme. Il s'était rapproché du bastingage, pour regarder les écumes qui caressaient le bois de la coque, dans un bruissement aqueux. Il soupira. Au moins, il n'y avait pas eu de morts et encore moins de blessés. Juste une grosse frayeur pour certains de ses hommes. 

    Plus tard dans l'après-midi, l'île visée fut enfin en vue. L'appel d'Archibald attira l'attention du Capitaine, qui délaissa quelques instants l'observation de la terre insulaire qui se faisait de plus en plus visible au fur à et à mesure que le navire s'en rapprochait. Archibald était aussi souriant qu'un gamin ravi d'avoir fait une pêche miraculeuse. Ce qui était le cas, car le thon fraîchement pêché était d'une belle taille. 

    ''Et bien, Archibald ! La mer a décidé de se montrer généreuse avec Buck et vous, en voyant ce que vous nous avez remonté. Veillez à m'en garder un morceau tout à l'heure. "

    L'approche se fit plus prudente, quand les plages de sable se retrouvèrent proche. Altarus ordonna de libérer l'ancre, et cela fait, informa certains de ses marins de quoi préparer comme matériel et outillage nécessaires aux réparations. Son invité le rejoignit, semblant curieux des lieux insulaires. 

    ''J'ai de quoi réparer des dégâts mineurs, en espérant que le coup reçu à la coque ne soit que minimale. Là, ce sera définitif. S'il s'avère que les réparations à faire sont plus conséquences, on veillera à réparer pour que cela tienne jusqu'à ce qu'on aille à un arsenal."

    Qui était la dernière option souhaitée bien entendu... 

    "Logiquement, je n'ai rien à acquérir ici... sauf peut-être un peu de nourriture fraîche, pour recompléter les stocks... mais comme vous souhaitez vous rendre à Kaizoku depuis que vous êtes à mon bord, les denrées fraîches sont encore suffisamment en suffisance, vu que le voyage a été... quelque peu écourté"

    Était-ce une pointe d'amusement qu'il eut dans la voix à la fin de son élocution ? C'était fort possible. 

    ''Cette île n'a pas vraiment de nom, vu sa taille et son manque d'intérêt. La Petite Île Verte est le seul nom qu'on lui donne sur les cartes, comme simple point de repère. Et moi, un habitué des lieux ? Pas vraiment, c'est rare que je fasse une halte ici...."

    Il observait lui aussi ses hommes préparer le terrain, autant pour les réparations que pour le repas à venir. Après la rencontre avec le cachalot, une petite pause festive ne fera pas de mal à son équipage. Surtout qu'ils n'avaient pas pu se défouler sur la Caravelle. Leur solde future ne faisait pas tout. 

    ''Très bien... faites attention à ne pas vous prendre une noix de coco sur la tête. "

    Encore un autre trait d'humour ? 

    Pendant qu'Archibald partit faire sa petite balade, Altarus ne demeura pas inactif., se joignant à l'effort à fournir. Il avait beau être capitaine, il participait souvent à l'effort commun. Après que l'ancre fut relevée, de solides cordages liés à des points stratégiques sur le navire, toutes les paires de bras disponibles tirèrent à l'unisson pour rapprocher le Téméraire plus proche de la plage, jusqu'à ce que la quille s'enfonce dans le sable. La zone de la poupe qui avait rencontré la tête du cachalot était désormais hors des flots. Le charpentier de bord put se mettre à l'œuvre. 

    S'assurant qu'il y avait une équipe sous les ordres de son charpentier, une autre pour assurer la préparation du repas qui sera royalement garni de viande de thon, et la dernière qui veillait à ce que le navire ne bouge pas à cause des mouvements des flots, il décida d'aller à la rencontre d'Archibald, qui devait sur le retour.  Il ne mit pas longtemps à le retrouver. Aucune chance de se perdre sur cette île de toute manière. 

    ''Alors cette petite virée respirante, cher Archibald ? J'espère que vous n'êtes pas trop déçu de l'étendue de cette terre... J'espère que votre estomac crie famine, mon maître cuisinier a préparé le thon péché à vos soins avec Buck. Il attend déjà avec impatience votre avis sur sa recette... personnelle. Ah, et j'allais omettre... nous avions été coupés précédemment, par la présence des cétacés. Que faites-vous dans la vie ? "

    Le Capitaine n'avait pas oublié cette question et tenait à avoir la réponse.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 5 Sep 2023 - 0:34
    Faire le tour de l'ile ne fut pas extrêmement long. D'une part car Archibald avait un bon physique, marchait vite avec des grandes jambes. Il ne ralentissait pas après cinq minutes. Habitué des champs, de la terre, il aimait marcher. Il aimait arpenté la terre ferme. Même si c’était plutôt une excroissance de la mer qu'un véritable bout de terre, mais il n'avait pas vraiment de soucis a s'en accommoder.

    Il s’arrêta a l'autre bout, a un endroit ou il n'y avait littéralement personne. La mer etait totalement cristalline, il pouvait voir jusqu'à profondément a l’œil nu. Les poissons et la vie sous marine etait a porté de main, et il n'hésita pas même une seule seconde a avancer, les pieds nus dans l'eau, profitant de la fraîcheur des flots. Il resta une bonne vingtaine de minutes immobile, a regarder la mer. Elle lui semblait différente, maintenant qu'il l'avait braver en bateau. Avec deux navires, d'ailleurs. C’était important a notifier de son point de vu.

    Il s'engagea finalement sur le chemin du retour, aprés avoir secher ses pieds avec sa magie, et avoir enfilé a nouveau ses bottes. Il avait retiré sa cape, restant uniquement en chemise blanche simple dont il avait relevé les manches a la limite de ses larges biceps. Impossible en le voyant de croire qu'on avait a faire a un mage.

    - Ohé, capitaine, me revoila.

    Le diner etait en train d'etre cuisiner, et notamment le poisson. Une fameuse recette que le professeur aurait énormément de plaisir a goutter. Il mangeait généralement avec appétit, et était un très bon vivant. Il n'aurait d'ailleurs pas dis non a un autre verre d'un des alcool du capitaine, mais a aurait fait mauvais genre que de réclamer ainsi quelque chose a boire.

    Il suivi le capitaine qui l'attira vers l'une des tables dresser pour l'occasion. Il y avait déjà une partie de l'équipage en train de manger rapidement. Pas question de tirer au flanc, ils devaient finir vite pour prendre la releve du groupe en train de s'affairer aux réparations. Puis aprés les autres, ils seraient tous a la tache. Mais ils allaient potentiellement rester la pour la nuit.

    - Huuum, cette odeur terrifie mon odorat, j'ai peur de ne pas pouvoir m’arrêter de manger. Votre cuisiner est au moins doué pour faire en sorte que le repas sente bon !

    Il s'installa a coté du reste de l'équipage. Pas question de se mettre a part, c’était plus sympa de cette manière. Il avait bien entendu la question, précédemment, mais il préféra attendre qu'ils soient tous les deux bien installés pour pouvoir échanger. Il aperçut le cuisinier approcher avec le poisson fumant, rôti au feu de bois, l'un de ceux que l'équipage avait allumé. Ils avaient agrémenté le poisson d'une petite poêlé de pommes de terre, facile a conserver en fond de cale. Le repas promettait d’être parfait.

    - Vous disiez capitaine...ah ! Oui ! Ma profession.

    Il sourit d'avantage. Il avait plié bagage pour son petit voyage après avoir terminé la dernière année d'une promotion qu'il suivait depuis le début. Ce n’était que la quatrième ou cinquième pour qui il avait pu suivre toute l'avancée du début a la fin. Ça représentait a chaque fois quatre ou cinq étudiants, grand maximum, mais il était fier de voir leur progrès. C’était la seconde chose qu'il aimait le plus en pratiquant cette profession.

    - Je suis professeur de magie. Bien qu'a la base, je vienne d'une famille de paysan. Je vous l'ai déjà dis je crois ? Ma famille possède des vignobles et des terres agricoles en République. Mon pere voulait que je reprenne la suite, mais je préférais lire. J'ai du pratiquer la terre, mais ce n'est pas mon activité.

    Il découpa un bout du poisson, et avec un quart de pomme de terre, engloutit une belle bouchée, avant d'avoir un petit frisson de plaisir. Au vu des moyens techniques a disposition, le cuisinier avait un réel talent. Sans doute une vie de pratique pour le conduire a une telle expertise de la cuisson. C’était a la fois tendre et fondant, juteux a souhait. Un régal.

    - Je suis spécialisé en magie élémentaire, comme vous avez pu le voir, et comme vous pouvez désormais le deviner.

    Il continua de manger, et s'humidifia la gorge avec ce qu'on leur servit, tout en continuant de sourire.

    - Mais on peut plutôt dire « j’étais » que « je suis ». J'ai pris un congé a durée indéterminée. On ne cesse jamais vraiment d’être professeur la ou j'enseigne. Mais j'ai lâchement abandonné mes eleves pour partir découvrir le monde. Voila ce que je fais sur cette mer. Je voyage pour le plaisir de voir des endroits que je ne connais pas.

    Il avait déjà terminé son assiette, et lorgnait sur l'idée de se resservir. L'avoir un bord d'un navire ne serait pas aisé en terme de cargaison. Il avait vraiment un sacré coup de fourchette.

    - A Kaizoku, avez vous un domaine ? Un lieu de vie particulier ? Et a quoi ressemble l'ile, d'ailleurs ? Je suis curieux.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 323
    crédits : 1569

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Ven 8 Sep 2023 - 12:10
    Archibald n'eut pas besoin de répondre avec précision pour dévoiler que la petite balade insulaire lui avait fait du bien. Il s'était allégé de sa cape, pour être plus à son aise et avait pris soin de remonter les manches de sa chemise pour rajouter à son confort vestimentaire. Et à voir son visage détendu, il avait bien profité de sa petite escapade. Altarus ne cherchant pas à avoir plus de conversation que cela, reprit la direction du campement temporaire monté à l'occasion du savoureux repas qui les attendaient déjà. Son invité le suivait, jusqu'à arriver à une des tables montées pour le repas. Certains marins avaient déjà pris leur part, pour se relayer sur les réparations à terminer sur la coque du brick. Le Capitaine, n'ayant pas d'urgence à rembarquer, préférait voir son équipage prendre le temps nécessaire pour parfaire ce qui devait être renforcé, changé ou réétanchifier. Au mieux, ce qui ne pourrait pas être réparé ici le sera au port du navire pirate. 

    Altarus s'installa à la tablée, au même titre de n'importe quel marin, non loin de l'humain barbu. Celui-ci n'avait pas encore apporté réponse à sa question précédente. Rien ne pressait. 

    ''Redoutez-vous de céder à votre gourmandise à vous en exploser la panse ? Heureusement que le thon que vous avez sorti de l'eau était de belle taille pour que tous aient au moins une part à manger… "dit-il sur un ton qui laissait suggérer une pointe d'amusement. Le maître cuisinier arriva pour procéder à un énième tour de service, pour apporter le repas qui faisait déjà saliver les affamés qui avaient pris place. 

    Le cuistot déposa une assiette en bois avec un bon morceau de thon rôti agrémenté de quelques patates cuites à point. L'odeur qui en émanait répondait à la beauté simple des aliments qui n'attendaient qu'à être dévoré. Altarus eut sa part aussi, demeurant toujours égal à lui-même, même les effluves gourmandes asticotaient son odorat. Son estomac criait sa faim, ça, c'était indéniable, mais il ne laissait rien apparaître sur son facès buriné par le temps et la mer. Il profita du passage de son homme pour lui souffler de lui faire apporter la bouteille de porto qui était demeuré dans sa cabine, tout comme de préparer un tonnelet de rhum pour la fin de journée, pour que le reste de l'équipage mérite bien un moment de détente au coucher du soleil. Cela fait, il s'intéressa sur l'instant par la réponse d'Archibald. 

    Tout en se restaurant, Archibald résuma ce qu'il était et pourquoi il avait été amené à faire un peu ce voyage un peu aventureux. En même temps, il se régalait de ses premières bouchées. Altarus l'imita, mangeant de plus petits morceaux que lui et savoura à sa manière la saveur douce et tendre du thon. Ce poisson avait une chair ferme et qui séchait à la cuisson. Là, il était parfait. Son cuisinier faisait de vrais miracles. 

    ''Quand la vie appelle à voyage, il est bon de l'écouter. Cela étend nos horizons. Mais cela ne dispense pas de la prudence et de la vigilance. Je ne vous sermonne pas, mais vous avez été assez chanceux de tomber sur moi... d'autres pirates ne sont pas aussi conciliants... Oh, je ne doute pas que vous auriez su prendre le dessus, mais juste un temps... "

    Il fit une pause, le temps de manger une autre part de poisson, avec un morceau de pomme de terre. Cela fait, il reprit : 

    ''J'avoue avoir du mal à vous imaginer enseigner... Il est vrai que votre carrure laisse d'abord penser que vous êtes un homme physique qu'érudit.  Et si vous bavardez autant que vous l'avez fait quand vous avez joué les négociateurs… combien d'élèves avez-vous assommé de la sorte ? ". Il cacha rapidement un rictus amusé à ses lèvres en portant un autre morceau de thon à sa bouche. Altarus plaisantait que rarement, alors le voir sourire…

    Le cuistot déposa la bouteille de porto et deux petits verres propres, avant d'aller servir une nouvelle tournée pour le reste de l'équipage qui n'avait pas mangé. Le demi-elfe prit la bouteille et remplit les godets. Il en tendit un à Archibald. 

    ''Comme tout Capitaine, j'ai bien une modeste demeure confortable comme il faut pour le temps que je passe à terre pour mes affaires. Même si mon navire est aussi mon logis. Je pourrais posséder plus si je le voulais vraiment. Mais je ne suis pas comme certains de mes semblables à jouer dans le luxe et l'étalage de la richesse. L'une des richesses que j'apprécie est de voguer sur la mer, à bord d'un navire parfaitement entretenu et des hommes justement rémunérés. "

    Il lorgna quelques secondes l'assiette vide de son invité. Un bon mangeur à n'en point douter, mais au vu de sa masse, quoi de plus normal. Il fallait bien nourrir ce corps musclé de sa jeunesse de fermier.  Il fit un geste pour attirer l'attention de son cuisinier, qui comprit aisément quoi faire. 

    ''A quoi ressemble Kaizoku.... je pourrai vous la décrire, mais si je vous proposais de la voir de vos yeux et de la visiter de vos propres jambes  ? "

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 12 Sep 2023 - 22:21
    Il dégustait le repas avec un appétit contagieux, le sourire aux lèvres. Le capitaine avait raison. Peut de gens pouvaient l'imaginer dans une salle de cours. Et pourtant il était extrêmement populaire dans sa profession. Sa matière, déjà intriguante de base, avait eu un gros boom du nombre d’élèves voulant y étudier. Les salles de classes avaient des limites de nombres et il ne pouvait pas accepter tous le monde. Aujourd'hui, il lui était même arrivé de faire des cours en plein air en début de première année pour avoir le plus de gens possibles.

    - Vous seriez surpris. Si un jour vous passez par Liberty, venez donc assister a l'une de mes leçons. J'avoue que si il y a bien un domaine ou j'ai assez confiance en mes capacités, c'est bien celui ci.

    Le capitaine etait en maitrise du vent, mais tous le monde avait besoin d'étudier, de toujours s'améliorer. Sans vouloir décréter qu'il était plus doué que lui dans la pratique, ca pouvait etre au moins interessant d'avoir dans son public quelqu'un de vraiment talentueux. Enfin, il en avait connu beaucoup, très souvent des plus agés qui avaient des capacités latentes ou déjà active déjà bien plus élevés que les siennes. Lui etait un travailleur, il n'avait jamais été un génie.

    - Vous me proposez d'encore rallonger notre collaboration ? Moi qui pensait que vous en avait assez de moi.

    Il n’était pas étonné qu'avec un bateau pareil et ce qu'il avait comprit comme ayant l'habitude des grosses prises, il dispose d'une belle demeure, sur une ile lointaine ou le niveau de vie etait différent. Surtout au vu de sa race, il devait avoir un certain amont d’expérience lui donnant une bonne réserve sur laquelle dormir.

    - J'avais bien l'intention de visiter l'ile en effet. Mais vous n'aviez pas comme projet de repartir aussi rapidement que possible, pour pouvoir compenser le manque a gagner de ma présence ? Dont je suis désolé, pour etre franc. Je voulais voyager en effet, mais si j'avais su que vous perdiez de l'argent a cause de moi...

    Il n'etait pas vraiment serieusement désolé, sachant exactement ce qu'il avait évité a l'autre navire. Chacun ses soucis, et ça, c'etait celui du capitaine, pas le sien. Il n'allait pas culpabiliser d'avoir aidé des gens, quand bien meme ces dit gens ne lui avait rien fait d'autre que lui tourner le dos rapidement pour s'enfuir.Il y avait des laches partout. La faiblesse n'en faisait pas moins une satisfaction pour le professeur.

    - J'ai de mon coté prévu de rester plusieurs jours sur votre belle ile. Sa ville, sa nature, et pourtant pas approcher autant que possible du volcan, qu'on m'a longuement vanté.

    Il termina son assiette. Un volcan, c'etait la force a l'etat brute, l'un des plus puissant hurlement de la nature. Le voir en vrai aurait une intensité, une symbolique pour lui, amateur de la terre. Il avait hate de pouvoir l'observer meme de loin, quand Kaizoku serait en vu. Rien que pour ça, il avait vraiment hate d'arriver. Et pour ça, il fallait finir les réparations.

    - J'ai quelques projets, au dela de ça. J'ai envie de voir tout, visiter chaque peuple, chaque culture. Je me suis trop longtemps enfermé dans mes habitudes, dans ma routine. Vous qui voyagez tout au long de l'année, mais sur la mer, avez vous déjà rencontré les affres de l'inconnu, grimper vers le nord, vers le frois, vers Melorn et Ikusa ?

    Ikusa avait un port aprés tout, alors il avait sans doute du s'y diriger. Mais les pirates, surtout comme lui qui avait une certaine célébrité, etait sans doute dans la difficulté de pouvoir rejoindre le port qu'il voulait quand il voulait. Il écouta la réponse et hocha la tete en souriant.

    - Nous en reparlerons. Je ne veux pas géner aux réparations. Je vais retourner me balader, et si vous avez besoin de moi, n'hésitez pas a m'appeler. Si ca vous conviens ?

    Il se leva, sur ce, avant d'achever son verre d'un trait, et de s'incliner, avant de s'éloigner tranquillement.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 323
    crédits : 1569

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Lun 18 Sep 2023 - 11:14
    Au fur et à mesure que le repas se poursuivait, Altarus s'avoua commencer à apprécier le professeur. Bien que les circonstances de leur rencontre avaient été quelque peu chaotiques, voire périlleuse, les deux hommes qui avaient à la limite de s'affronter lors de la tentative de prise de la caravelle, partageaient désormais le grand thon pêché tantôt, autour d'un bon verre. Le borgne qui n'était guère loquace, conversait étonnamment bien avec son intéressant et jovial passager. Preuve qu'il était bien plus civilisé que ses congénères, pirates eux aussi. Son approche était juste... un peu plus différente. Toutes les proies n'étaient pas synonymes de trésors en or ou en marchandises... Tout avait de la valeur, même celles qui ne se dépensaient pas. 

    "Je prends cela comme une invitation. Un jour prochain, attendez-vous à me voir dans les gradins des étudiants, à écouter votre leçon du jour..."

    Archibald se demandera sans doute comme un homme qui se vouait à la mer et à la piraterie pourrait un jour oser mettre les pieds à Liberty. Ce jour-là, il aura une grande surprise. Bien entendu, il ne dévoilera pour quelles raisons le demi-elfe y mettra les pieds. 

    ''Et moi qui pensais que vous étiez ravi du privilège d'être à mon bord... ''répondit le Capitaine, en réaction de la réponse d'Archibald quant à son prolongement de son voyage sur le Cetus. Était-ce un nouveau trait d'humour ? ''Qui vous dit que je ne cherche pas à vous garder jusqu'à notre arrivée à Kaizoku pour vous y vendre comme esclave ? "Son seul œil pétilla quelques secondes d'amusement. Heureusement pour Archibald, Altarus exécrait le trafic humain. Pour lui, les hommes et les femmes, peu importait leur race, n'étaient pas des marchandises qu'on vendait comme de simples objets. Il lui était déjà arrivé de tomber sur un navire d'esclavagistes, embarquant tous les prisonniers voués à la vente au Reike, pour les libérer à la côte la plus proche, ou Kaizoku pour celles et ceux qui voulaient tenter leurs chances. 

    ''Entre votre intervention et les dégâts provoqués par le cachalot, j'ai d'autres affaires à traiter. Ce qui vous laissera bien plusieurs jours pour faire votre visite des environs. Si vous vous sentez coupable de la perte financière après que j'ai concédé,  à votre "demande", de laisser repartir la caravelle, alors acceptez de me rendre un service en retour en échange, le jour où j'en aurai besoin. Je vous rassure, que ce ne sera pas contraire à votre éthique et code moral... et rien de bien pharamineux. "

    Bien entendu, Archibald n'avait aucune obligation à accepter cela. Comme toute opportunité était bonne à prendre, cela ne coûtait rien d'avoir une corde de plus à son arc. Qui sait, si le professeur acceptait, cela servirait peut-être… Ou jamais. 

    ''Le Sekaï est bien vaste et change souvent... Auriez-vous toute une vie pour tout visiter et découvrir ? Pour la part, je n'ai vraiment cherché à explorer l'inconnu. Peut-être que je le ferai, avant que la flamme de ma vie ne s'éteigne d'elle-même... Quand à naviguer vers le Nord, je l'ai fait, mais il y a de cela très longtemps... La piraterie n'est guère rentable dans ces contrées... "

    Il n'entra pas plus dans les détails et acquiesça aux dernières paroles d'Archibald sur ce sujet. 

    ''C'est noté. Et ne tardez pas à revenir. Au matin, si tout se passe bien, les réparations seront largement terminées et nous serons prêts à appareiller. Il serait désolant de vous oublier ici…"


    *****

    La traversée vers Kaizoku s'était déroulé sans incident. Une fois arrivée en vue des terres, quand celles-ci apparurent au-dessus de la ligne d'horizon, Le Cetus n'avait pas pris la direction du port. Il avait pris un cap pour contourner l'île et se mettre à couvert d'une petite baie, le temps qu'Altarus débarque à bord d'une chaloupe avec Archibald. Le professeur trouva peut-être étrange d'être en la seule compagnie du Capitaine, qui n'avait aucune honte à marcher le long d'un vieux sentier en direction de la ville portuaire. Le brick pirate, quant à lui, avait repris la mer, s'éloignant vers le large. 

    Commençant sa progression pédestre, Altarus avait commencé la conversation, reprenant un sujet qu'ils avaient abordé tous deux quelques heures avant d'être débarqué. 

    ''Comme dit, vous avez le champ libre pour "visite" l'île. Même si je vais vous donner l'air de radoter, évitez de mentionner que vous êtes un Républicain... Si vous veniez à converser avec des gens de l'île ou des non natifs, vous avez débarqué ici avec un des navires marchands qui commercent avec l'Île. Je n'ai guère l'habitude de faire accoster le Cetus en ces lieux et je souhaite que cela le demeure..."

    Il demeura volontairement évasif sur le sujet, mais son oeil bleu insistant dardé sur Archibald tenait à ce qu'il respecte cette information. 

    ''Dans trois jours, je rembarquerai à bord de l' Aurore Boréale. Il sera aisé de le trouver, il se trouvera sur les quais principaux. Vous avez... quartier libre, si je peux me permettre de le dire ainsi. Et pour votre souhait d'approcher le volcan, bien qu'endormi, il n'en demeure pas moins dangereux. Ne vous avisez pas de monter sur ses flancs ou espérer avoir une belle vue à son sommet. Ici, d'aucun ne s'approche de l'Hephais... "

    Là aussi, il n'en dit pas plus long. Les mœurs locales des fois, provenaient de crainte souvent justifiée.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 20 Sep 2023 - 16:18
    Il repensait tranquillement aux dernieres paroles que le capitaine lui avait transmises. L'invitation avait été entendue, visiblement, et pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Il imaginait difficilement l'elfe s'infiltrer dans sa salle de classe sans attirer l'attention, mais il ne le laisserait pas avoir le moindre soucis, au moins en mémoire des quelques jours qu'ils venaient de vivre, lui et l'équipage. Malgré le fait qu'il avait légérement forcé la main de son hote, la finalité c'etait bien qu'il avait passé un séjour agréable.

    - Je ne sais pas quand je serais rentré, mais vous serez le bienvenu si ma présence est actée.

    La barque voguait lentement vers le rivage, loin du port, poussé par la magie du vent du capitaine. Ils n'avaient pas eu le temps d'autant converser que ce qu'il aurait voulu, mais la finalité etait quand meme sympathique. C'etait un homme fin qui avait la science du language, et un savoir très important. Une expérience large. Une rencontre admirable, et pour sa vraie premiere rencontre de son voyage, il etait totalement satisfait.

    - Et bien je suppose que je ne peux que vous remercier pour votre accueil.

    Le champ libre pour visiter, il n'aurait jamais pensé le contraire. C'etait peut etre de l'inconscience, ou de l'insouciance, mais il n'avait pas grand peur pour son intégrité physique. Il avait la discretion naturelle et sa façon espiegle de ne jamais trop en reveler sur lui meme. Dans l'absolu, si il tombait dans un soucis, il se ferait simplement trop remarquer pour passer innaperçut. Ca lui donnerait peut etre de nouvelles opportunités.

    - Ne vous inquiétez pas pour moi, je suis un homme plein de ressources, ahah.

    Il sauta a terre, et s'étira. Encore une fois, comme lors de la petite escale, il était content de retrouver la terre ferme. L'odeur de la ville se mélangeait a l'air du large et lui donnait une sensation amusante, une perspective interessante qui lui donnait fortement envie de vite en savoir plus. Il ramassa son sac et verifia sa bourse. Il allait commencer par aller manger un morceau.

    - Je viendrais assister a votre départ. Je ne vais pas rater la prise du large du plus grand capitaine de l'ile.

    Il observa le bateau au loin, apercevant les fourmis qui allaient et venait sur le pont. Il connaissait désormais leurs noms, et pourtant ne les reverrait potentiellement jamais. La longévité infime de son humanité lui frappa a nouveau a la figure, et il ne pu s'empecher de penser a elle un instant. Il se demanda ce qu'elle devait faire en cet instant. En cours sans doute. Il aurait du aller la voir avant de partir.

    - J'espere que nous nous reverrons. Je vous attendrais a Liberty a la fin de mon voyage. Dans un mois, dans un an. Peut etre dans dix, en fonction d'ou le vent me portera.

    Mais le capitaine, habitué des voyages, devait savoir ce que c'etait que de se laisser aller au gré de ses envies, de ses rencontres, de ses aventures. Une vie de boheme qu'il ne connaissait lui meme pas et qu'il etait impatient de découvrir. Il lui tendit la main, pour la lui serrer fermement, d'homme a homme, comme des amis.

    - Et ne faite pas de folie. Que je ne retrouve pas votre fier navire au fond de l'océan.

    Une fois sérré, il lui fit un dernier signe de tete, épaula son sac de voyage, et s'éloigna du large vers les premiers batiments. Une nouvelle ville a découvrir.

    Une vie a s'épanouir.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum