DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    L'art du Mime | Sans-Nom InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    La mascarade de minuit. [PV Gwynneth De Evelune]Aujourd'hui à 23:26Galen Torvalds
    Le feu de la forge. (Pv- Cyradil)Aujourd'hui à 23:00Kilaea Sliabh
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirAujourd'hui à 22:13Capitaine Saumâtre
    [Inscriptions - Event] Le Cœur de MelornAujourd'hui à 20:24Compte staff
    RP's de Mortifère [République]Aujourd'hui à 17:47Abraham de Sforza
    [PA] Le Chant des RoncesAujourd'hui à 17:43Résiliente & Crow
    Hélios Blazewhirl - Protecteur d'ÉbèneAujourd'hui à 17:12Arès Wessex
    Echappée Belle [PV Kilaea]Aujourd'hui à 16:46Kilaea Sliabh
    Validation des rps de KassandraAujourd'hui à 16:30Kassandra Whype
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 11 Juil - 2:06
    suite de Sous le pont le démon

    Elle pensait probablement qu'iel ne s'en apercevait pas de ses escapades nocturnes. Halewyn se nourrissant des Rêveurs, iel aussi s'alimentait la nuit, a intervalles pas mal moins rapprochés qu'elle cependant. Le démon attendait que sa consoeur ne s'évade avant de la suivre mais de très loin, s'occupant discrètement des trop curieux et des sbires envoyés à sa recherche juste pour s'assurer qu'il ne lui arriverait rien, en les envoyant sur une mauvaise piste. Prenant la mesure de ses capacités et de ses talents dont la discrétion en faisaient décidément pas parti.

    Bientôt s'épanouit dans la cité des rumeurs quand même inquiétantes pour le démon. Parfois c'était une femme, parfois un serpent. Parfois c'était un rêve et d'autre un cauchemar mais tous arboraient la même couleur rose tendre. Elle ne pouvait continuer indéfiniment comme cela. Il fallait faire quelque chose. De plus, cet endroit était atrocement cher et fort ennuyeux.  

    Aussi, fidèle à iel même, Halewyn commença les préparatifs. Il l'emmènerait d'abord chez iel, la Tailleuse trouverait assurément une étoffe digne et tolérable pour la démone qui avait, à en juger par la pile de chemise éventrées et de pantalons déchirés accumulés dans un coin, avait réellement quelque chose contre les vêtements. Et aussi agréable soit il de se promener nu dans la suite, il y avait quand même un minimum à tenir en société.

    Iel leva les yeux vers le coffre armoire couché et ouvert d'où sortait un bout d'aile et une queue battant indolemment comme celle d'un chat et sourit songeur.  Iel doit lui apprendre l'art du mimétisme, qu'elle arrête d'avoir une cible dans le dos. Pour au moins éviter d'avoir toutes les enflures sur le dos. Se défendre aussi... Quoi qu'iel doute qu'elle en devienne capable un jour. Si dangereuse et douce à la fois. Un paradoxe démoniaque.

    Pendant qu'elle dormait, iel travaillait sur un sortilège poussé pouvant permettre à Rowena de survivre. Ces feuilles d'une parcelle du savoir glané et copiés ici et là étaient une autre copie , nécessaire pour ses études.

    Ah.. Âhj... ôHmJ...

    Grommelait t'iel pendant  qu'iel consultait l'un et l'autre... Il y avait une zone obscure qui lui échappait et le temps commençait à manquer.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 11 Juil - 12:28
    L'art du mime
    Fin Février 04

    Les jours réfugiée dans la boite que Panthère avait mis à sa disposition se font longs. Sous la terre, la peur et l'obéissance faisaient passer le temps. Dans la forêt de pierre et de neige qui forment cette termitière d'humains, il n'y a pas de vie. Pas de fragrances subtiles dans l'air. Pas de bruits lointains et surprenant. Pas d'animaux ayant besoin de moi. Pas de créature joyeuse prêtes à partager leurs jeux. Les corbeaux ne sortent que la nuit. Les rats sont agressifs. Les insectes ont toujours manqué de conversation. Les loups sont enchainés. Les fauves gardés à l'intérieur. Rien ne court. Rien ne danse. Les concours de jonglerie avec la famille de loutres près du lit de mousse me manquent. Les ballets aériens d'aigles en hiboux. Les chants de Merle. Les courses folles de Chevreuil et les rires vicieux de Harpie.

    Seuls existent les humains. Ils sont toute la joie, tout le besoin, tout le bruit, toutes les odeurs. Ils s'infiltrent partout à l'intérieur de toutes les façons possibles. Leur faim, leur soif, leur peau et leur goût...

    Je frémis et je m'ennuie. Libre mais perdue, je ne sais ni où aller, ni où je suis. Roulée en boule dans l'ombre, invisible aux yeux extérieurs, Serpent me manque. Trop de bruit. Trop d'agitation. Lui me réconfortait. Mon Grand Duc me réconfortait. ...

    J'ai passé tant de temps à ne vouloir qu'une chose : pouvoir à nouveau parcourir le ciel à ma guise. Je suis si heureuse de l'avoir retrouvé. Chaque soir, chaque nuit je peux à nouveau retrouver l'immensité sans limite du ciel. Je retrouve ma liberté d'avant... Mais pas pareille. Ce que je vois, ce que je sens, a du sens à présent. Je comprends les humains bien mieux qu'eux-même et je crois que je commence à comprendre quand ils n'aiment pas ça même si je ne comprends pas encore pourquoi. Leur cacophonie est devenue supportable, leur emprise sur tous mes sens également... Et leur chaleur... Oh oui leur chaleur pulse dans mes veines d'une façon que je n'avais jamais connu.

    De renfermé, je suis devenue un peu curieuse pour cet endroit et son occupante. Elle va et vient. Elle semble occupé comme pouvait l'être mon Grand Duc. La tête posé sur le bord de la boite dans laquelle je me sens bien, je l'observe parfois, écrire avec de l'encre. Lire des lignes indistinctes. Je ne touche pas à ses affaires, elles sont précieuses, mais parfois je regarde et je sens. J'explore cette chambre et la salle d'eau non loin, tant que Panthère n'est pas là. ... Mais aujourd'hui, elle fait quelque chose d'intrigant. Assise à sa table de travaille, elle marmonne et vocalise. Après l'avoir écouté un moment, et pour la première fois en sa présence sous ma forme humaine, je me glisse le plus silencieusement du monde hors de ce refuge au-dessus duquel donne la fenêtre.

    A croupetons, comme si je m'approchait d'un animal dangereux dans une zone de végétation sauvage, je me glisse derrière le lit, dans son angle mort, et grimpe sur le matelas souple et douillet. Arrivée de l'autre côté, je  grimpe souplement sur le baldaquin et me pose, assise sur mes talons, ma queue enroulée autour de mes chevilles et les ailes sereinement fermée dans mon dos sans qu'elles ne soient vraiment ajustée. Ainsi perchée, je la regarde de haut, elle, ses mains, ses expressions.

    Soudain, l'un des montants du lit proteste et grince, la toile sur laquelle je suis s'étire un peu. Je m’aplatis, trouvant un coin moins fragile, plus en aplomb de l'une des quatre colonnes du baldaquin.

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 11 Juil - 18:56
    Ŀe grincement du baldaquin attire l'oreille du démon nu qui faisait ses recherche. Levant la tête, Halewyn tourne la tête de côté, feignant de ne pas l'avoir vue. C'est bien, pense t'iel, qu'elle se sente assez en sécurité pour enfin sortir de cette boite. C'est trèes bien même, parce que la curiosité est le signe d'un être en santé.

    S"étirant voluptuseusement, iel pencha la tête vers l'arrière, jusqu'à croiser le regard de la jeune démone. Clignant lentement, les prunelles d'encre dévient légèrement en signe de paix

    - Il est temps de quitter cette ville ma chère. Annonce t'iel de but en blanc. Je désire t'enseigner à vivre parmis les Mortels, et mes épouses seront ravies de t'acceuillir. De plus...Dit t'iel en se redressant et en épandant un peu de sable sur ses écrits avant de se se mettre à ranger méthodiquement ses papiers. Tu n'es pas une démone d'intérieur et il me déplait que tu te sente en cage. Nous nous sommes assez ennuyés ici ne trouve tu pas?

    Se levant, la soierie de ses cheveux rouges comme seuls ornements, iel se dirige vers la fenêtre et regarde en bas sans égard pour sa nudité. IĿ les regarde, ces mortels, fourmis, serviteurs et pourtant, ils ont des crocs. Préférant se déchirer entre eux majoritairement. Le probèeme est qu'ils sont partout et même si techniquement les démons sont leur enfants, ils n'hésitent pas à en abuser.

    Il me déplairait plus que tout qu'ils refassent de toi leur esclave.

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 11 Juil - 19:51
    L'art du mime
    Fin Février 04


    Quitter la ville ? Je fronce les sourcils. C'est drôle, même quand elle est humaine, Panthère parle comme un chat sauvage.

    Après un instant de réflexion, je glisse souplement en bas du lit. Le principal : on change de ville. Je vais rencontrer plusieurs autres humains. Panthère veut que je vive parmi les humains. J'en frémis. Je ne veux pas qu'ils me fassent à nouveau mal. Instinctivement ma queue s'enroule autour de ma jambe et je recule un peu dans la pénombre entre le lit et l'armoire.

    - Pourquoi tu veux que je vive avec les humains ? " murmurais-je en regardant la fenêtre pour ne pas croiser de suite le regard de Panthère, un réflexe salutaire que j'avais pris pour ne pas énervé les humains de sous la terre et qui revenait parfois.

    Mais d'un autre côté... Si Panthère quitte la ville, ou je pourrais aller, moi ? Quand je voyageait après l'arrivé des créatures vides, je n'avais pas trouvé d'autre endroit où je me sente chez moi. Je ne suis nulle part en sécurité maintenant qu'Aryan n'est plus là et jusqu'à ce qu'il me retrouve. Panthère est ce qui se rapproche le plus d'une protection, puis elle veut que je sois en bonne santé. Elle me veut avec elle...

    Alors j'acquiesce en tortillant mes doigts, incertaines de ce que je vais devoir faire... Et je suis pas sûre d'avoir envie de le faire.

    - Ce sera douloureux ? "
    demandais-je dans un accès d'égocentrisme.

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 12 Juil - 5:19
    Non, cela ne sera pas douloureux. Viens

    Elle est soudainement craintive et flambant nu devant la vitre, Halewyn lui fait signe de s'approcher. Pour qu'elle regarde avec iel les Mortels qui se hâtent, tel des chiens fous, courant après leur buts, gaspillant leur mortalité en courant après des insignifiances.

    Regarde les. Leur posture et leur regards, leur empressements perpétuel. Cache toi ils te trouveront, mais promène toi parmis eux comme si tu avais le droit et jamais ils ne te verront pour la majorité. Et le reste hésitera avant de s'en prendre à toi. Mais il y a des règles à suivre. En premier lieu, tu dois te trouver un allié qui palliera à tes lacunes ou tu dois apprendre à te défendre toi-même.

    Se tournant vers la démone, les belles grandes mains enfouirent une petite mimine rose dans ses grandes paumes chaudes

    La meilleure façon de te protéger est de t'apprendre à te défendre avec les talents que tu as et crois moi, rien n'est plus dangereux que l'inassouvi.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 14 Juil - 10:47
    L'art du mime
    Fin Février 04


    Pas à pas, je le rejoins près de la vitre de verre qui nous sépare du dehors. En contre bas, les humains se déplacent en continue. C'est comme observé le cours d'une rivière. La marche régulière d'une colonne de fourmis ayant trouvé un fruit tombé. Ils ne sont pas aussi ordonnés ni aussi fluide mais un mouvement perpétuel semble animer les artères de cette créature de pierre et de tuiles dans laquelle ils grouillent.

    Je penche la tête sur le côté, écoutant attentivement les mots de Panthère... Se défendre. Passer au milieu d'eux. ... Cette perspective est terrifiante. J'ai bien vu qu'ils ne me remarquent plus autant que ça quand je suis au bras d'Aryan, mais c'est parce qu'il était là. Seule... Me défendre...

    Je tourne mes grands yeux roses vers Panthère, soucieuse. Elle a l'air si sûre d'elle... Et pourtant je ne comprends pas.

    - Je ne suis pas dangereuse. " Je ne suis pas sûre de savoir ce qu'est l'inassouvi, mais moi je n'ai pas de talents et je ne suis pas dangereuse. Et même plus. " Je ne veux pas être dangereuse. " Même si certains semblent le croire. Je veux qu'ils soient bien. Je veux juste ce qu'ils veulent.

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 16 Juil - 0:48
    Elle n'est pas dangereuse, Dıt la belle rose d'un ton sincère. Elle ne veut pas être dangereuse. C'est un fait établi que le démon acceuille avec la placidité qu'amène la certitude. Elle est un paradoxe ambulant, un ange né du mauvais côté de la barrière. Si les anges étaient comme elle, Les camps seraient bien définis. Et elle, la petite démone cornue, représente l'émotion la plus pure qu'iel connait des humains. Ce qu'iel sait aussi est que cette émotion peu rendre fou, violent, retors, obsessionnel, mesquin et sans morale. Les plus grands crimes des humains ce sont bâtis la dessus, même si les romans les nomment Amour. Halewyn sait ce qu'elle est, parce qu'iel a l'habitude de susciter cette émotion chez certains mortels.

    Levant une main, iel caressa du pouce la douce joue de pêche de la petite cornue baignée par la douce lumière du dehors. .

    -Il doit y avoir des limites ma chère Rose... Si tu te perds à plaire à l'humain à tout prix en t'oubliant, ils vont déraper et tu risque de souffrir de nouveau, d'y perdre peut-être ton enveloppe en retournant dans les abysses,... Et comment compte tu accomplir ce que tu es si tu ne peux plus interagir avec les humains? Si tu te laisse tuer pour leur plaire,leur plaisir ne sera que fugace. Si tu te défend, tu pourra toujours accomplir ta charge envers un autre. Même moi je ne peux réussir à les faire se surpasser à tout les coups. Je me plie, je me transforme, je change d'angle... Mais j'ai mes limites afin de ne pas me perdre.

    Puis repoussa la soyeuse chevelure recouvrant une épaule ronde et accorte. L'envie fugace d'y planter les crocs passa dans son esprit, bien à l'abrit derrière les remparts cachant le bourbier de sa psychée. La belle main descendit le long du bras délicat avant de prendre la petite mimine et d'y porter la paumes à ses lèvres pour y apposer un baiser léger.

    Parfois, il faut arrêter de vouloir et faire ce que tu dois pour vivre et continuer de perpétuer ta charge. Tu ne veux rien d'autre pourtant qu'être aimée et être libre. Malheureusement, la liberté et vivre sont toujours des combats perpétuels pour nous les démons. Je ne sais pas si je suis clair?

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 16 Juil - 1:05
    L'art du mime
    Fin Février 04


    Je sens sa main. J'observe ses lèvres... Et je ne comprends pas le moindre de ses mots.

    Panthère veut que je comprenne, pourtant. La violence de ce qu'elle est la traverse et je frémis sans qu'une véritable peur ne se propage. Elle est ce qu'elle est et je suis ce que je suis. Mais ce qui ressort de ces quelques mots et du spectacle qu'elle voulait que je vois, ces humains qui grouille en bas, c'est que nous somme totalement différents.

    Je cille en observant ses yeux noirs et la façon dont elle embrasse ma paume. La chaleur dans son souffle alors que ses mots s'étirent en un babillage inutile et sans substance. Le syllabes ne sont qu'une fumée qu'elle me demande d'attraper à main nues. Une suite de couleurs qui virevoltent sans se poser.

    Elle parle d'essayer, de plaire, de vie et de mort. De charge aussi, d'abysse et d'accomplissement. Je ne comprends pas... Ces concepts existent, oui, pour tant d'autres, mais ils sont si loin de moi. Si étranger à ce que je suis. Il parle de liberté. De survie. Une langue que je connais comme un connait une chanson, une poésie. Comme on berce un loup blessé au soir de sa mort, accueillant ce simple fait évidant, tangible, et pourtant lointain.

    Elle me parle d'un autre monde, d'une autre existences. Elle me parle avec des mots d'humains.

    Est-ce pour cela qu'elle peut se promener si facilement parmi eux ? Vit-elle ? ... Mourra-t-elle ? A cette idée, une pointe de compassion se glisse dans mon incompréhension. De ma main libre, je caresse ses boucles rouges sang et lui offre un petit sourire de soutien. Elle semblait mal à l'aise à l'idée de devoir combattre comme si c'était une mauvaise chose dans sa vie. Peut-être pouvais-je la soutenir ?

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 16 Juil - 13:05
    C'est vrai que les démons sont différents les uns les autres. Autant qu'Halewyn déteste imposer sa volonté claire , préférant guider les mortels et immortels sur des chemins inconnus et préférant marcher à leur côtés, autant tuer lui prait vulgaire et sale... Et pourtant, ne vous y leurrez pas, torturer les gens font parti de ses petits péchés mignons, sauf si l'on parle de torture sexuelle bien sûr, ce qui donne des arômes immangeables aux âmes traumatisées.

    Autant, en cette étape si, iel a une conscience aigüe de sa différence. La compassion de la petite démone l'heurte de plein fouet et , soyons franc, autant c'est une première, autant ca lui est insupportable. Par chance, il n'y a pas de condescendance dans cette compassion, iel ne l'aurtait pas toléré. Retenant la petite main, iel sourit mystérieusement, un peu tristement même.

    Halewyn lui montre... Le jeune démon ingénu invoqué en tant que dieu d'un bled de cosanguins. L'asservissement par un mage noir retors. La trahison et les plans pour prendre son enveloppe et l'annihiler au passage. Le combat pour sa vie, assisté par un splendide elfe mortel aux cheveux blancs. La trahison de son départ. La réalisation que pour les mortels, ils sont l'ennemi public au pire, un simple outil au mieux. La peur et la haine irrationnelle des démons.  La curiosité qui lui a fait découvrir le monde. ŀes innombrables fois ou les mortels ont voulu l'occire. Se défendre pour sa vie.  Il y a les Spectres qui dansent autour d'un feu, et iel qui se sent... accepté. Il y a Sancta avec l'ange et la liche nécromancienne et la trahison dans l'air. Iel lui narre par image l'histoire de Lilith, démone martyr, invoquée par les humains pour protéger la cité et qui est morte de mains avides, d'individus mégalomanes.... La haine qu'iel a ressenti devant un tel gâchis. ŀa révolte face à la perte de l'enveloppe d'une de ses consoeur. L'incompréhension totale de certains pans humains... L'engagement concernant les démons de tout acabit.  La solitude d'être entre deux mondes, démoniaques et humain transparut brièvement.  Iel lui donne les images et les émotions qui vont avec, la laissant choisir sa voie.

    Ensuite, le démon la montre, elle. Splendide et magnifique comme iel la percoit. Pure dans ses intentions et ses émotions. Le désir de protection authentique qu'elle fait naitre en iel. La conscience que cette pureté est à double tranchant, autant pour elle que pour les autres. Parce que les Mortels ne désirent rien de plus que d'asservir et de briser l'objet ou la personne de leur convoitise.

    -Je vais faire simple... Je veux que tu me promette sur ton sang que tu va te battre pour défendre ton corp, tuer si nécessaire.

    Parce que si ħale lui dit de défendre leur vie, ca sera trop abstrait, iel en a conscience.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 16 Juil - 13:57
    L'art du mime
    Fin Février 04


    Panthère me regard un instant... Puis une foule d'images m'assaillent. Rapides. Précises. Trop décousues. Trop rapides. Je recule, tentant de lâcher la main  qui me tient pour m'éloigner d'un feu trop vif. Des douleurs. Des frayeurs. Des colères. Des déceptions. Des soulagements. Des trahisons. Encore des trahisons. Toujours des trahisons. Les humains sont ainsi. Et pourtant, l'impression de faire parti de ce cercle dansant, mouvant autour d'un feu sous la lune. La haine. La soif de sang. Et la peur... Tellement de peur... Je sens cette pulsation douloureuse et puissante qui ancre dans mon être. Pas pour la douleur. Pas pour la trahison. Même pas pour la déceptions. Mais parce que les images imposées et les émotions qui émanent de Panthère suppurent d'une même étrange conscience : elle fait parti des êtres qui peuvent mourir.

    L'enchainement est difficile. Le rythme et la coute durée de chaque flash créant un patchwork de situations volatiles. Aussi éthérées que la jalouse protection qui se dégage de lui à la vue de mon visage. L'admiration étrange dont la source m'échappe. La peur encore, sans en comprendre la raison. Et sans un instant de répit, l'ordre qui fuse.

    - Je promets de me battre. "
    soufflais-je sans une hésitation, les yeux encore perdus dans le vague de ses visages, de ses couleurs et de ses ressentis.

    Panthère est comme les humains sur bien des points, celui des mots visiblement aussi. Et je les lui donne de bon cœur. Ces friandises frivoles aux danses volages sont souvent tout ce qu'ils attendent. Tout ce qui manque pour qu'ils cèdent ou acceptent. Aussitôt nés, aussitôt perdu dans le vent, ils n'ont d'existence que dans un moment fugace. Un instant.

    Oubliés au battement de cœur suivant.

    La respiration rapide, je tente une nouvelle fois de glisser ma main hors de la poigne de Panthère sans fuir pour autant. Je n'ai pas envie d'autres images et je ne sais plus trop ce qu'elle veut de moi, pauvre créature pétrie de peurs et de douleurs qui cherche à devenir humain  pour ne pas être seul. Une langue bifide vient humecter mes lèvres, mes prunelle caressant son visage.

    D'un geste doux, lent, auquel elle peut parfaitement échappé, je replace une mèche rouge derrière son oreille.

    - Tu pourrais trouver ta place... " soufflais-je, la voix caressante alors que le parfum qui entour panthère lui évoque son souvenir le plus heureux. Elle avança de nouveau, leurs corps nus d'effleurant à peine, laissant sur le derme du démon rouge la simple promesse d'un contact encore absent. " Tu n'es pas obligé de demeurer seul... " Un murmure, un appel suave qui touche bien plus que l'oreille. " Être réellement comme les autres, avec les autres, sans plus craindre pour ta vie. Être pleinement toi... accepté dans la plus sincère des confiances... "

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 16 Juil - 18:26
    Dire qu'Halewyn appréciait ce qu'elle voyait et lui renvoyait serait mentir. De sa petite mimine rose, elle avait déchiré ses défenses aussi sûrement que ses chemises. Et le démon n'aimait pas ca, pourtant, iel acceptait le contact. Peu importe, son ego s'en remettrait, iel avait l'éternité pour ca. þour le moment ce n'était pas important. Ses failles et ses faiblesses, iel y verrait plus tard.

    Je ne veux pas de promesse creuse... Je ne veux pas de mots. Dit iel en durcissant son aura légèrement, sans être agressive, infimement plus ferme. Je veux des actions et des résultats.

    Avant de s'adoucir de nouveau. Honnêtement, iel savait qu'iel ne pourrait rien réclamer ni exiger d'elle. Nul pacte ne serait jamais ni tenu, ni efficace. Simplement que pour elle, hier et demain etaient des concepts abstraits, on ne pouvait pas trouver plus ici et maintenant qu'elle. Si Rêves pouvait dans une certaine mesure faire preuve de raison et de logique, cette petite en était complètement imperméable.

    Oui elle était infiniement la plus dangereuse de toute, mais pour elle-même avant tout. C'était un fait qu'il fallait accepter. Le seul problème est qu'elle pensait qu'iel voulait devenir humain. Rien n'était plus faux. Halewyn n'admirait rien tant que les démons comme eux. Iel était si fade en comparaison... Et pourtant, si le Maitre Mıroir s'était vu quand il se lâchait, iel aurait assurément revu sa position sur son enveloppe corporelle. Peut-être tait ie si à part parce que sa présence a été voulue et attendue pendant de nombreux siècles? Grossesse montrueuse qui s'est terminé par la mise au monde d'un dieu démoniaque?

    Subitement, Halewyn fait une moue boudeuse. CØmme un enfant qui boude la friandise de bonheur offerte.

    -Etre comme tout le monde? Mais quel ennui!!!!


    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 16 Juil - 18:46
    L'art du mime
    Fin Février 04


    Peut-être y aurait-il des actes. Un jour. Mais ceux qu'elle invoquait n'étaient pas là, n'en restait que l'ombre.

    Panthère tentait par tous les moyens de cadrer, de demander, de changer. Et une fois de plus j'acceptais avec un hochement de tête pour lui faire plaisir.

    - D'accord.

    Quand le moment viendrait je le ferai ! ... sûrement.

    Elle avait besoin de bien plus que ça, mais comme précédemment, elle était encore plus profondément prise dans ses cadres que certains humains que j'avais déjà croisés. Panthère refusait toute possibilité de changement, scrutait toute chose un pas en avant et préférait se tromper de son propre chef que changé en prenant le risque de lâcher prise. Je lui souris, la faim ne m'aiguillant plus vraiment, me laissant davantage de temps de penser parfois.

    Et puisque la discussion me semblait terminée et que cette histoire de partir ailleurs était visiblement loin derrière nous, je tournais le dos à la fenêtre pour retourner m'intéresser à ce qui m'avait intrigué un peu plus tôt. Sur la table, les feuillets couvert d'encre et de ratures s'alignaient. Trottinant jusque là, j'en caressait les vagues noires avec un regard doux, rabattant ma longue chevelure sur une épaule pour pouvoirs les regarder encore un peu.... Semblables et pourtant différentes. Ma queue ondulait doucement en un mouvement inlassable.

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 17 Juil - 14:49
    ŀe ondulement paresseux de la fine queue, le pli détendu des ailes de Sans-Nom étaient plaisant à voir. Elle commencait à être en confiance. Et pendant qu'elle examinait ses croquis, Halewyn la rejoint, le doux scintillement de ses bijoux sur sa peau pâle l'illuminant de milles feux.

    -Tu te demande sur quoi je travaille d'arrache pied probablement. Sourit t'iel, ne se souciant pas trop du fait qu'elle comprenne le concept ou non. -Ma mortelle favorite est soumis à une magie des titans. Ce sont des gros pas beaux très grands et qui puent et qui veulent faire comme les hommes, mais avec tout les être vivants.... Bref. Cette magie la dévore, la condamnant à être oubliée. De carrément disparaitre de cette réalité. Et je m'y refuse. J'ai passé un pacte avec son aieule pour la protéger.

    Iel pointa le premier, raturé.

    Celui là est une représentation humaine de l'équivalent d'une malédiction.

    Et en sorti un autre sur un papier semi transparent.

    -Celui là est une représentation théorique de notre magie, de la facon qu'elle fonctionne. C'est approximatif, j'en suis encore à lélaboration du code arcanique  permettant de transcrire efficacement comment j'utilise mes pouvoirs. Mais c'est un début.

    Iel chevaucha les deux esquisses qui en formèrent une troisième, dont deux variantes étaient illustrées sur le parchemin.

    -Cette magie veut vivre. Donc elle se nourrit des vivants. J'ai deux angles d'attaques possibles un avec mon sang, qui combat cette chose. Si je pouvais transférer cette magie à un autre hôte elle serait gagnante, mais Rowena refusera de sacrifier une autre vie que la sienne... Sinon, il y a un énorme risque que je me trompe. Mais... ce qui est mort ne saurait mourir et je préfère la tuer de mes mains plutôt qu'elle soit condamné à cet Oubli éternel. Ce rituel est très risqué et doit être pratiqué rapidement, je dois extirper son coeur battant de sa poitrine et l'infuser avec mon sang en maudissant l'organe pour l'obliger à battre et en liant sa vie à ce dernier et je n'aurai que queques secondes pour le faire sans droit à l'erreur et ne fonctionner que si il est sain. Je risque seulement de hâter son trépas au pire, ce qui serait miséricorde à mon avis.  Au mieux, elle vit et guérit et je lui replace son organe ensuite. Il y a l,entre deux ou le rituel sera irréversible et ou elle devient une Morte-Vivante et ne m'en veuille pour le reste de l'Eternité. Sans compter que si je réussis, rien ne dit que la magie de Xo'Rath ne profitera pas des chairs mortes. Je dois faire des tests... Et je risque de manquer de temps. C'est quand même hilarant que nous Immortels, ne soyions soumis à cette contrainte

    Iel soupira en posant une main de grand-frère sur la tête aux cheveux roses avant de poser un léger baiser protecteur sur la douce chevelure odorante.

    Bref, en gros, je suis en train d'étudier la magie Mortelle pour augmenter mon potentiel et ma puissance. C'est aussi pour ca que je dois rentrer à Justice. J'ai terminé la recherche de Savoir, je dois maintenant passer à l'Expérimentation.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 17 Juil - 19:54
    L'art du mime
    Fin Février 04


    Je garde les yeux sur le papier et les vagues noires sur font blanc, le cœur à la fois lourd et léger. Mes griffes dessinent des arabesques sur le bois du bureau sans laisser de trace. Un léger rire m'échappe lorsque Panthère parle soudain bizarrement, ses phrases décousues dépourvues de sens, même pour elle. Elle n'aime pas les Titans.

    - Les humains disent qu'ils veulent des choses sans savoir. Les dogmes titanesques sont ambiguës et utilisés comme prétextes à beaucoup de choses. " soufflais-je à mi-voix, me souvenant des jours passés à discuter avec mon grand Duc et le Colibri blanc. Ma voix légères et douce ne s'attarde pas à expliquer ou à tenter de faire changer Panthère d'idée. Celle qu'il aime n'ai sûrement pas envie de mourir et si Panthère se bat pour un peu de temps, ce ne serait pas la première.

    Je l'écoute expliquer la magie, le mal, la maladie et les tests. Et je la regarde cette fois de mes grands yeux, écoutant chaque phrase, imaginant chaque processus qu'elle décrit... Bon, je n'en comprends que difficilement quelques bribes, tant elle pense par sauts et gambades. Je m'en doutais déjà mais clairement, Panthère est un être qui sait ! Un frisson me remonte le long du dos lorsqu'elle pose sa main entre mes cornes, mais je ne me soustrais pas, le laissant faire à sa guise sans amorcer le moindre geste de réciprocité.

    - Tu étudies la magie... " comme Grand Duc parfois. Mais contrairement à lui... " Tu veux être plus puissant... " Je réfléchi un moment avant d'ajouter. " C'est quoi un Mort-Vivant ?

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 17 Juil - 20:12
    -Les dogmes titanesques ne sont qu'une vaste fu... des énormes conneries créées par des Mortels pour des Mortels pour les dominer comme du bétail. Les plus grands crimes sont souvent commis sous le couvert de la Religion et de l'Amour même si pour le deuxième, personne ne sait ce que c'est vraiment. .

    Halewyn adapta son langage, essayant de le simplifier. C'était complexe pour iel, de ne pas mettre un paragraphe sur quelque chose qui peut se dire en une phrase claire. Iel écouta les questions de la démone avec une patience démoniaque.

    -J'étudie la magie oui. Je veux être plus puissant certes. Confirme t'iel tranquillement s'abstenant de formuler ses raisons à voix haute. Parce qu'elles étaient ce que la morale mortelle qualifierait de '' bonne'' et ''d'altruiste '' mais qu'iel n'était ni l'un ni l'autre. -Pour tenir ma promesse... Finit t'iel par dire quand même avant de suivre avec un plaisir non feint les questionnements de la donzelle. Les questions c'était important. Il ne suffisait pas de survivre, il fallait vivre aussi et la curiosité était le signe d'un esprit sain.

    Les Morts-Vivants peuvent se présenter sous différentes formes, mais ils ont tous la particularité de ne pas avoir de coeur qui bat, certains pourrissent sur pieds, d,autres non. Mais ils marchent, ils mangent comme les mortels. Leur niveau de conscience du monde peut aller à celle des titans jusqu'à celle d'un bébé affamé. La majorités ont été des Mortels maintenant morts. Je n'ai jamais eu connaissance d'un cas de Mort-Vivant né ainsi. Donc, pour résumer, Un mort vivant est un mort qui a déj
    été vivant mais dont le corp refuse de rester mort.



    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum