DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Projet Lanconda ; Les grands dévoreurs du Sekai [Solo] InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    Le Musée du Courage - LibreAujourd'hui à 18:53Arès Wessex
    Les Masques de la République [ft Orifa Sigrior]Aujourd'hui à 18:33Verndrick Vindrœkir
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirAujourd'hui à 18:13L'Amiral Bigorneau
    D'une fae à une autre | [Feat. Mégère]Aujourd'hui à 17:40Mégère
    Une naine peut en cacher une autre Aujourd'hui à 16:52Ersa Vatt'Ghern
    Une cible en commun [Ersa]Aujourd'hui à 14:11Ersa Vatt'Ghern
    Demande de Modification de fiche - Vandaos FallenswordsAujourd'hui à 11:48Vandaos Fallenswords
    Aller en bas
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 158
    crédits : 3144

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Mer 19 Juil - 4:52
    Prologue

    Au rugissement du Kokot, car oui un Kokot rugit bien plus qu'il ne caquette, Lardon s'extirpait de son lit.
    Une nouvelle journée routinière de travail commençait. Routinière ? Non, aujourd'hui l'hybride était chargé de récupérer les bilans des différentes équipes d'études affiliées au projet Lanconda, une journée importante qui expliquait la bonne humeur de l'homme-cochon.
    Après un petit déjeuner frugal au réfectoire, le co-superviseur se rendait directement au bâtiment administratif dans la zone alloué à l'étude, croisant plusieurs collaborateurs de longue date qu'il saluait cordialement, à l'exception de la directrice de projet, Siline Silvermaul, celle-ci était encore absente pour une tierce raison, urgente sans aucun doute. Une habitude qui ne l'étonnait guère puisque la naine à la tête du programme était incapable de rester sagement derrière son bureau.
    Lardon était reçu par Sebastian Moran, un employé de coordination efficace qui allait l'accompagner durant cette journée. Après l'hybride et la directrice, c'était l'une des personnes qui connaissait le mieux le projet dans sa globalité puisqu'il synthétisait dans des rapports hebdomadaires les résultats des différentes équipes de scientifiques, dresseurs et autres employés. C'était d'ailleurs sa dernière journée avant qu'il ne soit promu dans un autre service pour l'excellence de son travail.

    - Alors Sebastian, hâte d'enfin quitter cet obscur petit projet pour un poste à la hauteur de vos compétences ? Taquinait l'hybride.
    - Allons monsieur Petitgroin, après cinq années de bons et loyaux services depuis que j'ai été intégré au projet Lanconda, vous savez bien que je n'ai à cœur... que d'avoir un meilleur salaire. Répondait avec humour son interlocuteur.

    De bonne humeur, Lardon ne pouvait qu'en rire. Le grand homme maniéré à la chevelure noire toujours parfaitement peignée, était d'une grande déférence et d'un professionnalisme exemplaire, il avait rejoint le personnel du programme lorsque le nombre d'employés et de sections commençaient à souffrir d'un manque de coordination et de communication évident. Il avait alors abattu un travail de titan en se chargeant à la fois de créer et de mettre en place des systèmes de transmissions d'informations et d'ordres plus efficace entre les services mais aussi de rapporter de façon plus concise les besoins et manques dont pouvait souffrir les équipes scientifiques afin d'y palier plus rapidement.
    Grand orateur, son éloquence lui permettait de converser facilement avec ses nombreux collègues, qu'ils soient scientifiques, mages climatiques, dresseurs, et même avec la direction, parvenant en tout temps à trouver arrangements et compromis pour régler les nombreux problèmes qui survenaient. Un élément précieux qui avait déjà suscité la convoitise d'autres chefs de projet mais ce bon Sebastian était toujours resté fidèle, déclinant à de nombreuses reprises les débauchages.
    Il n'était pas peu de dire que la promotion de cet homme dans sa mi-vingtaine seulement était amplement mérité, même si cela signifiait de devoir se passer d'un tel atout.
    Après avoir échangé quelques banalités supplémentaires, et surtout d'avoir prit connaissance de l'itinéraire du jour, Lardon et Sébastian se rendait jusqu'au profond escalier qui descendait de deux étages sous le rez-de-chaussée afin de visiter la première équipe du projet, celle par laquelle tout commençait.


    Résumé de ce qu'il faut retenir :
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 158
    crédits : 3144

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Mer 19 Juil - 16:01
    Première étape ; Les Couveuses

    Situé en sous-sol, un réseau d'alcôves creusé et aménagé était en permanence surveillé par des équipes tournantes afin de s'assurer du bon développement des portées de serpents.
    Le conditionnement des Lancondas commençait dès la ponte puisque c'était durant les quelques semaines de croissance à l'intérieur de l’œuf que s'adaptaient les futurs monstres à leur environnement, leur permettant de mieux appréhender le climat dans lequel ils allaient évoluer.
    A ce titre, les températures des différents nids pouvaient être fondamentalement distinctes pour simuler artificiellement les climats variés du monde, chaud et sec pour le désert, froid pour les terres du Nord, humide pour la jungle, tempéré pour les zones forestières, etc.

    - Des incidents sont-ils à reporter ?
    - Non, monsieur Petitgroin. L'entièreté des individus des couvées parviennent à maturité, comme estimé dans nos prévisions.
    - Bien. L'entretient des nids et du bassin de reproduction ?
    - Le remaniement des équipes à permit d'accroître l'efficacité d'un tiers, tout en réduisant les temps d'interventions et leur nombre de moitié.
    - Parfait. Le compte rendu des observations des couvées mixtes a-t-il bien été joins ?
    - Oui, monsieur, tous les rapports de l'équipe ont été ajouté au bilan.

    Une longue année d'analyses rigoureuses sur le terrain avait permis aux scientifiques de Luxuriance de déterminer les facteurs inhérents aux périodes d'accouplement, celles-ci survenant principalement au début du printemps jusqu'à la fin d'été au plus tard. Les femelles émettent alors des phéromones pour attirer les mâles, période exceptionnelle où les Lancondas empiètent sur le territoire de leurs congénères sans combat ni représailles. Durant la période de reproduction, l'espèce devient donc très sociable et une femelle peut s'accoupler avec un ou plusieurs mâles sans critères de distinction. L'armistice prenait fin dès que la femelle était fécondée, celle-ci cessant alors de produire « l'odeur de l'amour » et de manière globale, le début de l'automne marque la reprise des hostilités.
    En recréant artificiellement les conditions climatiques, les scientifiques de la citée souterraine parvenaient à déclencher ces périodes de reproductions selon leur bon vouloir et pouvaient ainsi subvenir aux besoins de l'étude sans difficulté. En revanche un contrôle strict et une séparation des individus mâles et femelles étaient des mesures de sécurité indispensables pour éviter la moindre naissance illégale, ajouté à cela les modifications de comportement et la durée de gestation des femelles en garde-fous supplémentaires et les chercheurs s'enorgueillissaient de n'avoir jamais eu aucune ponte cachée.

    Lardon continuait son tour d'inspection, posant quelques questions subsidiaires supplémentaires aux membres de l'équipe présente, et par « quelques » cela signifiait véritablement plusieurs dizaines dont une qu'il s'évertuait à poser inlassablement.

    - Aucune naissance atypique ?
    - Non, monsieur.

    Voilà, ces trois mots habituels, toujours jusqu'alors suivi de la même réponse. C'était la plus grande déception au tableau de son étude.
    Il faut savoir que les Lancondas évoluent et changent tout au long de leur croissance, s'adaptant à nombres de facteurs extérieurs afin de survivre au mieux, mais cette adaptation n'était propre qu'aux individus de l'espèce et en aucun cas elle n'était transmissible à leur descendance.
    Un potentiel immense donc mais chaque Lanconda commençait de « zéro » et malheureusement les équipes de Lardon n'étaient jamais parvenu à faire naître un Lanconda qui échappait à cette règle.
    A termes de son interrogatoire sur les mesures de sécurité, le bon fonctionnement et roulement des équipes d'observateurs, et tout un tas d'autres questions techniques, le co-superviseur récupérait et classait les nombreux rapports dans un classeur rudimentaire en cuir.

    - Bien, vous faites du bon travail. Nous comptons sur vous pour la suite.

    L'hybride félicitait son équipe, il était toujours une bonne chose de reconnaître l'excellence d'un travail tout comme il était indispensable de réprimander dans le cas contraire. Lardon n'eut presque jamais à devoir le faire, chacun connaissait les enjeux de participer aux projets des équipes scientifiques dont une grande partie du recrutement de personnel était basé sur le volontariat.
    Il était donc également question de « popularité » afin que plus de monde se joigne à une étude mais également de gestion puisque l'administration qui allouait les fonds à un projet n'acceptait d'accorder d'augmentation qu'en cas de résultats concrets ou prometteurs. D'avantage de finances menait à d'avantage de personnel pour développer le projet qui menait à de meilleurs résultats qui signifiait souvent de meilleurs salaires, c'était la formule, souvent respectée dans les faits.
    A Luxuriance, on récompense l'excellence.


    Résumé de ce qu'il faut retenir:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 158
    crédits : 3144

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Sam 22 Juil - 17:13
    Mais un Lanconda qu'est-ce que c'est exactement ?


    Tout simplement une évolution divergente de la branche ophidienne de la famille des reptiles.
    De fait, on les confonds souvent avec leurs cousins tant qu'ils gardent une taille similaire mais l’œil avertit remarquera les différences entre les deux espèces, notamment la première qui concerne leur dentition. En effet si les serpents normaux possèdent généralement deux crochets à venin, les Lancondas disposent de rangées de crocs pointus.
    Longue, effilée et légèrement incurvée vers l'intérieur de sa gueule, cette dentition est moins destinée à découper la viande qu'à la perforer comme le ferait des poignards, transperçant les cuirs épais, les écailles et les carapaces de ses proies. Le Lanconda utilise ensuite la force de ses mâchoires pour arracher ce qui a été mordu et si sa proie n'est pas morte, il recrachera le morceau afin de pouvoir attaquer de nouveau. Une fois victorieux, il n'est pas rare que le Lanconda « mâche » sa nourriture, suivant la nature de celle-ci, avant de l'avaler.
    Contrairement à une croyance répandue, le Lanconda n'est pas seulement carnivore, il est omnivore et bien plus encore puisque son estomac est la clef de voûte de son incroyable métabolisme, mais nous y reviendront plus tard.

    Les poches à venin des Lancondas se situent légèrement sous leur mâchoire, qu'ils compriment afin d'expulser depuis leur gueule un poison aux propriétés acides ou paralysantes jusqu'à cinq à dix mètres de distance, dépendamment du type de pulvérisation puisqu'il est aussi bien capable de cracher un projectile sur une cible unique avec précision que de vaporiser son venin sous forme de fines gouttelettes volatiles pour gérer une meute. La nature et la puissance du poison, ainsi que sa distance de projection dépendent de nombreux facteurs physiologiques et environnementaux qui interviennent durant la croissance de chaque individu de l'espèce, et bien sûr un Lanconda est immunisé à son propre venin.

    Le corps cylindrique d'un Lanconda est également semblable à celui d'un serpent, dépourvu de membres, il se déplace de façon similaire en ondulant sur son ventre.
    Son dos et ses flancs sont recouvert d'écailles qui vont durcir à mesure de sa croissance jusqu'à égaler la solidité de l'acier et même au delà dans certains cas. De la même façon le cuir de son ventre va s'épaissir et se renforcer au fil du temps mais cette zone restera cependant moins résistante que plus difficile à atteindre.
    Si à la naissance il arbore la même tête triangulaire que son cousin, une collerette cervicale constituée de pics osseux recouvert d'une membrane écailleuse se forme au fil des mues, offrant une protection supplémentaire pour son crâne. Le Lancondas sauvage fait vibrer cette collerette pour défier l'un de ses semblables ou pour impressionner un adversaire qu'il juge menaçant. Certains os de cette collerette sont très sensible aux vibrations, le Lanconda gagne donc à mesure qu'elle se développe une ouïe plus affinée mais avant l'apparition de celle-ci, ils sont complètement « sourd ».
    Le squelette de l'espèce dispose de centaines de vertèbres qui compose la colonne vertébrale très souple, et sont très solides pour résister à la traction imposée par les muscles. Une paire de côtes est rattachées à chaque vertèbre cervicale et dorsale, et ceinture les flancs de l'animal jusqu'à son ventre sans se rejoindre cependant.
    Comme ses écailles, ses os et ses muscles se renforcent à mesure qu'il grandit, ce qui augmente sa vitesse de déplacement, d'attaque et sa résistance. En moyenne, un Lanconda de plus de cinq mètres est capable de se déplacer à plus de quarante kilomètres à l'heure lorsqu'il rampe en « S », en revanche il double pratiquement leur vitesse de pointe lorsqu'il chasse ou attaque, se déplaçant alors en ligne droite.

    Pour repérer ses proies le Lanconda dispose de tout un panel de sens olfactifs très développés.
    Bénéficiant d'une excellente vue, il n'est pas moins bon chasseur la nuit puisqu'il est capable de détecter l'infrarouge, soit de percevoir les sources de chaleurs.
    Lorsqu'ils sont jeunes, les Lancondas se servent de leur langue pour analyser les odeurs présentes dans l'air, en grandissant cette capacité s'équilibre avec l'apparition d'orifice nasaux sur son museau. Un phénomène similaire se produit avec les plaques ventrales qui sont capable de ressentir les vibrations qui se propagent dans le sol, en devenant plus gros le Lanconda perd en finesse pour repérer les proies les plus légère mais à ce stade de son développement sa collerette cervicale est déjà pleinement formée ce qui lui permet d'analyser les vibrations qui se diffusent dans l'air.

    Comme les serpents, les Lancondas muent pour grandir mais à contrario de leurs cousins, ils peuvent déclencher volontairement ce processus et se débarrassent activement de leur ancienne peau.
    Le cri d'un Lanconda juvénile est très proche de celui du serpent, un simple sifflement en « hsssss » mais à mesure que ses cordes vocales se développent certains deviennent capable de rugir, une fois adulte.


    Résumé de ce qu'il faut retenir:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 158
    crédits : 3144

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Lun 24 Juil - 4:55
    Deuxième étape : La Garderie


    C'est ainsi qu'était appelé le très vaste terrain où les jeunes Lancondas allaient pouvoir grandir pendant quelques semaines en semi-liberté, et par « grandir » il fallait comprendre qu'une première sélection naturelle allait se dérouler au fil des jours.

    Une fois nés, les Lancondas étaient confrontés à un dresseur qu'ils allaient reconnaître comme leur « mère » même si celui-ci n'appartient pas à leur espèce, cela dans le but d'assurer leur obéissance et faciliter le futur dressage. Après cette première prise de contact, les bébés étaient nourris puis transférés à la Garderie où ils seraient relâchés pendant un mois environ.
    Durant cette période, les Lancondas allaient être livrés à eux même et survivre selon la loi du plus fort, ce processus ne diffère que peu de celui qui se déroule en pleine nature car à l'état sauvage le Lanconda est fratricide dès la sortie de l’œuf. La différence étant que lorsque la portée est réduite au nombre d'individus requis, le séjour à la Garderie est interrompu.

    Lorsque la première sélection était effectuée, le dresseur « mère » allait pouvoir commencer son travail.
    La première étape, simple, était de nourrir les Lancondas durant plusieurs jours, séparément, sans qu'ils aient besoin de chasser afin de refréner cet instinct puis de les faire cohabiter en groupe, là encore pour les rendre plus sociable. Simple mais délicate puisque la mise en présence d'autres individus de leur espèce en dehors de la période de reproduction mène systématiquement à un combat à l'issue sanglant, la supervision de la « mère » est donc indispensable pour les premiers jours d'acclimatation et ce jusqu'à une sociabilisation complète des individus.
    Cette sociabilisation forcée n'est possible qu'en réunissant ces deux facteurs, la présence de la mère pour les empêcher de se battre entre eux, une satiété complète et maintenue pour juguler leur agressivité naturelle du à la faim.

    Lorsque les Lancondas sont capable de coexister sans s'entre-dévorer, ils quittent la garderie pour rejoindre les enclos et les terrains d'entraînement pour commencer leur « formation militaire ».

    - Comment se déroule le recrutement de dresseurs volontaires ?
    - Difficilement, vous vous en doutez bien, monsieur. Ce ne sont pas de dociles Tokages et les exigences que vous avez établies ne permettent pas d'ouvrir la candidature à tous les dresseurs.
    - Vous l'avez dit Sebastian, ce ne sont pas des Tokages, une maladresse ne se soldera pas par un crachat un peu gluant et trois poissons pour arranger l'humeur. Je ne peux pas nous permettre un recrutement moins strict et risquer la perte de personnes aussi précieuses pour Luxuriance.
    - Je le comprend bien, monsieur. En l'état, nous disposons d'assez de personnel pour les besoins du projet, cependant si celui-ci obtient l'autorisation pour les applications militaires je suggère la création d'un cursus de formation spécifique pour les dresseurs.
    - Mmh... C'est une bonne idée, très bonne idée même, je l'ajouterais lors de la présentation.

    Lardon était très tatillon, et à raison, car à Luxuriance de très nombreuses bêtes y étaient élevées et parmi elles les Lancondas faisaient partit des plus dangereuses, mais surtout les Dresseurs étaient vital pour la prospérité du monde souterrain. Il n'était donc pas déraisonné que le cochon veuille protéger ces derniers.

    Les abords de la Garderie était constamment surveillé pour éviter les fuyards éventuels, bien qu'ils étaient rares, la règle était simple et impitoyable : Un Lanconda non dressé qui franchissait la limite du périmètre devait être abattu sans délai.
    Grâce au contrôle des naissances mit en place, une perte était moins problématique qu'un vorace en fuite, d'autant que les femelles Lancondas pouvaient avoir des couvées pouvant atteindre les deux cents œufs, leur nombre étant déterminé par la taille de la femelle. Cependant il était à noter que plus la femelle était grosse, moins elle pondait d’œufs, donnant une descendance plus massive et meurtrière plus rapidement.

    Lardon avait recruté une vieille connaissance à la tête de l'équipe de la Garderie. Un chasseur bourru et taciturne, qui lui avait montré bon nombre de ficelles du métier lorsque l'hybride venait tout juste de débarquer dans le monde caché. Ce vétéran retors aux cheveux grisonnants était d'une pugnacité à toutes épreuves en ce qui concerne la surveillance des Lancondas et ce pour une bonne raison ; il les détestait.
    Les voir se déplacer sur leur ventre lui donnait des frissons se plaignait-il mais à vrai dire il avait également des frissons face aux poissons, aux oiseaux, aux invertébrés, beaucoup de bestioles en somme. Un chasseur très bizarre donc mais ô combien efficace grâce à son fidèle cerberus et l'équipe qu'il avait lui même réunie.

    - Ce n'est pas encore ce jour que vous verrez le projet prendre fin. Lançait Lardon avec amusement en retrouvant le vétéran en question qu'il saluait d'une poignée de main vigoureuse.
    - Ne t'avance pas trop, fiston, enfin... Chef. Cela fait des années que tu valse avec la Mort, tôt ou tard tu lui marchera sur la queue. Répondait le bourru barbu en lui tendant une compilation de plusieurs feuillets, ses derniers rapports.
    - Heureusement j'ai toujours eu le pied léger. En se saisissant des papelards qu'il ajoute aux siens. Et puis j'ai une grande confiance en vos talents pour assurer la sécurité, maître.
    - Je vieillis plus vite que tu l'imagine, et Cerboss aussi. Dans quelques ans, ma vue ne sera plus aussi acérée et son odorat moins fin, que feras-tu alors quand ils s'enfuiront pour dévorer le Reike ?
    - Il me faudra trouver de nouveaux talents pour prendre la relève, peut-être l'un de vos successeurs, qui sait ?
    - Baha ! Ils sont encore accrochés aux tétons de leurs mères et ont plus de lait dans les yeux qu'il ne leur en reste dans leurs loches ! Raillait le presque ancien en direction de quelques jeunes chasseurs un peu en retrait, une boutade typique de sa part. Il pousse finalement un soupir. Si tu te plante, il te restera toujours un plus gros monstre à gérer que tous ceux que tu gaves. Tu es un cochon chanceux pour l'instant mais cela finira par changer, la fortune est une compagne capricieuse.
    - Laissez moi gérer mes affaires avec la Directrice et veillez sur votre propre fortune, j'ai appris que son ventre s'arrondissait enfin, des félicitations s'imposent il me semble.

    Le visage renfrogné du patriarche se fendait d'un sourire de fierté rien qu'à cette mention, l'hybride avait fait mouche pour détourner la conversation et éviter les sempiternelles mises en garde que lui rabâchait le chasseur depuis qu'il l'avait recruté. Une fois les trivialités expédiées, le co-superviseur reprenait le cours de sa visite.


    Résumé de ce qu'il faut retenir:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 158
    crédits : 3144

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Sam 29 Juil - 4:25
    Mais un Lanconda est-ce vraiment si dangereux ? (Partie 1)


    En un mot comme en cent ; oui.
    Voici pour le mot, passons aux cents.

    Il n'y a qu'un seul être que le Lanconda craindra au cours de toute sa vie ; la première créature qu'il distinguera à sa sortie de l’œuf.
    Pas sa génitrice, pas un Titan, pas l'être le plus fort que le monde ai engendré, non, « la première créature », tant qu'elle est un tant soit peu plus grosse que lui et qu'elle se tient présente devant le nid, cela peut donc être un bête Champa, Timmy le fils du fermier qui s'est égaré dans la forêt ou un hybride-cochon. (même si à l'état sauvage, il n'y a ni Champa, ni Timmy, ni cochon autour d'un nid de Lancondas, seulement leur mère)
    Cela vous paraît ridicule comme introduction ? Pensez-y donc dans l'autre sens : à l'exception de cette créature, le Lanconda cherchera à dévorer tout le reste.

    Il n'y a que deux idées distinctes dans l'esprit d'un Lanconda juvénile ; « maman » et « manger », donc une fois sortie du territoire de maman, le reste du monde est destiné à être boulotté.
    Le premier instinct auquel répond ce monstre est donc celui de se nourrir et quoi de mieux pour son premier repas après avoir vu le jour dans le Sekai que de goûter à ses délicieux frères et sœurs ? Rien, bon appétit.

    La croissance d'un Lanconda sauvage est aléatoire car elle dépend principalement de ce qu'il ingurgite et de son environnement. Cela vous paraît un peu fumeux ? Laissez moi vous expliquer.
    Chez ces serpents géants, l'estomac est l'organe le plus important car de lui dépend le bon développement de la bête, il est aussi l'un des plus performant du règne animal. Son acide gastrique est capable de dissoudre la chair, la kératine et les os avec une efficacité effrayante et sa capacité à absorber et stocker tous les nutriments présents est sans commune mesure.
    D'ailleurs le « cœur » d'un Lanconda est son estomac, de manière métaphorique. Vous voulez être certain de terrasser un Lanconda ? Visez l'estomac, cela ne le tuera pas instantanément mais vous êtes assuré qu'il rejoindra ses ancêtres avant sa prochaine mue.
    Le rapport ? Contrairement à d'autres, le Lanconda guéri de ses blessures et adapte son organisme à chaque mue, et même si une plaie grave peut mettre plusieurs mues pour guérir, les changements de peau peuvent être TRÈS fréquent car c'est un phénomène que le Lanconda est capable de déclencher de sa propre volonté. La seule condition est qu'il doit disposer de la nourriture nécessaire.
    Bien sûr ce point faible n'est valable que pour les Lancondas adultes, tant qu'ils sont dans leur phase juvénile ou adolescente, vous avez presque toutes vos chances en visant le cœur ou la tête. Presque.

    Bon revenons à nos Kokots, vous êtes un Lanconda à peine sortit de l'oeuf et vous avez déjà goûté deux ou trois de vos frérots, repu vous avez filé aussi loin que votre petit corps chétif de cinq centimètres pouvait vous le permettre avant que votre génitrice ne se dise que le monde se porterait mieux sans vous.
    Problème, ça y est, vous avez de nouveau faim, le haut-fourneau qui vous sert d'estomac à déjà digéré et cramé toutes les bonnes choses dont vous vous étiez bâfré il y a une minute. Solution ? Manger. Quoi ? Tout.
    Oui, tout.
    De l'herbe ? Ça passe. Des insectes ? C'est plein de protéine. Des petits rongeurs ? Encore meilleur ! Des pierres ? Hein ? Jamais vous ne mangeri.. Ha si en fait, vous allez le faire, au moins vous allez essayer de le faire. Comment savoir si c'est bon si on y goûte pas d'abord ? Vous vous poserez des questions après, une fois que ce sera dans votre estomac.
    Vos minuscules petits crocs se briseront car vous n'êtes jamais chiche sur l'effort à fournir la première fois pour croquer dans quelque chose et cette chose là était plus dure que vos chicots en miette, vous avez l'air fin maintenant mais ce n'est pas la fin du monde, vous êtes un Lanconda, c'est inscrit dans un coin de votre mémoire génétique, vous pouvez grandir en mangeant et vous voulez grandir, voilà, le processus s'enclenche, retournez gober tout rond quelques insectes en attendant que vos dents brisées tombes une par une.
    Quelques heures passeront, peut-être même un jour entier, et vous serez de nouveau flambant neuf ! Avec une nouvelle dentition renforcée, pas encore capable de mâcher cette pierre mais déjà bien plus résistante, les cailloux n'ont qu'à bien se tenir à ce rythme, et vous avez même grandit d'un centimètre, incroyable, mais il reste un problème, vous avez de nouveau faim. Solution ? Manger. Quoi ? Tout.
    Oui, tout.

    Et ce résumé n'est que la version charmante et romancé du début de vie d'un Lanconda sauvage, surtout si vous avez oublié les premières lignes, mais toute sa vie sera faite d'une faim inextinguible assaisonnée d'une agressivité extrême.
    Ce monstre voue une telle haine à l'existence d'autrui qu'il n'hésite pas même une seconde à attaquer plus gros que lui, tuer ou être tué dit le proverbe et c'est on ne peux plus vrai car soit vous n'êtes qu'un appétissant repas qui ne mérite d'avoir vécu son existence qu'uniquement pour lui remplir l'estomac, soit vous êtes une menace sérieuse et il est impensable qu'il vous laisse en vie pour cet affront.

    En grandissant, cet assassin impitoyable va s'adapter à ses proies et son environnement, c'est pour cette raison que d'une région à l'autre, les Lancondas sont si différents dans leur apparence, leur mode de vie et de chasse et même leurs attributs.
    Dans les forêts leurs écailles sont d'un vert sombre qui le camoufle assez bien lorsqu'il rampe au milieu des buissons et des feuilles, chassant activement dès qu'il repère une proie alors que ceux dans le grand nord possède une épaisse couche de graisse isolante sous leur cuir et attendent patiemment embusqués qu'une proie s'approche, et dans le désert les écailles sables trompent souvent l’œil des moins aguerris et celles-ci sont également légèrement décollées de sa peau, lui permettant des accélérations fulgurantes sur et sous le sable.

    Ce démon dont les ancêtres ont du s'échapper des geôles de l'enfer pour s'installer dans le Sekai évolue sans cesse pour mieux gifler ses proies vers l'au delà avec toujours plus de facilité et devient de plus en plus vicieux avec l'âge et l'expérience, car si les juvéniles ne font que suivre un instinct primaire, à mesure que leur cerveau grossit et se développe, ils vont apprendre et mémoriser les schémas comportementaux de leurs proies ou agresseurs. Une feinte fonctionne rarement plus d'une fois sur un Lanconda alors il est indispensable de vaincre ce monstre avec votre atout une bonne fois pour toute sous peine de le voir ressurgir plus tard avec une résistance, une immunité ou une contre-attaque appropriée. Il est l'incarnation du proverbe « ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort » et il se garde bien de laisser quiconque suivre son exemple.

    Ces prédateurs implacables sont plutôt sédentaire tant que leurs sources de nourriture sont adéquates pour leur croissance mais s'ils viennent à manquer de proies substantielles, ils se mettront à errer à la recherche d'un nouveau territoire, ce qui signe souvent leur arrêt de mort s'ils s'aventurent loin de leur biome de naissance puisqu'il sera confronté à un environnement auquel il sera inadapté ou se retrouvera face à un congénère en parfaite connaissance du terrain qui n'aura aucune pitié pour cet envahisseur.
    Car oui, à travers le monde, il n'y a aucune espèce, hormis un cochon fou malade à qui la dangerosité de ces monstres semble avoir échappé, qui fasse preuve de la moindre clémence envers les Lancondas.
    L'aversion viscérale de ces gloutons pour tout ce qui vit est d'une réciprocité sans pareille et même le plus doux des Aazho entamera la danse du piétinement furieux pour écrabouiller le moindre de ces rampants, sachant pertinemment que le laisser s'enfuir et grandir serait une erreur monumentale.
    C'est donc une régulation et auto-régulation de l'espèce par la brutalité et la mort pure et simple qui empêche la surpopulation de ces diables voraces qui aurait déjà fait disparaître de la surface du Sekai bon nombre d'espèces si la répartition des équipes n'était pas de un contre tous, et pourtant cela n'empêche pas pour autant les Lancondas de sévir à travers tout le continent, ou presque.
    Il n'a d'ailleurs jamais pu être récupéré les restes d'un Lanconda « mort de vieillesse », ni même de témoignage, un Landonda meurt toujours de façon prématurée, toujours, du moins de ce qu'on en sait jusqu'à aujourd'hui.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 158
    crédits : 3144

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Dim 30 Juil - 9:21
    Mais un Lanconda est-ce vraiment si dangereux ? (Partie 2)


    Je répète pour ceux qui n'ont pas suivi dans le fond.
    Le Lanconda grâce à sa mue, va pouvoir en premier lieu, régénérer ses cellules.
    Ce qui veux dire adieu la vieillesse, la plupart des maladies bénignes, les venins, les spores vénéneux, les blessures, les fractures.
    Et en second de s'adapter à son environnement, ses expériences ou ses traumatismes.
    Ce qui signifie qu'il deviendra plus fort, plus rapide, plus résistant, plus intelligent, plus endurant, bref, toujours plus balèze et vicieux pour devenir et rester le maître incontesté de son territoire.

    La Nature à littéralement triché à la création de ce monstre issu de vos pires cauchemars car si vous n'avez retenu qu'ils n'ont que des écailles résistantes et des crocs pointus vous allez rapidement vous faire rattraper par le karma si vous vous retrouvez face à l'une d'eux.
    Disposant de glandes à venins, ces assassins sournois sont capable de cracher à la vitesse d'un tir d'arbalète avec une précision diabolique. Si tant qu'ils sont juvénile cela ne paie pas de mine puisque ça ressemble d'avantage à un glaviot gluant tout juste capable d'entraver les mouvements d'insectes ou de petits rongeurs, il gagne rapidement en efficacité au cours de sa croissance et une fois adolescent ce poison est assez puissant pour paralyser le moindre muscle d'un Griffon.
    Même si l'effet ne se propage pas dans le corps entier (hors ingestion ou contamination par plaie), le contact gluant de ce venin visqueux vous causera une démangeaison intense semblable à la morsure d'un millier de fourmis durant moins de deux secondes avant que la zone touchée ne soit complètement anesthésiée et paralysée pour plusieurs heures, largement de quoi faire de vous le futur repas du Lanconda.
    Certains d'entre eux habitués à affronter des meutes ou des proies plus agiles et rapides, ont mit au point un autre type de diffusion de leur venin que le simple crachat ; la vaporisation.
    Plus volatile, leur poison est projeté en un nuage de fines gouttelettes semblable à de la bruine que le vent peut facilement porter et disperser autour de lui. Bien que plus long à agir, le paralysant finira inéluctablement par ralentir et immobiliser toutes proies se déplaçant à l'intérieur de la zone d'effet (qui peut s'étendre sur plusieurs mètres grâce aux courants aériens) allant jusqu'à causer la paralysie des voies respiratoires et donc la mort.
    Et cela c'est si vous avez la « chance » de vivre dans la bonne région du Sekai.
    Là où le poison paralysant du Laconda n'a aucun effet sur la faune, comme les Rindos du territoire républicain ou les Ombragons du Nord, il aura évolué en troquant sa vertu incapacitante pour devenir caustique, afin de ronger avec une efficacité terrible l'écorce, les écailles ou la carapace de ses proies. Imaginez donc les dégâts sur votre petit corps fait de chair bien tendre.

    Et vous pensiez qu'avec tout ça le Lanconda allait décider de vivre paisiblement et ne pas être au sommet de la chaîne alimentaire ?
    Non, jamais. Il veut vous manger et si vous ne bénéficiez pas d'une aide divine, il va vous manger.

    La paix c'est pour les faibles. La coexistence pacifique c'est le concept des fragiles. L'amitié c'est pour les nuls. Quand on est de la race des prédateurs, le meurtre c'est la base, et quand on est de la race des alpha prédateurs, le génocide est la seule motivation qui vous anime.
    Après tout pourquoi être un gros serpent apathique et amical lorsqu'on peut être l'ennemi public numéro un et déchiqueter tout ce qui respire un peu trop fort à votre goût ?
    Les Cerberus ? Appétissants. Les Tokages ? Succulents. Les Wyvernes ? Délicieuses. Les Ogres ? Exquis. Les races civilisées ? Savoureuses. Les fruits et les plantes ? Délectables. La roche et les minerais ? ...Bon d'accord, à l'état sauvage si vous êtes un cailloux peu appétissant ou un élémentaire de bronze céleste, bravo, vous serez épargné.

    N'espérez même pas pouvoir vous lier d'amitié avec eux, ça n'existe pas.
    Dans Lanconda sauvage, il y a sauvage et surtout Lanconda. Vous vous rappelez le début du chapitre précédent ? Le Lanconda à un système de classification simple ; Maman et Nourriture, alors si vous n'avez jamais assisté à l'éclosion d'une portée de ces tueurs impitoyables, vous êtes forcément dans la seconde catégorie. Donc si vous sauvez la vie d'un Lanconda sauvage blessé, savourez bien la satisfaction de votre altruisme car dans quelques jours ce reptile satanique reviendra vous remercier en dévorant toute votre famille et vous vous retrouverez en enfer, l'endroit pavé de bonnes mais stupides intentions, où vous serez fouetté pour l'éternité pour avoir commis l'impudence de croire que le Lanconda allait devenir votre meilleur ami pour la vie.

    Bon aller, séchez vos larmes, la vérité c'est que vous avez quand même peu de chance de vous faire dévorer tout cru par un Lanconda sauvage sauf si vous êtes le père de Timmy, mais si vous êtes un pécore lambda qui se promène dans la forêt profonde c'est que vous cherchez un peu là quand même.
    Le Lanconda « adulte » possède un gros cerveau bien musclé depuis longtemps et même si on ne cesse de répéter que son affection pour la mise à mort des vivants fait partit de son patrimoine génétique, ses neurones sont assez développés pour qu'il n'attaque pas l'équivalent nutritif d'un bretzel. Donc si vous faites pas les malins, que vous baissez la tête et passez votre chemin sans demander votre reste, vous augmentez les chances qu'il ignore la pitoyable petite victime que vous êtes, mais encore une fois, ce n'est le cas que pour les plus gros qui ont besoin de s'enfiler l'équivalent d'un ou deux trolls dans le gosier, qui eux sont des repas qui mérite de dépenser leur énergie.
    Si c'est un juvénile vous avez vos chances du moment que vous n'êtes pas retardé mentalement et que vous avez tous vos membres valides, mais pour un adolescent, mieux vaut que vous soyez très fort à la fuite ou à la bagarre. Et par très fort je veux dire d'avantage que simplement vos petits muscles chétifs d'humain fragile, non vraiment, si vous n'avez pas un atout de type magique dans votre manche, n'essayez même pas de fuir et commencez directement à adresser une prière à vos ancêtres pour leur annoncer votre venue prochaine.


    Résumé de ce qu'il faut retenir:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 158
    crédits : 3144

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Ven 4 Aoû - 9:50
    Troisième étape : Le terrain d’entraînement (1ère partie)



    Le terrain d'entraînement était vaste puisque sa superficie maximum... faisait la taille de Luxuriance.
    Du moins cela l'était dans les faits mais Luxuriance, bien qu'elle paraisse aussi belle que sauvage du point de vue d'un néophyte, était régie par des règles établies depuis le premier responsable de ce sous-monde et complété à chaque nouveau mandat, afin qu'elle ne le devienne jamais véritablement, sauvage. Donc bien que Lardon et ses équipes pouvaient mener des exercices dans toute la cité souterraine, ce n'était pas sans obtenir toutes les autorisations nécessaires et l'organisation adéquate avec les autres services et équipes de projets, soit littéralement des piles de paperasses à signer et tamponner.
    Une tâche ardue toujours remplie avec diligence par Sebastian.

    Le véritable et premier terrain d’entraînement était simplement la zone situé autour du bâtiment administratif grassement offert par l'ancien directeur lors de lancement du projet Lanconda.
    Plusieurs hectares à cheval sur deux biomes, l'un boisé et l'autre désertique, le second maintenu artificiellement par les savants mages climatiques.

    Il y avait peu à dire en substance du terrain en lui même, c'était une copie de la surface, tout à fait banal.
    Les Lancondas communs, après avoir quitté la garderie, allait l'arpenter de long en large à travers d'innombrables manœuvres, elles aussi similaires à celles que pratiquait les jeunes Reikois durant leur formation militaire obligatoire.
    Il n'était plus question d'attaquer de face en fonçant sur sa cible comme le pratique la plupart des spécimens sauvages mais bien d'inculquer le sens tactique et la coopération à ces monstres. Le processus était long les premières semaines et il tenait plus de mémorisation lors d'un dressage ordre-récompense, et il fallait souvent des charrettes entières de récompenses pour éduquer ces gloutons miniatures, mais c'était une de ces autres étapes indispensables.
    Avec les Lancondas la carotte était bien plus importante que le bâton puisque cela permettait au vorace de muer et grossir plus rapidement et donc de développer son cerveau, augmentant son intellect et la compréhension des ordres dispensé par le dresseur.
    Le simple mimétisme devenait alors une méthode qui était retenue, capable d'être appliquée dans d'autres situations, et la communication se fluidifiait grâce à diverses techniques.
    La première et priorisée d'entre toutes était la télépathie couplée à la compréhension du langage animal. C'était la combinaison gagnante pour rejoindre l'équipe de dresseur du projet puisqu'elle permettait une communication parfaite avec les jeunes Lancondas, par la suite d'autres moyens allaient être employé comme l'utilisation de signes, de sifflements ou de cliquetis afin de permettre dans le futur que d'autres puissent commander un groupe en l'absence du dresseur.

    Les récompenses qui étaient octroyées à la moindre occasion étaient progressivement réduites afin de n'être distribuée qu'en cas de réussite des exercices et à des horaires de repas fixe. Cette nouvelle étape du processus de dressage n'était pas moins délicate que les précédentes puisque la satiété des Lancondas n'étaient plus comblé comme auparavant, il s'agissait en réalité de la seconde sélection des spécimens qui allait départager ceux qui arriveraient à contrôler leur agressivité et réprimer leurs instincts et ceux qui en était incapable.
    Pas de réinsertion pour les inadaptés, la mise à mort était la finalité qui attendait les Lancondas qui demeuraient trop farouche pour être dressé, bien qu'il soit plus juste de parler de « recyclage ».

    Lardon était l'une des rares personnes du projet à éprouver une forme d'affection pour ces serpents géants, au delà de l'intérêt scientifique.
    Il y participait activement en tant que dresseur et vétérinaire mais également dans le suivi de l'évolution des divers groupes de spécimens, même ceux confiés aux soins des autres dresseurs.
    D'ailleurs c'était justement eux qu'il allait rencontrer ce jour, ils étaient au nombre de cinq, quatre hommes et une femme, chacun sélectionné rigoureusement.

    - Bonjour messieurs, et madame. Saluait-il poliment le groupe rassemblé.
    - Monsieur. Le plus jeune mais de deux ans l'aîné de l'hybride parlait peu.
    - Bonjour chef. Lançait d'un ton plus joyeux le trentenaire balafré.
    - Patron. La vigoureuse dresseuse de quarante ans en paraissait toujours dix de moins lorsqu'elle souriait, bien qu'elle ne le faisait presque jamais.

    Les deux derniers, des frères, inclinaient simplement la tête, le saluant télépathiquement, c'était une de leur facétie.

    - Comme vous le savez, en plus de ma visite hebdomadaire, je suis chargé de... Il n'avait pas eu le temps de terminer sa phrase que chacun lui tendait une dizaine de feuillets, le faisant sourire. Parfait, parfait. Nous allons pouvoir commencer l'inspection sans plus tarder.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 158
    crédits : 3144

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Sam 5 Aoû - 8:31
    Le terrain d'entraînement (2eme partie)


    Le co-superviseur effectuait des contrôles réguliers des progrès des dresseurs du projet, ces inspections devenaient hebdomadaire lorsque les Lancondas quittait leur stade juvénile.
    Au sein de Luxuriance, les Lancondas grandissait plus vite que ceux sauvages de la surface, phénomène simplement du à un maintient élevé de leur satiété, le fameux « gavage » parfois moqué innocemment par certains collègues.

    Les frangins télépathes étaient très performant dans ce domaine, au point que leurs groupes comprenaient bien plus d'individus que ceux des autres dresseurs et obtenait les meilleurs scores de coordination et cohésion. Le bémol de leurs performances survenait lorsqu'ils devaient habituer les Lancondas à obéir aux ordres par le biais d'une autre méthode.
    Le dresseur à la balafre était le plus équilibré de tous, bon dans tout excellent dans rien s'il fallait être honnête mais ses résultats donnaient une très bonne valeur étalon aux autres équipes.

    Les démonstrations se déroulaient grossièrement de la même façon, Lardon énonçait le type d'exercice demandé et les dresseurs le faisait appliquer à l'équipe dont ils avaient la charge. De la simple mise en place d'une manœuvre militaire à des exercices d'attaque, l'hybride prenait soin de varier les épreuves. Très attentif, il poussait l'inspection jusqu'à l'examen individuel de chaque Lanconda.

    La quarantenaire avait des méthodes de dressage très rudes, ses Lancondas étaient les plus vif et les plus agressif, les dirigeant d'une main de fer même avec toutes les autres méthodes de communication développées jusque là. L'hybride avaient de houleux débats avec elle car malgré ses hautes performances, sa relation avec les serpents voraces étaient basés sur la peur plus que sur la confiance. Métaphoriquement, elle était ce qui se rapprochait le plus d'une femelle Lanconda sauvage et elle rabattait souvent le caquet du cochon en brandissant l'excellence de ses résultats, ce que Lardon devait bien concéder à chaque fois. Ils étaient tous d'une obéissance irréprochable.

    Cela ne faisait que trois mois que le « petit jeune » avait été recruté. Malgré de bons résultats, il se heurtait parfois à quelques difficultés. Sa prestation était bonne et les Lancondas répondaient rapidement à ses instructions, donc hormis la révélation d'un problème lors de l'inspection individuelle, son groupe allait pouvoir poursuivre sa formation.

    - Encore une fois, je vous félicite pour la rigueur de vos efforts. Commençait-il. J'ai pu constater que vous ne vous ménagiez pas pour corriger les bémols soulevés lors de notre dernière réunion, enfin presque tous. Son regard coulait vers la seule dresseuse du groupe qui lui répondait d'un sourire narquois et suffisant. Continuez à faire de l'excellent travail. Monsieur Dela Croix, j'aimerais m'entretenir d'une chose avec vous avant que nous nous quittions.

    Quand le co-superviseur vous prend à part à la suite d'une inspection, ce n'était jamais bon signe et le plus jeune dresseur affichait une moue inquiète, à raison.

    - Un soucis, monsieur Petitgroin ?
    - En effet. Opinait le cochon. Nous allons vous adjoindre un nouveau groupe de Lanconda. Sebastian arrangera les formalités pour la prochaine ponte, elle est prévu dans deux semaines, d'ici là vous allez assister vos confrères durant leurs dressages, prenez conseil auprès d'eux. Poursuivait-il pendant que l'employé de coordination griffonnait déjà dans un calepin.
    - Mais... ? Pourquoi cette décision, monsieur ? S'indignait le dresseur.
    - Sur les huit, vous avez deux dissidents dont un qui a déjà sérieusement remit en cause votre autorité. Je ne vous laisserais pas continuer avec ce groupe, ce serait comme vous abattre moi même. Déclamait le drakochon avec tout le sérieux du monde, le ton bien moins amical que plus tôt lorsqu'il les félicitait tous.

    Le mage porcin avait découvert les brebis galeuses durant la dernière partie de l'examen. Lorsqu'il les manipule pour inspecter leur condition physique, Lardon utilise sa magie de lecture de l'esprit et les sonde en profondeur. A ce stade de leur développement, beaucoup de pensées sont encore primaires, les concepts moins nombreux et les valeurs presque inexistantes, rendant bien moins complexe l'analyse mentale comparé à celui d'une espèce « civilisée ».
    Ce pouvoir faisait partit de ceux que l'hybride se permettait de garder secret et dans sa manche, avançant toujours une pirouette logique les rares fois où on lui demandait comment il faisait pour deviner. Ceux au courant se comptait sur les doigts d'une main.

    - Ne pouvez pas juste écarter les éléments à problème ? Je pourrais garder les...
    - Non. Le coupait-il sèchement. Vous n'élevez pas des Cerberus ou des Griffons, ni même des Wyvernes, ici vous élevez des Lancondas. Toute la base de ce projet se résume à dompter l'instinct naturel de ces monstres sanguinaires, la moindre anicroche dans le développement pourrait conduire à plus grave qu'un échec. Le jeunot gardait le silence, la glabelle plissée d'un léger froncement. Ne vous méprenez pas Dela Croix, si je vous ai engagé c'est que je crois en votre potentiel et ma décision repose sur un principe simple, je préfère en sacrifier huit plutôt que de risquer de vous perdre, vous.

    Lardon parlait avec calme et franchise. Même s'il avait parfois des airs d'amoureux fanatique pour ces reptiles qu'il élevait, l'hybride n'avait jamais perdu de vue, pas une seule seconde, la réalité des choses ; Il élevait des monstres.
    A ce titre, la moindre erreur pouvait prendre une ampleur qui serait difficile à contrôler et le cochon était d'une sévérité et d'une rigueur crasse en ce qui concernait la sécurité.

    - Rassurez-vous, mon garçon. D'un ton plus amical. Les autres sont aussi passés par là... sauf une... Ils sauront partager leur expérience et leurs conseils.

    Le débutant paraissait un peu moins penaud en rejoignant ses collègues qui avaient tous deviné la raison de cet aparté. Il était même accueillit d'une tape vigoureuse et affectueuse de la part de la matriarche du groupe. Lardon aurait même juré entendre un « N'écoute pas trop cet idiot de cochon » en s'éloignant, ou alors était-ce lancé exprès par la quarantenaire pour le chahuter.

    - Quelles équipes de recyclage dois-je contacter, monsieur ? Demandait Sébastian.
    - Toutes. Ils sont assez vieux, le contenu de leurs glandes à venin devrait être suffisant pour les alchimistes. Faites aussi collecter les écailles, les cordonniers en feront peut-être quelque chose, et bien sûr envoyez la viande aux bouchers. S'ils ne veulent pas des os, rapportez les. On gagnera quelques pécules à ce contre-temps. Avons-nous des carences à combler en terme de budget ?
    - Aucunement, monsieur, vous serez libre de réinjecter les gains comme bon vous semble.
    - Parfait. Je souhaite poursuivre le développement du « quatrième » mais il nous faudrait un accord avec des pêcheurs pour certains approvisionnements précis.
    - Vous pensez à un endroit en particulier ?
    - Sable-D'Or. Opinait le cochon. C'est l'un des ports de pêche les plus proche d'Ikusa, cela sera un atout non négligeable. Je compte m'y rendre dans quelques semaines.
    - Il paraît qu'elle est également réputée pour son tourisme, une ville chargée d'histoire. Vous passerez certainement un agréable séjour.
    - Très certainement, très certainement, bref, allons récupérer les bilans de nos derniers services.


    Résumé de ce qu'il faut retenir:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 158
    crédits : 3144

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Jeu 10 Aoû - 13:35
    Contes et légendes


    Puisqu'ils vivent dans tout le Sekai, il n'est pas si incroyable de retrouver des fables, des contes, des légendes ou des superstitions sur les Lancondas au sein de presque toutes les régions du continent.
    Si on accorde aux serpents beaucoup de symboliques et vertus bénéfiques (comme la sagesse, la chance ou le renouveau), c'est l'exact opposé pour les Lancondas auxquels seront attribués des significations néfastes telle que la mort, la destruction, la famine ou encore le chaos (rare exception faite pour la fertilité).

    Bien que les contes et légendes populaires humaines soient les plus répandus, elles sont aussi les plus récentes, datant d'au mieux de quelques milliers d'années, mais il y aurait des traces de mention des Lancondas dans les chroniques des plus anciennes races, notamment celle des Elfes et des Onis. Cependant entre les premiers peu enclin au partage et les seconds d'une nature plutôt guerrière à la culture en partie orale, l'accès et le recueil de ces informations n'est pas chose aisée.

    Comme beaucoup de monstre emblématique, le Lanconda tient donc une place non négligeable dans la culture populaire, ne serait-ce que par les quelques petits proverbes qui lui sont associés, par exemple « Ne frappe pas le sol pour effrayer le serpent, à moins de vouloir appâter le Lanconda. », est un de ces vieux adages, mettant en garde quiconque d'essayer de paraître plus menaçant qu'il ne l'est réellement sous peine de devenir la cible d'un autre mais c'est également à prendre au sens littéral.
    Un autre également, « Le redoutable dragon ne l'emporte pas sur le Lanconda lové dans l'herbe. » met en avant l'avantage que prend la fourberie et la ruse face à la force brute, bien que dans ce cas l'application littérale donne souvent le dernier mot au dragon.

    Parmi les plus vieilles fables, l'une se présente sous la forme d'un court poème.

    Dans les entrailles de la terre,
    Repose endormi un monstre vorace,
    Naquit bien avant notre ère,
    Destiné à dévorer toutes les races.
    De l'intérieur il engloutira les continents,
    Comme le ver mangeant la pomme,
    Lorsqu'il sortira pour s'abreuver des océans,
    S'achèvera alors l'âge des Hommes.
    Sa faim n'en sera pour autant comblée,
    Devenu le plus grand des désastres,
    Son corps immense couvert d'écailles de jais,
    S'élèvera pour se repaître des astres.

    Comme beaucoup de mythes, cet extrait laisse libre cours à bien des interprétations possibles.

    Bon nombre de petites fables concernant ces serpents monstrueux finissent par « Et le Lanconda les dévora tous. » qu'il s'agisse de la petite fille qui est devenue la mère d'une portée de ces bêtes, celle de la course entre le Champa et le Lanconda ou son altercation avec un Kokot friand de fromage.
    Certains s'attarderaient à juger que les conteurs n'avaient que peu d'imagination mais peut-être faut-il moins chercher de morale profonde dans ces œuvres que de simples avertissements mise en page dans un format pouvant convenir à la narration pour les plus jeunes et ainsi transmettre une crainte justifiée pour ces créatures qui ont sans aucun doute vécu des milliers, voir des centaines de milliers d'années.

    Il est une rumeur, parmi de nombreuses, que certaines communautés vouaient en des âges reculés un véritable culte à ces monstres, sans l'élever au rang d'une déité mais faisant partie intégrante de leurs coutumes. Rite de consommation d'organes, création de bijoux d'os et troc basé sur leurs écailles comme valeur monétaire de référence, etc.
    Un certain cochon à toujours rêvé de rencontrer des représentants de ces communautés, si tant est qu'ils aient réussi à perdurer jusqu'à aujourd'hui, car il n'a été retrouvé que d'anciens vestiges de ces peuplades jusqu'à maintenant. Vestiges qui ne sont d'ailleurs guère plus que des peintures et gravures rupestres sur d'antiques dolmens ou grottes pour les mieux conservées.

    Toujours est-il qu'aujourd'hui, la chasse active au Lanconda sauvage n'est pas qu'une rumeur.
    Aussi fous qu'habiles, de nombreux chasseurs entreprennent de donner la traque à ces reptiles, l'appât du gain souvent leur première motivation, car il ne fallut qu'un noble excentrique et avide de nouvelles saveurs exotiques dans son assiette, pour « lancer la mode » et que ce met jusque là très peu connu devienne populaire pour les petits bourgeois mais également pour la classe populaire qui peut se le permettre.
    Il a même été créé un concours du meilleur plat de viande de Lanconda réunissant des spécialistes du continent tout entier, une compétition féroce pour obtenir une « écaille d'or », prestigieux gage de qualité. Comme les Lancondas peuvent être très différents d'une région à l'autre, leur viande et leur préparation sont très variées et il est dit qu'il existe plus de trente recettes différentes connues. Bien peu cependant peuvent se vanter d'avoir fait le tour du Sekai pour toutes les découvrir.
    Il est à noter que la viande de Lanconda gagne en goût et saveur à mesure que celui-ci est âgé mais pour des raisons évidentes, très peu de chasseurs se risquent à prendre en gibier des Lancondas adultes.
    Outre l'attrait alimentaire, la peau, les écailles, certains organes, les os, et même le venin trouvent facilement utilités et acheteurs, rendant ces bêtes aussi rentable qu'elles sont dangereuses.

    Si le mysticisme lié aux Lancondas à quasiment disparu de nos jours, les problèmes dont ils sont responsable tout comme sa valeur économique sont bien réels, même si paradoxalement une surpopulation de Lancondas est moins désastreuse écologiquement parlant que celle de Champas, ils font l'objet d'une étroite surveillance par certains groupes de chasseurs pour intervenir rapidement en cas de report d'incident.


    Résumé de ce qu'il faut retenir:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 158
    crédits : 3144

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Ven 1 Sep - 3:31
    Les équipes (1ère partie)



    Au sein de Luxuriance, il existe de nombreux services communs aux différents projets de recherche.
    L'un des plus fructifiant était celui de la Boucherie puisque le monde souterrain trouvait ses plus importants financements à travers l'élevage et la revente de viande de bêtes exotiques. Les Lancondas y avait une part belle bien qu'elle reste encore moindre puisque leur exploitation n'était récente que de quelques années.

    De même, une section toute entière composée d'alchimiste chevronnés, en étroite collaboration avec les équipes vétérinaires, se chargeait de concevoir et élaborer remèdes et d'antidotes pour contrer les venins naturels provenant des animaux élevés sous la surface mais également d'endiguer les maladies qu'ils pouvaient contracter. Une partie des stocks des matières premières et des produits finis étaient revendu à la surface à destinations des herboristes ou partagé avec les services FMR.
    Lardon traitait particulièrement avec ces derniers puisque le venin de Lanconda, bien qu'unique à chaque spécimen et rendant donc l'élaboration d'antidote pour l'espèce impossible, pouvait servir de catalyseur dans plusieurs autres préparations mais surtout car l'un des agents du service effectuait des recherches sur les possibilités de dopages des Lancondas.
    La scientifique en charge de l'affaire était une femme au visage ridé et émacié, son nez marqué par le port des lourdes binocles qui corrigeaient sa myopie et ses cheveux bouclés grisonnants attaché en queue de cheval pour qu'ils ne paraissent pas hirsute lui donnait un air de vieille chouette folle. Aussi aigre qu'un citron et acariâtre comme une vieille mule bornée, peu de personne traitait avec elle car sa langue était aussi acérée que son esprit et ses invectives étaient presque aussi acides que le venin de Lanconda.
    Ils étaient rare ceux trouvant grâce à ses yeux et pour certaines raisons l'hybride en faisait partit.

    - Bonjour madame Vargas. Comment allez-vous ? Demandait poliment l'hybride en entrant dans le bureau.
    - Tiens, tiens tiens... Si ce n'est pas le petit porc-si-laid. C'est encore pour mettre ton groin dans mes affaires que tu viens me déranger ? Grinçait son interlocutrice en quittant du regard un bocal rempli d'un liquide translucide à la couleur improbable dans lequel flottait un morceau de viande qui fondait à vu d'œil dans une légère effervescence.
    - Cela fait déjà un m...
    - Je sais, ton rapport est sur mon bureau, va le prendre toi même, je suis occupée. Lançait elle en griffonnant frénétiquement le résultat de son expérience.
    - Avez-vous découvert quelque chose de nouveau ? Avec les plantes dont nous avons p...
    - Non, non et non, tête de cochon ! S'agaçait elle. Tes monstres sont déjà des tueurs hyperactifs, des stimulants n'ont presque pas d'effets hormis de leur faire exploser le cœur si on dépasse largement les doses, et pour les grands il t'en faudrait des litres, inutile. Laisse tomber, je te l'ai déjà dit à ta dernière visite.
    - Mmh.. je vois.
    - En revanche... J'ai beaucoup avancé dans les substances capable de les terrasser, héhéhé. J'ai noté les compositions, les dosages et les effets d'au moins cinq nouveaux poisons qui pourrait être utilisé efficacement.
    - Ce n'est pas ce que je vous av...
    - Et alors !? Si tu n'es pas content tête de lard tu n'as qu'à me laisser tranquille, j'ai mieux à faire ! Sors d'ici maintenant, ouste ! Du balai, je ne veux plus voir ta trogne, tu me dérange !

    La vieille excentrique chassait le co-superviseur pour le mettre à la porte qu'elle claquait derrière lui. Lardon avait l'habitude d'être reçu de la sorte et elle était bien pire avec ceux qu'elle n'appréciait pas.
    Tout de même curieux, il feuilleta le rapport qu'il avait eu le temps de récupérer. Il répertoriait les observations de Vargas sur l'inoculation de divers types de stimulants, et comme elle l'avait dit, également celles sur les poisons qu'elle avait testé. Deux d'entre eux d'ailleurs ressemblaient d'avantage à des purgatifs renforcés, Lardon était impressionné.

    - Ne reste pas devant ma porte pour lire ! S'écriait la voix de la vieille depuis l'intérieur du bureau. Décampe ! Et tu n'oublieras pas d'apporter ce que tu sais, demain !

    L'hybride ne pouvait s'empêcher de rire du groin en suivant l'invective, suivi de près par le secrétaire.

    - La collaboration prend-t-elle fin, monsieur ?
    - Vous voulez rire, Sebastian ? Maintenez la livraison des vingt Lancondas juvéniles la semaine prochaine, comme prévu. Agitant brièvement le dossier avant de le glisser avec les autres. Ce sont de précieuses informations, elle a fait de l'excellent travail même si ce n'est pas les résultats que j'espérais.

    Ce dossier là allait avoir toute l'attention du cochon pour une lecture approfondie plus tard.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 158
    crédits : 3144

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Lun 4 Sep - 8:42
    Les équipes (2eme partie)


    Il y avait une section connue par tous les groupes et services de Luxuriance, que tous à un moment ou un autre, finissait par faire appel à eux. Austères, ils portaient des masques de protection faciale, de grands tabliers en cuir, des bottes épaisses et tout un panel d’ustensiles tranchants, ils étaient rares les jours où ils n'étaient pas couvert de sang ou de tripailles ; Les équarrisseurs.
    Vulgairement appelé « Les Vautours » par leurs collègues, ils étaient la première équipe sur les lieux d'une fin de projet, d'une prise de commande ou d'un accident.
    Professionnel et peu bavard, chacun de leurs membres avaient une connaissance accrue de l'anatomie des résidents monstrueux du monde souterrain, au moins autant que les services vétérinaire, à la différence que leurs interventions ne laissaient jamais aucun rescapé.
    Découper, débiter, dépecer, écorcher, prélever puis répartir chaque morceaux pour les autres services, de la boucherie à la cordonnerie en passant par les alchimistes, chacun avait droit à sa part.
    Aussi efficace, rapide et organisé que des fourmis, les escouades d'équarisseurs pouvaient "débarrasser" des bêtes de plusieurs tonnes en à peine quelques heures.
    Lardon en croisait justement une de leur équipe en se rendant chez les forgerons, demain ils viendraient certainement à la fosse aux Lancondas pour s'occuper des recalés.

    La forge militaire, le repaire de tout un tas de frappadingues qui tentaient de mettre en œuvre les plans délivrés par les équipes scientifiques.
    Un hangar aux murs solides qui avaient maintes fois été détruit d'une manière ou d'une autre et reconstruit inlassablement. Cela ressemblait presque à un marché de ville, animé, agité, bruyant, graisseux et une incroyable fournaise. Les ouvriers ne ménageaient aucuns efforts, tous transpirants et sales de suie ou d'huile, pas un ici ne méritait pas son salaire à la fin de la journée.

    - Lard-.. Lars ! Ohé Lars, par ici mon gros cochon ! S'écriait une voix que le co-superviseur ne connaissait que trop bien.

    Une frimousse souriante mouchetée de tâches de rousseur et d'on ne sait quoi d'autre émergeait d'une charpente toute en acier, agitant sa main pour attirer l'attention de l'hybride comme si sa voix n'avait pas suffit.

    - Siline... j'étais sûr que tu te trouverais encore ici. Tu es au courant qu'on a employé des forgerons, et que tu es la directrice du projet ?
    - Bonjour, Superviseur Silvermaul.
    - Hahaha, ils sont déjà bien occupés à rattraper le retard de nos derniers échecs. Annonçait pourtant fièrement la naine. Bonjour Sebastian. Puis elle revenait vers Lardon. Qu'est-ce que tu fais ici ?
    - Je viens chercher le rapport de nos forgerons justement. Disait-il en se massant les sourcils, en tant que Superviseur de projet, la rouquine était parfois épuisante d'étourderie. Tu avais oublié, je suppose ?
    - Pour qui me prends tu ? S'indignait elle bien trop fort et bien trop soudainement en s'essuyant les mains dans un torchon dont on ne pouvait plus deviner la couleur d'origine. Je suis ta supérieure, tâche de pas l'oublier, Lars.

    Elle haussait le ton, assez pour que quelques ouvriers quitte des yeux leurs ouvrages et que le cochon s'incline et admette sa faute en s'excusant, accompagné d'un « madame Silvermaul ».
    La naine claquait des doigts et lui intimait de la suivre dans un bureau d'archive, l'hybride s'exécutant jusqu'à la pièce proche en question, la petite chef claquait la porte derrière lui, laissant Sebastian à l'extérieur.
    Une fois close on pouvait entendre des éclats de voix, pour la plupart incompréhensible mais une chose était sûre, l'impudent porcin se faisait passer un savon. Ou presque.
    A l'intérieur Siline criait bien mais son expression n'avait rien à voir avec le ton des mots quelle scandait, un visage neutre voir même amusé alors qu'elle proférait des remontrances assassines.

    - Ce que tu ne m'oblige à faire, idiot de cochon. Gloussait elle à mi-voix en farfouillant parmi plusieurs piles de dossier, tâchant quelques reliures.
    - Désolé, je me suis un peu laissé aller.
    - Héhé, ça m'arrange, il y en a d'autres qui commençait à se relâcher, donner le change maintenant avec toi les recadrera indirectement. Il faut qu'on garde crédit et légitimité, c'est bien toi qui m'avait dit ça, non ? Ha le voilà.

    Ce petit jeu d'apparence avait commencé lorsque le projet avait été approuvé et lancé par l'ancien directeur de Luxuriance. En réalité bien que ce soit Siline qui dirige l'étude des Lancondas et qu'elle assume pleinement ses devoirs de chef de projet, elle était moins intéressé par la phase de développement et de dressage que Lardon. Les petits péchés mignons de la naine était les mécanisme et les armes et laissait donc à l'hybride le côté inintéressant pour elle et se concentrait sur ce qu'elle savait faire de mieux. Chacun remplissait son rôle et trouvait son compte à leur façon, une collaboration fructueuse pour les deux amis bien que de temps à autres ils devaient maintenir quelques apparences.
    Elle apportait un épais dossier qu'elle donnait au cochon.

    - Tiens, le compte-rendu des derniers essais. Comme je te l'ai dit, deux sont des échecs, pas en terme d'efficacité mais d'investissement et de mise en place. On pourrait renforcer leurs dents et leurs écailles par nos propres matériaux mais le coût de production est trop élevé, même pour une seule escouade. Et s'ils muent, il faudrait réitérer l'implantation. Là dessus ta façon de faire, le renforcement naturel, convient mieux.

    Lardon était mitigé, il ne pouvait donc pas « tricher » avec l'évolution.

    - C'est épais pour deux échecs.
    - Parce qu'on ne se tourne pas les pouces ici, mon cochon. Elle laissait échapper un petit rire semblable à celui d'un gobelin qui venait de trouver un sac d'or. L'idée du casque foreur est aussi un échec de conception, la mécanique ne fonctionne pas, pour l'instant mieux vaut laisser l'idée de côté, on essaiera de l'aborder autrement, il doit me rester un bon alcool pour ça. Par contre, j'ai adapté l'armature pour leur offrir une protection frontale. Elle désignait son propre front du pouce. T'as plus qu'à leur apprendre à donner des coups d'tête et ça f'rait de bons béliers, ou de meilleurs briseurs de formations. Disait la naine avec enfin plus de sérieux. Je travaille également à une version plus réduite pour protéger leur point faible, tu sais... Siline ne finissait pas sa phrase, se contentant de tapoter sa nuque pour situer l'endroit en question.
    - C'est bien, excellent même. Lardon opinait pour ces deux dernières inventions imprévues mais qui pouvait révéler un certain potentiel à exploiter. Dans ce cas, j...
    - Hé, j'ai pas fini ! Le coupait Siline. On a fini de forger la lame.
    - LA lame ? Les pupilles brillantes d'intérêt.
    - Oui « LA » lame. Siline faisait rouler les siennes. Combien crois tu qu'on en fonde de cette taille. Et arrête de sourire bêtement, tu vas faire peur aux enfants ! On va certainement te la livrer demain, j'espère que t'en a déjà entraîné un à s'en servir.
    - C'est le cas. Ce sera complètement inédit.
    - Il n'y avait vraiment qu'un cochon fou comme toi pour imaginer leur inventer une nouvelle forme d'attaque.
    - Je vous remercie alors d'alimenter et concrétiser ma folie, ô madame Silvermaul. Exagérant une courbette révérencieuse avant de devoir retenir un début de fou rire avec son amie.

    L'idée saugrenue mise en place par l'hybride avait commencé par « Et si les Lancondas pouvaient se servir d'une arme ? ». Difficile en l'absence de mains mais était-ce vraiment complètement impossible ?
    Lardon connaissait parfaitement la disposition des muscles dans le corps d'un Lanconda et la façon usuelle dont ils s'en servaient pour se déplacer et attaquer frontalement à travers des charges vives et des morsures meurtrières. C'était la façon la plus instinctive, naturelle, pour eux d'attaquer, il devait alors y mettre son grain de sel pour essayer de changer la donne. Ainsi avait-il entraîné lui même quelques individus à un tout autre mode d'attaque ; le coup de queue.
    Cela n'a l'air de rien mentionné ainsi, aucunement impressionnant, mais si l'on devait trouver son équivalent pour un bipède humanoïde ce serait littéralement de se battre avec son cul, et avec le manche d'une arme coincé entre les fesses s'il vous plaît. Et cela n'a rien de naturel pour le commun des bipèdes, vous en conviendrez, c'est identiquement applicable pour le Lanconda dont la queue lui sert principalement à la propulsion, et de façon plus rare, à la constriction.
    Un balayage caudale était donc une approche très inhabituelle mais le mouvement était parvenu à être finalement maîtrisé au prix d'entraînements intensifs de plusieurs semaines.
    « La » lame en question si fébrilement mentionnée par le cochon s'avérait être le premier prototype aboutit prêt à être utilisé en condition réelle, et si les essais étaient concluants, ils pourraient continuer de développer l'idée en diversifiant le type d'arme fixable pour leur octroyer le pouvoir perforant d'une lance ou contondant d'une masse. Lardon fantasmait parfois même d'équipements forgés en Mithril, ou de matériaux plus rare encore. Pour l'heure il allait devoir se contenter d'un bon et solide acier, mais peut-être, un jour peut-être...

    - Tu trouveras à la fin un modèle baliste à torsion renforcée, la théorie est fiable et je me suis chargée des calculs, il ne reste qu'à monter l'arme et la tester.
    - Pourquoi tu veux construire une baliste à torchon enfoncé ?
    - A torsion renforcée ! Tu le fais exprès, je le sais, et ça m'agace, et tu le sais !
    - Rnk-rnk-rrnk. « Riait » du groin l'hybride. Pardon. Et donc ? « Pourquoi » ?
    - Tu connais les règles, et c'est particulièrement mon domaine que celle là. S'extasiait légèrement la naine.

    A Luxuriance, si un projet visait à développer une arme, il fallait forcément qu'une partie de la recherche s'alloue à l'élaboration de contre-mesures, comme un poison mortel dont on créerait l'antidote avant de le produire à plus grande échelle et de l'utiliser. Il en était de même pour des Lancondas de guerre, afin de pouvoir gérer un incident ou de contrecarrer une utilisation par l'ennemi.
    Lardon faisait son possible pour développer le potentiel militaire des Lancondas, Siline, et visiblement plus récemment Vargas, se chargeait du contraire. C'était une âpre compétition dont le résultat, quel qu'il soit serait profitable au Reike.

    - Une baliste donc. Il feuilletait la partie consacrée à l'arme. Elle semble plus petite que les modèles usuels... Tu compte pouvoir la déplacer plus facilement que les gros modèle de siège, c'est ça ? Siline bombait le torse, arborant un large sourire. Mais le problème à toujours été la perte énorme de puissance du projectile, et tu le sais, donc... cette « torsion renforcée » c'est pour palier le manque, j'imagine. Lardon faisait appel à plus de logique que de compréhension mécanique en parcourant les schémas détaillés des yeux. Quelle taille tu pense pouvoi...
    - J'compte bien pouvoir trouer ta chouchoute comme une saucisse au bout d'un pique à viande !
    - Une saucisse au bout d'un pique... Soufflait du groin le co-superviseur, amusé de la métaphore. Mais si tu parvenait à lui percer ses écailles à elle, ton arme serait alors trop puissante pour les moins grands, ton carreau risquerait de les transpercer de part en part sans leur faire assez de dommage.

    Siline levait un index professoral prête à annoncer une réponse triomphante mais rien ne lui venait. Lardon venait lui mettre une évidence sous le nez, que la conception de son arme en l'état pouvait ne pas être efficace contre la plupart des spécimens moyens de Lanconda.
    La laissant à sa réflexion pour corriger cet inconvénient, le porcin tournait les talons pour quitter le bureau.

    - Elle pourra tirer plusieurs projectiles ! S'écriait la naine dans son dos pour ne pas lui laisser le dernier mot. Non ! Mieux ! Les projectiles seront crantés comme.. comme des harpons ! NON ! Bien mieux ! Les deux à la fois !! Hahaha ! Où est ma plume, il faut que je note ça ! Ho mon cochon, tu vas voir c'que tu vas voir !

    La main sur la poignée de la porte, Lardon souriait, la compétition était relancée et au vu de l'enthousiasme de sa partenaire, il devrait peut-être inclure au programme d'entraînement de nouvelles manœuvres d'esquive.

    - Monsieur Petitgroin. Lardon s'arrêta net alors qu'il poussait le battant, la voix de Siline était tout à coup devenu sérieuse et il était fort rare qu'elle l'interpelle ainsi. Prenez le document près de la porte, c'est une demande de la Directrice, je vous laisse le soin de la gérer.

    Le cochon jetait un œil par dessus son épaule en se saisissant du feuillet, l'expression de la superviseur était grave, ce qui compte tenu de sa gaîté habituelle ne faisait que souligner l'importance de la missive et de son contenu. Il sortait ensuite en lisant le document qui portait le sceau officiel de la responsable de Luxuriance, fronçant les sourcils à mesure que progressait sa lecture, expirant lourdement du groin comme une chaudière qui serait sur le point d'exploser.

    - Tout va bien, monsieur Petitgroin ? S'enquit cette fois la voix inquiète de Sebastian qui l'attendait depuis tout à l'heure.
    - Non !

    Ce non voulait dire oui mais la bouffée de colère apportait une légère confusion à l'hybride. Il respirait encore lourdement, peinant à retrouver son calme, il chiffonnait rageusement le document et le fourrait dans une poche de sa veste. Il usait de sa magie de contrôle sur lui même afin d'apaiser le ressentiment vif qui risquait de le trahir. D'un point de vue extérieur, Lardon semblait se calmer progressivement grâce à des exercices de respiration.

    - C'est... Toisant son voisin. La Directrice Kaelinn...
    - Une mauvaise nouvelle ?
    - En quelque sorte, oui.
    - Voulez-vous que je... Lardon l'interrompait d'un geste de la main.
    - Non, Sebastian. C'est une tâche qui m'incombe, je ne vais pas pour votre dernier jour au sein de notre projet vous accabler d'une charge pareille. Ayant retrouvé son sang-froid, il forçait un sourire. Ne vous triturez pas plus à ce propos, c'est mon affaire. Bien ! Nous avons fini ici. Que nous reste-t-il à faire ?
    - Les rapports de santé et d'évolution des spécimens spéciaux, monsieur.
    - Ha, parfait... voilà qui me fera retrouver une meilleure humeur. Et une fois ces dossiers récupérés, vous ne serez officiellement plus des nôtres. Que diriez vous que l'on fête cela, et votre promotion surtout, avec le reste des membres du projet à la fin de la journée ?
    - Ce sera avec plaisir, monsieur. J'en serais ravi et honoré.
    - Alors c'est dit ! Ne perdons pas plus de temps ! Souriait largement le cochon en quittant le hangar de la forge.





    Résumé de ce qu'il faut retenir:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 158
    crédits : 3144

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Lun 18 Sep - 21:05
    Les Lancondas spéciaux de Luxuriance


    Zuldrek (1ère partie)


    Durant la première et même la seconde année après le lancement du projet, le principal but de ce dernier avait été le dressage et le contrôle des Lancondas.
    En cela l'évolution des méthodes et des applications était rapide, gagnant d'efficacité après chaque échec, les résultats profilaient un chemin idéal pour atteindre l'objectif fixé mais le co-superviseur restait sur sa faim. Il manquait un petit quelque chose qu'il n'arrivait pas à déterminer. Dresser et élever des Lancondas à des fins militaires, appliquer leur potentiel destructeur de façon contrôlée et méthodique, tout cela manquait de saveur, cela manquait d'une pointe... d'originalité.

    C'est à force de réflexions, d'heures interminables à y réfléchir qu'une idée germait finalement dans la tête de lard du têtu porcin.
    Il connaissait depuis longtemps déjà la physiologie spéciale des Lancondas qui leur permettait d'évoluer et se renforcer pour s'adapter, et mettait à profit cet atout pour rendre les Lancondas du projet plus fort, rapide et résistant. Pour cela il n'y avait pas trente-six solutions, d'abord veiller à bien les nourrir et leur faire pratiquer des exercices contrôlés.
    Augmenter la puissance de leur morsure ? Leur donner des choses toujours plus dure à mordre et mâcher afin que leurs dents durcissent et que les muscles de leur mâchoire se développent.
    Accroître la dureté de leurs écailles ? Leur faire prendre des coups, de tous types, jusqu'à les briser, attendre la prochaine mue et recommencer pour que l'acier ne puisse même plus les entailler.
    Mais cette tentative d'augmenter l'excellence de leurs performances n'étaient pas assez, au final, il ne faisait que reproduire ce que la Nature pouvait faire en juste plus de temps, et le petit ego de Lardon ne pouvait se contenter de faire à peine mieux en plus rapide, il voulait offrir plus au Reike, à lui même, il voulait... que les Lancondas transcendent leur nature comme lui ne pouvait s'affranchir de la sienne.

    - Monsieur Petitgroin, bonjour. Nous vous attendions.
    - Il commençait à s'agiter, n'est-ce pas ?
    - A-à vrai dire, oui.
    - C'est compréhensible. Opinait le cochon en se délestant de la pile de dossier qu'il transportait pour la confier à Sebastian. C'est sa récréation la plus stimulante. Un secrétaire transportant des vêtements accourait et aidait le co-superviseur à s'habiller tout en marchant à travers le hall d'entrée. Continuez les observations de son comportement en dehors de ma présence et notez la moindre incidence, même si elle vous paraît sans importance. Comme d'habitude, faite évacuer le personnel non-essentiel à proximité.
    - Bien, monsieur.

    Certains spécimens au sein du projet Lanconda bénéficiaient de zones réservés, que ce soit pour leur entraînement ou leur repos, principalement pour profiter de conditions d'élevage ou de sécurité appropriées. Si le dressage des Lancondas « communs » pouvait être sous la tutelle de plusieurs dresseurs, il n'y avait que Lardon qui s'occupait des irréguliers, entouré d'une équipe complète d'observateurs, d'assistant et de chasseurs, bien évidemment, mais il était, en tant que « mère », le seul habilité à inculquer dressage et éducation.
    Ici, le vaste terrain de récréation ne comportait pas de mur comme la Garderie, seulement une bute terreuse dans laquelle était aménagé un lourd portail en métal, à une cinquantaine de mètres du bâtiment principal contenant les bureaux des chercheurs.

    Vêtu de plusieurs habits de cuir épais, gants, bottes et capuche comprises, Lardon parcourait la moitié du chemin qui séparait les bureaux de la bute. Un assistant de terrain portant le même équipement se tenait de plusieurs mètres en retrait. Une fois en place, le mage porcin usait de ses pouvoirs tellurique pour s'offrir des protections solides supplémentaires sur tous ses membres, ainsi préparé, il faisait signe à ceux près du monticule de terre d'ouvrir le portail.
    La lumière du soleil artificiel ne parvenait pas à éclairer entièrement la pièce qui se trouvait derrière, laissant une grande partie de l'endroit, aussi vaste que le hangar de forge, dans la pénombre.

    - Bien, il attends mon ordre pour sortir, il progresse. Marmonnait Lardon pour lui même, avant que justement, il n’envoie une directive télépathique à l'être qui patientait dans l'ombre.

    Dans les ténèbres du hangar, un bruit semblable à des centaines de hochet à billes commençait à s'élever, puis des grésillements venait se mêler. Très vite de petits arcs électriques apparaissaient, produisant une lumière bleu pâle, ils éclairaient une forme longiligne de plusieurs mètres. La masse s'élançait sans prévenir vers le cochon et en à peine une seconde complète, elle parcourait les presque trente mètres qui les séparait d'une seule traite et percutait le porcin de plein fouet, le faisant décoller du sol. L'hybride accusait difficilement le coup de cette charge, sa protection terrestre pectorale se fendait d'ailleurs, mais il parvenait à attraper son attaquant à bras-le-corps, et freiner son élan lorsqu'il retombait sur ses pieds, ayant reculé d'au moins deux bons mètres.

    - Hahaha, maman t'as encore attrapée, Zuzu ! Communiquait le cochon par télépathie, le moyen le plus simple de se faire comprendre par les animaux quand on ne parle pas verbalement leur langage.

    Lardon ne serait bientôt plus capable d'encaisser ce genre de salutations mais heureusement la prochaine mue de croissance n'était pas prévue pour tout de suite.
    Haut d'un mètre au garrot et long de six, le reptile aux écailles de jade se dégageait de la prise du cochon et se redressait d'un tiers de son corps pour être à la hauteur de l'hybride et se tortillait en lançant des « kiiss ksss » endiablé.
    En dehors de Lardon il n'y avait que l'observateur à quelques mètres derrière lui en train de prendre des notes qui comprenait l'attitude du Lanconda, maîtrisant le dialecte animal lui aussi, le monstre vorace était tout simplement « ravi de voir sa mère ».

    De son vrai nom Zuldrek, le serpent était encore considéré comme un adolescent, et bien qu'il reconnaisse Lardon comme sa génitrice, le co-superviseur devait s'assurer que le Lanconda continue de le considérer comme supérieur et dominant afin d'avoir sa pleine soumission jusqu'à ce que la sociabilisation qu'il lui inculquait puisse prendre le dessus sur ses instincts. Les choses étaient en bonne voie puisque, depuis plusieurs semaines déjà, des formes d'émotions et sentiments plus complexe étaient apparu chez l'animal. Dans peu de temps, il l'espérait, la soumission se transformerait en coopération.

    Zuldrek fait partit de la première annexe du projet Lanconda mise en place par le cochon futé, ayant pour but de créer des serpents divergeant à l'extrême. Ces annexes n'avaient pas de but aussi défini et précis que celui du cœur du projet, c'était un peu comme un bonus, la cerise sur le gâteau, qui trouverait certainement une application définie quelconque un jour ou l'autre, même si cela ne serait qu'être une arme exotique à envoyer durant une guerre prochaine.
    La folie de ces annexes était d'essayer de créer des « Lancondas élémentaires », titre ronflant qui faisait hausser les sourcils à plus d'un auditeur, la technique était plus ennuyante que le résultat, et bien évidemment, le processus n'était pas sans risque ni échec. Pour exemple, Zuldrek est la quinzième tentative du programme « Éclair » et à l'heure actuelle le spécimen le plus accompli.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 158
    crédits : 3144

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Jeu 21 Sep - 1:05
    Zuldrek (2ème partie)


    Lardon utilisait le processus d'adaptation par la mue et les formidables capacité physiologique de l'estomac du Lanconda et son métabolisme en le poussant à l'extrême.
    Zuldrek avait donc été soumis à des électrocutions durant sa période juvénile jusqu'à ce que son corps développe un processus de défense. Plus de sept de ses prédécesseurs sont mort rien que pour trouver les intensités adéquates qui pouvait leur être infligé au long de leur croissance en évitant des dégâts irréversible ou fatal. Son régime alimentaire était adapté en conséquence et y fut incorporé de d'Electrum, ce minerai particulier capable de catalyser l'élément en question, et même à de rares occasions, il lui a été offert le privilège de dévorer des Kirins (qu'il devait avant tout tuer par lui même, bien sûr).
    Ce traitement particulièrement rude apportait à Zuldrek des modifications drastiques dans sa physiologie. Il n'était par exemple plus capable de cracher du poison à cause de l'atrophie de ses glandes, tout comme sa collerette osseuse qui ne s'était presque pas développée mais ce n'était que peu cher payé pour les avantages acquis en contrepartie.
    Au terme des nombreuses ingestions d'Electrum, ses écailles basiquement composées de kératine présentaient désormais un amalgame très proche du minerai, leur octroyant des propriétés uniques, la première étant celle d'attirer la foudre.
    Cette première propriété constituait l'atout principal de son mécanisme de défense pour contrer cet élément, en effet lorsque ce Lanconda était frappé par un éclair, celui-ci était entièrement canalisé par les écailles sans toucher ses organes internes, puis, en hérissant ses écailles et en les plantant dans le sol, le courant électrique était redirigé dans la terre sans que l'animal ne subissent les affres de l'électrocution.
    Bien qu'il n'ait pas encore été testé face à un maître de la foudre, Zuldrek est capable de gérer les magiciens experts dans ce domaine, la puissance des Kirins adultes et les orages naturels.
    Si la charge électrique ne peut être évacuée par ce procédé, elle est catalysé à l'intérieur des écailles à l'image de l'Electrum et deux autres moyens peuvent être ensuite utilisés pour s'en débarrasser ; La morsure et l'éjection des écailles.
    Les crocs de ce spécimen ont subit la même évolution que ses écailles et profite donc des mêmes propriétés, rendant sa morsure capable d'étourdir ou paralyser, et même électrocuter, sa proie en lui transmettant la charge électrique directement.
    L'éjection des écailles par contraction de ses muscles cutanés sert moins d'attaque que de dernier recours pour évacuer une charge électrique emmagasiné depuis trop longtemps. En effet, les écailles ainsi perdu ne seront pas régénérées avant la prochaine mue et il est à noter qu'elles ne sont capable de conserver une charge que quelques heures avant qu'elles ne se détériorent.
    L'hypothèse qu'elles ne puissent supporter une certaine intensité est avéré mais il n'a pas été testé d'en définir l'exact limite puisque cela reviendrait à devoir entièrement surcharger le spécimen et donc de causer sa mort.

    Le deuxième atout de cette mutation adaptative est que ce Lanconda est capable de générer lui même de l'électricité par la friction intensive de ses écailles les unes contre les autres. La formation d'arcs électriques est alors visible autour de son corps et il devient apte à produire une auto-électrostimulation musculaire qui lui permet d'augmenter les intervalles de contraction de ses muscles abdominaux nécessaires à sa locomotion, lui permettant de presque doubler sa vitesse de déplacement en ondulation latérale. Couplé au hérissement de ses écailles qui peuvent « accrocher » le sol lors de la propulsion, ses capacités d'attaques et de charges deviennent alors redoutables.
    Bien qu'il ne puisse pas réellement « lancer des éclairs », Zuldrek est une des réussites de l'annexe.

    Lardon portait une protection de cuir pour cette raison, afin de réduire les risques durant sa proximité et son contact du Lanconda « chargé ».

    - Alors Zuldrek, qui va être le plus rapide aujourd'hui ? Toi ou maman ?

    Après le rapport de force avec l'animal, il fallait le vaincre sur son terrain de prédilection, la vitesse.
    C'était un exercice simple, au quatre coin de la zone qui lui était réservé, était relâché plusieurs Champas que le Lancondas devait chasser et ramener. Les emplacements des herbivores étaient bien sûr décidé à l'avance pour obliger le reptile à devoir améliorer ses performances physiques puisque le temps imparti de l'exercice diminuait progressivement.

    Zuldrek était impatient et se postait déjà en position de départ, attendant le signal. Cet exercice était l'un de ceux qui lui permettait d'exprimer son plein potentiel, il n'était pas difficile de comprendre qu'il devait être grisant de pouvoir faire étalage de sa supériorité sur autrui, particulièrement sur ces petites proies qui avaient l'audace de croire qu'elles pouvaient être plus rapide que lui.

    - Prêt ? Que la chasse commence !

    D'un geste qui leur était adressé par l'hybride, les assistants d'observations enclenchaient un signal sonore pour faire débuter l'exercice. Quelques secondes de vibrations intenses au son de crécelle et Zuldrek partait comme une flèche en direction d'un bosquet proche, déjà à la traque de sa première cible.
    Lardon lui était le plus gros cochon tricheur de Luxuriance.
    Il lui était impossible de ne serait-ce qu'égaler son spécimen à la course, et pourtant il devait impérativement l'emporter afin de pousser le serpent à s'améliorer et garder son statut de géniteur supérieur, et pour se faire, rien de plus simple. Galopant à en perdre haleine dans une direction opposée, un autre assistant parfaitement embusqué lui délivrait des Champas déjà morts, il n'avait plus qu'à revenir au point de départ avant la fin du décompte et exhiber fièrement ses prises plus nombreuses. Le jeune Lanconda était ainsi dupé, voyant en sa mère hybride un prédateur plus redoutable que lui.
    Il n'y avait pas de ressentiment face à la défaite, « maman » était juste plus forte, c'était dans l'ordre des choses et en plus elle lui donnait toujours ses proies pour qu'il grandisse plus vite et devienne plus fort. Zuldrek était ainsi comblé sur tous les tableaux.

    Après quelques exercices supplémentaires, et même jeux, de quoi bien épuiser le serpent électrique, la visite prenait fin. Lardon regagnait les bureaux de l'équipe de chercheurs, troquant sa tenue de protection contre les rapports de l'équipe concernant le Lanconda.

    - Ce spécimen semble plus prometteur que ses prédécesseurs.
    - Il est vrai, Sebastian. Si nous ne subissons pas de revers, Zuldrek pourrait bien arriver à maturité. Il est en bonne voie en tout cas. Disait l'hybride pensif. Bien ! Il va bientôt être midi, faisons un crochet par la cantine pour emporter de quoi nous restaurer sur le chemin des prochains à visiter.



    Résumé de ce qu'il faut retenir:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 158
    crédits : 3144

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Mer 31 Jan - 17:11
    Eysuru


    Après avoir prit une paire de gamelle pour manger durant le trajet menant aux spécimens suivants, Lardon et Sebastian conversaient des conditions d'élevage et du matériel mit à disposition à ce but, des résultats et d'éventuelles idées pour les améliorer.
    Aujourd'hui était la dernière journée durant laquelle le co-directeur allait pouvoir échanger avec son secrétaire le plus éminent, son esprit aiguisé et son intellect allait lui manquer. Le charisme de son beau visage aussi, car il était inutile de se le cacher, le charme naturel de Sebastian, son joli minois et sa locution parfaite étaient des atouts qui avaient à maintes reprises permis de trouver des arrangements et négociations auprès des autres services.
    Particulièrement d'ailleurs lorsqu'il avait fallu convaincre les chefs de projet travaillant dans les parcelles aux climats les plus extrêmes de Luxuriance de coopérer.
    Ces terrains étaient indispensable pour l'élevage de certaines espèces, et la reproduction de ces micro-climats sur plusieurs hectares avait été un véritable casse-tête pour les sorciers affiliés à la gestion de l'environnement et de la météorologie du monde souterrain. Ils étaient donc rares, prisés et extrêmement contrôlés. Ainsi les demandes de Lardon pour utiliser ces zones au profit des annexes du projet Lanconda, alors qu'il avait déjà des terrains alloués, n'étaient pas au goût de tous, et les compromis trouvés entre les différentes équipes n'avaient été permis que grâce à l'intervention de Sebastian, car même s'il n'avait joué qu'un rôle de porte-parole, ses atouts avaient largement contribué à ce que ses interlocuteurs soient plus enclins à l'écoute de leurs propositions.

    - Où nous rendons nous en premier, monsieur ?
    - Le site Nordien, c'est le plus proche, nous passerons ensuite à.. l'autre. Grimaçait le superviseur.
    - Prévoyez-vous d'y rester longtemps ?
    - Ha, non, les visites n'étaient pas prévues, ils sont en période de repos et de toute façon nous n'allons plus pouvoir les tester convenablement ici. Nous allons simplement passer récupérer leurs comptes-rendus respectifs.

    Se déplaçant à bord d'une charrette pour accélérer leur trajet, la demi-heure pour rejoindre la première zone au climat extrême s'écoulait rapidement. Le paysage avait perdu sa flore aux couleurs verdoyantes pour se draper peu à peu d'un manteau blanc et d'une température polaire.
    Heureusement le relais d'observation et d'étude était installé en sous-sol, comme à chaque fois que cela s'avérait indispensable, et bien que les installations n'étaient pas chauffées, l'endroit était parfaitement isolé, épargnant aux employés de se couvrir de plus de vêtement que nécessaire.
    Plusieurs équipes d'autres projets se partageaient les locaux et Lardon avait fait l'effort d'apprendre le nom de chacun des responsables en charge afin de les saluer lorsqu'il les croisait, essayant d'instaurer une ambiance cordiale malgré les renâclements de certains à partager leur précieux espace de travail avec un hybride pistonné. Si cela ne concernait que lui, l'hybride en question n'en aurait cure mais il préférait assurer à ses employés un confort de travail plus agréable et si cela devait passer par quelques petites courbettes ou effort de mémoire, qu'il en soit ainsi.
    La réunion avec le chef de son service fut brève, originaire du Grand Nord, où à tout le moins, un village en bordure de la chaîne montagneuse, il était aussi froid et rude que le climat et les glaciers de sa région natale. Quelques mots suffisaient amplement pour la remise d'un rapport où toutes les réponses aux questions se trouvaient à l'intérieur et Lardon n'essayait même pas d'en poser. Une félicitation sobre et l'assurance qu'il pourvoirait aux besoins matériels de son équipe avant la fin du mois, et l'entretien était terminé. Tout le reste était dans l'épais compte-rendu que le co-superviseur feuilletait durant le trajet au site suivant.

    Eysuru était le nom attribué aux Lancondas de l'annexe « Glace » bien qu'ils n'y ai eu pour l'instant qu'un seul échec. Comme son titre le suggérait, les Lancondas de cette section étaient destiné à être élevé pour s'adapter et être utilisé dans les terres gelées du Nord. Ce n'était pas parce que les glaciers et les montagnes balayées par le blizzard ne présentaient que peu d'intérêt qu'il fallait écarter l'éventualité qu'aucunes actions ou missions ne soient déployées sur ces terres. Cela était le prétexte officiel mais bien sûr pour le cochon il était avant tout question de savoir s'il était capable d'élever un de ces monstre et de le rendre capable de survivre dans cet environnement extrême.
    Et il y était arrivé.
    Cela avait demandé des mois de mues et de mutations avant que les écailles et l'épaisseur de son cuir soient suffisamment épais pour protéger efficacement les organes internes de l'animal du gel.
    D'après les témoignages, les rares Lancondas aperçu dans ces régions froides sont en demi-hibernation et ne chassent que des proies valant la dépense d'énergie pour leur traque. Il y a donc un fossé entre le moment où les races humanoïdes ne valent plus la peine et celui où ils peuvent se mesurer à des Ombragons qui sont adapté à l'environnement dès la naissance. Un fossé rarement franchit à l'état naturel.
    Lardon et le Reike n'avaient pas besoin d'un dormeur mais d'un chasseur agressif, capable de rester actif plusieurs jours, voir des semaines, dans cet environnement inhospitalier.

    Haut de deux mètres, sa longueur atteignait les dix mètres environ. Pour son âge et sa taille il était plutôt massif, le rendant un peu moins rapide que ses congénères des forêts mais parfaitement capable de supporter les blizzards et les températures glaciales.
    Son museau plus court, la force de ses mâchoires et ses dents plus épaisses lui permettait de broyer la glace sans difficulté et rendait sa morsure plus meurtrière que celle de ses congénères communs. En lieu et place de la collerette, une série de pointes osseuses avaient poussées sur son crâne, ajoutant à son panel d'attaque des charges fracassantes.
    En l'absence de cette fameuse collerette pour capter les vibrations sonores et à cause de la réverbération de la lumière sur la neige, son ouïe et son acuité visuelle ont été grandement réduite durant sa croissance. Cependant pour palier à ces manques Eysuru développait grandement sa perception des vibrations sismiques et la captation thermique. Il compensait ainsi largement ses deux handicaps puisqu'il pouvait sentir les déplacements d'une proie dans la neige avec autant de précision que sur du sol dur et repérer la chaleur de son corps plus loin encore que ne l'aurait permit sa vue. Les traques en plein blizzard devenaient donc d'une facilité déconcertante pour ce spécimen.

    Enfin, Lardon s'était autorisé d'une petite expérience, expérience qui avait d'ailleurs coûté la vie au premier spécimen de cette annexe. A l'image de Zuldrek, il voulait découvrir si l'ingestion de Carbonite pouvait développer des propriétés supplémentaires chez le Lanconda. Pour le premier, la réponse fut non, la faute à un mauvais dosage par manque de connaissance. Pour le second, la prudence intimait d'utiliser des fragments plus petits, l'adaptation était donc plus lente mais le résultat final permettait à Eysuru d'utiliser le froid intense dégagé par le minerais pour générer un souffle givrant sans geler de l'intérieur. Cette mutation avait également nécessité de longs mois et mues et s'accompagnait d'une contrepartie ; le Lanconda n'était plus capable de cracher du poison à cause de l'atrophie de ses glandes à venin.
    Une compensation négligeable.

    A ce stade de maturité, Eysuru avait atteint l'âge adulte et son intelligence s'était développée au delà  de celle de Zuldrek. Il avait compris par exemple que Lardon n'était pas véritablement sa génitrice, ni de la même espèce d'ailleurs. Pour autant, le conditionnement et la compréhension du Lanconda étaient suffisant pour que son obéissance et sa collaboration restent intacts.  

    - Bien, le rapport est complet. Nous allons pouvoir envoyer les demandes de sortie et organiser les tests à l'extérieur.
    - Voilà une bonne nouvelle, monsieur Petitgroin.
    - Vous n'avez pas été étranger à ce succès, au moins à son lancement pour avoir collaboré à l'organisation du personnel avec les autres chefs de projet. Votre contribution ne sera jamais oubliée, mon cher Sebastian.
    - La simple reconnaissance de mon travail est une récompense largement suffisante, monsieur Petitgroin. Disait modestement Moran avec un sourire de circonstance.

    L'hybride lui rendait un sourire, du moins avait-il l'air de sourire puisque ses joues se faisaient un peu plus joufflues.
    Il soupirait cependant après et son acolyte se doutait du pourquoi puisqu'ils allaient se rendre dans l'un des endroits les moins appréciés du co-superviseur ; le site volcanique.


    Résumé de ce qu'il faut retenir ::
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 158
    crédits : 3144

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Jeu 22 Fév - 5:44
    Vuurta



    Il n'y a que de très rares endroits en Luxuriance où Lardon répugne à se rendre et le site volcanique en fait partie. Si la chaleur dans le désert du Reike est étouffante, celle de cet endroit est tout bonnement insupportable. Dans un soucis de reproduire les conditions environnementales du Mont Kazan afin de pouvoir élever à Luxuriance les quelques rares bêtes qui vivaient dans les environs du volcan, les mages climatiques avaient réalisé une fois de plus l'impossible.
    Bien évidemment aucun volcan ne siège sous la capitale du Reike mais ce sont de véritables rivières de roche en fusion qui coulent au sein de ce lieu, affectueusement décrit par le drakochon comme « l'enfer sous terre ». Il se disait souvent qu'il aurait du se casser une patte le jour où il avait eu l'idée de l'annexe « Feu » même si, pour son plus grand malheur, celle-ci portait largement ses fruits.
    Vuurta était à ce jour l'unique spécimen de l'expérience, les erreurs commises au sein des autres annexes et du projet principal permettaient de mieux jauger la courbe d'évolution des Lancondas ainsi que leurs capacités d'adaptations. La flore est extrêmement pauvre dans cet environnement volcanique, les herbivores sont donc quasi absent dans la chaîne alimentaire, reste donc les monstres capables de se nourrir de roches ou certains insectoïdes. A dire vrai Lardon n'était pas certains que des Lancondas ait évolué à l'état naturel au sein du volcan du Mont Kazan, faute de pouvoir aller y mener des enquêtes, faute d'avoir trouvé des financements pour des équipes d'explorations pour un lieu si improbable en résultat et risqué pour la survie des volontaires, et bien sûr faute de pouvoir y aller lui même. A défaut également d'avoir un niveau hiérarchique assez élevé, il se heurtait, étrangement, à un mur de refus à chaque fois qu'il avait présenté un projet d'expédition.
    Quoi qu'il en soit si le Mont Kazan lui avait toujours été inaccessible, le développement de Vuurta au sein de Luxuriance était un succès.
    Adulte, le Lanconda atteignait les douze mètres de long pour environ un mètre soixante-dix de hauteur et présentait de nombreuses mutations physiques aussi bien extérieures qu'internes.
    La plus visible était encore une fois ses écailles qui étaient les plus rapides à s'adapter à l'environnement, abandonnant leur composition de pure kératine pour se calcifier d'un composé similaire à l'anthracite. Ce mélange appréhendait mieux le climat volcanique et les flammes en servant de régulateur de chaleur à l'animal.
    Le composé paralysant de ses glandes à venins, complètement inutile dans un environnement où la majorité des bêtes sont dotés d'un exosquelette épais, s'est lentement transformé en une solution hautement inflammable qu'il vaporise en brume ou en jet, il lui suffit ensuite de faire claquer ses mâchoires pour que le frottement de ses crocs génères une étincelle et embrase le produit expulsé dans de gigantesque gerbes enflammées, à moins qu'il ne se trouve déjà à proximité d'une source incandescente. Bien évidemment les dents du Lanconda ont également subies des transformations notables afin de pouvoir percer les carapaces de ses proies et la roche, devenant plus solides encore que ses écailles, de même que ses organes internes se sont renforcés pour résister à la chaleur de son propre souffle et du climat extrême.
    La contrepartie de cette adaptation extrême est une vulnérabilité à ce qui serait susceptible de faire refroidir son corps, comme de l'eau en grande quantité ou de la glace. Une simple pluie ne l'affecterait pas mais une cascade oui, tout comme un blizzard, la chute de température viendrait engourdir ses muscles ce qui entraînerait la diminution de ses mouvements et du fonctionnement de ses organes jusqu'à entraîner la mort par hypothermie, bien que le Lanconda n'ai jamais été testé jusqu'à atteindre cet état.
    Comme Eysuru, Vuurta était adulte et pleinement conscient de sa condition, et coopérait toujours aux exercices ordonnés par Lardon, ayant développé une personnalité bien à lui également. Contrairement à son opposé des neiges, le serpent de feu était d'un tempérament bien plus agressif.
    Parmi la nourriture qu'il ingérait, constituée principalement de viande et végétaux, se trouve également quelques roches volcaniques.
    Le souffle enflammé de Vuurta n'est pas encore capable de faire fondre la roche mais il peut très bien déclencher d'immenses feux de forêt.

    Le bâtiment d'étude étaient bien évidemment construit en bordure de la zone et pourtant la chaleur était déjà si élevé que rare étaient ceux qui s'y présentait sans avoir la tunique trempée de sueur, même si pour le bien-être des chercheurs, des éclats de carbonite avaient été installé dans les murs de l'installation afin de réduire l'impact du climat à l'intérieur de la bâtisse. Malgré tout, Lardon, même s'il faisait partit de ces rares privilégiés à ne pas avoir la tunique inondée de sueur, était l'un de ceux qui affichait les plus grandes difficultés à supporter l'ambiance étouffante. Ses visites étaient d'ailleurs réduites au strict minimum pour la récupération de rapports, les entraînements et les urgences, pour tout le reste, il trouvait toujours une excuse pour ne pas venir, au grand damne du responsable de l'équipe de cette annexe.
    Pour l'occasion, le co-superviseur était obligé de rester un peu plus longtemps cette fois, le temps d'étudier quelques propositions du chef d'équipe à propos de certains équipements et des horaires, mais heureusement l'intervention de Sebastian écourtait la visite en permettant d'arranger plus rapidement l'organisation du planning, ce dont le drakochon ne manquait pas de remercier.
    Une fois les doléances abordées et notées, les deux inspecteurs rebroussaient rapidement chemin, surtout Lardon, pour aller se rafraîchir à la prochaine escale prévue.

    Résumé de ce qu'il faut retenir:
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum